header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

All stories filed under history...

  1. 2016-07-01: 2016 Summer newsletter / infolettre été 2016
  2. 2016-10-01: 2016 Fall newsletter / infolettre automne 2016
  3. 2017-04-01: 2017 Spring newsletter / infolettre printemps 2017
  4. 2017-07-01: 2017 Summer newsletter / infolettre été 2017
  5. 2017-10-01: 2017 Fall newsletter / infolettre automne 2017
  6. 2017-12-31: 2017-18 Winter newsletter / infolettre hiver 2017-2018
  7. 2018-04-01: 2018 Spring newsletter / infolettre printemps 2018
  8. 2018-06-10: 2018 Summer newsletter / infolettre été 2018
  9. 2018-10-01: 2018 Fall newsletter / infolettre automne 2018
  10. 2018-12-31: 2018-19 Winter newsletter / infolettre hiver 2018-19
  11. 2019-04-01: 2019 Spring newsletter / infolettre printemps 2019
  12. 2019-06-01: 2019 June newsletter / infolettre juin 2019
  13. 2019-09-01: 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  14. 2019-09-19: 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019

Displaying the most recent stories under history...

2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019

From here, for here

Dear Friends,

By choosing to move forward together, we can fight the climate crisis, as we demonstrated in Val-David during the “Planète s’invite au Parlement” march. I have always said that to properly represent you I have to know our community. Over the past four years, I have worked ceaselessly to make the federal government a partner for our region. I have participated in thousands of community events and meetings with residents in every one of the 43 municipalities in Laurentides—Labelle.

Together we have accomplished great things. Our region has benefited from historic investments, both in infrastructure and in social programs. However, I am aware that there is still much work to do so I am simply asking you the question:

Can I count on your support to continue this work for a second term?

I was born in the heart of the Laurentians, and I live on a multigenerational homestead in Sainte-Lucie-desLaurentides. Environmental factors have always been a part of my upbringing and I want to work together with you to deal with the climate crisis. I firmly believe that the Liberal Party has the best and most realistic plan to protect our environment while helping our economy to grow.

I began my career as a journalist specializing in technology. This expertise helps me a lot when dealing with the internet connectivity file. We have brought one of the biggest connectivity projects in Quebec here: within the next two years, fibre optics will be available to more than 18,000 homes in the riding that have been poorly served until now.

In Ottawa, I founded the Liberal National Rural Caucus to ensure that the voice of the regions is listened to and understood. I was a member of four permanent parliamentary committees and worked on hundreds of files to ensure that government decisions had a real and positive impact for the people here.

What I have done, and what I hope to do, is intimately connected to who I am. I am from here, and I work for here! I am offering to continue being your link to the federal government and to continue the partnership to develop Laurentides—Labelle.

Choose forward, together!

- David

D'ici, pour ici

Chers amis,

C'est en choisissant d'avancer, ensemble, qu'on peut lutter contre la crise des changements climatiques, comme on l'a démontré à Val-David lors de la marche “la Planète s'invite au Parlement”. J’ai toujours dit que pour bien vous représenter, je dois bien connaître notre communauté. Au cours des quatre dernières années, j’ai travaillé sans relâche pour que le fédéral soit partenaire de notre région. J’ai participé à des milliers d’activités communautaires et de rencontres avec les citoyens, dans chacune des 43 municipalités de Laurentides—Labelle.

Ensemble, on a réalisé de grandes choses. Notre région a bénéficié d’investissements historiques, autant dans les infrastructures que dans les programmes sociaux. Cependant, conscient qu’il reste beaucoup de travail à faire, je vous pose simplement la question:

Est-ce que je peux compter sur votre appui pour continuer le travail pour un deuxième mandat?

Je suis né au cœur des Laurentides, et je demeure avec ma famille sur une petite ferme multi-générationnelle à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Les considérations environnementales ont toujours fait partie de mon éducation, et je veux agir avec vous sur la crise des changements climatiques. Je crois fermement que le Parti Libéral a le meilleur plan, et le plus réaliste, pour protéger notre environnement tout en faisant croître notre économie.

J’ai débuté ma carrière comme journaliste spécialisé en technologies. Cette expertise me sert grandement pour ce qui est de régler les enjeux de branchement à Internet. Nous avons amené ici un des plus gros projets de branchement au Québec: d’ici deux ans, la fibre optique sera offerte à plus de 18 000 foyers qui étaient mal desservis dans la circonscription.

À Ottawa, j'ai fondé le Caucus rural national libéral, pour assurer que la voix des régions soit bien entendue et écoutée. J’ai été membre de quatre comités parlementaires permanents et travaillé sur des centaines de dossiers, pour assurer que les décisions gouvernementales aient un réel impact positif pour les gens ici.

Ce que j’ai fait, et ce que je souhaite faire, est lié à qui je suis. Je suis d’ici, et je travaille pour ici! Je vous offre de continuer à être votre lien avec le fédéral et de poursuivre en partenariat le développement de Laurentides—Labelle.

Choisissons d’avancer, ensemble !

- David

From here...

My son, David, has always been conscious of social justice. He made his first charitable donation in the community when he was just 13, and from a very young age showed a desire to make a difference. Like all parents, we hoped to provide lots of opportunities to our children to prepare them for adult life but had no idea of what route they would follow. We are proud that David became a Member of Parliament, not because of the title but because he has put himself at the service of his fellow citizens and plays a part in the development of his native region, where our family has roots going back nearly a century.

Born in Sainte-Lucie-des-Laurentides in July 1981, David is proud of his Paré roots. His great-great-grandfather, Louis Paré, served as a doctor with the North-West Mounted Police and his great-grandfather, Alphonse Paré, a mining engineer who settled in Val-Morin in 1920, spoke French, English, Ojibwe and Cree. His grandmother, Patricia Paré, who lived in Sainte-Lucie, was the first female ski instructor in Canada and taught until she was 80. His mother Sheila has been involved in politics since her youth and she inspired his interest. He also cites my community involvement, focused on Laurentian history and the saving of the railroad stations and other built heritage, as additional motivation.

He was, and is still, fascinated by trains, as much for their mechanics and workings as because they are an excellent mode of public transport. He loves music, learned to play piano and violin, and has always admired cultural creation. He learned the value of work and respect for the environment from his earliest youth, helping look after our vegetable gardens and chickens, and assisting when we enlarged the house we built with our own hands. His daughter, Ozara, is following in his footsteps, beginning her education at Fleur-des-Neiges, the school he attended.

After high school, David studied information technology and history in Guelph, Ontario. There he dedicated himself to improving the public transit system. There, too, he founded an organization promoting open source software. After working as a journalist, he was hired as a political aide and then made the leap to Parliament Hill where he continued to work for several MPs. It was during that period that he met his partner, Roemishiel. It was also at that stage of his life that David said to himself that in order to contribute more to improving his country, he had to go back to his roots.

David heads out every morning from our multigenerational family home, working to improve life here. We see him devoting himself to his fellowcitizens with respect, diligence, rigour and conviction. We see him in turn passing on the values that are important to him to his daughter Ozara, and recounting the stories and the history of Laurentides—Labelle.

- Joseph Graham

... for here

D'ici...

Mon fils, David, a toujours été sensible aux inégalités sociales. Il a fait son premier don à un organisme à l'âge de 13 ans et a manifesté très jeune le désir de travailler pour faire une différence. Comme tous les parents, nous souhaitions offrir plusieurs opportunités à nos enfants pour les préparer à leur vie d'adulte, mais n'avions aucune idée du chemin qu’ils prendraient. Nous sommes fiers que David soit devenu député, non pas pour le titre, mais bien parce qu'il est au service des gens et contribue au développement de sa région natale, où sa famille est présente depuis près d’un siècle.

Né à Sainte-Lucie-des-Laurentides en juillet 1981, David est fier de ses racines Paré. Son arrière-arrière-grand-père, Louis Paré a servi comme médecin au sein de la police montée du Nord-Ouest et son arrière-grandpère, Alphonse Paré, ingénieur minier établi à Val-Morin en 1920, parlait Français, Anglais, Ojibwe et Cri. Sa grand-mère, Patricia Paré, résidait à Sainte-Lucie, a été la première monitrice de ski au Canada et a enseigné jusqu’à 80 ans. Sa mère Sheila s’implique en politique depuis qu’elle a 16 ans. Mon engagement communautaire, plus axé sur l’histoire des Laurentides et la sauvegarde des gares et du patrimoine bâti, l’a également influencé.

Il était, et est encore, fasciné par les trains, autant pour leur mécanique et leur fonctionnement que parce qu'ils sont un moyen de transport en commun par excellence. Il aime la musique, a appris le piano et le violon et a toujours eu du respect pour la création culturelle. Il a appris dès son enfance la valeur du travail et le respect de l'environnement, alors qu'il a entretenu avec nous les potagers et le poulailler et aidé à agrandir la maison que nous avons bâtie de nos mains. Sa fille Ozara suit les traces de son père, alors qu’elle débute son primaire à l’école Fleur-des-Neiges.

Après son secondaire, David a étudié à Guelph, en Ontario, en technologies informatiques et en histoire. Il s'est grandement dévoué dans cette communauté pour le développement du transport en commun. C'est aussi à partir de là qu'il a fondé un organisme prônant l'accès aux logiciels libres, aujourd'hui connu dans le monde entier. Après avoir travaillé comme journaliste, il a été embauché comme adjoint politique, puis a fait le saut vers la colline parlementaire, où il a continué de travailler auprès de plusieurs députés. C'est durant cette période qu'il a rencontré sa conjointe, Roemishiel. C'est aussi à cette époque de sa vie que David s'est dit que pour contribuer encore plus à améliorer son pays, il devait le faire chez lui.

C'est donc à partir de la maison familiale, qui est maintenant multigénérationnelle, que notre garçon part tous les matins, pour faire avancerles choses, ici. On le voit se dévouer pour ses concitoyens en faisant preuve de respect, de droiture, de rigueur et de convictions. On le voit à son tour transmettre les valeurs qui lui sont chères à sa fille Ozara, et lui raconter l'histoire des Laurentides, notre chez-nous !

- Joseph Graham

... pour ici

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 1718 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:42 on September 19, 2019

2019 Summer newsletter / infolettre été 2019

A Word From David

Dear friends,

I grew up in Sainte-Lucie-des-Laurentides and went to school in Sainte-Agathe-desMonts. The heavy community involvement of my parents, Joseph Graham and Sheila Eskenazi, taught me the rich local history and the value of community engagement.

In 2010, after years of being away, I sought work in politics in Ottawa, coming home almost every weekend to the multigenerational homestead my parents had built, which allowed me to keep deep, strong ties to the region where I had grown up.

Through the work of my parents and Mishiel, my wife, our homestead produces almost three-quarters of what we eat, including fowl, vegetables, and maple syrup. We compost extensively and use no chemical fertilisers or pesticides. For us, this is part of living green, a value we are passing on to our young daughter Ozara.

Two years before the last election, I looked around at the state of the country and my own region, and I asked myself: is there something I can do to help? I undertook to tour and explore my whole riding -- and I realised how little of it I actually knew. I visited the extremities of the territory, from Sainte-Anne-des-Lacs to Sainte-Anne-du-Lac, from Val -des-Lacs to Notre-Dame-du-Laus, and the thousands of kilometres of non-municipalised territory, controlled exploitation zones, and crown lands around them. Every day, I learned of the richness of our region: the lakes, the forests, the agriculture, the community heritage, the events, and most of all, the people that make our region so fine.

I have found myself in constant awe of the strength of our communities, their will to succeed in the face of economic adversity and demographic and technological challenges, and the undying dedication of the volunteers who hold them all together for the fostering of our community and the improvement of our local quality of life.

I also learned that few had any understanding of what the federal government does, or can do, for a region like ours. Every discussion contributed more to my determination to work for my community, to work to support local projects, to make federal support options known, and to defend our rural needs in Ottawa.

In the nearly four years I have now been your MP, we have brought federal partnership back to the Laurentians. We have found ways of improving the lives of the people of each one of the 43 municipalities of Laurentides—Labelle. And we have learned how much more there is to do.

Together with a dedicated and determined team, we will continue to provide help, to encourage the initiatives we see and to seek solutions where there is need.

- David

Mot de David

Chers amis,

J'ai grandi à Sainte-Lucie-des-Laurentides et suis allé à l’école à Sainte-Agathe-des-Monts. Fortement impliqués, mes parents Joseph Graham et Sheila Eskenazi m’ont appris la riche histoire régionale et m’ont transmis la valeur de l’engagement communautaire.

En 2010, après avoir été journaliste en informatique, j'ai débuté un emploi d’attaché politique à Ottawa. Les fins de semaine, je revenais chez moi, dans notre chaleureuse maison multigénérationnelle. Ça me permettait de vivre mon profond attachement pour ma région natale.

Grâce au travail de mes parents et de Mishiel, ma conjointe, on produit sur la fermette familiale près de 75% de ce que nous mangeons, dont la volaille, les légumes et le sirop d’érable. Nous utilisons notre compost, aucun fertilisant chimique, et pas de pesticide. C’est une de nos façons de contribuer à la protection environnementale, une valeur que je souhaite transmettre à ma fille Ozara.

Deux ans avant la dernière élection, je regardais l’état de notre pays et de ma région natale, et je me suis dit : est-ce que je peux faire quelque chose pour aider ? J’ai donc entamé une grande tournée et j’ai réalisé que je connaissais moins ma circonscription que je pensais. Le territoire est immense, de Sainte-Anne-des-Lacs jusqu'à Sainte-Anne-du-Lac, de Val-desLacs jusqu'à Notre-Dame-du-Laus, et des milliers de kilomètres carrés de territoires nonorganisés, de parcs, de ZECs et de terres de la Couronne. À chaque jour, je réalisais encore plus les richesses de notre territoire: les lacs, les forêts, l'agriculture, le patrimoine villageois, les événements et surtout les gens qui font de notre région, la plus belle.

J’ai été impressionné par la force des communautés et la volonté de réussir collectivement malgré les défis démographiques, technologiques et les besoins de soutien financier. Je rencontrais des citoyens, des élus, des bénévoles, des travailleurs et dirigeants d'organismes fiers de participer à l'épanouissement du milieu et à l'amélioration de la qualité de vie locale.

Au fil des rencontres, j'ai réalisé que peu de gens comprenaient ce que le gouvernement fédéral faisait ou pouvait faire pour une région comme la nôtre. Chaque discussion contribuait de plus en plus à ma détermination de travailler pour mes concitoyens, de collaborer aux solutions et de soutenir les projets, de faire connaitre les opportunités d'appui du fédéral et de défendre nos besoins régionaux à Ottawa.

Depuis près de quatre ans, nous avons ramené un partenariat fédéral à succès dans les Laurentides. Ensemble, nous avons trouvé des moyens d’améliorer la vie des citoyens de chacune des 43 municipalités de Laurentides—Labelle, et des régions rurales en général. Nous sommes sur un bon élan mais il reste encore beaucoup à faire.

Avec une équipe dédiée et déterminée; j'entends poursuivre de tout cœur le travail d'aide, de soutien des initiatives et de représentation politique pour le mieux-être des gens d'ici.

A bientôt,

- David

KNOWING OUR REGION: from the past to the present

As the saying goes, "you have to know where you come from to know where you’re going." As he did over the last years, in each edition of this Newsletter, my father, local historian, Joseph Graham, presents us with different aspects of our regional history. Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui

Il y a un adage qui dit: « il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va ». Comme il l’a fait au cours des dernières années dans chacune des éditions de cette Infolettre, mon père, l’historien local Joseph Graham, nous présente différents pans de notre histoire régionale. Bonne lecture !

A Region Cleared by Strength and Determination

Big, powerful men, giants, dominated the growth of our region in the 19th century. Like Gilgamesh and Enkidu from the first written story, chiselled out in cuneiform by the Sumer people of the Tigris and Euphrates valleys, we also have our mythological heroes. Jos. Montferrand, perhaps the best known, would have pleased Gilgamesh.

Montferrand’s story, like that of Gilgamesh, was not simply about fighting. He epitomized the Canadiens, already a legendary people in his time. Acknowledged by the Indigenous Nations in 1701, they were the only Euro-American people who had learned and adopted the ways of their host nations. Respected in war and trade, they, together with their Indigenous partners, became the voyageurs, maintaining a huge network along the myriad rivers and lakes across the continent. Jos. Montferrand, both voyageur and lumberjack, made the transition from one to the other with all of those values carried into the new forestry epoch that would see Laurentides—Labelle develop.

It is thanks to Benjamin Sulte, who published ‘Histoire de Jos. Montferrand in 1899 that we have access to these stories. Montferrand’s most celebrated story was his taking on 150 ‘Shiners,’ Irish immigrants who wanted to monopolize the Gatineau-Ottawa lumber trade. They attacked Montferrand on the suspended bridge over the Chaudière Falls. It dropped towards the centre and was only wide enough for two people to pass each other. His advantage was that the Shiners had to meet Montferrand one or two at the time in the narrow space. Many got tossed into the raging waters and many others fled.

Montferrand stood six foot four and had long legs and arms. Other strong men wanted to prove themselves by beating him in a fight, but legend has it he was never bested. He had a strong punch, but his feet were the terror of his foes with stories of opponents, realizing they were beaten, begging him to not kick. His footprint was his trademark or calling card, and in one story, invited to a hostel where he thought he was known, he discovered mostly strangers and a new hostess. Having anticipated being able to pay later, he apologised to the hostess that he had no funds with him. Most women melted at the sight of him and she was no exception, insisting that he need not pay. Before he left, he jumped up, stamping his bootmark into a beam on the ceiling, and thanked her. The bootmark became a draw, and her success was assured.

The area of Lac des Sables in Notre-Dame-du-Laus was particularly close to his heart, and he spent much time there, encouraging Canadiens to take up the plough and settle down on its excellent soil.

Montferrand was much more than a strong man and much more than a legend. He influenced, not simply the lumberjacks, but also the very nature and future development of Laurentides—Labelle, and beyond that, both Prime Minister Sir Wilfrid Laurier and Curé Antoine Labelle himself.

To be continued...

- Joseph Graham

Une région défrichée par la force et la volonté

Les hommes forts et puissants, les géants, ont marqué la croissance de notre région au XIXe siècle. Comme Gilgamesh et Enkidu, dont nous connaissons l’histoire grâce aux écrits du peuple sumérien des vallées du Tigre et de l’Euphrate, nous avons aussi nos héros mythologiques. Jos Montferrand, qui est sans doute le plus connu, aurait plu à Gilgamesh.

De son vivant, Jos Montferrand personnifiait les « Canadiens », qui constituaient un peuple légendaire. Les Canadiens étaient reconnus par les Nations autochtones en 1701 et formaient le seul peuple euroaméricain à avoir appris et adopté les modes de vie de leurs hôtes. Ils étaient respectés à la guerre et dans le commerce. Avec leurs partenaires autochtones, ils sont devenus les « voyageurs » établissant un vaste réseau de postes de traite le long des multiples rivières et lacs du continent. Montferrand, qui était à la fois voyageur et bûcheron, a opéré la transition de l’un à l’autre dans la nouvelle ère de l’industrie forestière qui allait favoriser le développement des Laurentides et du comté de Labelle.

C’est grâce à Benjamin Sulte et son livre de 1899 intitulé Histoire de Jos Montferrand, que nous pouvons lire sur lui. Le plus célèbre récit à son sujet est lorsque Montferrand s’est opposé à 150 immigrants irlandais «Shiners», qui voulaient monopoliser le commerce du bois d’œuvre dans la région de la Gatineau et de l’Outaouais. Ils ont attaqué Montferrand sur le pont Union, suspendu au-dessus des chutes de la Chaudière de la rivière des Outaouais. Le pont descendait en son centre, et sa largeur permettait tout juste à deux personnes de se rencontrer. Les adversaires devaient affronter Montferrand un ou deux à la fois. Beaucoup d’irlandais ont été projetés dans les eaux tumultueuses, et de nombreux autres ont fui.

Montferrand mesurait six pieds et quatre pouces, avec de longues jambes et de grands bras. D’autres hommes forts ont voulu s’affirmer en essayant de le battre au cours d’un combat, mais selon la légende, personne ne l’a jamais vaincu. Il pouvait décocher un puissant coup de poing, mais c’était ses pieds qui inspiraient la terreur à ses adversaires : certains, comprenant qu’ils étaient battus, le suppliaient de ne pas leur infliger un coup de pied. L’empreinte de son pied était sa marque de commerce, sa carte de visite. Dans un récit, on lit qu’il avait été invité dans un hôtel où il croyait être connu. Rendu à destination, il s’est trouvé en présence d’étrangers et surtout, d’une nouvelle hôtesse. Comme il avait pensé qu’il pourrait payer plus tard, il a présenté ses excuses à l’hôtesse. La plupart des femmes fondaient à la vue de cet homme, et la patronne de l’hôtel n’a pas fait exception : elle lui a dit avec insistance qu’il n’avait rien à payer. Avant de partir, Montferrand a donné un coup de pied très haut en sautant, imprimant la marque de sa botte sur une poutre du plafond, puis il a remercié la dame et est parti. Cette marque est devenue une attraction, de sorte que la réussite de l’hôtelière a été assurée.

La région du lac des Sables à Notre-Dame-du-Laus était très chère à Montferrand, de sorte qu’il y a passé beaucoup de temps. Il a encouragé les Canadiens à y labourer les champs et à s’y établir, car la qualité du terroir y était excellente. Montferrand a été beaucoup plus qu’un homme fort et qu’un personnage légendaire. Il a exercé son influence non seulement sur les bûcherons, mais aussi sur la nature même et le développement futur de Laurentides—Labelle, ainsi que sur le premier ministre Sir Wilfrid Laurier et sur le curé Antoine Labelle lui-même...

À suivre...

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2124 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:43 on September 01, 2019

2019 June newsletter / infolettre juin 2019

A Word From David

Dear friends,

There have been two principal objectives to my time in office: see what Canada can do for the Laurentians, and to show how the Laurentians is a leader across Canada.

I was born at the Sainte-Agathe hospital and grew up in neighbouring Sainte-Lucie. My parents, grandparents and great-grandparents on both side were closely connected to the Laurentians. This is my home and I am very proud to be from here. We are a community that comes together, works together, and finds solutions.

We are the first community in the history of Canada to have a universal public Internet access project categorised and funded by the federal government as infrastructure, for all residences in Antoine-Labelle. We are the number one tourist region outside of the big cities in Quebec. We have innovative companies that are active internationally. Many of our fellow citizens are doing us proud all over the world in sports and in cultural activities.

But for a generation, we had federal representatives whose principal objective was to show that the federal government could not work, could not be a part of our region, that Canada was a fundamentally bad idea.

Over the past four years, in partnership with people working in the provincial government, in the three MRCs of our territory, in each of our 43 municipalities and especially with you, we have demonstrated that we are, in fact, stronger working together than we are working against each other. We have managed to bring major, serious, real Internet access solutions to communities in every MRC in Laurentides— Labelle. The struggle of an entire generation culminated in the creation of a sports centre in Pays-d’en-Haut. We have helped lift thousands of children in the region out of poverty and maximized programs to support seniors. And while the solutions are not always easy, we continue to work and make progress on critical issues: protecting our lakes and rivers and doing everything we can to combat climate change so as to preserve and protect our environment.

We can realistically say that this federal partnership has brought more to our region than we have seen in decades. We must work together to protect our social fabric. We have a duty to do so, in order to keep it healthy for future generations. We are stronger when we work together. Laurentides–Labelle is proof of this!

- David

Mot de David

Chers amis,

Parmi les objectifs que je me suis fixé depuis le début de mon mandat, deux me tiennent à cœur: démontrer ce que le Canada peut offrir dans la région des Laurentides, et démontrer comment la région des Laurentides est un leader d’un bout à l’autre du Canada.

Je suis à né à l’hôpital de Sainte-Agathe et j’ai grandi dans le village voisin de Sainte-Lucie. Mes parents, mes grands-parents et mes arrière-grands-parents étaient tous liés intimement à la région. Je suis d’ici et j’en suis fier. Collectivement, nous formons une communauté qui sait comment s’unir et travailler ensemble pour trouver des solutions.

La communauté qui compose la MRC au nord de la circonscription est la première, dans l’histoire du Canada, qui déploie un projet d’accès à Internet reconnu comme un projet public d’infrastructure et financé en ce sens. À l’exception de la métropole et de la Capitale nationale, nous sommes la région touristique numéro un au Québec. Nous avons des entreprises innovantes qui sont présentes sur la scène internationale. Plusieurs de nos concitoyens nous font honneur partout dans le monde sur les scènes sportives et culturelles.

Mais durant toute une génération, nos députés fédéraux avaient comme principal objectif de démontrer que le fédéral ne peut pas fonctionner, qu’il ne peut pas faire partie intégrante de notre région. Ils s’assuraient de faire obstruction au travail du gouvernement pour les citoyens, en disant que le Canada est en soi un concept impossible ou une mauvaise idée.

Depuis quatre ans, en partenariat avec les gens qui œuvrent au gouvernement provincial, au sein des trois MRC de notre territoire, dans chacune de nos 43 municipalités et surtout avec chacun d’entre vous, nous avons démontré que nous sommes plus forts unis que lorsque nous nous opposons. Nous travaillons à mettre en place des vraies solutions pour un vrai accès Internet sur tout le territoire de Laurentides—Labelle. Le combat de toute une génération culmine pour l’obtention d’un centre sportif dans les Pays-d’en-Haut. Nous avons contribué à ce que des milliers d’enfants de la région puissent sortir de la pauvreté et avons maximisé des programmes de soutien aux aînés. Et malgré qu’ils soient parfois difficiles à régler, nous continuons à travailler et progresser dans les enjeux primordiaux – protéger nos plans d’eau et tout mettre en œuvre pour lutter contre les changements climatiques afin de préserver et valoriser notre environnement.

Nous pouvons, de façon réaliste, affirmer que ce partenariat fédéral a apporté plus dans notre région que tout ce qui avait été fait au cours des dernières décennies. Nous devons travailler ensemble à protéger notre tissu social. Nous avons le devoir de le faire, afin de le garder en santé pour les prochaines générations. Nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble. Laurentides—Labelle en est la preuve !

- David

KNOWING OUR REGION: from the past to the present...

There is an adage that goes: “You have to know where you come from to know where you’re going.” In recent years, my father, local historian Joseph Graham, has presented different elements of our regional history through this newsletter. For this edition, he takes us back to another century, when people’s biggest fears were disease, fire and the wrath of the clergy. Enjoy!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui

Il y a un adage qui dit: « il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va ». Au cours des dernières années, mon père, l’historien local Joseph Graham, nous a présenté différents pans de notre histoire régionale via cette Infolettre. Pour cette édition, il nous ramène à un autre siècle, alors que les maladies, le feu et les foudres du clergé étaient les principales craintes des citoyens. Bonne lecture !

Consecration by Fire and Faith

The summer of 1907 promised great things for Sainte-Agathe. After four years of planning and hard work, the new stone church, modelled on Notre Dame Cathedral in Paris, was to be inaugurated. Mgr. J. Thomas Duhamel, Archbishop of Ottawa, who had long conspired with Curé Antoine Labelle to create a new diocese in the Laurentians, would come personally to consecrate the church. The parish had raised $75,000, the price of a hospital, to finance the construction, and the event was set for August 22. Nothing could dampen the excitement.

Spring weather has always been unpredictable. Wednesday June 12 started off cold and gusty. Joseph Saint-Louis decided to keep the gasoline heater going in his barbershop on Rue Principale in SainteAgathe. The warmth might draw people in for a haircut.

The wind became violent after lunch and it blew the fire back down the chimney. Within minutes, the whole building was engulfed in flames, fed by the explosion of gasoline from the stove. It licked its way out of the building and the wind carried it south-east, away from the lake. By the time the volunteer firemen arrived on the scene, it was working its way along both sides of the street. Four buildings had already been lost as the fire raged towards the old wooden church, right next to the new one. Around four o’clock, Archbishop Duhamel arrived from a pastoral visit along with the parish priest. Seeing the state of affairs, they joined the women and children in the old church to lead them in prayer, asking God to intervene. Mayor H. A. Bélisle, having less faith, used the modern telegraph to send an emergency message to Saint-Jérôme.

Commandeering the railway, the Saint-Jérôme fire brigade set a new record, making the trip in only 53 minutes, ready to fight the blaze. But according to contemporary accounts, the priests, women and children praying in the wooden church had the problem in hand. As the flames approached the church, the winds turned around, driving the fire north-west towards the lake, taking 20 more houses with it. Their prayers had been answered; God had intervened. By the time the Saint-Jérôme brigade arrived, all they had left to do was help finish putting out the embers. Dr. Edmond Grignon, who recorded the incidents surrounding this devastating fire, makes no mention of casualties, although there must have been at least some injuries. He, like other parishioners, was not going to let the huge, black scar between the church and the lake dampen down enthusiasm for the consecration of the new church.

God played a big role in those times and the good doctor could write of His intervention with complete conviction, never questioning the wind that blew the fire across town and back. I can’t help but wonder, if I had been standing there after the 1907 fire, would I have believed that the archbishop’s prayers had induced God to redirect the wind?

The archbishop returned to consecrate the new church on August 22, along with the priests of almost every parish between Saint-Jérôme and Aylmer. The whole town, right down to the youngest children, dressed all in their finery, were waiting at the station from long before the train arrived. It was a sunny August day, perfect weather for such a grand event.

Nearly 112 years later, the lake's wind continues to blow softly and the sun shines brightly on this monument that reminds us of the bond that was once very strong between the Laurentians and its beliefs.

- Joseph Graham

Une consécration par le feu et la prière

L’été 1907 s’annonçait bien à Sainte-Agathe. Après quatre ans de planification et d’efforts, la nouvelle église de pierre, inspirée de la cathédrale Notre-Dame de Paris, allait être bientôt inaugurée. Pour la construire, la paroisse avait réussi à amasser 75 000$, l’équivalent du même coût que pour construire un hôpital. L’archevêque d’Ottawa, Mgr J. Thomas Duhamel, qui souhaitait depuis longtemps, comme le curé Antoine Labelle, qu’un nouveau diocèse soit créé dans les Laurentides, allait lui-même venir inaugurer l’église. L’événement, prévu le 22 août, suscitait déjà beaucoup d’enthousiasme.

La météo printanière avait toujours été impossible à prédire et le mercredi 12 juin s’annonçait frais et venteux. Dans l’espoir d’attirer quelques clients, le barbier Joseph Saint-Louis décida de laisser marcher son poêle à essence dans sa boutique de la rue Principale. Au début de l’après-midi, le vent, devenu violent, refoula à l’intérieur de la cheminée et déclencha l’explosion du poêle.

En quelques minutes, tout le bâtiment est la proie des flammes. Le vent, soufflant depuis le lac des Sables, transporte l’incendie vers le sud-est. Le temps que les pompiers arrivent, le feu fait rage des deux côtés de la rue. Quatre bâtiments sont déjà ravagés, et le brasier se propage vers la vieille église en bois, située à côté de la nouvelle. Vers 16 heures, l’archevêque Duhamel et le curé Corbeil, reviennent d’une tournée paroissiale et devant l’ampleur de la situation, rassemblent les femmes et les enfants dans la vieille église, les invitant à prier Dieu d’agir. Le maire H.A. Bélisle, un peu moins fervent, envoie de toute urgence un message par télégraphe vers Saint-Jérôme. Les pompiers de cette ville réquisitionnent alors le chemin de fer et arrivent en un temps record, soit 53 minutes !

Selon les témoignages de l’époque, les femmes et les enfants en prière ont toutefois les choses bien en main. Les flammes s’approchent de l’église, mais le vent finit par tourner et pousse le feu au nord-ouest, vers le lac, emportant une vingtaine d’autres maisons au passage. Les prières des fidèles sont exaucées : Dieu est intervenu.

Quand les pompiers de SaintJérôme arrivent, il ne reste plus qu’à éteindre les braises. Le docteur Edmond Grignon, qui a consigné les circonstances de cet incendie dévastateur, ne parle pas de victimes, mais il y a probablement bien dû y avoir quelques blessés. Comme les autres paroissiens, il refuse de laisser la grande traînée noire qui s’étend de l’église au lac refroidir leur enthousiasme à la veille de la consécration de la nouvelle église.

La relation à Dieu était très présente à l’époque, et le bon docteur n’hésite pas à parler avec conviction d’une intervention divine, sans jamais mentionner le vent qui a entraîné puis repoussé l’incendie. Si j’avais été sur place, en cette journée de 1907, est-ce que j’aurais cru moi aussi que les prières avaient convaincu Dieu de faire tourner le vent ?

L’archevêque et les prêtres de presque toutes les paroisses entre Saint -Jérôme et Aylmer arrivent le 22 août, pour consacrer et inaugurer la nouvelle église. Bien avant que le train entre en gare, tous les villageois, du plus jeune au plus vieux, les attendent sur le quai, tirés à quatre épingles. Le soleil brille et il fait un temps parfait pour ce grand événement.

Près de 112 ans plus tard, le vent du lac continue de souffler doucement et le soleil de briller ardemment sur ce monument qui rappelle l’union de la communauté laurentienne et le pouvoir des croyances populaires.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2184 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:42 on June 01, 2019

2019 Spring newsletter / infolettre printemps 2019

A Word From David

Dear friends,

Over the past three-and-a-half years that I have been working on your behalf all across the region, I have been very impressed by the level of community engagement on display in our towns and cities.

Everywhere I go I meet people involved in many ways, by organizing and participating in fundraising meals and social, sport and cultural activities, all on a volunteer basis in the service of their fellow-citizens. The degree of engagement provides a measure of the health of our society.

Our communities are so dynamic thanks to the directors, staff, elected officials and volunteers of all ages who give their all so that other people, often those who are less privileged or more isolated, can enjoy a better quality of life. Thank you for crucial support and the contributions you make to local vitality! You are inspiring!

Across the region groups provide necessary services like food banks, caregiver support, seniors’ clubs, youth and family centres, assistance to the intellectually and physically handicapped and other vulnerable individuals. Other groups work to improve things for the entire community they serve, starting with the important role of the medical foundations. Others work on a different aspect of our social fabric, such as lake and environmental associations, and cultural, sport and recreational activities and events. All contribute to building and maintaining our local identity.

My team and I are here to provide you our help in achieving your goals, and our recognition of all that you have accomplished so far.

As historian Michel Allard said during a talk on volunteering to the CAB des Laurentides in December 2017, “In the Laurentians, volunteering is based on a tradition of mutual assistance,” explaining the history of old-time work bees. This tradition of mutual help and community involvement is ongoing. I am proud to participate as often as possible.

This issue is dedicated to the people who work so hard as well as the community organizations that contribute to maintaining and strengthening the social fabric of our community.

- David

Mot de David

Chers amis,

Au cours de ces trois années et demie durant lesquelles j’ai travaillé avec vous dans toute la région, j’ai toujours été impressionné par le niveau d’engagement communautaire que l’on retrouve dans nos villes et municipalités.

Partout où je vais, je rencontre des gens qui s’impliquent dans tous les domaines, en organisant et participant à des repas-bénéfice ou à des activités sociales, sportives ou culturelles et qui le font de façon bénévole, au service de leurs concitoyens. Leur degré d’engagement permet de mesurer la santé de notre société.

Nous devons ce dynamisme dans la communauté aux dirigeants, travailleurs, élus et bénévoles de tous âges qui s’investissent pour que d’autres, souvent moins privilégiés ou plus isolés, puissent apprécier une meilleure qualité de vie. Je vous remercie pour votre essentiel dévouement et la contribution qu’il apporte à la vitalité locale. Vous êtes inspirants!

Des organisations de toute la région offrent des services nécessaires, comme les banques alimentaires, les groupes de proches aidants, les fondations médicales, les clubs d’aînés, les maisons de la famille, l’aide aux personnes handicapées ou l’aide aux citoyens plus vulnérables. D’autres organismes travaillent à l’amélioration de certains aspects de leur communauté, tels que les associations de lac et de protection de l’environnement ou l’organisation d’activités et évènements de loisir, culturels et sportifs. Tous contribuent à bâtir et préserver notre identité régionale. Mon équipe et moi sommes à votre service, pour vous aider à atteindre vos objectifs et pour reconnaitre, humblement, tout ce que vous accomplissez.

En décembre 2017, l’historien Michel Allard a animé un atelier au CAB des Laurentides, portant sur l’histoire du bénévolat. Faisant le parallèle avec les abeilles et leur organisation du travail, il a expliqué que « dans les Laurentides, le bénévolat est basé sur une tradition d’assistance mutuelle ». Cette tradition d’assistance et d’engagement communautaire est toujours en vigueur et je suis fier d’y participer aussi souvent que possible.

Cette édition de mon Infolettre est dédiée à tous ces bénévoles ainsi qu’à toutes ces organisations qui contribuent à maintenir et renforcer le tissu social de notre communauté.

- David

KNOWING OUR REGION: from the past to the present

As the saying goes, “You have to know where you come from to know where you’re going.” In the past three years, my father, local historian Joseph Graham, has passed on various parts of our regional history via this Newsletter. For this edition, he presents us a family that has been living in the Laurentians for over 150 years and has contributed to the local community. Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui

Il y a un adage qui dit: « il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va ». Au cours des trois dernières années, mon père, l’historien local Joseph Graham, nous a présenté différents pans de notre histoire régionale via cette Infolettre. Pour cette édition, il nous présente une famille implantée dans les Laurentides depuis plus de 150 ans. Et son apport au milieu communautaire de la région. Bonne lecture !

The Grignons, Community Builders

Claude-Henri Grignon, author of Un Homme et son Péché, televised as Les Belles Histoires des Pays d’en Haut, is known well beyond the hills of Séraphin and is one of the most significant people in our local cultural history. Perhaps less well known is that he came from a large family that contributed enormously to our greater community.

His grandparents, Médard Grignon and Henriette Lalande of Saint-Jérome, had 11 children and did not stint on making sure they had an education. They could not resist cultural demands made on them and are mentioned as active members of the Institut canadien des artisans de Dumontville, conceived for the cultural development of its members. They were also known to willingly extend themselves to help anyone who was at a disadvantage, and, as owners of a popular auberge, their home became a local destination. In those days of the early 1900s, Médard’s facility on the fiddle and a large drum of whisky contributed to the ambiance.

Their large family grew to include three doctors and many other professionals. Wilfrid Grignon, the eldest, became a doctor in Ste. Adele and a noted lecturer on agriculture, while Dr. Edmond Grignon set up practice in Ste. Agathe. The third doctor practiced medicine in Menominee, Michigan, the largest lumbering centre in the United States in the 19th century. According to our local histories, many farmers left to work as lumberjacks in Michigan.

Two sons of Ste. Adele’s Dr. Wilfrid are also well remembered; the elder, Louis, a veterinarian, set up his practice in Mont Laurier, and the younger was Claude-Henri.

Dr. Edmond, remembered as Le Vieux Doc, wrote that it was Curé Labelle who encouraged him to go to Ste. Agathe. In his book En Guettant les Ours, he described his role not just as a doctor, but also as an educator. He was also a community builder. He was secretary of the Cercle Agricole as well as of two municipal corporations. In 1912, Grignon accepted to write the history of the parish to commemorate its first fifty years, and the book, L’Album Historique de la Paroise de Sainte Agathe des Monts, is still an extremely useful reference work, loaded with anecdotes and perspectives on the times. Back then, doctors fulfilled a lot of different roles, not limited to the health and social services, and, as a master community builder, Curé Labelle had good instincts in encouraging the right people to come north to help him build our community. Le Vieux Doc’s eldest son, Henri, also became a doctor, carrying the family mission to St. Jovite, and we must recall the next generations, notably Pierre Grignon, the former mayor of Ste. Adele.

There is a humour, a perspective on the world, in the family. Médard and Henriette’s happy, worldly home echoed down the generations as their other children and their spouses, including a lawyer, a notary, an engineer and various others, carried that spirit with them to their communities.

Through their values and actions, the Grignons and many other families helped build the community.

- Joseph Graham

Les Grignon, bâtisseurs de communautés

Claude-Henri Grignon, l’auteur d’Un homme et son péché, qui a inspiré le téléroman Les belles histoires des Pays-d’en-Haut, est connu bien au-delà des montagnes du pays de Séraphin et figure parmi les personnalités les plus marquantes de notre histoire culturelle locale. Ce que peu de gens savent peut-être, c’est qu’il est issu d’une famille nombreuse qui a fourni un apport énorme à l’ensemble de nos communautés.

Ses grands-parents, Médard Grignon et Henriette Lalande, étaient propriétaires d’un populaire hôtel à SaintJérôme. La virtuosité de Médard au violon et un grand fût de whisky aidant, leur résidence est devenue une destination incontournable. On leur connaissait une bienveillance à l’égard de quiconque était dans le besoin. De plus, ils ne refusaient aucune demande de nature culturelle, et leur nom figure parmi les membres actifs de l’Institut canadien des artisans de Dumontville, voué à la promotion culturelle de ses membres. En ce milieu du 19 e siècle, Médard et Henriette n’ont ménagé aucun effort pour que chacun de leurs 11 enfants fassent des études.

Trois fils de leur grande famille sont devenus médecins et de nombreux autres ont porté des titres professionnels. L’aîné, Wilfrid, a pratiqué la médecine à Sainte-Adèle en plus d’être un conférencier renommé en matière d’agriculture. Son frère, Edmond, a établi sa clinique médicale à Sainte-Agathe. Le troisième médecin de la famille s’est établi à Menominee, au Michigan, plaque tournante de l’exploitation forestière au 19e siècle. Selon les récits, nombre d’agriculteurs locaux quittaient la terre pendant l’hiver pour aller gagner leur vie comme bûcherons au Michigan.

Le docteur Edmond, dont on se souvient comme le Vieux Doc, a écrit que c’est le curé Labelle qui l’a motivé à s’établir à Sainte-Agathe-des-Monts. Le curé Labelle, en sa qualité de maître bâtisseur, savait d’instinct encourager les bonnes personnes à s’établir au Nord pour contribuer à l’essor de la communauté. Outre les soins de santé et les service sociaux, les médecins assumaient alors différents rôles. Dans son ouvrage En guettant les ours, le Dr Grignon se décrivait comme un médecin, mais également comme un enseignant. Il était aussi un bâtisseur, agissant comme juge de paix et comme secrétaire du Cercle agricole et de deux corporations municipales.

En 1912, il accepte d’écrire l’histoire de la paroisse pour commémorer le 50e anniversaire de sa fondation; l’Album historique de la paroisse de Sainte-Agathe-des-Monts est ainsi demeuré un ouvrage de référence très utile rempli d’anecdotes et de perspectives d’époque. Henri Grignon, l’aîné des fils du Vieux Doc, est également devenu médecin et a poursuivi la mission de la lignée familiale à Saint-Jovite. Ses cousins, deux des fils du docteur Wilfrid de Sainte-Adèle, ont également acquis une certaine notoriété: l’aîné, Louis en tant que vétérinaire à MontLaurier, et le benjamin, qui est Claude-Henri, sans oublier les contributions des générations suivantes, notamment Pierre Grignon, ancien maire de Sainte-Adèle.

On retrouve chez les membres de la famille Grignon une perspective sur le monde bien caractéristique. L’esprit de Médard et Henriette d’offrir d’un foyer heureux et ouvert s’est répercuté sur les générations suivantes. Leurs autres enfants et leurs conjoints, parmi lesquels un avocat, un notaire, un ingénieur et d’autres professionnels, ont à leur tour répandu cet esprit dans leur milieu.

Par leurs valeurs et leurs actions, des familles comme les Grignon et de nombreuses autres dans notre région ont contribué à bâtir la communauté.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 1909 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:42 on April 01, 2019

2018-19 Winter newsletter / infolettre hiver 2018-19

A Word From David

Dear friends,

For a little more than three years now, every one of my newsletters has touched on a variety of topics of general interest to our community. In spring 2017, for example, we discussed the protection of our lakes and waterways, and, in the following edition, we looked at the local aviation industry. For every newsletter, my team and I have contacted many historical societies, museums and heritage committees in the riding. I want to shine a light on those groups today.

In the 1980s, my father was involved in the Corporation des Gares des Laurentides and the Comité du Patrimoine in Sainte-Agathe, groups built around saving the Canadian Pacific railway stations along the key railway infrastructure that enabled our region to develop a world-renowned linear park. By their actions, my parents taught me the importance of understanding and preserving our history, and I saw that they were not the only ones who strove to promote our heritage.

We are surrounded by reminders of our history. The signs on heritage trails, the murals, cenotaphs, commemorative plaques, old buildings, crossroads, place names, streets and period photographs, as well as the museums and historical exhibitions, all ensure that we will remember. For residents, they are a source of pride and, for visitors to our tourist region, they lend meaning and depth.

In the historical societies, municipalities and public libraries and on the web, our archives, tales and written works teach us about the past and refresh our memory. Hundreds of citizens are involved in all these groups and organizations. I want to acknowledge them, honour their passion and their incredible work and thank them publicly for the effort they make to ensure we never forget.

We live in a time of major transition as progressive changes transform Canadian society. We have legalized marijuana. We have entered into an agreement in principle to replace NAFTA with the USMCA. We have rolled out our anti-pollution plan because we must act now to address climate change. This year, we will have to decide on the future we want to shape for our country, for our region, for every one of us and for future generations. It will be for the historians to say what happened before and after our time.

Best wishes for 2019!

- David

Mot de David

Chers amis,

Depuis maintenant un peu plus de trois ans, chacune de mes Infolettres porte un regard sur de nombreux sujets d’intérêt général pour notre communauté. Par exemple, au printemps 2017, nous avons discuté de la protection de nos lacs et plans d’eau et dans l’édition suivante, nous avons abordé le sujet de l’industrie locale de l’aviation. Pour chaque édition de l’Infolettre, mon équipe et moi avons été en contact avec plusieurs sociétés d’histoire, musées et comités du patrimoine de la circonscription. Ce sont ces groupes que je souhaite mettre de l’avant aujourd’hui.

Durant les années ’80, mon père a été impliqué au sein de la Corporation des Gares et du Comité du patrimoine de Sainte-Agathe, mis sur pied entre autres pour sauver la gare de Sainte-Agathe – qui appartenait au Canadian Pacific – et plusieurs autres bâtisses du genre, le long de cette infrastructure ferroviaire fondamentale qui avait permis le développement de notre région et qui est devenue un parc linéaire de renommée mondiale. Par leurs actions, mes parents m’ont enseigné l’importance de comprendre et préserver notre histoire. Ils n’étaient assurément pas les seuls à travailler à la mise en valeur de notre patrimoine.

Nous sommes entourés de rappels de notre histoire. Les panneaux de circuits patrimoniaux, les murales, les cénotaphes, les plaques commémoratives, les bâtiments du passé, les croix de chemin, les noms de lieux et rues, les photos d’époque ainsi que les musées et expositions historiques nous convient à ne jamais oublier. Pour les résidents, ils sont source de fierté. Pour les visiteurs de notre région touristique, ils sont source d’intérêt et de souvenirs.

Dans les sociétés d’histoire, les municipalités et les bibliothèques publiques et sur le web; archives, récits et ouvrages écrits nous enseignent le passé ou nous rafraichissent la mémoire. Des centaines de citoyens sont impliqués au sein de tous ces groupes et organisations. Je veux les saluer, honorer leur passion et leur travail incroyable et les remercier publiquement de s’investir à perpétuer le souvenir !

Nous sommes dans une période de transition fondamentale, alors que des changements progressistes transforment la société canadienne. Nous avons légalisé la marijuana. Nous avons convenu d’un accord de principe pour remplacer l’ALENA par l’AEUMC. Nous avons mis en branle notre plan de lutte à la pollution, parce que nous devons agir maintenant pour contrer les changements climatiques. Nous aurons cette année à nous prononcer sur l’avenir que nous souhaitons définir, pour notre pays, pour notre région, pour chacun d’entre nous et les futures générations. Ce sera aux historiens de raconter l’avant et l’après de notre époque d’aujourd’hui.

En vous offrant mes meilleurs vœux pour l’année 2019.
Bonne lecture !

- David

KNOWING OUR REGION: Then and now...

As the saying goes, “You have to know where you come from to know where you’re going.” In the past three years, my father, local historian Joseph Graham, has passed on various parts of our regional history via this Newsletter. For this edition, he takes us back to the origins of his interest in history and his desire to transmit that passion. Happy reading!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui...

Il y a un adage qui dit: ``il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va``. Au cours des trois dernières années, mon père, l’historien local Joseph Graham, nous a présenté différents pans de notre histoire régionale via cette Infolettre. Pour cette nouvelle édition, il nous transporte vers les origines de son intérêt pour l’histoire et son désir de transmettre cette passion. Bonne lecture !

Memories and a sense of belonging

Growing up Catholic in Val Morin, the saints, martyrs and apostles imbued me with a sense of belonging, of being one of the faithful. Pope John XXIII was going to read a letter from Our Lady of Fatima in 1960, it was going to change the world. We were to be a part of that story. He declined to read it, though, and so other stories crowded in. The Catholic Church began to fade. Still, I hungered for stories that I could feel a part of. I was not alone. Throughout the ’60s and ’70s a whole generation was looking for their story.

My uncle, Antoine Paré, began to fill my aching need, my hunger. Documenting the family history, he told how my grandfather Alphonse grew up in Franco-Manitoba where his widowed father, Louis Paré, served as a surgeon with the North-West Mounted Police, that he had been born in 1885, the year his father took an arrow at the Battle of Batoche, that his mother had died before he knew her, succumbing to tuberculosis, and that he grew up speaking four Canadian languages, French, English, Ojibwa and Cree. I learned of his unlikely meeting of my grandmother, an Irish Australian who grew up in the Western Australian desert in a waterless mining camp, who received a set of wooden teeth for her 18th birthday, and how, as a couple with five children, they came by train to Val Morin in 1920 and over the next years had four more.

As I was learning the history of the members of my family, the railway that had brought them here was making headlines. It was the mid-1980s and CP Rail was shutting down Le P’tit Train du Nord. The line was the spinal cord that tied the whole of the Laurentians together and was too important to lose. That’s when I made some new friends who shared my concern: Yvan Dubois from Val-Morin, Gleason Théberge from Prévost, Terry Turcot and Denise Goulet from Sainte-Agathe, Adrien Grégoire from L’Annonciation and Jacques Brisebois from MontLaurier. We asked questions, knocked on doors and demanded answers. Pierre de Bellefeuille, from Canadian Pacific, helped me understand the colossal scope of the company, and I discovered how generous it was with its institutional memory. I wanted to know the whole story.

I learned about Augustin-Norbert Morin who paddled up the North River with a dream – to establish a farming community at the furthest reach of his paddle. I learned of his successor, Father Antoine Labelle, who walked up the First Nations’ trails and colonists’ paths north of Morin’s colony and visited the huge lumber industry properties beyond La Repousse and Grand Brûlé, the farms built to feed the loggers and the raftsmen – the famous pitounes – on the Lièvre and Rouge rivers. I learned of the Fermes d’en Bas, du Milieu and d’en Haut, farms that subsequently became the parishes of La Conception, L’Annonciation and l’Ascension. I learned that the “bon curé” Father Labelle saw Ste. Agathe’s inhabitants suffer through droughts and a flagging market and how he dreamed of a way to tie all these communities together with a railroad that would follow his footsteps north from St. Jerome. We began to circulate the stories, and, as a result of talking, we created organizations to preserve the railway and its stations.

Just as my family’s history had been shared with me, our collective history was unfolding before me. I learned how the indigenous peoples had trouble surviving, and how buildings and communities had disappeared forever. I learned how, largely as a result of the railway, skiing and the treatment for tuberculosis arrived in our region at the same time, assuring its prosperity. I came to know the community of which I was a part, where it had come from and its role in a much broader history. I discovered who we are. I learned that you develop this sense of belonging to something bigger than yourself simply by valuing and sharing your experience. I learned how the past shaped the way I belong to the present.

- Joseph Graham

Souvenirs et sentiment d’appartenance

Lorsque j’étais jeune, à Val-Morin, les récits des saints, des martyrs et des apôtres ont tranquillement forgé en moi un sentiment d’appartenance, parmi les fidèles de l’église catholique. En 1960, le pape Jean XXIII allait nous lire un message de Notre-Dame-de-Fatima. Nous allions participer à un événement qui allait changer le monde, mais il n’a finalement pas lu ce message. Par conséquence, les autres récits commencèrent à s’estomper tranquillement. Je cherchais des histoires pour lesquelles je me serais senti impliqué, et je n’étais pas le seul. Durant les années ’60 et ’70, toute une génération cherchait son histoire.

C’est mon oncle, Antoine Paré, qui a commencé à combler ce besoin, cette quête. Il m’a raconté la vie de mon grand-père, Alphonse Paré, qui a grandi avec son père, puisque sa mère étais morte de la tuberculose alors qu’il était tout jeune. Son père travaillait comme chirurgien pour la police montée du Nord-Ouest dans un village francophone du Manitoba. Alphonse est né en 1885, l’année où son père a été atteint par une flèche à la bataille de Batoche. Il a grandi en apprenant à parler quatre langues canadiennes: le français, l’anglais, l’ojibwé et le cri. J’ai aussi appris la trame de son improbable rencontre avec ma grand-mère, une Australienne d’origine irlandaise. Elle avait même reçu un dentier en bois pour son 18 e anniversaire, elle qui avait grandi dans un camp minier dépourvu d’eau, dans le désert de l’ouest de l’Australie. En 1920, alors qu’ils avaient cinq enfants, mes grands-parents se sont installés à Val-Morin, où sont nés quatre enfants de plus.

Alors que j’apprenais l’histoire des membres de ma famille, le chemin de fer qui les avait amené ici faisait les manchettes. Nous sommes au milieu des années ‘80, et le Canadien Pacifique s’apprête à fermer Le P’tit Train du Nord. Puisque cette ligne ferroviaire relie les Laurentides d’un bout à l’autre, il m’est impensable qu’elle soit condamnée.

C’est alors que je rencontre de nouveaux amis qui ont les mêmes préoccupations que moi : Yvan Dubois de Val-Morin, Gleason Théberge de Prévost, Terry Turcot et Denise Goulet de Sainte-Agathe, Adrien Grégoire de L’Annonciation et Jacques Brisebois de Mont- Laurier. Nous posons des questions; frappons à plusieurs portes; exigeons des réponses. Pierre de Bellefeuille, du Canadien Pacifique, m’aide à saisir la taille colossale de l’entreprise, et je découvre à quel point cette dernière est généreuse en ce qui concerne sa mémoire institutionnelle. Je veux connaitre toute l’histoire.

Je prends connaissance de l’épopée d’Augustin-Norbert Morin, qui a remonté la rivière du Nord avec un rêve : établir une communauté agricole le plus loin où il pourrait se rendre par la force de son aviron. J’en apprends plus à propos de son successeur, le curé Antoine Labelle, qui a parcouru les sentiers des Autochtones. Il s’est rendu jusqu’aux colonies du nord; celles avec leurs énormes installations de l’industrie du bois, qui sont plus loin que La Repousse et Grand-Brûlé, ces fermes construites pour nourrir les forestiers et les draveurs qui envoyaient des billots – les fameuses pitounes – sur la rivière du Lièvre et la rivière Rouge. Ces travailleurs provenaient notamment des Fermes d’en Bas, du Milieu et d’en Haut, des fermes devenues des paroisses : La Conception, L’Annonciation et l’Ascension. J’apprends que le bon Curé a vu les habitants de Sainte-Agathe aux prises avec des sécheresses et un marché déficient et qu’il rêvait d’un chemin de fer qui relierait tous ces villages à partir de Saint-Jérôme. Comme d’autres, j’ai alors commencé à faire circuler ces histoires. À force de parler, nous avons créé des organisations pour préserver la ligne ferroviaire et ses stations.

Pendant que j’apprenais l’histoire de ma famille, notre histoire collective déferlait devant moi. J’ai appris comment les Autochtones ont eu de la difficulté à survivre; comment des édifices et des communautés disparaissent à jamais. J’ai appris comment, en grande partie grâce au chemin de fer, le ski et le traitement contre la tuberculose sont arrivés en même temps dans notre région, assurant ainsi sa prospérité. J’ai appris à connaître la communauté dont je faisais partie; d’où elle venait; son rôle dans une histoire beaucoup plus grande. J’ai découvert qui nous sommes. J’ai appris que ce sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand que soi se développe simplement en partageant et en valorisant notre vécu. Les souvenirs d’autrefois ont forgé mon appartenance d’aujourd’hui.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2382 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:41 on December 31, 2018

2018 Fall newsletter / infolettre automne 2018

A Word From David

Dear friends,

This is already the tenth edition of our newsletter. Over the past five years, since starting my campaign, and in the three years that I have had the privilege of being your representative in Ottawa, I have met a tremendous number of truly remarkable people offering various amazing, interesting, original, and sometimes plainly amusing products and services.

Last Christmas, my staff got together and bought me a custom wooden bowtie with a small image of a steamtrain etched on one side and a biplane on the other side, produced by artists in the greater MontTremblant region named MarcAntoine and François who run a small business called Créations Yarox.

With the resumption of Parliament in January, I immediately started wearing this unique local creation in the House of Commons where there is an informal tradition of bowtie Thursdays.

And it got me thinking: there are so many unique and special things that people in this riding do, let's see if we can make a sampling of them for my newsletter. We are pleased to present you this issue which focuses on the theme of entrepreneurship.

There is quite a range of local and unique entrepreneurs in every sector. You will learn about some of these and the passionate people behind them from among the many I have had a chance to visit over the past couple of years. There are many left for us to discover, and so I invite you to never hesitate to send me suggestions.

With two federally-funded CFDCs, known in French as SADCs, the Antoine-Labelle CLD, the Laurentides CDE, the Pays-d’en-Haut MRC economic service, and 8 Chambers of Commerce and similar organisations, there is a tremendous amount of resources available to those looking to start or promote their businesses here.

There are thousands of small businesses and self-employed workers who form the basis of our local economy and contribute to the reputation of our region. I raise my hat to each of these business-owners here and their teams. My objective with this newsletter is not to offer an exhaustive list of them—that would not technically be possible—but rather to share my enthusiasm for a community full of people who I take so much pride in representing in Ottawa and in seeing the fascinating and creative dynamism that makes up the economy of Laurentides—Labelle.

- David

Mot de David

Chers amis,

Il s’agit déjà de la dixième édition de ce bulletin de circonscription. Depuis le lancement de ma campagne, il y a 5 ans, et au cours des trois dernières années - ayant le privilège d’être votre représentant à Ottawa - j’ai rencontré un nombre incalculable de gens vraiment formidables, ici dans la circonscription. Parmi eux, des entrepreneurs qui proposent des produits et services originaux, et parfois même amusants.

À Noël l’an dernier, mon équipe s’est unie pour m’offrir un nœud papillon en bois, personnalisé avec les petites images d’un train à vapeur et d’un avion-biplan. Ce nœud papillon a été produit par Marc-Antoine et François, des artistes de la région de Mont-Tremblant qui possèdent une petite entreprise appelée Créations Yarox.

Lors de la reprise des travaux parlementaires en janvier, j’ai immédiatement commencé à porter cette création locale unique à la Chambre des communes, entre autres, parce qu’une tradition informelle veut que les députés portent des nœuds papillon les jeudis.

C’est à ce moment que je me suis dit: « des entrepreneurs de la circonscription font des choses tellement uniques et spéciales, pourquoi ne pas présenter des exemples dans mon infolettre ? » C’est donc ce que nous vous offrons dans ce bulletin, qui met en valeur le thème de l’entreprenariat.

Il y a toute une gamme d’entrepreneurs locaux uniques dans tous les secteurs. Vous découvrirez quelques-unes de ces entreprises, et les gens passionnés qui y œuvrent, parmi les centaines que j’ai visité au cours des dernières années. De nombreuses autres nous restent à découvrir. Je vous invite, ainsi, à ne pas hésiter à me faire des suggestions.

Avec deux SADC financées par le gouvernement fédéral, le CLD d’Antoine-Labelle, la CDE de la MRC des Laurentides, la service économique de la MRC des Pays-d’enHaut, et 8 chambres de commerce et organisations similaires; des ressources considérables sont mises à la disposition de celles et ceux qui cherchent à concrétiser une idée, à développer leur entreprise et la promouvoir bien au-delà des frontières de notre région.

La circonscription compte des milliers d’entreprises et de travailleurs autonomes, qui sont à la base de l’économie locale et contribuent à la renommée de notre région. Je lève mon chapeau à chacune et chacun des dirigeants d’entreprises de chez-nous et leurs équipes. Mon objectif dans cet envoi collectif n’est pas de dresser une liste exhaustive d’entreprises — la chose n’aurait techniquement pas été possible — mais plutôt de vous transmettre mon enthousiasme pour une communauté et des gens que j’ai tant de fierté à représenter à Ottawa, en constatant à chaque jour leurs projets fascinants et créatifs, et leur dynamisme qui façonnent l’économie de Laurentides—Labelle.

- David

KNOWING OUR REGION: Then and now...

As the saying goes, you can’t know where you’re going if you don’t know where you’ve been. I love my country, and I’m passionate about exploring the origins of the places and people shaping this nation. That’s why I’ve invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. If there are any historical subjects you want to know more about, please let us know. Enjoy!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

Laurentides—Labelle’s Earliest Trading Culture

In the earliest days of contact between traders and the Anishinaabe, the coureurs des bois found that deep integration into Algonquin society was the best way to establish trade, acquiring furs for French commerce. Their greatest obstacle was not resistance from their trading partners but from the Catholic Church as the traders ‘went native,’ happily absorbed into and accepted by their hosts. Jean-François Beaudet, author of Dans les filets du Diable, describes how the coureurs des bois learned to accommodate the religious authority by mixing aspects of their own religious rituals with those of their Indigenous hosts.

They were dealing with a society that was not based on property or ownership, but rather a society in which sharing was a measure of social status. This new lifestyle was enticing, even seductive, but what really drew the traders back to the Anishinaabe and the Iroquoian (Huron) peoples was the products they exchanged. While the Church fostered an image of nomadic devil-worshippers, the traders found a mercantile society that extended along all of the river systems. We recall the fur trade, but the Indigenous Nations maintained an active exchange of products ranging from canoes and clothing to food products, grains and much more. On Jacques Cartier’s second visit, he was informed that a month’s journey to the south he could trade for oranges. One is left with an image of a large, developed culture that traded actively across the continent, with certain specialties associated with various regions. In Laurentides—Labelle, those were clothing, canoes and dried fruit and meat in the form of pemmican, traded with the Huron (Wendat) in exchange for corn, beans and tobacco. Their trade was based on a much different social foundation and was more an exchange of gifts and a celebration than a profit-making enterprise.

According to the scientist and citizen of the Potawatomi Nation, Robin Wall Kimmerer, the Anishinaabe word minidewak means ‘giving from the heart,’ playing on the root word for berries, min, and the heart shape of the strawberry, and it formed the basis of the gift ceremonies that drove their economy and continues to provide meaning and purpose in their culture. Imagine a trading society that confers status through the act of giving. It turns our moneydriven society on its head, yet theirs worked for thousands of years.

Stephen Jakes Beaven was a trader who met the Anishinaabe as they came down the Rouge River in the spring, their canoes filled with gifts, at what is now Beaven Lake. He must have known how to celebrate and to give, living, as he did, as much in the gift world as in the monetary one. When the surveyor G. N. Allbright created the township of Arundel in 1857, like all the other surveyors he cut up the land into private properties that would be assigned to settlers. Beaven was not included in that category, nor were the Anishinaabe who fed and maintained Allbright’s team. They observed to Allbright that a certain field should not be measured or made into private property, using the subtler locutions of their culture to express their wish that it not fall into the settler category. He proceeded anyways, and some of the Anishinaabe did become settlers, as did some of the descendants of Beaven. Among the costs to them would be their traditions, spiritual beliefs, gift economy and the products that they had traded for millennia. Most Anshinaabe moved into more remote regions of their historic territories, but the continental gift economy proved incompatible with modern consumerism.

- Joseph Graham

Les débuts du commerce dans Laurentides—Labelle

À l’époque des premiers contacts entre les Anishinaabes et les commerçants coureurs des bois, ces derniers ont constaté qu’une profonde intégration au sein de la société algonquienne constituait le meilleur moyen d’établir des liens commerciaux et d’acquérir des fourrures pour le commerce avec les Français. Leur plus grand obstacle n’est toutefois pas venu d’une résistance de leurs partenaires commerciaux, mais plutôt de l’Église catholique, car les commerçants, chaleureusement accueillis et acceptés par leurs hôtes, adoptaient les us et coutumes autochtones. Jean-François Beaudet, auteur de Dans les filets du Diable, décrit comment les coureurs des bois ont appris à satisfaire l’autorité religieuse en mélangeant des aspects de leurs propres rituels religieux avec ceux de leurs hôtes autochtones.

Les coureurs des bois devaient traiter avec une société qui n’était pas fondée sur la propriété ou la possession, mais plutôt sur l’échange, une société où le statut social se mesurait à l’aune du partage. Ce nouveau mode de vie était attrayant, voire séduisant aux yeux des commerçants, mais ce qui les a vraiment poussés à tisser des liens avec les peuples anishinaabe et iroquois, ce sont les produits qu’ils échangeaient. Tandis que l’Église entretenait une image de ces peuples comme étant des adorateurs du diable nomades, les commerçants ont plutôt découvert une société commerçante s’étendant tout le long du réseau des cours d’eau. Nous nous souvenons de l’époque du commerce des fourrures, mais les nations autochtones avaient déjà un réseau actif d’échange de produits allant des canots aux vêtements, en passant par des produits alimentaires, des grains et bien plus.

Lors de sa seconde visite, on a informé Jacques Cartier qu’une expédition d’un mois vers le sud lui permettrait de troquer des produits contre des oranges. On peut donc conclure à la présence d’une grande culture développée qui commerçait activement sur tout le continent, avec des spécialités associées aux diverses régions. Dans Laurentides—Labelle, ces spécialités étaient des vêtements, des canots, des fruits séchés et de la viande sous forme de pemmican. Ces produits étaient échangés avec les Hurons (Wendats) contre du maïs, des haricots et du tabac. Le commerce de ces peuples était fondé sur des assises sociales très différentes et relevait davantage de l’échange de cadeaux et d’une célébration que d’une entreprise faisant des profits.

Selon le scientifique et membre de la Nation Citizen Potawatomi, Robin Wall Kimmerer, le mot anishinaabe minidewak, qui signifie «donner du fond du cœur», tire son origine de la racine «min» pour les petits fruits, et de la forme en cœur de la fraise. Ce concept formait la base des cérémonies de remise de cadeaux faisant tourner l’économie de ces peuples et est toujours porteur de sens et de raison d’être dans leur culture. Imaginez un modèle de société où le statut est conféré par l’action de donner. Voilà qui chamboule complètement notre modèle de société axé sur l’argent, et pourtant, le leur a fonctionné pendant des milliers d’années.

Stephen Jakes Beaven était un commerçant qui rencontrait les Anishinaabes lorsqu’ils descendaient la rivière Rouge au printemps, leurs canots chargés de cadeaux, où se trouve maintenant le lac Beaven. Il devait savoir comment célébrer et donner à la manière des Autochtones, car il vivait autant dans l’univers des cadeaux que dans celui de l’argent. Lorsque l’arpenteur G. N. Allbright a créé le canton d’Arundel en 1857, comme tous les autres arpenteurs, il a divisé les terres en propriétés privées devant être assignées aux colons. Beaven ne faisait pas partie de cette catégorie, pas plus que les Anishinaabes qui nourrissaient les membres de l’équipe d’Allbright et subvenaient à leurs besoins. Ils ont fait observer à Allbright qu’une certaine étendue de terre ne devrait pas être mesurée ou transformée en propriété privée, en employant les locutions plus subtiles de leur culture pour exprimer leur souhait qu’elle ne se retrouve pas dans la catégorie des terres à assigner aux colons. Allbright s’est exécuté malgré tout, et certains Anishinaabes ont fini par devenir des colons, tout comme certains descendants de Beaven.

Il leur en a coûté, entre autres, leurs traditions, leurs croyances spirituelles, leur culture économique fondée sur les cadeaux et les produits qu’ils commercialisaient depuis des millénaires. La plupart des Anishinaabes se sont installés dans des régions plus éloignées de leurs territoires historiques, mais le modèle économique de l’échange – économie du cadeau – s’est révélé incompatible avec le consumérisme moderne.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2327 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:45 on October 01, 2018

2018 Summer newsletter / infolettre été 2018

A Word From David

We are frequently called upon to solve problems, whether an issue is federal, provincial, or municipal. For us, at all three levels, knowing and respecting the boundaries of our jurisdictions is important. Sometimes the lines between them can be quite fuzzy. This raises the question: Who is responsible for what?

Healthcare, for example, is a split jurisdiction. Federally, we are responsible for the overall policy direction for, among other things, ensuring that healthcare in Canada is free and transparent. We also transfer tens of billions of dollars each year to the provinces through the Canada Health and Social Transfer, for implementation and management of the system. Day-to-day decisions and administration are up to the provinces, therefore someone with healthcare problems who turns to my office will find a sympathetic ear — and a referral to one of our provincial counterparts.

Similarly, one of the biggest issues in our riding is the inadequacy or our highway system. Highway 15 is at the breaking point with weekend traffic, and the 117 north of Labelle is in dire need of a major overhaul. These highways sport signs every 10 kilometres that say, in French, “Trans-Canada Highway,” as they are indeed part of the national network. The assumption at first glance is that the highway is under federal jurisdiction. While the federal government does significantly invest in highways, it does so only at the request of the provinces, through negotiated agreements. For the most part, the provinces decide where, when, and how to spend federal infrastructure money. A highway will only get federal funds if it is placed on the priority list by the provincial government. Congratulations to the Government of Québec and the Committee SOS 117 for their recent major announcement concerning the 117.

Telecommunications regulation which regular readers will know is of very high concern to me) aviation safety and regulation, postal delivery, and what constitutes a criminal offense, are under federal jurisdiction, as are matters of immigration, passports, and foreign relations. Railways are federal if they cross provincial boundaries, otherwise, they are under provincial jurisdiction. Finally, management of lakes and waterways, as I mentioned in the Summer 2017 edition of this Householder, is extremely complex because it falls in the jurisdiction of all 3 levels of government, which also work with lake associations and environmental organisations.

Laurentides—Labelle has 304 city councillors, mayors, and county wardens. Following this fall’s provincial election, there will be four members of the National Assembly. Regardless of political stripe or personal opinion, our job, as your elected representatives, is to work together for the benefit of the whole community.

We have to know who is responsible for what, while not getting distracted by who gets the credit. We need to cooperate to make progress on files and work together to find solutions to the problems we face. That’s what I and my team strive to do every day for all the residents of Laurentides—Labelle.

Have a wonderful Summer!

- David

Mot de David

Nous sommes appelés à résoudre des problèmes, peu importe qu’il s’agisse d’une responsabilité fédérale, provinciale ou municipale. Pour nous, à chacun des paliers, il est important de bien connaître et de respecter les limites de nos champs de compétence respectifs. Cependant, ces limites se révèlent parfois pas mal floues, ce qui nous amène à poser la question: qui est responsable de quoi?

Par exemple, la santé est une compétence partagée : le fédéral s’occupe des orientations stratégiques globales, veillant à ce que la prestation de soins de santé au Canada demeure gratuite et transparente. Par le Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux, les provinces reçoivent des dizaines de milliards de dollars annuellement pour la mise en œuvre et la gestion du réseau. Donc l’administration et les décisions à prendre au quotidien incombent aux provinces. Ainsi, une personne ayant un problème touchant les soins de santé qui arrive à mon bureau recevra une écoute sympathique, et puis sera redirigée vers son député provincial.

Un autre enjeu majeur dans notre circonscription concerne les lacunes du réseau autoroutier. L’autoroute 15 fonctionne presque au-delà de sa capacité les fins de semaine, tandis que la route 117, au nord de Labelle, a grand besoin de réfections majeures. Ces routes sont jalonnées de panneaux indiquant qu’il s’agit de la « transcanadienne ».

Certains tronçons faisant effectivement partie du réseau national, on pourrait en conclure qu’il s’agit d’une route de compétence fédérale… Or, s’il est vrai que le gouvernement fédéral investit énormément dans les autoroutes, il ne le fait qu’à la demande des provinces, en fonction d’accords négociés. En majeure partie, c’est la province qui décide où, quand et comment sera dépensé l’argent fédéral consacré aux infrastructures. Donc, une autoroute ne recevra des fonds fédéraux que si elle figure dans la liste prioritaire établie par le gouvernement provincial. Par ailleurs, je tiens à féliciter le gouvernement du Québec et le Comité SOS 117 pour la récente annonce majeure concernant la route 117.

La réglementation des télécommunications – sujet qui m’interpelle énormément, comme vous le savez –; la sécurité et la réglementation du transport aérien; la livraison du courrier; la définition de ce qui constitue une infraction criminelle; l’immigration, et les passeports, relèvent tous de la compétence fédérale. L’assurance-emploi est une initiative fédérale, alors que l’aide sociale relève du provincial. Les chemins de fer sont fédéraux s’ils traversent les limites provinciales, mais ils sont de compétence provinciale autrement. Finalement, la gestion des plans d’eau, comme j’en ai parlé dans l’Infolettre de l’été 2017, est complexe puisqu’elle implique les 3 paliers de gouvernement, qui travaillent conjointement avec les associations de lacs et les organismes de prévention environnementale.

Notre circonscription compte 304 conseillers municipaux, maires et préfets. Ajoutons 4 députés qui siègeront à Québec suite à l’élection provinciale de l’automne prochain. Peu importe notre allégeance politique, ou nos opinions personnelles, nous avons la responsabilité partagée, en tant que représentants élus, de collaborer au bénéfice de toute la collectivité. Nous devons savoir qui est responsable de quoi, mais il ne faut pas se préoccuper de savoir à qui « revient le mérite ». Il faut coopérer pour que les dossiers avancent pour trouver, ensemble, des solutions aux problèmes. C’est ce que mon équipe et moi nous efforçons de faire, chaque jour, pour tous les citoyens de Laurentides— Labelle.

Bon été !

- David

KNOWING OUR REGION: from the past to the present...

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : L’origine de certains partis politiques

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

The origins of some political parties

The similarity of the names Liberal Party of Canada and Liberal Party of Quebec creates a lot of confusion, but they are two distinct parties.

The term Liberal comes from a middle-class Spanish movement from the early 1800s called the Liberales, who opposed the powers of the clergy and the nobles. British Tories used it as a derogatory term for the more progressive British Whigs, but the Whigs embraced the name. It became the label for those here who struggled for liberty and progress.

At the beginning of the 1800s, lawyer Pierre Stanislaus Bédard so respected the legal protections of the Constitutional Act of 1791 that he founded the Parti Canadien and a newspaper with the same name. Though he had broken no laws, Governor Sir James Henry Craig threw him in prison for being critical. He knew the constitution of 1791 protected him and insisted on a fair trial, refusing any plea bargain. Eventually, having lost face, the governor was forced to release him. Bédard’s initiative began a powerful reform movement that would lead to rebellion and responsible government.

Louis-Joseph Papineau, the second leader of the Parti Canadien, which had changed its name to Parti des Patriotes, believed in the American model of republican liberty. He encouraged a rebellion to force Britain to cede control of Lower Canada to the movement he led, but he did not have the support of the Church or of most of the people.

When Papineau’s rebellion failed, one of his dedicated followers, lawyer LouisHippolyte Lafontaine, who had been in England seeking solutions through legal means, came forward to lead the Parti des Patriotes and argued persuasively for pardons for many of the rebels. In his foundational “Adresse aux électeurs de Terrebonne” in 1840 he also made common cause with the Reform Party in Upper Canada.

By 1848, working together they achieved an elected government. Lafontaine became our first prime minister. This led to another rebellion in 1849 when the wealthy British business elite, the Chateau Clique, attacked and burned the Canadian parliament buildings in Montreal while Parliament was sitting. Later that summer they attacked Lafontaine at his home. After Lafontaine calmly re-established the peace, he insisted on pardons and clemency, setting a pattern of accommodation that characterizes Canada still.

Lafontaine’s Parti des Patriotes lost its more secular supporters, who created both Quebec’s Parti Rouge and Parti Libéral. These two provincial parties eventually merged under the provincial Liberal name. After Lafontaine’s time, the Patriotes became the ‘Bleus,’ and were ultimately absorbed into the Conservative Party of Quebec, the party of the Chateau Clique.

At the first federal election after Confederation in 1867, the Liberal-Conservative Party led by John A. Macdonald won, and the new Liberal Party of Canada formed the opposition. A third party called the Anticonfederate Party of Nova Scotia won 17 seats. In 1873, after losing control of the government in a vote of non-confidence, Macdonald’s party dropped the word Liberal from its name, becoming the Conservative Party of Canada.

Wilfrid Laurier, a member of the Parti Rouge, became leader of the federal Liberal Party and worked closely with the Liberal Party of Quebec, but relationships between the parties became strained, and by 1955 they had officially broken their ties with each other. Since that time, more than 60 years ago, the two parties, both named Liberal, have been totally separate. In Quebec, federal and provincial parties have remained separate and distinct from each other for several generations, regardless of colour or name.

- Joseph Graham

L’origine de certains partis politiques

Bien que leurs noms se ressemblent et portent souvent à confusion, le Parti libéral du Canada et le Parti libéral du Québec sont deux partis bien distincts.

Le terme « libéral » tire son origine des « Liberales », un mouvement de la classe moyenne espagnole qui, dès le début du XIXe siècle, s’oppose aux pouvoirs du clergé et des nobles. Alors que les tories britanniques emploient ce terme de façon péjorative pour décrire les whigs, plus progressistes, ceux-ci l’adoptent volontiers. Le terme « libéral » désigne, dès lors, ceux qui œuvrent pour la liberté et le progrès.

Au début des années 1800, Pierre-Stanislas Bédard, avocat de profession, voue un tel respect aux protections juridiques garanties par l’Acte constitutionnel de 1791 qu’il fonde le Parti canadien, de même qu’un journal du même nom. Bien qu’il n’enfreigne aucune loi, il est jeté en prison par le gouverneur, sir James Henry Craig, qui lui reproche ses critiques. Se sachant protégé par la Constitution de 1791, Pierre-Stanislas Bédard insiste pour avoir un procès équitable et refuse toute négociation de peine. Le gouverneur est forcé de le libérer après un certain temps et perd la face. C’est le point de départ d’un puissant mouvement qui conduira à une rébellion et à l’établissement d’un gouvernement responsable.

Le Parti canadien, devenu le Parti patriote, a pour deuxième chef Louis-Joseph Papineau, adepte de la liberté républicaine selon le modèle américain. Papineau tente de lancer une rébellion pour forcer l’Angleterre à céder le contrôle du Bas-Canada au mouvement qu’il dirige, une idée que n’appuient ni l’Église, ni la plupart des habitants.

Quand la rébellion de Papineau échoue, l’un de ses fidèles adeptes, l’avocat Louis-Hippolyte Lafontaine, qui s’est rendu en Angleterre dans l’espoir de trouver des solutions juridiques à la situation, offre de diriger le Parti patriote et présente des plaidoyers convaincants en faveur de l’amnistie de nombreux rebelles. Dans son « Adresse aux électeurs de Terrebonne », un texte fondateur publié en 1840, il fait cause commune avec le Parti réformiste du Haut-Canada.

Unissant leurs efforts, ces deux partis réussissent, en 1848, à former un gouvernement élu, et Lafontaine devient le premier de nos premiers ministres. Ces événements entraînent une autre rébellion en 1849, à l’époque où l’Hôtel du Parlement est situé à Montréal. La clique du Château, composée de riches marchands britanniques, met le feu à l’édifice tandis que le Parlement siège. La clique attaque ensuite Lafontaine à son domicile pendant l’été 1849. Après avoir calmement ramené la paix, Lafontaine insiste pour privilégier l’amnistie et la clémence, ouvrant la voie à l’esprit d’ouverture qui caractérise toujours le Canada.

Le Parti patriote, dirigé par Lafontaine, perd ses partisans les plus neutres, qui créent le Parti rouge du Québec et le Parti libéral du Québec. Ces deux partis provinciaux fusionnent, par la suite, sous le nom Parti libéral du Québec. Après l’époque de Lafontaine, les Patriotes deviennent les « Bleus », puis sont intégrés au Parti conservateur du Québec, le parti de la clique du Château.

Lors des premières élections fédérales de la Confédération canadienne, en 1867, le Parti libéral-conservateur de John A. Macdonald prend le pouvoir, et le nouveau Parti libéral du Canada devient l’opposition officielle. Un troisième parti, le Parti antiConfédération de la Nouvelle-Écosse, obtient 17 sièges. En 1873, après avoir perdu le pouvoir à la suite d’un vote de défiance, le parti de Macdonald retire de son nom le terme « libéral » et devient le Parti conservateur du Canada.

Wilfrid Laurier, membre du Parti rouge, prend la tête du Parti libéral du Canada et travaille de près avec le Parti libéral du Québec. Les liens entre ces deux organisations deviennent toutefois tendus et, en 1955, sont officiellement rompus. Depuis cette rupture, qui remonte à plus de 60 ans, ces deux partis nommés « Parti libéral » sont tout à fait séparés. Au Québec, les partis provinciaux et fédéraux sont indépendants les uns des autres depuis plusieurs générations, quels que soient leur couleur et leur nom.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2513 words - permanent link - comments: 0. Posted at 17:41 on June 10, 2018

2018 Spring newsletter / infolettre printemps 2018

A Word From David

Dear friends:

With the announcement at the beginning of the winter that the federal government is contributing $13 million toward Internet access in Antoine-Labelle and another $2 million toward Internet access in La Minerve, both matched by the provincial government, 18 of our 43 towns will have access to high speed internet for more than 98% of households by the end of 2021.

I have advocated since coming into office that companies that provide Internet service to communities must be required to service the entire community, not pick and choose who is most profitable. I said this to the CRTC when I presented in April, 2016, and I was roundly criticised by the large telecom providers for doing so in the weeks that followed.

Internet, in my opinion, is infrastructure; and infrastructure, as a general principle, is not something you can offer to some people and not to others. I also believe that infrastructure should be seen as service ahead of business, and so it gives me great pride to be able to support the Antoine-Labelle MRC's project to connect everybody who has a hydro pole to high-speed Internet through the use of a municipally-created co-operative.

This is ground-breaking in a lot of ways. There is not a long history of the federal and provincial governments supporting cooperatives of this type. If this one works well, that can hopefully change; Quebec has a rich tradition of co-operatives and there is no reason that this cannot also apply to telecommunications as it already has demonstrated over the years through two small local telecommunication cooperatives in La Conception and La Macaza.

More importantly, the principle that the whole community should be serviced is being applied. While a shack deep in the woods beyond conventional utilities that does not have either electricity or phone service will not be getting a fibre optic connection through these projects, everyone else will.

It is my hope that the remaining 25 communities in Pays-d'en-Haut and Laurentides can work together to come up with a similar model to that found in the north of the riding so that poor Internet access becomes a thing of the past for the Laurentians. As with Antoine-Labelle, which pulled the entire project together from scratch in less than two years, my team and our government are a ready and willing partner to help carry it through.

Internet is, after all, infrastructure

- David

Mot de David

Chers amis,

Suivant l’annonce faite au début de l’hiver, le gouvernement fédéral versera une contribution de 13 millions de dollars pour l’accès Internet dans la MRC d’Antoine-Labelle ainsi que 2 millions de dollars pour l’accès Internet à La Minerve et au lac Labelle, avec des contributions égales du gouvernement provincial. Ce sont donc 98% des foyers dans 18 des 43 municipalités de notre circonscription qui auront l’Internet à haute vitesse d’ici la fin de 2021.

Depuis mon entrée en fonction, je fais valoir que les fournisseurs d’Internet doivent être tenus d’offrir le service à toute la communauté plutôt que seulement aux secteurs qui sont le plus rentables. C’est ce que j’ai déclaré au CRTC en avril 2016, ce qui m’a valu, les semaines suivantes, les critiques acides des grandes compagnies de télécommunications.

À mon avis, l’Internet est une infrastructure et, par principe, une infrastructure doit servir à tout le monde. Par ailleurs, l’infrastructure devrait être considérée comme un service. Je suis donc très fier de pouvoir appuyer le projet mené dans la MRC d’Antoine-Labelle où tous ceux qui disposent d’un poteau électrique seront branchés à Internet par le biais d’une coopérative de solidarité.

À bien des égards, l’initiative est audacieuse. Je me réjouis de l’ouverture des gouvernements fédéral et provincial en ce sens. Le Québec a une riche tradition de coopératives et il n’y a aucune raison que ce concept ne puisse pas s’appliquer aux télécommunications. Et localement, nous connaissons des OBNL qui ont réussi en ce domaine : Télécâble La Conception et Communautel, à titre d’exemples.

Ce qui importe surtout, c’est que l’on applique le principe selon lequel toute la communauté doit être servie. À l’exception de la cabane au fond des bois qui ne dispose d’ailleurs ni de l’électricité ni du téléphone, tous les autres foyers seront branchés grâce à la fibre optique.

J’espère que les 25 autres communautés des Pays-d’en -Haut et des Laurentides pourront trouver un modèle semblable à celui que l’on utilise dans le nord de la circonscription. Les zones mal desservies seront alors une chose du passé dans les Laurentides. Comme on l’a fait dans Antoine-Labelle, où toute la communauté s’est mobilisée pour mettre sur pied tout le projet en moins de deux ans, mon équipe et moi offrons notre entière collaboration pour atteindre cet objectif tant espéré.

L’Internet est après tout une infrastructure essentielle!

- David

KNOWING OUR REGION: from the past to the present...

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui...

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

The evolution of communication in our region

When studying our earliest history, it is a marvel to see how communications travelled along the rivers. Different Indigenous nations were related through trade, and people attended large events across the land. Tadoussac was the first inter-continental port of call, but the major trading partners for the Weskarinis Anishinaabe from here were the more proximate Huron-Wendat who supplied them maize in exchange for furs, canoes, pemmican and other goods they fabricated. News spread back along the river systems through the massive network of Iroquoian and Algonquian nations.

When the Five Nations dispersed the Weskarinis and the Huron-Wendat in the 1650s, the whole area became Five Nations hunting and trapping territory, but it was untenably large, and slowly the Anishinaabe and Cree repopulated it trading with the French, the Canadiens, whose major crop was wheat.

The wheat crop collapsed during the 1830s and the seigneuries were overcrowded. New farms and methods had to be found, and in the early 1840s, the Patriote, Augustin-Norbert Morin, founder of the newspaper La Minerve, became the minister of agriculture and colonisation. He founded an experimental potato farm that became Sainte-Adele and thereby encouraged farmers to move to our region. He depended heavily upon the Catholic Church, not just for religion, but for social services and education, and the pulpit was central for spreading information, as were the steps of the church after mass. As the colonists advanced north, they discovered places that were already occupied or named, Manitonga Soutana (Mont Tremblant), La Macaza, Chutes aux Iroquois (Labelle), Rapide de l’Orignal (Mont Laurier) and more.

Sadly, while some of the Anishinaabe were absorbed into this new social fabric, many died of disease or departed when the forestry companies razed their hunting and trapping grounds.

Curé Antoine Labelle greatly expanded settlement and as the population of Canadiens increased, so too did the influence of the more urban communications media, the newspapers. As each town was established, it was also serviced by a post office, and Morin was commemorated in the naming of the La Minerve post office in 1896. JeanBaptiste Rolland, an entrepreneur who arrived in Montreal with a few coins in his pocket in the 1830s, began work as a typesetter for the newspaper La Minerve and intervened in 1879 as its financial savior. His family set up a paper mill at the landing spot on the North River where Morin had arrived, singing to the rhythm of the canoe paddles, to create the original experimental farm. A new town called Mont Rolland formed there. Later, media baron Pierre Péladeau chose Sainte-Adèle for his country retreat.

The influence of the Church continued to grow, and Curé Labelle expanded it to the northwest. The region was first organized as part of the Diocese of Ottawa, then as new areas were settled, it became part of the Hull Diocese, and finally Mont-Laurier’s.

In 1896, another great journalist became a leader in our midst. Henri Bourassa, grandson of Louis-Joseph Papineau and founder of Le Devoir, represented the riding of Labelle (the federal riding of that time) in Wilfrid Laurier’s government, and subsequently was elected as an independent. Communications technologies evolved leading to the telephone, radio and television, and today, the Internet. As instantaneous and omnipresent as this latest one seems to us, each form of communication, right back to the Weskarinis, through the Church and the newspapers, was as fast as it needed to be for the times it served.

- Joseph Graham

L’évolution des modes de communication dans notre région

En étudiant notre histoire, il est fascinant de voir comment la communication des nouvelles a voyagé le long des rivières. L’échange a créé des liens entre diverses nations autochtones, permettant aux gens de prendre part à de grands événements d’un bout à l’autre du pays. Bien que Tadoussac fût la première escale intercontinentale établie, les principaux partenaires des Weskarinis Anishinaabe de notre région étaient les Hurons-Wendat, puisqu’ils étaient plus près. Ces derniers les approvisionnaient en maïs en échange de fourrures, de canots, de pemmican (viande séchée avec petits fruits) et d’autres produits fabriqués ici. Les nouvelles se propageaient tout le long des rivières, par l’intermédiaire du grand réseau formé par les nations iroquoises et algonquiennes.

Lorsque les Cinq Nations séparèrent les Weskarinis et les Hurons-Wendat dans les années 1650, toute la région devint le territoire de chasse et de piégeage des Cinq Nations. Ce territoire était toutefois trop grand et la situation ne pouvait perdurer. Ainsi, les Anishinaabe et Cree repeuplèrent lentement la région, en faisant du commerce avec les français, les Canadiens.

La culture principale des Canadiens, le blé, s’effondra durant les années 1830 alors que les seigneuries étaient surpeuplées. Il fallait bâtir de nouvelles fermes et trouver d’autres façons de faire. Au début des années 1840, le patriote Augustin-Norbert Morin, fondateur du journal La Minerve, devint ministre de l’Agriculture et de la Colonisation. Il fonda une ferme de pommes de terre expérimentale, jetant les bases de la fondation de Sainte-Adèle, et encouragea ainsi les agriculteurs à s’installer dans notre région. Il dépendait fortement de l’Église catholique, non seulement pour la religion, mais aussi pour les services sociaux et l’éducation. La chaire servait autant pour diffuser l’information publique que religieuse et le perron de l’église servait souvent de lieu de communication des nouvelles de la place et parfois même de lieu de potinage.

En progressant vers le nord, les colons découvrirent des endroits qui étaient déjà occupés, ou nommés: Mont-Tremblant (Manitonga Soutana); La Macaza; Chutes aux Iroquois (Labelle); Rapide de l’Orignal (Mont Laurier) et bien d’autres.

Malheureusement, même si certains Anishinaabe furent intégrés à ce nouveau tissu social, bon nombre d’entre eux moururent en raison de maladies ou partirent lorsque les entreprises forestières rasèrent leur territoire de chasse et de piégeage.

Le curé Antoine Labelle contribua grandement à l’élargissement de la colonie. Plus la population augmentait, plus les médias de communication urbains, comme les journaux, gagnaient de l’influence. Chaque nouveau village était desservi par un bureau de poste et on rendit hommage à Morin en nommant le bureau de poste de La Minerve en 1896. L’entrepreneur Jean-Baptiste Rolland arriva à Montréal dans les années 1830 avec seulement quelques sous en poche. Il commença à travailler comme typographe au journal La Minerve et en 1879, il intervint pour assurer la stabilité financière de l’institution. Sa famille mit sur pied une usine de papier au point de débarquement sur la rivière du Nord, où Morin était arrivé quelques années plus tôt, chantant au rythme des pagaies, pour fonder la ferme expérimentale. Un nouveau village fut fondé à cet endroit: Mont-Rolland. Plus tard, le baron des médias Pierre Péladeau choisit Sainte-Adèle pour ses vacances à la campagne.

L’influence de l’Église continua de croître jusqu’à atteindre le nordouest grâce au curé Labelle. Au début, cette région faisait partie du diocèse d’Ottawa puis, avec la colonisation de nouvelles régions, elle s’intégra au diocèse de Hull et finalement à celui de Mont-Laurier.

En 1896, un autre grand journaliste devint un leader chez nous. Henri Bourassa, petit-fils de Louis-Joseph Papineau et fondateur du journal Le Devoir, devint député de Labelle (circonscription fédérale à cette époque) sous le gouvernement de Wilfrid Laurier. Il fut par la suite élu en tant qu’indépendant. Les technologies des communications évoluèrent pour mener au téléphone, à la radio, à la télévision et, enfin, à l’Internet. L’Internet nous semble une technologie instantanée et omniprésente, mais il ne faut pas oublier que chaque mode de communication, des Weskarinis en passant par l’Église et les journaux, a offert toute la rapidité souhaitée pour les besoins de chaque époque.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2275 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:10 on April 01, 2018

2017-18 Winter newsletter / infolettre hiver 2017-2018

A Word From David

Dear friends:

The end of year holiday season is upon us! As we wrap up the 150th anniversary of Canada's Confederation, I want to come back one more time to our theme of how the Laurentians have led Canada. We have been saving the most obvious one until now: our impact on skiing in the country. As we head into a winter that we hope will be more of a winter than our summer was a summer, we will head along this trail.

Did you know that 12 of the 70 commercial ski hills in Quebec (17%) are in Laurentides--Labelle and they have 345 runs? There are several more in the adjacent area, but that is only one edge of the story. There are also 25 crosscountry ski centres in the riding and innumerable private and public ski trails criss-crossing the region, not to mention the southern half of the linear park (the northern half is reserved for snowmobiles in winter). If we go back to the beginning of skiing in the region, the line between cross-country and alpine skiing was a heck of a lot fuzzier. For that matter, skis were intially referred to as "Norwegian snowshoes" in the area.

When my grandmother, 1930s Canadian ski champion Patricia Paré, started skiing in the Laurentians, where much of her family was established on Lac Raymond in Val-Morin and Lac-des-Sables in Sainte-Agathe-des-Monts, she would take the Canadian Pacific Railway's Snow Train up to Mont-Tremblant from Montreal, ski out to the mountain, scale the mountain and ski down it three times over the course of the day. On Sunday, she and her friends would ski south across the fields near the railway to see how far they could get before boarding at another station.

The chairlift, as we know it, did not exist until 1936 when it was invented in the United States, but the first automatic system for getting someone back to the top of a ski hill had already been developed here — the first rope-tow was invented by Moïse Paquette in Sainte-Agathe-des-Monts — although the folks in Prévost will tell you that it was Alex Foster who built it there. It is also here that the first artificial snow was generated at Mont-Gabriel (Sainte-Adèle) by Stan Ferguson in 1957.

Skiing, and of course snowshoeing and snowboarding, are important parts of who we are as a region. It should not be surprising to learn that we have both the Laurentian Ski Museum in Saint-Sauveur focusing on our local ski history and the Canadian Ski Hall of Fame and Museum working toward the establishment of a major institution at the foot of Mont-Tremblant. It is, as always, through remembering our past that we build our future.

The winter-sports industry — which also includes snowmobiling and skating which are subjects for another issue — in the Laurentians represents a big chunk of our tourism economy, and it is to those volunteers, visionaries, and professionals who have done the grunt-work in developing this industry over the past century and in running it today that we dedicate this issue.

Have an excellent ski season and happy holidays!

- David

Mot de David

Chers amis,

La fin d’année et la période des Fêtes approchent ! Au terme du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, j’aimerais revenir une fois de plus sur l’influence des Laurentides dans le Canada. Nous avons gardé le thème le plus évident pour la fin : notre impact dans l’univers du ski au pays ! Alors que nous nous dirigeons vers un hiver qui, espérons-le, sera plus un vrai hiver que l’été n’a ressemblé à un été, suivons la piste de l’industrie du ski.

Au Québec, 17% de tous les centres de ski à vocation commerciale, soit 12 sur 70, se trouvent dans notre circonscription de Laurentides— Labelle, offrant ainsi plus de 345 pistes, et ce n’est qu’une partie d’un tableau bien plus vaste.

La circonscription compte également 25 centres de ski de fond et d’innombrables pistes privées et publiques sillonnent la région, sans oublier la portion sud du parc linéaire (la partie nord est réservée aux motoneiges durant l’hiver). Si on remonte aux débuts du ski dans la région, la frontière entre le ski de fond et le ski alpin était floue. D’ailleurs, les skis étaient alors appelés ``raquettes norvégiennes``.

Ma grand-mère Pat Paré, championne canadienne de ski dans les années 1930, a commencé à skier dans les Laurentides. Une grande partie de sa famille était déjà établie au lac Raymond, à Val-Morin ainsi qu’au lac des Sables, à Sainte-Agathe-des-Monts, et elle prenait le train du Canadien Pacifique de Montréal à Mont-Tremblant, skiait jusqu’à la montagne, la grimpait et descendait trois fois pendant la journée. Le dimanche, ses amis et elle skiaient vers le sud dans les champs à proximité du chemin de fer pour voir quelle distance ils pouvaient parcourir, avant de reprendre le train à la gare où ils étaient rendus.

Les télésièges comme on les connait ont vu le jour à partir de 1936 aux États-Unis, mais le premier système automatique de remonte -pente a été élaboré ici. Le premier câble de remontée a été inventé par Moïse Paquette, à Sainte-Agathe-des-Monts, même si les gens de Shawbridge (Prévost) vous diront que c’est Alex Foster qui l’a fait dans leur localité. C’est également ici que la première neige artificielle a été générée au Mont-Gabriel (Sainte-Adèle) par Stan Ferguson en 1957.

Le ski, ainsi que le surf des neiges et la raquette, constituent une partie tellement importante de notre identité en tant que région qu’il ne faut pas nous surprendre que nous ayons le Musée du ski des Laurentides à Saint-Sauveur, illustrant notre histoire régionale du ski, et que le Temple de la renommée du ski canadien et le Musée canadien du ski projettent l’établissement d’une importante institution au pied du Mont-Tremblant. C’est en nous rappelant notre passé que nous construisons notre avenir.

L’industrie des sports d’hiver — qui inclut la motoneige et le patinage, qui seront les sujets de prochaines Infolettres — dans les Laurentides représente une grande partie de notre économie touristique et c’est aux bénévoles, aux visionnaires et aux professionnels qui ont travaillé avec acharnement pour développer cette industrie depuis un siècle et pour la diriger aujourd’hui que nous consacrons cette édition de l’Infolettre.

Bonne saison de ski;
Joyeuses Fêtes !

- David

KNOWING OUR REGION: The Laurentians Takes to the Hills

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui...

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

In 1893, when Dr. Camille Laviolette presented his arguments for the creation of Mont Tremblant Park to the Quebec Government, he mentioned various sports, but skiing wasn’t on the list. A decade earlier, the elders of La Sagne, Canton Vaud, in Switzerland recommended hiring a Norwegian to teach the children how to ski as well as an English teacher so they could learn to talk with the wealthy British tourists who came to scale the mountains. One of their most successful students was a young man named Émile Cochand. Born in 1890, he won his first race at age six. He nailed a pair of boots onto barrel staves and probably just took off… He won a goblet, but the next year he won a pair of real skis. By the time of his military service, he was so well known in skiing that he spent two years training the Swiss armed forces.

In the meantime, some avid amateurs had taken over the palatial home of the Viscount Ogier d’Ivry, creating the Lake Manitou Ski Club. They began the Laurentian weekend tradition of skiing over farms, covering huge distances more or less following the rail line, then catching the train back to Montreal. One of their members, businessman and philanthropist Lorne McGibbon (who had founded and funded Sainte-Agathe’s Laurentian Sanatorium for tuberculosis after having overcome the disease himself) thought they needed instruction in the sport. Up until that time, snowshoes dominated the hills and trails, and skis were simply considered Norwegian snowshoes. In 1910, McGibbon’s colourful friend Ernest DesBaillets mentioned that he was returning to Switzerland to see his family. McGibbon prevailed upon him to find a Swiss who would be willing to come to Sainte-Agathe to teach skiing. After investigating, DesBaillets was directed to the home of the Cochand family in La Sagne where he met the 20-year-old Émile, who promised to come once he had finished his military service.

A year later Cochand arrived in Canada with 100 pairs of skis, 6 bobsleds and 20 luges. Coming up to Sainte-Agathe, he looked despairingly for the mountains.

Émile Cochand was tasked with promoting skiing in Sainte-Agathe, and in one of the first events he organised, at Christmas in 1911, he included a snowshoe race to make sure he would draw a crowd. He also enticed farmers to allow people to ski over their fields in the winter, tolerate the broken fences and encourage the new tourism that the sport brought. Everything went well until the war started. Around the same time, though, he had met another Swiss, Léa Berger, a nanny whose parents were restaurateurs in Sonveiler near Bern. With the war taking centre stage, Léa and Émile struggled to survive as skiers. Their friend Jack Kerr, treasurer of the Montreal Ski Club, introduced them to his neighbour at Sainte-Marguerite Station and they acquired his 500-acre farm on terms. They dreamed of a ski resort.

Chalet Cochand began in a barely insulated farm house during the war years, with Émile working in Montreal to help supply the funds. Thanks to Montreal customers, the chalet survived and grew through the 1920s. Together with the Wheelers, Nymarks and many others, they founded the Laurentian Resorts Association, cutting trails to join the different resorts while Léa and others, back at their lodges, helped set the standards of Laurentian cuisine and hospitality. By the winter of 1926-27 Émile had convinced CP Rail of the importance of skiing and the P’tit Train du Nord was adapted to transport them.

Eventually 10,000 people a weekend came to the Laurentians on that train, skiing through the woods and staying at the various resorts. Laurentian skiing had begun.

- Joseph Graham
Special thanks to Charles Cochand, grandson of Émile.

Les Laurentides — berceau du ski au Canada

Lorsqu’en 1893, Dr Camille Laviolette a présenté ses arguments au gouvernement du Québec pour la création du parc du Mont Tremblant, il a mentionné la pratique de divers sports, mais le ski n’y figurait pas encore… Dix ans plus tôt, en Suisse, les aînés de La Sagne, dans le canton de Vaud, avaient recommandé d’embaucher un Norvégien pour donner des leçons de ski aux enfants et un professeur d’anglais pour leur apprendre à parler aux touristes britanniques fortunés qui venaient escalader les montagnes. L’un de leurs plus talentueux élèves fut un jeune homme appelé Émile Cochand. Né en 1890, il a remporté sa première épreuve à l’âge de six ans. Il avait cloué une paire de bottes à des douves de tonneaux pour s’élancer sur les pistes… Il se vit remettre une coupe pour sa victoire mais, l’année suivante, il gagna une paire de vrais skis. Quand vint le temps de faire son service militaire, il était tellement connu dans le monde du ski qu’il passa deux ans à former les forces armées suisses à la pratique de ce sport.

À la même époque, ici dans la région, quelques fervents amateurs de ski avaient acheté la somptueuse résidence du vicomte Raoul Ogier d’Ivry et créé le Lake Manitou Ski Club. La tradition laurentienne des fins de semaine de ski, consistant à traverser les fermes et parcourir d’immenses distances en suivant plus ou moins la voie ferrée, pour ensuite retourner à Montréal en train, fut ainsi créée. L’un des membres du club, l’homme d’affaires et philanthrope Lorne McGibbon (qui a fondé et financé le Sanatorium Laurentien pour tuberculeux à Sainte-Agathe, après avoir survécu lui-même à la maladie), pensait que les membres avaient besoin de recevoir une formation sur le sport. Jusqu’alors, la raquette dominait les collines et les sentiers; les skis étant simplement considérés comme des raquettes norvégiennes.

En 1910, Ernest DesBaillets, un ami de M. McGibbon, lui mentionna qu’il retournait en Suisse pour voir sa famille. M. McGibbon le persuada alors de trouver un Suisse qui serait disposé à venir à Sainte-Agathe pour donner des leçons de ski. À la suite de ses recherches, M. DesBaillets a été orienté vers la résidence de la famille Cochand à La Sagne, où il rencontra Émile, alors âgé de 20 ans, qui fit la promesse de venir une fois son service militaire achevé.

Il arriva au Canada un an plus tard, muni de 100 paires de skis, 6 bobsleighs et 20 luges. On dit qu’à son arrivée à Sainte-Agathe, il chercha désespérément les montagnes...

Émile Cochand était chargé de faire la promotion du ski à Sainte-Agathe et, lors d’un des premiers événements qu’il organisa à Noël en 1911, il programma une course en raquette pour être certain d’attirer une foule. Il incita les agriculteurs à autoriser les gens à skier dans leurs champs, à tolérer les bris de clôture et à encourager le nouveau tourisme apporté par le sport. À peu près à la même époque, il rencontra Léa Berger, une gouvernante d’enfants, dont les parents étaient restaurateurs à Sonveiler, près de Berne (Suisse). Tout se passa bien jusqu’à ce que la guerre commence : Léa et Émile eurent du mal à survivre en tant que skieurs. Malgré tout, leur ami Jack Kerr, trésorier du Club de ski de Montréal, les présenta à son voisin de Sainte-Marguerite-Station, et ils achetèrent à certaines conditions sa ferme de 500 acres. Le couple rêvait de créer une station de ski. Chalet Cochand naquit pendant les années de guerre dans une maison de ferme à peine isolée, alors qu’Émile travaillait à Montréal pour aider à financer l’entreprise. Grâce aux clients de Montréal, le chalet survécut et se développa pendant les années 1920. En collaboration avec les Wheeler, les Nymark et bien d’autres familles, Émile fonda la Laurentian Resorts Association, défrichant des sentiers pour relier les différentes stations pendant que Léa et les autres contribuaient dans leurs établissements à instituer les normes de la gastronomie et de l’hospitalité laurentiennes.

À l’approche de l’hiver de 1926-1927, Émile parvint à convaincre la compagnie de chemins de fer Canadian Pacific de l’importance du ski et le P’tit Train du Nord fut adapté au transport des skieurs. Éventuellement, 10 000 personnes emprunteraient ce train tous les week-ends pour se rendre dans les Laurentides, skier dans les bois et loger dans les divers établissements.

Le ski dans les Laurentides était né.

- Joseph Graham
Un merci tout particulier à Charles Cochand, petit-fils d’Émile.

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2613 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:11 on December 31, 2017

2017 Fall newsletter / infolettre automne 2017

A Word From David

Dear friends,

As the little bit of summer we managed to eke out of this cool, wet season wraps up in a flurry of corn on the cob, I am headed to Ottawa to take back to my colleagues in Parliament the many things I have learned from talking to you over the last few months. I want to thank you for the overwhelming response to our last newsletter, which focused on Eurasian watermilfoil, and waterway management more generally. Since we sent it, my whole team has learned even more about this important file and our work on protecting our lakes and waterways continues, without hampering the tourism industry that keeps us going.

I have also had the opportunity to tour many of the 158 projects that benefitted from our Canada Summer Jobs program this year. One of our biggest challenges in this region is ensuring opportunities for youth. The recently released 2016 Census shows that our population continues to age, and this guides the priorities of my team of people from here, working for here.

But in this issue, I also want to be a little more lighthearted.

As we explore the Laurentians' role in Canada's history in the context of the 150th anniversary of Confederation, let’s take a moment to reflect on the contribution that aviation has made as described in this issue's history column and local map.

The Laurentians have been an important centre of innovation and nation-building for Canada as a whole throughout the past century and a half. Aside from our rich athletic heritage, our deep-rooted implication in the forestry industry, and our healthy contribution to the medical sector – think of the large number of tuberculosis sanitariums and other rest-cure establishments more than a century ago – the Laurentians is also a high-flying region in the history of aviation as part of the development of our critical tourism industry.

While seaplanes can legally, and do often, land pretty much anywhere a pilot decides is safe, many businesses register specific waterways as aerodromes for commercial purposes, or to ensure their presence on navigational maps. In our riding, there are well over 200 aircraft registered along with 15 aerodromes. There are five with runways for airplanes, including La Macaza/Mont-Tremblant International, five for helicopters, and five seaplane bases. We also have one small aircraft manufacturer and several aviation charter companies, an aircraft mechanic company, and a flying school.

While aviation is important to our region’s success, past and future, it still sparks some discussion. For example, the only public airport in the riding is the city-owned one in Mont-Laurier. It is in dire need of a new runway, one of a long list of infrastructure needs in the region. In the centre of the riding, people are concerned about a private tiny airfield for ultralight aircraft planned for Saint-Faustin-Lac-Carré. In the south, the community of Sainte-Anne-des-Lacs has a complaint about noise coming from a parachute-jumping school just outside the riding.

Being a large, rural region, we have a need to innovate. It is not surprising, then, that Canada's first air carrier was born in Saint-Jovite nearly a century ago. As we face tremendous demographic and economic challenges in the region, I have no doubt that the Laurentians' long history of innovation will sustain our track record of leadership for generations to come.

- David

Mot de David

Chers amis,

Alors que cet été trop court, trop frais et trop pluvieux se termine sur un fond d’épluchettes de blé d’Inde, je retourne à Ottawa pour rapporter à mes collègues du Parlement tout ce que j’ai appris de nos conversations au cours des derniers mois. Je tiens à vous remercier d’avoir répondu en si grand nombre à notre dernier bulletin, qui portait plus particulièrement sur le myriophylle à épis et la gestion des plans d’eau en général. Depuis l’envoi de ce bulletin, mon équipe en a appris encore plus sur cet important dossier et nous continuons de travailler pour protéger nos lacs et rivières sans entraver l’industrie touristique, qui est au cœur de notre économie.

J’ai également eu l’occasion de me rendre sur le terrain de bon nombre des 158 projets qui ont profité du financement du programme Emplois d’été Canada cette année. Offrir des débouchés aux jeunes est l’un des plus grands défis de la région. Les données du Recensement de 2016, qui ont été publiées récemment, révèlent que notre population continue de vieillir, un facteur qui oriente les priorités de mon équipe de la région, qui travaille pour la région.

À présent, passons à un sujet plus léger.

Puisque nous nous penchons sur la place des Laurentides dans l’histoire du Canada dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération, attardons-nous un peu à l’apport du domaine de l’aviation, que nous présentent la rubrique d’histoire et la carte locale de ce numéro.

Au cours du dernier siècle et demi, les Laurentides ont joué un rôle important dans l’innovation et l’édification de la nation dans l’ensemble du pays. Elles se distinguent dans le domaine des sports, sont depuis toujours un acteur important de l’industrie forestière et ont apporté une contribution salutaire au secteur de la santé – il suffit de penser à tous les sanatoriums et autres établissements de repos qu’on y trouvait il y a plus d’un siècle. En plus de tout cela, les Laurentides font aussi très bonne figure dans l’histoire de l’aviation en lien avec le développement de notre importante industrie touristique.

Légalement, les pilotes d’hydravion peuvent poser leur appareil à peu près n’importe où ils jugent pouvoir le faire sans danger; c’est d’ailleurs souvent ce qu’ils font. Malgré cela, bien des entreprises inscrivent des voies navigables précises en tant qu’aérodromes à des fins commerciales ou pour s’assurer de figurer sur les cartes de navigation. Notre circonscription compte bien au-delà de 200 aéronefs inscrits, de même que 15 aérodromes. Cinq sont pourvus de pistes pour avions, dont l’Aéroport international de Mont-Tremblant à La Macaza, cinq sont destinés aux hélicoptères et cinq sont des hydrobases. Nous avons aussi un petit constructeur d’aéronefs et plusieurs compagnies de vols nolisés, une entreprise de mécanique d’aéronefs et une école de pilotage.

Si l’aviation joue un rôle important dans la prospérité de la région, passée et future, ce domaine n’est pas sans susciter quelques discussions. Ainsi, le seul aéroport public de la circonscription est celui de Mont-Laurier, qui appartient à la Ville. Cet aéroport aurait grand besoin d’une nouvelle piste, ce qui figure sur une longue liste de besoins en infrastructures dans la région. Au centre de la circonscription, il y a des préoccupations au sujet d’un projet de construction d’un petit aérodrome privé pour ultralégers à Saint-Faustin–Lac-Carré. Au sud, c’est le bruit qui fait l’objet d’une plainte et incommode des résidents de la localité de Sainte-Anne-des-Lacs, en lien avec une école de parachutisme située juste en dehors de la circonscription.

Une grande région rurale comme la nôtre innove par nécessité. Il n’est donc pas étonnant que le premier transporteur aérien du Canada ait vu le jour à Saint-Jovite il y a près d’un siècle. Malgré les importants défis démographiques et économiques auxquels fait face la région, je sais que les Laurentides sauront conserver leur place de chef de file grâce à l’innovation pendant de nombreuses décennies encore.

- David

KNOWING OUR REGION: The Laurentians Take Flight

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : histoire de l'aviation

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

The First Air Carrier in Canada

Did you know that our riding has always been in the forefront of rural aviation and boasts the first commercial air carrier in Canada? Two men, Hervé Saint-Martin and Tom Wheeler, started Laurentian Air Services in the early 1920s.

In February 1922, Saint-Martin was the first pilot to complete a winter flight to James Bay. His plane was an Avro 504K with an open cockpit. He was one of the best pilots of his time and together he and Wheeler organised a service that carried tourists to hunting and fishing lodges within reach of Lac Ouimet in Saint-Jovite.

Saint-Martin had served in the air force in Europe and Wheeler served in the U.S. Army Air Corps but the Armistice ending the war was signed before his active duty.

Wheeler had acquired the Avro 504K in 1921, and they subsequently purchased a Curtiss JN-4 biplane. It was not designed for water, so Saint-Martin reconditioned a Curtiss Seagull to reach destinations on lakes. The Curtis Seagull was a flying boat first manufactured in 1919. The hull was made from mahogany plywood veneer over a wood frame. It was just shy of 29 feet (8.8m) in length and had a wingspan of 50 feet (15m). It could accommodate three people and cruised at 60 mph (100 km/h) over the treetops. Its brown stained hull and open deck topped with a pusher engine (prop facing the stern) gave it the look and even the feel of a boat rather than a plane.

From this auspicious beginning, Laurentian Air Services morphed into Gray Rocks Air Service, acquired a fleet of bush planes and eventually registered as Wheeler Airlines.

Ever the aviator, Saint-Martin went on to monitoring flights over the St. Lawrence, spying out bootleggers over the Gulf from an air base in Rimouski and pioneering airmail with Canadian Airways. Operating Saint-Martin Air Services out of Lac Saint-Jean, he had only one phobia: he had to be the pilot and would not accept to be a passenger. In 1939, filming a herd of caribou while leaving the controls to his student co-pilot, he died when the student lost control of the plane.

Stuart Graham (no relation to David), Saint-Martin’s close friend, recovered the film and used it to establish the facts that had led to the crash. Graham was Canada’s first bush pilot. In June 1919, he delivered a Curtiss HS-2L Flying Boat, La Vigilance, from Halifax to Lac-à-la-Tortue near Grand-Mère. He, his wife Madge, and the mechanic, Bill Kahre, touched down to great fanfare at towns across Eastern Canada en route to Grand-Mère. They sat single-file but Madge had strung a clothesline to send messages back and forth between them. They spent their next year monitoring fires, experimenting with aerial photography using an Eastman K1 aerial camera and flying two prospectors into the bush. Like many of the early pilots, they moved on to other adventures the next year and Laurentian Air Services took over their interests.

By 1946, Laurentian Air Services had become Wheeler Airlines and flew DC-3s, DC-4s, Curtiss C-46s and Canso amphibious aircraft. It was one of the largest bush operators in Canada, was a supplier to the construction of the DEW Line and had flights that crossed the Atlantic. The airline became a part of Nordair in 1964, which in turn eventually became part of Air Canada.

The role of aviation in the Laurentians is still very much with us to this day.

- Joseph Graham

Le premier transporteur aérien commercial au Canada

Saviez-vous que notre circonscription a toujours été à l’avant-garde de l’aviation rurale et qu’elle peut se targuer d’avoir été le berceau du tout premier transporteur aérien commercial au Canada? Deux hommes, Hervé Saint-Martin et Tom Wheeler, y ont fondé Laurentian Air Services au début des années 1920.

En février 1922, Saint-Martin devient le premier pilote à voler en hiver jusqu’à la Baie James. Il accomplit cet exploit à bord d’un Avro 504K à cockpit ouvert. Considéré comme l’un des meilleurs pilotes de son époque, il organise, en compagnie de Wheeler, un service pour amener des touristes vers les camps de chasse et de pêche à proximité du lac Ouimet, à Saint-Jovite.

À l’époque, Saint-Martin avait déjà servi dans les forces aériennes en Europe, et Wheeler s’était enrôlé dans le corps de l’armée de l’air américaine, mais la signature de l’Armistice a mis fin à la guerre avant qu’il n’entreprenne son service actif.

Wheeler a acquis l’Avro 504K en 1921, et par la suite, on commence à offrir les services avec un biplan Curtiss JN-4. Comme cet avion n’était pas conçu pour atterrir sur l’eau, Saint-Martin remet en état un Curtiss Seagull pour atteindre des destinations en amerrissant sur les lacs. Le Curtiss Seagull est un hydravion à coque, dont le premier a été fabriqué en 1919. La coque est formée d’une charpente en bois recouverte de contreplaqué d’acajou. Il fait tout près de 29 pieds (8,8 m) de long avec une envergure de 50 pieds (15 m). Pouvant accueillir trois personnes, il vole au-dessus de la cime des arbres à une vitesse de croisière de 60 mi/h (100 km/h). Sur sa coque, teintée de brun, se trouve un cockpit ouvert surmonté d’un moteur à hélice propulsive (hélice face à l’arrière). Ce type d’avion, qui ressemble bien plus à un bateau, devait aussi se comporter comme tel.

Des débuts ambitieux font en sorte que Laurentian Air Services devient Gray Rocks Air Service; la compagnie fait l’acquisition d’une flotte d’avions de brousse, puis elle finit par s’enregistrer sous le nom de Wheeler Airlines.

Toujours aviateur dans l’âme, Saint-Martin demeure pilote. À partir d’une base aérienne à Rimouski, il fait des vols de surveillance au-dessus du golfe du Saint-Laurent pour détecter les navires de contrebande d’alcool. Il fait aussi figure de pionnier du service postal aérien à la Canadian Airways. Exploitant ensuite son propre service aérien dans la région du lac Saint-Jean, Saint-Martin Air Services, il n’avait qu’une seule phobie : ne jamais voler dans un avion à moins d’en être le pilote. En 1939, alors qu’il est occupé à filmer un troupeau de caribous, il laisse les commandes à son apprenti-copilote, et meurt lorsque ce dernier perd le contrôle de l’appareil.

Stuart Graham (aucun lien de parenté avec David), un bon ami de Saint-Martin, récupère la bobine du film et l’utilise pour reconstituer les faits ayant mené à l’écrasement. Graham fut le premier pilote de brousse du Canada. En juin 1919, il livre un hydravion à coque Curtiss HS-2L, nommé La Vigilance, d’Halifax jusqu’au Lac-à-la-Tortue, près de Grand-Mère. Lui, sa femme Madge, et le mécanicien Bill Kahre, atterrissent en grande pompe dans plusieurs villes de l’est du Canada alors qu’ils sont en route vers Grand-Mère. Dans l’appareil, ils sont assis en file indienne, mais Madge a imaginé un système de corde à linge pour qu’ils puissent se transmettre des messages. Ils passent l’année suivante à surveiller des incendies, à expérimenter la photographie aérienne à l’aide d’une caméra K1 d’Eastman, et à faire du transport aérien en forêt pour le compte de deux prospecteurs. Comme bon nombre des tout premiers pilotes, ils se lancent dans de nouvelles aventures l’année suivante, et Laurentian Air Services reprend le projet.

En 1946, la compagnie Wheeler Airlines enrichit sa flotte de DC-3, de DC-4, de Curtiss C-46 et d’un avion amphibie Canso. Elle devient l’un des plus gros transporteurs de brousse au pays, un sous-traitant pour le transport de matériel destiné à la construction du réseau Dew, un réseau d’alerte avancée, et propose des vols outre-Atlantique. La compagnie aérienne passe à Nordair en 1964, qui fait maintenant parti d’Air Canada.

Le rôle de l’aviation dans les Laurentides demeure encore très important dans nos vies aujourd’hui

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2689 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:11 on October 01, 2017

2017 Summer newsletter / infolettre été 2017

A Word From David

This summer, Canada is celebrating the 150th anniversary of our confederation. It does not mark the beginning of our history, nor come close to covering everything that has happened in our country, but it does give us an opportunity to reflect on what we have.

Our environment is, of course, of utmost importance. Without it, not much else matters. In our region, this is best exemplified through water management. While Internet access and cell phone service remain the number one priority for me and my team, protecting our lakes and waterways is number two, within the larger frame of protecting our environment.

Jurisdiction over our waterways is very complicated. Navigable water comes under federal responsibility. Non-navigable does not. What is man-made in water is generally federal. What is natural in the water is generally provincial. The shoreline is municipal or regional, and provincial up to the high-water mark. A vessel bypassing municipal controls at the shore and getting into the water becomes federal. Enforcement is almost entirely provincial, however municipalities can also assume some of that responsibility, although generally at great expense. Most of this division of jurisdiction is laid out in the constitution. On top of that, going back to Confederation, federal policy has been based, not on protecting the water, but on protecting navigation. Thus, the two pieces of federal legislation that affect our lakes and rivers are the Canada Shipping Act and the Navigation Protection Act, putting water under Transport Canada rather than Environment Canada. Bringing sense to this is the main thrust of my interventions on this subject.

The net result of this complex system is that it is up to us, collectively, to take care of our waterways. In the Laurentians, environmental awareness is well-established. Our residents understand how important it is to take care of and respect nature. Lake associations, watershed groups and municipalities all take on an active, even proactive, role in this, and I thank all of you who are involved. According to Anne Léger, the executive director of the Laurentian regional environment council, our region boasts one of the greatest concentrations of active lake associations in Quebec. This is not surprising given the great number of lakes that have been studied and followed through provincial programs to evaluate and monitor lakes such as the RSVL (Réseau de surveillance volontaire des lacs). See the note at the bottom of page 3 for more information.

While some communities have succeeded in getting through the arduous process of implementing regulations, for most, we are on what can best be described as the honour system. There are three things you can do on your own initiative:

First, please ensure that everything that goes in the water, from the smallest kayaks and pedal boats to the largest yachts, and even seaplanes, are thoroughly cleaned – including inside any ballast tanks – before going in the water and when moving from one waterway to another. Milfoil – explained in depth on page 4 – transfers too easily: a small chunk the size of a dime is sufficient. There is no known cure once it is in a lake.

Second, ensure that any boat used in a given lake or waterway is used appropriately. For example, according to current research, wake boats are fine if they are kept from creating wakesurf within 300 metres of shore or in water less than 5 metres deep. Within those ranges, though, they contribute significantly to washing away the shoreline and turning up lakebed sediment, both of which cause significant and sometimes irreparable damage to the greatest asset we have in our region: our lakes and waterways.

And third, if you are on or near a lake, join your lake association if there is one, and, if not, start one.

Together, we can ensure that our lakes and waterways, and the tourist industry that depends on them, is there for the next generations to enjoy.

- David

Mot de David

Cet été, nous célébrons le 150e anniversaire de notre confédération. Cela ne marque pas le début de notre histoire; ni toute l’histoire de notre pays, mais cela nous donne la chance de porter le regard sur ce que nous avons.

Notre environnement est sans conteste notre plus grande richesse. Sans l’environnement, plus rien d’autre ne compte. Dans notre région, la gestion des plans d’eau est l’exemple le plus marquant. Bien que l’accès à Internet et aux services de communications cellulaires demeure la priorité numéro un pour mon équipe et moi-même, la protection de nos lacs et cours d’eau est la priorité numéro deux, s’inscrivant dans cette optique plus large de protection de l’environnement.

La juridiction de nos plans d’eau est compliquée. Les plans d’eau navigables sont de juridiction fédérale… mais pas ceux nonnavigables. Les canaux et dérivations construits par l’homme sont généralement de juridiction fédérale… mais les plans d’eau naturels sont généralement de juridiction provinciale. Les berges et les accès de mise à l’eau sont règlementés par le municipal / régional, alors que le provincial contrôle le fond des lacs et le littoral jusqu’à la ligne des hautes eaux. L’application des lois est presque entièrement de juridiction provinciale, mais les municipalités peuvent assumer quelques responsabilités, quoique cela engendre souvent de grosses dépenses. La majorité de ces mélanges de juridiction sont énoncés dans la constitution. Cependant, au moment d’établir la confédération, la règlementation a été adoptée pour protéger le droit à la navigation plutôt que pour protéger les plans d’eau. Ainsi, les principales lois fédérales qui encadrent nos lacs et nos rivières sont la Loi sur la marine marchande et la Loi sur la protection de la navigation, donnant ainsi la responsabilité des plans d’eau à Transports Canada plutôt qu’à Environnement Canada. C’est ce dernier fait qui guide mes interventions sur le sujet de la protection des plans d’eau.

Le résultat de ce système complexe, c’est que c’est à nous, collectivement, de veiller sur nos plans d’eau. Dans les Laurentides, la conscience environnementale est bien établie. Les résidents comprennent à quel point il est important de respecter et conserver notre nature. Les associations de lacs; les organismes de bassins versants et les municipalités jouent tous un rôle actif et même proactif, et je remercie tous ceux qui s’impliquent en ce sens. Comme le mentionne Anne Léger, directrice du Conseil Régional de l’Environnement des Laurentides: ``notre région possède une des plus grande concentration d’associations de lacs actives au Québec.`` Un grand nombre de nos lacs sont étudiés et suivis via des programmes provinciaux d’évaluation et contrôle des plans d’eau, comme le RSVL (Réseau de Surveillance Volontaire des Lacs). Plus d’informations sur la santé de nos lacs au bas de la page 3 de ce bulletin.

Bien que certaines municipalités aient réussi à implanter une nouvelle règlementation, au terme d’un processus très ardu auprès de Transports Canada; nous devons pour l’instant nous référer au bon sens et à une sorte de ``code d’honneur`` pour la protection de nos plans d’eau. Voici 3 actions que vous pouvez mettre en pratique dès maintenant :

Premièrement : assurez-vous que tout ce qui va dans nos plans d’eau -- des petites embarcations comme un pédalo ou un kayak jusqu’aux plus grandes comme un ponton ou même un hydravion – soit entièrement nettoyé (incluant les réservoirs à ballast) avant la mise à l’eau ou lorsqu’on passe d’un plan d’eau à un autre. Le myriophylle à épi (plus d’informations en page 4) se transfère trop facilement : un morceau de la taille d’un ongle peut suffire à contaminer un lac et il n’y a actuellement aucune solution connue pour éradiquer cette plante.

Deuxièmement : assurez-vous de l’usage approprié d’une embarcation selon le type de plan d’eau. Par exemple, les plus récentes recherches démontrent que l’usage d’un wake-boat devrait se faire s’il y a une distance minimum de 300 mètres des berges et une profondeur minimale de 5 mètres d’eau. Autrement, les vagues causées par l’usage de ce type d’embarcation contribuent à la dégradation des berges et au brassage de sédiments, causant ainsi des dommages significatifs et parfois irréparables à la plus grande richesse de notre région : nos lacs et plans d’eau.

Finalement : que vous soyez riverain ou non; joignez les rangs de votre association de protection du lac… et si celle-ci n’existe pas encore, devenez-en fondateur !

Ensemble, nous pouvons agir pour que nos lacs et rivières, et l’industrie touristique qui en dépend, soient encore accessibles pour que les prochaines générations en profitent.

- David

KNOWING OUR REGION: OF LAKES AND RIVERS

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : DE LACS ET DE RIVIÈRES

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

Open waters and fish have been central to our lives back to the earliest inhabitants of the multitude of rivers that served as transport routes from Quebec City to Lake Huron.

Trout were plentiful in the lakes, rivers and streams here, and many of our lake names commemorate their varieties. Following the current, the Weskarinis, the indigenous people of the region, came across the ouananiche, part trout, part salmon, as they neared the larger waterways. The Lièvre, Rouge, Petite Nation and North rivers served as their transport routes as well as an important source of protein. In fact, the principal protein in the Wendat (Huron) diet was fish, not meat.

When European settlers spread into the area, they used the rivers to float logs down, originally for the navies and then for mills. The logs came from pine forests, nurtured and inhabited for centuries by the Weskarinis and their ancestors. Farmers moved up the rivers establishing themselves on the fertile banks, maintaining open fields, changing the water flow. The river beds were disturbed, but the fish survived and sports fishing began. In 1884, the government declared that any land ceded for farming along minor waterways had to respect a servitude of three chains (about 60.3 metres) from the high water mark to allow access for this new sport.

At the same time, mills were built along the rivers, and dams to control the flow of water were stopping the free passage of fish. In his History of Argenteuil, Cyrus Thomas recounted how in the 1820s a Mr. Clark drowned while waiting for the mill in Lachute to grind his grain. He “went to fish for salmon, which were then to be had below the dam...” Each successive generation has adjusted to new norms of reduced fish, as though stepping down a staircase one generation at the time.

Dr. Edmond Grignon, author of the 1912 history of Ste. Agathe, alerted us that the mills were partly responsible for the disappearance of the abundant fish and that the region’s reputation as a fisherman’s paradise was at risk. Minnows of other varieties, he continued, brought in as bait fish, escaped into the waters and consumed trout eggs.

Canada’s first airline, Laurentian Air Services, subsequently Wheeler Air, began by flying fishermen and hunters out of Lake Ouimet in St. Jovite in 1929. The fisherman’s paradise was already moving to the farther reaches. Fred de Leeuw, who joined the firm in 1957, described flying into a string of camps all the way to James Bay. Motorboats were also beginning to ply the waters, bringing along a new kind of skiing. Lakes had become the centrepiece of the Laurentian Playground and the larger ones drew people from the world’s capitals.

Today, the mills are gone and the ouananiche are forgotten. Many have tried to clean things up, but each generation takes a single step of that staircase, wanting the river to be put back to the way it was when they were younger. The top step is too far back for anyone to remember. Today, few dams serve an economic purpose and the forests are coming back in protected waterfront areas. We can look back up the staircase to the top and imagine the gigantic pine forests and rivers teeming with trout while we work together to decide what we want our children and grandchildren to inherit.

- Joseph Graham

Les cours d’eau et les poissons ont joué un rôle crucial dans nos vies, tant pour les peuples autochtones que pour les premiers colons qui se sont établis le long des rivières. Celles-ci leur servaient de moyen de transport depuis la ville de Québec jusqu’au lac Huron.

Le poisson abondait dans les lacs, les rivières et les ruisseaux, comme en témoignent les noms des plans d’eau qui commémorent leurs variétés (lac de la Grise; lac Arc-en-ciel; lac Brochet; lac Doré; etc.). Les rivières du Lièvre, de la Rouge, Petite Nation et du Nord ont permis aux Weskarinis, les indigènes de la région, de se déplacer sur tout le territoire, en plus de leur fournir une source importante de protéine. En suivant le courant, les Weskarinis ont découvert près des plus grands cours d’eau la ouananiche, une sorte de fusion entre la truite et le saumon. D’ailleurs, le principal apport en protéine du régime wendat (huron) provenait du poisson, et non de la viande.

Lorsque les colons se sont installés dans la région, ils ont utilisé les rivières pour transporter des billots de bois, d’abord pour la marine, et ensuite pour des moulins. Les billots provenaient de forêts de pins qui ont été habitées pendant des siècles par les Weskarinis et leurs ancêtres. Les fermiers se sont établis le long des cours d’eau sur les terres fertiles et se sont mis à défricher des champs, modifiant ainsi le débit de l’eau. Des cours d’eau ont été détournés, mais les poissons ont survécu.

C’est alors que la pêche récréative fait son apparition. En 1884, le gouvernement déclare que toute terre cédée à des fins agricoles le long de cours d’eau mineurs doit respecter une servitude de trois chaînes (environ 60,3 mètres) des hautes eaux pour permettre la pratique de ce nouveau sport.

Au même moment, des moulins sont construits le long des rivières, de même que des barrages pour contrôler le débit de l’eau. Ces derniers empêchent les poissons de se déplacer librement. Dans son livre History of the counties of Argenteuil, Cyrus Thomas raconte la noyade de M. Clark à Lachute, alors qu’il attendait que le moulin broie son grain. Il était allé pêcher le saumon, qui se trouvait en aval du barrage. Chaque génération s’est ajustée à la nouvelle norme selon laquelle moins de poisson est disponible, comme si chaque génération descendait une marche d’escalier.

Edmond Grignon, auteur de l’Album historique publié à l’occasion des fêtes du cinquantenaire de la paroisse de Sainte-Agathe-des-Monts (1912), affirmait déjà que les moulins étaient responsables de la disparition des poissons et que la réputation de paradis du pêcheur de la région était en péril. Des vairons de différentes espèces introduits pour servir d’appât s’étaient répandus dans les cours d’eau et avaient mangé les œufs de truites.

Le premier transporteur aérien au Canada, Laurentian Air Line, devenu par la suite Wheeler Air, a commencé à transporter des pêcheurs et des chasseurs à partir du lac Ouimet, à Saint-Jovite, en 1929. Le paradis des pêcheurs se faisait déjà de plus en plus loin. Fred de Leeuw, qui s’est joint à la firme en 1957, dit avoir visité par avion des campements successifs jusqu’à la Baie James.

Les bateaux à moteur faisaient aussi leur apparition sur les cours d’eau, proposant une nouvelle façon de skier. Les lacs devenaient le principal attrait touristique, et les plus gros attiraient des touristes du monde entier.

Aujourd’hui, les moulins ont disparu et la ouananiche a été oubliée. Quelques barrages jouent un rôle économique et les forêts reprennent leur place dans les zones riveraines protégées. Plusieurs ont tenté de nettoyer les cours d’eau, mais chaque génération ne franchit qu’une seule marche, son souhait étant que les cours d’eau soient comme quand ils étaient petits.

Plus personne ne se souvient de la marche la plus haute, qui correspond aux forêts de pins gigantesques et aux rivières débordantes de truites. Nous devons imaginer l’héritage que nous voulons laisser à nos enfants et à nos petits-enfants et travailler ensemble afin de remonter l’escalier.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2849 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:11 on July 01, 2017

2017 Spring newsletter / infolettre printemps 2017

A Word From David

Dear Friends,

As we mark the 150th anniversary of Canada’s confederation this year, I want to take a moment to look back into the history of our region and ask an important question: how have the Laurentians influenced Canada’s history? While we celebrate Canada’s role here, I believe there is just as much to celebrate in our role in Canada.

Mont-Tremblant resident Erik Guay’s recent world-championship win in the Super-G alpine ski race in Saint-Moritz is an achievement to be celebrated, being the first Canadian to bring home this title. Erik is the most recent of an impressive list of victorious athletes that represent our region, including others such as Jasey-Jay Anderson, Mélanie Turgeon, Peter Duncan, Lucille Wheeler and my grandmother Pat Paré, who was a world-class ski champion in the 1940s.

And who can forget Emile Cochand, who became our first professional ski teacher in 1911, and Norwegian native Herman Smith-Johannsen, dubbed "Jackrabbit" by the Cree in 1903. Associated with the Maple Leaf Trail, which he mapped and named, he was an icon promoting cross-country skiing until his death in 1987 at 111 years of age. He is one of the best-known promoters of skiing on the continent, something anyone who has used the Linear Park or any of the thousands of kilometres of ski trails in the Laurentians will no doubt appreciate.

So strong is our influence in skiing that the Laurentian Ski Museum lists over 100 people in their Hall of Fame. It is thus fitting that the Canadian Ski Museum would like to complement our local community’s recognition of our skiing heritage as the institution seeks to move to Mont-Tremblant.

When it comes to culture, several artists from the Laurentians have brought our region wider recognition. Francine Ouellette, who resides in Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles and wrote famous novels such as Au nom du père et du fils, Le Sorcier, and the Feu series, is an excellent example, and the words of Le plus beau voyage (1972) by songwriter Claude Gauthier, a native of Lac-Saguay, are the origin of the slogan of the MRC of Antoine-Labelle: I am of lakes and rivers.

On the international stage, Bobby Bazini, the singer from Mont-Laurier, has been performing for nearly 10 years and has sold millions of albums in over 40 countries. Since his victory at La Voix (2015), his brother Kevin Bazinet has become an authentic and charismatic ambassador for our region. One of the best-known citizens of Ferme-Neuve, Yoan Garneau, winner of La Voix (2014), is bringing country music to the rest of the country.

Former Sainte-Adèle mayor and journalist Claude-Henri Grignon, author of the legendary TV program Les Belles Histoires des Pays-d'en-Haut, and member of the Order of Canada (1969), is recognised to this day by many Quebeckers as one of our pre-eminent novelists. Like him, many local politicians have had a strong influence on our country. This is the subject of this issue’s history column on the next page.

Our region is also renowned for many other reasons: our lumber, our landscapes present in numerous movies, our outfitters, our recreational trails, our multitude of sporting events and our many festivals. If the past is any indication, our future is very promising. I know that the Laurentians’ influence in our country will only increase over the next 150 years and that we will continue to be able to be proud of our role within Canada.

- David

Mot de David

Chers amis,

Je profite de l’occasion du 150e de la Confédération du Canada pour poser cette question: quelle est l’influence des Laurentides dans l’histoire du Canada? Au moment de célébrer le Canada, nous devons être fiers de notre contribution régionale dans le pays.

Erik Guay, résident de Mont-Tremblant, est devenu champion du monde de Super-G en l’emportant lors de cette épreuve de ski alpin à Saint-Moritz en Suisse, en février dernier. Il est le premier canadien à ramener ce titre à la maison et c’est un exploit qu’il faut célébrer. Erik est le plus récent d’une longue lignée de vainqueurs qui représentent notre région, incluant des athlètes comme Jasey-Jay Anderson, Mélanie Turgeon, Peter Duncan, Lucille Wheeler et ma grand-mère Pat Paré, championne de ski durant les années ‘40.

Comment ne pas mentionner Emile Cochand, devenu en 1911 le premier instructeur de ski professionnel au pays, ainsi qu’Herman Smith-Johannsen, surnommé ``Jackrabbit`` par le peuple Cri en 1903? Son nom est invariablement associé à la Maple Leaf, piste historique qu’il a tracé, nommé et parcouru jusqu’à sa mort, en 1987, à l’âge de 11 ans. Il est reconnu partout sur le continent comme un précurseur qui a développé et favorisé la pratique du ski de fond, un héritage dont profitent les milliers de skieurs qui s’élancent sur le Parc linéaire ou dans les centaines de kilomètres de sentiers de notre région.

Notre influence dans le domaine du ski est si grande que plus de 100 membres ont été admis au Temple de la Renommée du Musée du ski des Laurentides. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le Musée Canadien du ski souhaite s’établir à Mont-Tremblant!

Dans le domaine culturel, plusieurs créateurs de chez nous font rayonner la région de Laurentides—Labelle. Francine Ouellette, qui réside à Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles et est l’auteure de célèbres romans dont Au nom du père, Le Sorcier et la série Feu, est un excellent exemple. Par ailleurs, les paroles de la chanson Le plus beau voyage (1972) de Claude Gauthier, originaire de Lac-Saguay, ont inspiré le slogan d’Antoine-Labelle: Je suis de lacs et de rivières. Sur la scène internationale, Bobby Bazini, un artiste de Mont-Laurier, fait courir les foules depuis près de 10 ans et a vendu des millions d’albums dans plus de 40 pays. Depuis sa victoire à La Voix (2015), son frère Kevin Bazinet est devenu pour la région un ambassadeur authentique et charismatique. Et un des citoyens les plus connus de Ferme-Neuve, Yoan Garneau, vainqueur de La Voix (2014), fait résonner le country d’un bout à l’autre du pays.

Claude-Henri Grignon, auteur du légendaire téléroman Les Belles histoires des Pays-d’en-Haut et membre de l’Ordre du Canada (1969), a été maire de Sainte-Adèle. Comme lui, plusieurs politiciens ont eu une forte influence au pays. C’est d’ailleurs le sujet de la chronique historique, en page 3 de cet envoi collectif.

Notre région est aussi renommée pour plusieurs autres raisons: son bois d’œuvre; ses paysages présents dans l’industrie cinématographique; ses pourvoiries; ses sentiers récréatifs; ses différents événements sportifs et ses nombreux festivals. Si le passé est garant de l’avenir, notre comté est entre de bonnes mains. Je sais que l’influence des Laurentides dans notre pays continuera de croître au cours des 150 prochaines années et que nous pourrons continuer d’être fiers de notre rôle au sein du Canada !

- David

KNOWING OUR REGION OR HOW THE LAURENTIANS HELPED DEFINE CANADA

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : COMMENT LES LAURENTIDES ONT CONTRIBUÉ À DÉFINIR LE CANADA

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

In the election of 1841, our riding was part of two large ridings: Township of Ottawa in what is now Antoine-Labelle and Laurentides, and Terrebonne in what is now Pays-d’en-Haut. Governor Charles Poulett Thomson established the Terrebonne riding polling station outside of the town of New Glasgow, known today as Sainte-Sophie. If he could unite the two colonies of Upper and Lower Canada and stop representative government, he had been promised a baronetcy. He was cherry-picking his supporters to fill the first House of Assembly in the United Province of Canada. He did not want Louis-Hippolyte Lafontaine, who had made it clear that the Assembly had to be bilingual.

In those days there were no secret ballots and the elections happened over an extended period across the country. Lafontaine, a Patriote who had represented Terrebonne from 1830, had partnered with Robert Baldwin of York (Toronto), intent on capturing a majority in the election and thereby control of the Assembly, which would force the governor to name Lafontaine’s choice of cabinet. On that March night in 1841, though, as Lafontaine and his supporters trudged through the deep snow to the remote polling booth, he saw the game. A large group of English rowdies were baiting the voters. His people prepared for a battle. It had already happened in three locations around Montreal and three others in Canada West. Suddenly the military would appear, shooting. People had been killed and there was no justice before the court, stacked as it was by the same governor.

To avoid more needless deaths, Lafontaine publicly withdrew his candidacy in Terrebonne and calmed his supporters. They left without voting and without a fight, but they cheered when they learned that Governor Thomson had fallen from his horse and had died in agony with lock-jaw long before the election was over.

Robert Baldwin’s father stepped down from York riding # 4 in favour of Lafontaine, who had the opportunity to return the favour when Baldwin was blocked in his turn. In the next election, Baldwin won in Rimouski. It took until 1848 for their centre coalition to control the Assembly, and Louis-Hippolyte Lafontaine then became the first prime minister of the United Canadas.

Lafontaine was not the only high-profile politician associated with our riding. Augustin-Norbert Morin, creator of the newspaper La Minerve, founded les Cantons du Nord, what we today call the Laurentians. He represented the riding of Bellechasse as Lafontaine’s right-hand man, cowrote our civil code and succeeded Lafontaine as prime minister. He is commemorated in place names across the region such as the high school bearing his name in Sainte-Adèle, the town in turn named for his wife, and the towns of Val-Morin and Morin-Heights.

Henri Bourassa, founder of Le Devoir, represented the riding of Labelle for the Liberals in 1896, becoming the youngest Member of Parliament in his day. Louis-Athanase David represented Terrebonne in Quebec for six consecutive terms. He was the creator of a literary and science prize that became Le Prix David, which in turn became part of Le Prix du Québec, and the small town of Belisle’s Mill changed its name to Val-David in his honour, a town which retains a rich cultural heritage.

Lest we forget, Wilfrid Laurier of St. Lin battled the power of the Catholic Church and became one of our greatest prime ministers. He is commemorated in the naming of Mont-Laurier, our largest town.

- Joseph Graham

Durant les élections de 1841, notre comté était constitué de deux très larges circonscriptions: le Canton d’Ottawa, couvrant ce qui est aujourd’hui Antoine-Labelle et une partie des Laurentides; ainsi que Terrebonne, englobant le territoire des Pays-d’enHaut. Le gouverneur Charles Poulett Thomson s’était vu promettre le titre de baron, s’il parvenait à unir les colonies du Haut et du Bas-Canada et à empêcher la formation d’un gouvernement représentatif. Lors de ces élections, il décida d’établir le bureau de vote du comté de Terrebonne près de la municipalité de New Glasgow (aujourd’hui Sainte-Sophie). Il choisit ses supporters avec soin, pour s’assurer de la composition de la première Chambre d’assemblée de la Province-Unie du Canada. À cette époque, le vote n’avait rien d’un scrutin secret et se déroulait sur plusieurs semaines. Le gouverneur voulait surtout à tout prix empêcher Louis -Hippolyte Lafontaine d’être élu, puisque ce dernier avait insisté pour que la Chambre soit bilingue...

Lafontaine, un Patriote qui représentait Terrebonne depuis 1830, avait établi une alliance avec Robert Baldwin, du comté d’York (Toronto), afin que son parti réformiste contrôle l’Assemblée, pour ainsi forcer le gouverneur à nommer son cabinet en fonction de la majorité élue.

Une nuit de mars 1841, la tactique du gouverneur devint évidente. De nombreux fiers-à-bras anglais commencèrent à intimider les partisans de Lafontaine, qui s’étaient rendus au bureau de vote malgré l’épaisse neige. Une bataille s’engagea, comme ça avait déjà été le cas à 6 reprises, près de Montréal et dans le HautCanada. Soudainement, l’armée apparut et se mit à tirer. Plusieurs électeurs perdirent la vie, sans que justice ne puisse être rendue, puisque tout était organisé par le gouverneur… Suite à cet événement et pour éviter d’autres décès, Lafontaine retira publiquement sa candidature et calma ses partisans. Ceux-ci ont tout de même célébré, quelque temps après, lorsqu’ils ont appris que le gouverneur Thomson venait de mourir dans d’horribles souffrances, après avoir fait une chute à cheval et avoir contracté le tétanos.

Plus tard dans l’année, Robert Baldwin offrit son comté d’York à Lafontaine, qui lui rendit la pareille en 1843, en l’aidant à se faire élire dans le comté de Rimouski. Il fallut ensuite attendre jusqu’en 1848 pour que leur coalition de centre prenne le pouvoir. Louis-Hippolyte Lafontaine devint ainsi le 1er Premier Ministre du Canada-Uni.

Outre Lafontaine, plusieurs autres éminents politiciens permettent de faire des liens entre notre comté et l’histoire de notre pays. Augustin-Norbert Morin, fondateur du journal La Minerve, est un des pionniers de nos Cantons-du-Nord, aujourd’hui connus sous l’appellation Les Laurentides. Député du comté de Bellechasse, il était le bras-droit de Lafontaine et lui a succédé à titre de Premier Ministre. Il est aussi le co-auteur de notre code civil. Son nom est immortalisé à de nombreux endroits dans notre région, entre autres à l’école secondaire de Sainte-Adèle et dans le nom même de la municipalité de Val-Morin.

Henri Bourassa, fondateur du journal Le Devoir, a été élu député fédéral du comté de Labelle en 1896, devenant à l’époque le plus jeune député à la Chambre des communes.

Louis-Athanase David a représenté le comté de Terrebonne, au palier provincial, durant six mandats consécutifs. Il a institué un concours littéraire et scientifique qui est devenu le prix David, aujourd’hui intégré aux Prix du Québec. Le village de Belisle’s Mill a changé de nom en son honneur; Val-David est aujourd’hui reconnu pour son riche héritage culturel.

Finalement, soulignons que Wilfrid Laurier a été le 1er Premier Ministre francophone du Canada, après la Confédération de 1867. C’est en son honneur qu’a été nommé la ville la plus populeuse de notre comté: Mont-Laurier.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2513 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:11 on April 01, 2017

2016 Fall newsletter / infolettre automne 2016

A word from David

Dear friends,

Thank you for the tremendous feedback to my previous newsletter. I take great pride in representing a riding with such a strong sense of community and so many people who care deeply about it. Your responses help me explain the realities of our region to my colleagues in Parliament.

I have said on many occasions that the two most important issues in this riding are Internet and mobile phone access, and the protection of our lakes from destructive invasive species such as Eurasian watermilfoil, and from boats whose performance is not well matched to the lakes they operate on. These issues are moving forward slowly but surely, and are only part of a much larger set of files you have asked me to work on.

It is no secret that, aside from a growing tech sector in the south and forestry and agriculture in the north, tourism is the engine for much of the region's economy. Proper Internet access and cellphone service and the health of our lakes are important issues to deal with to ensure the continued survival of this crucial industry, as is working for improvements to our employment insurance system and the infrastructure required to gain access to our region. Highway 15, as someone in Sainte-Adèle put it to me recently, helped us open up the region, but it is now choking us, with serious traffic congestion. So what is our long term solution? The answer remains to be worked out and your participation, by sending me your thoughts, comments, and ideas, will help us get there.

As we approach the major celebrations of Canada's 150th birthday in 2017, we have begun celebrating with significant investments in our region.

At the beginning of September, as part of the Canada 150 Infrastructure Program (PIC150), I was proud to join the MRCs of Laurentides, Antoine-Labelle, Pays-d’en-Haut and Rivière-du-Nord in announcing $1 million of immediate new funding to improve the linear park, with $500,000 each from the federal government and The railway right of way that Curé Labelle created became the linear park Le P’tit from the combined MRCs.

I chose the town of Labelle for this announcement for its historical significance. This year, 2016, is the 125th anniversary of the death of Curé Labelle, whose vision brought the railway to and through the region, laying the way for the community we know today. While the rails were tragically ripped out between 1987 and 1989, we continue to prosper from his vision through the wildly popular linear park, which receives an estimated 1.4 million visitors per year. While I believe bringing rail back to our region in some form at some point in the future is going to be necessary to open up access to both our tourism and non-tourism industries, it will have to be done in a way that protects the jewel that is our bicycle path.

Curé Labelle's vision of the railroad was as our means of communication, and a way to bring people north to settle the region. I believe that, for us, Internet access is the new rail, and that we must again follow Curé Labelle's vision by using the latest technology to open up the north. It is in this spirit that I am working hard to find ways to bring real, modern, high speed Internet to the region. I ask for your help by sharing with me the reality of your communications situation as well as its impact on your life. Thank you to those who have already done so. I also ask for your patience as we look for solutions to a problem successive governments have promised to solve for nearly two decades. Curé Labelle, after all, did not live to see the first train make it as far as Sainte-Agathe, yet his vision brought it all the way to Mont-Laurier.

- David

Mot de David

Chers amis et chères amies,

Merci pour les très nombreuses réactions que vous avez envoyées en réponse à mon dernier bulletin. Je suis extrêmement fier de représenter une circonscription où les gens accordent autant d’importance à la communauté. Vos réponses m’aident à expliquer les réalités de notre région à mes collègues du Parlement.

J’ai répété à de nombreuses reprises que les deux plus grands enjeux de notre circonscription sont, premièrement, l’accès à Internet haute vitesse et le service de téléphone mobile, et deuxièmement, la protection de nos lacs contre les espèces envahissantes et destructrices, comme le myriophylle à épi, ainsi que les bateaux dont l’opération ne convient peut-être pas aux lacs où ils sont utilisés. Ces dossiers avancent lentement, mais sûrement, et comptent parmi l’ensemble des nombreuses préoccupations où vous m'avez demandé d'agir.

Ce n’est un secret pour personne que l’économie de la région dépend fortement du tourisme. Pour assurer la survie de cette industrie cruciale, il faut absolument régler les problèmes liés au manque d’accès à Internet haute vitesse et de service de téléphone cellulaire et à la santé de nos lacs. Nous devons également, entre autres, améliorer l’accès à l’assurance-emploi pour nos nombreux travailleurs saisonniers, ainsi qu’améliorer l’infrastructure servant à entrer dans la région et à en sortir. Une personne de Sainte-Adèle m’a dit récemment que l’autoroute 15 nous avait aidé à rendre la région accessible, mais que maintenant, elle l’étouffait; quelle est donc la solution à long terme? Nous cherchons toujours la réponse, et vous pouvez nous aider à la trouver en nous envoyant vos réflexions, vos observations et vos idées.

À l’approche de 2017 et des grandes célébrations du 150e anniversaire du Canada, nous avons commencé à fêter en faisant des investissements importants dans la région.

Au début de septembre, dans le cadre du Programme d’infrastructure communautaire de Canada 150 (PIC150), c’est avec fierté que je me suis joint aux MRC d’Antoine-Labelle, des Laurentides, des Pays-d’en-Haut, et Rivière-duNord pour annoncer un nouvel investissement immédiat d’un million de dollars pour améliorer le parc linéaire. Le gouvernement fédéral et les MRC combinées verseront chacun 500 000 $.

J’ai choisi de faire cette annonce dans la municipalité de Labelle en raison de son importance historique. L’année 2016 marque le 125e anniversaire de la mort du curé Labelle; c’est grâce à lui que le chemin de fer a été construit dans la région et que celle-ci est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Bien que les rails aient été tragiquement arrachés entre 1987 et 1989, sa vision continue à nous faire prospérer grâce au parc linéaire immensément apprécié, qui attirerait, selon les estimations, jusqu’à 1,4 million de visiteurs par année. Je crois qu’il faudra un jour concevoir un nouveau projet de transport ferroviaire pour ouvrir l’accès à nos industries touristiques et non touristiques; or, ce projet devra inclure la protection du joyau qu’est notre piste cyclable.

Pour le curé Labelle, le chemin de fer représentait un moyen de communication, une façon de transporter les gens dans le Nord et de peupler la région. Selon moi, l’accès à Internet est pour nous l’équivalent du chemin de fer, et nous devons, encore une fois, suivre l’exemple du curé Labelle et utiliser la nouvelle technologie pour désenclaver le Nord. C’est dans cette optique que je m’efforce de trouver des façons de doter la région d’un réseau moderne et efficace d’Internet haute vitesse. Je vous demande de m’aider en me faisant part, si ce n’est pas déjà fait, de votre situation en matière de communication et de ses répercussions. Je vous demande également de faire preuve de patience pendant que nous cherchons une solution à un problème que les gouvernements successifs promettent de résoudre depuis près de 20 ans. Après tout, le curé Labelle n’a pas vécu assez longtemps pour voir le premier train arriver à Sainte-Agathe, et pourtant, grâce à lui, il s’est rendu jusqu’à Mont-Laurier

- David

KNOWING OUR REGION: CURÉ LABELLE AND THE IMPORTANCE OF INFRASTRUCTURE

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : LE CURÉ LABELLE ET L’IMPORTANCE DES INFRASTRUCTURES

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

François-Xavier Antoine Labelle, curé of the Parish of Saint-Jérôme from 1868 to 1891, was first and foremost a community builder. Having received minimal training to become a priest, he was more concerned for his flock than for their eternal souls and, in his early days as parish priest at Saint- Bernard-de-Lacolle, he distinguished himself with his ability to blow a large bugle, promising to be at the head of the militia if the Fenians—the Irish nationalists of the time—dared to cross the border from the US during his watch. They didn’t.

Once transferred to Saint-Jérôme, he saw the need for infrastructure and encouraged support for the politicians who could do something about it. His call for a rail link with Montreal fell on deaf ears until, during the firewood crisis of the winter of 1871-72, he organized a ‘bee’ to collect firewood and distribute it among the poor in Montreal. It saved the workforce of the city from a dangerously cold winter and Montreal finally listened to his call for a train to come as far as Saint-Jérôme.

But his vision was greater. He saw the need to build a transportation infrastructure across the entire Cantons du Nord, up through Saint-Sauveur, Sainte-Agathe, Mont-Tremblant, all the way to Mont-Laurier -- and then on through the northern route to Winnipeg. In order to achieve his goal, he became Quebec’s Assistant Commissioner of Agriculture and Colonization, a role that caused him problems within the Church hierarchy.

A gentle man, well over 6 feet tall and weighing more than 300 pounds, he and his equally large companion Narcisse Ménard traversed our region on foot and by canoe more than 45 times. When these two big men spoke of Labelle’s great dream, people were loath to challenge them, and long before the railroad reached Sainte-Agathe the rail had become a symbol of hope for the small communities that had been established earlier. Ernest Piché’s family once farmed on the shores of Lac Brûlé in Sainte-Agathe and, as a boy, he learned from his grandfather Nazaire that before the railroad was built a farmer could burn the trees on his land and carry the ash to sell for making potash, sometimes travelling as far as Saint-Jérôme. With the few dollars he earned, he could buy essential tools. Labelle saw the potential for shipping products to market as a game-changer but no-one really foresaw what would happen with proper infrastructure in place. With the train came thousands upon thousands of visitors, summer tourist activities and eventually skiing.

Curé Labelle, remembered today as the apostle of colonization and the King of the North, died on January 4, 1891, in a hotel in Quebec City, after learning that the Church obliged him to withdraw from his role as Assistant Commissioner.

- Joseph Graham

François-Xavier-Antoine Labelle, curé de la paroisse de St-Jérôme de 1868 à 1891, était d’abord et avant tout un bâtisseur. Ayant reçu une formation cléricale plutôt brève, il était davantage préoccupé par ses troupes que par leurs âmes éternelles et, à ses débuts comme curé de la paroisse de Saint-Bernard-de-Lacolle, il s’est démarqué par sa capacité à jouer du clairon, en promettant d’être à la tête de la milice si les féniens (des nationalistes radicaux irlandais installés aux États-Unis) osaient traverser la frontière près de laquelle il exerçait son ministère. Ils ne l’ont pas fait.

Une fois transféré à St-Jérôme, il a tout de suite constaté les besoins en matière d’infrastructures, et il a sollicité l’appui des politiciens à cet égard. Son idée de construire une ligne ferroviaire entre Montréal et SaintJérôme était tombée dans l’oreille d’un sourd jusqu’à ce que, durant la pénurie de bois de chauffage de l’hiver 1871-1872, il organise une « corvée de bois » et prend la tête d’un convoi chargé de bois de chauffage destiné aux familles pauvres de la métropole. C’est grâce à son initiative que les travailleurs de la ville ont pu survivre à cet hiver particulièrement rude. La ville de Montréal a donc finalement accédé à sa demande de créer une liaison ferroviaire entre les deux villes.

Mais le curé Labelle était un visionnaire. Il a vu la nécessité de construire un chemin de fer qui relierait les Cantons du Nord – Saint-Sauveur, Sainte-Agathe, Mont-Tremblant et Mont-Laurier – puis qui suivrait la route du Nord jusqu’à Winnipeg. Afin d’atteindre son objectif, il a accepté le poste de sous-commissaire du ministère de l’Agriculture et de la Colonisation du Québec, un rôle qui lui a causé bien des ennuis au sein de la hiérarchie de l’Église.

Du haut de ses 6 pieds et de ses quelque 300 livres, ce gentilhomme et son compagnon, Narcisse Ménard, tout aussi imposant, ont traversé nos Laurentides à pied et en canot –plus de 45 fois. Lorsque ces deux hommes robustes parlaient du rêve ambitieux du curé Labelle, les gens n’osaient pas les contredire, et bien avant que le chemin de fer n’ait atteint SainteAgathe, il était devenu un symbole d’espoir pour les petites communautés qui s’y étaient établies auparavant. La famille d’Ernest Piché cultivait une terre sur les rives du Lac Brûlé, à Sainte-Agathe, dans les années 1880 et, lorsqu’il était enfant, son grand-père Nazaire lui avait appris qu’avant la construction du chemin de fer, un agriculteur pouvait brûler les arbres de sa terre et se rendre parfois aussi loin que St-Jérôme pour y vendre les cendres de bois, riches en potasse. Avec les quelques dollars gagnés, il pouvait s’acheter des outils essentiels.

Le curé Labelle a vu la possibilité d’acheminer nos produits vers les marchés comme un point tournant dans notre économie, mais personne n’avait vraiment prévu ce qui arriverait après la mise en place des infrastructures. Le train a amené des milliers de visiteurs, des activités touristiques estivales et, éventuellement, la pratique du ski.

Le curé Labelle, qu’on considère encore aujourd’hui comme étant l’apôtre de la colonisation ou le roi du Nord, est décédé le 4 janvier 1891, dans un hôtel de la ville de Québec, après avoir appris que l’Église l’obligeait à renoncer à son rôle de sous-commissaire.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2504 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:10 on October 01, 2016

2016 Summer newsletter / infolettre été 2016

A Word From David

Dear Friends,

It is with great pleasure that I am again writing to you to share the news of all the work my team and I are doing on your behalf.

On June 17, the House of Commons rose for the summer, completing my very first parliamentary session in the service of the citizens of the Laurentians. It was good to return to the riding so that I could step back and absorb the many new things I have learned. What I most wanted to do was to be back here, to meet with you on the ground and to listen to your concerns.

Over the course of the summer many residents told me that it was the very first time that they had met their federal Member of Parliament, that they had seen their MP at public events, from one end of this vast riding to the other, outside of an election campaign. I feel that going to meet people is a matter of principle: what is an MP for if he is not present? I can't represent the constituency of Laurentides--Labelle if I don't do those things that it takes to know it well, especially listening to the concerns of the people who live here.

You can help me to be a better MP. I invite you to tell me about what is going on in your communities: events, issues, challenges, great service achievements, celebrations, etc. My team and I will be present as often as possible. I am from here, for here. I was born and raised in Sainte- Lucie-des-Laurentides. I am involved in politics to serve you worthily, respectfully and effectively. I have thrown myself into it with all my heart. I am honoured, and grateful for your support.

Since the beginning of my mandate in October 2015, I have had the pleasure of meeting with the elected representatives on the 43 municipal councils as well as the leaders of many community organizations, the provincial MNAs, and hundreds of citizens. I've learned a lot from all of you, and I thank you. There is still so much more for me to learn. This knowledge of the region allows me to be relevant both in Parliament and in my political functions.

In Ottawa, I have intervened multiple times to ensure that the voice of Laurentides--Labelle is heard. Since December I have stood and spoken 116 times in the House of Commons and nearly 300 times in the Parliamentary Committees on which I serve.

We have a lot of work to do for our region. Please don't hesitate to share your opinions and comments with me on any subject.

Kind regards,

- David

Mot de David

Chères amies, chers amis,

C’est un plaisir pour moi de vous écrire à nouveau et de vous informer du travail que mon équipe et moi-même faisons pour vous.

Le 17 juin, ma toute première session parlementaire au service des citoyens des Laurentides s’est achevée pour la période estivale. J’étais heureux de revenir dans la circonscription afin de prendre du recul sur cette session riche en apprentissages. Ce que j’avais le plus hâte de faire, c’était de revenir sur le terrain, de vous rencontrer et vous entendre sur ce qui compte pour vous.

Au cours de l’été, de nombreux citoyens m’ont dit que c’était la première fois qu’ils rencontraient leur député fédéral, qu’ils le voyaient participer à des événements populaires d’un bout à l’autre du comté sans être en campagne électorale. Pour moi, aller à la rencontre des gens, c’est une question de principe : à quoi sert un député qui n’est pas présent? Je ne peux pas représenter la circonscription de Laurentides--Labelle si je ne fais pas le nécessaire pour bien la connaître et surtout pour écouter les préoccupations de ceux qui y vivent.

Vous pouvez m’aider à être un meilleur député. Je vous invite à m’informer de ce qui se passe dans vos communautés : événements, enjeux, défis, grandes réussites, célébrations... Mon équipe et moi répondrons « présents » autant que possible. Je suis d’ici, pour ici. Je suis né et j’ai grandi à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Je me suis engagé enfants en politique pour vous servir dignement, respectueusement et efficacement. J’en suis honoré et reconnaissant. Je m’y investis avec tout mon cœur.

Depuis le début de mon mandat en octobre 2015, j’ai eu le plaisir de rencontrer les élus des 43 conseils municipaux et les dirigeants de nombreux organismes communautaires et économiques, les députés provinciaux et des centaines de citoyens. J’ai beaucoup appris de vous tous. Merci ! J’ai toujours à apprendre. Ces connaissances du milieu me permettent d’être pertinent au Parlement et dans mes représentations politiques.

À Ottawa, j’ai multiplié les interventions pour m’assurer que la voix de Laurentides—Labelle soit bien entendue. Je suis intervenu 116 fois à la Chambre des communes depuis décembre et presque 300 fois dans les comités parlementaires sur lesquels je siège.

Nous avons beaucoup de travail à faire pour notre région et je vous invite à ne jamais hésiter à me partager vos opinions et commentaires sur tous les sujets.

À bientôt,

- David

KNOWING OUR REGION: HOW THE LAURENTIANS GOT ITS NAME

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : L’ORIGINE DU NOM LES LAURENTIDES

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

When François-Xavier Garneau wrote Historie du Canada in 1845, our country was still a series of colonies. Garneau was a notary and a passionate historian. His book, likely the first history of the country, has been republished nine times and is still available today. Describing the hills that run through the Outaouais, Laurentides, Lanaudière, and Mauricie regions, he named them after the mighty Saint Lawrence River, calling them the Laurentides, or Laurentians. The words Laurentide and Laurentian were soon used to describe the Laurentian Shield and the Laurentide Ice Sheet. When Curé François- Xavier-Antoine Labelle succeeded in getting a train line built through the townships north of Saint Jérôme, English Montrealers rapidly became fans of our area, calling it the "Laurentians". Today the terms Laurentians and Laurentides are both used to describe a good part of our riding.

Local use of the name Saint Lawrence dates back to the first visit made by Jacques Cartier, who named many landmarks after entering the Gulf. Cartier arrived there in 1534 on the saint's day, August 10th, and attributed the name Baye Sainct Laurens to a small bay north of Anticosti Island. Today it is called Havre Sainte Geneviève. His map shows the river as Fleuve Hochelaga, but the Montagnais, or Innu, called it Wepistukujaw Sipo, and each First Nation had its own name for it.

The river was not called the Saint Lawrence until Cartier’s record was translated into Spanish in 1552. The Spanish were very possessive of the New World and the translator must have looked hard for a way of finding a Spanish connection to Cartier’s work, which he found in the obscure Baye Sainct Laurens – the saint was born in Huesca, Spain. The book was subsequently translated into Italian, but probably from the Spanish, since that translation also indicated the river as the Saint Lawrence. Even Sir Humphrey Gilbert, the English founder of Newfoundland, was probably working from the Spanish translation. In 1583, he also called the river the Saint Lawrence. The French still called it by other names. Samuel de Champlain, the official founder of New France, called it Rivière de Canadas in 1603, officially changing it to Grande Rivière de Sainct Laurens a year later. That is how Garneau’s naming of the Laurentians came from the Spanish translation of Cartier’s map of the Wepistukujaw Sipo, or, it could be argued, from the British borrowing of the Spanish term.

Exchange among languages is as old as languages themselves and we still trade terms between English and French today. The word “Laurentians,” coming from the historian Garneau, was first used by English-speaking vacationers to describe the area that the French called les Cantons du Nord. The English took the train to “vacation” in the mountains with their pristine spring-fed lakes. To the French, who had come much earlier, someone who moved to les Cantons du Nord was a pioneer, a settler, obliged to take on an undeveloped wilderness. The French term could be translated as “up north,” but the spirit of it is closer to the English term “out west.” The English of Montreal, who also call it “up north,” could well have borrowed the expression from the French name. Later, Claude-Henri Grignon, writing from Sainte Adèle, rescued the term Pays d’en Haut from the history books. Pays d’en Haut was the French term for the highlands of New France, the headwaters of the Mississippi. Since that area was no longer associated with French settlements, Grignon gave it new life in Un Homme et son Péché, Les Belles Histoires des Pays d’en Haut.

Like so many others whose names identify parishes throughout Quebec, Saint Lawrence was an early Christian martyr who was the treasurer of the Church in Rome. In 258, Emperor Valerian beheaded the top Church leaders, leaving Lawrence as the senior Church official. Entrusting the Church archives to capable, low profile members of the Church, Lawrence distributed the contents of the treasury among the needy. Called upon to present the emperor with the Church’s wealth, he presented the blind, the crippled and the sick, saying that these were indeed the treasures of the Church. For his temerity, he achieved sainthood by being grilled over an open fire.

The Laurentians is a plural form and fits nicely with the many images that reflect our home, a multifaceted region of mountains, lakes and small villages. Early publicity described the region as the Laurentian Mountains, but over time this was shortened to the current form with the southern area given responsibility for protecting the old term Pays d’en Haut and the north honouring Curé Labelle. While the region has been popularly called the Laurentians and les Laurentides from when the train began to run, it was not until 1987 that the French form Laurentides was officially adopted.

- Joseph Graham

C’est François-Xavier Garneau qui a été le premier à définir l’appellation de notre région. Notaire de formation, F.-X. Garneau était également passionné d’histoire et c’est à ce titre qu’il a écrit Histoire du Canada en 1845, alors que notre pays n’était encore formé que de plusieurs colonies. C’est dans ce livre, qui a été réédité 9 fois depuis sa parution et est encore disponible de nos jours, que Les Laurentides est apparu pour la première fois. Ce nom a ensuite servi à définir le bouclier laurentien et la calotte glacière laurentienne, mais Garneau l’a utilisé pour décrire les montagnes et vallons parcourant les régions qui côtoient la côte nord-ouest du fleuve Saint-Laurent. Nous connaissons aujourd’hui ces régions comme étant l’Outaouais, Lanaudière, la Mauricie et bien sûr Les Laurentides. Cette appellation est d’ailleurs encore utilisée de nos jours pour définir une grande partie de notre comté.

Quelques décennies plus tard, lorsque le curé François-Xavier Labelle concrétisa son projet de voie ferrée et d’accès par le train aux municipalités au nord de Saint-Jérôme, de nombreux anglophones de Montréal devinrent rapidement des adeptes de notre région, qu’ils reconnaissaient comme étant The Laurentians. Si nous utilisons ce terme anglais, c’est que ce sont les nombreux échanges entre les langues qui ont façonné l’histoire et donné leurs noms à ces lieux qui sont tous liés entre eux. À titre d’exemple, revenons sur l’appellation du fleuve Saint-Laurent...

L’usage du nom Saint-Laurent pour le fleuve doit son origine à la 1ère visite que fit Jacques Cartier, qui a nommé plusieurs lieux après être entré dans le golfe (St-Laurent). Arrivé en 1534 dans une petite baie au nord de l’île d’Anticosti, il attribua à cette baie le nom de Baye Sainct Laurens (selon l’usage du vieux français) puisque c’était le 10 août, jour officiel de Saint Laurent... Cette baie porte aujourd’hui le nom de Havre-Sainte-Geneviève. Sur la carte établie par Cartier à cette époque, le fleuve est nommé Fleuve Hochelaga, mais les peuples Innus (qu’on appelait autrefois Montagnais) le connaissaient sous le nom de Wepistukujaw Sipo et chaque peuple des Premières Nations avait un nom pour décrire le fleuve.

C’est en 1552 que tout le fleuve fut appelé Saint-Laurent, lorsque le registre et la carte de Cartier furent traduits en espagnol. Il faut savoir que les Espagnols étaient très possessifs en ce qui concernait le Nouveau Monde. On soupçonne les traducteurs Village de Saint-Jovite vers le début du XXe siècle—photo de la collection de Patty Brown d’avoir cherché longtemps le lien pour s’approprier l’ouvrage de Cartier... et c’est du côté d’une obscure baie, la Baye Sainct Laurens, qu’ils ont trouvé ce lien : Laurent est né à Huesca, en Espagne ! On peut aussi croire que Sir Humphrey Gilbert se référait à la version espagnole lorsqu’il prit possession de Terre-Neuve au nom de la couronne anglaise en 1583, mentionnant alors le Saint-Lawrence. Cependant, les Français continuèrent de nommer le fleuve de plusieurs façons pendant de nombreuses années. Samuel de Champlain, fondateur de la Nouvelle-France, l’appela Rivière de Canadas en 1603, avant de changer officiellement ce nom l’année suivante pour Grande Rivière de Sainct Laurens. C’est donc à partir d’une version anglaise d’une traduction espagnole d’un terme français tirant son origine d’un nom amérindien... que F.-X. Garneau nomma Les Laurentides !

De retour dans la région : il y a plus de cent ans les francophones appelaient ce coin de pays les Cantons du Nord, alors que les touristes anglophones utilisaient le terme Laurentians. En référence à l’expression anglaise « go west young man », signifiant « saisis les opportunités où elles se trouvent », les colons francophones qui venaient défricher la terre ont adapté et transformé cette expression en « va dans l’Nord ». Il en allait cependant autrement pour les anglophones, qui prenaient le train pour venir en vacances dans ces montagnes aux centaines de lacs d’eau claire. Ces anglophones usaient de l’appellation Cantons du Nord pour signifier qu’ils venaient « up north ». C’est donc la combinaison de toutes ces formules qui correspond à la désormais expression populaire « monter dans l’Nord ».

De même, des années plus tard, Claude-Henri Grignon a ressorti le terme Pays-d’en-Haut des livres d’histoire. À l’origine, ce nom était utilisé par les Français pour décrire les montagnes au nord du Mississippi lorsque ce territoire faisait encore partie de la Nouvelle-France. Avec l’expression « on monte dans l’Nord », Grignon a donné un second souffle aux Pays-d’en-Haut grâce à son œuvre Un Homme et son péché : les Belles histoires des Pays-d’en-Haut.

Bien qu’autrefois les publicités touristiques faisaient mention de « les montagnes des Laurentides », on ne garda avec le temps que Les Laurentides. Pour ce qui est de l’utilisation du pluriel dans Les Laurentides... eh bien cela reflète bien toutes les images qui caractérisent notre chez-nous, cette région aux multifacettes de montagnes, de lacs, de rivières, de villes et villages et surtout, de citoyens de Laurentides—Labelle.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

history newsletter 2670 words - permanent link - comments: 0. Posted at 16:10 on July 01, 2016

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.