header image
The world according to David Graham

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. Trump will win in 2020 (and keep an eye on 2024)
  2. January 17th, 2020
  3. January 16th, 2020
  4. January 15th, 2020
  5. January 14th, 2020
  6. January 13th, 2020
  7. January 12th, 2020
  8. January 11th, 2020
  9. January 10th, 2020
  10. January 9th, 2020
  11. January 8th, 2020
  12. January 7th, 2020
  13. January 6th, 2020
  14. January 5th, 2020
  15. January 4th, 2020
  16. January 3rd, 2020
  17. January 2nd, 2020
  18. January 1st, 2020
  19. December 31st, 2019
  20. December 30th, 2019
  21. December 29th, 2019
  22. December 28th, 2019
  23. December 27th, 2019
  24. December 26th, 2019
  25. December 24th, 2019
  26. December 6th, 2019
  27. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  28. Next steps
  29. On what electoral reform reforms
  30. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  31. older entries...

2017-03-06 18:06 House intervention / intervention en chambre

Airports, Border officials, Borders, Canadian Charter of Rights and Freedoms, Government bills, Rail passenger transportation, Second reading, United States of America,

Aéroports, Autorités frontalières, Charte canadienne des droits et libertés, Deuxième lecture, Frontières, Prédédouanement, Services ferroviaires voyageurs

Mr. Speaker, I am pleased to rise today to discuss Bill C-23, which would provide the necessary authority under Canadian law to implement the land, rail, marine, and air transport preclearance agreement, thereby expanding U.S. pre-clearance operations in Canada and, for the first time, enabling pre-clearance of cargo and Canadian pre-clearance operations in the United States.

Pre-clearance makes travel faster and easier for tourists and business travellers alike, and makes it faster and easier for Canadian companies to do business with Americans. It also allows Canadian travellers to undergo U.S. border procedures while under the protection of Canadian law and our Charter of Rights and Freedoms.

The proposed expansion of pre-clearance enabled by Bill C-23 has been greeted with enthusiasm by chambers of commerce across the country, by the tourism industry, which is in fact extremely important in Laurentides—Labelle, by the trucking industry, and by government partners, among others. For example, the mayor of Quebec City has called it a great victory for his city.

Pre-clearance operations for passengers have been a success story for more than 60 years, but they currently exist in only eight Canadian airports, and they do not exist for cargo at all. It is time to build on that success.

The proposed expansion to new locations and modes of travel requires an agreement with the United States. That agreement has been reached, and the United States has passed the legislation needed for implementation in their country with unanimous support in both houses of Congress. However, if we do not pass Bill C-23, the agreement will come to naught, and the benefits of pre-clearance will remain limited to those Canadians who already enjoy them.

Nevertheless, throughout this debate, the NDP members have been advocating in favour of the existing legislative framework. According to the member for Vancouver East, the current pre-clearance system is working well. The member for Beloeil—Chambly has said that the current pre-clearance system works just fine. The member for Esquimalt—Saanich—Sooke said that pre-clearance is working very well already. In addition, the member for Windsor—Tecumseh said that she understood that pre-clearance is a process that exists today and it works.

Yes, it does, and I agree that the current legal framework, which has been in place since 1999, has served Canada well, but the NDP support for it is interesting because, in 1999, when this legal framework was proposed, the NDP had a very different take.

At the time, the member for Winnipeg—Transcona, Bill Blaikie, said that the bill raised questions about privacy protection. Mr. Blaikie stated reservations concerning the power of U.S. authorities to detain people, in particular, and he was afraid that U.S. law would be applied on Canadian soil. This sounds somewhat familiar.

The then member for Winnipeg Centre, Pat Martin, said he had serious reservations about the bill. He said it was too “intrusive” and “a breach of Canadian sovereignty”. He was worried that foreign officers would have the right to hold people and stop people from leaving. He argued that by passing the bill, the House was granting foreigners powers on our soil, which the NDP did not think was necessary. He went on to declare that the NDP remained firmly opposed to the creation of Canadian offences for resisting or misleading a foreign pre-clearance officer. He accused proponents of the bill, a group that now seems to include the NDP caucus, of being ready to trample on Canadian sovereignty. The best part is that he said that the bill opened up such a can of worms that it should be sent back to the other place for them to try again and take into consideration such basic things as national pride.

Clearly, a couple of decades later, the NDP realizes that its concerns back then were overblown, not to say unfounded, but here we are again. A new legal pre-clearance framework is again being proposed and the NDP is again sounding the alarm about perceived threats to Canadian sovereignty and perceived powers granted to foreign officers. It will not surprise me if 20 years from now New Democrats leap to the defence of Bill C-23 while insisting that any changes to it would mark the demise of the sovereignty of Canada.

Let us be reasonable. In many respects, Bill C-23 is very similar to the current framework. As concerns authorities to detain, question, search travellers, and seize goods, Bill C-23 is either identical to the existing law or very nearly so.

The same is true regarding penalties for obstructing or lying to an officer, and the right to withdraw from a pre-clearance area is maintained. A traveller just has to say who they are and why they are leaving.

The totality of U.S. pre-clearance operations in Canada would be subject to Canadian law, the Canadian Charter of Rights and Freedoms, the Canadian Bill of Rights and the Canadian Human Rights Act. That is an improvement over the present situation, where travellers arrive in the United States and clear customs without any of those protections.

The motion put forward by the member for Beloeil—Chambly asks us to reject Bill C-23 because of what he referred to as the climate of uncertainty at the U.S. border, but it is precisely with legislation like this that we are best able to reduce uncertainty for Canadian travellers.

The bill provides a clear legal framework governing the actions of U.S. officers on Canadian soil and requires U.S. officers in Canada to adhere to Canadian legal and constitutional standards.

Today, for instance, a Canadian taking the train from Montreal to New York has to disembark after crossing the border and submit to U.S. customs and immigration processes without any Canadian legal protection. With Bill C-23 in place, that traveller could be processed at the train station in Montreal with Canadian constitutional safeguards in force and with Canadian authorities on site.

In other words, not only would the legislation bring about substantial economic benefits and make trips to the United States quicker and more convenient for Canadian travellers, it would also enhance constitutional and legal protection for those very travellers.

That helps regions like mine. In my riding, we have the Mont Tremblant International Airport at La Macaza, where flights coming from outside Canada land. At present, it is very difficult to get customs services at that airport, even though it is a port of entry, since it is very costly to bring customs officers from Mirabel.

In the long term, it would help us if U.S. airports already had Canadian customs officers, since they would be able to go to any airport in Canada. That would save a lot of time and improve the economy in the Laurentians. It would solve a problem that has existed for a very long time: the fact that La Macaza is unable to accommodate enough flights from outside Canada, since the costs associated with customs services are too high.

I therefore think this bill is very important for the Laurentians region. I hope it will pass and we will see a number of U.S. airports offering Canadian services. I think that will benefit our entire economy. I know of a number of situations where it will save a lot of time.

When I was younger, I often travelled to the United States. I attended secondary school there, and I took the train or drove to get there. If I had had the option of clearing customs before getting on the train, I would have saved a lot of time. The train left Toronto at 7:00 a.m. and arrived in Buffalo at 2:00 p.m., when the trip by car took less than two hours. That enormous waste of time was caused by customs procedures.

Often, when the train gets to the border as it leaves the country, whichever direction it is going, customs officers check exports, and that takes an hour and a half. Then, when the train gets to the other side of the border, customs officers check imports, and that takes another hour and a half. That means that, altogether, passengers spend three hours at the border, something that simply would not happen if that checking were done at the outset.

Bill C-23 is an improvement over the existing situation. It gives Canadian officers on American soil the same rights as American officers on Canadian soil. It will also improve the economy in all of Canada’s tourist regions.

I am very eager to see this bill come into force.

Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour discuter du projet de loi C-23 qui confère les pouvoirs nécessaires, en vertu du droit canadien, pour mettre en oeuvre l'Accord relatif au précontrôle dans le domaine du transport terrestre, ferroviaire, maritime et aérien, élargissant ainsi les activités de précontrôle américaines au Canada et, pour la première fois, permettant le contrôle des biens et les activités de précontrôle canadiennes aux États-Unis.

Le précontrôle rend les déplacements plus rapides et faciles, y compris pour les touristes et les voyageurs d'affaires. Il fait en sorte qu'il soit plus rapide et facile pour les entreprises canadiennes de faire affaire avec les Américains. Il permet également aux voyageurs canadiens de se soumettre aux procédures frontalières américaines pendant qu'ils sont protégés par le droit canadien et notre Charte canadienne des droits et libertés.

L'élargissement proposé du précontrôle habilité par le projet de loi C-23 a été accueilli avec enthousiasme par les chambres de commerce de partout au pays, par l'industrie du tourisme qui, d'ailleurs, est extrêmement importante dans Laurentides—Labelle, par l'industrie du camionnage et par les partenaires gouvernementaux, entre autres. Par exemple, le maire de Québec l'appelle une grande victoire pour sa ville.

Les activités de précontrôle des passagers constituent une réussite depuis plus de 60 ans, mais elles n'existent actuellement que dans huit aéroports canadiens. Elles n'existent pas du tout pour les biens. Il est temps de renforcer ce succès.

L'élargissement à de nouveaux endroits et moyens de déplacement exige un accord avec les États-Unis. Cet accord a été conclu et les États-Unis ont adopté les mesures législatives nécessaires pour le mettre en oeuvre dans leur pays, avec le soutien unanime des deux chambres du Congrès. Cependant, si nous n'adoptons pas le projet de loi C-23, l'accord deviendra caduc et les avantages de précontrôle demeureront limités aux Canadiens qui en profitent déjà.

Toutefois, tout au long de ce débat, le NPD préconise le maintien du cadre législatif actuel. Selon la députée de Vancouver-Est, le système de précontrôle actuel fonctionne bien. Le député de Beloeil—Chambly a dit que le système actuel de prédédouanement fonctionnait bien. Le député d'Esquimalt—Saanich—Sooke a dit que le précontrôle fonctionnait déjà très bien. De plus, la députée de Windsor—Tecumseh a dit comprendre que le précontrôle est un processus qui existe déjà et qu'il fonctionne.

Effectivement, je suis d'accord que le cadre juridique actuel, en vigueur depuis 1999, a bien servi le Canada, mais le fait que le NPD l'appuie avec tant d'enthousiasme est intéressant, parce qu'en 1999, lorsque ce cadre juridique a été proposé, l'avis du NPD était tout à fait différent.

À l'époque, le député de Winnipeg—Transcona, Bill Blaikie, disait que le projet de loi soulevait des interrogations au sujet de la protection de la vie privée. M. Blaikie a exprimé des réserves concernant notamment le pouvoir des autorités américaines de détenir des personnes, et il craignait que la loi américaine ne s'applique en sol canadien. Cela semble un peu familier.

L'ancien député de Winnipeg-Centre, Pat Martin, disait avoir lui aussi de grandes réserves au sujet du projet de loi. Il l'a qualifié d'« importun » et « d'une atteinte réelle à la souveraineté du Canada ». Il s'est dit inquiet que des agents étrangers auraient le droit de détenir des personnes et de les empêcher de partir. Il a affirmé qu'en adoptant le projet de loi, la Chambre conférait à des étrangers des pouvoirs à exercer sur notre territoire, que le NPD ne jugeait pas nécessaires. Il a poursuivi en déclarant que le NPD demeurait fermement opposé à ce que le fait de résister ou de fournir de faux renseignements à un contrôleur étranger constituait une infraction canadienne. Il a accusé les députés qui appuyaient le projet de loi — un groupe qui semble maintenant comprendre le caucus néo-démocrate — d'être prêts à fouler aux pieds la souveraineté canadienne. La pièce de résistance est qu'il a dit que le projet de loi ouvrait une boîte de Pandore qu'il faudrait renvoyer à l'autre endroit en leur demandant de tenir compte de facteurs aussi fondamentaux que la fierté nationale.

Clairement, quelques décennies plus tard, le NPD reconnaît lui-même que ses préoccupations étaient exagérées, pour ne pas dire non fondées. Or nous voici encore une fois avec un nouveau cadre juridique pour le précontrôle qui est proposé et le NPD sonne de nouveau l'alarme au sujet de soi-disant menaces à la souveraineté du Canada et aux pouvoirs qui seraient conférés à des agents étrangers. Cela ne me surprendra pas si dans 20 ans, les néo-démocrates prennent la défense du projet de loi C-23, en insistant que tout changement à ce dernier occasionnerait le trépas de la souveraineté canadienne.

Soyons raisonnables. À bien des égards, le projet de loi C-23 est très semblable au cadre actuel. En ce qui concerne les pouvoirs de détenir, d'interroger, de fouiller les voyageurs et de saisir les biens, le projet de loi C-23 est identique ou presque identique aux mesures existantes.

Il en est de même en ce qui concerne les sanctions pour entrave ou pour avoir menti à un agent. De plus, le droit de se retirer d'une zone de précontrôle est maintenu. Un voyageur n'a qu'à s'identifier et à indiquer la raison pour laquelle il se retire.

L'ensemble des activités de précontrôle américain au Canada sera également assujetti au droit canadien, à la Charte canadienne des droits et libertés, à la Déclaration canadienne des droits et à la Loi canadienne sur les droits de la personne. Cela est une amélioration de la situation actuelle, où les voyageurs arrivent aux États-Unis et passent la douane sans bénéficier de ces protections.

La motion présentée par le député de Beloeil—Chambly nous demande de rejeter le projet de loi C-23 en invoquant un état d'incertitude à la frontière américaine. Toutefois, c'est exactement à l'aide d'une mesure législative comme celle-ci que nous serons mieux en mesure de réduire l'incertitude pour les voyageurs canadiens.

Ce projet de loi offre un cadre juridique clair régissant les mesures prises par les agents américains en sol canadien, et il oblige les agent américains au Canada à respecter les normes canadiennes juridiques et constitutionnelles.

Par exemple, à l'heure actuelle, un Canadien qui prend le train de Montréal à New York doit débarquer après avoir traversé la frontière et se soumettre aux procédures douanières et d'immigration américaines sans aucune des protections juridiques canadiennes. Si le projet de loi C-23 est adopté, ce voyageur pourra être traité à la gare ferroviaire à Montréal, bénéficiant ainsi des protections constitutionnelles canadiennes en vigueur, en présence d'autorités canadiennes sur place.

En d'autres mots, non seulement cette mesure législative confère des avantages économiques considérables et rend plus rapides et conviviaux les voyages aux États-Unis, elle bonifie également les protections constitutionnelles et juridiques à l'égard des voyageurs canadiens.

Cela aide des régions comme la mienne. Dans ma circonscription, il y a l'Aéroport international de Mont-Tremblant, à La Macaza, qui reçoit des avions de l'étranger. Présentement, il est très difficile d'avoir des services douaniers à cet aéroport, même s'il s'agit d'un aéroport d'entrée, car cela coûte très cher de déplacer les douaniers de Mirabel.

À long terme, cela nous aiderait si des aéroports américains avaient déjà des agents douaniers canadiens, car ceux-ci pourraient aller à n'importe quel aéroport au Canada. Cela permettrait de gagner beaucoup de temps et d'améliorer l'économie des Laurentides. Cela réglerait un problème qui existe depuis très longtemps, soit le fait que La Macaza ne peut pas accueillir suffisamment d'avions de l'étranger, puisque les coûts liés aux services douaniers sont trop élevés.

Alors, j'estime que ce projet de loi est très important pour la région des Laurentides. J'espère qu'il sera adopté et qu'on verra plusieurs aéroports américains offrir des services canadiens. Je crois que cela avantagera notre économie entière. Je connais plusieurs situations où cela permettra de gagner beaucoup de temps.

Lorsque j'étais plus jeune, j'ai souvent voyagé aux États-Unis. J'ai fait mes études secondaires aux États-Unis, et je prenais le train ou la voiture pour m'y rendre. Si j'avais eu l'option de passer la douane avant de prendre le train, j'aurais gagné beaucoup de temps. Le train quitte Toronto à 7 heures et arrive à Buffalo à 14 heures, alors que le trajet en voiture ne dure même pas deux heures. Cette énorme perte de temps est causée par les procédures douanières.

Souvent, lorsque le train arrive à la frontière en quittant le pays, que ce soit dans une direction ou dans l'autre, les douaniers procèdent à une vérification des exportations, ce qui prend environ une heure et demie. Puis, lorsque le train se rend de l'autre côté de la frontière, les douaniers procèdent à une vérification des importations, ce qui prend encore une heure et demie. Ainsi, en tout, les passagers passent trois heures à la frontière, alors que cela n'aurait tout simplement pas lieu si ces vérifications étaient faites au départ.

Le projet de loi C-23 constitue une amélioration de la situation actuelle. Il accorde aux agents canadiens en sol américain les mêmes droits qu'ont les agents américains en sol canadien. De plus, il améliorera l'économie de toutes les régions touristiques du Canada.

J'ai vraiment hâte que ce projet de loi entre en vigueur.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on March 06, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

2017-03-06 ACVA 45 | hansard parlchmbr tv |

2017-03-06 18:16 House intervention / intervention en chambre

(RSS) Website generating code and content © 2001-2020 David Graham <david@davidgraham.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.