header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2018-05-22 17:46 House intervention / intervention en chambre

Broadband Internet services, Communication control, Competition, Consumers and consumer protection, Data mining, Investment, Net neutrality, Rural communities, Technological protection measures

Communautés rurales, Concurrence, Consommateurs et protection des consommateurs, Contrôle des communications, Exploration de données, Investissement, Mesures de protection technologiques, Motions émanant des députés, Neutralité du net, Services Internet à large bande,

Madam Speaker, I appreciate the opportunity to pick up where I left off on the important issue of net neutrality.

We have all experienced the message of “This content is not available in your country” when content distributors or creators have used various technologies to figure out where a user is and limit a user's access in order to drive a user to a different provider or place for that particular content, or to block a user from it altogether. Indeed, a lot of Canadian-produced content is virtually impossible to access in Canada while being available in much of the rest of the world. Try watching Canada's Mayday, for example, without a Bell account. It cannot legally be done. It makes me wonder on what grounds vertical integration of the media market is legal. The neutrality of the net is under threat from all sides already, and it will take a concerted effort to protect it.

Removing net neutrality gives companies that control over people's Internet access and control over their Internet content. Once they do that, companies can start shaping a consumer's opinion, tune marketing, and sell access to the consumer for a much reduced cost.

With the current Cambridge Analytica controversy surrounding Facebook, themselves the king of those who control what consumers do, see, think, and feel on the Internet, we can see that this is not just some kind of vague theory. It is important to remember that if one is not paying for a product, then one is the product. This data gathering and control is not conducted just for the fun of it. People's data is not being stored in a cloud. There is no cloud, just other people's computers, and they want your data for a reason.

Without mandated net neutrality, there is nothing to stop a company from paying someone's ISP to increase access to their own services or decrease access to their competitor's services. To my point the last time I spoke on this about overselling Internet connections, I do not have much sympathy for ISPs in that situation, and so the argument that net neutrality has to go because of capacity issues is spurious. In my view, ISPs should be required to market minimum, not maximum, sustained-speed capability to their first peer outside of their network at typical peak usage times.

Xplornet, for example, markets 25-megabit satellite service, but will not tell us that for most customers, this speed only applies at 3 a.m. on a clear night with no northern lights, and even then only during the full moon. I may be exaggerating, but only a bit. It is not that the satellites and ground stations cannot handle an individual connection at that speed most of the time, but that the connections are oversold, resulting in constant, bitter complaining in my riding from rural Internet users who are stuck between the Xplornet rock and the dial-up hard place.

It is not the service that bothers me, since it is essential to have companies like Xplornet provide service to remote regions that have no other options, and we need it. Rather, it is the honesty about what the customer is getting for their money, what is advertised to them versus what they actually get, that needs to be rectified. The company justifies all this very carefully, and in my years in politics as a staffer and in this role, it is the only company I have ever encountered that only lobbies with senior counsel present. I think that speaks for itself.

The highly profitable telecommunications giant Bell, which broke $3 billion in profit in 2016 and built most of its infrastructure on public money in the first place, and Rogers, which made $1.8 billion in net profit last year, are upping their Internet connection prices by as much as $8.00 per month per customer, but are not investing significantly in deep rural Canada unless they get gifts from various levels of government to do so. These companies and the other large Internet providers will not even look at investing in a project unless they can get a return on investment in less than three years. I know of no other legal business that operates on quite such an efficient return on investment.

This brings us to another important net neutrality issue that was recently brought to my attention by a professional digital rights advocate.

Net neutrality can, and perhaps should, be expanded further to encompass investment neutrality. It is not just access to Internet service that is important. Equal, or at least equivalent, access for Internet users is also vital.

Choosing to invest in a gigabit-speed network in a city and fobbing off the regions with five megabits is not neutral. Specific users are being limited instead of specific services, but the outcome is the same.

If we tell residents in the regions that we cannot give them access, it is not Netflix that is being limited, it is the entire Internet. It is their access to services. It is their access to the economy. It is their ability to participate in modern society. That is why we cannot say that we really have net neutrality until we also have neutrality in terms of Internet access, which will surely take billions more in investment from all levels of the private sector.

Let us imagine for a moment what would happen if access to electricity were viewed in the same way as Internet access is today. The regions would not always have full power, and remote communities would have no power whatsoever unless they had access to a river they could build a dam on.

As a society and as a nation, we have a responsibility to ensure neutral access, to invest in a neutral way, and to give every Canadian a chance to get connected. We will need the participation of government organizations to achieve that equality, as we did in my riding of Laurentides—Labelle with the Antoine-Labelle telecommunications co-operative.

If members would like to know what losing net neutrality looks like, try using an iPhone or an iPad, assuming that Apple has not slowed it down yet to coax people to buy a new one. If members have ever plugged an iPhone into a non-Apple laptop or wanted to copy pictures to a USB stick or watch something paid for through iTunes on an Android, Windows, or other non-Apple device, it is very difficult to do.

If one wants to use an application not approved by Apple, forget it. It is, by its very definition and design, not neutral. By giving itself the power to censor, Apple has found itself with the obligation to censor. In the words of Richard Stallman, the father of the free software movement, either the user controls the program or the program controls the user.

Apple, like many American corporations, strives not only to sell a product but to control what is done with it after purchase, just like region-encoded DVDs and players, which in my view should not even be legal. In essence, nothing that a person buys actually becomes theirs; rather, the person is paying for the dubious privilege of becoming a part of Apple's network.

John Deere, the tractor and farm equipment maker, is jumping on this bandwagon too, claiming that it is against copyright for farmers to fix their own equipment. The copyright issue and the DMCA and our equivalent Canadian Copyright Modernization Act's effects relating to technological protection measures, are a deeply worrying symptom of a wide-ranging offensive by corporate America against individual rights for people to use what they have bought and paid for.

If members think that has nothing to do with net neutrality, they would be mistaken. It is part of the same basic principle. If I buy a tractor, an iPhone, or an Internet connection, I expect to be able to use it where, when, and how I see fit, even if it was not part of the original design of the product.

Reverse engineering something one has bought and running a gopher server off their home Internet connection, if one feels like being that retro, are, at their core, the same right. Port or service blocking by ISPs is to me a violation of net neutrality, as is refusing to sell someone a static IP address or letting someone otherwise do what they want with the connection.

Ending rather than entrenching net neutrality would end the Internet as we know it, and we need to make a strong statement supporting the principle of net neutrality by supporting this motion.

Madame la Présidente, je suis ravi de pouvoir reprendre là où je me suis arrêté au sujet de la question importante de la neutralité du Net.

Nous nous sommes tous déjà heurtés à un message indiquant qu'un contenu n'est pas offert dans notre pays parce que les distributeurs et les créateurs de contenu utilisent diverses technologies pour déterminer où se trouve un utilisateur afin de limiter son accès en vue de le forcer à utiliser un fournisseur ou un site différent pour accéder à ce contenu ou encore pour l'empêcher d'accéder à un contenu, tout simplement. En effet, beaucoup de contenu canadien est essentiellement inaccessible au Canada alors qu'il est offert dans presque tout le reste du monde. Par exemple, je mets tout le monde au défi de visionner l'émission canadienne Mayday sur Internet sans posséder de compte Bell. Légalement, c'est impossible. Je me demande donc pour quels motifs l'intégration verticale du marché des médias est légale. La neutralité du Net est déjà menacée de toutes parts, alors il faudra un effort concerté pour la protéger.

Renoncer à la neutralité du Net accorde un contrôle aux entreprises sur l'accès Internet des gens ainsi que sur le contenu Internet auquel ils ont accès. Une fois qu'elles détiendront ce contrôle, les entreprises commenceront à façonner l'opinion des consommateurs, à peaufiner leur stratégie de commercialisation et à vendre l'accès aux consommateurs à un prix beaucoup plus bas.

Étant donné le scandale Cambridge Analytica impliquant Facebook, qui est passée maître dans l'art de contrôler les activités, les sentiments et les opinions des consommateurs sur Internet, force est de constater que ce n'est pas qu'une vague théorie. Il est important de se rappeler que lorsqu'une personne ne paie pas pour un produit, c'est qu'elle est elle-même le produit. On ne recueille pas ces données pour le plaisir. Les données des utilisateurs ne sont pas stockées dans un nuage. Il n'y a pas de nuage; seulement les ordinateurs d'autres personnes qui veulent avoir accès à vos données pour une raison.

Sans une neutralité du Net obligatoire, rien n'empêche une entreprise de payer le fournisseur de services Internet d'une personne pour accroître son accès à ses propres services ou de réduire l'accès aux services de ses concurrents. Pour revenir à ce que j'ai dit la dernière fois au sujet des connexions Internet survendues, je n'ai pas beaucoup de sympathie pour les fournisseurs de services Internet dans cette situation et, par conséquent, l'argument selon lequel on doit renoncer à la neutralité du Net en raison de problèmes de capacité est fallacieux. À mon avis, ces fournisseurs de services Internet devraient être tenus de garantir une vitesse soutenue minimale, et non maximale, au premier fournisseur en dehors de leur réseau aux heures de pointe typiques.

Xplornet, par exemple, offre un service par satellite de 25 mégabits, mais cette entreprise ne dira pas que pour la plupart de ses clients, cette vitesse est garantie seulement à 3 heures du matin, par une nuit claire, sans aucune aurore boréale, et possiblement lorsque c'est la pleine lune. J'exagère à peine. Ce n'est pas parce que les satellites et les stations terrestres ne peuvent assurer une connexion à cette vitesse la plupart du temps, mais plutôt parce que les connexions sont survendues, ce qui donne lieu à de nombreuses plaintes dans ma circonscription de la part des internautes des régions rurales qui se retrouvent coincés entre l'arbre d'Xplornet et l'écorce de l'accès commuté.

Ce n'est pas tant le service qui me dérange, étant donné qu'il est essentiel d'avoir des entreprises comme Xplornet pour fournir des services dans des régions éloignées qui ne disposent d'aucune autre option, et nous en avons besoin. Toutefois, cette entreprise doit être honnête quant à ce que les clients obtiennent pour leur argent, c'est-à-dire ce qui est annoncé par rapport à ce qu'ils obtiennent vraiment. Il faut y remédier. L'entreprise justifie cela très minutieusement, et depuis que je suis en politique, soit à titre d'attaché ou de député, c'est la première fois que je vois une entreprise faire du lobbying seulement en présence de ses avocats. Je pense que cela en dit long.

Bell, un géant des télécommunications très prospère qui a affiché 3 milliards de dollars de profits en 2016 et qui a établi la plus grande partie de ses infrastructures avec l'argent des contribuables, ainsi que Rogers, qui a affiché un bnfice net de 1,8 milliard de dollars l'an dernier, font payer à chaque consommateur jusqu'à 8 $ de plus par mois pour sa connexion à Internet, mais ces entreprises ne sont pas prêtes à faire des investissements substantiels dans les collectivités rurales et éloignées du pays à moins de recevoir des cadeaux des divers ordres de gouvernement. Ces entreprises et les autres grands fournisseurs de services Internet ne songent même pas à investir dans un projet à moins de pouvoir rentabiliser leur investissement en moins de trois ans. Je ne connais aucune autre entreprise légale qui affiche un taux de rentabilité des investissements aussi élevé.

Ce qui nous amène à un autre enjeu important sur la question de la neutralité d'Internet, qui m'a été soulevée récemment par un défenseur professionnel des droits numériques.

La neutralité d'Internet peut, et devrait peut-être, aller encore plus loin, soit jusqu'à la neutralité de l'investissement. Ce n'est pas juste l'accès aux services Internet qui est important, il faut un accès égal, ou au moins équivalent, pour les utilisateurs d'Internet.

Choisir d'investir dans un réseau gigabit dans une ville et abandonner les régions à cinq mégabits n'est pas neutre. On limite des utilisateurs particuliers au lieu de limiter des services, mais le résultat est le même.

Si on dit aux résidants des régions que nous n'avons pas d'accès pour eux, ce n'est pas Netflix qui est limité, c'est Internet au complet. C'est l'accès aux services. C'est l'accès à l'économie. C'est la participation à la société moderne. Ainsi, nous ne pouvons pas dire que nous avons vraiment la neutralité d'Internet avant d'avoir aussi la neutralité de l'accès à Internet, ce qui représentera sûrement encore des milliards de dollars en investissement pour tous les paliers du secteur privé.

Imaginons pour un moment que l'accès à l'électricité soit vu à travers la même lentille qu'on utilise actuellement pour l'accès à Internet. Les régions ne seraient toujours pas branchées au complet et des collectivités éloignées ne seraient tout simplement pas branchées, si elles n'avaient pas accès à une rivière pour installer un barrage, par exemple.

En tant que société et pays, nous avons la responsabilité d'assurer un accès neutre, d'investir de manière neutre et de donner à tout Canadien la chance de se brancher. On aura besoin de la participation des organismes gouvernementaux pour assurer cette égalité, comme on a fait dans ma circonscription de Laurentides—Labelle avec la Coopérative de télécommunication d'Antoine-Labelle.

Les députés qui aimeraient savoir à quoi ressemblerait la disparition de la neutralité du Net n'ont qu'à essayer d'utiliser un iPhone ou un iPad, si on suppose qu'Apple n'a pas encore ralenti l'appareil pour encourager les gens à en acheter un autre. Les députés qui ont déjà tenté l'expérience savent qu'il est très difficile d'utiliser ces appareils dans certaines circonstances, qu'il s'agisse de brancher un iPhone dans un ordinateur portable qui n'est pas conçu par Apple, de copier des images sur une clé USB ou de regarder du contenu acheté sur iTunes au moyen d'un appareil qui fonctionne avec Android ou Windows ou d'un autre appareil qui n'est pas conçu par Apple.

Si on veut utiliser une application qui n'est pas approuvée par Apple, c'est peine perdue. Par définition, cette approche n'est pas neutre. En s'accordant le pouvoir de censure, l'entreprise Apple s'est vue obligée de l'exercer. Comme l'a dit le père du mouvement du logiciel libre, Richard Stallman, c'est soit l'utilisateur qui contrôle le programme, soit l'inverse.

Comme bien des sociétés américaines, Apple cherche non seulement à vendre un produit, mais aussi à contrôler son utilisation après l'achat, tout comme on le fait au moyen de l'encodage régional des DVD et des lecteurs de DVD, ce qui, à mon sens, ne devrait même pas être légal. En résumé, aucun produit n'appartient vraiment à l'acheteur; celui-ci doit plutôt payer pour jouir du privilège discutable de faire partie du réseau d'Apple.

Le fabricant de tracteurs et d'équipement de ferme John Deere s'est joint au mouvement, lui aussi. Selon cette société, les agriculteurs qui réparent eux-mêmes leur équipement de ferme en enfreindraient les droits d'auteur. Toute cette question des droits d'auteur, à laquelle s'ajoutent les effets de la Digital Millennium Copyright Act et de son pendant canadien, la Loi sur la modernisation du droit d'auteur, en ce qui concerne les mesures de protection technologique, constitue le symptôme extrêmement inquiétant d'une offensive générale du milieu des affaires américain contre le droit des consommateurs d'utiliser les objets qu'ils ont achetés et payés.

Si les députés pensent que cela n'a rien à voir avec la neutralité du Net, qu'ils se détrompent: le principe de base est le même. Que j'achète un tracteur, un iPhone ou une connexion Internet, je m'attends à pouvoir l'utiliser où bon me semble, quand bon me semble et de la manière qui me plaît, même s'il s'agit d'un usage pour lequel l'objet en question n'a pas été conçu.

Selon moi, démonter un objet que j'ai acheté ou exploiter un serveur gopher à partir de ma connexion Internet maison — si l'envie me prend de remonter aussi loin en arrière — participent d'un seul et même droit. Le blocage de ports ou de services par les fournisseurs de services Internet revient selon moi à violer la neutralité du Net, tout comme refuser de vendre une adresse IP statique à un client ou l'empêcher de faire ce qu'il veut avec sa connexion.

Mettre fin à la neutralité du Net au lieu de la renforcer tuerait Internet tel qu'on le connaît. Nous devons donc dire haut et fort que nous appuyons le principe de la neutralité du Net en adoptant cette motion.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on May 22, 2018

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.