header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-05-16 PROC 59

Standing Committee on Procedure and House Affairs

(1100)

[English]

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards (Banff—Airdrie, CPC)):

I'll call the meeting to order.

Before we welcome our guests, let me say that I have had discussions with at least one member of each of the parties. We obviously anticipate bells ringing very shortly. What I will do at that point is ask for unanimous consent to sit for at least the first 20 minutes of the bells or so.

What I hope to accomplish by doing that is to allow for opening statements and then allow each party a round of questioning—maybe five minutes for each party. What would probably take place is that one or two of those rounds would occur before the vote. Then we would come back after the vote and carry on until either noon or at least until each party has had a chance to ask one round of questions. Then we would move to our second hour, which is with the Elections Canada officials.

I'm also going to suggest that we consider moving our committee business to Thursday, because we're going to be very tight on time, obviously, given that we're compressed as it is and that we will of course have a vote in there. I will suggest that at that time as well.

As long as there is no objection, we'll move on. When the bells ring, we will certainly ask for the unanimous consent to—

I see a number of hands.

Mr. Chan.

Mr. Arnold Chan (Scarborough—Agincourt, Lib.):

Thank you, Mr. Chair.

I would propose that we get a couple of minutes of committee business in. I know we are pressed for time, but I would like to at least table the government's position with respect to managing the way we deal with committee business on Thursday.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

I don't know whether anyone else has comments on that.

From my perspective, it was Mr. Christopherson and I, and I think others, who raised at the last meeting last week the view that we felt it might be best to see where we are after Thursday before making those determinations. Obviously, this is part of the agenda. We'll let members make the decision at that time. It seems that there isn't a unanimous feeling on the question, so we can have that discussion, I guess, when we get to that point.

What I'll do, then, is welcome our guests and get started, so that we can at least get through some of the statements prior to having to miss....

I'll welcome the Speaker. The Honourable Geoff Regan is here with us.

I'll let you start. You can introduce any others who are giving opening statements.

Hon. Geoff Regan (Speaker of the House of Commons):

Thanks very much, Mr. Chairman.

Members of the committee, distinguished guests, as Speaker of the House of Commons, it's a pleasure to be back before this committee to present our main estimates for fiscal year 2017-18.

I'm equally pleased to present the main estimates for the Parliamentary Protective Service, or PPS, which maintains the physical security of the parliamentary precinct and the grounds of Parliament Hill and reports to me and the Speaker of the Senate on such matters.

(1105)

[Translation]

Joining me at the table today are Marc Bosc, Acting Clerk; Daniel G. Paquette, Chief Financial Officer.... [English]

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Pardon me, Mr. Speaker.

I see that the bells are ringing now. I of course officially have to receive unanimous consent to carry on.

Do I have that consent?

Some hon. members: Agreed.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards): I'm sorry for the interruption. We'll let you have the floor. [Translation]

Hon. Geoff Regan:

Thank you, Mr. Chair.

I am also joined today by Mike O'Beirne, Superintendent and Acting Director of the Parliamentary Protective Service; as well as Robert Graham, Administration and Personnel Officer at the same service.[English]

I'll begin this morning's presentation by highlighting key elements of the 2017-18 main estimates for the House of Commons, which total $476 million and represent a 2.7% increase over the previous year.

The presentation of the main estimates for PPS will follow.[Translation]

To help guide the first part of my presentation and facilitate our exchange, I have provided a handout that outlines each of the 14 line items included in the House of Commons' 2017-2018 Main Estimates.

I will address each of these in the order in which they appear, leaving, I hope, ample time for discussion.

As you will note, there are nine items included under the broad category of “Members, House Officers, and Committees, Associations and Exchanges”. Further down, there are four items under “House Administration”. Last, but not least, we have a final item related to “Employee Benefit Plans”.[English]

To begin, we have sought a 1.8% increase to the members' office budgets and House officers' budgets. Together, these represent a permanent increase of $2.8 million, with the greatest proportion being allotted to the members' office budgets.[Translation]

As you know, these budgets give members of Parliament and House officers the resources they need to carry out their parliamentary functions on behalf of Canadians. The adjustments were calculated based on the consumer price index as measured in September 2016. They were scheduled to take effect on April 1.[English]

In addition, a 20% increase to the MOB supplements, which totals $1.5 million, has also been sought. The supplement assists members who represent constituencies that are densely populated, geographically large, or remote in responding to the needs of the people they represent.[Translation]

The electoral list, which we use to calculate the amount of the elector supplement, was revised and published by Elections Canada in February 2016. That occurred after the submission deadline for the main estimates in 2016-2017. Consequently, the revised list of electors required that an adjustment be applied to the supplement, resulting in a decrease of $308,000 in 2017-2018 and in subsequent years.[English]

Specifically, supplements recognize the challenges inherent in serving larger, more populated, or more remote constituencies, which members, I think, will understand. They help level the playing field to ensure that Canadians are well-served by their members of Parliament. The increase in supplements was made during the 2016-17 year and took effect on April 1, 2016.[Translation]

Also on that date, members' sessional allowances and additional salaries increased by 1.8%. This amount reflects adjustments made every year on April 1 based on the average increase in Canadian wages resulting from major settlements in the private sector. The adjustment represents a permanent increase of $1.1 million for 2016-2017.

(1110)

[English]

The next line item represents a funding adjustment to the travel status expenses account for 2013-14 and 2015-16 in the amount of $743,000. Specifically, this increase equals the total amounts approved over a four-year period by the Board of Internal Economy but not yet reflected in the main estimates. The increase will ensure that in the future, funding in the mains and the approved allocations will correspond.[Translation]

Let me now draw your attention to the next four line items related to parliamentary associations and conferences.

I will first provide you with a bit of context.

As you may know, funding for these items is shared between the House of Commons and the Senate. As such, the amounts to which I will refer in a moment represent the 70% portion of the total budget that the House of Commons funds. The remaining 30% is paid by the Senate.[English]

We have experienced a growing demand for Canadian parliamentarians to further engage internationally. It's something I hear about often from foreign delegations, ambassadors, and high commissioners who come to see me. While this pressure has been building for some time, it has recently become more prevalent.[Translation]

Funding for this important work remained relatively stable for several years. However, a significant increase in 2013, coupled with increases in association membership fees and other costs—including travel—hampered association activities.[English]

Add to this the unprecedented number of new parliamentarians, many of whom wish to play a role in the 12 parliamentary associations that support Canada's international efforts. For all of these reasons, the board recently accepted a recommendation from the Joint Interparliamentary Council to increase its share of permanent funding to Canada's parliamentary associations by $700,000.[Translation]

Likewise, Canada will play host to the Interparliamentary Union's Global Conference of Young Parliamentarians in November. To support the conference, which brings the best and the brightest young parliamentarians together to address pressing challenges to democracies around the word, temporary funding of $324,000 has been sought.

The Canadian Parliament will also host two significant conferences in the second half of 2018.[English]

The 64th annual session of the NATO Parliamentary Assembly will take place in my hometown of Halifax in November of 2018. MPs from across the Atlantic alliance will gather to discuss important matters related to security. To support early preparations for this important event, $72,000 in temporary funding has been sought in fiscal year 2017-18.

Also next year, in July, the 56th Regional Commonwealth Parliamentary Association Conference will come to Ottawa. They'll probably have almost as good a time as they would if they were in Halifax. The conference will gather parliamentarians from across the Commonwealth to promote co-operation and good governance. To help host this event, $19,000 in temporary funding for 2017-18 has also been sought.[Translation]

I think I speak for many around the table today in saying that we look forward to the results of the work of our parliamentary associations over the next 12 months, and in the future.

Let me now turn to the group of items listed under the general category of “House of Commons Administration”.

As you know, the administration plays a crucial role in supporting the work of each and every member of Parliament, as well as that of the institution, including helping to ensure our collective security in partnership with the Parliamentary Protective Service or the CSO.[English]

The corporate security office—or for short, the CSO—is responsible for security in the House of Commons chamber, providing project management for security infrastructure, conducting investigations, coordinating visitor and event access, providing security accreditation, promoting security awareness, and administering parking services.[Translation]

The CSO also develops and implements House-wide security policies, standards and processes aimed at preventing, detecting and responding to security risks and threats.

Since the 2015 launch of the integrated security model, in partnership with PPS, our understanding of the roles and responsibilities shared by the CSO and PPS have evolved.

(1115)

[English]

As a result, and to better ensure our security, a permanent increase of $3.6 million to the CSO budget was sought, in addition to a temporary increase of $69,000 in 2017-18. This temporary funding will help to pay for additional staff and office space. It's worth noting that the security enhancement measures identified in 2016-17 and presented the last time that I appeared before you are either under way or being completed, so we are on track with those.[Translation]

The House of Commons and its partner, Public Services and Procurement Canada, or PSPC, are also on track with the renovations and rehabilitation projects underway throughout the parliamentary precinct. To that end, we have sought an increase of $2.4 million in temporary funding to maintain and, in the longer term, replace crucial information technology assets; transfer the building components and connectivity program from PSPC to the House of Commons; and better meet those building requirements that are specific to our institution.[English]

Remuneration under the page program, whereby top students from across Canada have the opportunity to support the work of the House and witness the legislative process first-hand, accounts for a permanent aggregate increase of $60,000, beginning this year. That increase is calculated on the basis of the average increase in tuition and residence fees at Carleton University and the University of Ottawa and is reviewed every year.

While we're on the topic of the page program, I'd like to take a moment to say how very satisfying it was to learn that the House administration had been recognized as an exceptional workplace for young Canadian talent in this year's Top 100 Employers national competition, as well as being named the top employer in the region.... Excuse me, “a top employer”. Darn it, just “a” top employer, but that's still good.

Voices: Oh, oh!

Hon. Geoff Regan: Of course, we've always known this, but this year's public endorsement by the Top 100 Employers project was indeed a welcome one.[Translation]

Another highlight: the opening of the Sir John A. Macdonald Building, or SJAM as we affectionately call it, and more recently, the Wellington Building, resulted in a decrease of $99,000 to our main estimates for this year. The amount represents previously approved and temporary funding that paid for non-recurring costs associated with the renovation and rehabilitation phases of these very successful and now completed projects.[English]

I look forward to your questions concerning the main estimates for the House of Commons, but first let me quickly turn my attention to the main estimates for the Parliamentary Protective Service.

I'll begin by providing you with an overview of the PPS's main estimates request for 2017-18, which totals $68.2 million. This includes a voted budget component of $62.1 million and a $6.1 million statutory budget requirement for the employee benefits program. This 2017-18 main estimates request represents a $5.8-million increase from the PPS's 2016-17 main estimates submission.[Translation]

In addition to PPS's permanent voted budget of $56.3 million, which was approved under the 2016-2017 Main Estimates and established as a result of Bill C-59, PPS is seeking an additional $5.8 million in permanent funding to support the ongoing implementation of security enhancements and to further stabilize the organizational structure.

(1120)

[English]

Following the events of October 22, 2014, several reviews surrounding this incident were conducted, resulting in 161 recommendations on improving security on Parliament Hill. The PPS received funding approval in September 2016 to launch the PPS mobile response team initiative.[Translation]

The implementation of this initiative will address a significant number of these 161 recommendations and enhance PPS's overall response capacity.

PPS is requesting permanent funding in the amount of of $1.2 million to further implement and sustain the needs of this initiative.[English]

To support the continuation of the Senate's previously approved security enhancement initiatives, additional funding in the amount of $787,000 will be transferred to PPS given its direct alignment with the PPS's mandate.

The PPS is also seeking permanent funding in the amount of $3 million to stabilize the protective posture in the newly opened 180 Wellington building, and to uphold pre-existing third party security agreements throughout the precinct.[Translation]

Given the anticipated increase in visitors to the precinct and grounds of Parliament Hill throughout Canada's 150th anniversary celebrations, a total of $400,000 is required in temporary funding to support the costs of the baggage screening facility at 90 Wellington Street through 2017-2018.

This renewed temporary funding will not only enhance the visitor experience, but it will also enable PPS to evaluate this facility's effectiveness, feasibility and long-term sustainability.[English]

This results in a cumulative request of $5.3 million for previously approved and new security enhancement initiatives throughout the parliamentary precinct and the grounds of Parliament Hill.

In addition to the aforementioned operational enhancement initiatives funding requests, the PPS is seeking a permanent increase of $886,000 to fund a series of corporate service requirements. This includes the funding for full-time communications resources to support PPS's internal and external messaging, along with the funding necessary to fulfill the existing service level agreements with the House administration for the provision of human resource and information technology services.[Translation]

PPS remains committed to operational excellence through the provision of professional physical security services throughout the parliamentary precinct and the grounds of Parliament Hill.[English]

To further enhance the efficiency and effectiveness of its service delivery model, the PPS will focus on the ongoing implementation of existing and new resource optimization initiatives, the identification of opportunities to leverage innovation, and a strengthened commitment to collaboration with its various parliamentary partners.[Translation]

This concludes my presentation.[English]

My team and I look forward to your questions.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you, Mr. Speaker.

Given the length of the presentation—which we appreciated, by the way, as it was comprehensive—and given our tight time frame, I think what I am going to do for now, rather than go into the rounds of questioning—I think we would start to push our luck a bit to do that—is to leave the rounds of questioning and have them following the votes. That will mean about 15 minutes, with five minutes for each party.

I'll ask our guests either to remain or to return as soon as the votes end. I know that some of you of course have a duty, as we do, to be there. I'll ask all members to then arrive here as quickly as possible, and we'll pick up as quickly as we can. However, that will probably require us to extend this a bit past noon.

I understand, Mr. Speaker, that it is possible for you to remain for just a few minutes following noon.

Then, of course, what we would have to do is to start with the Elections Canada officials. I would ask my Liberal friends to reconsider the idea of moving the committee business to Thursday. If not, we will be very tight on time with the Elections Canada officials. If that's not something that we can get consent for, we will have to end that round of questioning. I'll just adjust the questioning accordingly. You can speak to me before or after the votes and let me know if that's possible, and we'll adjust the rounds of questioning according to what that decision is.

At this point in time—

I'll recognize you, Mr. Reid, but could you make it very brief? I don't want to push our luck.

(1125)

Mr. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Kingston, CPC):

Just to echo your point, on behalf of the opposition, I would request that we move the scheduling issues to Thursday. It will be very hard to have proper and fulsome questioning of the acting CEO if we don't do that.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you for that.

I will now suspend the meeting. We will be back as quickly as possible after the votes.

(1125)

(1150)

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

We'll call the meeting back to order. Welcome back, everyone.

We'll now go into the rounds of questioning with the Speaker before we move to our Elections Canada officials.

We'll start with the Liberal Party and Mr. Graham.

Mr. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Thank you.

Thank you, Mr. Speaker, for joining us after the bells and for your excellent summary and explanation of these estimates. It does help to translate them all into English.

The page program is indeed exceptional. You may recall that my daughter very briefly joined it at Halloween last year. I dressed her up.

Voices: Oh, oh!

Hon. Geoff Regan: That's right.

Mr. David de Burgh Graham: To nobody's surprise, my questions are mainly going to be for Superintendent O'Beirne.

I'll put it this way. We have noticed a change in our colleagues' uniforms recently with the introduction of the hats and these “Respect” stickers we have been seeing. I'm wondering if you could describe your relationship with the PPS unions and when we can expect to see a resolution to the obvious dispute currently taking place.

Supt Mike O'Beirne (Acting Director, Parliamentary Protective Service):

Thank you.

Mr. Graham, I guess I'll start by saying that at the PPS, truly, our strength is our people. The bringing together of the three separate entities upon the creation of the PPS connected corporate knowledge and experience. None of that is lost on us. We've been factoring all of that into every step we take in moving forward as an entity.

To your specific question, I guess what I can say is this. As you know, the creation of the PPS brought together three collective bargaining units: the SPSEA, the SSEA, and PSAC. Since the creation of the PPS, we have believed that it would be best for operations—our concept of operations and employees—if there were a single bargaining unit. It supports our objectives of effectively unifying all the personnel for the service under one operational umbrella, towards a common goal.

The associations have a different perspective, and it's certainly their right to do so. They have articulated that they prefer two bargaining units. In accordance with the law that actually created the PPS, the PPS and the associations have each submitted a request to the PSLREB as to what that right number would be. We currently have three. With this, we've been respectfully waiting for a decision, and we look forward to that decision, hopefully in the coming months.

In regard to the issues you've brought up, there has been some question about whether the PPS will meet with the associations. From our perspective, the PPS would prefer to continue meeting with all three of the bargaining units, as we share common interests and common goals. In the past, not all bargaining units have agreed to this approach, and we've had varying degrees of success in having attendance at some of the joint meetings scheduled by the PPS. We do understand that some would prefer to meet individually. It's very complex to accommodate this at all times. For example, we often deal with the exact same issue but then have to hold three different meetings with three different associations to discuss the very same issues.

I can assure you that at the PPS our strength is our people, and that's not lost on us. We continue to communicate with them at every possible turn, whether it's directly with the associations or directly with our PPS personnel.

I can close perhaps by letting you know that, further to the views we're not communicating, there is also a view that the PPS will not enter into collective bargaining. On the stickers question, I'll answer from this perspective. The SSEA's collective agreement has indeed expired, and they have requested that we enter into collective negotiations. In the legal opinion that the PPS has received, we've been informed that we cannot start negotiations of any kind with any of the bargaining units until the labour board decides on the actual number of bargaining units that in their view would be appropriate.

Again, the legal opinion that the PPS has received differs from the SSEA's legal opinion. To that end, I'll say that it's not a question of strategy or tactics but simply a question of what we understand to be legal. Because of the difference of opinions, we've asked the labour board to render a decision on whether or not we should bargain in the current environment, and we anxiously await the decisions of the PSLREB on that.

(1155)

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you very much. Time has expired on this round.

I did allow it to go just a few seconds over, but I'm going to be very strict about the times because of the compressed schedule we have today. I will just remind members, before I move to our next round of questioning, that the use of props, as is in the chamber, is not to be permitted in committee rooms.

I will move now to Mr. Schmale, for five minutes.

Mr. Jamie Schmale (Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, CPC):

Thank you, Chair. I will set my timer so that I adhere to your times.

Thank you very much, Mr. Speaker and the rest. I appreciate your taking the time. I would like to direct my questions to Superintendent O'Beirne, if I could.

In terms of the PPS, how many vacancies do you have currently in terms of personnel on the floor?

Supt Mike O'Beirne:

Perhaps I'll turn it over in a moment to Mr. Graham here, who could perhaps clarify the numbers.

As you know there was a change in posture following the October 22 incident in 2014. Since the creation of the PPS, we've been working hard with our partners to find the right number. We're continuing to work alongside our partners in gaining a better understanding of the LTVP projects, the openings and closings of the buildings, to again find that proper number. It's not lost on us that our folks are working hard towards a common goal.

In regard to finding some respite in the short term, I can tell you that we have a class of graduating recruits, PPS members who just graduated yesterday. We have another class graduating in the middle of June that will bring some greatly needed support. We're anticipating that will bring the total to about 40 members. As the Speaker put forth in the main estimates, we've received funding for 45 more positions at 180 Wellington. These are all steps that are positioning us for future successes.

Perhaps I'll turn it over to Mr. Graham for some more analysis.

Mr. Robert Graham (Administration and Personnel Officer, Parliamentary Protective Service):

I want to make sure I come back with the facts. We're coming back on Thursday. I can bring you the specific number on Thursday. As Superintendent O'Beirne said, we have some vacancies that we've been filling. We had a new class of recruits that started just this week, and we're happy to have them on board.

Mr. Jamie Schmale:

First, I apologize if I cut you off; it's all respect. It's just that I have three minutes left and a lot of questions.

Do you feel that you're filling these vacancies quickly enough? From what I'm hearing, there are a lot of people doing a lot of forced overtime, and these vacancies aren't being filled quickly enough in order to anticipate the demand that you have here.

Supt Mike O'Beirne:

Our recruiting, hiring, and training cycle is approximately eight months, so we do have to really lean forward and anticipate future needs. As I mentioned, we're trying to be as nimble as possible in response to future needs. We have an attrition rate as well that we're always mindful of.

To your point about overtime, perhaps I can draw from my comments about the three separate bargaining units that we have. There are some limitations we have to work within in regard to these three units—two associations and one union—that we have to be mindful of. There are a few constraints and restraints that we're currently operating under in this environment.

(1200)

Mr. Jamie Schmale:

I have maybe a minute left and a lot of questions, so I do apologize if I bounce around a bit.

I just want to ask about and confirm with you some of the additional dollars we're looking at in funding, such as the $5.8 million in permanent funding. I want to confirm that the plan is to make operations a priority, rather than administration. To me, putting people on the ground instead of into administration is where this money will be going. Can you confirm that as being a priority?

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

You have about 30 seconds to answer that.

Supt Mike O'Beirne:

It is a priority, and we're putting that forward for consideration. As you know PPS was created with the front-line members who were brought together. We're working hard again to create the corporate side of the House to do the heavy lifting behind the scenes.

Mr. Graham.

Mr. Robert Graham:

Yes, the purpose of the administrative functions is to hire the people necessary to support operations and provide the agility necessary to provide operations with the resources they need.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Sorry, Mr. Schmale, your time has expired.

Mr. Dusseault, you're next. [Translation]

Mr. Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke, NDP):

Thank you, Mr. Chair.

I want to thank our guests for joining us today.

I would like to begin with you, Mr. O'Beirne. It seems to me that you are the focus of attention today. I have a very simple question for you: who is your boss and to whom do you report?

Supt Mike O'Beirne:

As a result of the amendments made to the Parliament of Canada Act, the Parliamentary Protection Service, or PPS, was created. That led to the creation of[English] memorandum of understanding.[Translation]

According to that memorandum of understanding, I report to the Speakers of the Senate and of the House of Commons with regard to any aspects concerning security throughout the parliamentary precinct and on Parliament Hill, as well as policies on these matters. However, in terms of operations, I report to the RCMP commissioner.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

So you report to two entities: the RCMP and the two Speakers.

I will turn to the Speaker of the House of Commons.

Has the relationship with the RCMP improved since those changes were made? Does the RCMP better understand the particularities of the House of Commons, such as parliamentary privileges? Can you comment on what has happened since the 2015 amendments?

Hon. Geoff Regan:

I thank the honourable member for his question.

I have a very good relationship with Superintendent O'Beirne, who is the director of PPS, and with PPS in general, and I believe that is also the case with the House of Commons administration. The relationships have evolved, and we continue to work together to get to know each other better. As you know, the House of Commons administration does not really have the same capacities as PPS and its director. That said, I think that things are going very well.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Mr. O'Beirne or Mr. Speaker of the House, I would like you to talk about the transition period.

When you appeared before the committee, you said that some services that were previously provided by the RCMP would now be provided by PPS, that there would be a transition period and that it may lead to an increase in the main estimates.

Is that the case now? Have all the RCMP services that should now be provided by PPS been transferred? If so, is that reflected today in the main estimates?

(1205)

Supt Mike O'Beirne:

After PPS was created, the RCMP did provide support for the transition. Human resources were allocated to facilitate that transfer. Those positions are crucial for continuing the transfer of those services from the RCMP to PPS and for consolidating the organizational aspect. So the main estimates contain a request for funding to help PPS consolidate those services going forward.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

In the main estimates, there is an increase of PPS expenditures in terms of personnel. The expenditures, which were $39 million in 2016-2017, will be $45 million in 2017-2018. That is an increase of nearly $6 million for PPS, and that is only in terms of personnel.

Can you tell us whether that amount partially responds to the requests made by the PPS employees' bargaining units? Will that $6-million increase under the “Personnel” category in the main estimates be used to hire more staff? What will it be used for?

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

You have 20 seconds left.

Supt Mike O'Beirne:

Are you asking for clarifications on the 2016-2017 main estimates?

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Yes. In the “Personnel” category, the amount has increased from $39 million to $45 million between 2016-2017 and 2017-2018.

Supt Mike O'Beirne:

Are you asking that we explain that $6-million difference?

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Exactly. There is a $6-million difference between 2016-2017 and 2017-2018. How would you justify that increase?

Supt Mike O'Beirne:

Okay.

I can say again what Mr. Speaker told you this morning. That funding is related to the mobile response team, Senate transfers, operational resources for 180 Wellington Street, the security contract for 90 Wellington Street, a communications specialist, infrastructure agreements between PPS, the Senate and the House of Commons, support services, human resources, compensation, and so on.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Okay. It's mostly.... [English]

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

We'll have to stop it there. We have gone past the time.

What we will do is thank our guests who are here with us now: the Speaker, the Clerk, and others. Thank you, all, for being here.

I see that we have a member, Mr. Chan, who would like to say something briefly before I suspend the meeting to bring forward the next set of witnesses here, the witnesses from Elections Canada.

Have you reconsidered the idea of requiring...?

Mr. Arnold Chan:

No.

First, I want to thank our guests for appearing and for explaining today's estimates.

I just want your direction, Mr. Chair, on whether to move the appropriate motion with respect to the adoption of the main estimates for the House of Commons and the Parliamentary Protective Service now or at the end of the meeting?

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

My intention is to conduct all the votes at the conclusion of the other panel.

Mr. Arnold Chan:

That's fine.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you.

I'll suspend briefly to allow the change of witnesses. Thank you.

(1205)

(1210)

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

I will call the meeting back to order.

I have a point of order.

Mr. Reid.

Mr. Scott Reid:

Thank you.

We are starting 10 minutes late. If we take a further 10 minutes at the end to deal with the item of committee business and go in camera, we are going to have very limited time to deal with Elections Canada. Therefore, I move that we simply deal with Elections Canada until the end of the meeting, leaving enough time for votes on the estimates for Elections Canada and the House of Commons.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you, Mr. Reid.

Because it was on a point of order, of course, I cannot entertain your motion. However, it is something I did intend to raise myself. I had mentioned it earlier. I know it seemed as though the Liberal Party members were the ones who seemed to disagree with the idea of moving that time to Thursday. Maybe they have had a chance to have a discussion.

Is that something you've reconsidered? Do you still feel it's absolutely necessary?

I will point out that, at this point, we'd be left with 37 minutes with the elections officials if we were to have committee business today.

Mr. Arnold Chan:

Could I have two minutes just to give my point? I mean, at the end of the day we decide as a group.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Sorry, Ms. Sahota had her hand up first.

Ms. Ruby Sahota (Brampton North, Lib.):

I just want to say something. We're spending a lot of minutes talking about this back and forth, but maybe we can condense the time from 10 to two minutes. That way we could still save time and move on right now to Elections Canada.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

How do other parties feel about two minutes?

Mr. Scott Reid:

If we come back at two minutes to one, then I'm fine with that.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

That's what we will do, then. Rather than waste any further time, we'll get started.

We have with us, of course, the acting Chief Electoral Officer, Stéphane Perrault. We also have Michel Roussel, the deputy chief electoral officer; and Hughes St-Pierre, the deputy chief electoral officer for internal services.

Monsieur Perrault, I assume you have some opening remarks. If so, I'll let you have the floor to deliver those, and I'll determine in the meantime what we can do for rounds of questioning prior to the need for our committee business.

The floor is yours.

Mr. Stéphane Perrault (Acting Chief Electoral Officer, Elections Canada):

Thank you, Mr. Chair. Thanks for the opportunity to appear to discuss Elections Canada's main estimates for 2017-18.

Before I start, I want to thank the chair and the members of this committee for the work that you have done in reviewing the CEO's recommendations and for reporting on those recommendations. Of course, Elections Canada's staff remains available to assist the committee in this regard.[Translation]

Today, the committee is studying and voting on Elections Canada's annual appropriation, which is $29.3 million. This represents the salaries of approximately 350 indeterminate positions. Combined with the statutory authority, which funds all other expenditures under the Canada Elections Act, our 2017-2018 main estimates total $112.2 million.

During this fiscal year, Elections Canada is working on specific administrative changes to modernize the electoral process to address problems raised by Canadians during recent elections and meet their evolving expectations. I would like to highlight three aspects: voting services, voter registration services, and online services for candidates and political entities.

On voting services, the agency is hoping to see legislation that allows for our proposed new voting services model, which can be adapted to meet the specific needs of each electoral district. I was pleased that this committee agreed to the CEO's recommendations that would allow for the model's implementation. We look forward to the government's response.

In large urban centres, wait time is often an issue for voters, especially at advance polls. In those places, a new voting services model would allow voters to vote at any available table within their polling location, thereby reducing wait times. The new process will also improve working conditions for poll workers by simplifying their tasks and allowing them to take breaks as required, without interrupting the vote.

To implement this new model, election workers will be equipped with electronic poll books. These are applications that will run on tablets or laptops to help election workers manage voters lists, forms and “bingo sheets”. This will replace the cumbersome stacks of paper forms that they currently use and the need to cross voter names off of a paper list with pencil and ruler. It should also significantly reduce record-keeping errors, improve compliance with procedures and increase auditability. I wish to stress that we will retain paper ballots, which will continue to be marked and counted by hand.

We are currently mapping out scenarios for deploying this new voting services model for the 2019 general election, focusing on electoral districts where deployment would bring the most benefit. Deployment decisions will also be informed by a procurement process currently in progress and input from the Advisory Committee of Political Parties.

In more sparsely populated areas, travel time to voting locations, rather than wait time, was one of the main problems reported by Canadians in recent elections. In those areas, instead of introducing technology, we will increase the number of advance polling locations to improve proximity. As well, we will provide returning officers with routing data to support the selection of voting locations. This will help ensure that voters are directed to the polling location that is nearest in terms of travel time.

Since our departmental plan was published, we have decided to set aside one aspect of our transformation agenda—the electronic delivery of special ballots. While we continue to believe that legislation should be amended to provide flexibility in the delivery of special ballots, this is not something we will be pursuing for 2019.

However, based on the success of the pilot project conducted at some 40 post-secondary institutions in 2015, we will increase the number of satellite local offices. These offices will provide information, registration and opportunities for voters away from their electoral district to vote by special ballot.

(1215)

[English]

Our priority for registration services is to increase the coverage and currency of the national register of electors, especially with respect to young voters. For instance, only one quarter—to be precise, 27%—of 18-year-olds are registered, compared with just over 70% for 20-year-olds.

I would note that our recommendations to pre-register 16- and 17-year-olds and to gain access to data from Immigration, Refugees and Citizenship Canada on non-citizens would also improve the coverage and the currency of the national register of electors. These measures are also included in Bill C-33.

In addition, we are working to make online voter registration services more universally accessible, particularly for voters in rural and remote areas who do not have standardized residential addresses and who had trouble using the e-registration function in the last election.

We will also offer an online portal providing a number of services to candidates and political entities. This will include the ability, with proper authentication, to download documents such as maps and voter lists, or to file electronically documents such as nomination papers. I do note that this committee, in its review of the CEO's report, supported the recommendations that will facilitate the electronic filing of nomination papers.

In moving forward with improvements to our service offerings, we will continue to consult with parliamentarians, including this committee, as well as with key stakeholders.

I would note, Mr. Chair, that we traditionally have an informal meeting session in the fall, usually in early September or October when Parliament comes back. I hope that we will have the opportunity in September to look at deployment options for new technology at the polls.

Elections Canada is also in the process of replacing and improving a number of existing systems and services that enable the delivery of modern elections. For the next general election, these include new telecommunications services for local offices and our central contact centres. This includes upgrades and maintenance for our IT network and the progressive implementation of a new solution for hosting our data centres. Upgrades and additional basic functionalities are also required for the system that supports returning officers in the hiring, training, and paying of some 300,000 poll workers in a general election.

These investments will allow Elections Canada to ensure that our IT services remain reliable and secure in this changing environment. We are working with lead security agencies, in particular Communications Security Establishment Canada, to ensure that our infrastructure continues to meet all appropriate security standards and requirements.

Lastly, I would like to touch briefly on the timing of the legislation. I understand that in addition to Bill C-33, the minister intends to introduce legislation related to fundraising activities in the coming weeks. She also indicated before this committee that she intends to introduce other legislative changes in the fall of 2017, building on the CEO's recommendations. The minister recognized the last time she appeared before this committee that Elections Canada needs sufficient time to implement the changes well ahead of the 2019 general election. In this regard, assuming that enabling legislation is enacted by the spring of 2018, this should allow us time to implement our proposed new voting services model and other legislative changes for the next general election.

To conclude, we look forward to the final report from this committee on the review of the CEO's recommendations for improved administration of the Canada Elections Act. As I indicated at the outset, Elections Canada staff remain available to assist the committee in this regard.

Thank you, Mr. Chair. My colleagues and I would be happy to answer any questions from the members of this committee.

(1220)

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

I'm sure there will be plenty of those. Thank you.

What I've decided we'll do is that for the first round we'll go with five-minute rounds. As we get close to the end of the first round, I can determine what time we have left to conduct some form of a second round of questioning.

We'll start with Mr. Simms for five minutes.

Mr. Scott Simms (Coast of Bays—Central—Notre Dame, Lib.):

Thank you, Mr. Chair.

I come at this from a rural angle. I found that in the past two elections, the biggest benefits for people voting were that...and you'll find it increasingly so, especially with the onset of the oil and gas industry, way back when. I know it's in a downturn now, but it's still very important to a lot of rural areas. The idea, when I first started in 2004, was that to vote you'd do a special ballot. What was more beneficial was having the electoral office open, where you were able to vote for the duration of the writ period. There was a huge increase in participation, I think, or it certainly allowed a lot of people to participate.

The only problem with this was that there weren't as many offices where that was available. Is it possible that you could expand that number within one riding, and is it also possible that you could expand that service and keep it for campuses?

Mr. Stéphane Perrault:

Absolutely. That is precisely our plan. That is part of the feedback we also received.

By having satellite offices in addition to the main returning office, we can offer, for the duration of the campaign, voting opportunities by special ballot, whether for people who are within the riding or for people living outside the riding who happen to be there. The voting will be available for all voters, not just at the returning office but at additional satellite offices, very much in the same way it was for post-secondary institutions as a pilot for the last election. We are looking to expand this.

(1225)

Mr. Scott Simms:

I don't have a lot of time. I have five minutes. I want to expand on that, but I think that will suffice. It's nice to hear that. I just want to give you my feedback as well. It has gone a long way.

What stage are you at now with the electronic aspect of it, a portal for candidates? That could certainly go a long way when it comes to downloading materials as opposed to picking up the actual paper copy.

Mr. Stéphane Perrault:

To be quite frank with this committee, we are in the early stages but we plan to engage the advisory committee of political parties, in late June, with various options of this proposal.

Mr. Scott Simms:

Thank you.

Switching gears for a moment, what progress have you made when it comes to the expansion in terms of people who can vote internationally? They were able to go to certain embassies or offices of that nature. Are we going to make any changes for the next election? Do you see any changes to help facilitate people being able to vote in other nations?

Mr. Stéphane Perrault:

There certainly will need to be changes, depending on the fate of Bill C-33, in our outreach and use of social media. That's something we will need to expand.

In terms of the delivery of ballots, people abroad will continue to be able to download application forms, if they've pre-registered, but not ballot kits. This was an initiative we were looking at, to deliver the ballot kits electronically, but we will not be pursuing that for 2019.

Mr. Scott Simms:

I see.

Personally, I think—and obviously you feel the same way—that would go a long way towards that. In any particular nation, if you're in a rural area in that foreign nation, it's incredibly difficult. Hopefully the pending legislation will help make it that much easier, but of course you're also broadening the number of people who are eligible to vote. I hope that moves through.

Finally, I want to talk about something that is problematic, which is the identification of certain voters. Certainly in my riding there are a lot of elderly people who do not have the right identification. This is me speaking now. Have you ever explored the idea that in some provinces—I think in Newfoundland and Labrador you can do this—a person in the polling booth, who is designated as an elections official, can verify the identity of people they know and do that on multiple occasions?

Right now people basically come in and say, “I'd like to vote,” and the elections official says, “You can't.” They say, “But you've known me for 30 years,” and it's “Sorry, you still can't vote.” That's my concern. Have you addressed that in any way, shape, or form?

Mr. Stéphane Perrault:

I agree that's a significant concern. It's particularly offensive when you're in a seniors' home, and you've done some targeted revision and met them a week before. They come to vote, and they have to prove to you again who they are and where they reside, when you're right there in the lobby of the seniors' home.

We have recommendations. In the CEO's recommendations report, there are a number of recommendations to deal with it. One of them, of course, is the issue of using the VIC as proof of address, in combination with another document.

Another recommendation is to allow, in certain circumstances, one person to vouch for more than one person. We've seen in care facilities how a nurse is allowed to vouch, if she or he resides in the district, but for only one person and not for the others in the long-term care facility. There should be some flexibility in the legislation to deal with these very special circumstances, in which, really, there is no concern about the residence of these people.

Mr. Scott Simms:

But outside of—

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Sorry, your time has expired.

We'll move now to Mr. Reid, for five minutes.

Mr. Scott Reid:

Thank you very much.

Thank you for being here, Mr. Perrault. I want to ask you a question regarding Elections Canada's legal expenses.

From 2009 to 2012, Elections Canada was involved in litigation in a case that was formally titled “Canada (Chief Electoral Officer) v. Callaghan”, also known as the “in-and-out” case. On several occasions this committee asked the then CEO, Mr. Mayrand, how much had been spent on that case. I've gone through the different reports, and although the case concluded in 2012, the most recent report we have from Mr. Mayrand actually dates from October 7, 2010, when he said to us, in response to a question from one of my colleagues, “I think last time we reported $1.3 million to the committee, and I think there have been some increases of around $300,000 [since that time].”

A further year and a half went by before it wrapped up. Do you have the final costs for that case?

(1230)

Mr. Stéphane Perrault:

I do not have the final costs with me. I'd be happy to provide them. I understand, Mr. Chair, that the question relates to the Callaghan case, which is the Federal Court case, not any investigation in relation to similar facts. I would be happy to provide the committee with those final numbers.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

You would want to provide that through the clerk.

Mr. Stéphane Perrault:

Absolutely.

I don't have those numbers.

Mr. Scott Reid:

Fair enough. I wouldn't expect you to come equipped with those off the top of your head, although I would have been impressed if you had. Thank you for that.

I asked that question for a reason. The legal costs of the Conservative Party at that time were also well over $1 million. I've heard as high as $2 million. I do know that it was the second highest ongoing expenditure in the inter-election period, when the Conservative Party finally gave up the battle and decided to abandon the case.

At that time, only about $300,000 was actually being contested. Elections Canada, or the commissioner as it may be, had lowered the amount that was in contest to a point where it was significantly below the actual amount then being litigated, but was it necessary to go through that very expensive litigation in order to get that number—the claim about how much the party was illegally claiming—driven down to a $300,000 level?

I raise this for the following reason. At that time, it was never clear to me whether, had I and others tried to assist in paying the Conservative Party's legal costs, Elections Canada would have taken the position that we were making an illegal contribution to the party, or whether they would have said that this is a legitimate exercise of a citizen's right to assist a group with a legal matter. If the latter position would have been taken, then that would have been fine, from my point of view. If the former, then effectively Elections Canada would have been taking the position—I think unintentionally, but that would have been the logical consequence—that Elections Canada can, through its prosecution of fundraising activities, drive any party into bankruptcy, simply by pursuing the enormous costs associated with litigation.

Let me ask you the question now. Should such a situation arise in the future, either with the Conservative Party or any other party, would it be your position that contributions made by private citizens to the legal expenses associated with a matter of this sort would be unlawful contributions to the party?

Mr. Stéphane Perrault:

As the law now stands, any amount of money that is not reimbursable and that is provided to a political party is a contribution under the act. I do know that in the CEO's recommendations there is a recommendation, not for parties but for candidates, to look at exceptions when there is a dispute regarding the campaign so that financial assistance for the cost of litigation may be outside the limits that are currently in the act in terms of expenses. But that recommendation does not deal with political parties.

Mr. Scott Reid:

Thank you.

Just to assist us, would you be able to draw that particular recommendation—I gather that's a recommendation that Elections Canada has made—to the attention of the clerk so he could provide it to all of us? It doesn't have to happen right now; it can happen at any time in the future.

Mr. Stéphane Perrault:

Absolutely.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

You have about 30 seconds, Mr. Reid.

Mr. Scott Reid:

I'll wait until the next round. Thank you.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

No problem.

We'll then move to Mr. Dusseault for five minutes. [Translation]

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Thank you, Mr. Chair.

Thank you to all the witnesses for being here.

First, I want to follow up on what you said in 2016 or 2017. Perhaps it was Mr. Mayrand, but the Chief Electoral Officer indicated that the audits and reimbursements for candidates in the 42nd election would be completed by the end of August 2017, which means in a few months.

Can you update the committee on the progress of this case? What about the finalization of all the reports and the reimbursement of candidates? Can you comment on the compliance rate in the 338 constituencies? Have all the many candidates completed the process in relation to the Elections Canada rules?

(1235)

Mr. Stéphane Perrault:

I'm not sure that I can answer all your questions, but I'll answer some of them.

During the election, there were 1,800 candidates, which is more than usual. The spending was also much higher than usual, because the limits were more than doubled given the duration of the election campaign. Our goal was to finish by mid-August 2017. At that time, we should be almost finished. The people in charge of some campaigns may still have documents to provide.

We've almost finished the reimbursements. We still need to hold discussions on reimbursements for eight campaigns. We've started working with the people in charge of campaigns for which we're owed money. When a candidate has received 10% of the votes, the person is entitled to an initial reimbursement amounting to 15% of the limit. In some cases, given the expenses, this amount is more than the final reimbursement. We're currently collecting overpayments.

Initially, 408 candidates received overpayments. We've collected the money owed by 338 of them. We're currently finalizing this. The work will probably be completed this spring or over the summer.

Afterward, we must take care of the campaigns that involved very little spending. This should be marginal, and we should complete the review by the end of August.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

My other question concerns the legislative changes that I assume are in the process of being adopted. I know we can't make assumptions regarding the results of a vote in the House. However, have you planned any extra spending in light of the legislative changes that will be adopted? Along with the changes currently before the House, other changes could follow in the next year, we hope in time for the election in 2019. Have you planned anything in the 2017-18 main estimates to adapt to these legislative changes?

Mr. Stéphane Perrault:

That's an excellent question.

Obviously, we don't know the scope of the different bills. There seems to be three government bills. We intend to make a submission to the Treasury Board to make sure we have the resources needed to meet the new demands resulting from the legislation. We'll start our work in the summer. We've started looking at this, but we'll work with the Treasury Board Secretariat.

I must add that we currently have needs resulting from different factors. For example, our resources haven't increased since 2008. We've also had to serve 38 additional constituencies. Legislative changes have been made. We're currently under some pressure, and certainly we'll be under more pressure as a result of the legislative changes that will be adopted. Over time, as we become familiar with the scope of the bill, we'll be better able to determine the additional resources required. In due course, we can make a submission to the Treasury Board.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

That's fine.

I now want to talk about something that attracted my attention in the 2017-18 program activities. Regarding the “electoral engagement” category, I don't have the exact definition, and I'm not sure what it means. However, I see there was a $500,000 increase between 2016-17 and 2017-18. Can you explain the increase from $8,723,000 to $9,279,000? Can you comment on this aspect of the 2017-18 main estimates, meaning the $500,000 increase in terms of electoral engagement?

What does “electoral engagement” mean?

Mr. Stéphane Perrault:

Regarding the increase, I'll ask my colleague Mr. St-Pierre to answer the question.

Mr. Hughes St-Pierre (Deputy Chief Electoral Officer, Internal Services, Elections Canada):

Thank you.

Basically, the variations you noted between this year's program amounts and the amounts in previous years are the result of a certain number of projects we're undertaking.

Regarding electoral engagement, different activities will be undertaken. These will be time-limited activities, in the form of projects to support engagement. There will be some research activities to support the committee's work. We're also reviewing our civic education program. These are the expenses reflected. It's a collection of small expenses. I can't think of an activity resulting in a major expense.

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

Thank you.

On the— [English]

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you.

The time for the round has expired.

We will move now to Ms. Tassi for five minutes.

Ms. Filomena Tassi (Hamilton West—Ancaster—Dundas, Lib.):

Thank you, Mr. Chair.

Thank you, Mr. Perrault, for your testimony today and excellent responses to the questions.

I have one area of questioning that I would like to focus on, and that's the youth vote. You mentioned in your testimony the importance of getting younger people at least on notice and on the record, and then following up and getting them to vote.

I had the amazing experience, when I voted this time around, of voting on a campus that was located in my riding. I take it that it was a pilot project. It was very easy. It encouraged students on campus to be aware that an election was on. There was a lot of education going on at the campus. I think it was a fantastic experience all around in terms of student awareness and engagement.

My question relates to moving forward on these particular pilots that were run. I would like your comments on how successful you felt they were. I'm not certain how many of these pilots were run across the country. Was it cost prohibitive, or did you feel the cost was justified? Moving forward, is there any plan to have this be a regular course of action, so that it's no longer a pilot but turns into a regular routine for elections?

(1240)

Mr. Stéphane Perrault:

Absolutely. I think that in terms of the success, we cannot look only at the participation rate. I think you make the very valid point that it was not just a voting opportunity. It was an engagement opportunity. We do know, based on our research, that voters who vote early will tend to continue voting for the rest of their lives.

The number of voters was 70,000. The price of the pilot was $2.6 million. If you look at the ratio of voter to dollar, it's a significant expense, but I don't think this is how it should be measured.

I have the same view with regard to the pre-registration of youth. Should we have that ability? At some point we will have programs going into the schools to pre-register young Canadians. That opportunity should not be looked at merely from the point of view of how many young Canadians we get on the register, but also how many we get to engage and talk about the electoral process and its importance.

I think we have to look at it in a more global way. We do intend to expand the campus opportunities at the next election. As I indicated, we would also have satellite offices outside of campuses for Canadians who may be outside of their district. We certainly will continue to have them on the campuses for the next election.

Ms. Filomena Tassi:

That's fantastic, and I agree completely with everything that you've said.

Could you give me a number? How many campus stations were there across the country?

Mr. Stéphane Perrault:

There were 40 on campuses and at friendship centres. They were mostly on campuses, I think. The vast majority at least were on campuses. We would be looking to expand that where possible.

Ms. Filomena Tassi:

Do you have any idea of the number that you are looking to expand it to?

Mr. Stéphane Perrault:

No, not at this point.

For the most part, in the last election, those institutions that we engaged were responsive. There were a few cases where it was a challenge for various reasons, so we'll try again next time. We'll be happy to come back with some numbers when we're further ahead in our planning.

Ms. Filomena Tassi:

Will the stations that were implemented last time also be implemented next time? You mentioned that there were some challenges. Maybe some of those would be excluded?

Mr. Stéphane Perrault:

I'm not aware of any institution where we would not repeat the experience.

Ms. Filomena Tassi:

Okay, very good.

Those are all my questions, Mr. Chair. Thank you.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you.

We do have some time for a second round, or at least a portion of one. I'll start that second round with Mr. Reid.

You did have a shorter round. I think I'll go with a full five minutes for you, and then we can see where we are.

Mr. Scott Reid:

Thank you.

Mr. Perrault, based on your response last time, I want to confirm your position. Is it Elections Canada's position that under the Canada Elections Act, as it is presently worded, it would be unlawful for any person to assist a political party in deferring the cost of litigation against Elections Canada?

Mr. Stéphane Perrault:

Absolutely.

Mr. Scott Reid:

Okay.

Mr. Stéphane Perrault:

It would be a contribution. Whether it's unlawful or not depends on the amount of the contribution. Any amount of money provided to a party to support any of the party's expenses and activities, not specifically litigation expenses, would be a contribution under the current regime.

(1245)

Mr. Scott Reid:

Okay. Thank you.

I wonder if you're aware of the implication of this. For any party without millions of dollars in its war chest, based on the $2-million cost of that previous round of litigation, this actually means that Elections Canada can, at its sole discretion, put any political party into bankruptcy.

Mr. Stéphane Perrault:

I would hesitate to adopt the assumption that is underlying that question: that Elections Canada would intend to do that. I understand very well, however, the financial pressure that exists on parties, and that would be amplified in the case of expensive litigation.

I think it's an important issue. I certainly share your concern. I do think we have to look at the broader picture and consider whether it is appropriate for significant amounts of money to be provided to a party, whether those amounts should be completely unregulated, or whether there may be a different set of approvals that apply. I think that is something that maybe warrants some consideration.

I don't know that the policy answer to the question is a complete deregulation. There may be ways to calibrate the response.

Mr. Scott Reid:

I appreciate that. First of all, I want to be very clear that I do not mean to suggest that either you or Elections Canada, and certainly not Mr. Mayrand, had that intention. I'm drawing your attention and that of the committee to the fact that this is just the situation as it stands if the law is interpreted as it is. That's very helpful. Actually, that was all I wanted to raise on that topic.

I do have two other things I want to ask you on completely different topics. One is this. The minister has promised to provide two additional pieces of legislation in addition to Bill C-33. Obviously, you have indicated that you would like to have this legislation dealt with and enacted by spring 2018. If you had to rank the importance of these pieces of legislation in terms of which ones you need to deal with most urgently given the follow-through you have to do, would you rank...?

I'm thinking most obviously of the fundraising legislation versus Bill C-33, and the other piece of legislation not yet introduced that will capture other aspects of your report on the 42nd election. From the point of view of your own implementation issues, what priority would you suggest be given to these pieces of legislation?

Mr. Stéphane Perrault:

I must say that I find that question a bit difficult to answer, not having seen the contents of the legislation, and in particular, the CEO recommendations implementation bill. Clearly, any legislation that involves significant technology would require some time for implementation and for testing.

With regard to the fundraising piece legislation, it does involve some changes to the system. That's something that can be done, I think, within a period of six to 12 months. I would have to get back to you on that.

It's not clear to me at this point which is a priority, but when we fix our systems, we do need time to make sure they are running properly.

Mr. Scott Reid:

Thank you very much.

I have 30 seconds here, so I'll just ask this question. I know you can't give a response to us right now. It's more of an invitation.

The minister's mandate letter emphasized the importance of cybersecurity. We just recently had an example of what may become something we'll see frequently in the future: cyber-attacks on various systems. We saw how effective they can be if launched—in the short run, just creating chaos.

You obviously can't answer now, but if you could get back to us in the future with your thoughts on how best to deal with this from an elections point of view, we would be most grateful.

Mr. Stéphane Perrault:

We have worked in the past, and we continue to work, with the Communications Security Establishment. It provides the standards that are appropriate for our services, and we rely on its expertise in terms of the level of security. It's our job to make sure that those standards are met. We are quite happy to have the benefit of that collaboration. This is something we are currently working on, and we are making sure that our system meets those standards.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you. The time has expired.

The next round would have been a Liberal round, but I understand there are no more questions from the Liberal Party.

We are approaching about 10 minutes to one. We have some votes to dispose of, of course, and we will have to suspend briefly to be able to move to the committee business. Unless anyone has something that is burning, that they wanted to raise—I could allow that for just a couple of minutes—then we will move to our votes.

I did see Monsieur Dusseault's hand raise.

I'll give you two minutes. Just keep it brief.

(1250)

[Translation]

Mr. Pierre-Luc Dusseault:

I'll be brief, Mr. Chair.

I want to talk about the new technology that you want to implement, including the technology for the voter registration service. You talked about polling stations, but particularly advance polling stations.

Are by-elections good opportunities for trying these types of models? Were these models applied during the recent by-elections? Do you think it could be worthwhile to do so? How much will it cost?

You talked about equipping election officials with iPads. How much would it cost to purchase or rent these iPads? What form will this take?

Mr. Stéphane Perrault:

We'll need to test the systems. Of course, laboratory simulations will be conducted. Extensive testing must be conducted before the equipment is introduced at polling sites. We may have the opportunity to do so during a by-election. If the opportunity arises, we'll seize it, obviously. However, the opportunity may not arise. What matters is testing the technology.

We're also working with a number of provinces that are currently introducing the same technology. I was able to witness British Columbia's provincial elections last week. In British Columbia, they chose electronic poll books for advance polls and certain transactions for the regular polls. I was pleased to see how smoothly things ran and how comfortable the election workers were with using the electronic poll books. I spoke to a number of election workers who were clearly of retirement age, and they were very comfortable with using the technology. This option is therefore available.

We also worked with people from Elections Ontario during their by-elections. They will hold a general election in about a year, and they intend to deploy the electronic poll book technology at that time.

There are many possibilities, and we'll take advantage of all of them to make sure the technology is in top shape.

Costs will mostly depend on deployment. For the advance polls, at this point, before the procurement process, we're talking about between $6 million and $8.8 million. For the regular polls, the amount is between $20 million and $30 million, according to various deployment scenarios. Again, we'll have the chance to refine these figures as our initiative progresses. [English]

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards):

Thank you for that.

Before I dismiss our witnesses we do have some votes to dispose of, and then we'll suspend to move in camera. I will put those questions now.

Shall vote 1 under House of Commons, vote 1 under Parliamentary Protective Service, and vote 1 under the Office of the Chief Electoral Officer, less the amounts granted in interim supply, carry? HOUSE OF COMMONS ç Vote 1—Program expenditures..........$318,131,715

(Vote 1 agreed to on division) PARLIAMENTARY PROTECTIVE SERVICE ç Vote 1—Program expenditures..........$62,100,000

(Vote 1 agreed to on division) OFFICE OF THE CHIEF ELECTORAL OFFICER ç Vote 1—Program expenditures..........$29,253,454

(Vote 1 agreed to on division)

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards): Shall I report the votes on the main estimates to the House?

Some hon. members: Agreed.

The Vice-Chair (Mr. Blake Richards): Thank you for that.

I will now dismiss our witnesses.

Thank you very much for your statements and the answers to the questions from members. We will suspend briefly to move in camera for our committee business.

[Proceedings continue in camera]

Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre

(1100)

[Traduction]

Le vice-président (M. Blake Richards (Banff—Airdrie, PCC)):

La séance est ouverte.

Avant d'accueillir nos invités, mentionnons que j'ai eu des discussions avec au moins un député de chaque parti. Dès que la sonnerie d'appel se fera entendre tantôt, je demanderai le consentement unanime pour siéger pour au moins 20 minutes encore.

J'espère que cela nous laissera le temps de recevoir les déclarations préliminaires, puis d'accorder peut-être cinq minutes à chaque parti pour les questions. Nous pourrons probablement avoir une ou deux séries de questions avant le vote. Nous serons de retour après le vote et siégerons jusqu'à midi ou, du moins, jusqu'à ce que chaque parti ait pu poser ses questions. Ensuite, nous passerons à notre deuxième heure, avec les fonctionnaires d'Élections Canada.

Il faudrait aussi songer à reporter les travaux du Comité à jeudi, car nous aurons très peu de temps, manifestement, étant donné que notre horaire est déjà comprimé et que nous aurons, bien sûr, un vote à y glisser. Je referai ma proposition le moment venu également.

Dans la mesure où il n'y a pas d'objection, allons-y. Lorsque la sonnerie d'appel retentira, je demanderai le consentement unanime pour...

Je vois des mains se lever.

Monsieur Chan.

M. Arnold Chan (Scarborough—Agincourt, Lib.):

Merci, monsieur le président.

Je proposerais de prendre quelques minutes pour les travaux du Comité. Je sais que nous n'avons pas grand temps, mais j'aimerais au moins déposer la position du gouvernement sur notre façon de traiter les travaux du Comité jeudi.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Quelqu'un d'autre a-t-il des commentaires sur ce point?

Dans ma perspective, ce sont M. Christopherson et moi-même, et d'autres, je pense, qui avons fait valoir à la réunion de la semaine dernière qu'il vaudrait mieux voir où nous en serons après jeudi avant de prendre ces décisions. Évidemment, c'est à l'ordre du jour. Nous laisserons les membres décider alors. La question ne semble pas faire l'unanimité, si bien que nous pourrons en discuter le moment voulu.

Je vais donc accueillir nos invités et lancer les travaux, afin d'entendre au moins certaines des déclarations avant d'avoir à rater...

J'accueille le Président de la Chambre. L'honorable Geoff Regan est ici.

Je vous laisse commencer. Vous pouvez présenter les autres qui ont une déclaration préliminaire.

L'hon. Geoff Regan (président de la Chambre des communes):

Merci beaucoup, monsieur le président.

Mesdames et messieurs, distingués invités, comme Président de la Chambre des communes, je suis heureux d'être de retour devant votre comité pour présenter notre Budget principal des dépenses pour l'exercice 2017-2018.

Je suis tout aussi heureux de présenter le Budget principal des dépenses du Service de protection parlementaire, le SPP, qui assure la sécurité physique dans la Cité parlementaire et sur les terrains de la Colline du Parlement et qui relève de moi et du Président du Sénat à cet égard.

(1105)

[Français]

Je suis accompagné aujourd'hui de M. Marc Bosc, qui est greffier par intérim, de M. Daniel G. Paquette, qui est dirigeant principal des finances... [Traduction]

Le vice-président (M. Blake Richards):

Pardonnez-moi, monsieur le Président.

La sonnerie d'appel vient de retentir. Officiellement, bien sûr, je dois avoir le consentement unanime pour poursuivre.

Avons-nous ce consentement?

Des voix: D'accord.

Le vice-président (M. Blake Richard): Désolé pour l'interruption. Nous vous rendons la parole. [Français]

L'hon. Geoff Regan:

Merci, monsieur le président.

Je suis également accompagné aujourd'hui de M. Mike O'Beirne, qui est surintendant et directeur par intérim du Service de protection parlementaire, ainsi que de M. Robert Graham, qui est agent responsable de l'administration et du personnel, également au sein de ce service.[Traduction]

J'amorcerai la présentation de ce matin en faisant ressortir les principaux éléments du Budget principal des dépenses de 2017-2018 de la Chambre des communes, qui est de 476 millions de dollars, soit 2,7 % de plus que l'année précédente.

Je présenterai ensuite le Budget principal des dépenses du SPP.[Français]

Pour vous aider à suivre la première partie de ma présentation et pour faciliter nos échanges, je vous ai remis un document qui résume les 14 postes figurant dans le Budget principal des dépenses 2017-2018 de la Chambre des communes.

Je vais aborder chacun de ces postes selon l'ordre dans lequel ils apparaissent, ce qui nous laissera, je l'espère, amplement de temps pour en discuter.

Comme vous le constaterez, neuf postes figurent sous la vaste rubrique « Députés, agents supérieurs de la Chambre ainsi que comités, associations et échanges parlementaires ». Plus bas, quatre postes se trouvent sous la rubrique « Administration de la Chambre ». Le dernier, mais non le moindre, est situé sous la rubrique « Régime d'avantages sociaux des employés ».[Traduction]

Tout d'abord, nous avons demandé une augmentation de 1,8 % des budgets de bureau des députés et des budgets des agents supérieurs de la Chambre. Ces augmentations représentent une augmentation permanente de 2,8 millions de dollars, dont la majeure partie est destinée aux budgets de bureau des députés.[Français]

Comme vous le savez, ces budgets permettent aux députés et aux agents supérieurs de la Chambre de disposer des ressources dont ils ont besoin pour exercer leurs fonctions parlementaires au nom des Canadiens. Les rajustements, calculés selon l'indice des prix à la consommation tel qu'il a été mesuré en septembre 2016, devaient entrer en vigueur le 1er avril.[Traduction]

Nous avons aussi demandé une augmentation de 20 % des suppléments des budgets de bureau des députés, qui représente 1,5 million de dollars. Le supplément aide les députés qui représentent des circonscriptions à forte densité de population, de grande superficie, ou éloignées, à répondre aux besoins de leurs concitoyens.[Français]

La liste électorale, que nous utilisons pour calculer le montant du supplément par électeur, a été révisée et publiée par Élections Canada en février 2016. Ce processus a eu lieu après la date limite de présentation du Budget principal des dépenses en 2016-2017. Par conséquent, un rajustement a dû être appliqué au supplément, ce qui a entraîné une diminution de 308 000 $ en 2017-2018 et pour les exercices subséquents.[Traduction]

Plus précisément, les suppléments tiennent compte des défis inhérents au service de circonscriptions plus vastes, à forte densité de population, ou éloignées, ce que les députés, je pense, comprendront. Ils permettent d'établir des règles du jeu équitables de façon à ce que les Canadiens soient bien servis par leur député. Les suppléments ont été augmentés en 2016-2017 et sont entrés en vigueur le 1er avril 2016.[Français]

À cette date également, les indemnités de session et la rémunération supplémentaire des députés ont augmenté de 1,8 %, ce qui reflète les rajustements effectués chaque année, le 1er avril, en fonction de l'augmentation moyenne des salaires canadiens résultant des principales ententes conclues dans le secteur privé. Il s'agit d'une augmentation permanente de 1,1 million de dollars pour 2016-2017.

(1110)

[Traduction]

Le prochain poste présente un rajustement de 743 000 $ du Compte de frais de déplacement pour 2013-2014 et 2015-2016. Plus précisément, l'augmentation correspond aux montants totaux que le Bureau de régie interne a approuvés pour une période de quatre ans, mais qui ne figurent pas encore dans le Budget principal des dépenses. Avec cette augmentation, les budgets principaux et les allocations approuvées seront désormais alignés.[Français]

J'attire maintenant votre attention sur les quatre prochains postes, lesquels sont liés aux associations parlementaires et aux conférences.

Permettez-moi d'abord d'exposer le contexte général.

Comme vous le savez peut-être, la Chambre des communes et le Sénat se partagent les fonds rattachés à ces postes. Ainsi, le financement dont je parlerai dans quelques instants représente la portion de 70 % du budget total dont la Chambre est responsable. La portion restante de 30 % est payée par le Sénat.[Traduction]

Les parlementaires canadiens ont été de plus en plus souvent appelés à prendre des engagements à l'international. C'est ce que j'entends souvent des délégations étrangères, des ambassadeurs et des hauts commissaires qui viennent me voir. Alors que les pressions s'intensifient à cet égard depuis un certain temps, elles sont devenues plus courantes récemment.[Français]

Le financement alloué à ce travail important est demeuré relativement stable pendant plusieurs années. Toutefois, une réduction importante en 2013 ainsi que l'augmentation des cotisations et d'autres coûts, y compris les déplacements, ont entravé les activités des associations.[Traduction]

Et c'est sans compter le nombre sans précédent de nouveaux parlementaires, dont beaucoup souhaitent jouer un rôle au sein des 12 associations parlementaires qui appuient les efforts du Canada sur la scène internationale. Pour toutes ces raisons, le bureau a accepté récemment une recommandation du Conseil interparlementaire mixte d'augmenter de 700 000 $ sa part du financement permanent des associations parlementaires du Canada.[Français]

De même, le Canada accueillera en novembre la Conférence mondiale des jeunes parlementaires de l'Union interparlementaire. En appui à cette conférence, qui réunit les jeunes parlementaires les plus brillants afin de relever les défis pressants auxquels les démocraties font face à l'échelle du monde, une augmentation temporaire de 324 000 $ du financement a été demandée.

Le Parlement du Canada accueillera également deux conférences importantes au deuxième semestre de 2018.[Traduction]

La 64e session annuelle de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN aura lieu chez moi à Halifax en novembre 2018. Des députés de toute l'Alliance atlantique se réuniront pour discuter de questions importantes touchant la sécurité. Pour appuyer les premiers préparatifs de cet événement d'importance, nous avons demandé 72 000 $ de financement temporaire pour l'exercice 2017-2018.

De même, l'an prochain, en juillet, Ottawa sera l'hôte de la 56e conférence régionale de l'Association parlementaire du Commonwealth. Les délégués auront probablement presque autant de plaisir que s'ils venaient à Halifax. La conférence rassemblera des parlementaires de tout le Commonwealth pour promouvoir la coopération et la saine gouvernance. Pour en faciliter la tenue, nous avons aussi demandé 19 000 $ de financement temporaire pour 2017-2018.[Français]

Je crois que je parle au nom de bon nombre d'entre vous aujourd'hui en disant que nous sommes impatients de voir les résultats du travail de nos associations parlementaires au cours des 12 prochains mois et des années à venir.

Je passe maintenant au groupe de postes figurant sous la rubrique générale « Administration de la Chambre des communes ».

Comme vous le savez, l'Administration joue un rôle essentiel pour appuyer le travail de chaque député et celui de l'institution, notamment en assurant notre sécurité collective en partenariat avec le Service de protection parlementaire ou le BSI.[Traduction]

Le Bureau de la sécurité institutionnelle — le BSI en bref — est responsable de la sécurité de la Chambre des communes, de la gestion des projets d'infrastructure de sécurité, de la réalisation d'enquêtes, de la coordination de l'accès des visiteurs et de l'accès aux événements, de la délivrance des accréditations de sécurité, de la sensibilisation à la sécurité et de l'administration des services de stationnement.[Français]

De plus, le BSI établit et met en oeuvre des politiques, des normes et des processus en matière de sécurité pour l'ensemble de la Chambre en vue de prévenir et de déceler les menaces et les risques de sécurité et d'y donner suite.

Depuis le lancement en 2015 du modèle de sécurité intégrée, en partenariat avec le SPP, notre compréhension des rôles et responsabilités que se partagent le BSI et le SPP a évolué.

(1115)

[Traduction]

Par conséquent, et pour mieux assurer notre sécurité, nous avons demandé une augmentation permanente de 3,6 millions de dollars du budget du BSI, en plus d'une augmentation temporaire de 69 000 $ en 2017-2018. Le financement temporaire permettra de rémunérer le nouveau personnel et de payer les nouveaux locaux. Il convient de noter que les mesures de renforcement de la sécurité définies en 2016-2017, que je vous ai présentées lors de ma dernière comparution devant votre comité sont soit en cours soit en voie d'achèvement. Nous sommes donc sur la bonne voie.[Français]

La Chambre des communes et son partenaire Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC, sont également sur la bonne voie au chapitre des projets de rénovation et de réfection en cours dans la Cité parlementaire. À cette fin, nous avons demandé une augmentation de 2,4 millions de dollars en financement temporaire pour maintenir et, à plus long terme, remplacer les biens essentiels liés à la technologie de l'information, pour transférer la responsabilité du Programme de l'équipement et des éléments de connectivité des édifices de SPAC à la Chambre des communes, et pour mieux satisfaire aux exigences des bâtiments propres à notre institution.[Traduction]

La rémunération dans le cadre du Programme des pages, qui donne aux meilleurs étudiants de tout le Canada la chance d'appuyer les travaux de la Chambre et de se trouver aux premières loges du processus législatif, représente une augmentation générale permanente de 60 000 $, à compter de cette année. Cette augmentation correspond à l'augmentation moyenne des frais de scolarité et de résidence à l'Université Carleton et à l'Université d'Ottawa et est réexaminée chaque année.

Je profite de ce que nous parlons du Programme des pages pour dire toute la satisfaction que nous avons tirée en apprenant que l'Administration de la Chambre a été reconnue comme lieu de travail exceptionnel pour les jeunes talents canadiens au concours national des 100 meilleurs employeurs de cette année, et qu'elle a été nommée le meilleur employeur de la région... Excusez-moi, « un des meilleurs employeurs ». Bon sang, nous ne sommes pas les seuls, mais c'est quand même bon.

Des voix: Oh, oh!

L'hon. Geoff Regan: Bien sûr, nous le savons depuis toujours, mais la reconnaissance publique du projet des 100 meilleurs employeurs de cette année nous a fait bien du bien.[Français]

Autre fait saillant: l'ouverture de l'édifice Sir-John-A.-Macdonald, ou SJAM, comme nous l'appelons affectueusement, et de l'édifice Wellington, plus récemment, a entraîné une diminution de 99 000 $ du Budget principal des dépenses de cet exercice. Ce montant représente le financement préalablement approuvé et temporaire qui a servi à payer les frais non récurrents découlant des phases de rénovation et de réfection de ces projets très réussis et maintenant achevés.[Traduction]

Je me ferai un plaisir de répondre à vos questions concernant le Budget principal des dépenses de la Chambre des communes, mais, avant, je vais vous présenter le Budget principal des dépenses du Service de protection parlementaire, le SPP.

Je commencerai par un survol de la demande de Budget principal des dépenses du SPP pour l'exercice 2017-2018, au montant total de 68,2 millions de dollars. Cela comprend une composante de budget votée de 62,1 millions de dollars et une exigence budgétaire statutaire de 6,1 millions de dollars pour le Programme des avantages sociaux des employés. Cette demande de Budget principal des dépenses pour 2017-2018 représente une augmentation de 5,8 millions de dollars par rapport à la demande concernant le Budget principal des dépenses du SPP pour 2016-2017.[Français]

En plus du budget permanent voté de 56,3 millions de dollars, approuvé lors de la demande du Budget principal des dépenses de 2016-2017 et établi par le projet de loi C-59, le SPP souhaite obtenir une somme additionnelle de 5,8 millions de dollars en financement permanent afin de soutenir de manière continue la mise en oeuvre d'améliorations à la sécurité et de stabiliser davantage la structure organisationnelle.

(1120)

[Traduction]

Les événements du 22 octobre 2014 ont donné lieu à plusieurs bilans entourant l'incident, d'où sont sorties 161 recommandations pour l'amélioration de la sécurité sur la Colline du Parlement. Le SPP a reçu une approbation de financement en septembre 2016 pour lancer son initiative du Groupe mobile d'intervention.[Français]

La mise en oeuvre de cette initiative fera que bon nombre des 161 recommandations seront suivies et aidera à rehausser la capacité de réaction globale du SPP.

Le SPP demande 1,2 million de dollars en financement permanent afin de poursuivre la mise en oeuvre de cette initiative et de satisfaire aux besoins qui y sont liés.[Traduction]

Dans le but d'offrir un appui continu aux initiatives d'amélioration de la sécurité du Sénat qui ont été préalablement approuvées, nous transférerons un financement supplémentaire de 787 000 $ au SPP en raison de son alignement direct avec le mandat du SPP.

Le SPP demande également un financement permanent de 3 millions de dollars afin de stabiliser la situation en matière de protection de l'édifice Wellington, qui vient de rouvrir ses portes, et pour garantir le respect des arrangements déjà pris avec des tiers pour la sécurité dans l'ensemble de la Cité parlementaire.[Français]

Compte tenu de l'augmentation prévisible du nombre de visiteurs attendus à la Cité parlementaire et sur les terrains de la Colline du Parlement lors des célébrations du 150e anniversaire du Canada, la somme de 400 000 $ en financement temporaire est requise pour couvrir les coûts de l'installation de contrôle des sacs au 90, rue Wellington durant l'année 2017-2018.

Non seulement cette demande de renouvellement du financement temporaire servira à optimiser l'expérience des visiteurs, mais elle permettra également au SPP d'évaluer l'efficacité, la faisabilité et la viabilité à long terme de cette installation. [Traduction]

Le total cumulatif de cette demande est de 5,3 millions de dollars pour les nouvelles initiatives et celles déjà approuvées pour l'amélioration de la sécurité dans l'ensemble de la Cité parlementaire et sur les terrains de la Colline du Parlement.

En plus des demandes de financement susmentionnées pour les initiatives d'améliorations opérationnelles, le SPP demande une augmentation de financement permanent de 886 000 $ pour plusieurs besoins de services internes. Cela comprend le financement pour des ressources à temps plein en communications pour subvenir aux besoins du SPP en matière de messagerie interne et externe, avec le financement nécessaire pour satisfaire aux accords sur les niveaux de service existants avec l'Administration de la Chambre pour la prestation de services de ressources humaines et de technologie de l'information.[Français]

Le SPP demeure résolu dans son engagement à fournir l'excellence opérationnelle dans la prestation de services de sécurité professionnels partout dans la Cité parlementaire et sur les terrains de la Colline du Parlement.[Traduction]

Afin de rehausser davantage l'efficience et l'efficacité de son modèle de prestation de services, le SPP mettra l'accent sur la mise en oeuvre continue des initiatives d'optimisation des ressources déjà existantes et à venir, sur la détermination de nouvelles possibilités pour maximiser l'innovation et sur une collaboration renforcée avec ses divers partenaires parlementaires.[Français]

Voilà qui conclut ma présentation.[Traduction]

Mon équipe et moi sommes à votre disposition pour répondre à vos questions.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci, monsieur le Président.

Vu la durée de l'exposé — que nous avons bien apprécié, soit dit en passant, car il était très complet — et vu notre horaire serré, pour l'instant, plutôt que de passer aux questions — ce qui serait abuser un peu de notre chance — je pense que nous devrions garder les questions jusqu'après les votes. Cela nous donnera une quinzaine de minutes, soit cinq minutes par chaque parti.

Je demanderai à nos invités de rester ou de revenir dès la fin des votes. Je sais que certains d'entre vous, bien sûr, sont tenus, comme nous, d'être là-bas. Je demanderai à tous les membres de revenir aussitôt que possible, et nous reprendrons nos travaux sans tarder. Cela nous obligera probablement quand même à continuer un peu après midi.

Je crois savoir, monsieur le Président, que vous pourriez rester pour quelques minutes seulement après midi.

Bien sûr, nous devrions alors commencer par les fonctionnaires d'Élections Canada. Je demanderais à mes amis libéraux de repenser à l'idée de reporter les travaux du Comité à jeudi. Autrement, nous serons très pressés par le temps avec les fonctionnaires d'Élections Canada. Si nous n'avons pas le consentement sur ce point, nous devrons mettre fin à cette série de questions. Je rajusterai tout simplement les séries de questions en conséquence. Vous pourrez me voir avant et après les votes et me dire si c'est possible, et nous rajusterons les séries des questions selon la décision qui sera prise.

À ce stade-ci...

Je vous donnerai la parole, monsieur Reid, mais tâchez d'être très bref. Je ne veux pas abuser de notre chance.

(1125)

M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Kingston, PCC):

Pour faire écho à ce que vous venez de dire, au nom de l'opposition, je demanderais que nous reportions les questions d'horaire à jeudi. Autrement, il sera très difficile d'interroger correctement et à fond le directeur général des élections par intérim.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci.

Je suspends maintenant la réunion. Nous serons de retour dès que possible après les votes.

(1125)

(1150)

Le vice-président (M. Blake Richards):

Nous reprenons notre séance. Bienvenue à tout le monde.

Allons-y avec les questions pour le Président, avant d'entendre nos fonctionnaires d'Élections Canada.

Commençons par le parti libéral et M. Graham.

M. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Merci.

Merci, monsieur le Président, de vous joindre à nous après la sonnerie d'appel et merci de votre excellent résumé, qui explique bien ce budget des dépenses. Il est utile de tout le traduire en anglais.

Le Programme des pages est vraiment exceptionnel. Vous vous rappellerez peut-être que ma fille s'y est jointe brièvement à l'Halloween de l'an dernier. Je l'ai habillée.

Des voix: Oh, oh!

L'hon. Geoff Regan: C'est vrai.

M. David de Burgh Graham: Personne ne sera surpris de voir que mes questions s'adressent principalement au surintendant O'Beirne.

Disons les choses comme ceci. Nous avons remarqué un changement récemment dans l'uniforme de nos collègues, que nous avons vus avec des couvre-chefs et des autocollants « Respect ». Pourriez-vous décrire votre relation avec les syndicats du SPP et nous dire quand nous devrions voir le dénouement du conflit évident actuel.

Surint. Mike O'Beirne (directeur par intérim, Service de protection parlementaire):

Merci.

Monsieur Graham, d'entrée de jeu, je dirai qu'au SPP, vraiment, notre force, c'est notre personnel. Le regroupement des trois entités distinctes lors de la création du SPP a uni les connaissances institutionnelles et l'expérience. Rien de tout cela ne nous a échappé. Nous tenons compte de tout cela à chaque étape de notre progression comme entité.

Pour répondre à votre question précise, je vous dirai ceci. Comme vous le savez, la création du SPP a regroupé trois unités de négociation collective: l'Association des employé(e)s du Service de sécurité du Sénat, l'Association des employé(e)s du Service de sécurité de la Chambre des communes et l'Alliance de la Fonction publique du Canada. Depuis la création du SPP, nous croyons qu'il vaudrait mieux pour nos opérations — notre concept des opérations et des employés — qu'il y ait une seule unité de négociation. Cela rejoint nos objectifs d'unification effective de tout le personnel du service sous un même parapluie opérationnel, en vue d'un but commun.

Les associations ont une autre perspective, comme elles en ont certainement le droit. Elles préfèrent deux unités de négociation. Conformément à la loi créant le SPP, le SPP et les associations ont chacun soumis une demande à la Commission des relations de travail et de l'emploi dans la fonction publique au sujet du nombre. Actuellement, nous en avons trois. Nous attendons respectueusement une décision, que nous espérons recevoir dans les mois à venir.

Quant aux enjeux que vous avez soulevés, il a été question d'une possible rencontre entre le SPP et les associations. Dans notre perspective, le SPP préférerait continuer de se réunir avec les trois unités de négociation, vu que nous partageons les mêmes intérêts et les mêmes buts. Par le passé, les unités de négociation n'étaient pas toutes d'accord sur cette approche, et nous n'avons pas toujours réussi à les faire participer à certaines des réunions conjointes organisées par le SPP. Nous comprenons que certaines préféreraient des rencontres individuelles. Il est très complexe de le faire tout le temps. Par exemple, pour exactement le même problème, nous devons souvent tenir trois réunions différentes avec trois associations différentes pour discuter de la même chose.

Je peux vous assurer que la force du SPP, c'est son personnel, et nous ne l'oublions pas. Nous ne ratons aucune occasion de communiquer avec lui, soit par les associations soit directement.

Je pourrais peut-être terminer en vous disant que, au-delà des points de vue que nous ne communiquons pas, il y en a un autre selon lequel le SPP ne participera pas à des négociations collectives. Sur la question des autocollants, je répondrai dans cette perspective. La convention collective de l'Association des employé(e)s du Service de sécurité a bel et bien expiré, et ce syndicat nous a demandé d'ouvrir les négociations collectives. Selon l'avis juridique reçu par le SPP, nous ne pouvons commencer à négocier de quelque manière avec aucune des unités de négociation avant que la commission des relations de travail n'ait pas rendu sa décision sur le nombre effectif d'unités de négociation qu'elle jugerait indiqué.

Encore une fois, l'avis juridique que le SPP a reçu diffère de celui de l'Association des employé(e)s du Service de sécurité. À cette fin, je dirai que ce n'est pas une question de stratégie ou de tactique, mais uniquement de ce que nous croyons légal. Parce que les avis ne concordent pas, nous avons demandé à la commission des relations de travail de décider si nous devrions ou pas négocier dans le contexte actuel, et nous attendons avec impatience ses décisions à ce sujet.

(1155)

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci beaucoup, le temps est expiré pour cette série de questions.

J'ai laissé aller les choses quelques secondes de plus, mais je vais être très strict sur les délais, étant donné notre horaire comprimé d'aujourd'hui. Je rappellerai aux membres, avant de passer à notre prochaine série de questions, que l'utilisation d'accessoires, comme à la Chambre, n'est pas permise dans les salles de réunion des comités.

Je donne la parole à M. Schmale, pour cinq minutes.

M. Jamie Schmale (Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, PCC):

Je vous remercie, monsieur le président. Je vais régler mon minuteur afin de respecter le délai fixé.

Monsieur le Président et autres témoins, je vous remercie beaucoup pour le temps que vous nous accordez. Mes questions s'adresseront au surintendant O'Beirne, si vous permettez.

En ce qui concerne le SPP, combien de postes vacants y a-t-il actuellement au sein du personnel sur le terrain?

Surint. Mike O'Beirne:

Je vais demander à monsieur Graham, qui est à mes côtés, de répondre à cette question dans quelques instants, car il pourra peut-être préciser leur nombre.

Comme vous le savez, l'attitude a changé depuis l'incident du 22 octobre 2014. Depuis la création du SPP, nous travaillons fort avec nos partenaires afin de déterminer le nombre qui conviendrait. Nous continuons de travailler aux côtés de nos partenaires pour arriver à mieux comprendre la vision et le plan à long terme, les heures d'ouverture et de fermeture des édifices, afin, encore une fois, d'établir quel est le nombre approprié. Nous sommes sensibles au fait que nos effectifs font de gros efforts pour réaliser un objectif commun.

Quant au répit à court terme, je peux vous dire que nous avons une classe de diplômés parmi nos recrues, des membres du SPP qui ont obtenu leur diplôme hier. Une autre classe entrera en fonction au milieu de juin, ce qui nous amènera un soutien grandement nécessaire. Nous prévoyons que ces recrues atteindront le nombre de 40 en tout. Comme l'a indiqué le Président dans le Budget principal des dépenses, nous obtenons les crédits nécessaires pour doter 45 postes de plus au 180 Wellington. Ce sont là des mesures qui nous placent en position favorable pour le futur.

Je vais céder la parole à M. Graham afin qu'il procède à davantage d'analyse.

M. Robert Graham (officier responsable de l’administration et du personnel, Service de protection parlementaire):

Je veux m'assurer de vous revenir avec les faits. Nous revenons jeudi. Je peux vous apporter alors les chiffres précis. Comme l'a dit le surintendant O'Beirne, nous avons des postes vacants que nous sommes en train de combler. Un nouveau groupe de recrues a débuté cette semaine et nous sommes heureux de les accueillir dans nos rangs.

M. Jamie Schmale:

Vous me pardonnerez de vous couper la parole, sans vouloir vous offenser. Il ne me reste que trois minutes et j'ai encore beaucoup de questions à poser.

Estimez-vous que vous comblez les postes vacants aussi vite que possible? Si je me fie aux rumeurs, beaucoup d'employés sont obligés de faire des heures supplémentaires et les postes vacants ne sont pas comblés assez vite pour répondre à la demande existant ici.

Surint. Mike O'Beirne:

Le recrutement, l'embauche et la formation forment un cycle de huit mois environ, ce qui nous oblige en effet à forcer la note et à prévoir de futurs besoins. Comme je l'ai indiqué, nous tentons de nous adapter le plus vite possible aux futurs besoins connus. Nous avons un taux d'attrition également auquel nous portons toujours attention.

Pour répondre à votre question sur les heures supplémentaires, vous me permettrez d'extrapoler à partir de ce que j'ai pu observer concernant les trois unités de négociation que nous avons. Il y a des limites à respecter avec ces trois unités, soit deux associations et un syndicat, auxquelles nous devons être attentifs. Il y a quelques contraintes et restrictions opérationnelles actuellement en vigueur dans ce contexte.

(1200)

M. Jamie Schmale:

Il me reste à peine une minute et beaucoup de questions, donc je vous demande de me pardonner si je vais un peu vite.

Je veux simplement m'informer au sujet des sommes supplémentaires inscrites au budget, par exemple les 5,8 millions de dollars de financement permanent, et confirmer le tout auprès de vous. Je veux confirmer que le plan consiste à faire des opérations, et non de l'administration, une priorité. À mes yeux, on destine cet argent au renforcement du travail de terrain en lieu et place des tâches de gestion. Pouvez-vous confirmer que c'est là une priorité?

Le vice-président (M. Blake Richards):

Vous avez 30 secondes pour répondre.

Surint. Mike O'Beirne:

C'est bel et bien une priorité, et c'est ce que nous proposons. Comme vous le savez, le SPP a été créé grâce à la mise en commun du personnel en première ligne. Nous travaillons fort de nouveau pour que le volet interne de la Chambre s'occupe du gros travail dans les coulisses.

Monsieur Graham.

M. Robert Graham:

Oui, les tâches administratives visent à embaucher les personnes nécessaires au soutien des opérations et à offrir la souplesse nécessaire pour procurer aux opérations les ressources dont elles ont besoin.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Pardon, monsieur Schmale, le temps est écoulé.

Monsieur Dussault, vous avez la parole. [Français]

M. Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke, NPD):

Merci, monsieur le président.

Merci à nos invités d'être ici aujourd'hui.

J'aimerais d'abord me tourner vers vous, monsieur O'Beirne. Il me semble que vous êtes le centre de l'attention, aujourd'hui. J'ai une question très simple pour vous: qui est votre patron et de qui relevez-vous?

Surint. Mike O'Beirne:

À la suite des changements apportés à la Loi sur le Parlement du Canada, le Service de protection parlementaire, ou SPP, a été créé. Je peux vous dire que cela a amené, par la suite, la création du[Traduction]protocole d'entente.[Français]

Selon ce protocole d'entente, je relève des Présidents du Sénat et de la Chambre des communes pour tous les aspects qui concernent la sécurité dans la Cité parlementaire et sur la Colline du Parlement ainsi que les politiques en la matière. Toutefois, sur le plan opérationnel, je relève du commissaire de la GRC.

M. Pierre-Luc Dusseault:

Vous relevez donc de deux organismes: la GRC et les deux Présidents.

Je vais justement me tourner vers le Président de la Chambre des communes.

Depuis ces changements, la relation avec la GRC s'est-elle améliorée? La GRC comprend-elle mieux l'aspect particulier de la Chambre des communes, par exemple la question des privilèges parlementaires? Pouvez-vous commenter sur ce qui s'est déroulé depuis les changements de 2015?

L'hon. Geoff Regan:

Je remercie l'honorable député de sa question.

J'ai, et je pense que c'est le cas également de l'Administration de la Chambre des communes, de très bonnes relations avec le surintendant O'Beirne, qui occupe le poste de directeur du SPP, et avec le SPP en général. Les relations ont évolué et nous continuons de travailler ensemble pour mieux nous connaître les uns les autres. Comme vous le savez, l'Administration de la Chambre n'a pas nécessairement les mêmes capacités que le SPP et que son directeur. Cela dit, je trouve que cela va très bien.

M. Pierre-Luc Dusseault:

Monsieur O'Beirne ou monsieur le Président de la Chambre, j'aimerais vous entendre parler de la période de transition.

Quand vous avez comparu devant le Comité, vous avez dit que certains services qui étaient auparavant fournis par la GRC seraient dorénavant fournis par le SPP, qu'il allait y avoir une période de transition et que cela allait peut-être se refléter dans une augmentation du budget des dépenses.

Est-ce le cas maintenant? A-t-on procédé au transfert de tous les services de la GRC qui doivent maintenant être rendus par le SPP? Si oui, cela se reflète-t-il aujourd'hui dans le Budget principal des dépenses?

(1205)

Surint. Mike O'Beirne:

À la suite de la création du SPP, il y a effectivement eu un soutien de la GRC pour la transition. Des ressources humaines ont été affectées afin de faciliter ce transfert. Ces postes sont primordiaux pour continuer la transition de ces services de la GRC vers le SPP et pour consolider le côté organisationnel. Ainsi, dans le Budget principal des dépenses, il y a une demande de fonds prévus pour aider le SPP à consolider ces services dans l'avenir.

M. Pierre-Luc Dusseault:

Dans le Budget principal des dépenses, il y a une augmentation des dépenses du SPP en ce qui touche le personnel. Les dépenses, qui étaient de 39 millions de dollars en 2016-2017, passent à 45 millions de dollars en 2017-2018. C'est une augmentation de près de 6 millions de dollars pour le SPP, et ce, seulement en ce qui touche le personnel.

Pouvez-vous dire si cette somme répond en partie aux demandes qui ont été faites par les unités de négociation des employés du SPP? Cette augmentation de 6 millions de dollars qui apparaît dans la catégorie « Personnel » du Budget principal des dépenses servira-t-elle à embaucher plus de personnel? En fait, à quoi cela servira-t-il?

Le vice-président (M. Blake Richards):

Il reste 20 secondes.

Surint. Mike O'Beirne:

Vous demandez des clarifications sur le Budget principal des dépenses 2016-2017?

M. Pierre-Luc Dusseault:

Oui. Dans la catégorie « Personnel », le montant est passé de 39 millions de dollars à 45 millions de dollars entre 2016-2017 et 2017-2018.

Surint. Mike O'Beirne:

Vous demandez qu'on vous explique cette différence de 6 millions de dollars?

M. Pierre-Luc Dusseault:

C'est exact. Entre 2016-2017 et 2017-2018, il y a une différence de 6 millions de dollars. Comment justifiez-vous cette augmentation?

Surint. Mike O'Beirne:

D'accord.

Je peux vous redire ce que M. le Président a présenté ce matin. Ces fonds sont liés à l'initiative de l'Équipe mobile d'intervention, aux transferts du Sénat, aux ressources opérationnelles pour le 180, rue Wellington, au contrat de sécurité pour le 90, rue Wellington, à un spécialiste en communications et à des ententes entre le SPP et le Sénat ainsi que la Chambre des communes concernant l'infrastructure, les services de soutien, les ressources humaines, les compensations, et ainsi de suite.

M. Pierre-Luc Dusseault:

D'accord. C'est surtout... [Traduction]

Le vice-président (M. Blake Richards):

Nous devons nous arrêter. Nous avons dépassé le temps prévu.

Nous remercions les témoins qui se sont déplacés, soit le Président, le greffier et les autres. Nous vous remercions tous.

Je vois qu'un de nos membres, M. Chan, veut dire quelques mots avant que je ne suspende la séance, le temps que le prochain groupe de témoins s'installe, soit les représentants d'Élections Canada.

Avez-vous reconsidéré l'idée d'exiger...

M. Arnold Chan:

Non,

Je souhaite avant tout remercier les témoins d'avoir répondu à notre convocation et d'avoir expliqué les prévisions budgétaires sur lesquelles nous nous penchions aujourd'hui.

Je veux simplement recevoir vos instructions, monsieur le président, quant au dépôt de la motion visant à faire adopter le Budget principal des dépenses de la Chambre des communes et du Service de protection parlementaire; on le fait maintenant ou à la fin de la séance?

Le vice-président (M. Blake Richards):

J'ai l'intention de procéder à tous les votes après avoir entendu le prochain groupe d'experts.

M. Arnold Chan:

Parfait.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci.

La séance est suspendue un court moment, le temps que les nouveaux témoins prennent place. Je vous remercie.

(1205)

(1210)

Le vice-président (M. Blake Richards):

La séance reprend.

On invoque le Règlement.

Monsieur Reid.

M. Scott Reid:

Merci.

Nous commençons avec 10 minutes de retard. Si nous consacrons 10 autres minutes à la fin de la réunion pour traiter des affaires du Comité à huis clos, nous aurons très peu de temps pour nous occuper d'Élections Canada. Je propose donc que nous nous occupions d'Élections Canada jusqu'à la fin de la réunion, en réservant assez de temps pour voter les crédits d'Élections Canada et de la Chambre des communes.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Je vous remercie, monsieur Reid.

Parce qu'on a invoqué le Règlement, bien sûr, je ne peux recevoir de motion. Par ailleurs, je voulais moi-même soulever la question. J'en ai fait mention plus tôt. Je sais qu'on aurait dit que les libéraux étaient ceux qui désapprouvaient l'idée de reculer cette période à jeudi. Peut-être qu'ils ont eu l'occasion d'en parler.

Est-ce que vous avez reconsidéré la question? Avez-vous le sentiment que c'est absolument nécessaire?

Je fais remarquer qu'à ce stade, nous n'aurons que 37 minutes à notre disposition pour discuter avec les représentants officiels d'Élections Canada, si nous maintenons les affaires du Comité à l'ordre du jour.

M. Arnold Chan:

Pouvez-vous m'accorder deux minutes pour que je fasse une remarque? Après tout, au bout du compte, nous prenons une décision collective.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Pardon, Mme Sahota a demandé la parole avant vous.

Mme Ruby Sahota (Brampton-Nord, Lib.):

Je veux simplement intervenir. Nous gaspillons beaucoup de minutes à débattre de ce sujet, alors qu'on pourrait réduire le temps alloué de 10 minutes à deux minutes. On pourrait ainsi gagner du temps et passer tout de suite au témoignage d'Élections Canada.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Que pensent les autres partis de ces deux minutes?

M. Scott Reid:

Si nous reprenons à midi cinquante-huit, alors je suis d'accord.

Le vice-président (M. Blake Richards):

C'est ce qu'on va faire, alors. Au lieu de continuer à perdre notre temps, nous allons commencer.

Nous accueillons maintenant, bien sûr, Stéphane Perrault, directeur général des élections par intérim. Il est accompagné de Michel Roussel, sous-directeur général des élections, et de Hughes St-Pierre, sous-directeur général des élections, Services internes.

Monsieur Perrault, je suppose que vous avez des observations liminaires à nous communiquer. Si c'est le cas, je vous laisse la parole. Pendant ce temps, je déciderai de ce que nous ferons pour les questions avant d'être obligés de passer aux affaires du Comité.

Vous avez la parole.

M. Stéphane Perrault (directeur général des élections par intérim, Élections Canada):

Je vous remercie, monsieur le président. Je suis heureux d'avoir l'occasion de venir discuter du Budget principal des dépenses 2017-2018 d'Élections Canada.

Avant tout, je tiens à remercier le président et les autres membres du Comité du travail accompli en étudiant les recommandations du directeur général des élections et en rendant compte de ces recommandations. Le personnel d'Élections Canada reste bien sûr à votre disposition à cet égard.[Français]

Aujourd'hui, le Comité se penchera et se prononcera sur le crédit annuel de 29,3 millions des dollars pour Élections Canada. Ce montant représente les salaires d'environ 350 postes permanents. Avec notre autorisation législative qui couvre les autres dépenses engagées en vertu de la Loi électorale du Canada, notre Budget principal des dépenses pour 2017-2018 s'élève à 112,2 millions de dollars.

Au cours de l'exercice financier, Élections Canada travaillera à la modernisation du processus électoral afin de corriger les problèmes signalés par les Canadiens lors de la dernière élection et de répondre à leurs nouvelles attentes. Je mentionnerai aujourd'hui trois aspects: les services électoraux, les services d'inscription des électeurs et les services en ligne pour les candidats et les entités politiques.

Tout d'abord, nous espérons qu'un projet de loi autorisera la mise en place de notre nouveau modèle de services électoraux, qui peut être adapté pour répondre aux besoins des différentes circonscriptions. Je suis heureux de voir que le Comité a adopté à l'unanimité les recommandations du DGE concernant ce nouveau modèle de vote. Évidemment, nous sommes impatients de connaître la réponse du gouvernement.

Dans les grands centres urbains et, surtout, dans les lieux de vote par anticipation, l'attente est souvent trop longue, même inutilement longue, pour les électeurs. Le nouveau modèle de services électoraux permettra aux électeurs de voter à n'importe quelle table de leur lieu de vote, réduisant ainsi leur temps d'attente. Le nouveau processus améliorera aussi les conditions de travail des préposés au scrutin en simplifiant leurs tâches et en leur permettant de faire des pauses au besoin sans interrompre le processus de vote.

Afin d'instaurer ce nouveau modèle, les travailleurs électoraux seront équipés de cahiers du scrutin électroniques. Ces applications, installées sur des tablettes ou des ordinateurs portatifs, aideront les travailleurs électoraux à gérer les listes électorales, les formulaires et les « cartes de bingo ». Elles remplaceront les nombreux formulaires papier utilisés actuellement et élimineront la nécessité de biffer avec un crayon et une règle les noms sur les listes électorales. Elles devraient également éliminer bon nombre d'erreurs de tenue de documents, améliorer la conformité aux procédures et faciliter les vérifications. Par contre, nous conserverons — et j'insiste là-dessus — les bulletins papier, qui continueront d'être remplis à la main et comptés manuellement.

Nous sommes en train d'élaborer divers scénarios pour mettre en oeuvre ce nouveau modèle de services électoraux pour l'élection générale de 2019, en privilégiant évidemment les circonscriptions qui en bénéficieraient le plus. Les décisions concernant la mise en oeuvre seront prises en tenant compte du processus d'approvisionnement, qui commencera sous peu et qui prendra fin à l'automne prochain, et des commentaires du Comité consultatif des partis politiques.

Dans les régions peu peuplées, c'est la durée du trajet jusqu'au lieu du scrutin, et non les temps d'attente sur le lieu du scrutin, qui a été l'un des principaux problèmes signalés par les Canadiens lors de la dernière élection. Pour réduire les temps de trajet dans ces régions, plutôt que de faire appel à la technologie sur le lieu du scrutin, ce qui ne réglerait pas leur problème, nous augmenterons le nombre de lieux de vote par anticipation. De plus, nous fournirons aux directeurs du scrutin des données sur la durée des trajets, afin de les aider à choisir les lieux de vote. Ces mesures aideront à diriger les électeurs vers le lieu de vote le plus proche.

Depuis la publication de notre Plan ministériel, nous avons décidé de mettre de côté un projet de notre programme de transformation, soit l'envoi électronique des bulletins de vote spéciaux. Nous continuons néanmoins de penser que la Loi électorale du Canada devrait être assouplie concernant les modalités d'envoi des bulletins spéciaux, même si cette initiative ne sera pas poursuivie pour 2019.

Par ailleurs, compte tenu du succès du projet pilote mené auprès d'une quarantaine d'établissements postsecondaires et de centres d'amitié en 2015, nous augmenterons le nombre de bureaux satellites locaux. Ces bureaux, comme les bureaux des directeurs du scrutin, offriront des services d'information et d'inscription, et permettront aux électeurs absents de leur circonscription de voter par bulletin spécial.

(1215)

[Traduction]

Concernant les services d'inscription, notre priorité est d'accroître la couverture et l'actualité du Registre national des électeurs, surtout pour les jeunes électeurs. Par exemple, seulement le quart, plus précisément 27 % des jeunes de 18 ans sont inscrits, comparativement à un peu plus de 70 % des jeunes de 20 ans.

J'aimerais souligner que nos recommandations, soit l'inscription préalable des jeunes de 16 et 17 ans ainsi que l'accès aux données des non-citoyens d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, permettraient aussi d'accroître la couverture et l'actualité du Registre national des électeurs. Ces mesures font également partie du projet de loi C-33.

En outre, nous travaillons à rendre le service d'inscription en ligne des électeurs accessible à tous, notamment aux électeurs des régions rurales ou éloignées qui n'ont pas d'adresse résidentielle normalisée et qui ont éprouvé des difficultés à utiliser la fonction d'inscription en ligne lors du dernier scrutin.

Nous offrirons également un portail en ligne fournissant de nombreux services aux candidats et aux entités politiques. Par exemple, il leur sera possible, après confirmation d'identité, de télécharger des cartes et des listes électorales ou de soumettre par voie électronique leur acte de candidature. Je tiens à souligner que le Comité, lors de son examen des recommandations du directeur général des élections, a appuyé les recommandations visant à faciliter la soumission électronique des actes de candidature.

Dans nos efforts pour améliorer notre offre de services, nous continuerons de consulter les parlementaires, y compris les membres du Comité, ainsi que les principaux intervenants.

Je souligne, monsieur le président, que, par tradition, nous nous rencontrons officieusement à l'automne, habituellement au début de septembre ou en octobre, au moment de la rentrée parlementaire. J'espère que nous aurons l'occasion, en septembre, d'examiner les options quant au mode de déploiement des nouvelles technologies dans les bureaux de vote.

Élections Canada travaille également à remplacer ou à améliorer un certain nombre de systèmes et de services afin de moderniser la conduite des élections. Pour la prochaine élection générale, nous mettrons en place de nouveaux services de télécommunications pour nos bureaux locaux et nos principaux centres de contact. Nous procéderons notamment à des mises à jour et à la maintenance de notre réseau de TI, et nous mettrons graduellement en place une nouvelle solution d'hébergement de nos centres de données. Des améliorations, notamment l'ajout de fonctions de base, doivent également être apportées au système qui permet aux directeurs du scrutin de recruter, former et payer quelque 300 000 travailleurs électoraux durant une élection générale.

Ces investissements permettront à Élections Canada d'assurer la fiabilité et la sécurité de ses services de TI, dans un contexte technologique en évolution. Nous collaborons avec les principaux organismes responsables de la sécurité, y compris le Centre de la sécurité des télécommunications, pour assurer la conformité de notre infrastructure aux normes et exigences de sécurité applicables.

Enfin, j'aimerais dire quelques mots sur le moment du dépôt du projet de loi. Je sais qu'en plus du projet de loi C-33, la ministre a l'intention de déposer un projet de loi sur les activités de financement au cours des prochaines semaines. Elle a également déclaré au Comité qu'elle souhaitait proposer d'autres changements législatifs à l'automne 2017 liés aux recommandations du DGE. Lors de sa dernière comparution devant le Comité, la ministre a souligné le fait qu'Élections Canada a besoin de temps afin de mettre en oeuvre les changements bien avant l'élection générale de 2019. À cet égard, si les changements législatifs sont adoptés d'ici le printemps 2018, cela devrait nous permettre d'instaurer le nouveau modèle de services électoraux proposé ainsi que d'autres changements législatifs, à temps pour la prochaine élection générale.

Nous attendons avec intérêt le rapport définitif du Comité sur son examen des recommandations du DGE concernant une meilleure administration de la Loi électorale du Canada. Comme je vous l'ai dit au début, le personnel d'Élections Canada demeure à votre disposition pour vous aider à cet égard.

Je vous remercie, monsieur le président. C'est avec plaisir que mes collègues et moi-même répondrons à toute question des membres du Comité.

(1220)

Le vice-président (M. Blake Richards):

Je suis certain qu'elles seront nombreuses. Je vous remercie.

Voici ma décision quant à la suite des choses: pour la première série de questions, la durée sera de cinq minutes. Vers la fin du premier tour, je serai en mesure d'établir le temps qu'il nous reste pour la deuxième série de questions.

Nous commençons par M. Simms, qui a cinq minutes à sa disposition.

M. Scott Simms (Coast of Bays—Central—Notre Dame, Lib.):

Merci, monsieur le président.

J'envisage cela du point de vue d'un électeur vivant en milieu rural. J'ai constaté que lors des deux dernières élections, les plus gros avantages des électeurs ont été que... et vous le constaterez vous-même de plus en plus, en particulier avec les débuts de l'industrie du pétrole et du gaz, à l'époque. Je sais que ce secteur est en déclin maintenant, mais il demeure très important dans beaucoup de régions rurales. L'idée, quand je me suis lancé en 2004, c'était que l'électeur qui voulait voter pouvait remplir un bulletin de vote spécial. Ce qui était plus bénéfique encore, c'était d'ouvrir le bureau de scrutin pour la durée du vote par anticipation. Le taux de participation a fortement augmenté, je pense, ou, du moins, beaucoup d'électeurs ont pu participer au scrutin.

Le seul problème avec cette option, c'est que ce n'était pas disponible dans tous les bureaux de scrutin. Serait-il possible d'augmenter leur nombre à l'intérieur d'une même circonscription et serait-il aussi possible d'étendre ce service et le garder en place dans les établissements postsecondaires?

M. Stéphane Perrault:

Tout à fait. C'est exactement ce qu'on prévoit faire. Cette observation fait partie de la rétroaction obtenue.

En mettant en place des bureaux satellites en plus des bureaux de scrutin ordinaires, nous sommes en mesure d'offrir, pour la durée de la campagne électorale, la possibilité de s'inscrire au vote par bulletin spécial, que l'électeur vienne de la circonscription ou soit de passage. Tous les électeurs pourront faire appel à ce mode de scrutin, non seulement au bureau du directeur du scrutin, mais également dans les bureaux satellites, comme ça s'est passé dans les établissements postsecondaires qui ont servi de lieux d'essai au dernier scrutin. Nous cherchons à étendre cette pratique.

(1225)

M. Scott Simms:

Je n'ai pas beaucoup de temps. J'ai cinq minutes à ma disposition. Je veux développer le sujet, mais je pense que ça va suffire. C'est bon d'entendre cela. Je veux juste vous communiquer ma rétroaction personnelle. L'idée a fait du chemin.

Où en êtes-vous avec le volet électronique de la question, un portail pour les candidats? Ça pourrait certainement être utile pour télécharger du matériel, au lieu de venir ramasser la copie papier.

M. Stéphane Perrault:

Je vais être franc avec le Comité: nous en sommes aux étapes préliminaires, mais nous prévoyons faire appel au comité consultatif des partis politiques, fin juin, et lui proposer diverses options.

M. Scott Simms:

Je vous remercie.

Pour aborder un autre sujet quelques instants, j'aimerais savoir où vous en êtes avec l'expansion du scrutin à l'échelle internationale. Les électeurs vivant à l'étranger pouvaient se rendre à l'ambassade ou à un bureau officiel pour voter. Allez-vous apporter des changements en vue de la prochaine élection générale? Envisagez-vous des changements qui permettront aux électeurs admissibles de voter à partir de l'étranger?

M. Stéphane Perrault:

Il faudra certainement apporter des changements, selon le sort réservé au projet de loi C-33, sur le plan de nos communications et des médias sociaux. C'est une chose que nous devrons élargir.

En ce qui concerne la distribution des bulletins de vote, les électeurs vivant à l'étranger pourront continuer de télécharger la demande, s'ils sont déjà inscrits, mais non la trousse de vote. C'est une initiative que nous envisagions, soit l'envoi par voie électronique de la trousse de vote, mais nous n'allons pas la poursuivre en vue du scrutin de 2019.

M. Scott Simms:

Je vois.

Je crois — et il est évident que vous pensez la même chose — que ça faciliterait grandement les choses. Dans n'importe quel pays, si vous habitez une région rurale dans un pays étranger, c'est extrêmement difficile de voter. Espérons que le projet de loi à venir permettra de faciliter grandement le vote, mais, bien sûr, vous augmentez du coup le nombre d'électeurs admissibles. J'espère que la mesure sera adoptée.

Finalement, j'aimerais parler de quelque chose qui pose un problème, soit l'identification de certains électeurs. Certainement dans ma circonscription, il y a beaucoup de personnes âgées qui n'ont pas les bonnes pièces d'identité. Je parle en mon nom personnel. Avez-vous déjà étudié la possibilité de faire comme dans les provinces — je pense que vous pouvez le faire à Terre-Neuve-et-Labrador — où une personne désignée comme agent officiel dans la section de vote est autorisée à confirmer l'identité des personnes qu'elle connaît, et ce, à de multiples occasions?

À l'heure actuelle, en fait, une personne qui se présente au bureau de scrutin sans pièce d'identité se voit refuser l'entrée, même si elle est connue du personnel électoral depuis 30 ans. C'est ça qui m'inquiète. Avez-vous trouvé une solution quelconque?

M. Stéphane Perrault:

Je suis d'accord. C'est un problème important. C'est particulièrement choquant quand vous êtes dans une résidence pour personnes âgées, que vous avez révisé la liste électorale et que vous les avez rencontrés la semaine précédente. Les résidants viennent voter et ils doivent de nouveau vous montrer une preuve de leur nom et de leur adresse alors même que vous êtes là, dans le hall de leur résidence.

Nous avons formulé des recommandations. Dans ses recommandations, le DGE propose plusieurs solutions. L'une d'entre elles, bien sûr, a trait à l'utilisation de la carte d'information de l'électeur en tant que preuve d'adresse, combinée à un autre document.

Une autre recommandation vise à permettre, dans certaines circonstances, qu'une personne se porte garante de plus d'une personne. Dans les établissements de soins, à condition de résider dans la circonscription, une infirmière peut être autorisée à se porter garante, mais d'une seule personne et non pour les autres résidants de l'établissement de soins de longue durée. La loi devrait permettre une certaine marge de manoeuvre dans ces circonstances très particulières où, en fait, personne ne s'interroge sur le lieu de résidence de ces personnes.

M. Scott Simms:

Mais en dehors de...

Le vice-président (M. Blake Richards):

Désolé, mais votre temps de parole est écoulé.

Nous allons maintenant passer à M. Reid pour cinq minutes.

M. Scott Reid:

Merci beaucoup.

Merci de votre présence, monsieur Perrault. J'aimerais vous poser une question sur les frais juridiques d'Élections Canada.

De 2009 à 2012, Élections Canada a été visée par une action en justice officiellement intitulée Canada (Directeur général des élections) c. Callaghan, et aussi connue sous le nom de scandale des transferts de fonds. À plusieurs reprises, ce comité a demandé au directeur-général des élections, M. Mayrand, combien d'argent avait été dépensé dans cette poursuite. J'ai lu différents rapports, mais bien que cette action en justice ait pris fin en 2012, la réponse la plus récente de M. Mayrand date du 7 décembre 2010, date à laquelle un de mes collègues lui avait posé la question. Il avait répondu que, d'après les dernières estimations communiquées au Comité, il s'agissait de 1,3 million de dollars et que ce chiffre aurait ensuite été augmenté de 300 000 $.

Il s'est écoulé un an et demi avant la fin de cette affaire. En avez-vous le coût final?

(1230)

M. Stéphane Perrault:

Je n'ai pas ce chiffre avec moi. Je serai très heureux de vous le donner. Je pense, monsieur le président, que vous faites référence à l'affaire Callaghan de la Cour fédérale et non pas à une quelconque enquête liée à des faits similaires. Je fournirai le chiffre final au Comité avec plaisir.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Il faudra le donner au greffier.

M. Stéphane Perrault:

D'accord.

Je n'ai pas ce chiffre avec moi.

M. Scott Reid:

Très bien. Je ne m'attendais pas à ce que vous vous présentiez devant nous avec ce chiffre en tête, même si ça m'aurait grandement impressionné. Je vous remercie.

Je vous ai posé cette question pour une raison particulière. Les frais juridiques du Parti conservateur à ce moment-là dépassaient de beaucoup le million de dollars. Certaines personnes ont même avancé le chiffre de deux millions. Quand le Parti conservateur a finalement abandonné la poursuite, je sais que c'était la deuxième plus importante dépense de la période entre deux élections.

À cette époque, les objections ne portaient en fait que sur 300 000 $. Élections Canada, ou en l'occurrence le DGE, avait fait énormément baisser le montant contesté au point de passer nettement en dessous de la somme contestée à l'origine devant les tribunaux — somme qu'aurait illégalement réclamé le parti —, mais cette poursuite en justice était-elle vraiment nécessaire pour arriver à ce chiffre final de 300 000 $?

J'en parle parce qu'à l'époque, des membres du Parti conservateur, moi y compris, ne savaient pas ce qu'aurait décidé Élections Canada si nous avions versé de l'argent au Parti conservateur pour couvrir ses frais juridiques. Ces versements auraient-ils été interprétés comme des contributions illégales ou comme l'exercice légitime du droit de tout citoyen à aider un organisme dans une procédure judiciaire? Si Élections Canada avait adopté la seconde position, de mon point de vue, il n'y aurait pas eu de problème. Cependant, s'il s'était agit du premier point de vue, alors, il aurait de fait, et à mon avis involontairement, décidé qu'il avait le droit, par ses poursuites pour activités de financement, de mettre en faillite n'importe quel parti, simplement en raison des coûts énormes liés à une poursuite en justice.

Si une telle situation se présentait de nouveau, qu'il s'agisse du Parti conservateur ou de n'importe quel autre parti, je vous pose la question: Des contributions de citoyens aux frais juridiques d'un parti dans de telles circonstances seraient-elles considérées comme illégales?

M. Stéphane Perrault:

Dans l'état actuel de la loi, tout montant non remboursable donné à un parti politique est une contribution. Je sais que le directeur général a fait une recommandation, non pas aux partis, mais aux candidats, d'envisager des exceptions en cas de dispute portant sur une campagne pour que l'aide financière destinée à faire face aux coûts d'une poursuite judiciaire ne soit pas comprise dans les limites actuelles définies par la Loi électorale du Canada. Cependant, cette recommandation ne vise pas les partis politiques.

M. Scott Reid:

Merci.

Pourriez-vous rédiger cette recommandation, simplement pour nous aider? Je crois comprendre qu'elle a été émise à l'attention du greffier pour qu'il puisse nous la donner à tous. Il n'est pas nécessaire que cela se fasse tout de suite. Nous pouvons attendre.

M. Stéphane Perrault:

D'accord.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Monsieur Reid, vous avez 30 secondes.

M. Scott Reid:

Je vais attendre la prochaine série de questions. Merci.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Très bien.

Nous allons donc passer à M. Dusseault pour cinq minutes. [Français]

M. Pierre-Luc Dusseault:

Merci, monsieur le président.

Merci à tous les témoins d'être parmi nous.

Je voudrais d'abord faire un suivi relativement à ce que vous avez dit en 2016 ou 2017. C'était peut-être M. Mayrand, en fait, mais le directeur général des élections avait déclaré que le processus de vérification et de remboursement des candidats de la 42e élection allait se terminer au plus tard à la fin août 2017, ce qui veut dire dans quelques mois.

Pouvez-vous mettre le Comité au courant des progrès dans ce dossier? Qu'en est-il de la finalisation de tous les rapports et du remboursement des candidats? Pouvez-vous faire des commentaires sur le taux d'observation dans les 338 circonscriptions? Les nombreux candidats ont-ils tous complété le processus relatif aux règles d'Élections Canada?

(1235)

M. Stéphane Perrault:

Je ne suis pas sûr d'être en mesure de répondre à l'ensemble de vos questions, mais je vais répondre à certaines d'entre elles.

Lors de l'élection, il y avait 1 800 candidats, ce qui est plus que d'habitude. Le niveau des dépenses était aussi beaucoup plus élevé que d'habitude, parce que les plafonds ont été plus que doublés en raison de la durée de la campagne électorale. Notre objectif était de terminer pour la mi-août 2017. À cette date, nous devrions avoir à peu près terminé. Il se peut que des responsables de quelques campagnes aient encore des documents à nous fournir.

Nous avons pratiquement terminé ce qui a trait aux remboursements. Nous avons encore des discussions pour des remboursements relatifs à huit campagnes. Nous avons commencé à travailler avec les responsables des campagnes pour lesquelles on nous doit de l'argent. Lorsqu'il y a un remboursement préliminaire, c'est-à-dire quand le candidat ou la candidate a obtenu 10 % des voix, cette personne a droit à 15 % du plafond en remboursement préliminaire. Dans certains cas, compte tenu des dépenses, c'est plus que le remboursement final. Nous sommes donc en train de récupérer les montants qui ont été versés en trop.

Au départ, 408 candidats avaient reçu des versements en trop. Nous avons récupéré l'argent dû par 338 d'entre eux. Nous sommes en train de finaliser cela. Ce travail sera probablement complété ce printemps ou au cours de l'été.

Après cela, nous devrons nous occuper de campagnes où il y a eu très peu de dépenses. Cela devrait être marginal et nous devrions compléter la revue vers la fin août.

M. Pierre-Luc Dusseault:

Mon autre question porte sur les changements législatifs qui sont en voie d'être adoptés, je présume. Je sais qu'on ne peut pas présumer des résultats d'un vote à la Chambre, mais avez-vous quand même prévu certaines dépenses supplémentaires en raison des changements législatifs qui vont être adoptés? En plus de ceux dont la Chambre est saisie en ce moment, d'autres changements pourraient suivre au cours de la prochaine année, à temps pour l'élection de 2019, on l'espère. Avez-vous prévu quelque chose dans le Budget principal des dépenses 2017-2018 pour vous adapter à ces changements législatifs?

M. Stéphane Perrault:

C'est une excellente question.

On ne connaît évidemment pas l'étendue des différents projets de loi, or il semble qu'il y aura trois projets de loi gouvernementaux, et nous avons l'intention de faire une soumission au Conseil du Trésor pour nous assurer d'avoir les ressources nécessaires pour répondre aux nouvelles demandes qui vont découler de la loi. Nous allons commencer notre travail au cours de l'été. Nous avons commencé à regarder cela, mais nous allons travailler avec le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Je dois ajouter que nous avons actuellement des besoins qui sont attribuables à différents facteurs. Par exemple, nous n'avons pas eu d'augmentation de nos ressources depuis 2008. Nous avons aussi dû desservir 38 circonscriptions de plus. Également, il y a eu des changements législatifs. Nous sommes donc actuellement soumis à certaines pressions, et nous allons subir des pressions additionnelles, c'est certain, en raison des changements législatifs qui vont être adoptés. Au fur et à mesure que nous allons en connaître l'étendue, nous serons plus en mesure de déterminer quelles seront les ressources additionnelles requises. En temps opportun, nous pourrons faire une soumission au Conseil du Trésor.

M. Pierre-Luc Dusseault:

C'est bien.

J'aimerais maintenant parler d'une chose qui a attiré mon attention parmi les activités de programme pour 2017-2018. En ce qui a trait à la catégorie « participation électorale », je n'en ai pas la définition exacte et je ne suis pas sûr de ce que cela veut dire, mais je vois qu'il y a une augmentation de 500 000 $ entre 2016-2017 et 2017-2018. Pouvez-vous nous expliquer ce qui fait que cela passe de 8 723 000 $ à 9 279 000 $? Pouvez-vous faire des commentaires sur cet aspect du Budget principal des dépenses 2017-2018, c'est-à-dire l'augmentation de 500 000 $ en ce qui a trait à la participation électorale?

Que veut dire « participation électorale »?

M. Stéphane Perrault:

Pour ce qui est de l'augmentation, je vais demander à mon collègue M. St-Pierre de répondre à la question.

M. Hughes St-Pierre (sous-directeur général des élections, Services internes, Élections Canada):

Merci.

Essentiellement, les variations que vous notez entre les montants des programmes de cette année et ceux des années précédentes sont attribuables à un certain nombre de projets que nous entreprenons.

En ce qui concerne l'engagement électoral, différentes activités vont être entreprises. Ce sont des activités d'une durée limitée, sous forme de projets visant à soutenir l'engagement. Il y aura, entre autres, certaines activités de recherche pour appuyer les travaux du Comité. Également, nous sommes en train de revoir notre programme d'éducation civique. Ce sont ces dépenses qui sont reflétées. C'est une collection de petites dépenses. Je ne me souviens pas d'une activité qui entraîne une grosse dépense.

M. Pierre-Luc Dusseault:

Merci.

Sur la... [Traduction]

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci.

Le temps pour cette série de questions est écoulé.

Nous passons maintenant à Mme Tassi pour cinq minutes.

Mme Filomena Tassi (Hamilton-Ouest—Ancaster—Dundas, Lib.):

Merci, monsieur le président.

Merci, monsieur Perrault, pour votre témoignage et vos excellentes réponses aux questions posées.

J'aimerais me concentrer sur un sujet: le vote des jeunes. Vous avez mentionné dans votre témoignage l'importance d'au moins informer les jeunes et de les inscrire sur les listes électorales, puis d'assurer un suivi pour qu'ils votent.

Pour cette élection, j'ai voté sur un campus de ma circonscription, ce qui est une expérience incroyable. Je crois comprendre que c'était un projet pilote. C'était très facile. Le but était d'informer les étudiants du campus qu'il y avait une élection et de les y sensibiliser. Je pense que c'était une expérience fantastique pour ce qui est de la sensibilisation et de l'implication des étudiants.

Ma question porte sur les progrès de ces projets pilotes spécifiques que nous organisons. À votre avis, fonctionnent-ils bien? Je ne suis pas certaine du nombre de ces projets qui ont pris place partout au pays. Leur coût était-il prohibitif ou pensez-vous qu'il est justifié? Prévoit-on d'en organiser régulièrement pour qu'ils deviennent une partie usuelle du processus normal des élections?

(1240)

M. Stéphane Perrault:

Oui, tout à fait. Je crois que, pour évaluer le succès de cette initiative, il ne faut pas se limiter au nombre de participants. Je pense que vous avez raison quand vous dites qu'il ne s'agissait pas seulement d'offrir une occasion de voter. C'était aussi une occasion de faire participer les jeunes. Notre recherche a démontré que les personnes qui votent jeunes continuent en général à voter tout au long de leur vie.

Il y avait 70 000 personnes et le prix du projet pilote était de 2,6 millions. Si on considère le prix par électeur, c'est une dépense considérable, mais je ne pense pas que ce soit la bonne manière d'en mesurer l'efficacité.

Mon avis est le même pour la préinscription des jeunes. Pouvons-nous le faire? À l'avenir, nous aurons des programmes par lesquels nous irons dans les écoles pour préinscrire les jeunes Canadiens. Pour cette occasion, il ne faut pas simplement prendre en compte le nombre de jeunes ajoutés sur la liste électorale, mais aussi combien d'entre eux nous réussissons à impliquer et à faire parler du processus électoral et de son importance.

Je pense que nous devons regarder ces programmes de manière plus globale. Nous avons l'intention d'augmenter le nombre d'initiatives semblables sur les campus lors de la prochaine élection. Comme nous l'avons indiqué, nous aurons aussi des bureaux satellites en dehors des campus pour les Canadiens qui ne se trouvent pas dans leur circonscription. Nous serons en tout cas de nouveau présents dans les campus pour la prochaine élection.

Mme Filomena Tassi:

C'est merveilleux. Je suis en accord avec tout ce que vous venez de dire.

Pouvez-vous me donner un chiffre? Combien de postes y avait-il dans les campus du pays?

M. Stéphane Perrault:

On en comptait 40, principalement dans les campus, mais aussi dans les centres d'amitié. Je crois que la grande majorité d'entre eux se trouvaient dans les campus et nous aimerions en augmenter le nombre, si possible.

Mme Filomena Tassi:

Avez-vous une idée du nombre de postes supplémentaires?

M. Stéphane Perrault:

Non, pas pour le moment.

Lors de la dernière élection, les institutions avec lesquelles nous étions en relation ont répondu positivement. Dans quelques cas, nous avons eu des difficultés pour diverses raisons. Nous essaierons donc de nouveau la prochaine fois. C'est avec plaisir que je vous reviendrai avec des chiffres quand nous aurons avancé dans notre planification.

Mme Filomena Tassi:

Les postes installés la dernière fois le seront-ils de nouveau? Vous dites que vous avez eu des difficultés sur certains campus. Peut-être n'y renouvellerez-vous pas l'expérience?

M. Stéphane Perrault:

Non. À ma connaissance, il n'y a pas de campus où nous ne renouvellerons pas cette expérience.

Mme Filomena Tassi:

D'accord. Très bien.

Je n'ai plus de question, monsieur le président. Merci.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci.

Nous avons le temps pour une seconde série de questions, ou du moins une partie. Je vais commencer par M. Reid.

Votre dernière série de questions a été courte. Je pense que je vais vous accorder cinq minutes, puis nous verrons où nous en sommes.

M. Scott Reid:

Merci.

Monsieur Perrault, j'aimerais confirmer ce que j'ai compris de votre position d'après vos réponses précédentes. Élections Canada considère-t-il que, selon le libellé actuel de la Loi électorale, il serait illégal pour toute personne d'aider un parti politique à payer ses frais juridiques dans une poursuite contre votre institution?

M. Stéphane Perrault:

Absolument.

M. Scott Reid:

D'accord.

M. Stéphane Perrault:

Ce serait une contribution dont la légalité dépendrait du montant. Sous le régime actuel, toute somme d'argent donnée à un parti pour soutenir ses dépenses et activités, et non pas spécifiquement ses frais juridiques, constitue une contribution.

(1245)

M. Scott Reid:

D'accord. Merci

Je me demande si vous comprenez les implications de cet état de fait. Cela veut dire que, dans les faits, si on se base sur le coût de 2 millions de la poursuite, Élections canada peut, à sa seule discrétion, mettre en faillite tout parti qui n'a pas en caisse plusieurs millions de dollars.

M. Stéphane Perrault:

J'hésiterais à adopter l'hypothèse qui sous-tend votre affirmation, c'est-à-dire le fait qu'il s'agit de l'intention d'Élections Canada. Cependant, je comprends parfaitement la pression financière s'exerçant sur les partis, laquelle est amplifiée dans le cas de poursuites judiciaires coûteuses.

Je pense que c'est un sujet important et je partage entièrement vos préoccupations. Je suis d'avis qu'il faut regarder la situation dans son ensemble et se demander s'il est approprié de donner à un parti politique d'importantes sommes d'argent, si ces sommes devraient être entièrement non réglementées ou s'il faudrait des approbations spécifiques. Ces questions méritent d'être étudiées.

Je ne suis pas persuadé que la déréglementation complète soit la solution au problème. Il devrait être possible d'ajuster la réponse.

M. Scott Reid:

Je comprends bien. Je veux tout d'abord être très clair sur le fait que je n'insinue pas que vous ou Élections Canada, et encore moins M. Mayrand aviez cette intention. J'attire simplement votre attention et celle du Comité sur le fait qu'il s'agit de la situation à l'heure actuelle si la loi est interprétée de cette manière.

J'aimerais vous poser deux questions sur des sujets complètement différents. Le ministre a promis de produire deux mesures législatives en plus du projet de loi C-33. Évidemment, vous avez indiqué que vous aimeriez avoir fini l'étude de ces lois et les avoir adoptées d'ici le printemps 2018. Si vous deviez classer par importance ces mesures législatives suivant leur caractère urgent, en prenant en compte le suivi que vous devez effectuer, les classeriez-vous...

Je pense évidemment à la loi sur le financement plus qu'au projet de loi C-33 et à l'autre mesure législative pas encore présentée qui comprendra d'autres aspects de votre rapport sur la 42e élection. Quelle priorité voudriez-vous leur assigner étant donné votre calendrier de mise en oeuvre?

M. Stéphane Perrault:

Il est un peu difficile de répondre à cette question étant donné que je n'ai pas vu le contenu de la loi, en particulier les recommandations sur le projet de loi d'exécution du directeur général des élections. Bien entendu, il faut du temps pour mettre en oeuvre et tester toute loi exigeant le recours à une importante technologie.

Le projet de loi sur le financement nécessite d'apporter des changements au système, ce qui peut être fait en six à douze mois. Je vous reviendrai à ce sujet.

Pour l'instant, la priorité n'est pas claire, mais quand nous apportons des changements aux systèmes, nous avons besoin de temps pour nous assurer qu'ils fonctionnent correctement.

M. Scott Reid:

Merci beaucoup.

Il nous reste 30 secondes, alors je vais vous poser une seule question. Je sais que vous ne pouvez pas y répondre immédiatement, alors il s'agit plutôt d'une invitation.

La lettre de mandat du ministre mettait l'accent sur l'importance de la cybersécurité. Très récemment, nous avons vu des exemples de ce qui pourrait devenir fréquent à l'avenir: des cyberattaques sur divers systèmes. Nous avons été témoins de leur efficacité lorsqu'elles sont lancées rapidement. Elles créent le chaos.

Évidemment, vous ne pouvez pas répondre maintenant, mais si vous pouviez nous revenir plus tard pour nous faire part de vos idées sur la meilleure façon de faire face à cette menace pour ce qui a trait aux élections, nous vous en serions très reconnaissants.

M. Stéphane Perrault:

Nous avons travaillé par le passé avec le Centre de la sécurité des télécommunications et nous continuons à le faire. Celui-ci nous indique les normes appropriées pour nos services, et nous nous fions à son expertise concernant le niveau de sécurité approprié. Notre travail consiste à faire en sorte que ces normes soient respectées. Nous sommes très heureux de bénéficier de cette collaboration. Il s'agit d'un travail en cours et nous faisons le nécessaire pour que nos systèmes soient conformes aux normes.

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci. Le temps est écoulé.

La série de questions suivante aurait été attribuée au Parti libéral, mais je comprends que nos collègues libéraux n'ont plus de questions.

Il ne nous reste que 10 minutes avant 13 heures. Nous devons voter sur certaines questions, évidemment, et nous allons devoir suspendre brièvement la séance afin de parler des travaux du Comité. Si un membre doit nous faire part de quelque chose d'indispensable, je lui accorderai quelques minutes, puis nous passerons aux votes.

Je vois que M. Dusseault lève la main.

Je vous donne deux minutes. Soyez bref.

(1250)

[Français]

M. Pierre-Luc Dusseault:

Je serai bref, monsieur le président.

J'aimerais parler des nouvelles technologies que vous voulez mettre en place, entre autres pour le service d'inscription des électeurs. Vous parlez des bureaux de vote, mais particulièrement des bureaux où a lieu le vote par anticipation.

Les élections partielles sont-elles propices à l'essai de modèles de ce genre? Ceux-ci ont-ils été appliqués lors des récentes élections partielles? Croyez-vous qu'il pourrait être intéressant de le faire? Quels coûts cela représente-t-il?

Vous parlez de doter les fonctionnaires électoraux de iPad. Combien en coûterait-il d'acheter ou de louer ces iPad? Quelle forme cela va-t-il prendre?

M. Stéphane Perrault:

Il va falloir tester les systèmes. Des simulations en laboratoire vont être effectuées, c'est certain. Des tests poussés devront être faits avant que cet équipement ne soit introduit dans les lieux du scrutin. Nous aurons peut-être l'occasion de le faire lors d'une élection partielle. Si l'occasion se présente, nous la saisirons, évidemment, mais il est possible qu'elle ne se présente pas. Ce qui importe, c'est de tester la technologie.

Par ailleurs, nous travaillons avec plusieurs provinces qui sont en train d'introduire cette même technologie. J'ai pu assister aux élections provinciales de la Colombie-Britannique, la semaine dernière. Dans le cas de cette province, on a opté pour des cahiers du scrutin électroniques pour le vote par anticipation et certaines transactions lors du vote régulier. J'étais heureux de voir à quel point les choses se déroulaient bien et à quel point les travailleurs électoraux étaient à l'aise d'utiliser les cahiers du scrutin électroniques. J'ai parlé à plusieurs travailleurs électoraux qui avaient manifestement l'âge de la retraite, et ces personnes étaient très à l'aise d'utiliser cette technologie. Cette option est donc disponible.

Nous avons également travaillé avec les gens d'Élections Ontario lors de leurs élections partielles. Ils vont tenir une élection générale d'ici environ un an et ils ont l'intention de déployer la technologie des cahiers du scrutin électroniques à cette occasion.

Il y a beaucoup de possibilités et nous allons toutes les saisir pour nous assurer que la technologie est à point.

Pour ce qui est des coûts, ils vont dépendre en grande partie du déploiement. Dans le cas du vote par anticipation, on parle à ce stade-ci, soit avant le processus d'approvisionnement, d'une somme se situant entre 6 millions et 8,8 millions de dollars. Pour le vote régulier, le montant se situe entre 20 millions et 30 millions de dollars, selon divers scénarios de déploiement. Encore là, nous aurons l'occasion de raffiner ces chiffres au fur et à mesure que notre initiative progressera. [Traduction]

Le vice-président (M. Blake Richards):

Merci.

Je vous remercie. Avant de donner congé à notre témoin, nous avons des votes à effectuer, puis nous suspendrons la séance pour continuer à huis clos. Je pose maintenant ces questions.

Le crédit numéro 1 sous la rubrique Chambre des communes, le crédit 1 sous la rubrique Service de protection parlementaire et le crédit 1 sous la rubrique Bureau du directeur-général des élections, moins les montants attribués à titre de crédits provisoires sont- ils adoptés? CHAMBRE DES COMMUNES ç Crédit 1, Dépenses du programme.......... 318 131 715 $

(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.) SERVICE DE PROTECTION PARLEMENTAIRE ç Crédit 1, Dépenses du programme.......... 62 100 000 $

(Le crédit 1 est accepté avec dissidence.) BUREAU DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DES ÉLECTIONS ç Crédit 1, Dépenses du programme.......... 29 253 454 $

(Le crédit 1 est adopté avec dissidence.)

Le vice-président (M. Blake Richards): Devrais-je faire rapport du Budget principal des dépenses à la Chambre?

Des voix: Oui.

Le vice-président (M. Blake Richards): Je vous remercie.

Je donne congé à notre témoin.

Merci pour votre participation et vos réponses aux questions des membres du Comité. Nous allons maintenant suspendre brièvement la séance pour passer à huis clos et parler des travaux du Comité.

[La séance se poursuit à huis clos.]

Hansard Hansard

Posted at 17:44 on May 16, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.