header image
The world according to David Graham

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. Why do lockdowns and pandemic restrictions continue to exist?
  2. Parliamentary privilege: an arcane concept that can prevent coups
  3. It's not over yet
  4. Trump will win in 2020 (and keep an eye on 2024)
  5. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  6. Next steps
  7. On what electoral reform reforms
  8. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  9. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  10. 2019-07-15 SECU 171
  11. 2019-06-20 RNNR 140
  12. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  13. 2019-06-17 SECU 169
  14. 2019-06-13 PROC 162
  15. 2019-06-10 SECU 167
  16. 2019-06-06 PROC 160
  17. 2019-06-06 INDU 167
  18. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  19. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  20. 2019-06-04 INDU 166
  21. 2019-06-03 SECU 166
  22. 2019 June newsletter / infolettre juin 2019
  23. 2019-05-30 RNNR 137
  24. 2019-05-30 PROC 158
  25. 2019-05-30 INDU 165
  26. 2019-05-29 SECU 165
  27. 2019-05-29 ETHI 155
  28. 2019-05-28 ETHI 154
  29. 2019-05-28 ETHI 153
  30. 2019-05-27 ETHI 151
  31. older entries...

2016 Summer newsletter / infolettre été 2016

A Word From David

Dear Friends,

It is with great pleasure that I am again writing to you to share the news of all the work my team and I are doing on your behalf.

On June 17, the House of Commons rose for the summer, completing my very first parliamentary session in the service of the citizens of the Laurentians. It was good to return to the riding so that I could step back and absorb the many new things I have learned. What I most wanted to do was to be back here, to meet with you on the ground and to listen to your concerns.

Over the course of the summer many residents told me that it was the very first time that they had met their federal Member of Parliament, that they had seen their MP at public events, from one end of this vast riding to the other, outside of an election campaign. I feel that going to meet people is a matter of principle: what is an MP for if he is not present? I can't represent the constituency of Laurentides--Labelle if I don't do those things that it takes to know it well, especially listening to the concerns of the people who live here.

You can help me to be a better MP. I invite you to tell me about what is going on in your communities: events, issues, challenges, great service achievements, celebrations, etc. My team and I will be present as often as possible. I am from here, for here. I was born and raised in Sainte- Lucie-des-Laurentides. I am involved in politics to serve you worthily, respectfully and effectively. I have thrown myself into it with all my heart. I am honoured, and grateful for your support.

Since the beginning of my mandate in October 2015, I have had the pleasure of meeting with the elected representatives on the 43 municipal councils as well as the leaders of many community organizations, the provincial MNAs, and hundreds of citizens. I've learned a lot from all of you, and I thank you. There is still so much more for me to learn. This knowledge of the region allows me to be relevant both in Parliament and in my political functions.

In Ottawa, I have intervened multiple times to ensure that the voice of Laurentides--Labelle is heard. Since December I have stood and spoken 116 times in the House of Commons and nearly 300 times in the Parliamentary Committees on which I serve.

We have a lot of work to do for our region. Please don't hesitate to share your opinions and comments with me on any subject.

Kind regards,

- David

Mot de David

Chères amies, chers amis,

C’est un plaisir pour moi de vous écrire à nouveau et de vous informer du travail que mon équipe et moi-même faisons pour vous.

Le 17 juin, ma toute première session parlementaire au service des citoyens des Laurentides s’est achevée pour la période estivale. J’étais heureux de revenir dans la circonscription afin de prendre du recul sur cette session riche en apprentissages. Ce que j’avais le plus hâte de faire, c’était de revenir sur le terrain, de vous rencontrer et vous entendre sur ce qui compte pour vous.

Au cours de l’été, de nombreux citoyens m’ont dit que c’était la première fois qu’ils rencontraient leur député fédéral, qu’ils le voyaient participer à des événements populaires d’un bout à l’autre du comté sans être en campagne électorale. Pour moi, aller à la rencontre des gens, c’est une question de principe : à quoi sert un député qui n’est pas présent? Je ne peux pas représenter la circonscription de Laurentides--Labelle si je ne fais pas le nécessaire pour bien la connaître et surtout pour écouter les préoccupations de ceux qui y vivent.

Vous pouvez m’aider à être un meilleur député. Je vous invite à m’informer de ce qui se passe dans vos communautés : événements, enjeux, défis, grandes réussites, célébrations... Mon équipe et moi répondrons « présents » autant que possible. Je suis d’ici, pour ici. Je suis né et j’ai grandi à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Je me suis engagé enfants en politique pour vous servir dignement, respectueusement et efficacement. J’en suis honoré et reconnaissant. Je m’y investis avec tout mon cœur.

Depuis le début de mon mandat en octobre 2015, j’ai eu le plaisir de rencontrer les élus des 43 conseils municipaux et les dirigeants de nombreux organismes communautaires et économiques, les députés provinciaux et des centaines de citoyens. J’ai beaucoup appris de vous tous. Merci ! J’ai toujours à apprendre. Ces connaissances du milieu me permettent d’être pertinent au Parlement et dans mes représentations politiques.

À Ottawa, j’ai multiplié les interventions pour m’assurer que la voix de Laurentides—Labelle soit bien entendue. Je suis intervenu 116 fois à la Chambre des communes depuis décembre et presque 300 fois dans les comités parlementaires sur lesquels je siège.

Nous avons beaucoup de travail à faire pour notre région et je vous invite à ne jamais hésiter à me partager vos opinions et commentaires sur tous les sujets.

À bientôt,

- David

KNOWING OUR REGION: HOW THE LAURENTIANS GOT ITS NAME

There is an old adage that goes: we need to know where we come from to know where we are going. I love my country and am passionate about discovering the origins of places and the people who made them. So I invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. Over the next few years you will receive many more of this type of communications and as often as possible I will include a section on our history. If you have any historical subjects that you would like to learn more about, let us know! Enjoy the read!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : L’ORIGINE DU NOM LES LAURENTIDES

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

When François-Xavier Garneau wrote Historie du Canada in 1845, our country was still a series of colonies. Garneau was a notary and a passionate historian. His book, likely the first history of the country, has been republished nine times and is still available today. Describing the hills that run through the Outaouais, Laurentides, Lanaudière, and Mauricie regions, he named them after the mighty Saint Lawrence River, calling them the Laurentides, or Laurentians. The words Laurentide and Laurentian were soon used to describe the Laurentian Shield and the Laurentide Ice Sheet. When Curé François- Xavier-Antoine Labelle succeeded in getting a train line built through the townships north of Saint Jérôme, English Montrealers rapidly became fans of our area, calling it the "Laurentians". Today the terms Laurentians and Laurentides are both used to describe a good part of our riding.

Local use of the name Saint Lawrence dates back to the first visit made by Jacques Cartier, who named many landmarks after entering the Gulf. Cartier arrived there in 1534 on the saint's day, August 10th, and attributed the name Baye Sainct Laurens to a small bay north of Anticosti Island. Today it is called Havre Sainte Geneviève. His map shows the river as Fleuve Hochelaga, but the Montagnais, or Innu, called it Wepistukujaw Sipo, and each First Nation had its own name for it.

The river was not called the Saint Lawrence until Cartier’s record was translated into Spanish in 1552. The Spanish were very possessive of the New World and the translator must have looked hard for a way of finding a Spanish connection to Cartier’s work, which he found in the obscure Baye Sainct Laurens – the saint was born in Huesca, Spain. The book was subsequently translated into Italian, but probably from the Spanish, since that translation also indicated the river as the Saint Lawrence. Even Sir Humphrey Gilbert, the English founder of Newfoundland, was probably working from the Spanish translation. In 1583, he also called the river the Saint Lawrence. The French still called it by other names. Samuel de Champlain, the official founder of New France, called it Rivière de Canadas in 1603, officially changing it to Grande Rivière de Sainct Laurens a year later. That is how Garneau’s naming of the Laurentians came from the Spanish translation of Cartier’s map of the Wepistukujaw Sipo, or, it could be argued, from the British borrowing of the Spanish term.

Exchange among languages is as old as languages themselves and we still trade terms between English and French today. The word “Laurentians,” coming from the historian Garneau, was first used by English-speaking vacationers to describe the area that the French called les Cantons du Nord. The English took the train to “vacation” in the mountains with their pristine spring-fed lakes. To the French, who had come much earlier, someone who moved to les Cantons du Nord was a pioneer, a settler, obliged to take on an undeveloped wilderness. The French term could be translated as “up north,” but the spirit of it is closer to the English term “out west.” The English of Montreal, who also call it “up north,” could well have borrowed the expression from the French name. Later, Claude-Henri Grignon, writing from Sainte Adèle, rescued the term Pays d’en Haut from the history books. Pays d’en Haut was the French term for the highlands of New France, the headwaters of the Mississippi. Since that area was no longer associated with French settlements, Grignon gave it new life in Un Homme et son Péché, Les Belles Histoires des Pays d’en Haut.

Like so many others whose names identify parishes throughout Quebec, Saint Lawrence was an early Christian martyr who was the treasurer of the Church in Rome. In 258, Emperor Valerian beheaded the top Church leaders, leaving Lawrence as the senior Church official. Entrusting the Church archives to capable, low profile members of the Church, Lawrence distributed the contents of the treasury among the needy. Called upon to present the emperor with the Church’s wealth, he presented the blind, the crippled and the sick, saying that these were indeed the treasures of the Church. For his temerity, he achieved sainthood by being grilled over an open fire.

The Laurentians is a plural form and fits nicely with the many images that reflect our home, a multifaceted region of mountains, lakes and small villages. Early publicity described the region as the Laurentian Mountains, but over time this was shortened to the current form with the southern area given responsibility for protecting the old term Pays d’en Haut and the north honouring Curé Labelle. While the region has been popularly called the Laurentians and les Laurentides from when the train began to run, it was not until 1987 that the French form Laurentides was officially adopted.

- Joseph Graham

C’est François-Xavier Garneau qui a été le premier à définir l’appellation de notre région. Notaire de formation, F.-X. Garneau était également passionné d’histoire et c’est à ce titre qu’il a écrit Histoire du Canada en 1845, alors que notre pays n’était encore formé que de plusieurs colonies. C’est dans ce livre, qui a été réédité 9 fois depuis sa parution et est encore disponible de nos jours, que Les Laurentides est apparu pour la première fois. Ce nom a ensuite servi à définir le bouclier laurentien et la calotte glacière laurentienne, mais Garneau l’a utilisé pour décrire les montagnes et vallons parcourant les régions qui côtoient la côte nord-ouest du fleuve Saint-Laurent. Nous connaissons aujourd’hui ces régions comme étant l’Outaouais, Lanaudière, la Mauricie et bien sûr Les Laurentides. Cette appellation est d’ailleurs encore utilisée de nos jours pour définir une grande partie de notre comté.

Quelques décennies plus tard, lorsque le curé François-Xavier Labelle concrétisa son projet de voie ferrée et d’accès par le train aux municipalités au nord de Saint-Jérôme, de nombreux anglophones de Montréal devinrent rapidement des adeptes de notre région, qu’ils reconnaissaient comme étant The Laurentians. Si nous utilisons ce terme anglais, c’est que ce sont les nombreux échanges entre les langues qui ont façonné l’histoire et donné leurs noms à ces lieux qui sont tous liés entre eux. À titre d’exemple, revenons sur l’appellation du fleuve Saint-Laurent...

L’usage du nom Saint-Laurent pour le fleuve doit son origine à la 1ère visite que fit Jacques Cartier, qui a nommé plusieurs lieux après être entré dans le golfe (St-Laurent). Arrivé en 1534 dans une petite baie au nord de l’île d’Anticosti, il attribua à cette baie le nom de Baye Sainct Laurens (selon l’usage du vieux français) puisque c’était le 10 août, jour officiel de Saint Laurent... Cette baie porte aujourd’hui le nom de Havre-Sainte-Geneviève. Sur la carte établie par Cartier à cette époque, le fleuve est nommé Fleuve Hochelaga, mais les peuples Innus (qu’on appelait autrefois Montagnais) le connaissaient sous le nom de Wepistukujaw Sipo et chaque peuple des Premières Nations avait un nom pour décrire le fleuve.

C’est en 1552 que tout le fleuve fut appelé Saint-Laurent, lorsque le registre et la carte de Cartier furent traduits en espagnol. Il faut savoir que les Espagnols étaient très possessifs en ce qui concernait le Nouveau Monde. On soupçonne les traducteurs Village de Saint-Jovite vers le début du XXe siècle—photo de la collection de Patty Brown d’avoir cherché longtemps le lien pour s’approprier l’ouvrage de Cartier... et c’est du côté d’une obscure baie, la Baye Sainct Laurens, qu’ils ont trouvé ce lien : Laurent est né à Huesca, en Espagne ! On peut aussi croire que Sir Humphrey Gilbert se référait à la version espagnole lorsqu’il prit possession de Terre-Neuve au nom de la couronne anglaise en 1583, mentionnant alors le Saint-Lawrence. Cependant, les Français continuèrent de nommer le fleuve de plusieurs façons pendant de nombreuses années. Samuel de Champlain, fondateur de la Nouvelle-France, l’appela Rivière de Canadas en 1603, avant de changer officiellement ce nom l’année suivante pour Grande Rivière de Sainct Laurens. C’est donc à partir d’une version anglaise d’une traduction espagnole d’un terme français tirant son origine d’un nom amérindien... que F.-X. Garneau nomma Les Laurentides !

De retour dans la région : il y a plus de cent ans les francophones appelaient ce coin de pays les Cantons du Nord, alors que les touristes anglophones utilisaient le terme Laurentians. En référence à l’expression anglaise « go west young man », signifiant « saisis les opportunités où elles se trouvent », les colons francophones qui venaient défricher la terre ont adapté et transformé cette expression en « va dans l’Nord ». Il en allait cependant autrement pour les anglophones, qui prenaient le train pour venir en vacances dans ces montagnes aux centaines de lacs d’eau claire. Ces anglophones usaient de l’appellation Cantons du Nord pour signifier qu’ils venaient « up north ». C’est donc la combinaison de toutes ces formules qui correspond à la désormais expression populaire « monter dans l’Nord ».

De même, des années plus tard, Claude-Henri Grignon a ressorti le terme Pays-d’en-Haut des livres d’histoire. À l’origine, ce nom était utilisé par les Français pour décrire les montagnes au nord du Mississippi lorsque ce territoire faisait encore partie de la Nouvelle-France. Avec l’expression « on monte dans l’Nord », Grignon a donné un second souffle aux Pays-d’en-Haut grâce à son œuvre Un Homme et son péché : les Belles histoires des Pays-d’en-Haut.

Bien qu’autrefois les publicités touristiques faisaient mention de « les montagnes des Laurentides », on ne garda avec le temps que Les Laurentides. Pour ce qui est de l’utilisation du pluriel dans Les Laurentides... eh bien cela reflète bien toutes les images qui caractérisent notre chez-nous, cette région aux multifacettes de montagnes, de lacs, de rivières, de villes et villages et surtout, de citoyens de Laurentides—Labelle.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

Posted at 14:10 on July 01, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

2016-06-16 17:03 House intervention / intervention en chambre | history newsletter |

2016-09-19 16:10 House intervention / intervention en chambre

(RSS) Website generating code and content © 2001-2020 David Graham <david@davidgraham.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.