header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-06-02 13:19 House intervention / intervention en chambre

Electoral reform, Opposition motions, Voter turnout, Voting and voters, Young people

Jeunes gens, Participation électorale, Réforme électorale, Système uninominal majoritaire à un tour, Vote et électeurs

Mr. Speaker, I will share my time with the member for Burlington.

As the 150th anniversary of the true north, strong and free approaches, it is important to emphasize our unfailing commitment to democracy. Since 1867, we have seen dictatorships and authoritarian regimes rise and fall, and we have seen major democratic events such as the fall of the Berlin Wall and the Arab Spring. Since then, Canada has been a ray of hope and a democratic force on the world stage.

This opportunity to reflect on the road we have travelled is also an occasion to think about what the next 150 years will be like in Canada. Like many of us here today, I am a parent, and I strive to be a model for young Canadians. I think it is safe to say that we all want to make our country a better place for those we love and those who will survive us.

To prepare for the next 150 years, we have to create an electoral system that better reflects the choices of Canadians. The motion before us today, which calls for the establishment of an all-party committee, is the first step in engaging Canadians in a dialogue. Establishing that dialogue should be one of this committee’s priorities, and I urge its members to broaden their efforts to reach people who do not vote, have not yet voted, or are not yet eligible to vote, particularly young people across Canada.

According to “The Millennial Dialogue Report”, published in 2015 by AudienceNet, 29% of Canadians aged 15 to 34 think that very few, if any, politicians encourage people of their age to get involved in politics. That figure is not encouraging. It is therefore not surprising that the electoral participation rate is much lower in that group than in other age groups.

The all-party committee can help change things by giving future leaders an opportunity to participate in electoral reform, whether they are currently eligible to vote or not. To ensure the integrity of electoral reform, the views of current and future voters must be taken into account. Traditionally, election campaigns focus on vote-rich constituencies. As a general rule, those constituencies are not associated with young Canadians.

It is considered simpler to engage in a dialogue with a person who has voted for many years than to start a new conversation with Canadians who have never voted. However, such an attitude will not help stem the decline in electoral participation, which is mainly attributable to the low participation rate of younger people and a participation rate that is decreasing as young people get older.

The 2015 election showed that electoral value is a matter of mobilization and not demographics, but we still have work to do. According to the same AudienceNet report, the two main deterrents to electoral participation are knowledge of politics and trust in politicians. These deterrents are our responsibility, because they are directly related to getting out the vote.

A committee composed of representatives of all the parties working to gather the opinions of stakeholders and citizens would help us establish a more inclusive electoral system. Apart from the committee’s efforts, this is an occasion to cement a dialogue with young people, our sons, daughters, nieces, nephews and grandchildren, the future of our democracy.

We will be returning soon to our ridings for the summer break, to spend time with family and friends. This affords an excellent opportunity to establish a dialogue with Canadians. Every handshake, tweet or video will be an occasion to address Canadians’ lack of confidence in politicians. The more ties we establish with them, the more likely it is that young Canadians will be interested in participating in the electoral process.

It will not be easy. The level of political apathy among youth is high. According to an Elections Canada report on electoral participation, nearly 38.8% of those aged 18 to 24 voted in 2011. For electors aged 25 to 34, the participation rate was just 45.1%. That being said, important accomplishments are never easy. We all know what it’s like to be young and to have to follow someone else’s rules.

Sometimes we understood and respected those rules, and sometimes we followed them because that was the way things were. When people are not asked for their opinion, apathy grows and a sense of powerlessness takes hold in those who believe that their views are neither heard nor taken into account.

In a healthy democracy, the rules governing voting are of the greatest importance. However, the first-past-the-post system now in place gives many electors the impression that their opinion and their vote are not being taken into consideration.

Things are that way because the first-past-the-post system is the system that is most likely to waste votes. A wasted vote is often defined as a vote that did not go to the elected candidate. According to this definition and in the context of our current system, it often happens that the number of wasted votes is higher than the number of votes received by the winning candidate. People then wonder why they should bother voting, if their vote will not be going to the elected candidate. Such comments are hard to hear, I grant you, but it is not uncommon to hear them.

However, others may wonder why we are trying to fix something that is not broken. An EKOS poll from April shows that Canadians' current level of trust in their government is the highest it has been in 17 years.

I admit that the current system helped build our country and was simple and stable enough to serve our interests as we matured, expanded, and adopted the deeply ingrained values of inclusion, tolerance, and mutual respect. However, we can always do better. In fact, I would say that now is the best time to try to improve our democracy, when trust and engagement are high.

A democratic change should not happen only during times of scandal or crisis. I would rather address the decades of low voter turnout among young people before the situation becomes critical.

Clearly, our system needs to be changed. We need a system that reflects Canada today and in the future. Our country has evolved rapidly since Confederation, and we owe it to Canadians to ensure that the rules governing our democracy evolve at the same pace.

Seeking the opinions of young people today is investing in Canada’s future and in the creation of citizens who will participate in the electoral process throughout their lives. The current opposition motion will make it possible to do just that. Consequently, I support the opposition motion with one amendment, and I look forward to seeing the committee get started.

Before I conclude, I want to say a little more about the options before us. There are many. I have a preference. I have worked on referendum campaigns, and I have opinions. Many colleagues in this caucus have opinions different from mine, and I am really eager to discuss them. There are systems like the one we have, proportional systems and preferential systems. Within each system there are several subsystems. The one I prefer is known as the Condorcet method, which is unfamiliar to most people.

I am eager to see the study take shape and examine all the various options before us, in every way and without any collective prejudice. I am very eager to have that debate.

Monsieur le Président, j'ai l'intention de partager mon temps de parole avec la députée de Burlington.

Alors qu'approche le 150e anniversaire du Grand Nord fort et libre, il est important que nous soulignions notre engagement indéfectible à la démocratie. Depuis 1867, nous avons vu naître et s'effondrer des dictatures et des régimes autoritaires et se dérouler des événements démocratiques de grande envergure, comme la chute du mur de Berlin et le printemps arabe. Depuis lors, le Canada a été un rayon d'espoir et une force démocratique sur la scène mondiale.

Cette occasion de réfléchir au chemin que nous avons parcouru est aussi l'occasion d'envisager ce à quoi ressembleront les 150 prochaines années au Canada. Comme bon nombre d'entre nous ici aujourd'hui, je suis un parent et je m'efforce d'être un modèle pour les jeunes du Canada. Je ne risque pas de me tromper en affirmant que nous voulons tous faire de notre pays un endroit meilleur pour ceux que nous aimons et pour ceux qui nous survivront.

Afin de bien nous préparer aux 150 prochaines années, nous devons créer un système électoral qui reflète mieux les choix des Canadiens. La motion dont il est question aujourd'hui, laquelle demande l'établissement d'un comité composé de représentants de tous les partis, est la première étape pour nouer un dialogue avec les Canadiens. L'établissement de ce dialogue devrait être une des priorités de ce comité, et j'exhorte les membres de ce dernier à élargir leurs efforts pour joindre les gens qui ne votent pas, qui n'ont pas encore voté ou qui ne sont pas encore admissibles à voter, particulièrement les jeunes d'un bout à l'autre du pays.

Selon « The Millennial Dialogue Report », publié en 2015 par AudienceNet, 29 % des jeunes Canadiens âgés de 15 à 34 ans sont d'avis que très peu de politiciens, voire aucun, encouragent les personnes de leur âge à s'impliquer dans la vie politique. Ce chiffre n'est pas encourageant. Il n'est donc pas surprenant que le taux de participation électoral chez les jeunes demeure nettement inférieur à celui des autres groupes d'âge.

Le comité composé de représentants de tous les partis peut contribuer à changer les choses en permettant aux dirigeants de l'avenir à participer à la réforme électorale, qu'ils aient ou non le droit de vote à l'heure actuelle. Pour assurer l'intégrité de la réforme électorale, il faut tenir compte des points de vue des électeurs actuels et futurs. Traditionnellement, les campagnes électorales mettent l'accent sur les circonscriptions à forte rentabilité électorale. Or, en règle générale, ces circonscriptions ne sont pas associées aux jeunes.

On croit qu'il est plus simple de nouer un dialogue avec une personne qui vote depuis longtemps que d'entamer une nouvelle conversation avec des Canadiens qui n'ont jamais voté. Toutefois, une telle attitude n'aidera pas à mettre fin au déclin du taux de participation électorale, lequel est principalement attribuable à la faible participation des jeunes et à un taux de participation qui diminue à mesure que les jeunes vieillissent.

Les élections de 2015 ont démontré que la rentabilité électorale est une question de mobilisation et non de démographie, mais il nous reste encore du travail à faire. Selon le même rapport, publié par AudienceNet, les deux principaux facteurs dissuasifs à la participation électorale sont les connaissances politiques et la confiance envers les politiciens. Ces facteurs relèvent de notre responsabilité car ils sont directement liés à la mobilisation des électeurs.

Un comité composé de représentants de tous les partis qui s'emploient à recueillir les opinions des intervenants et des citoyens nous aiderait à établir un système électoral plus inclusif. Outre les efforts du comité, il s'agit de l'occasion de nouer un dialogue avec les jeunes, nos fils, nos filles, nos nièces, nos neveux et nos petits-enfants, l'avenir de notre démocratie.

Nous retournerons bientôt dans notre circonscription pour le congé estival, afin de passer du temps avec notre famille et nos amis. Il s'agit là d'une excellente occasion d'établir un dialogue avec les Canadiens. Chaque poignée de main, gazouillis ou vidéo sera l'occasion de remédier au manque de confiance des citoyens envers les politiciens. Plus nous tissons de liens avec eux, plus il est probable que les jeunes Canadiens seront intéressés à participer au processus électoral.

Ce ne sera pas facile. Le niveau d'apathie politique chez les jeunes est élevé. Selon un rapport d'Élections Canada sur la participation électorale, près de 38,8 % des personnes âgées de 18 à 24 ans ont voté en 2011. Pour ce qui est des électeurs âgés de 25 à 34 ans, le taux de participation était de seulement 45,1 %. Cela dit, les réalisations importantes ne sont pas faciles. Nous savons tous ce que c'est que d'être jeune et d'avoir à suivre les règles de quelqu'un d'autre.

Parfois, nous comprenions et respections l'existence de ces règles et, parfois, nous suivions les règles parce qu'il en était ainsi. Quand l'opinion des gens n'est pas sollicitée, leur apathie s'amplifie et un sentiment d'impuissance s'installerait chez ceux et celles qui croient que leurs opinions ne sont ni entendues ni prises en compte.

Dans le contexte d'une démocratie saine, les règles régissant le vote sont de la plus haute importance. Toutefois, le système uninominal majoritaire à un tour qui est en place à l'heure actuelle donne l'impression à beaucoup d'électeurs que leur opinion et leur vote ne sont pas pris en considération.

Il en va ainsi, car le système uninominal majoritaire à un tour est le système le plus susceptible de gaspiller des votes. Un vote gaspillé est souvent défini comme un vote qui n'est pas allé au candidat élu. Selon cette définition et dans le contexte de notre système actuel, il arrive souvent que le nombre de votes gaspillés soit plus élevé que le nombre de votes qu'a reçus le candidat élu. On se demande alors pourquoi on devrait prendre la peine d'aller voter, si son vote n'ira pas au candidat élu. Ces propos sont durs, certes, mais il n'est pas rare de les entendre.

Par contre, d'autres pourraient chercher à savoir pourquoi nous voulons réparer quelque chose qui n'est pas brisé. En fait, un sondage effectué en avril par EKOS démontre que le niveau de confiance actuel des citoyens canadiens envers leur gouvernement est le niveau le plus élevé observé depuis les 17 dernières années.

J'admets que le système actuel nous a aidés à bâtir notre pays, en plus d'être suffisamment simple et stable pour bien servir nos intérêts à mesure que nous avons acquis de la maturité, pris de l'expansion et adopté les valeurs bien ancrées que sont l'inclusion, la tolérance et le respect mutuel. Toutefois, nous pouvons toujours faire mieux. En fait, je dirais que c'est maintenant le meilleur moment de songer à améliorer notre démocratie, alors que les niveaux de confiance et de mobilisation sont élevés.

Un changement démocratique ne devrait pas seulement survenir à la suite d'un scandale ou en temps de crise. En ce qui me concerne, je préfère remédier aux décennies de baisse du taux de participation électorale chez les jeunes avant que la situation ne devienne critique.

Force est de constater que le système doit être changé. Il nous faut un système qui tienne compte du Canada d'aujourd'hui et du Canada de l'avenir. Notre pays a évolué rapidement depuis la Confédération, et nous devons au peuple canadien de faire en sorte que les règles qui régissent notre démocratie évoluent au même rythme.

Solliciter aujourd'hui l'opinion des jeunes, c'est investir dans l'avenir du pays et dans la création de citoyens qui participeront au processus électoral toute leur vie. La présente motion de l'opposition nous permet justement de faire cela. Par conséquent, je soutiens la motion de l'opposition avec une modification et je suis impatient de voir le comité se mettre au travail.

Avant de terminer, je veux parler un peu plus avant des options qui se trouvent devant nous. Il y en a beaucoup. J'ai un parti pris. J'ai déjà travaillé dans des campagnes électorales référendaires et j'ai des opinions. Beaucoup de collègues dans ce caucus ont des opinions contraires à la mienne, et j'ai vraiment hâte d'en discuter. Il existe des systèmes comme celui que nous avons, des systèmes proportionnels et des systèmes préférentiels. À l'intérieur de chacun, on retrouve plusieurs sous-systèmes. Mon préféré est ce qu'on appelle la méthode Condorcet, que la majorité des gens ne connaissent pas.

J'ai hâte de voir l'étude prendre forme et d'étudier toutes les différentes options qui sont devant nous, de toutes manières et sans aucun préjugé collectif. J'ai vraiment hâte à ce débat.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on June 02, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.