header image
The world according to David Graham

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. Why do lockdowns and pandemic restrictions continue to exist?
  2. Parliamentary privilege: an arcane concept that can prevent coups
  3. It's not over yet
  4. Trump will win in 2020 (and keep an eye on 2024)
  5. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  6. Next steps
  7. On what electoral reform reforms
  8. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  9. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  10. 2019-07-15 SECU 171
  11. 2019-06-20 RNNR 140
  12. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  13. 2019-06-17 SECU 169
  14. 2019-06-13 PROC 162
  15. 2019-06-10 SECU 167
  16. 2019-06-06 PROC 160
  17. 2019-06-06 INDU 167
  18. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  19. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  20. 2019-06-04 INDU 166
  21. 2019-06-03 SECU 166
  22. 2019 June newsletter / infolettre juin 2019
  23. 2019-05-30 RNNR 137
  24. 2019-05-30 PROC 158
  25. 2019-05-30 INDU 165
  26. 2019-05-29 SECU 165
  27. 2019-05-29 ETHI 155
  28. 2019-05-28 ETHI 154
  29. 2019-05-28 ETHI 153
  30. 2019-05-27 ETHI 151
  31. older entries...

2018-19 Winter newsletter / infolettre hiver 2018-19

A Word From David

Dear friends,

For a little more than three years now, every one of my newsletters has touched on a variety of topics of general interest to our community. In spring 2017, for example, we discussed the protection of our lakes and waterways, and, in the following edition, we looked at the local aviation industry. For every newsletter, my team and I have contacted many historical societies, museums and heritage committees in the riding. I want to shine a light on those groups today.

In the 1980s, my father was involved in the Corporation des Gares des Laurentides and the Comité du Patrimoine in Sainte-Agathe, groups built around saving the Canadian Pacific railway stations along the key railway infrastructure that enabled our region to develop a world-renowned linear park. By their actions, my parents taught me the importance of understanding and preserving our history, and I saw that they were not the only ones who strove to promote our heritage.

We are surrounded by reminders of our history. The signs on heritage trails, the murals, cenotaphs, commemorative plaques, old buildings, crossroads, place names, streets and period photographs, as well as the museums and historical exhibitions, all ensure that we will remember. For residents, they are a source of pride and, for visitors to our tourist region, they lend meaning and depth.

In the historical societies, municipalities and public libraries and on the web, our archives, tales and written works teach us about the past and refresh our memory. Hundreds of citizens are involved in all these groups and organizations. I want to acknowledge them, honour their passion and their incredible work and thank them publicly for the effort they make to ensure we never forget.

We live in a time of major transition as progressive changes transform Canadian society. We have legalized marijuana. We have entered into an agreement in principle to replace NAFTA with the USMCA. We have rolled out our anti-pollution plan because we must act now to address climate change. This year, we will have to decide on the future we want to shape for our country, for our region, for every one of us and for future generations. It will be for the historians to say what happened before and after our time.

Best wishes for 2019!

- David

Mot de David

Chers amis,

Depuis maintenant un peu plus de trois ans, chacune de mes Infolettres porte un regard sur de nombreux sujets d’intérêt général pour notre communauté. Par exemple, au printemps 2017, nous avons discuté de la protection de nos lacs et plans d’eau et dans l’édition suivante, nous avons abordé le sujet de l’industrie locale de l’aviation. Pour chaque édition de l’Infolettre, mon équipe et moi avons été en contact avec plusieurs sociétés d’histoire, musées et comités du patrimoine de la circonscription. Ce sont ces groupes que je souhaite mettre de l’avant aujourd’hui.

Durant les années ’80, mon père a été impliqué au sein de la Corporation des Gares et du Comité du patrimoine de Sainte-Agathe, mis sur pied entre autres pour sauver la gare de Sainte-Agathe – qui appartenait au Canadian Pacific – et plusieurs autres bâtisses du genre, le long de cette infrastructure ferroviaire fondamentale qui avait permis le développement de notre région et qui est devenue un parc linéaire de renommée mondiale. Par leurs actions, mes parents m’ont enseigné l’importance de comprendre et préserver notre histoire. Ils n’étaient assurément pas les seuls à travailler à la mise en valeur de notre patrimoine.

Nous sommes entourés de rappels de notre histoire. Les panneaux de circuits patrimoniaux, les murales, les cénotaphes, les plaques commémoratives, les bâtiments du passé, les croix de chemin, les noms de lieux et rues, les photos d’époque ainsi que les musées et expositions historiques nous convient à ne jamais oublier. Pour les résidents, ils sont source de fierté. Pour les visiteurs de notre région touristique, ils sont source d’intérêt et de souvenirs.

Dans les sociétés d’histoire, les municipalités et les bibliothèques publiques et sur le web; archives, récits et ouvrages écrits nous enseignent le passé ou nous rafraichissent la mémoire. Des centaines de citoyens sont impliqués au sein de tous ces groupes et organisations. Je veux les saluer, honorer leur passion et leur travail incroyable et les remercier publiquement de s’investir à perpétuer le souvenir !

Nous sommes dans une période de transition fondamentale, alors que des changements progressistes transforment la société canadienne. Nous avons légalisé la marijuana. Nous avons convenu d’un accord de principe pour remplacer l’ALENA par l’AEUMC. Nous avons mis en branle notre plan de lutte à la pollution, parce que nous devons agir maintenant pour contrer les changements climatiques. Nous aurons cette année à nous prononcer sur l’avenir que nous souhaitons définir, pour notre pays, pour notre région, pour chacun d’entre nous et les futures générations. Ce sera aux historiens de raconter l’avant et l’après de notre époque d’aujourd’hui.

En vous offrant mes meilleurs vœux pour l’année 2019.
Bonne lecture !

- David

KNOWING OUR REGION: Then and now...

As the saying goes, “You have to know where you come from to know where you’re going.” In the past three years, my father, local historian Joseph Graham, has passed on various parts of our regional history via this Newsletter. For this edition, he takes us back to the origins of his interest in history and his desire to transmit that passion. Happy reading!

CONNAÎTRE NOTRE RÉGION : d’hier à aujourd’hui...

Il y a un adage qui dit: ``il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va``. Au cours des trois dernières années, mon père, l’historien local Joseph Graham, nous a présenté différents pans de notre histoire régionale via cette Infolettre. Pour cette nouvelle édition, il nous transporte vers les origines de son intérêt pour l’histoire et son désir de transmettre cette passion. Bonne lecture !

Memories and a sense of belonging

Growing up Catholic in Val Morin, the saints, martyrs and apostles imbued me with a sense of belonging, of being one of the faithful. Pope John XXIII was going to read a letter from Our Lady of Fatima in 1960, it was going to change the world. We were to be a part of that story. He declined to read it, though, and so other stories crowded in. The Catholic Church began to fade. Still, I hungered for stories that I could feel a part of. I was not alone. Throughout the ’60s and ’70s a whole generation was looking for their story.

My uncle, Antoine Paré, began to fill my aching need, my hunger. Documenting the family history, he told how my grandfather Alphonse grew up in Franco-Manitoba where his widowed father, Louis Paré, served as a surgeon with the North-West Mounted Police, that he had been born in 1885, the year his father took an arrow at the Battle of Batoche, that his mother had died before he knew her, succumbing to tuberculosis, and that he grew up speaking four Canadian languages, French, English, Ojibwa and Cree. I learned of his unlikely meeting of my grandmother, an Irish Australian who grew up in the Western Australian desert in a waterless mining camp, who received a set of wooden teeth for her 18th birthday, and how, as a couple with five children, they came by train to Val Morin in 1920 and over the next years had four more.

As I was learning the history of the members of my family, the railway that had brought them here was making headlines. It was the mid-1980s and CP Rail was shutting down Le P’tit Train du Nord. The line was the spinal cord that tied the whole of the Laurentians together and was too important to lose. That’s when I made some new friends who shared my concern: Yvan Dubois from Val-Morin, Gleason Théberge from Prévost, Terry Turcot and Denise Goulet from Sainte-Agathe, Adrien Grégoire from L’Annonciation and Jacques Brisebois from MontLaurier. We asked questions, knocked on doors and demanded answers. Pierre de Bellefeuille, from Canadian Pacific, helped me understand the colossal scope of the company, and I discovered how generous it was with its institutional memory. I wanted to know the whole story.

I learned about Augustin-Norbert Morin who paddled up the North River with a dream – to establish a farming community at the furthest reach of his paddle. I learned of his successor, Father Antoine Labelle, who walked up the First Nations’ trails and colonists’ paths north of Morin’s colony and visited the huge lumber industry properties beyond La Repousse and Grand Brûlé, the farms built to feed the loggers and the raftsmen – the famous pitounes – on the Lièvre and Rouge rivers. I learned of the Fermes d’en Bas, du Milieu and d’en Haut, farms that subsequently became the parishes of La Conception, L’Annonciation and l’Ascension. I learned that the “bon curé” Father Labelle saw Ste. Agathe’s inhabitants suffer through droughts and a flagging market and how he dreamed of a way to tie all these communities together with a railroad that would follow his footsteps north from St. Jerome. We began to circulate the stories, and, as a result of talking, we created organizations to preserve the railway and its stations.

Just as my family’s history had been shared with me, our collective history was unfolding before me. I learned how the indigenous peoples had trouble surviving, and how buildings and communities had disappeared forever. I learned how, largely as a result of the railway, skiing and the treatment for tuberculosis arrived in our region at the same time, assuring its prosperity. I came to know the community of which I was a part, where it had come from and its role in a much broader history. I discovered who we are. I learned that you develop this sense of belonging to something bigger than yourself simply by valuing and sharing your experience. I learned how the past shaped the way I belong to the present.

- Joseph Graham

Souvenirs et sentiment d’appartenance

Lorsque j’étais jeune, à Val-Morin, les récits des saints, des martyrs et des apôtres ont tranquillement forgé en moi un sentiment d’appartenance, parmi les fidèles de l’église catholique. En 1960, le pape Jean XXIII allait nous lire un message de Notre-Dame-de-Fatima. Nous allions participer à un événement qui allait changer le monde, mais il n’a finalement pas lu ce message. Par conséquence, les autres récits commencèrent à s’estomper tranquillement. Je cherchais des histoires pour lesquelles je me serais senti impliqué, et je n’étais pas le seul. Durant les années ’60 et ’70, toute une génération cherchait son histoire.

C’est mon oncle, Antoine Paré, qui a commencé à combler ce besoin, cette quête. Il m’a raconté la vie de mon grand-père, Alphonse Paré, qui a grandi avec son père, puisque sa mère étais morte de la tuberculose alors qu’il était tout jeune. Son père travaillait comme chirurgien pour la police montée du Nord-Ouest dans un village francophone du Manitoba. Alphonse est né en 1885, l’année où son père a été atteint par une flèche à la bataille de Batoche. Il a grandi en apprenant à parler quatre langues canadiennes: le français, l’anglais, l’ojibwé et le cri. J’ai aussi appris la trame de son improbable rencontre avec ma grand-mère, une Australienne d’origine irlandaise. Elle avait même reçu un dentier en bois pour son 18 e anniversaire, elle qui avait grandi dans un camp minier dépourvu d’eau, dans le désert de l’ouest de l’Australie. En 1920, alors qu’ils avaient cinq enfants, mes grands-parents se sont installés à Val-Morin, où sont nés quatre enfants de plus.

Alors que j’apprenais l’histoire des membres de ma famille, le chemin de fer qui les avait amené ici faisait les manchettes. Nous sommes au milieu des années ‘80, et le Canadien Pacifique s’apprête à fermer Le P’tit Train du Nord. Puisque cette ligne ferroviaire relie les Laurentides d’un bout à l’autre, il m’est impensable qu’elle soit condamnée.

C’est alors que je rencontre de nouveaux amis qui ont les mêmes préoccupations que moi : Yvan Dubois de Val-Morin, Gleason Théberge de Prévost, Terry Turcot et Denise Goulet de Sainte-Agathe, Adrien Grégoire de L’Annonciation et Jacques Brisebois de Mont- Laurier. Nous posons des questions; frappons à plusieurs portes; exigeons des réponses. Pierre de Bellefeuille, du Canadien Pacifique, m’aide à saisir la taille colossale de l’entreprise, et je découvre à quel point cette dernière est généreuse en ce qui concerne sa mémoire institutionnelle. Je veux connaitre toute l’histoire.

Je prends connaissance de l’épopée d’Augustin-Norbert Morin, qui a remonté la rivière du Nord avec un rêve : établir une communauté agricole le plus loin où il pourrait se rendre par la force de son aviron. J’en apprends plus à propos de son successeur, le curé Antoine Labelle, qui a parcouru les sentiers des Autochtones. Il s’est rendu jusqu’aux colonies du nord; celles avec leurs énormes installations de l’industrie du bois, qui sont plus loin que La Repousse et Grand-Brûlé, ces fermes construites pour nourrir les forestiers et les draveurs qui envoyaient des billots – les fameuses pitounes – sur la rivière du Lièvre et la rivière Rouge. Ces travailleurs provenaient notamment des Fermes d’en Bas, du Milieu et d’en Haut, des fermes devenues des paroisses : La Conception, L’Annonciation et l’Ascension. J’apprends que le bon Curé a vu les habitants de Sainte-Agathe aux prises avec des sécheresses et un marché déficient et qu’il rêvait d’un chemin de fer qui relierait tous ces villages à partir de Saint-Jérôme. Comme d’autres, j’ai alors commencé à faire circuler ces histoires. À force de parler, nous avons créé des organisations pour préserver la ligne ferroviaire et ses stations.

Pendant que j’apprenais l’histoire de ma famille, notre histoire collective déferlait devant moi. J’ai appris comment les Autochtones ont eu de la difficulté à survivre; comment des édifices et des communautés disparaissent à jamais. J’ai appris comment, en grande partie grâce au chemin de fer, le ski et le traitement contre la tuberculose sont arrivés en même temps dans notre région, assurant ainsi sa prospérité. J’ai appris à connaître la communauté dont je faisais partie; d’où elle venait; son rôle dans une histoire beaucoup plus grande. J’ai découvert qui nous sommes. J’ai appris que ce sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand que soi se développe simplement en partageant et en valorisant notre vécu. Les souvenirs d’autrefois ont forgé mon appartenance d’aujourd’hui.

- Joseph Graham

View the original publication. Voir la publication originale.

Posted at 15:41 on December 31, 2018

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

2018-12-13 PROC 139 | history newsletter | 2019-01-29 ETHI 132

(RSS) Website generating code and content © 2001-2020 David Graham <david@davidgraham.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.