header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-12-12 PROC 85

Standing Committee on Procedure and House Affairs

(1100)

[English]

The Chair (Hon. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)):

I call the meeting to order.

Good morning, everyone. It's the holiday season. Welcome to the 85th meeting of the Standing Committee on Procedure and House Affairs. Today we are continuing our study on the creation of an independent commissioner responsible for leaders' debates for the first hour, and in the second hour we'll be giving drafting instructions.

Go ahead, David.

Mr. David Christopherson (Hamilton Centre, NDP):

I have a question. Am I on the speakers list? Thank you.

I wasn't here last week. Since we're about to give instructions, does that mean we've concluded witnesses? If so, I was wondering when we're going to bring the parties in.

The Chair:

We asked the parties to do written submissions, which they've all done except for the Conservatives, who aren't doing one. The NDP submission is en route, and all the other parties have already submitted them.

Mr. David Christopherson:

Is there a special reason we didn't call them in? I know that was the intent. Sorry; I was away and I'm just trying to get up to date. Is there a reason we didn't call them in? Our people were ready to go. Given that they play a major role in this, why would we not have them here?

The Chair:

There was a reason, but that discussion was in camera. I'll tell you in the second half of the meeting, when we're in camera.

Mr. David Christopherson:

The answer is it's a secret.

The Chair:

It was in camera. We're not allowed to repeat what was in camera.

Mr. David Christopherson:

Okay, but for the rest of the world who weren't at that meeting, we were planning to bring in the parties. Can I get some explanation as to why not?

The Chair:

Yes.

Mr. Chris Bittle (St. Catharines, Lib.):

It's an issue in camera, but the NDP was present. You can speak to Randall, who was here, who agreed, who was part of that discussion.

Mr. David Christopherson:

So no matter what, you're going to keep it secret. The reason the parties aren't here is secret.

Mr. Chris Bittle:

Speak to Randall.

Mr. David Christopherson:

He could tell me the secret. Okay.

The Chair:

Okay.

I will introduce this morning's witnesses. [Translation]

From La Presse, we have François Cardinal, editorial page editor, and Yann Pineau, senior director of continuous improvement.[English]

We also have Andree Lau, editor-in-chief of The Huffington Post, and Bridget Coyne, senior manager for public policy at Twitter Incorporated. Her colleague Cameron Gordon, head of communications, was supposed to join her, but his flight out of Toronto this morning was cancelled.

The witnesses from La Presse have an app that they would like to show us, if possible. It's not for the content but just to show how it works. It's only in French, so we'd need committee permission to use that as part of their presentation.

Some hon. members: Agreed.

The Chair: Okay.

Thank you all for being here.

I also notice that we have a celebrity, Althia Raj, here from the At Issue panel.

We'll start with La Presse.[Translation]

The floor is yours. You may go ahead.

Mr. François Cardinal (Editorial Page Editor, La Presse):

Good morning, Mr. Chair.

Allow me to thank the chair, along with the members of the committee, for the invitation to contribute to your work.

My name is François Cardinal; I'm chief editorialist and senior director of the debates section with the newspaper La Presse, in Montreal. I'm accompanied today by Yann Pineau, senior director of continuous improvement at La Presse.

At your request, we will be showing you our application. Although I will touch on La Presse's model, it will not be the focus of my remarks. If the committee would like more information, I would be happy to answer any questions the members have on the subject.

I'm here this morning in my capacity as a representative of the paper, but also as moderator of the French-language leaders' debate that took place before the municipal election in Montreal, last month, between Denis Coderre and Valerie Plante.

Please note that I will not formally be taking a position for or against the creation of the position of commissioner responsible for leaders' debates this morning. I'll instead try to respond to the question asked by the Minister of Democratic Institutions, Karina Gould, in her opening remarks—“How can we reach the largest number of Canadians?” Therefore, I'll elaborate on three observations that, in my opinion, deserve being taken into consideration in the deliberations under way.

First, broadcasters are no longer the only ones on board.

Up to this point, television-broadcaster control over leaders' debates has been more or less total. But the media industry is undergoing a major transformation. What was valid five years ago is not necessarily valid today.

In her preliminary remarks, incidentally, Minister Gould drew up a list of the stakeholders concerned by future leaders' debates, referring to “the Canadian public, political parties, broadcasters”, but also to “new media organizations”. The minister is right to clarify things in this way, but it strikes me as important to add to that list the established print-media organizations—such as La Presse—that have strong footholds on digital platforms. Before you sits one such example.

We are, in our own way, a new media organization thanks to our tablet application La Presse+, the basis for the Toronto Star's Star Touch app, which you may be familiar with. But we're also an established mass-media outlet, one that, on a monthly basis, reaches no less than 40% of the adult population of Quebec.

At a time when Canadians are watching television less and less, when a great many are cutting off their access to cable, when they're turning in considerable numbers to mobile and digital platforms, it becomes essential to move away from an approach that revolves exclusively around broadcasters and to involve the major players in the written press, who today are broadcasters in their own fashion.

A sign of the times, parenthetically, is that La Presse was part of the media consortium in 2015 helping organize the leaders' debate. The reason for this was the indispensable nature of La Presse and the large numbers of people it reaches by way of its various platforms.

It needs to be pointed out that La Presse is confronted with the same serious revenue problems as all the other major newspapers in the country, and I am very glad to be here to make that point today. The income crisis is hitting hard everywhere, but thanks to our current digital shift, we are confident of continuing our momentum. And readership is very much there. It is important to draw a distinction when talking about the media crisis. We reach close to three million Canadians a month thanks to our three platforms. On a daily basis, that comes to more than 1.2 million people that we reach thanks to mobile, tablet, and web platforms.

This presence on the web, moreover, was highly useful during the Montreal election, last month, because not a single television network agreed to broadcast the only leaders' debate in French between Valerie Plante and Denis Coderre.

So, La Presse, like Le Devoir and the paper Métro, addressed this gap by broadcasting the debate live on the web.

It's therefore of paramount importance that the established mass-media organizations that are not official television broadcasters have a significant say in the management and organization of leaders' debates.

It's essential, to this end, to take into account their point of view and their technical needs, which are often different from those of broadcasters, during the organization of and preparations for leaders' debates. And we'll be happy, Yann and myself, to answer your questions on this topic following the presentation.

Second, the organization of the major debates must be depoliticized, and rules for participation must be clear.

If we're here this morning, that's in large part because the leader of a major federal party refused to take part in the English-language debate organized by the consortium in 2015. There was nothing exceptional about that, in a context where the organization of debates is done behind closed doors, according to the requirements and arrangements of the moment. That situation opens the door not just to random rules, but also to the decision of a leader or someone else not to participate.

(1105)



What matters therefore is to have a transparent structure and clear rules that prevent candidates from taking themselves off for the slightest reason.

The leaders' debate in Montreal that I moderated is a good example. The incumbent mayor had no interest in numerous debates taking place. He therefore decided unilaterally that there would be only one, and even who would organize it. Broadcasters didn't care much for this sort of control, which contributed to the decision not to televise it. The result: as was the case with the English debate in the 2015 federal election, we had a wasted democratic opportunity. The debate was broadcast on the web only.

So it's important that organization of these debates not be entrusted to the political parties and to the arrangements of the moment, but also that it not be left in the hands of broadcasters alone, whose needs are not always the most favourable from the democratic point of view.

It's just as critical, furthermore, that the established rules be clear, predictable, and provided in advance.

Lastly, the multiplicity of platforms calls for a multiplicity of formats.

A number of stakeholders appearing before the committee are advocating the appointment of a commissioner whose mandate would be to supervise the two big leaders' debates. Some have gone further and proposed as well the appointment of a host broadcaster, like CPAC. I leave it to you to judge the relevance of these ideas. But if you find yourselves tempted by proposals tending towards a stronger oversight of the two big debates, it would be important to present those debates in different formats and at different times, while allowing for the possibility that media outlets organize other debates concurrently.

First, at a time of YouTube, podcasts, and videos on demand, it's more critical than ever to present the debates in their entirety, in delayed time, in places voters expect to find them, such as the websites of mainstream media outlets, including the print media.

It's important, in that light, that all media have unlimited access, with no restrictions whatsoever, to the complete version of the debate. Just as it's important that there be no restrictions on the use of excerpts from the debates.

La Presse has had some difficulties in the past gaining access to the raw material of a debate, without restriction, without a broadcaster logo, and with the possibility of disseminating as many excerpts as we would have liked.

So, in order for as many Canadians as possible to have access to the debates, it's crucial to offer a debate at the moment when voters want it, and above all, to offer them summaries and highlights. Many voters, it so happens, don't have two hours to devote to a leaders' debate, or are not available at a time convenient to broadcasters.

Moreover, there must certainly be a high point in the campaign in each of the languages, but media organizations present on the web and on digital platforms must also be permitted to organize their own events.

What immediately comes to mind are the debates organized by Maclean's and The Globe and Mail in 2015. I also think of the debates that La Presse organized alongside the 2012 provincial election with representatives of each party on the themes of young people and health.

Today, it's a lot less difficult to produce good television, or at least to use video properly. La Presse regularly demonstrates as much, and if the committee members so desire, Yann and I can present a recent example of the use of video on the La Presse+ tablet application. The video is about the Trudeau government's first hundred days in power.

In closing, Mr. Chair and committee members, please bear in mind that La Presse would be willing and eager to participate as part of any advisory committee, or any organization whose mandate would be to organize the next leaders' debates.

I have to add that this discussion demonstrates the democratic importance of mainstream media in Canada. This is an important precision at a time when an unprecedented crisis is hitting the print media, with a number of newspapers already extinct. At this rate, without government intervention to support the transition, the discussion that we're having this morning could well turn out to be futile in a not so distant future.

Mr. Chair, members of the committee, I hope that our participation in your work will prove to be useful.

My colleague Yann and I are available to answer any questions you might have.

Thank you.

(1110)

The Chair:

Thank you.

It is now Andree Lau's turn. [English]

Ms. Andree Lau (Editor-in-Chief, HuffPost Canada):

Thank you for the invitation.

I have read the minutes of the previous public proceedings and the excellent presentations from the different witnesses, so I will try not to repeat their points.

I come to you as a representative of a digital-first media outlet. The Huffington Post—we recently rebranded as HuffPost—has never been weighed down by the often ponderous transition from broadcast or print because it has always been online only, but that doesn't make our commitment to inform and engage Canadians any different from that of so-called legacy media.

In fact, I would argue that we have built our success in a short time on a nimbleness and flexibility to adopt and adapt to technological developments, to online habits, and to users' increasingly nuanced and educated media consumption. There's a thirst for transparency and for a real reflection of what Canadians look and sound like. It's this lens that I apply to the organization and management of Canada's federal election debates.

Not counting 2015, they have largely remained unchanged. The broadcast consortium of big networks decides behind closed doors the who, what, when, and how. Don't get me wrong—they do a beautiful job of orchestrating high-quality live television production, but the result doesn't necessarily reflect the habits or the expectations of many voters.

By the next federal election, the biggest single bloc of eligible voters will be young Canadians who were born between 1980 and 2000, according to the polling firm Abacus Data. They don't live by appointment television. Most of them don't own televisions. These digital natives expect content to be delivered to them where they are, which is largely on their mobile phones. Some of them will watch live events, but even more will catch up through on-demand service later, perhaps when they are finished their non-9-to-5 contract job. My point is that the reasons for having a consortium controlling the details of a debate—such as a prime evening time slot—are no longer valid.

HuffPost, combined with its parent company brands such as Yahoo and Microsoft partnerships, reached 28.6 million unique visitors in October, making it the number two digital property in Canada, just behind Google's sites. That's according to comScore. In comparison, the combined digital reach of the top three broadcasters—Bell, CBC/Radio Canada, and Rogers—is 26.1 million.

It's time that the process is opened up to allow digital-first media entities to contribute, and also to widen the discussion and decision-making. Greater transparency and inclusion can only bring a greater evolution of the process—for example, how has the debate format or moderator been decided? I'm not saying that all the consultations need to be completely public, but there needs to be some transparency to it.

By the way, as far as I can tell, there has never been a moderator who is a person of colour, who's indigenous, or who has a disability. Is that part of the consortium's discussions?

An independent commissioner or commission could set some guidelines as to who gets a seat at the planning table. We still need the networks, but we also need entities that bring innovative and novel ideas to challenge what's been done before, and to deliver them on new platforms.

At HuffPost Canada, for example, we've used Facebook Live to directly connect users to the Prime Minister and to cabinet ministers in digital town halls, and more recently to the NDP leadership candidates in a debate. We were not trying to be a legacy broadcaster and reach as many people as possible with the broadest coverage possible; we target specific audiences and engage them where they are, when they want it, and how they want to be engaged.

If we want Canadians to be more engaged in the democratic process, we need a variety of voices in planning and broadcasting debates.

In 2015, the main broadcasters ended up wasting their time holding out to see if a political leader would change his mind about participating. An independent commission, supported by major political parties, would remove that influence and delay, and allow media providers to focus on the important details in bringing robust and engaging debates to the public with some degree of certainty.

Thank you. I look forward to your questions and discussion.

(1115)

The Chair:

Thank you.

Now we go to Bridget Coyne.

Ms. Bridget Coyne (Senior Manager, Public Policy, Twitter Inc.):

Thank you, Mr. Chairman and distinguished members, for the invitation to speak before your committee today and participate in this discussion.

I am Bridget Coyne, senior public policy manager for Twitter, based in Washington, D.C., and I work closely with our Canadian office in Toronto with over 45 employees, including Jennifer Hollett, our head of news partnerships in Canada.

In my five years at Twitter, I have worked on nearly three dozen U.S. presidential, gubernatorial, and senate debates, and I have supported our leader debates and election coverage across the world. With the advent of open social platforms like Twitter, televised events, including political debates, have transformed from an isolated broadcast experience to a shared communal activity.

Before this committee, I will enumerate three main points for your consideration: first, how Twitter and politics are deeply intertwined and in the fabric of Canadian popular culture; next, how Twitter has historically been a part of political debates and the democratic process around the world and in Canada; and last, how Twitter may play a role in future leadership debates.

Politics and Twitter go hand in hand, especially in Canada, as evidenced by the popular culture and conversation we see on our service. People on Twitter often use a hashtag, written with the pound symbol, to index topics and bring together a diverse chorus of voices. In August 2017, we reported that #cdnpoli was the second most used hashtag of all time in Canada.

We've also hosted a number of major Canadian politicians at Twitter Canada headquarters in Toronto for Twitter Q and As and events. They include Justin Trudeau, Rona Ambrose, Jagmeet Singh, Navdeep Bains, and Melanie Joly.

Next, as it relates to debates, Twitter has a history of working with debate organizers and media partners to incorporate our platform and information into the democratic process for a more robust dialogue. As a service delivering public, real-time information, Twitter captures the roar of the crowd and reactions from outside the debate hall. Twitter can be a meaningful tool for determining who is performing well and what the audience is reacting to, based on public signals.

Here are a few of those Twitter data measurements that we have captured for political debates: What moments caused the most conversation on Twitter? What topics were the most talked about during the debate? Which candidates were the most talked about during the debate? Which candidate grew the most number of followers during the debate? What were the most retweeted tweets of the debates?

Twitter has also directly partnered with debate organizers to take our measurements and incorporate them into their broadcast, both during and after the debate. The broadcasters have editorial authority for how to incorporate this information. For example, in the 2015 federal election, we supported the Rogers Media debate, the Globe and Mail-Google debate, and Global News election night coverage, all to provide key Twitter data insights that enhance the public's understanding of the civic process.

Lastly, Twitter can be a meaningful method to drive participation in the electoral process, both for candidates and for voters. For candidates, Twitter can be a microphone to engage the public, to let voters learn more about them, and to permit participation by those not formally invited onto the debate stage. As some previous testimonies have cited, in 2015 Elizabeth May, leader of the Green Party of Canada, tweeted her way into the debate, which drove 2.1 million impressions, a 2,000% increase from her daily average. For voters, Twitter can be a microphone for those not invited into the debate hall. To that end, we have worked with debate organizers to include questions from Twitter users.

When looking ahead for how Twitter may play a meaningful role in the future of leadership debates, there are three primary focus areas we ask you to consider.

First, we ask you to consider providing open access to viewing and following the debate through regularly live-streaming the event across both broadcast and social networks. Live-streaming video is a new format and one that we anticipate more news programs will adopt.

(1120)



Two Canadian news programs began live streaming daily on Twitter in 2017: CBC's The National, and TVO's The Agenda with Steve Paikin. In 2017 alone we have worked with broadcasters to carry their debates and election coverage on Twitter in the U.K., France, Germany, South Korea, Japan, and the United States, in many cases drawing millions of viewers.

Second, we ask that you consider encouraging and incorporating audience questions and participation into the debate experience. This includes establishing a clear and consistent hashtag for the public to join the debate, identifying Twitter usernames on the stage and on air for the public to follow the candidates and to connect with them, and bringing public tweets and questions into the broadcast.

Third, we ask that you consider supplementing event coverage with Twitter data to further understand public opinion and bring voters into the civic process.

On behalf of Twitter, thank you again for the opportunity to present these ideas for how you might reform the political debate process and access to civic participation.

The Chair:

Thank you very much. Merci à tous for being here.

Now we'll start with Mr. Graham. [Translation]

Mr. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Thank you all for being here today.

My first question is for Mr. Cardinal.

You spoke briefly about access to debate material. I want to make sure we are all on the same page. When a debate is broadcast, what happens to the debate content?

Mr. François Cardinal:

Thank you for the question.

It varies depending on the debate and the broadcaster. In Montreal, for instance, the people at TVA began to organize their own debates. They did not think the format involving multiple leaders was compelling enough. For business reasons, they opted to go with a one-on-one format.

We, at La Presse, have had a lot of trouble accessing, first, the full stream of the debate and, second, all the clips we wanted. What's more, owing to a legal vacuum, we still don't know whether we are allowed to broadcast as many clips of the debate as we want. We don't know exactly who holds the rights to the broadcast. From a very technical standpoint, TVA's logo could appear on the stream, for instance.

Hence why it is so important to make debates available not just in their entirety, but also in delayed time. The actual time at which the debates are held may not necessarily be convenient for all Canadians. It is equally important that access to the debates be unlimited and unfettered, in terms of both the full debate and the subsequent use of clips.

(1125)

Mr. David de Burgh Graham:

That means that the principle of fair dealing does not apply to debates, and that is a source of concern.

Mr. François Cardinal:

It's a grey area. Despite asking every single time, we never manage to get an answer.

Mr. David de Burgh Graham:

Perhaps the committee should include that aspect in its copyright discussion. It might be helpful.

Mr. François Cardinal:

Yes.

Mr. David de Burgh Graham:

Do you think television broadcasters should be mandated to broadcast the debates?

Mr. François Cardinal:

Would you mind repeating the question?

Mr. David de Burgh Graham:

Do you think television broadcasters should be forced to broadcast at least one debate during an election campaign?

Mr. François Cardinal:

I wouldn't want to say definitely one way or the other, but it's an excellent question.

I mentioned the municipal election in Montreal a month ago. The incumbent mayor decided that only one debate would be held and that the chamber of commerce would organize it. Radio-Canada and TVA weren't pleased with that level of control and opted not to broadcast any of the debate. It was a missed opportunity for democracy.

It may be worthwhile to seriously consider whether at least one broadcaster should be required to broadcast the debates. As for whether everyone should, that is up to you.

Mr. David de Burgh Graham:

Thank you.

I will now turn to the Twitter representative.[English]

Ms. Coyne, thank you for being here.

I have a very quick question for you. I've always observed that on Twitter there are very few undecided voters, and when you're talking about using all the data coming from Twitter, the campaign with the best digital organization then has the best performance, as opposed to the best reaction from the public.

Do you have a reaction to that observation?

Ms. Bridget Coyne:

Twitter is unique in that you don't have to identify who you are. That's really important in a lot of democracies around the world, where it's important to have an open communication platform.

When it comes to debates and how we track our data, it's also important to understand how those measurements play out. You may respond to something with a hashtag and I may just say the political party, but we're both talking about the same event in the same time period, so we're able to take that aggregate number of key words and look at when people are responding and make conclusions about what moment they are responding to.

Often those are the opportunities to persuade somebody, and campaigns and parties are often on Twitter during debate too, finding those persuadable people who are tuning in to learn more.

Mr. David de Burgh Graham:

Thank you.

This is for Ms. Coyne, and maybe for Ms. Lau as well. I'm not sure.

You talked about involvement in debates in other countries. You listed a few. What best practices or lessons can we learn from these other countries that you would want to share with us?

Ms. Bridget Coyne:

I think it's always important to inform the voters. Tell them how to tune in. Have a hashtag on the stage so that they know what to look for. Have a username on the podium so they know how to connect with them. Often a handle is the same across multiple platforms, and that's a great way for people to learn more about them and get involved.

Mr. David de Burgh Graham:

My question was about whether you have experience with a specific country whose model we should be following and looking to.

Ms. Bridget Coyne:

I have the most experience with the U.S. elections.

This year we saw a lot of innovations around live-streaming debate. In New Jersey there was a governors' debate that we partnered with, and they had multiple media partners. They took questions from Twitter users both before and during the debate.

That's a best practice: allowing people to tweet before the live event, but also to tweet during it if something really encourages them to get involved. They took those questions live, and we also covered what people responded to at the end of the debate through Twitter data.

Mr. David de Burgh Graham:

Thank you.

Ms. Lau, did you have any final comments before I hand it over to Ms. Tassi?

Ms. Andree Lau:

It's not my area of expertise.

Mr. David de Burgh Graham:

All right. Thank you.

I'll pass the remaining time to Ms. Tassi.

Ms. Filomena Tassi (Hamilton West—Ancaster—Dundas, Lib.):

How much time do I have, Mr. Chair?

The Chair: You have about a minute and a half.

Ms. Filomena Tassi: I'll reduce it to one question, then. My question's going to focus on the input that you can give us with respect to the structure of the commission or the commissioner.

Ms. Lau, listening to your comment about the changing digital world, and, Ms. Coyne, your comment with respect to Twitter and how engaged people are, what input could you give us with respect to how we structure this commission or commissioner to allow for the most optimal engagement and flexibility so that we can in fact reach the audiences through all these advancing social media?

(1130)

Ms. Andree Lau:

I have a very basic suggestion, which is a commissioner or participants who actually use all of the tools we're talking about—someone who in their daily life doesn't have a TV, doesn't have cable, and can give on-the-ground advice as a user.

I would also add someone with a digital journalism background in order to bridge the needs of broadcasters as well as digital outlets.

Ms. Filomena Tassi:

You're suggesting a commission, and part of the panel or the board of that commission comprises individuals of the kind you have identified.

Ms. Andree Lau:

Yes.

Ms. Bridget Coyne:

From Twitter, we encourage working with media partners who have access to the debate, and we want to make sure that happens on Twitter as well. I have a few numbers to cite from political events this year, and the young audiences that they bring in.

In the U.S., the presidential inauguration had 6.8 million unique live viewers, and 70% of those were under age 35. Having these unique audience opportunities to get new voters into the process through regular government events, but also political debates, by live-streaming on Twitter, as well as having the commitment that it's going to be open for any broadcast partners to stream on Twitter, would be our recommendation.

The Chair:

Thank you.

Now we'll go on to Mr. Nater.

Mr. John Nater (Perth—Wellington, CPC):

Thank you, Mr. Chair.

Thank you to our witnesses.

I want to follow up on that last comment from Ms. Coyne about the availability of a live stream. I get the impression that's something that I suspect this panel would support: generally, the ability to take a broadcast and stream it live.

I know our friends from La Presse mentioned doing it without labels or a broadcaster logo on it. I'm curious. We do have CPAC as our national political broadcaster. If CPAC were to be tasked with organizing an English and French debate, would your three organizations support having CPAC directly tasked with organizing and then providing that stream live to any and all people, whether it's for a nominal fee or whether it's free of charge? Is that something that would be supported by this panel?

Ms. Bridget Coyne:

We're open to working with CPAC as a media broadcaster—and Elections Canada, or whatever other group of folks who want to partner with Twitter—to bring more people into the process. [Translation]

Mr. Yann Pineau (Senior Director, Continuous Improvement, La Presse):

I'd like to say something, if I may.

In order to reach as many voters as possible, a debate should be broadcast not just live, but also in delayed time. Not everyone is available to watch a debate at the same time, and not everyone necessarily wants to watch the full two hours of a debate. Reaching as many voters as possible means being able to replay a debate and break it up into smaller, more digestible segments.

Mr. François Cardinal:

I would simply add that making a debate available, in delayed time, on a website such as La Presse's is a potential solution that we haven't really seen in the past. It is clear that this is a one-shot deal event, and then it is over. I would say that posting the full debate, whether on YouTube or platforms such as La Presse or The Huffington Post, is a must in 2017. [English]

Mr. John Nater:

I appreciate that.

Coming from someone who doesn't have cable or satellite, that ability to engage online is where my generation.... One of you mentioned Abacus Data. That's exactly where we're going. It really questions, to some degree, the relevance of the major broadcasters in terms of this discussion, when so many people from the millennial generation, who will make up the largest voting segment, are not going to be using those traditional formats.

Ms. Andree Lau:

Sorry, can I just...? There is one more thing to keep in mind.

There is the live stream for sure, but we've run into problems in that after the live stream is over, we couldn't record it. We have to depend on the broadcaster to provide the recorded tape; sometimes that's an hour later, and sometimes it's 24 hours later. There is also an understanding of what digital outlets need, which is that we need it immediately so that we can package it for our users and get it to them so they can watch it at their convenience.

(1135)

Mr. John Nater:

That's a good point. Thank you. I appreciate that.

I want to talk a bit about the number of debates and the variety of debates. In the last election, there were five debates. In the past, there have been one English and one French. In 2005-2006, there were two English and two French.

What significance do you place on having a variety of debates, whether it be a variety of formats, topics, or combinations of political leaders? What significance would you place on that aspect of debates?

Ms. Andree Lau:

From our experience doing the digital town halls that we've had at HuffPost Canada, what's been interesting is that the most engagement has come from an ability to talk directly to cabinet ministers—perhaps not the leaders who are in the spotlight, but people who hold considerable influence in cabinet, because the public generally doesn't have a chance to interact with them on those types of very specific issues.

I would ask that you consider that those types of specific topics become possible areas of focus so that people can focus down their questions. A lot of times the general leaders' debates are very broad, and there is only so much time to briefly touch on a topic before they jump on to something else.

Ms. Bridget Coyne:

I would defer to the commission to determine the number of debates.

I think it's important to make sure that people know how to tune in, and that this is a clear part of the process so that people aren't fragmented and miss a debate. There's also the replay functionality to be able to see the clips.

In terms of topics, having some nimbleness based on the live conversation is really helpful. We saw that play out in the U.S. presidential debate in November 2015, when a Twitter user sent a tweet, and that changed the entire course of the debate. The moderator was able to see that question in real time and pivot to address Hillary Clinton head-on, based on a user's feedback. [Translation]

Mr. François Cardinal:

There are three key things I would add to that.

First of all, it's important to have at least one major debate in each official language. I think that's a given for everyone.

Second, having a variety of formats is important, not just to appeal to Canadians, but also to test the leaders in various debate formats. The debate I moderated during the Montreal municipal election was a highly structured debate organized by the chamber of commerce, and the questions were of interest to the general public and very much focused on public issues. Conversely, in English, the questions came mostly from voters. The different formats, then, put the leaders to the test in different roles.

Third, having debates that focus on various themes is also important. Some people take a very narrow view of current affairs, only paying attention to specific issues such as health or youth. In 2012, La Presse organized candidate debates around such themes as health, and I know they were very popular. It's important to bear in mind that only certain issues interest some people. [English]

The Chair:

You have 30 seconds.

Mr. John Nater:

I just have a quick question. You may not have time to answer it.

I believe La Presse mentioned forcing leaders to attend debates. Do you have any thoughts on how that would work in a practical sense? How do you require a leader to show up? What mechanisms should be there to make that happen? [Translation]

Mr. François Cardinal:

I know witnesses who appeared before the committee in recent weeks put forward various scenarios.

I think it is possible to establish a mechanism to somehow punish a leader who fails to participate in a leaders' debate or perhaps just the most important one. I would say it's necessary to impose some sort of sanction. It is always in the incumbent prime minister's interest to reduce an opponent's visibility. I think, then, that such a mechanism is needed. Requiring leaders to take part in at least one leaders' debate in each official language is an important way to facilitate Canadians' participation in the democratic process. [English]

The Chair:

Thank you.

Now we'll go on to the chap who chose England over us.

Mr. David Christopherson:

Just temporarily, Chair.

Thank you all for being here.

I have a couple of observations. I'm at least one generation, if not two, ahead of Mr. Nater, but I can tell you that the life he just described is my daughter. She's 25 and she doesn't have cable. She wouldn't dream of it. She doesn't do appointment TV, and she wants everything on her mobile. Exactly what you said is my daughter and her colleagues, to a T.

I also just note, as I thought it was interesting, that now all of a sudden anybody who's not digital is legacy media. Words matter. It's interesting.

That's an observation. I'll just leave that there.

I want to start, Chair, with Mr. Cardinal's remarks. I thought it was important that he said what he did. If I can repeat it in English, he said, “If we're here this morning, that's in large part because the leader of a major federal party refused to take part in the English-language debate organized by the consortium in 2015”, and that's the truth of it. That's what riled me up in terms of the debate's failure. Aside from my own partisanship, citizens were denied what they needed in an election by virtue of not having that major debate. Something's got to be done.

Having said that, I have an observation. It needs to be said. The major party that wouldn't show up was the Conservatives, and it's the same party that's even refusing to make a submission to this committee.

We need to understand that there's a pattern here. There's one particular party here that doesn't want these debates, because that fits their agenda. How many of their candidates in the last two federal elections wouldn't even go to local debates?

Now, we're not dealing with that, but it does speak to a strategy, and if you take a look—I'll just throw this out there—at what they did in their last piece of legislation, the “un” Fair Elections Act, and add it all up, it does not conclude to their being a leading participant in democratic elections and debates. That's my partisan part.

Mr. Cardinal, I've been a little disappointed in some of the major consortium players, the big media, because most of you have refused to take a position on whether it's a good idea to have a commission or not. I suppose I can maybe try to figure that out, but it's disappointing for me in trying to do my best in a non-partisan way when the biggest players are sitting back and saying they don't really want to comment on whether there should be this or that, but these are the things I'd like to see happen.

I pose to you, sir, that if we don't go down this road.... You seem to agree that the last occasion failed Canadians. If we don't go down the road to a commission, then what do we do to prevent failure and to ensure we don't have a repeat of that if we don't take some action?

If it's not this action, what action would you recommend?

(1140)

[Translation]

Mr. François Cardinal:

That's an excellent question. To be perfectly frank, I find it a bit unsettling.

I'll explain my hesitation regarding the creation of a commissioner. From one year to the next, from one political cycle to the next, from one election cycle to the next, things change very quickly. Five years ago, broadcasters were still king, calling the shots. Today, a media outlet like La Presse would no longer have a print presence. Our full transition is just a few days away, in fact. Next year, La Presse will exist entirely in digital format. Would having a structured body headed by a commissioner allow for innovation at a rapid enough pace to stay ahead of the curve? The comments of my Twitter and Huffington Post counterparts show that we could very well have an altogether different position if we were to appear before the committee next year. The reason is simple: we try to keep pace with our readers, regardless of their age.

That is why I did not take a stand today. My fear is that such a structured mechanism might prevent innovation.

I am, however, in favour of some sort of debate oversight so that no political party can shirk their responsibilities from one election to the next. If the creation of a commissioner turns out to be the lesser evil, I will support it. [English]

Mr. David Christopherson:

Thank you. That's helpful.

That really is helpful, because we can link what you just said—that we'd like to see that kind of flexibility—to other important issues being raised by Mesdames Coyne and Lau in terms of who chooses the moderator and whether that reflects all of Canada, providing access to the digital after a broadcast, the timing of when it should happen, and real-time influence in debates. Those were just a few of the ideas I heard, but they can only be implemented if we have some kind of framework. I think I heard you saying the same thing, that we need something.

The only place I depart—and I'd be open to having people change me on this, because I seem to be marching a little differently than the army—is that everybody is talking about a sanction on a leader who does not attend. It seems to me that if we profile the debates well enough, in the way we should, the sanction is that you wouldn't dare not show up, because a price would be paid. With regard to the idea of imposing a sanction on a democratic leader in what they do or don't do, my initial reaction is to back off a bit. Let's set it up so that we can say, “I double-dog dare you not to go.” That's a little more open.

My sense—and we're getting close to giving instructions and stuff like that—is that we do need something. I can tell you that I'm listening to my colleagues over here, and we have a repeat coming down the line. Make no mistake: if we don't do something, we're going to be back where we were, guaranteed.

I want to make sure that while there's an openness to doing something now—and I'm looking at the majority government—we put in some kind of framework. I don't really care what we call it or where we put it, although I have some ideas based on the submissions, but it still seems to me that we, as a nation, need to have some kind of framework that guarantees that Canadians will have at least those two major focal points, which are two major national debates, in French and in English, if nothing else, and I would assume, listening to Mr. Nater, that there would be a whole lot of other things too. Those are all great.

However, the absence of that one big debate was a real failure on our part as a country to provide a democratic means for all of us to understand the issues and where the parties were.

I have to say that I'm heading into our next in camera session with a view that we need to do something. It needs to be light and it needs to be something that doesn't create a permanent bureaucracy and it needs to be nimble, but more than anything, it needs to take into account all the changes that are happening. The framework needs to provide for that kind of flexibility to happen, and then hopefully we can frame this up well enough. You'll do your job, and we'll do ours to promote what it's going to be when we finally get it.

Again, just leave it to the party leaders. Dare them to not show up and say to Canadians why that's their role in democracy and why they should be the prime minister when they won't even come to the debate.

If I have time, I'll give it to you.

(1145)

The Chair:

I'm sorry. We're way over time—

Voices: Oh, oh!

The Chair: —but if you want to respond in 280 characters, you can.

Mr. David Christopherson:

Thank you again, Chair. [Translation]

Mr. François Cardinal:

Mr. Christopherson, I'd like to add one thing, if I may.

I don't think leaders who fail to show up to a debate pay a democratic price or other penalty in voters' minds. People don't even remember that, in the 2015 election, one of the two major party leaders did not participate in the English-language debate.

That is why I believe some sort of sanction is necessary, if only to force a leader to show up to a leaders' debate. Two or three days later, Canadians have already forgotten about it. [English]

Mr. David Christopherson:

It would be to make a point.

Mr. François Cardinal:

Yes, to make a point.

Mr. David Christopherson:

Understood. Thank you so very much.

Thank you, Chair.

The Chair:

Ms. Sahota is next.

Ms. Ruby Sahota (Brampton North, Lib.):

My first question is for you, Ms. Coyne. When Radio-Canada appeared as a witness before this committee, they talked about being in discussions with Google and Facebook during the 2015 election. Were you also in discussion with the consortium at the time, and were you guys trying to create a role for Twitter?

Ms. Bridget Coyne:

We work with all the media broadcasters in Canada and likely in that case offered them the same services as in every other debate, with data and partnerships to tune in as well.

Ms. Ruby Sahota:

You also stated previously that the role Twitter played in this last American election was quite great, with more users tweeting about the election and the debates. However, for the turnout in that debate.... I'm not saying this is necessarily because Twitter was involved, but it's just an interesting observation that the voter turnout, even though there were so many people engaged with different platforms, was lower.

As for what we've seen in terms of our last election, sometimes this committee has discussed the fact that perhaps because of the breakdown of the consortium model and the fact that we had all these various platforms airing the debate, which people did not expect, we had fewer viewers tuning in, and it was somehow an injustice to the democratic process because people were not as engaged or informed about the leaders and the platforms of the different parties.

Twitter was around then, and people were using Twitter quite a lot. Some of those debates were online. They were in various formats. How do you explain that even though we had the variety—it wasn't created by the consortium—we still had fewer people tuning in? How do we change that?

Ms. Lau, you stated that your job is to target certain markets and not to necessarily reach the broadest viewership with just one model. Our struggle and my struggle on this committee is that I do want to reach the broadest viewership, but I want there to be a way to still target those who do not watch by the regular means.

(1150)

Ms. Andree Lau:

I think the answer is echoed by my colleagues from La Presse: make it available to everyone. Hit every possible outlet, platform, and distribution and have those places decide how to package it and how to distribute it, not just on the night it happens or the next day, but over the next three weeks. Maybe they can repackage things as topics come up during the campaign, but open access to all I think is key, because that way you are hitting every mark. You're just going for it instead of limiting it—

Ms. Ruby Sahota:

How many debates do you think we should be having?

Ms. Andree Lau:

I'm sorry; I just mean the distribution, let's say, of one main debate, and having that distribution access open to everyone.

Ms. Ruby Sahota:

Do you think we should limit the number of debates, though—or, rather, that there should there be a limited number?

Ms. Andree Lau:

I can't prescribe a certain number. I think it's common sense to say that people can pay attention to only so many national debates. I mean, if you start going to 20 or 30, they're all going to tune out, but I can't give you a magic number.

Ms. Ruby Sahota:

You're thinking a layering approach is better?

Ms. Andree Lau: Yes.

Ms. Ruby Sahota: It's better to have a few debates rather than a variety of different debates at different times? In your opening remarks, I think you mentioned something about different formats and different times.

Ms. Andree Lau:

It requires more investigation, because you could go two different ways, as you mentioned. One way is a concentrated handful and then distributing all of them, but it doesn't preclude you from other smaller outlets doing targeted ones and having those distributed as well. Those are hosted by smaller outlets, but they're also distributed to all.

Ms. Ruby Sahota:

This question goes out to all of the witnesses today: how do you think the commission or commissioner—whatever model it takes—should be funded? Should it be funded through the government? Should it be funded through outside sources? Funding for the American commission is based on fundraising they do through private citizens and corporations. I'm wondering what you think the Canadian model should have. [Translation]

Mr. François Cardinal:

I'm going to answer both of your questions at the same time.

I think what the committee members have to do is find a way to organize a major debate in each official language that leaders cannot avoid, an event that is eagerly anticipated because it is recognized as the most important debate of the election campaign, one that is meant to draw as many Canadian viewers as possible. The debate could be publicly funded.

As for whether to limit the number of debates or make a variety of debates mandatory, I would say that the answer should be up to us, in the media. We should be able to hold 18 other small debates if we so desire; that should be for the media to organize.

What parliamentarians need to do is create a not-to-be-missed event that all the leaders have to attend. Canadians should expect something to happen that evening, given all the momentum leading up to the event. [English]

Ms. Andree Lau:

That's a fine proposal, because in the past what's been prohibitive or a barrier for smaller outlets to join a pool is the cost.

Ms. Bridget Coyne:

Twitter works with all the media partners and gives them a lot of free tools, which we invest in as well, so live streaming is possible because we have a service called “Periscope” through which we enable people to take their feed onto Twitter. We also acquired a company in 2014 called “SnappyTV”. That's really the engine that powers a lot of clips of live television on Twitter, and it is available for free for all media broadcasters. We take on a lot of the responsibility to make sure this content is available.

(1155)

Ms. Ruby Sahota:

Do I have another minute left?

The Chair:

You have 30 seconds.

Ms. Ruby Sahota:

Do you think the commission should be legislated through Parliament? The commission in the U.S. is not legislated. It's a body that everyone just adheres to, but I worry sometimes about where they derive their authority. Are there any last-minute remarks? Are there no opinions on that?

Okay. I guess that's all we have time for.

Thank you.

The Chair:

Thank you.

We'll now go on to our last questioner, Mr. Richards.

Mr. Blake Richards (Banff—Airdrie, CPC):

Thanks, Mr. Chair.

I have just one quick question. I've been listening to the conversation today and listening to the questions and answers. There's been a lot of talk about the variety of different formats, a lot of talk about viewership and the changing nature of it. I'm curious as to the thoughts each of you has on this. In order for a debate to be a national debate, there are varying opinions out there. It seems that some people believe that unless the major networks carry a debate, it's not really a national debate. I would assume there are others, especially as has been mentioned, millennials, who don't have cable or satellite or things like that and who get their news or their programming in other ways. For them it probably isn't necessary that it be a national debate.

I want to hear your thoughts—each of you—as to whether it has to be carried by CBC and CTV in order to be a national debate.

Ms. Andree Lau:

I don't think so. I think the Internet has become the great equalizer.

Certainly I think everyone agrees that we want a certain production quality. Whether it's a body such as CPAC or CBC and whoever, we still want that quality behind it, but does it have to be carried by the networks in order to be defined as a national debate? I don't think so. I think that goes to the people who are participating.

Ms. Bridget Coyne:

We're open to all formats in that regard, and we'll commit all sorts of partnership opportunities. One thing we use on our platform every day is a hashtag emoji. That's a guiding light to tell you that this is the hashtag you should use for the debate.

That's something we can commit to. [Translation]

Mr. François Cardinal:

I tend to disagree with the idea that it isn't necessary to broadcast the debate on television. I think that, in order for it to truly be a national debate, it has to be carried by CBC, Radio-Canada or some other major network.

We saw that with the Montreal mayoral debate I mentioned earlier. The leaders' debate was broadcast by the mainstream print media organizations: La Presse, the Métro newspaper, and Le Devoir. The event was much less popular and had much less of an impact because it was not broadcast by the major television networks.

Yes, it's important to appeal to younger Canadians who do not watch television, but not necessarily all Canadians are on Twitter or read the Huffington Post either. My view is that the debate should absolutely be broadcast on a wide scale, at least in the case of a national debate in both official languages. [English]

Mr. Blake Richards:

To follow up on that, Mr. Cardinal, I guess there's been some talk about requiring leaders to participate. In this case you're indicating that your thoughts are that it would have to be broadcast on the national networks to be a national debate. Would you then apply that principle to the networks? Would they be required to carry debates that were set up? Would we force that, mandate that, and they wouldn't have a choice? [Translation]

Mr. François Cardinal:

I think it should be mandatory for CBC/Radio-Canada, as the public broadcaster. Broadcasting an event of that nature falls entirely within its public television mandate.

(1200)

[English]

Mr. Blake Richards:

Okay. That's all I have.

The Chair:

Thank you all for being here; we really appreciate it. You've added another dimension to our very important study.

We'll suspend for a minute while we go in camera.

[Proceedings continue in camera]

Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre

(1100)

[Traduction]

Le président (L'hon. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)):

Je déclare la séance ouverte.

Bonjour à tous. C'est la saison des vacances. Bienvenue à la 85e séance du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Au cours de la première heure, nous poursuivons notre étude sur la création d'un commissaire indépendant chargé des débats des chefs, et nous consacrerons la deuxième heure aux instructions pour la rédaction d'un projet de rapport.

David.

M. David Christopherson (Hamilton-Centre, NPD):

J'ai une question. Suis-je sur la liste des intervenants? Merci.

Je n'étais pas ici la semaine dernière. Puisque nous sommes sur le point de donner des instructions, cela veut-il dire que les témoignages sont terminés? Dans l'affirmative, j'aimerais savoir à quel moment nous allons convoquer les partis.

Le président:

Nous avons demandé aux partis de nous soumettre des mémoires écrits, ce qu'ils ont tous fait à l'exception des conservateurs, qui ne vont pas le faire. Le mémoire du NPD s'en vient, et ceux de tous les autres partis ont déjà été soumis.

M. David Christopherson:

Y a-t-il une raison particulière pour laquelle nous ne les avons pas convoqués? Je sais que nous avions l'intention de le faire. Veuillez m'excuser; j'étais à l'extérieur, et j'essaie simplement de me mettre à jour. Pourquoi ne les avons-nous pas invités? Nos représentants étaient prêts à témoigner. Étant donné qu'ils jouent un rôle de premier plan à ce chapitre, pourquoi ne pas leur parler?

Le président:

Il y avait bel et bien une raison, mais cette discussion s'est déroulée à huis clos. Je vous la dirai à la deuxième partie de la séance, lorsque nous siégerons à huis clos.

M. David Christopherson:

La réponse est donc que c'est un secret.

Le président:

C'était à huis clos, et nous n'avons pas le droit de répéter ce qui se dit à ce moment.

M. David Christopherson:

D'accord, mais, aux yeux du reste du monde qui n'était pas à cette réunion, nous avions l'intention de convoquer les partis. Puis-je obtenir la raison pour laquelle nous ne le faisons pas?

Le président:

Oui.

M. Chris Bittle (St. Catharines, Lib.):

C'est une affaire à huis clos, mais le NPD était présent. Vous pourrez en parler à Randall, qui était présent, qui était d'accord, et qui a pris part à la discussion.

M. David Christopherson:

Vous allez donc garder le secret coûte que coûte. La raison pour laquelle les partis ne sont pas convoqués est secrète.

M. Chris Bittle:

Parlez-en à Randall.

M. David Christopherson:

Il pourra me révéler le secret. D'accord.

Le président:

Bien.

Je vais présenter les témoins qui comparaissent ce matin.[Français]

De La Presse, nous recevons M. François Cardinal, qui est éditorialiste en chef, et M. Yann Pineau, qui est directeur principal de l'Amélioration continue.[Traduction]

Nous accueillons également Andree Lau, rédactrice en chef du Huffington Post, et Bridget Coyne, gestionnaire principale de la politique publique à Twitter inc. Son collègue Cameron Gordon, chef des communications, devait l'accompagner, mais son vol en provenance de Toronto a été annulé ce matin.

Les témoins de La Presse aimeraient nous montrer une application, si c'est possible. Ils ne veulent pas nous en présenter le contenu, mais simplement le fonctionnement. Puisque l'application est en français seulement, nous aurons besoin de la permission du Comité pour l'utiliser dans le cadre de leur exposé.

Des députés: D'accord.

Le président: Bien.

Je vous remercie tous d'être ici.

Je remarque également que nous sommes en présence d'une célébrité, Althia Raj, de la table ronde At Issue.

Nous allons commencer par les représentants de La Presse.[Français]

Vous avez la parole.

M. François Cardinal (éditorialiste en chef, La Presse):

Bonjour, monsieur le président.

Je tiens à remercier tous les membres du Comité et vous, monsieur le président, de l'invitation à contribuer à ces travaux.

Je m'appelle François Cardinal et je suis éditorialiste en chef et directeur principal de la section Débats au journal La Presse, à Montréal. Je suis accompagné de M. Yann Pineau, directeur principal de l'Amélioration continue à La Presse.

Nous allons vous montrer l'application, à votre demande. Je parlerai un peu du modèle de La Presse dans ma présentation, mais celle-ci ne portera pas précisément sur cela. Si vous voulez en savoir davantage à ce sujet, ce sera à vous, les membres, de poser des questions selon votre bon vouloir.

Je suis ici ce matin en ma qualité de représentant du quotidien, mais aussi d'animateur du débat des chefs en français qui s'est tenu lors de l'élection municipale à Montréal, le mois dernier, entre Denis Coderre et Valérie Plante.

Veuillez noter que je ne prendrai pas formellement position quant à savoir si je suis pour ou contre la création du poste de commissaire aux débats des chefs. Je tenterai plutôt de répondre à la question posée par la ministre des Institutions démocratiques, Mme Karina Gould, dans ses remarques préliminaires: comment faire pour joindre le plus de Canadiens possible lors des futurs débats des chefs? Je détaillerai ainsi trois constats qui, à mon avis, méritent d'être pris en considération dans la réflexion en cours.

Premièrement, les télédiffuseurs ne sont plus seuls à bord.

Jusqu'ici, la mainmise des télédiffuseurs sur les débats des chefs était à peu près totale, mais l'industrie médiatique est en pleine transformation. Ce qui valait il y a cinq ans ne vaut plus nécessairement aujourd'hui.

D'ailleurs, dans ses remarques préliminaires, la ministre Gould a dressé la liste des intervenants concernés par les futurs débats des chefs, évoquant le public, les partis politiques, les radiodiffuseurs, mais aussi les nouvelles organisations médiatiques. La ministre a raison d'apporter une telle précision, mais il m'apparaît important d'ajouter à cette liste les médias écrits établis qui ont une forte présence sur les plateformes numériques, comme La Presse. Vous en avez un exemple devant vous.

Nous sommes évidemment, à notre manière, une nouvelle organisation médiatique grâce à notre application tablette La Presse+, que vous connaissez peut-être sous le format Star Touch que le Toronto Star a essayé. Nous sommes aussi un média de masse établi qui rejoint, sur une base mensuelle, pas moins de 40 % de la population adulte du Québec.

Au moment où les Canadiens regardent de moins en moins la télévision, où ils sont nombreux à couper l'accès au câble ou à se tourner vers les plateformes mobiles et numériques, il est très important de se sortir d'une approche qui tourne exclusivement autour des télédiffuseurs et d'embrasser les grands joueurs de la presse écrite qui, aujourd'hui, sont des diffuseurs à leur façon.

Signe des temps, d'ailleurs, La Presse faisait partie du consortium des médias en 2015 en vue du débat des chefs. Cela s'explique par le caractère incontournable de La Presse et le grand nombre de personnes qu'elle rejoint grâce à différentes plateformes.

Il est important de souligner que La Presse connaît les mêmes graves problèmes de revenus que tous les autres grands journaux du pays, et je suis très heureux d'être ici pour le préciser ce matin. La crise des revenus frappe fort partout, mais grâce au virage numérique en cours à La Presse, nous avons bon espoir de poursuivre sur notre lancée. Le lectorat est au rendez-vous. Il faut faire une distinction, quand on parle de la crise des médias. Nous rejoignons près de 3 millions de Canadiens par mois grâce à nos trois plateformes. Sur une base quotidienne, c'est plus de 1,2 million de personnes que nous rejoignons grâce au mobile, à la tablette et au Web.

Cette présence sur le Web a d'ailleurs été fort utile lors de l'élection qui s'est tenue à Montréal le mois dernier, car aucune chaîne de télévision n'a accepté de diffuser l'unique débat des chefs en français qui opposait Valérie Plante et Denis Coderre.

Or La Presse, tout comme Le Devoir et le journal Métro, d'ailleurs, a su combler ce vide en diffusant le débat sur le Web en direct.

Il est donc primordial que les médias de masse établis qui ne sont pas des télédiffuseurs officiels aient une importante voix au chapitre en ce qui a trait à l'encadrement et à l'organisation des débats des chefs.

Il est essentiel, en ce sens, de prendre en considération leur point de vue et leurs besoins techniques, souvent différents de ceux des télédiffuseurs, lors de l'encadrement et de la préparation des débats des chefs. Nous serons d'ailleurs heureux, M. Pineau et moi, de répondre à vos questions à ce sujet après la présentation.

Deuxièmement, l'organisation des principaux débats doit être dépolitisée et les règles de participation doivent être claires.

Si nous sommes ici ce matin, c'est en bonne partie parce que le chef d'un grand parti fédéral a refusé de participer au débat en anglais organisé par le consortium en 2015. Cela n'a rien d'exceptionnel dans un contexte où l'organisation des débats se fait à huis clos, selon les demandes et les arrangements du moment. Cela ouvre la porte à des règles aléatoires, mais aussi à la décision d'un chef ou d'un autre de ne pas participer.

(1105)



Il importe donc d'avoir une structure transparente et des règles claires qui empêchent les candidats de se défiler à la moindre raison.

Le débat des chefs à Montréal que j'ai animé en est d'ailleurs un bon exemple. Le maire sortant, Denis Coderre, n'avait pas intérêt à ce que de nombreux débats aient lieu. Il a donc décidé de manière unilatérale qu'il n'y en aurait qu'un seul, et même qui l'organiserait. Les télédiffuseurs n'ont pas aimé ce contrôle et cela a contribué à la décision de ne pas le diffuser. Quel en a été le résultat? Comme pour le débat en anglais de l'élection fédérale de 2015, ce fut un rendez-vous démocratique raté. Le débat n'a été diffusé que sur le Web.

Il est donc important que l'organisation de ces débats échappe aux partis politiques et aux arrangements du moment, mais aussi qu'elle ne soit pas laissée entre les seules mains des télédiffuseurs, dont les besoins commerciaux ne sont pas toujours optimaux d'un point de vue démocratique.

Il est par ailleurs tout aussi important que les règles fixées soient claires, prévisibles et connues à l'avance.

Enfin, troisièmement, la multiplicité des plateformes appelle une multiplicité des formats.

Plusieurs intervenants ayant comparu devant le Comité militent pour la nomination d'un commissaire ayant pour mandat d'encadrer les deux grands débats des chefs. Certains sont allés plus loin en proposant aussi la nomination d'un diffuseur autre, comme CPAC. Je vous laisse juger de la pertinence de ces idées. Cependant, si vous étiez tentés par des propositions allant vers un encadrement plus serré des deux grands débats, il serait important que ceux-ci soient offerts en différents formats et à différentes heures, et qu'on laisse la possibilité aux médias d'organiser en parallèle d'autres débats.

D'abord, à l'heure de YouTube, de la baladodiffusion et des vidéos sur demande, il est plus important que jamais d'offrir le débat intégralement, en différé, là où les électeurs s'attendent à le retrouver, comme sur les sites Web des grands médias, notamment des médias écrits.

Il est important en ce sens que tous les médias aient un accès illimité, sans aucune restriction, à la version intégrale du débat, tout comme il est important qu'il n'y ait aucune restriction quant à l'utilisation d'extraits du débat.

La Presse a eu quelques difficultés par le passé à avoir accès à la matière brute du débat, sans restriction, sans logo de télédiffuseurs et avec la possibilité d'en diffuser autant d'extraits que voulu.

Or pour que le plus grand nombre de Canadiens possible aient accès aux débats, il est important d'offrir le débat au moment où les électeurs le veulent, et surtout de leur offrir des résumés et des faits saillants. Bien des électeurs, en effet, n'ont pas deux heures à consacrer à un débat des chefs ou ne sont pas disponibles au moment qui accommode les télédiffuseurs.

Par ailleurs, il faut certes qu'il y ait un moment fort dans la campagne dans chacune des langues, mais il faut aussi permettre aux médias présents sur le Web et sur des plateformes numériques d'organiser leurs propres événements.

Je pense spontanément aux débats organisés par Maclean's et le Globe and Mail en 2015. Je pense aux débats que La Presse a organisés en marge de l'élection provinciale de 2012 avec des représentants de chaque parti sur les thèmes « jeunes » et « santé ».

Il est aujourd'hui bien moins difficile de faire de la bonne télé ou, à tout le moins, de bien utiliser la vidéo. La Presse en fait régulièrement la preuve, d'ailleurs. Si les membres du Comité le souhaitent, M. Pineau et moi pouvons vous présenter un exemple récent de l'utilisation de la vidéo sur l'application tablette de La Presse+ lors des 100 jours de pouvoir du gouvernement Trudeau.

En guise de conclusion, messieurs et mesdames les membres du Comité, sachez que La Presse est tout à fait disposée et intéressée à participer à tout comité consultatif, à toute organisation ou à toute autre initiative qui aurait pour mandat d'organiser les prochains débats des chefs.

Je m'en voudrais de ne pas ajouter que ce débat montre l'importance démocratique des grands médias au Canada, une précision importante au moment où une crise sans précédent frappe les médias écrits et que déjà plusieurs journaux ont disparu. À ce rythme, sans intervention gouvernementale pour appuyer la transition numérique, le débat que nous avons ce matin pourrait bien devenir futile dans un avenir pas si lointain.

Monsieur le président, membres du Comité, j'espère que notre participation à vos travaux vous aura été utile.

Mon collègue M. Pineau et moi demeurons disponibles pour répondre à toute question que vous pouvez avoir.

Merci à vous.

(1110)

Le président:

Merci.

C'est maintenant au tour de Mme Andree Lau. [Traduction]

Mme Andree Lau (rédactrice en chef, HuffPost Canada):

Je vous remercie de l'invitation.

J'ai lu le procès-verbal des délibérations publiques précédentes et des excellents témoignages des divers témoins, et je vais essayer de ne pas répéter leurs arguments.

Je représente aujourd'hui un organe d'information d'abord numérique. Le Huffington Post — que nous avons récemment rebaptisé le HuffPost — n'a jamais été miné par une transition souvent lourde à partir de la diffusion ou de l'impression, puisque notre plateforme a toujours été en ligne seulement. Or, notre engagement à informer et à mobiliser les Canadiens ne diffère en rien de celui des médias prétendument traditionnels.

À vrai dire, je dirais que notre succès rapide repose sur notre agilité, notre souplesse et notre capacité à adopter la nouveauté et à nous adapter à l'évolution technologique, aux habitudes en ligne et à la consommation de médias de plus en plus nuancée et informée des utilisateurs. Ils ont une soif de transparence et de réflexion mûrie sur la situation et l'opinion des Canadiens. C'est cette optique que j'applique à l'organisation et à la gestion des débats dans le cadre des élections fédérales canadiennes.

À l'exception de celui de 2015, les débats ont très peu changé. Le consortium des diffuseurs des grands réseaux décide derrière des portes closes qui y participe, de quoi il sera question, quand le débat aura lieu, et comment il se déroulera. Qu'on me comprenne bien: ces gens font un beau travail en orchestrant une production télévisuelle en direct de haute qualité, mais le résultat ne reflète pas nécessairement les habitudes ou les attentes de nombreux électeurs.

Lors des prochaines élections fédérales, le plus grand segment d'électeurs admissibles sera les jeunes Canadiens nés entre 1980 et 2000, selon la maison de sondage Abacus Data. Ils n'adhèrent pas à la télévision sur grille horaire. La plupart d'entre eux ne possèdent pas de téléviseur. Ces enfants du millénaire s'attendent à ce que le contenu leur soit livré là où ils se trouvent, soit en grande partie sur leurs téléphones cellulaires. Certains d'entre eux regarderont des événements en direct, mais ils seront plus nombreux à rattraper leur retard ultérieurement, grâce au service sur demande, peut-être lorsqu'ils auront terminé leur contrat qui n'a rien d'un travail de 9 à 17 heures. Ce que je veux dire, c'est que les raisons pour lesquelles un consortium contrôlerait les modalités d'un débat — comme une plage horaire en soirée aux heures de grande écoute — sont désormais caduques.

Le HuffPost, conjugué aux marques de sa société mère telles que Yahoo et Microsoft partnerships, a atteint 28,6 millions de visiteurs uniques en octobre, ce qui en fait la deuxième propriété numérique en importance au pays, juste après les sites Web de Google. Ces chiffres proviennent de comScore. À titre comparatif, la portée numérique combinée des trois principaux radiodiffuseurs — Bell, CBC/Radio-Canada et Rogers — est de 26,1 millions de visiteurs.

Il est temps d'ouvrir le processus pour permettre aux entités médiatiques d'abord numériques de contribuer à la discussion et à la prise de décisions, et d'en élargir la portée. Accroître la transparence et l'inclusion ne peut que favoriser l'évolution du processus. Par exemple, comment a-t-on choisi le format ou le modérateur du débat? Je ne dis pas que la totalité des consultations doivent être publiques, mais elles doivent avoir une certaine transparence.

Soit dit en passant, il n'y a jamais eu de modérateur de couleur, autochtone ou handicapé, que je sache. Cela fait-il partie des discussions du consortium?

Un commissaire indépendant pourrait fixer des lignes directrices quant aux personnes qui prennent part au processus de planification. Nous avons encore besoin des réseaux, mais aussi d'entités qui apportent des idées novatrices et originales afin de remettre en question ce qui était fait, et de diffuser l'information sur de nouvelles plateformes.

À HuffPost Canada, nous avons par exemple utilisé la discussion en direct sur Facebook pour mettre des utilisateurs en communication avec le premier ministre et des ministres du Cabinet dans le cadre d'assemblées publiques virtuelles et, dernièrement, avec les candidats à la direction du NPD lors d'un débat. Nous ne tentions pas de faire comme un diffuseur traditionnel et atteindre le plus grand nombre d'auditeurs possible avec la couverture la plus vaste qui soit; nous ciblons un public précis et l'interpellons là où il se trouve, au moment où il le désire, et de la façon qu'il préfère.

Si nous souhaitons que des Canadiens participent davantage au processus démocratique, il faut que toutes sortes de voix participent à la planification et à la diffusion des débats.

En 2015, les principaux diffuseurs ont perdu leur temps à attendre de voir si un dirigeant politique changerait d'idée sur sa participation. Une commission indépendante, appuyée par les principaux partis politiques, supprimerait cette influence et ce retard, et permettrait aux fournisseurs de médias de s'attarder aux détails importants qui entourent l'organisation de débats solides et attrayants pour la population, avec un certain degré de certitude.

Merci. J'attends vos questions et vos commentaires avec impatience.

(1115)

Le président:

Merci.

C'est maintenant au tour de Bridget Coyne.

Mme Bridget Coyne (gestionnaire principale, Politique publique, Twitter inc.):

Monsieur le président et distingués membres du Comité, je vous remercie de m'avoir invitée à prendre la parole devant vous aujourd'hui afin de participer à cette discussion.

Je m'appelle Bridget Coyne, gestionnaire principale de la politique publique chez Twitter, à Washington D.C. Je travaille en étroite collaboration avec notre bureau canadien de Toronto, qui compte plus de 45 employés, dont Jennifer Hollett, chef des nouvelles et des partenariats au Canada.

Au cours de mes cinq années à travailler pour Twitter, j'ai participé à près de trois dizaines de débats de présidents, de gouverneurs et de sénateurs aux États-Unis, et j'ai soutenu les débats de nos chefs et la couverture des élections partout dans le monde. Avec l'avènement des plateformes sociales ouvertes comme Twitter, les événements télévisés, y compris les débats politiques, sont passés d'une expérience de diffusion isolée à une activité communautaire partagée.

Devant votre comité, j'énumérerai les trois principaux éléments dont vous devez tenir compte: premièrement, la manière dont Twitter et la politique sont profondément liés et s'intègrent au tissu de la culture populaire canadienne; ensuite, la manière dont Twitter a toujours fait partie des débats politiques et du processus démocratique dans le monde et au Canada; et, enfin, la manière dont Twitter pourrait jouer un rôle dans les prochains débats des chefs.

La politique et Twitter vont de pair, surtout au Canada, comme en témoignent la culture populaire et la conversation que nous observons sur notre service. Les utilisateurs de Twitter utilisent souvent un mot-clic, représenté par le symbole du dièse, pour indexer les sujets et rassembler une diversité de voix. En août 2017, nous avons signalé que #cdnpoli arrivait au deuxième rang des mots-clics les plus utilisés de tous les temps au Canada.

Nous avons également accueilli un certain nombre de politiciens canadiens importants au siège social canadien de Twitter à Toronto, pour une période de questions et de réponses sur Twitter et des activités. Justin Trudeau, Rona Ambrose, Jagmeet Singh, Navdeep Bains et Mélanie Joly y ont participé, entre autres.

En ce qui a trait aux débats, Twitter travaille depuis longtemps avec les organisateurs du débat et les partenaires médiatiques afin d'intégrer notre plateforme et nos informations au processus démocratique dans le but de renforcer le dialogue. En tant que service d'informations publiques en temps réel, Twitter exprime le grondement de la foule et les réactions à l'extérieur de la salle du débat. Twitter peut être un outil intéressant pour déterminer qui fait bonne figure et ce à quoi le public réagit, en fonction des signaux publics.

Voici quelques-unes des mesures des données de Twitter qui reflètent bien les débats politiques: Quels moments ont entraîné le plus de dialogues sur Twitter? Quels sujets ont fait le plus jaser au cours du débat? Quels candidats ont fait le plus parler d'eux? Quel candidat a obtenu le plus grand nombre d'adeptes durant le débat? Quels ont été les gazouillis les plus republiés du débat?

Twitter a également établi un partenariat direct avec les organisateurs du débat afin d'intégrer nos mesures à leur diffusion, pendant et après le débat. Les diffuseurs ont une autorité éditoriale sur la façon d'incorporer l'information. Par exemple, lors des élections fédérales de 2015, nous avons appuyé le débat de Rogers Media, celui du Globe and Mail et de Google, ainsi que la couverture de la soirée des élections de Global News, afin de fournir des points saillants sur les données de Twitter qui permettent à la population de mieux comprendre le processus civique.

En dernier lieu, Twitter peut être une solution concrète pour favoriser la participation au processus électoral, tant pour les candidats que pour les électeurs. Du côté des candidats, Twitter peut servir de microphone pour faire participer le public, permettre aux électeurs d'en savoir plus à leur sujet, et permettre la participation de ceux qui ne sont pas officiellement invités au débat. Comme des témoins précédents l'ont mentionné, en 2015, la chef du Parti vert du Canada Elizabeth May a envoyé des gazouillis pendant la totalité du débat, ce qui a entraîné 2,1 millions d'impressions, soit une augmentation de 2 000 % par rapport à sa moyenne quotidienne. Aux yeux des électeurs, Twitter peut être le microphone de ceux qui ne sont pas invités à la salle du débat. Dans cette optique, nous avons travaillé avec des organisateurs du débat afin d'inclure quelques questions des utilisateurs de Twitter.

Lorsque nous songeons au rôle concret que Twitter peut jouer dans les débats des chefs de demain, nous vous demandons de vous attarder à trois principaux domaines d'intérêt.

Tout d'abord, nous vous demandons de fournir un libre accès au débat en diffusant régulièrement l'événement en direct tant sur les réseaux de télédiffusion que sur les réseaux sociaux. La transmission vidéo en direct est un nouveau format qui sera probablement adopté par d'autres programmes d'actualités.

(1120)



Deux émissions d'information canadiennes ont commencé à être diffusées en direct sur Twitter en 2017: The National, de CBC/Radio-Canada, et The Agenda with Steve Paikin, de TVO. En 2017 seulement, nous avons travaillé avec les radiodiffuseurs pour diffuser leurs débats et leur couverture électorale sur Twitter au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Corée du Sud, au Japon et aux États-Unis, attirant bien souvent des millions d'utilisateurs.

En deuxième lieu, nous vous demandons d'encourager et d'intégrer les questions de l'auditoire et la participation à l'expérience du débat. Pour ce faire, il faut créer un mot-clic clair et cohérent pour que le public puisse participer au débat; identifier les noms d'utilisateurs Twitter sur la scène et en ondes pour que le public suive les candidats et interagisse avec eux; et intégrer des gazouillis et des questions du public à la diffusion.

Troisièmement, nous vous demandons de compléter la couverture de l'événement au moyen de données de Twitter afin de mieux comprendre l'opinion publique et de faire participer les électeurs au processus civique.

Au nom de Twitter, je vous remercie encore de m'avoir donné l'occasion de vous présenter ces idées sur la façon dont vous pourriez réformer le processus de débat politique et favoriser la participation communautaire.

Le président:

Merci beaucoup. Je vous remercie tous d'être avec nous.

Nous allons maintenant commencer par M. Graham. [Français]

M. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Je vous remercie tous d'être parmi nous aujourd'hui.

Ma première question s'adresse à M. Cardinal.

Vous avez parlé brièvement de l'accès au matériel. Je veux m'assurer que tout le monde comprend. Quand un débat est diffusé, qu'advient-il du contenu de ce débat?

M. François Cardinal:

Je vous remercie de la question.

Cela varie d'un débat à l'autre et d'un diffuseur à l'autre. À Montréal, par exemple, les gens de TVA ont commencé à organiser leurs propres débats. Ils trouvaient que la formule impliquant plusieurs chefs n'était pas assez dynamique. Pour des raisons commerciales, ils ont adopté la formule des duels.

À La Presse, nous avons eu beaucoup de difficulté d'abord à accéder au flux intégral du débat, puis à avoir accès à autant d'extraits que nous le voulions. De plus, en raison d'un vide juridique, nous ne savons pas toujours si nous pouvons diffuser autant d'extraits du débat que nous le voulons. Nous ne savons pas qui exactement possède les droits de cette diffusion. De manière très technique, le logo de TVA peut apparaître sur le flux, par exemple.

C'est pourquoi il est important d'offrir le débat non seulement de façon intégrale, mais également en différé. En effet, l'heure à laquelle ont lieu ces débats ne convient pas nécessairement à tous les Canadiens. Il est également important que l'accès soit illimité, sans aucune restriction, et ce, tant pour la version intégrale que pour l'utilisation d'extraits du débat par la suite.

(1125)

M. David de Burgh Graham:

C'est donc dire que le principe de l'utilisation équitable ne s'applique pas aux débats, et c'est une source d'inquiétude.

M. François Cardinal:

Il y a un flou. Chaque fois, nous nous posons la question sans arriver à obtenir la réponse.

M. David de Burgh Graham:

Le Comité pourra inclure cela au débat sur les droits d'auteur. Ce sera intéressant.

M. François Cardinal:

Oui.

M. David de Burgh Graham:

À votre avis, doit-on mandater les télédiffuseurs pour diffuser les débats, s'il y a lieu?

M. François Cardinal:

Pouvez-vous répéter votre question?

M. David de Burgh Graham:

D'après vous, devrait-on forcer les télédiffuseurs à diffuser au moins un débat au cours d'une campagne, s'il y en a?

M. François Cardinal:

Je ne voudrais pas répondre de façon catégorique à cette question, mais elle est excellente.

Je vous ai parlé de l'élection qui a eu lieu à Montréal il y a un mois. Le maire sortant a décidé qu'il s'agirait d'un seul débat et que celui-ci serait organisé par la chambre de commerce. Radio-Canada et TVA, qui n'étaient pas heureux du contrôle qui était exercé, ont décidé de ne rien diffuser du débat. Ce fut un rendez-vous démocratique raté.

Cela mérite qu'on se demande sérieusement s'il faudrait obliger au moins un télédiffuseur à diffuser les débats. Pour ce qui est de savoir si tout le monde devrait le faire, cette question vous revient.

M. David de Burgh Graham:

Merci.

Je vais maintenant m'adresser à la représentante de Twitter.[Traduction]

Madame Coyne, je vous remercie d'être ici.

J'ai une question très brève à vous poser. J'ai toujours remarqué qu'il y a très peu d'électeurs indécis sur Twitter. Lorsque vous parlez d'utiliser toutes les données qui proviennent de Twitter, il semble que la campagne la mieux organisée sur le plan numérique aura le meilleur rendement, plutôt que la meilleure réaction du public.

Que pensez-vous de cette observation?

Mme Bridget Coyne:

Twitter est unique puisque l'utilisateur n'est pas tenu de divulguer son identité. C'est très important dans de nombreuses démocraties du monde, où il est essentiel d'avoir une plateforme de communication libre.

Pour ce qui est des débats et de la façon dont nous recueillons nos données, il est également important de comprendre l'effet de ces mesures. Il se peut que vous répondiez à un message au moyen d'un mot-clic, et que je nomme uniquement le parti politique. Quoi qu'il en soit, nous parlons tous les deux du même événement dans la même période de temps. Nous sommes donc en mesure de prendre le nombre global de mots-clics et de vérifier à quel moment les gens répondent, puis d'en tirer des conclusions sur la période de réponse.

Il s'agit souvent d'occasions de persuader des gens. Les campagnes et les partis sont souvent sur Twitter aussi pendant les débats, à la recherche de ces personnes influençables qui se branchent pour en apprendre davantage.

M. David de Burgh Graham:

Merci.

Ma question s'adresse à Mme Coyne, et peut-être à Mme Lau aussi. Je n'en suis pas certain.

Vous avez parlé de la participation aux débats dans d'autres pays. Vous en avez énuméré quelques-uns. Quelles pratiques exemplaires ou leçons pouvons-nous apprendre de ces autres pays, et dont vous aimeriez nous parler?

Mme Bridget Coyne:

Je pense qu'il est toujours important d'éclairer les électeurs. Dites-leur comment se brancher. Affichez un mot-clic sur la scène pour qu'ils sachent quoi rechercher. Inscrivez un nom d'utilisateur sur le lutrin pour qu'ils sachent comment communiquer avec les candidats. Le nom d'utilisateur est souvent le même sur diverses plateformes, et c'est une excellente façon pour les gens d'en apprendre plus sur les candidats et de participer.

M. David de Burgh Graham:

Je voulais plutôt savoir si vous connaissez un pays en particulier ayant un modèle que nous devrions examiner ou reprendre.

Mme Bridget Coyne:

J'ai surtout fait l'expérience des élections américaines.

Cette année, nous avons assisté à de nombreuses innovations entourant les débats retransmis en direct. Au New Jersey, nous nous sommes associés au débat des gouverneurs, qui avait une multitude de partenaires médiatiques. Les organisateurs ont accepté de répondre aux questions d'utilisateurs de Twitter avant et pendant le débat.

C'est une pratique exemplaire: permettre aux gens d'envoyer un gazouillis avant l'événement en direct, mais pendant l'événement aussi si une chose les incite vraiment à intervenir. Les candidats ont répondu aux questions en direct, et nous avons aussi examiné les interventions des utilisateurs à la fin du débat, au moyen des données de Twitter.

M. David de Burgh Graham:

Merci.

Madame Lau, avez-vous des observations avant que je ne cède mon temps à Mme Tassi?

Mme Andree Lau:

Ce n'est pas mon rayon.

M. David de Burgh Graham:

D'accord. Merci.

Je cède le reste de mon temps à Mme Tassi.

Mme Filomena Tassi (Hamilton-Ouest—Ancaster—Dundas, Lib.):

J'ai combien de temps, monsieur le président?

Le président: Environ une minute et demie.

Mme Filomena Tassi: Je me contenterai donc d'une question. Elle portera sur l'influence que vous pouvez exercer sur la structure de la commission ou sur le commissaire.

Madame Lau, compte tenu de vos observations sur le monde numérique changeant et vous, madame Coyne, compte tenu de vos observations sur Twitter et la mobilisation des utilisateurs, quelles sont vos idées sur la structure de cette commission ou sur le commissaire pour optimiser le plus possible la mobilisation et la souplesse qui permettront effectivement d'atteindre les auditoires grâce à tous ces médias sociaux en évolution?

(1130)

Mme Andree Lau:

C'est, très simplement, de faire utiliser tous les moyens dont nous parlons par le commissaire ou les participants — qui, personnellement, ne posséderaient pas de télévision, ne seraient pas abonnés du câble et pourraient donner des conseils concrets, parce qu'il utiliseraient ces moyens.

J'ajouterai aussi qu'ils auraient été formés en journalisme numérique, pour servir de trait d'union entre les besoins des diffuseurs ainsi que des médias numériques.

Mme Filomena Tassi:

Vous proposez une commission dont le noyau serait en partie constitué du genre de personnes que vous venez de décrire.

Mme Andree Lau:

Oui.

Mme Bridget Coyne:

Chez Twitter, nous encourageons la collaboration avec des médias partenaires qui ont accès au débat et nous voulons nous assurer que ça se produira aussi sur Twitter. J'ai quelques statistiques à citer sur des manifestations politiques survenues cette année et sur les jeunes auditoires qu'elles ont attirés.

Aux États-Unis, l'inauguration du président a attiré 6,8 millions de visiteurs uniques en ligne, dont 70 % avaient moins de 35 ans. Nous recommandons de profiter de ces occasions extraordinaires pour mobiliser les nouveaux électeurs, grâce à des manifestations régulières organisées par le gouvernement, mais grâce aussi à des débats politiques, à la diffusion en continu en direct sur Twitter et aussi de s'engager à les rendre librement accessibles à tout partenaire diffuseur pour qu'il en fasse la diffusion sur Twitter.

Le président:

Merci.

Monsieur Nater.

M. John Nater (Perth—Wellington, PCC):

Merci, monsieur le président.

Je remercie nos témoins.

Pour donner suite à la dernière observation de Mme Coyne sur l'existence d'un moyen de diffusion en continu en direct, j'ai l'impression que notre groupe appuierait en général la capacité de diffuser ainsi une émission.

Je sais que nos amis de La Presse ont mentionné qu'ils le faisaient sans étiquette ou sans logo de diffuseur. Ça pique ma curiosité. La Chaîne d'affaires publiques par câble, la CPAC, est notre diffuseur national. Si on la chargeait d'organiser un débat en anglais et en français, vos trois organisations ou vous, appuieriez-vous cette décision puis celle d'en fournir la diffusion en direct à tous, gratuitement ou contre le paiement d'une somme minime?

Mme Bridget Coyne:

Nous sommes disposés à collaborer avec la CPAC comme diffuseur — et avec Élections Canada ou tout autre groupe qui voudrait nouer un partenariat avec Twitter — pour mobiliser plus de participants. [Français]

M. Yann Pineau (directeur principal, Amélioration continue, La Presse):

J'aimerais formuler une remarque, si je peux me permettre.

Il est important de présenter un débat en direct, mais aussi en différé, si on veut atteindre le maximum d'électeurs. Tout le monde n'est pas forcément disponible au même moment et tout le monde n'a pas forcément envie d'écouter deux heures de débat au complet. Pour rejoindre le maximum d'électeurs, il est important de pouvoir reprendre un débat et le segmenter en différentes petites bouchées plus facilement digestes.

M. François Cardinal:

J'ajouterais simplement que de l'offrir en différé sur des sites Web comme celui de La Presse est quelque chose d'intéressant qu'on n'a pas vu tellement par le passé. On s'entend sur le fait que ce genre d'événement a lieu à un moment précis, et puis ensuite c'est fini. Je crois que l'offrir en version intégrale, que ce soit sur YouTube ou sur les sites comme ceux de La Presse, du Huffington Post ou autres, est une nécessité en 2017. [Traduction]

M. John Nater:

Je l'apprécie.

De la part de quelqu'un qui n'est pas abonné au câble ni au satellite, cette mobilisation en ligne est là où ma génération... Vous avez parlé d'Abacus Data. C'est exactement dans cette direction que nous allons. Ça remet vraiment en question, dans une certaine mesure, la pertinence des grands diffuseurs dans cette discussion, quand tant de membres de la génération Y, qui constituera le groupe le plus nombreux d'électeurs, n'utiliseront pas ces moyens traditionnels d'information.

Mme Andree Lau:

Je suis désolée, mais puis-je seulement...? Il y a autre chose à retenir.

Il y a bien sûr la diffusion directe en ligne, mais nous nous sommes heurtés à des problèmes: après la fin de la diffusion en direct, nous ne pouvions pas l'enregistrer. Nous dépendons du diffuseur pour qu'il fournisse la bande enregistrée; parfois, c'est une heure plus tard; parfois encore, 24 heures. Il faut aussi comprendre les besoins des médias numériques, c'est-à-dire en disposer immédiatement pour le formatage pour nos utilisateurs et leur faire parvenir le résultat pour visionnement à leur convenance.

(1135)

M. John Nater:

Excellente observation. Merci. Je l'apprécie.

Parlons un peu du nombre de débats et de leur variété. Au cours des dernières élections, il y a eu cinq débats. Dans le passé, il y en avait un en anglais et l'autre en français. En 2005-2006, il y en a eu deux en anglais et deux en français.

Quelle importance attachez-vous à la diversité des débats, par leur formule, les sujets ou de la combinaison de chefs politiques?

Mme Andree Lau:

Notre expérience dans l'organisation d'assemblées publiques virtuelles à HuffPost Canada nous amène à cette constatation intéressante: l'accessibilité des ministres a été le facteur le plus mobilisateur. Elle a permis de converser directement avec eux — peut-être pas avec les chefs, sur qui sont braqués les projecteurs, mais les ministres les plus influents, parce que, en général, le public n'a pas la possibilité de les interpeller sur ce genre de questions très précises.

Je vous demanderais d'envisager que ces types de questions précises deviennent des sujets possibles de discussion, pour susciter les questions focalisées de l'électorat. Souvent, les débats des grands chefs portent sur des sujets très généraux et on a à peine le temps d'effleurer un sujet avant de devoir passer à autre chose.

Mme Bridget Coyne:

Je laisserais à la commission le soin de déterminer le nombre de débats.

Il faudra nous assurer que les citoyens sauront comment se connecter, et ça fait évidemment partie du processus, pour ne pas fragmenter l'électorat et lui faire rater un débat. Il y a aussi la fonction de relecture, qui permet le visionnement des vidéos.

En ce qui concerne les sujets, il est vraiment utile d'avoir la vivacité pour suivre les conversations en direct. La preuve en est le débat entre les candidats à la présidence des États-Unis, en novembre 2015, duquel la question d'un utilisateur de Twitter a changé le cours. L'animateur a pu la voir immédiatement et la poser directement à Hillary Clinton. [Français]

M. François Cardinal:

J'ajouterais qu'il y a trois choses très importantes.

Premièrement, il s'agit d'avoir au moins un grand débat dans chacune des deux langues officielles. Je crois que cela est une évidence pour tout le monde.

De plus, il est important d'avoir différents formats, pour intéresser les Canadiens, mais aussi pour tester les chefs dans des débats sous différents formats. Le débat que j'ai animé à Montréal était un débat de chambre de commerce très formaté, qui comportait des questions qui s'adressaient au grand public, très axées sur les affaires publiques, alors qu'en anglais, les questions provenaient davantage des électeurs. Il y avait donc différents formats qui pouvaient tester les chefs dans différentes fonctions.

En outre, il est important d'offrir différents thèmes. Certaines personnes ne font pas un panorama très large de l'actualité et peuvent ne s'intéresser qu'aux thèmes liés à la santé ou aux jeunes, par exemple. En 2012, à La Presse, nous avons tenu des débats avec les candidats seulement sur le thème de la santé, par exemple, et je sais qu'ils ont été très populaires. En effet, certaines personnes ne s'intéressent qu'à certaines questions. [Traduction]

Le président:

Il reste 30 secondes.

M. John Nater:

Une petite question. Vous n'aurez peut-être pas le temps d'y répondre.

Je crois que La Presse a parlé d'obliger les chefs à assister aux débats. Avez-vous des idées sur la façon que ça fonctionnerait dans la pratique? Comment exiger d'un chef qu'il se présente? Quels mécanismes faudrait-il pour le permettre? [Français]

M. François Cardinal:

Je sais que différents scénarios ont été détaillés par des témoins au cours des semaines précédentes.

Je pense qu'il peut y avoir une formule où il y a une sorte de punition pour le chef qui ne se présente pas à un débat des chefs, à tout le moins à un seul débat, par exemple le plus important. Je pense qu'il faut qu'il y ait une sanction. Il y a toujours un avantage pour le premier ministre sortant à réduire la visibilité du rival. Je pense donc que cela est nécessaire. Avoir l'obligation de participer à au moins un débat des chefs dans chacune des deux langues est un exercice démocratique important. [Traduction]

Le président:

Merci.

La parole est maintenant à l'homme qui a préféré l'Angleterre à nous.

M. David Christopherson:

Ce n'est que temporaire, monsieur le président.

Je vous remercie tous d'être ici.

J'ai quelques observations à formuler. Je précède M. Nater d'au moins une génération si ce n'est pas deux, mais je peux vous dire que la vie qu'il vient de décrire est celle de ma fille. Elle a 25 ans et elle n'est pas abonnée au câble. Elle n'y songerait même pas. Elle n'écoute pas la télévision à heures fixes et elle veut tout avoir sur son mobile. Votre description correspond exactement et parfaitement aux comportements de ma fille et de ses collègues.

Je remarque aussi, parce que j'ai trouvé que c'était intéressant, que, maintenant, tout d'un coup, tous ceux qui ne sont pas numériques sont inféodés aux médias traditionnels. Les mots sont importants. C'est intéressant.

Simple observation, sans plus.

Monsieur le président, je tiens d'abord à réagir aux observations de M. Cardinal. Elles m'ont semblé importantes. Il a dit que si nous sommes ici ce matin, c'est en grande partie parce qu'un chef d'un grand parti fédéral a refusé de participer au débat en anglais organisé par le consortium en 2015, et c'est bien vrai. C'est l'aspect de l'échec du débat qui m'a énervé. Faisons abstraction de ma propre partialité: on a privé les citoyens d'un débat très important pour les élections. Il faut réagir.

Cela dit, j'ai une observation à faire, absolument. Le grand parti qui s'est défilé, c'était les conservateurs, et c'est encore lui qui refuse même son mémoire à notre comité.

Il faut voir l'automatisme, la répétition. Nous avons ici un parti qui tient à éviter ces débats, parce que ça fait son affaire. Combien de ses candidats au cours des deux dernières élections ont même boudé les débats locaux?

Là n'est pas la question, mais ça montre bien l'existence d'une stratégie, et si on s'arrête — prenons ce seul exemple — à leur dernière loi, la Loi sur la « non-intégrité » des élections, et qu'on fait la somme de tout ça, impossible de conclure qu'ils sont des participants de premier plan dans les élections et les débats démocratiques. C'est mon côté partisan qui s'exprime.

Monsieur Cardinal, certains grands joueurs qui faisaient partie du consortium, les grands médias, m'ont un peu déçu parce que la plupart d'entre vous avez refusé de prendre position et de vous prononcer sur la justesse de l'idée d'une commission. Je suppose que je peux essayer de comprendre, mais ça me frustre de m'efforcer de faire preuve d'objectivité, quand les principaux joueurs s'abstiennent de formuler des observations et des propositions, mais, voilà, c'est ce que je voudrais.

Je vous pose, monsieur, la question que si nous ne prenons pas cette orientation... Vous semblez d'accord pour dire que, la dernière fois, on a laissé tomber les Canadiens. Si nous ne retenons pas la solution de la commission, que faire pour prévenir l'échec et sa répétition si nous ne réagissons pas?

Si ce n'est pas cette solution, laquelle recommanderiez-vous?

(1140)

[Français]

M. François Cardinal:

C'est une excellente question. Il s'agit d'un propos qui m'ébranle, pour tout vous dire.

Je vais vous expliquer mon hésitation face à la création d'un poste de commissaire. D'une année à l'autre, d'un cycle politique à l'autre, d'un cycle électoral à l'autre, les choses changent très rapidement. Il y a cinq ans, les télédiffuseurs étaient encore rois et maîtres à bord. Aujourd'hui, un média comme La Presse ne sera plus en format papier. Le virage se fera dans quelques jours à peine. L'année prochaine, La Presse sera numérique à 100 %. Le fait d'avoir une organisation formatée avec un commissaire empêcherait-il d'innover suffisamment rapidement pour toujours être des chefs de file? Comme le démontrent les propos de mes deux collègues de Twitter et du Huffington Post, nous pourrions être invités de nouveau ici l'année prochaine et tenir des propos très différents. La raison est simple: nous essayons de suivre les lecteurs, peu importe leur âge.

C'est pour cela que je ne me suis pas prononcé aujourd'hui. Ma crainte, c'est que ce format un peu trop encadré n'empêche l'innovation.

Par contre, je suis en faveur d'un encadrement de ces débats afin d'éviter que les partis politiques, peu importe leur allégeance, puissent se défiler d'une élection à l'autre. Si la création d'un poste de commissaire s'avère être le moindre des maux parmi les solutions, j'y suis favorable. [Traduction]

M. David Christopherson:

Merci. C'est utile.

C'est vraiment utile, parce que nous pouvons relier ce que vous venez de dire — que nous recherchons cette flexibilité — à d'autres enjeux importants soulevés par Mmes Coyne et Lau en ce qui concerne le choix de l'animateur — à qui est-il confié — et la représentativité de ce choix pour le Canada, l'accès à l'enregistrement numérique après une diffusion, le choix du moment où cet accès devrait être accordé et les facteurs qui influent instantanément sur le déroulement des débats. Ce ne sont que quelques idées que j'ai entendues, parmi d'autres, mais on ne peut les réaliser qu'à l'intérieur d'une sorte de cadre. Je crois vous avoir entendus dire la même chose, c'est-à-dire que nous avions besoin de quelque chose.

Là où je ne suis plus — et je suis prêt à me laisser convaincre du contraire, parce que je semble faire un peu bande à part — c'est au sujet de la sanction que tout le monde semble vouloir imposer au chef de parti qui se défile. Il me semble qu'avec une assez bonne formule de débats, la formule qui s'imposerait, la sanction est que ce chef n'oserait pas s'esquiver, parce qu'il lui en coûterait. J'hésite un peu à sanctionner les actions ou les omissions d'un chef démocrate. Arrangeons-nous pour pouvoir lui lancer le défi de ne pas se présenter. C'est un peu plus transparent.

D'après moi — et il semble qu'il suffise de franchir un petit pas pour donner des consignes — il faut quelque chose. Je peux vous dire que j'écoute mes collègues, ici, et que, finalement, les événements sont susceptibles de se répéter. Faites-moi confiance: Si nous n'agissons pas, nous allons nous retrouver exactement là où nous étions, c'est garanti.

Je tiens à m'assurer que pendant qu'il existe une certaine transparence pour agir maintenant — et je m'adresse au gouvernement majoritaire — nous devons en quelque sorte encadrer notre action. Je ne me soucie pas vraiment de l'appellation ou de l'endroit, dans l'organisation, où ça se trouvera, bien que j'aie quelques idées, inspirées par les mémoires, mais il me semble encore que nous, la nation, avons besoin d'une sorte d'encadrement qui garantit aux Canadiens qu'ils pourront s'orienter au moins à l'aide de deux phares, nos grands débats nationaux en français et en anglais, à défaut d'autre chose, et je supposerais que beaucoup d'autres moyens, d'après M. Nater, seraient aussi accessibles. Ce sont toutes de bonnes solutions.

Cependant, ce grand débat qui n'a pas eu lieu a été un véritable échec pour notre pays, celui de ne pas nous avoir procuré à nous tous un moyen démocratique pour comprendre les enjeux et la position des parties.

Sachez que ma conviction, avant notre prochaine séance à huis clos, est que nous devons agir, en trouvant une solution légère, agile, qui évite la création d'une bureaucratie permanente, mais, surtout, qui doit tenir compte de tous les changements actuels. Elle doit procurer cette souplesse. J'espère que nous pourrons l'encadrer assez bien. Chacun fera son travail pour en faire la promotion quand, finalement, nous l'aurons trouvée.

Encore une fois, fiez-vous aux chefs de partis. Lancez-leur le défi de ne pas se présenter et d'expliquer ensuite aux Canadiens leur rôle dans la démocratie et les raisons pour lesquelles ils devraient être élus premier ministre quand ils ne se présentent même pas au débat.

S'il me reste du temps, je vous le cède.

(1145)

Le président:

Je suis désolé. Nous en avons pris amplement plus que prévu...

Des voix: Oh, oh!

Le président: ... mais, si vous voulez répondre en 280 caractères, vous pouvez.

M. David Christopherson:

Merci encore, monsieur le président. [Français]

M. François Cardinal:

Si vous me le permettez, monsieur Christopherson, j'aimerais ajouter une seule chose.

Je ne crois pas qu'il y ait une sanction démocratique ou une sanction de la part des électeurs envers un chef qui ne se présente pas à un débat des chefs. Les gens ne se souviennent même pas que, en 2015, un des deux chefs ne s'est pas présenté au débat en anglais.

Voilà pourquoi je pense que la sanction est nécessaire, à tout le moins pour obliger, forcer le chef à se présenter au débat des chefs. C'est parce que, deux ou trois jours après, les Canadiens sont déjà passés à autre chose. [Traduction]

M. David Christopherson:

Une petite remarque.

M. François Cardinal:

Oui, d'accord.

M. David Christopherson :

C'est compris. Merci beaucoup.

Merci, monsieur le président.

Le président:

Au tour de Mme Sahota.

Mme Ruby Sahota (Brampton-Nord, Lib.):

Madame Coyne, quand Radio-Canada a comparu devant notre comité, elle a dit qu'elle discutait avec Google et Facebook pendant les élections de 2015. Discutiez-vous aussi avec le consortium, à l'époque, et essayiez-vous aussi de tailler un rôle pour Twitter?

Mme Bridget Coyne:

Nous collaborons avec tous les diffuseurs de médias du Canada et, dans ce cas, nous leur avons peut-être offert les mêmes services que dans tous les autres débats, avec des données et des partenariats pour s'y connecter aussi.

Mme Ruby Sahota:

Vous avez également dit que Twitter a joué un rôle assez important lors de la dernière campagne électorale américaine, et que plus d'utilisateurs ont gazouillé sur la campagne électorale et les débats. Toutefois, en ce qui concerne la participation au scrutin... Je ne dis pas que c'est nécessairement parce que Twitter était impliqué, mais il est intéressant de mentionner que le taux de participation, malgré l'intérêt de tant de personnes sur diverses plateformes, fut somme toute plus bas.

Pour ce qui est de notre dernière campagne électorale, le Comité a discuté de l'effondrement du modèle du consortium et de la diffusion par ces plateformes variées du débat. Nous avons parlé du fait que ce n'était pas ce à quoi les gens s'attendaient, que moins de téléspectateurs étaient au rendez-vous. Ce fut injuste pour le processus démocratique, car la population n'était pas aussi engagée ou informée à propos des chefs et des plateformes des divers partis.

À ce moment, Twitter était déjà présent et fort utilisé. Certains des débats se sont déroulés en ligne. Il y a eu divers formats de débat. Malgré la variété proposée, qui ne fut pas l'oeuvre du consortium, par ailleurs, comment expliquez-vous le fait que le nombre de téléspectateurs fut moindre? Comment pouvons-nous changer la situation?

Madame Lau, vous avez dit qu'une partie de votre travail consiste à cibler certains marchés, et pas nécessairement à obtenir le plus grand nombre de téléspectateurs avec un seul modèle. Cette question me pose problème et pose problème au Comité. Je veux qu'on atteigne le plus grand nombre de téléspectateurs. Cela étant dit, il faut trouver une façon de cibler ceux qui ne regardent pas les débats sur les médias habituels.

(1150)

Mme Andree Lau:

J'abonde dans le même sens que mes collègues de La Presse, c'est-à-dire qu'il faut que le contenu soit offert à tous. Il faut que les médias, les plateformes et les entreprises de distribution décident de la façon de formater les débats et de les distribuer, pas seulement le soir même ou le lendemain, mais également au cours des trois semaines suivantes. Peut-être pourraient-ils modifier le format des débats en fonction des sujets abordés tout au long de la campagne électorale. Je crois tout de même qu'un accès pour tous est essentiel, car cela permet d'atteindre toutes les cibles. Je parle de foncer plutôt que de se limiter.

Mme Ruby Sahota:

Combien de débats devrions-nous avoir selon vous?

Mme Andree Lau:

Je m'excuse, mais je parle simplement de la distribution, disons, d'un débat principal. Il faudrait que la distribution de ce débat vise tous les segments de la population.

Mme Ruby Sahota:

Pensez-vous tout de même que nous devrions limiter le nombre de débats... Ou plutôt qu'il faudrait en avoir un nombre limité?

Mme Andree Lau:

Je ne peux pas vous fournir de nombre précis. Le bon sens nous dit que les gens ne peuvent s'intéresser qu'à un nombre limité de débats nationaux. Je ne peux pas vous donner un nombre magique, mais, bien sûr, si nous avons 20 ou 30 débats, les téléspectateurs vont décrocher.

Mme Ruby Sahota:

Pensez-vous qu'il serait préférable d'avoir une approche multidimensionnelle?

Mme Andree Lau: Oui.

Mme Ruby Sahota: Vaut-il mieux avoir quelques débats plutôt qu'une variété de différents débats à divers moments? Si je ne m'abuse, dans vos propos liminaires, vous avez parlé de différents formats et de diffusions espacées.

Mme Andree Lau:

Comme vous l'avez dit, deux méthodes sont possibles. C'est pourquoi il faudrait faire davantage de recherches. L'une des façons de faire serait d'avoir un nombre restreint de débats qui seraient ensuite tous distribués. Par contre, cela n'empêche pas d'autres médias plus petits d'organiser des débats ciblés et de les distribuer également. Ce serait des débats organisés par de plus petits médias, mais ils seraient aussi distribués à tous.

Mme Ruby Sahota:

J'ai une question pour tous les témoins. Peu importe le modèle, que ce soit une commission ou un commissaire, comment le financer? Le financement devrait-il provenir du gouvernement, ou plutôt de sources extérieures? À titre d'exemple, le financement de la commission américaine est assuré par des particuliers et des entreprises. Quel devrait être le modèle canadien, selon vous? [Français]

M. François Cardinal:

Je vais répondre à vos deux questions en même temps.

Je pense que la question qui se pose pour vous, les membres du Comité, c'est de trouver la façon d'organiser un grand débat incontournable dans chacune des deux langues officielles, un rendez-vous qu'on attend fébrilement puisqu'on sait que ce sera le plus important des débats de la campagne électorale, et ce, dans le but qu'il y ait le plus grand nombre possible de Canadiens devant l'écran. Ce débat pourrait donc être financé publiquement.

Pour ce qui est de savoir si on devrait limiter le nombre de débats ou obliger la tenue de plusieurs autres débats, je crois que la réponse nous revient, à nous. Nous pouvons bien tenir 18 autres petits débats si cela nous chante, mais ce travail revient aux médias.

Pour les parlementaires, il est important de créer un rendez-vous incontournable où tous les chefs devront être présents. Il est important que les Canadiens s'attendent à ce qu'il se passe quelque chose ce soir-là, en raison du grand élan qu'on aura insufflé à cet événement. [Traduction]

Mme Andree Lau:

C'est une bonne proposition, car, dans le passé, le coût était prohibitif et constituait un obstacle pour les plus petits médias qui souhaitaient faire partie du bassin.

Mme Bridget Coyne:

Twitter travaille de concert avec tous les partenaires médiatiques et leur donne énormément d'outils gratuits dans lesquels nous investissons également. La diffusion en direct est possible, car nous offrons un service intitulé « Periscope » qui permet aux gens de mettre leur fil d'actualité sur Twitter. De plus, en 2014, nous avons fait l'acquisition de l'entreprise SnappyTV. C'est le moteur qui sert à diffuser en direct de nombreux extraits d'émissions de télévision sur Twitter. Il est gratuit pour tous les diffuseurs. Nous nous assurons de l'accessibilité du contenu.

(1155)

Mme Ruby Sahota:

Me reste-t-il une autre minute?

Le président:

Il vous reste 30 secondes.

Mme Ruby Sahota:

Pensez-vous que le Parlement devrait assujettir la commission à une loi? La commission américaine ne l'est pas. Tout le monde y adhère, mais je me demande d'où la commission tient son autorité. Avez-vous quelque chose à ajouter? Quelle est votre opinion à ce sujet?

Bien, il semble que mon temps se soit écoulé.

Merci.

Le président:

Merci.

Nous passons maintenant à notre dernier intervenant, M. Richards.

M. Blake Richards (Banff—Airdrie, PCC):

Merci, monsieur le président.

J'ai une question brève. J'ai écouté les discussions d'aujourd'hui, incluant les questions et les réponses. On a beaucoup parlé des divers formats, ainsi que des téléspectateurs et de l'évolution de leurs habitudes. Je suis curieux de savoir ce que vous en pensez. Tout le monde ne s'entend pas sur la nature d'un débat national. Certains croient que si les réseaux principaux ne diffusent pas un débat, ce n'est pas réellement un débat national. Je présume tout de même qu'il y en a d'autres, surtout les milléniaux, tel que mentionné, qui n'ont pas la télévision et qui vont chercher leurs nouvelles ou leurs émissions d'une autre façon. Il n'est probablement pas nécessaire pour eux qu'un débat soit un débat national.

J'aimerais connaître vos opinions à ce sujet. Un débat doit-il être diffusé par Radio-Canada et CTV pour qu'il soit considéré comme un débat national?

Mme Andree Lau:

Je ne crois pas. Internet est devenu un grand facteur d'égalisation.

Je crois que nous nous entendons tous pour dire que nous recherchons une production d'une certaine qualité. Nous voulons de la qualité, peu importe si le débat est l'oeuvre de CPAC ou de Radio-Canada. Un débat doit-il être diffusé par les réseaux pour être considéré comme un débat national? Non, je ne crois pas. Cela relève davantage des participants au débat.

Mme Bridget Coyne:

Nous sommes ouverts à tous les formats et prêts à nous engager dans toutes sortes de partenariats. Nous utilisons un émoji de mot-clic sur notre plateforme tous les jours. Il sert de guide afin de vous dire le mot-clic à utiliser pour le débat.

C'est ce à quoi nous pouvons nous engager. [Français]

M. François Cardinal:

Je suis plutôt en désaccord sur le fait de ne pas présenter cela forcément à la télévision. Je pense en effet que pour que ce soit un vrai débat national, il faut que ce soit diffusé par Radio-Canada, CBC ou d'autres grandes chaînes.

Nous avons fait le test lors du débat de Montréal, dont je vous parlais tout à l'heure. Le débat des chefs a été diffusé par les grands médias écrits: La Presse, le journal Métro et Le Devoir. La popularité de l'événement, sa notoriété, a été beaucoup plus faible, parce qu'il n'était pas diffusé par les grandes chaînes de télévision.

Oui, il faut essayer d'aller chercher les plus jeunes Canadiens qui ne sont pas devant leur téléviseur, mais tous les Canadiens ne sont pas nécessairement sur Twitter ou ne lisent pas le Huffington Post non plus. Je pense donc qu'il faut absolument que ce soit télédiffusé à grande échelle, à tout le moins dans le cas d'un débat national dans les deux langues. [Traduction]

M. Blake Richards:

Pour poursuivre dans la même veine, monsieur Cardinal, il y a eu des discussions quant à l'éventuelle participation obligatoire des chefs de parti. Dans ce cas, vous semblez dire qu'un débat devrait être diffusé sur les réseaux nationaux pour être un débat national. Appliqueriez-vous le même principe aux réseaux? Seraient-ils obligés de diffuser les débats organisés? Les obligerions-nous, sans leur donner le choix? [Français]

M. François Cardinal:

Pour la société d'État CBC/Radio-Canada, je pense que cela devrait être une obligation. Diffuser un tel événement fait tout à fait partie du mandat de la télévision publique.

(1200)

[Traduction]

M. Blake Richards:

Bon. J'ai épuisé mon temps de parole.

Le président:

J'aimerais tous vous remercier pour votre présence. Nous vous en sommes très reconnaissants. Vous venez d'ajouter une autre dimension à notre étude fort importante.

Nous allons suspendre la séance un instant, afin de poursuivre nos travaux à huis clos.

[La séance se poursuit à huis clos.]

Hansard Hansard

Posted at 17:44 on December 12, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.