header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-06-20 21:40 House intervention / intervention en chambre

Censuses, Chief Statistician of Canada, Companies, Data sharing, Government bills, Government policy, Income and wages, Information collection, Interdepartmental relations, Labour Force Survey,

Application de la loi, Compagnies, Enquête sur la population active, Enquêtes statistiques, Partage des données, Pénalités, Politique gouvernementale, Questionnaire long du recensement,

Madam Speaker, it would be good to have a bit more French in the House. Therefore I will be giving my speech on Bill C-36, an act to amend the Statistics Act, in French.

The main purpose of this bill is to strengthen the independence of Statistics Canada. At the same time, it proposes to modernize certain key provisions of the Statistics Act, in accordance with the expectations of Canadians. One of these provisions is the part of the act that deals with imprisonment.

The government recognizes the importance of high-quality statistical data and the need to ensure that appropriate measures are taken to encourage Canadians to provide information to Statistics Canada. However, the government also recognizes that Canadians should not be threatened with jail time if they fail to complete a mandatory survey, including the census.

We are not alone in thinking that this is excessive in the current context. Generally, Canadians agree that prison time for refusing to complete a mandatory survey or grant access to information is a penalty disproportionate to the offence. This is excessively heavy handed and inappropriate. That is why Bill C-36 would abolish imprisonment as a penalty for those who refuse or fail to provide the information requested as part of a mandatory survey.

The bill also abolishes imprisonment as a penalty for those who wilfully obstruct the collection of this information. In other words, once this legislation is passed, no Canadian citizen will be threatened with jail under the Statistics Act for failing to complete a mandatory survey. As a general rule, people complete the census questionnaire and all other mandatory survey questionnaires well before legal action is taken.

Statistics Canada has a thorough process that it follows before sending cases to the Public Prosecution Service of Canada. First, Statistics Canada sends a letter to the individual and has someone visit their home. Statistics Canada does everything in its power to remind people of their civic duty before referring their case to the justice system.

Typically, with each census, approximately 50 cases are referred to the Public Prosecution Service of Canada and the Department of Justice. Of those cases that proceed to court, the majority are resolved with the person agreeing to complete their census form when ordered by the judge. Among those cases that go to trial and where the accused is found guilty, the vast majority result in a fine.

Only once has a person ever been sentenced to jail; this occurred in 2013, after one individual refused to complete the 2011 census of population and refused other offered penalties such as community service.

The only household survey that Statistics Canada conducts on a mandatory basis is the monthly labour force survey. Statistics Canada has never referred a case to the Public Prosecution Service of Canada for this survey.

All of Statistics Canada's core business surveys are conducted on a mandatory basis. Since the 1970s, Statistics Canada has not referred a single case to the Public Prosecution Service of Canada for a business that has refused to comply with the act. The only time a census of agriculture case was referred to the Public Prosecution Service of Canada was in conjunction with failure to comply on the census of population.

Since 2010, a number of bills have been introduced in Parliament to remove imprisonment for such offences. Some may argue that removing the threat of imprisonment would increase the risk that more Canadians would choose not to respond to an information request from Statistics Canada, thereby affecting the quality of the data. However, it is important to note that the current fines will remain. The fines are fully consistent with the provisions of the Act. Also, Canadians are aware of the importance of the data produced by Statistics Canada.

We are of the view that the threat of imprisonment is not required to convince Canadians of the importance of providing information for mandatory surveys. Canadians also know and understand that Statistics Canada is a highly regarded institution, one of the best in the world, and that it values and protects the confidentiality of all data collected. With the changes we are proposing to the legislation to strengthen the agency’s independence, Canadians can be further reassured that their data will continue to be treated with the highest levels of professionalism, integrity, and confidentiality.

That brings me to another point. In the past, some people have said that, since we rarely use the provisions regarding imprisonment, it does not matter if they are removed from the act or not. We disagree. It is important that the penalties set out in the Statistics Act are in keeping with the collective vision of Canadians. Prison sentences should be reserved for more serious crimes. I think the House will agree with me on that. Let us be responsible, fair, and reasonable and eliminate that threat. That is what Bill C-36 seeks to do.

I would also like to talk a little about the rest of the bill. In 2010, the government's decision to replace the mandatory long form census with the voluntary national household survey gave rise to public criticism. Concerns were raised about the quality of the national household survey data and about Statistics Canada's independence.

In reaction to this decision, a number of private members' bills were introduced in the House that would require the collection of information by means of a mandatory long form census questionnaire that was equal in length and scope to the 1971 census.

We seriously considered that option. Instead of focusing only on protecting the census, we chose to amend the Statistics Act in order to give Statistics Canada more independence over its statistical activities. To that end, we gave the chief statistician decision-making power over statistical operations and methods. The bill also seeks to add provisions on transparency to ensure greater accountability on decisions.

This approach aligns with the United Nations’ Fundamental Principles of Official Statistics and the recommendation of the Organisation for Economic Cooperation and Development on best practices. Some might still be wondering why we would not enshrine the content of the census in law to prevent future governments from replacing the mandatory long form census with a voluntary questionnaire, as was the case during the 2011 campaign. The answer is simple: no legal provision can prevent a government from changing the content of the census.

Governments have the power to make and change laws, but more importantly, we must remember that official statistics are a public good and that Statistics Canada is a publicly funded institution. It is ultimately the government's responsibility to determine the scope of the statistical system, specifically, the country's data priorities, or in other words, the data that is collected. This responsibility ensures that the statistical information collected is sensitive to the burdens placed on citizens as respondents, that it is sensitive to the costs they bear as taxpayers, and that the information that is produced is responsive to their needs as data users.

Stastitical data must also be responsive to the government's need to make evidence-based decisions about the programs and services that affect the daily lives of Canadians, such as affordable housing, public transportation, and skills training for employment. Rather than entrench the content of the long form census questionnaire in the Statistics Act, Bill C-36 addresses the fundamental issues of Statistics Canada's independence. Let me explain why.

First, the previous government's decision about the 2011 census was not about the questions to be asked, but rather about removing the mandatory requirement to respond. The voluntary national household survey, as it was called, asked the same questions that would have been asked in the planned mandatory long form questionnaire that it replaced.

Consistent with our government's commitment to evidence-based decision-making, one of our first acts as a government was to reinstate the mandatory long form census in time for the 2016 census of population to ensure that the census produces high-quality data. We also committed to strengthening Statistics Canada's independence and ensuring that the methods of operations are based on professional principles. Bill C-36 meets this commitment.

Second, entrenching the content of the census in law could reduce the government's flexibility to ensure that the data collected continuously meets the needs of an ever-evolving Canadian society and economy. We just have to look at the history of census content.

It has changed numerous times to reflect emerging issues, evolving data needs, and the development of alternative ways of collecting the information.

The first national census of Canada was taken in 1871 and contained 211 questions, including those regarding age, sex, religion, education, race, occupation, and ancestral origins.

Subject matter and questions have been added and dropped ever since. In 1931, questions on unemployment were added. In 1941, questions on fertility and housing were introduced. In 1986, questions were introduced on functional limitations. In 1991, questions about common-law relationships were introduced, and questions on same-sex couples were added in 2006. In 1996, questions on unpaid work were introduced. These were removed in 2011.

These examples signal the need for flexibility and prioritization in determining the content of a census. Entrenching census content in legislation would limit this flexibility. Amending the act every time the census needs to change would be highly impractical.

Our current approach to determining census content works. It is based on extensive user consultations and the testing of potential questions to reflect the changing needs of society and to ensure the census is the appropriate vehicle to respond to them.

Then Statistics Canada makes a recommendation to the government on the content that should be included in the upcoming census. General questions are then prescribed by order by the Governor in Council and published in the Canada Gazette for transparency purposes.

Lastly, defining the long form census content in law could potentially reduce the incentives to find alternative means to gathering census information at a lower cost and with less respondent burden.

Statistical agencies must also think about the burden that they impose on citizens and businesses to provide information, and they must do so within the fiscal resources allocated by the government.

The data world is evolving rapidly. We read and hear the words “big data”, “open data”, and “administrative data” every day.

More and more statistical offices around the world are integrating these alternative and complementary sources of information into their statistical programs.

They offer the potential to collect and publish high quality statistical information more frequently, at lower cost, and at lower response burden.

For example, for the 2016 census, Statistics Canada obtained detailed income information for all census respondents from administrative records provided by the Canada Revenue Agency. This approach will ensure that higher quality income data will be produced at a lower cost and with reduced burden on Canadians.

Entrenching the scope and content of the census in the Statistics Act may not serve Canadians well moving forward. It would tie us to one way of doing business that may not be the way of the future.

The act should remain flexible to meet the evolving data needs of Canadians and their governments. It should retain the flexibility to encourage innovation so as to take advantage of the evolving means of collecting statistical information.

Some have suggested that the census content should be the same as it was over 40 years ago and that the sample size for the long form should be entrenched in law.

The rapidly evolving world of data suggests that we should retain the flexibility to build the foundation of a statistical system of the future rather than restricting ourselves to continue to do what has been done in the past.

We think our approach to Bill C-36 strikes the right balance and will stand the test of time.

Madame la Présidente, ce serait bon qu'il y ait un peu plus de français à la Chambre. C'est donc en français que je ferai mon discours sur le projet de loi C-36, Loi modifiant la Loi sur la statistique.

L'objectif principal de ce projet de loi consiste à renforcer l'indépendance de Statistique Canada. Parallèlement, il propose de moderniser certains éléments clés de la Loi sur la statistique, conformément aux attentes de la population canadienne. L'un de ces éléments est la partie de la Loi qui traite des peines d'emprisonnement.

Le gouvernement reconnaît l'importance des données statistiques de grande qualité et la nécessité de veiller à ce que des mesures adéquates soient mises en place pour encourager les Canadiens à fournir des renseignements à Statistique Canada. Cependant, le gouvernement reconnaît également que les Canadiens ne devraient pas être menacés d'emprisonnement s'ils omettent de répondre à une enquête obligatoire, y compris le recensement.

Nous ne sommes pas les seuls à penser que le contexte actuel rend cette mesure excessive. En général, les Canadiens s'entendent pour dire que l'emprisonnement pour refus de répondre à une enquête obligatoire ou d'accorder l'accès à des renseignements est une peine disproportionnée par rapport à l'infraction. Cette façon de faire est indûment coercitive et inappropriée. C'est pourquoi le projet de loi C-36 abolirait la peine d'emprisonnement imposée à ceux qui refusent ou négligent de fournir les renseignements demandés dans le cadre d'une enquête obligatoire.

Le projet de loi abolit aussi la peine d'emprisonnement imposée à ceux qui entravent délibérément la collecte de ces renseignements. En d'autres mots, une fois que ce projet de loi aura été adopté, aucun citoyen canadien ne sera menacé d'emprisonnement en vertu de la Loi sur la statistique pour avoir omis de répondre à une enquête obligatoire. En règle générale, les gens remplissent le questionnaire du recensement et tous les autres questionnaires d'enquête obligatoires bien avant qu'un recours juridique soit intenté.

Statistique Canada dispose d'un processus rigoureux qu'il respecte avant de renvoyer des cas au Service des poursuites pénales du Canada. Avant toute chose, Statistique Canada enverra une lettre à la personne et enverra quelqu'un chez elle. Statistique Canada fera tout ce qui est en son pouvoir pour rappeler aux gens leur devoir civique avant de renvoyer leur cas au système de justice.

En règle générale, pour chaque recensement, environ 50 cas sont renvoyés au Service des poursuites pénales du Canada et au ministère de la Justice. La majorité des causes portées devant les tribunaux se règlent lorsque le juge ordonne à l'accusé de remplir le questionnaire du recensement. La grande majorité des causes ayant fait l'objet d'un procès et où l'accusé a été reconnu coupable ont donné lieu à une amende.

Il n'y a eu qu'un seul cas où l'accusé a été condamné à la prison. Cela est arrivé en 2013, après que l'accusé ait refusé de remplir le questionnaire du recensement de la population de 2011 et qu'il ait refusé les autres peines proposées, comme le travail communautaire.

La seule enquête que Statistique Canada mène obligatoirement auprès des ménages est l'Enquête sur la population active mensuelle. Statistique Canada n'a jamais renvoyé de cas au Service des poursuites pénales du Canada relativement à cette enquête.

Toutes les enquêtes de base de Statistique Canada menées auprès des entreprises sont obligatoires. Depuis les années 1970, Statistique Canada n'a pas renvoyé un seul cas au Service des poursuites pénales du Canada où une entreprise aurait refusé de se conformer à la loi. La seule fois où un cas relatif au Recensement de l'agriculture a été renvoyé au Service des poursuites pénales du Canada, c'était en raison d'un refus de se conformer aux exigences du recensement de la population.

Depuis 2010, un certain nombre de projets de loi ont été déposés au Parlement pour abolir la peine d'emprisonnement liée à de telles infractions. Certains pourraient prétendre qu'abolir la menace d'emprisonnement pourrait accroître le risque qu'un plus grand nombre de Canadiens choisissent de ne pas répondre à une demande d'information de Statistique Canada, affectant ainsi la qualité des données recueillies. Cependant, il est important de mentionner que les amendes actuelles seront maintenues. Les amendes sont entièrement conformes aux dispositions de la loi. En outre, les Canadiens sont conscients de l'importance des données produites par Statistique Canada.

Nous sommes d'avis qu'il n'est pas nécessaire de menacer les Canadiens d'emprisonnement pour les convaincre de l'importance de fournir des renseignements lors d'enquêtes obligatoires. Les Canadiens savent et comprennent que Statistique Canada est une institution très respectée, l'une des meilleures au monde, qui valorise et protège la confidentialité de toutes les données recueillies. Avec les changements que nous proposons d'apporter à la loi pour renforcer l'indépendance de l'organisme, les Canadiens peuvent être certains que leurs données continueront d'être traitées avec le plus haut niveau de professionnalisme, d'intégrité et de confidentialité.

J'aimerais aborder un autre point. Par le passé, certains ont semblé dire que, puisqu'on avait eu rarement eu recours aux dispositions relatives à l'emprisonnement, il n'était pas important de les supprimer de la Loi. Nous ne sommes pas d'accord. Il est important que les peines prévues dans la Loi sur la statistique soient conformes à la vision collective des Canadiens. Les peines d'emprisonnement devraient être réservées à des crimes plus grave que cela. Je suis convaincu que la Chambre sera d'accord avec moi sur ce point. Soyons responsables, justes et raisonnables et abolissons cette menace. C'est ce que propose le projet de loi C-36.

J'aimerais aussi parler un peu plus du reste du projet de loi. En 2010, la décision du gouvernement de remplacer le questionnaire détaillé obligatoire du recensement par l'Enquête nationale auprès des ménages, qui était volontaire, a donné lieu à des critiques publiques. Des préoccupations ont été soulevées quant à la qualité des données de l'Enquête nationale auprès des ménages et à l'indépendance de Statistique Canada.

En réaction à cette décision, un certain nombre de projets de loi d'initiative parlementaire ont été présentés à la Chambre. Ils demandaient que la collecte de renseignements à partir d'un questionnaire détaillé de recensement soit obligatoire et que sa longueur et sa portée soient comme celles du questionnaire utilisé pour le recensement de 1971.

Nous avons sérieusement envisagé cette option. Au lieu de nous concentrer seulement sur la protection du recensement, nous avons choisi de modifier la Loi sur la statistique afin d'accorder à Statistique Canada une plus grande indépendance pour l'ensemble de ses activités statistiques. Pour ce faire, nous avons attribué au statisticien en chef le pouvoir décisionnel en ce qui a trait aux opérations et aux méthodes statistiques. Le projet de loi prévoit aussi l'ajout de dispositions sur la transparence pour assurer une plus grande responsabilisation liée aux décisions.

Cette approche s'harmonise aux Principes fondamentaux de la statistique officielle des Nations unies et à la recommandation de l'Organisation de coopération et de développement économiques sur les pratiques exemplaires. Certains peuvent encore se demander pourquoi on n'enchâsserait pas le contenu du recensement dans la législation pour ainsi empêcher les prochains gouvernements de remplacer le questionnaire détaillé obligatoire du recensement par une enquête à participation volontaire, comme ce fut le cas lors de la campagne de 2011. La réponse est simple: aucune disposition légale ne peut empêcher un gouvernement de modifier le contenu du recensement.

Les gouvernements ont le pouvoir de créer et de modifier les lois. Plus important encore, il ne faut pas oublier que les données statistiques officielles constituent un bien public et que Statistique Canada est un organisme financé par l'État. Au bout du de compte, il incombe au gouvernement de déterminer la portée du système statistique, plus précisément, les priorités en matière de données du Canada, c'est-à-dire, les données qui seront recueillies. Cela permet d'assurer que les renseignements statistiques recueillis tiennent compte du fardeau imposé aux citoyens en tant que répondants, que les renseignements statistiques recueillis rendent compte des coûts qui incombent aux citoyens en tant que contribuables et que l'information produite répond à leurs besoins en tant qu'utilisateurs de ces données.

Les données statistiques doivent aussi tenir compte de la nécessité que le gouvernement prenne des décisions fondées sur des données probantes au sujet des programmes et des services qui ont une incidence sur le quotidien des Canadiens, comme le logement abordable, le transport collectif et la formation axée sur les compétences pour l'emploi. Plutôt que d'enchâsser le contenu du questionnaire détaillé obligatoire du recensement dans la Loi sur la statistique, le projet de loi C-36 aborde l'enjeu fondamental de l'indépendance de Statistique Canada. Voici pourquoi.

Premièrement, la décision du précédent gouvernement concernant le recensement de 2011 ne portait pas sur les questions à poser mais sur le besoin de supprimer l'obligation de répondre au questionnaire. On retrouve dans l'Enquête nationale auprès des ménages à participation volontaire les mêmes questions que celles qui auraient figuré dans le questionnaire détaillé obligatoire qu'elle remplace.

Conformément à l'engagement de notre gouvernement à prendre des décisions fondées sur des données probantes, l'une des premières mesures prises par notre gouvernement a été de rétablir le questionnaire détaillé obligatoire du recensement à temps pour le recensement de la population de 2016 et de s'assurer de la grande qualité des données recueillies par le questionnaire. Nous nous sommes aussi engagés à renforcer l'indépendance de Statistique Canada et les méthodes statistiques reposant sur des principes professionnels. Le projet de loi C-36 respecte cet engagement.

Deuxièmement, enchâsser le contenu du recensement dans la loi réduirait la souplesse dont dispose le gouvernement pour s'assurer que les données recueillies continuent de satisfaire aux besoins en constate évolution de l'économie et de la société canadienne. Pour mieux comprendre, il suffit de se pencher sur l'historique du contenu du recensement.

Le contenu a été changé à de nombreuses reprises pour mieux refléter les questions émergentes, les besoins grandissants en données et l'élaboration de nouvelles façons de recueillir des renseignements.

Le premier recensement national du Canada a été réalisé en 1871, et il contenait 211 questions, entre autres, sur l'âge, le sexe, la religion, l'éducation, la race, l'occupation et les origines ancestrales.

Depuis lors, des sujets et des questions ont été ajoutés et d'autres supprimés. En 1931, on a ajouté des questions sur le chômage. En 1941, on a ajouté des questions sur la fertilité et l'hébergement. En 1986, on a ajouté des questions sur les limitations fonctionnelles. En 1991, on a ajouté des questions sur les unions de fait, et des questions sur les couples homosexuels ont été ajoutés en 2006. En 1996, on a ajouté des questions sur le travail non rémunéré. Ces questions ont été supprimées en 2011.

Ces exemples illustrent le besoin de souplesse et d'établissement de priorités pour déterminer le contenu du recensement. Le fait d'enchâsser le contenu du recensement dans une mesure législative limiterait cette souplesse. En effet, ce ne serait pas pratique de modifier la loi chaque fois que le recensement doit changer.

L'approche actuelle que nous utilisons pour déterminer le contenu du recensement fonctionne. Cette approche se fonde sur des consultations approfondies menées auprès des utilisateurs et sur la mise à l'essai de questions potentielles pour rendre compte des besoins changeants de la société et s'assurer que le recensement est le véhicule approprié pour répondre à ces besoins.

Par la suite, Statistique Canada fait une recommandation au gouvernement sur le contenu qui devrait faire partie du prochain recensement. Les questions du recensement sont ensuite prescrites par décret par le gouverneur en conseil et publiées dans la Gazette du Canada, aux fins de transparence.

Finalement, le fait de définir le contenu du questionnaire détaillé dans la loi pourrait potentiellement réduire la motivation de trouver d'autres façons de recueillir des renseignements à un coût moindre, ce qui permettrait aussi d'alléger le fardeau qui incombe aux répondants.

Les bureaux de statistique doivent également songer au fardeau qu'ils imposent aux citoyens et aux entreprises qui fournissent des renseignements. Ils doivent y songer en tenant compte des ressources financières qui leur sont attribuées par le gouvernement.

Le monde des données évolue rapidement. Les mots mégadonnées, données ouvertes et données administratives font maintenant partie de notre quotidien.

De plus en plus de bureaux de statistique dans le monde intègrent ces sources d'information alternative et complémentaire dans leurs programmes statistiques.

Ils offrent la possibilité de recueillir et de publier plus fréquemment des renseignements statistiques de grande qualité à un coût moindre, tout en allégeant le fardeau imposé aux répondants.

Par exemple, pour le recensement de 2016, Statistique Canada a obtenu des renseignements détaillés sur le revenu de tous les répondants à partir des dossiers administratifs fournis par l'Agence du revenu du Canada. L'approche utilisée permettra de produire à un coût moindre des données de meilleure qualité sur le revenu, tout en allégeant le fardeau qui incombe aux Canadiens.

Enchâsser la portée et le contenu du recensement dans la Loi sur la statistique pourrait, à long terme, ne pas servir les intérêts des Canadiens. Cela nous obligerait à faire les choses d'une certaine façon qui pourrait ne pas être la voie de l'avenir.

La loi devrait demeurer flexible pour s'adapter aux besoins changeants des Canadiens et de leurs gouvernements en matière de données. Elle devrait conserver la flexibilité nécessaire pour encourager l'innovation et ainsi tirer profit des façons évolutives de recueillir les renseignements statistiques.

Certains ont suggéré que le contenu du recensement devrait être le même qu'il y a plus de 40 ans et que la taille de l'échantillonnage devrait figurer dans la loi.

L'évolution rapide du monde des données laisse supposer que nous devrions conserver la souplesse nécessaire pour établir les bases d'un futur système statistique, plutôt que de nous limiter à faire ce qui a déjà été fait dans le passé.

L'approche adoptée pour le projet de loi C-36 permet d'atteindre un juste équilibre et de résister à l'épreuve du temps.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on June 20, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.