header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-12-07 16:40 House intervention / intervention en chambre

Constituencies, Electoral system, Fundraising and fundraisers, Government assistance, Income and wages, Income tax returns, Political parties, Preferential voting system, Second reading

Aide gouvernementale, Circonscriptions électorales, Deuxième lecture, Mode de scrutin préférentiel, Partis politiques, Projets de loi émanant des députés, Revenus et salaires

Madam Speaker, it gives me great pleasure to rise on Bill C-364 to discuss election financing law.

To start with, I will not be supporting this bill. That is not because I do not believe in a stronger role for public financing; I do believe that. It is because the alternative is a stronger role for private financing.

The key question I want to address in our democracy is a complete re-evaluation of political fundraising itself. Is fundraising necessary, and if so, what should it look like? Conventional wisdom is that it is. However, I want us to ask the question honestly and objectively.

Political parties need funds to operate and campaign. That is a given. However, what is a fair way to achieve that funding?

First, parties and riding associations should not have to fundraise in competition with each other. The fundraising should come from the riding, with a share sent to the party in order for it to remain a part of the party, with the specific details left up to each party or riding association to figure out. A party is not a party, after all, without ridings and representatives. The parties themselves are only meant to exist as a vehicle for like-minded members to work together, not as a means for members to become like-minded. That is a discussion for another day.

I disagree with the current fundraising model of 100% private funds, coupled with non-refundable tax credits and expense reimbursements that do not give equal ability to all members of society to participate, which is a fundamental tenet of any democracy. Those who have money can participate and get tax credits. Those who do not have money to participate are not eligible for the tax incentive to do so. Therefore, having less means that each dollar costs less fortunate individuals more in absolute terms, and prohibitively more in relative terms. Once again, those who need are at a disadvantage compared to those who do not, and politicians, with their insatiable need for funds, must necessarily gravitate toward those who have.

Many donors donate because they believe in the cause. However, I think it is naive to believe that all donors do. I am sure most of us have received an angry email or phone call at some point from someone who has given money to either our riding or our party saying, “I am a donor and I am angry.” Personally, I do not take well to this kind of message. I want people to donate because they believe in what we are doing and want us to continue, not in order to tell us what we need to do. If they are angry, I want to know that, not because they are donors but because they are citizens. I want that fact detached from the comment, and I want people who did not donate to express themselves with equal fervour. I am here to represent and work for all of my people to the best of my ability, not just those who supported me or may do so in the future.

I also disagree with the concept of annual per-vote funding, the primary objective of Bill C-364, for the simple reason that how people voted in 2015 may not reflect where they want their financial support to go. At that, it may not be the same in 2016, 2017, 2018, or 2019. If people vote for a Liberal candidate to block a Conservative candidate when they actually support the Green Party, why should the money go to the Liberals and not the Green Party in that circumstance? It does not make sense. If we do have per-vote funding, we should also have a preferential ballot so that the money we assign goes to our first pick, even if we have specified additional choices in order to prevent the unfavourable results that can sometimes come from not voting strategically.

On the other hand, I also do not believe that just because one has registered a political party it is automatically entitled to some funding or an equal level of funding as all the others. It must be tied to that party's actual support in some way. Giving the Rhinoceros Party $18 million simply because it is registered may not necessarily serve the interests of democracy, and providing per-party financing may motivate some people to register political parties for the purpose of simply collecting the money without any actual interest in the electoral process. I think these risks are fairly self-evident.

While I know I am very much in the minority on this, my preferred model for addressing all these concerns is to put a question on the tax returns of Canadians that would go something like this, with the numbers being completely arbitrary for the sake of demonstration here today.

With respect to let us say tax return line number 500, an answer to this section is required for my tax return to be accepted as complete. Therefore, the questions might be, “Question 1, I am entitled to direct $25 to a party registered in my riding or to be held in escrow for an independent candidate to be returned or forfeited if the candidate I name does not register to run in the next election: a) Yes, I would like to exercise this right, or b) No, I do not wish to contribute to any political party or independent candidate at this time.” If we check off no, then we are finished and have met our obligations under this section of the return. If we answer yes, that we do wish to direct $25 to a political party, we have three more questions to answer.

The first question would be, “The party or independent candidate I wish to support in my riding is”, then there would be a blank space or drop-down menu with data provided by Elections Canada for electronic filers. The second question would be, “I would like this money to: a) come from general revenues, or b) be added to my own tax assessment.” The final question would be, “I would like the origin of this contribution to be: a) disclosed to the party or independent candidate receiving it, or b) kept anonymous and confidential.”

Splitting up the questions like this allows those who believe it must be their own funds that contribute to political parties to put their money where their mouth is. However, more importantly, it means that someone who does not have two cents, and someone who is a millionaire, have the same weight in the fundraising process.

Everybody has the option but not the requirement to do so anonymously, so the data cannot be automatically used by political parties. Allowing people to say no to donating at all, and not knowing who, should help force all parties to retain a more positive message. Divisive dog-whistle fundraising will not work on an anonymous tax-assessment-based fundraising model. Being negative would serve to discourage people from contributing to political parties overall, with them answering no to the question of whether to give before seeing the options of who to give to.

The pie can be pretty big if Canadians all have a positive view of political parties, rather than the negative views promulgated today by some elements of our political system to sew division and make people hate, rather than to want to work together.

While the Canada Revenue Agency will no doubt be less than excited to get involved in this manner, and there must be careful and specific controls to protect the privacy of the responses to this question, in my view it is the fairest possible way to ensure that political financing is put on an equal basis by all citizens for those they support here and now, at all times, in all parts of the country.

There are no doubt other models and solutions that could be looked at, but I firmly believe that the question must be asked, and I thank the member for Terrebonne for bringing public financing reform forward for us to discuss.

This legislation also reduces the fundraising limits significantly in conjunction with the reintroduction of per-vote funding. The amount of the donation cap is largely irrelevant if there is still an inequity between donors who have means and donors who do not, and so the cap at $500 or $1,500 is largely immaterial to me. Someone who makes enough to pay taxes giving $400 is still out of pocket only $100, while someone who does not make enough to pay taxes giving $400 is out of pocket the full amount, not to mention possibly out of a home or a few meals. Therefore, I find the particular change proposed in the bill to be fairly meaningless. It would not solve any existing problem.

Finally, the member for Terrebonne's bill has an absolute rather than relative coming into force provision. Given that the bill is only at second reading here in the House and has yet to get through the Commons committee, report stage, third reading and referral to the Senate, second reading at the Senate, Senate committee, Senate report stage, Senate third reading, and royal assent, it is not realistic to suggest that the bill could be in force 24 days from now.

Over the past two years, we have made strides forward on these matters. I do not believe my views on fundraising reflect those of very many of my colleagues on any side of the House, but we are seeing changes both here and in several provinces.

Conservative Bill C-23, the so-called Fair Elections Act, reformed fundraising in a whole lot of ways that were detrimental to democratic society, including removing fundraising costs from capped expenses in an election campaign, and upping the donation limit by 25%, and then indexing it by $25 per year instead of by an an inflation-based formula.

I do not wish to re-litigate that particular bill. As the assistant at the time to the Liberal critic for democratic reform, I had more than enough sleepless nights trying to grok every word of that act once, and it certainly contributed to my motivation to seek a seat in this place so that this kind of abuse of democracy could not happen again.

Our own government's Bill C-50 brought in strict reporting requirements for fundraising events involving the key power brokers of government, and those working hard to replace them, which I think is genuinely important.

The thing about fundraising, and public financing of political parties, of course, is that there is no such thing as a perfect answer, only a balance of imperfect solutions. What I am sure of, though, is that Bill C-364 does not address the fundamental inequalities within our existing fundraising and public financing structure for our political system.

Madame la Présidente, c'est un grand plaisir pour moi d'intervenir pour parler du projet de loi C-364 et de la loi sur le financement électoral.

Pour commencer, je dirai que je n'appuierai pas ce projet de loi, et ce, non pas parce que je ne pense pas que les fonds publics doivent jouer un plus grand rôle dans le financement électoral — je le pense —, mais parce que l'autre possibilité est de faire plus de place aux fonds privés.

L'enjeu essentiel dans notre démocratie que je veux aborder est la remise en question totale du système de financement des partis politiques. Ce financement est-il nécessaire, et s'il l'est, quelle forme devrait-il prendre? Selon la sagesse populaire, il l'est. Je veux néanmoins que nous nous posions la question en faisant montre d'honnêteté et d'objectivité.

Les partis politiques ont besoin d'argent pour fonctionner et faire campagne, c'est certain. Cependant, comment peut-on faire pour leur financement soit équitable?

D'abord, les partis et les associations de circonscription ne devraient pas être en compétition pour les mêmes fonds. La collecte de fonds devrait se faire dans la circonscription et une partie de ces fonds devraient être envoyés au parti pour qu'ils restent associés au parti: aux partis et aux associations de circonscription de décider ensuite des détails. Après tout, un parti n'existe pas sans circonscription ni représentant. Les partis ne servent qu'à rallier des députés aux vues similaires pour qu'ils travaillent ensemble. Ils ne sont pas censés servir à produire des députés aux vues similaires. C'est une discussion pour un autre jour.

Je ne suis pas d'accord avec le modèle de financement actuel, soit 100 % de fonds privés combinés à des crédits d'impôt non remboursables et à des remboursements de dépenses, puisque cela ne permet pas une participation égale de tous les membres de la société, ce qui est un principe de base de toute démocratie. Les personnes qui ont de l'argent peuvent participer au financement et obtenir des crédits d'impôt. Celles qui n'ont pas l'argent pour le faire n'ont pas droit à l'incitatif fiscal connexe. Ainsi, le fait d'avoir moins d'argent signifie que chaque dollar coûte plus aux moins bien nantis en termes absolus et extrêmement plus en termes relatifs. Encore une fois, les déshérités sont désavantagés par rapport aux plus fortunés, et les politiciens, dont les besoins en fonds sont infinis, doivent nécessairement aller vers les nantis.

Dans bien des cas, les personnes qui font des dons le font pour la cause. Cela dit, à mon avis, il serait naïf de penser qu'il en est toujours ainsi. Je suis certain qu'il nous est tous arrivé de recevoir un courriel ou un appel d'une personne qui avait fait un don à l'association de circonscription ou au parti nous disant: « Je suis un donateur et je suis en colère. » Personnellement, je n'aime pas ce genre de message. À mes yeux, les gens doivent donner parce qu'ils sont d'accord avec ce que nous faisons et qu'ils veulent que nous poursuivions sur la même voie et non pour pouvoir nous dire quoi faire. Si quelqu'un est en colère, je veux le savoir, mais je veux le point de vue d'un citoyen, pas celui d'un donateur. Les commentaires doivent être indépendants des dons qui ont été faits, et les personnes qui n'ont rien donné doivent pouvoir s'exprimer avec la même vigueur. Je suis ici pour représenter tous les habitants de ma circonscription et faire de mon mieux pour eux tous et non pas seulement les personnes qui m'ont appuyé ou qui pourraient un jour le faire.

Je ne souscris pas davantage au concept du financement annuel par vote reçu, qui est le principal objectif du projet de loi C-364, pour la simple raison que le parti qu'un électeur a appuyé au cours des élections de 2015 ne correspond pas nécessairement à celui qu'il voudrait appuyer financièrement. De surcroît, le choix de cet électeur pourrait ne pas être le même en 2016, en 2017, en 2018 ou en 2019. Lorsque des partisans du Parti vert votent pour un candidat libéral afin de faire obstacle à un candidat conservateur, pourquoi l'argent devrait-il être versé au Parti libéral plutôt qu'au Parti vert? Cela n'a aucun sens. Si nous rétablissons le financement par vote reçu, nous devrions aussi mettre en place un scrutin préférentiel afin que l'argent soit attribué au premier choix des électeurs, quels que soient les autres candidats pour qui ils choisissent ensuite de voter au ballottage afin de prévenir les effets indésirables qu'on observe parfois lorsque les Canadiens ne votent pas de façon stratégique.

Cependant, j'estime aussi que ce n'est pas parce qu'un parti politique est enregistré qu'il a automatiquement droit à du financement ou au même niveau de financement que les autres partis enregistrés. Le financement doit être lié d'une certaine façon à l'appui réel dont jouit le parti. Il n'est pas nécessairement dans l'intérêt de la démocratie de verser 18 millions de dollars au Parti rhinocéros simplement parce qu'il est un parti enregistré. De plus, le financement par vote reçu pourrait inciter certaines personnes qui ne s'intéressent pas réellement au processus électoral à enregistrer des partis politiques strictement afin de recueillir l'argent. Je pense que les risques sont assez évidents.

Je sais que je suis l'un des seuls à penser ainsi, mais la méthode que je privilégie pour remédier à toutes ces préoccupations, c'est d'ajouter une question dans la déclaration de revenus des Canadiens. Cette question ressemblerait à quelque chose comme ce qui suit — je précise que j'ai choisi les chiffres de façon totalement arbitraire.

Par exemple, en ce qui concerne, disons, la ligne 500 de la déclaration de revenus, il faudrait donner une réponse pour que la déclaration soit considérée comme complète. La question pourrait être la suivante: « Question 1. J'ai le droit de verser 25 $ à un parti enregistré dans ma circonscription ou de laisser cette somme en dépôt fiduciaire pour un candidat indépendant, qui devra les rembourser ou qui les perdra s'il ne se présente aux prochaines élections: a) Oui, je souhaite exercer ce droit; b) Non, je ne souhaite pas pour l'instant participer au financement d'un parti politique ou d'un candidat indépendant. » Si la personne répond « non », ce sera tout; elle aura ainsi respecté ses obligations relativement à cette ligne de la déclaration. Autrement, elle devrait ensuite répondre à trois autres questions.

La première question serait: « Le parti ou le candidat indépendant que je souhaite appuyer dans ma circonscription est », puis il y aurait un espace blanc à remplir ou, pour les déclarants par voie électronique, un menu déroulant contenant les données fournies par Élections Canada. La deuxième question serait: « J'aimerais que cet argent: a) provienne des recettes générales; b) soit ajouté à ma propre cotisation. » La dernière question serait: « J'aimerais que la provenance de cette contribution: a) soit communiquée au parti ou au candidat indépendant qui la reçoit; b) reste anonyme et confidentielle. »

Séparer ainsi les questions permet à ceux qui croient que ce sont leurs propres fonds qui doivent servir à financer les partis politiques de joindre le geste à la parole. Par contre, ce qui est encore plus important, c'est qu'une personne qui est sans le sou et un millionnaire ont alors le même poids dans le système de financement des partis.

Tout le monde a le choix de faire une contribution de façon anonyme, mais personne n'y est tenu, alors les partis politiques ne peuvent pas se servir d'emblée des données. Permettre aux gens de refuser de faire une contribution, qui plus est, de façon anonyme, devrait forcer tous les partis à adopter un message plus positif. Les activités de financement tendancieuses qui sèment la discorde ne fonctionneront pas dans un système de financement anonyme et fondé sur les cotisations fiscales. La négativité ne ferait que dissuader les gens de contribuer aux partis politiques dans leur ensemble, car, avant même de voir les options qui leur permettent de choisir le bénéficiaire du don, ils répondraient non à la question qui leur demande s'ils veulent donner de l'argent.

La part du gâteau peut être très grosse si les Canadiens ont tous une bonne opinion des partis politiques plutôt que d'avoir la mauvaise opinion promulguée aujourd'hui par certains des éléments de notre système politique visant à encourager la division et la haine plutôt que la collaboration.

Bien que l'Agence du revenu du Canada sera probablement très peu enthousiaste à l'idée de jouer un rôle dans ce dossier — il doit y avoir des contrôles minutieux et précis en vue de protéger la confidentialité des réponses à cette question —, je pense qu'il s'agit de la façon la plus juste possible de nous assurer du caractère équitable du financement politique par l'ensemble des citoyens pour ceux qu'ils soutiennent ici et maintenant, en tout temps, dans toutes les régions du pays.

Il ne fait aucun doute que d'autres modèles et solutions pourraient être étudiés, mais je crois fermement que la question doit être posée, et je remercie le député de Terrebonne d'avoir soulevé la question de la réforme du financement public pour que nous puissions en discuter.

Le projet de loi dont nous sommes saisis réduit aussi considérablement les limites en matière de financement tout en réintroduisant le financement par vote. Le montant du plafond de don est pratiquement inutile s'il existe toujours une iniquité entre les donateurs qui ont les moyens et ceux qui n'en ont pas. Par conséquent, en ce qui me concerne, le plafond de 500 $ ou de 1 500 $ est sans importance. Quelqu'un qui gagne suffisamment pour payer des impôts et qui fait un don de 400 $ paie seulement 100 $ de ses poches, tandis que quelqu'un qui ne gagne pas suffisamment pour payer des impôts et qui fait un don de 400 $ paie le montant total de ses poches, sans parler du fait qu'il se retrouvera peut-être dans la rue ou sans rien à manger. Ainsi, je pense que la modification proposée dans le projet de loi est assez inutile. Elle ne règlerait aucun problème existant.

Enfin, le projet de loi du député de Terrebonne contient une disposition d'entrée en vigueur absolue plutôt que relative. Étant donné que le projet de loi n'en est qu'à l'étape de la deuxième lecture ici à la Chambre et qu'il doit passer par les étapes de l'étude par le comité, du rapport et de la troisième lecture à la Chambre des communes, du renvoi au Sénat et de la deuxième lecture, de l'étude par le comité, du rapport et de la troisième lecture au Sénat, puis de la sanction royale, il n'est pas réaliste de laisser penser qu'il pourrait être en vigueur d'ici 24 jours.

Au cours des deux dernières années, nous avons progressé énormément sur ces questions. Je ne crois pas que mes opinions sur le financement reflètent celles d'un grand nombre de mes collègues de quelque parti que ce soit à la Chambre, mais nous voyons des changements ici et dans plusieurs provinces.

Le projet de loi conservateur C-23, la prétendue Loi sur l'intégrité des élections, a modifié le financement de maintes façons nuisibles pour une société démocratique, y compris en excluant les dépenses consacrées aux collectes de fonds des dépenses plafonnées pour les campagnes électorales et en haussant la limite des dons de 25 % puis en l'indexant de 25 $ par année plutôt qu'en fonction de l'inflation.

Je ne vais pas contester encore ce projet de loi. Comme adjoint du porte-parole libéral en matière de réforme démocratique à l'époque, j'ai passé bien des nuits blanches à essayer de saisir chaque mot de cette mesure législative et cela a certainement contribué à me motiver à briguer un siège ici pour qu'il n'y ait plus ce genre d'abus de la démocratie.

Le projet de loi du gouvernement, le projet de loi C-50, propose des exigences strictes en matière de rapports sur les activités de financement auxquelles participent les détenteurs du pouvoir au gouvernement et ceux qui travaillent fort pour les remplacer, ce qui est, je pense, réellement important.

Le problème que posent la collecte de fonds et le financement public des partis politiques, bien entendu, est qu'il n'y a pas de réponse parfaite, mais seulement un ensemble équilibré de solutions imparfaites. Ce dont je suis certain, cependant, c'est que le projet de loi C-364 ne règle pas les inégalités fondamentales dans la structure actuelle des collectes de fonds et du financement public de notre système politique.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on December 07, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.