header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-03-22 12:45 House intervention / intervention en chambre

Accountability, Administrative tribunals, Agreements and contracts, Arbitration and arbitrators, Canadian Charter of Rights and Freedoms, Collective bargaining, Court orders, Dispute resolution, Employee rights, Executives,

Accréditation syndicale, Arbitrage et arbitres, Cadres, Charte canadienne des droits et libertés, Code du travail, Congés de maladie, Consultation du public, Cour suprême du Canada, Deuxième lecture

Mr. Speaker, I am pleased to have the opportunity to rise today to support Bill C-7.

It is an honour to participate in this debate and take a stand on behalf of the members and reservists of the Royal Canadian Mounted Police, the RCMP.

Today's bill seeks to uphold the constitutionally guaranteed freedom of RCMP members and reservists to engage in meaningful collective bargaining. Collective bargaining is a right that other police officers in Canada have enjoyed for many years.

However, RCMP members and reservists have been denied that right, despite the significant contribution they have made to our proud, strong, and free nation over the past 143 years. My personal connection to this file dates back to almost the very beginning. My great-great-grandfather, Dr. Louis Paré, was the assistant chief surgeon for the Royal Northwest Mounted Police.

This bill will remedy that situation. It is a clear and reasoned response to the decision rendered by the Supreme Court on January 16, 2015, which indicated that section 2(d) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms “protects a meaningful process of collective bargaining that provides employees with a degree of choice and independence sufficient to enable them to determine and pursue their collective interests”.

The court stated, “The current RCMP labour relations regime denies RCMP members that choice, and imposes on them a scheme that does not permit them to identify and advance their workplace concerns free from management’s influence.”

I thank the Supreme Court for this ruling, and I am pleased to support this bill today, which would give RCMP members and reservists freedom of choice and independence from management, while recognizing their unique operational reality.

This bill was carefully developed from the results of consultations held with key stakeholders. The initial consultations were held with regular members of the RCMP. The next round of consultations were held with the provinces, territories, and municipalities that have police service agreements with the RCMP.

There are some important features in Bill C-7. First and foremost, it gives access to independent, binding arbitration when the bargaining dispute resolution process reaches an impasse.

Members of the RCMP bargaining unit will not have the right to strike, which is in line with the practices of other police forces across the country. Those who participated in the online consultation expressed a strong preference for this provision.

The bill will also create a single, nation-wide bargaining unit composed of RCMP members appointed to a rank as well as reservists. In order to be certified, an RCMP bargaining agent must have as its primary mandate the representation of RCMP members.

Once again, regular members have shown strong support for these provisions. The bill also provides for the exclusion of officers at the inspector level and above from representation.

Lastly, the Public Service Labour Relations and Employment Board will act as the administrative tribunal for matters related to the RCMP bargaining unit, as well as grievances related to the provisions of the collective agreement.

This bill is in line with the government's efforts to restore fair and balanced labour rights in this country. Consider, for example, Bill C-5, which repeals division 20 of Bill C-59, the bill to implement budget 2015, introduced in April of last year by the previous government. That bill gave the government the power to unilaterally override the collective bargaining process and impose a new sick leave system on the public service.

The Public Service Staff Relations Act was first introduced in 1977 in order to give public servants the right to organize and to bargain collectively. Guaranteeing collaborative efforts between the parties is crucial, as is increasing the capacity of the public service to serve and protect the public interest.

Our government has made it abundantly clear that it will not adopt an approach that does not take into account the bargaining process between an employer and a group of employees who want to reach agreements on employment conditions.

By repealing these provisions of Bill C-59, we are demonstrating our respect for the collective bargaining process. We believe in collective bargaining. Today's bill is a testament to our belief in that right. We also believe in fair and balanced labour relations. Unfortunately, over the past few years, many basic labour rights have been undermined.

Consider Bill C-377 and Bill C-525, which will change how unions can be certified or decertified and impose new financial reporting requirements on them.

Those bills were passed absent any of the usual consultation involving employers, unions, and the government, which took place during the Public Service Staff Relations Act reform.

As a result, it is now harder for unions and employers to bargain effectively in good faith. We must ensure that workers are free to organize, bargain collectively in good faith, and ensure safe workplaces for themselves.

To make that happen, the Minister of Employment, Workforce Development and Labour introduced a bill to repeal Bill C-377 and Bill C-525. Bill C-4 restores the bargaining agent certification and decertification processes that were in place before June 16, 2015.

Bill C-4 also amends the Income Tax Act, in order to get rid of unnecessary requirements imposed on labour organizations and labour trusts with regard to filing certain financial information.

As hon. members know, legislative measures are already in place to ensure that unions make that financial information available. Under section 110 of the Canada Labour Code, unions are required to provide financial statements to their members on request and free of charge, which makes these requirements to produce extra reports unnecessary.

The bill being introduced today is consistent with our belief in fair and balanced labour relations. Every other police force in Canada has had the right to engage in collective bargaining for quite some time.

This bill respects that right, while recognizing the particular circumstances of the RCMP as a national police force. It is time for us to give RCMP members and reservists the respect they deserve.

To that end, I am calling on all hon. members to show their support for RCMP members and reservists by voting in favour of this bill.

Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de prendre la parole aujourd'hui pour appuyer le projet de loi C-7.

C'est un honneur de participer à ce débat et de prendre position au nom des hommes et des femmes membres et réservistes de la Gendarmerie royale du Canada, la GRC.

Le projet de loi présenté aujourd'hui vise à préserver la liberté des membres et des réservistes de la GRC qui leur est garantie par la Constitution, afin de prendre part à une véritable négociation collective. La négociation collective est un droit dont jouissent les autres officiers de police du Canada depuis de nombreuses années.

Toutefois, ce droit a été refusé aux membres et aux réservistes de la GRC qui, au cours des 143 dernières années, ont contribué de manière importante à notre nation fière, forte et libre. Ma connexion personnelle à ce dossier commence près du début. Mon arrière-arrière-grand-père, le Dr Louis Paré, était chef-adjoint chirurgien de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest.

Ce projet de loi permettra de remédier à cette situation. Il est une réponse claire et réfléchie à la décision de la Cour suprême, rendue le 16 janvier 2015, qui a affirmé que l'alinéa 2d) de la Charte canadienne des droits et libertés « protège l’existence d’un processus véritable de négociation collective qui offre aux employés une liberté de choix et une indépendance suffisantes pour leur permettre de décider de leurs intérêts collectifs et de les défendre ».

La Cour a établi que « le régime actuel de relations de travail de la GRC prive les membres de cette liberté de choix et leur impose un programme qui ne leur permet pas de définir et de faire valoir leurs préoccupations professionnelles à l’abri de l’influence de la direction ».

Pour ma part, je remercie la Cour suprême de cette décision, et j'appuie avec plaisir le projet de loi présenté aujourd'hui, un projet de loi qui offre aux membres et aux réservistes de la GRC une liberté de choix et une indépendance à l'égard de la direction tout en reconnaissant leur réalité opérationnelle unique.

Le projet de loi à l'étude est un produit de l'examen minutieux des résultats des consultations menées auprès des intervenants clés. Les premières ont eu lieu avec les membres réguliers de la GRC; les secondes ont eu lieu avec les provinces, territoires et municipalités qui ont des ententes de service de police avec la GRC.

Le projet de loi C-7 comporte un certain nombre de caractéristiques importantes. Avant tout, il permet l'utilisation d'un arbitrage indépendant et exécutoire au moment où le processus de règlement des différends pour la négociation entre dans une impasse.

Conformément à d'autres forces policières dans l'ensemble du pays, les membres de l'unité de négociation de la GRC n'auront pas le droit de grève. C'était la préférence marquée des gens qui ont participé à la consultation en ligne.

Le projet de loi permettra aussi la mise sur pied d'une unité de négociation nationale unique composée seulement de membres de la GRC nommés à un grade et de réservistes. L'agent négociateur de la GRC, s'il y en a un accrédité, aura comme principal mandat de représenter les membres de la GRC.

Encore une fois, les membres réguliers ont montré un appui clair à l'égard de ces dispositions. Le projet de loi exclut également la représentation des officiers nommés au grade d'inspecteur et aux grades supérieurs.

Enfin, la Commission des relations de travail et de l'emploi dans la fonction publique agira à titre de tribunal administratif dans les affaires liées à l'unité de négociation de la GRC et dans les griefs liés à des dispositions de la convention collective.

Le projet de loi présenté aujourd'hui est conforme aux efforts de notre gouvernement visant à rétablir les droits du travail justes et équilibrés dans le pays. Prenons, par exemple, le projet de loi C-5, qui abrogera la division 20 du projet de loi C-59, le projet de loi d'exécution du budget de 2015, présenté en avril dernier par le gouvernement précédent. Ce projet de loi octroyait au gouvernement le pouvoir d'outrepasser unilatéralement le processus de négociation collective et d'imposer un nouveau régime de congés de maladie à la fonction publique.

La Loi sur les relations de travail dans la fonction publique a été adoptée initialement en 1977, afin de donner aux fonctionnaires le droit de se syndiquer et de négocier des conventions collectives. Il est crucial de garantir des efforts de collaboration entre les parties et d'accroître la capacité de la fonction publique de servir et de protéger l'intérêt public.

Notre gouvernement a établi clairement qu'il n'adopterait pas une approche qui ne prend pas en compte le processus de négociation entre un employeur et un groupe d'employés visant à conclure des ententes relatives aux conditions d'emploi.

En abrogeant ces dispositions du projet de loi C-59, nous montrons notre respect envers le processus de négociation collective. Nous croyons en la négociation collective. Le projet de loi présenté aujourd'hui respecte notre croyance en ce droit. Nous croyons aussi en des relations de travail justes et équilibrées. Pourtant, au cours des dernières années, de nombreux droits du travail fondamentaux ont régressé.

Regardons simplement les projets de loi C-377 et C-525 qui changeront la manière dont les syndicats pourront être accrédités ou se faire révoquer leur accréditation, et qui imposeraient à ceux-ci de nouvelles exigences de production de rapports financiers.

Ces projets de loi ont été adoptés sans qu'il y ait le processus de consultation traditionnel entre employeur, syndicat et gouvernement, utilisé lors de la réforme de la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique.

Le résultat est qu'il est maintenant plus difficile pour les syndicats et l'employeur de négocier effectivement de bonne foi. Nous devons plutôt veiller à ce que les travailleurs puissent s'organiser librement, négocier collectivement de bonne foi et avoir des milieux de travail sûrs.

Pour ce faire, la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et du Travail a déjà présenté un projet de loi pour abroger les projets de loi C-377 et C-525. Le projet de loi C-4 rétablit les procédures d'accréditation et de révocation de l'accréditation des agents négociateurs, lesquelles existaient avant le 16 juin 2015.

Le projet de loi C-4 modifie aussi la Loi de l'impôt sur le revenu, afin d'éliminer les exigences non nécessaires imposées aux organisations syndicales et aux fiducies de syndicat relativement à la communication de l'information financière.

Comme le savent les députés, des mesures législatives sont déjà en place pour s'assurer que les syndicats rendent cette information financière disponible. Selon l'article 110 du Code canadien du travail, les syndicats sont tenus, sur demande de leurs adhérents, de fournir gratuitement à ceux-ci une copie de leurs états financiers, ce qui rend ces exigences de production de rapports supplémentaires non nécessaires.

Le projet de loi présenté aujourd'hui est tout à fait conforme à notre croyance en des relations de travail justes et équilibrées. La participation à des négociations collectives est un droit exercé depuis longtemps par toutes les autres forces policières au Canada.

Ce projet de loi respecte ce droit, tout en reconnaissant les circonstances particulières de la GRC en tant que force policière nationale. Il est temps pour nous d'offrir aux membres et aux réservistes de la GRC le respect qu'ils méritent.

À cette fin, je demande à tous les députés d'accorder leur appui aux membres et aux réservistes de la GRC en votant en faveur de ce projet de loi.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on March 22, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.