header image
The world according to David Graham

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. Trump will win in 2020 (and keep an eye on 2024)
  2. January 17th, 2020
  3. January 16th, 2020
  4. January 15th, 2020
  5. January 14th, 2020
  6. January 13th, 2020
  7. January 12th, 2020
  8. January 11th, 2020
  9. January 10th, 2020
  10. January 9th, 2020
  11. January 8th, 2020
  12. January 7th, 2020
  13. January 6th, 2020
  14. January 5th, 2020
  15. January 4th, 2020
  16. January 3rd, 2020
  17. January 2nd, 2020
  18. January 1st, 2020
  19. December 31st, 2019
  20. December 30th, 2019
  21. December 29th, 2019
  22. December 28th, 2019
  23. December 27th, 2019
  24. December 26th, 2019
  25. December 24th, 2019
  26. December 6th, 2019
  27. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  28. Next steps
  29. On what electoral reform reforms
  30. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  31. older entries...

2018 Fall newsletter / infolettre automne 2018

A Word From David

Dear friends,

This is already the tenth edition of our newsletter. Over the past five years, since starting my campaign, and in the three years that I have had the privilege of being your representative in Ottawa, I have met a tremendous number of truly remarkable people offering various amazing, interesting, original, and sometimes plainly amusing products and services.

Last Christmas, my staff got together and bought me a custom wooden bowtie with a small image of a steamtrain etched on one side and a biplane on the other side, produced by artists in the greater MontTremblant region named MarcAntoine and François who run a small business called Créations Yarox.

With the resumption of Parliament in January, I immediately started wearing this unique local creation in the House of Commons where there is an informal tradition of bowtie Thursdays.

And it got me thinking: there are so many unique and special things that people in this riding do, let's see if we can make a sampling of them for my newsletter. We are pleased to present you this issue which focuses on the theme of entrepreneurship.

There is quite a range of local and unique entrepreneurs in every sector. You will learn about some of these and the passionate people behind them from among the many I have had a chance to visit over the past couple of years. There are many left for us to discover, and so I invite you to never hesitate to send me suggestions.

With two federally-funded CFDCs, known in French as SADCs, the Antoine-Labelle CLD, the Laurentides CDE, the Pays-d’en-Haut MRC economic service, and 8 Chambers of Commerce and similar organisations, there is a tremendous amount of resources available to those looking to start or promote their businesses here.

There are thousands of small businesses and self-employed workers who form the basis of our local economy and contribute to the reputation of our region. I raise my hat to each of these business-owners here and their teams. My objective with this newsletter is not to offer an exhaustive list of them—that would not technically be possible—but rather to share my enthusiasm for a community full of people who I take so much pride in representing in Ottawa and in seeing the fascinating and creative dynamism that makes up the economy of Laurentides—Labelle.

- David

Mot de David

Chers amis,

Il s’agit déjà de la dixième édition de ce bulletin de circonscription. Depuis le lancement de ma campagne, il y a 5 ans, et au cours des trois dernières années - ayant le privilège d’être votre représentant à Ottawa - j’ai rencontré un nombre incalculable de gens vraiment formidables, ici dans la circonscription. Parmi eux, des entrepreneurs qui proposent des produits et services originaux, et parfois même amusants.

À Noël l’an dernier, mon équipe s’est unie pour m’offrir un nœud papillon en bois, personnalisé avec les petites images d’un train à vapeur et d’un avion-biplan. Ce nœud papillon a été produit par Marc-Antoine et François, des artistes de la région de Mont-Tremblant qui possèdent une petite entreprise appelée Créations Yarox.

Lors de la reprise des travaux parlementaires en janvier, j’ai immédiatement commencé à porter cette création locale unique à la Chambre des communes, entre autres, parce qu’une tradition informelle veut que les députés portent des nœuds papillon les jeudis.

C’est à ce moment que je me suis dit: « des entrepreneurs de la circonscription font des choses tellement uniques et spéciales, pourquoi ne pas présenter des exemples dans mon infolettre ? » C’est donc ce que nous vous offrons dans ce bulletin, qui met en valeur le thème de l’entreprenariat.

Il y a toute une gamme d’entrepreneurs locaux uniques dans tous les secteurs. Vous découvrirez quelques-unes de ces entreprises, et les gens passionnés qui y œuvrent, parmi les centaines que j’ai visité au cours des dernières années. De nombreuses autres nous restent à découvrir. Je vous invite, ainsi, à ne pas hésiter à me faire des suggestions.

Avec deux SADC financées par le gouvernement fédéral, le CLD d’Antoine-Labelle, la CDE de la MRC des Laurentides, la service économique de la MRC des Pays-d’enHaut, et 8 chambres de commerce et organisations similaires; des ressources considérables sont mises à la disposition de celles et ceux qui cherchent à concrétiser une idée, à développer leur entreprise et la promouvoir bien au-delà des frontières de notre région.

La circonscription compte des milliers d’entreprises et de travailleurs autonomes, qui sont à la base de l’économie locale et contribuent à la renommée de notre région. Je lève mon chapeau à chacune et chacun des dirigeants d’entreprises de chez-nous et leurs équipes. Mon objectif dans cet envoi collectif n’est pas de dresser une liste exhaustive d’entreprises — la chose n’aurait techniquement pas été possible — mais plutôt de vous transmettre mon enthousiasme pour une communauté et des gens que j’ai tant de fierté à représenter à Ottawa, en constatant à chaque jour leurs projets fascinants et créatifs, et leur dynamisme qui façonnent l’économie de Laurentides—Labelle.

- David

KNOWING OUR REGION: Then and now...

As the saying goes, you can’t know where you’re going if you don’t know where you’ve been. I love my country, and I’m passionate about exploring the origins of the places and people shaping this nation. That’s why I’ve invited my father, local historian Joseph Graham, to tell us a bit about the history of our region. If there are any historical subjects you want to know more about, please let us know. Enjoy!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui

Il y a un adage qui dit : il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. J’aime mon pays et je trouve passionnant de découvrir les origines des lieux et des gens qui le façonnent. J’ai donc invité mon père, l’historien local Joseph Graham, à nous parler un peu de l’histoire de notre région. Vous recevrez au cours des prochaines années plusieurs autres communications du type de ce journal et j’inclurai le plus souvent possible une section historique. D’ailleurs s’il y a des sujets dont vous voulez connaître l’histoire; faites-nous le savoir. Bonne lecture !

Laurentides—Labelle’s Earliest Trading Culture

In the earliest days of contact between traders and the Anishinaabe, the coureurs des bois found that deep integration into Algonquin society was the best way to establish trade, acquiring furs for French commerce. Their greatest obstacle was not resistance from their trading partners but from the Catholic Church as the traders ‘went native,’ happily absorbed into and accepted by their hosts. Jean-François Beaudet, author of Dans les filets du Diable, describes how the coureurs des bois learned to accommodate the religious authority by mixing aspects of their own religious rituals with those of their Indigenous hosts.

They were dealing with a society that was not based on property or ownership, but rather a society in which sharing was a measure of social status. This new lifestyle was enticing, even seductive, but what really drew the traders back to the Anishinaabe and the Iroquoian (Huron) peoples was the products they exchanged. While the Church fostered an image of nomadic devil-worshippers, the traders found a mercantile society that extended along all of the river systems. We recall the fur trade, but the Indigenous Nations maintained an active exchange of products ranging from canoes and clothing to food products, grains and much more. On Jacques Cartier’s second visit, he was informed that a month’s journey to the south he could trade for oranges. One is left with an image of a large, developed culture that traded actively across the continent, with certain specialties associated with various regions. In Laurentides—Labelle, those were clothing, canoes and dried fruit and meat in the form of pemmican, traded with the Huron (Wendat) in exchange for corn, beans and tobacco. Their trade was based on a much different social foundation and was more an exchange of gifts and a celebration than a profit-making enterprise.

According to the scientist and citizen of the Potawatomi Nation, Robin Wall Kimmerer, the Anishinaabe word minidewak means ‘giving from the heart,’ playing on the root word for berries, min, and the heart shape of the strawberry, and it formed the basis of the gift ceremonies that drove their economy and continues to provide meaning and purpose in their culture. Imagine a trading society that confers status through the act of giving. It turns our moneydriven society on its head, yet theirs worked for thousands of years.

Stephen Jakes Beaven was a trader who met the Anishinaabe as they came down the Rouge River in the spring, their canoes filled with gifts, at what is now Beaven Lake. He must have known how to celebrate and to give, living, as he did, as much in the gift world as in the monetary one. When the surveyor G. N. Allbright created the township of Arundel in 1857, like all the other surveyors he cut up the land into private properties that would be assigned to settlers. Beaven was not included in that category, nor were the Anishinaabe who fed and maintained Allbright’s team. They observed to Allbright that a certain field should not be measured or made into private property, using the subtler locutions of their culture to express their wish that it not fall into the settler category. He proceeded anyways, and some of the Anishinaabe did become settlers, as did some of the descendants of Beaven. Among the costs to them would be their traditions, spiritual beliefs, gift economy and the products that they had traded for millennia. Most Anshinaabe moved into more remote regions of their historic territories, but the continental gift economy proved incompatible with modern consumerism.

- Joseph Graham

Les débuts du commerce dans Laurentides—Labelle

À l’époque des premiers contacts entre les Anishinaabes et les commerçants coureurs des bois, ces derniers ont constaté qu’une profonde intégration au sein de la société algonquienne constituait le meilleur moyen d’établir des liens commerciaux et d’acquérir des fourrures pour le commerce avec les Français. Leur plus grand obstacle n’est toutefois pas venu d’une résistance de leurs partenaires commerciaux, mais plutôt de l’Église catholique, car les commerçants, chaleureusement accueillis et acceptés par leurs hôtes, adoptaient les us et coutumes autochtones. Jean-François Beaudet, auteur de Dans les filets du Diable, décrit comment les coureurs des bois ont appris à satisfaire l’autorité religieuse en mélangeant des aspects de leurs propres rituels religieux avec ceux de leurs hôtes autochtones.

Les coureurs des bois devaient traiter avec une société qui n’était pas fondée sur la propriété ou la possession, mais plutôt sur l’échange, une société où le statut social se mesurait à l’aune du partage. Ce nouveau mode de vie était attrayant, voire séduisant aux yeux des commerçants, mais ce qui les a vraiment poussés à tisser des liens avec les peuples anishinaabe et iroquois, ce sont les produits qu’ils échangeaient. Tandis que l’Église entretenait une image de ces peuples comme étant des adorateurs du diable nomades, les commerçants ont plutôt découvert une société commerçante s’étendant tout le long du réseau des cours d’eau. Nous nous souvenons de l’époque du commerce des fourrures, mais les nations autochtones avaient déjà un réseau actif d’échange de produits allant des canots aux vêtements, en passant par des produits alimentaires, des grains et bien plus.

Lors de sa seconde visite, on a informé Jacques Cartier qu’une expédition d’un mois vers le sud lui permettrait de troquer des produits contre des oranges. On peut donc conclure à la présence d’une grande culture développée qui commerçait activement sur tout le continent, avec des spécialités associées aux diverses régions. Dans Laurentides—Labelle, ces spécialités étaient des vêtements, des canots, des fruits séchés et de la viande sous forme de pemmican. Ces produits étaient échangés avec les Hurons (Wendats) contre du maïs, des haricots et du tabac. Le commerce de ces peuples était fondé sur des assises sociales très différentes et relevait davantage de l’échange de cadeaux et d’une célébration que d’une entreprise faisant des profits.

Selon le scientifique et membre de la Nation Citizen Potawatomi, Robin Wall Kimmerer, le mot anishinaabe minidewak, qui signifie «donner du fond du cœur», tire son origine de la racine «min» pour les petits fruits, et de la forme en cœur de la fraise. Ce concept formait la base des cérémonies de remise de cadeaux faisant tourner l’économie de ces peuples et est toujours porteur de sens et de raison d’être dans leur culture. Imaginez un modèle de société où le statut est conféré par l’action de donner. Voilà qui chamboule complètement notre modèle de société axé sur l’argent, et pourtant, le leur a fonctionné pendant des milliers d’années.

Stephen Jakes Beaven était un commerçant qui rencontrait les Anishinaabes lorsqu’ils descendaient la rivière Rouge au printemps, leurs canots chargés de cadeaux, où se trouve maintenant le lac Beaven. Il devait savoir comment célébrer et donner à la manière des Autochtones, car il vivait autant dans l’univers des cadeaux que dans celui de l’argent. Lorsque l’arpenteur G. N. Allbright a créé le canton d’Arundel en 1857, comme tous les autres arpenteurs, il a divisé les terres en propriétés privées devant être assignées aux colons. Beaven ne faisait pas partie de cette catégorie, pas plus que les Anishinaabes qui nourrissaient les membres de l’équipe d’Allbright et subvenaient à leurs besoins. Ils ont fait observer à Allbright qu’une certaine étendue de terre ne devrait pas être mesurée ou transformée en propriété privée, en employant les locutions plus subtiles de leur culture pour exprimer leur souhait qu’elle ne se retrouve pas dans la catégorie des terres à assigner aux colons. Allbright s’est exécuté malgré tout, et certains Anishinaabes ont fini par devenir des colons, tout comme certains descendants de Beaven.

Il leur en a coûté, entre autres, leurs traditions, leurs croyances spirituelles, leur culture économique fondée sur les cadeaux et les produits qu’ils commercialisaient depuis des millénaires. La plupart des Anishinaabes se sont installés dans des régions plus éloignées de leurs territoires historiques, mais le modèle économique de l’échange – économie du cadeau – s’est révélé incompatible avec le consumérisme moderne.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

Posted at 17:45 on October 01, 2018

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

2018-09-28 11:06 House intervention / intervention en chambre | history newsletter | 2018-10-02 PROC 121

(RSS) Website generating code and content © 2001-2020 David Graham <david@davidgraham.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.