header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-06-20 12:20 House intervention / intervention en chambre

Budget process, Committee meetings, Committee members, Confidence in government, Filibuster, Government accountability, Omnibus bills, Parliamentary reform,

Confiance dans le gouvernement, Imputabilité du gouvernement, Membres des comités, Obstruction systématique, Partage du temps de parole, Processus budgétaire, Processus du débat, Projets de loi omnibus,

Mr. Speaker, I want to thank the member for Scarborough—Agincourt for sharing his time with me. It is emblematic of the duties we have been sharing over the past year as I have been working with him to back him up in his deputy House leadership duties.

While my dream of fixing the clocks in this place to be digital remains unfulfilled, there are a number of more serious Standing Order issues that need to be addressed. While the opposition has often accused Liberal members in this place of wanting to change the Standing Orders to government advantage, I would argue that the opposite is true.

Many of us on this side were here when we were in opposition. A few of us survived the decimation to third party. I started as a staffer, working for Frank Valeriote, the previous member for Guelph, in his constituency office early in the 40th Parliament. I eventually found myself working here for the member for Ottawa South, where I worked when the government was found to be in contempt of Parliament and an election was forced in early 2011. I subsequently worked for both those members as well as the current members for Halifax West, whom I take great pride in calling Mr. Speaker today, and the member for Coast of Bays—Central—Notre Dame, all, for a short period, at the same time.

Working for four excellent members of Parliament, with different personalities and areas of interest, I gained a great breadth of experience and perspective, which has been a key part of learning how to do this job. It also gave me an up-close perspective on the abuses of power, on a daily basis, by the previous government. That is the perspective from which this motion has been written, that of the third party. To make the point, I want to go over Motion No. 18 one piece at a time.

In 2008, most of us will remember that the Liberals, NDP, and Bloc got together in an effort to take down the freshly re-elected Harper government. Whatever one thinks of the details of that agreement, a majority of members intended to vote no confidence in a sitting minority government. To avoid this, Harper visited then governor general Michaëlle Jean and asked her to prorogue Parliament, a request she granted after a couple of hours of deliberation.

Parliament is often prorogued between dissolutions. Of the past seven Parliaments, only one did not have at least one prorogation, that being Paul Martin's minority 38th Parliament. Proroguing itself is definitely legitimate. In the 2008 instance, however, it was used as a tool to avoid a confidence vote. We all know how history played out after that, and it was a tactical success for Prime Minister Harper.

The first clause of Motion No. 18 would not prevent a prime minister from proroguing, but it would require the executive to explain why they felt it was necessary and would mandate the procedure and House affairs committee to revisit the matter. It would not prevent abuse, but it would raise the bar on prorogation.

It is a bit of a marvel to me that, in my experience, no one has tried to do a massive private member's bill that rethinks the role of government from one end to the other. It would be a pretty interesting two-hour debate and is only currently prevented by convention, not rule.

In the last Parliament, the government had some impressively scattered omnibus bills. The standard here is not about how many laws a bill amends but rather if those various and sundry changes all serve the overall purpose of the bill. For example, Bill C-49, which passed at second reading here only yesterday, was cited by many in the opposition as an omnibus bill because it intends to modify 13 existing acts. However, this is spurious, because all the changes legitimately and clearly fall under the concept of the name of the act, the transportation modernization act, and some of those 13 existing-act changes are both relevant and miniscule.

For example, clause 91 of Bill C-49 is the section that would amend the Budget Implementation Act, 2009. This change reads, in whole, “Parts 14 and 15 of the Budget Implementation Act, 2009 are repealed.” A quick investigation will reveal that Part 14 is amendments to the Canada Transportation Act and Part 15 is amendments to the Air Canada Public Participation Act, both well within the purview of the Minister of Transport to modernize within his mandate. Both sets of amendments from that Budget Implementation Act, 2009, which was called Bill C-10 in the second session of the 40th Parliament, came with a coming into force clause that read, in part, “come into force on a day to be fixed by order of the Governor in Council made on the recommendation of the Minister”. The most remarkable part of this eight-year-old piece of legislation is that the Governor in Council never brought these changes into force.

Getting rid of obsolete, never implemented bits of transportation law is clearly within the frame of transportation modernization.

In 2012, the Conservative government brought in a wide-ranging budget bill that implemented much of what it called Canada's economic action plan, but it also went after environmental legislation that had nothing to do with the budget. Among other things, it stripped legal protection for Canada's millions of lakes and waterways. This was slowed down, but not stopped, by more than 1,000 amendments to the bill at the finance committee, resulting in an around-the-clock filibuster-by-vote at clause-by-clause study. I was there as staff for the final shift of that marathon vote.

The second section of Motion No. 18 would attempt to address these problems. Any bill presented in the House that did not focus on a single theme or overarching purpose could be split by the Speaker. While there would be an exception for budgets, the phrasing of that section, which would be standing order 69.1(2), would only seek to clarify that the objectives outlined in the budget would in their own right define the purpose. Attempting to change environmental law in a budget implementation act, without having defined it in the budget itself, for example, would permit a point of order to be raised and accepted by the Speaker to carve that section out of the BIA. This change is important and is something we committed to doing.

The third change is a little more arcane.

I was a staff member on the public accounts committee for a short period in the 41st Parliament and was a member of government operation and estimates early on in the 42nd Parliament for about the same length of time. I do not pretend to have any great understanding of the minutiae of the estimates process and defer to those who do. That is a big part of the point here. I welcome anything that can help bring clarity to the estimates process.

The fourth change in the Standing Orders in this motion is a particularly interesting one, covering sections 4 to 6 of Motion No. 18.

In the last Parliament, I believe most of us who were around had the same experience. Committees were run by parliamentary secretaries. They sat next to the chair, moved motions, voted, and otherwise controlled the committees. This utterly and totally defeats the point of parliamentary committees. The parliamentary secretary is, by definition, the representative of the minister. In this capacity, parliamentary secretaries serve a critical role in liaising between the committee and the department the committee oversees.

Being able to answer questions about intent and plans from the committee on a timely basis or bringing concerns or issues for study that ministers would like feedback on in the course of their duties are completely appropriate. However, when parliamentary secretaries run the committees, these oversight bodies cease to oversee much of anything and simply become extensions of the executive branch of government. If that is what we are to have, the committees serve little purpose. Including parliamentary secretaries on committees as liaisons with their departments instead of as the planners and executors of the work of those committees is the right balance.

This is really important. During the Reform Act debate in the last Parliament, the member for Wellington—Halton Hills, for whom I have great respect and have for many years, commented to me that as a backbencher, he was not government. “Like you,” he said to me, “my role is to keep the government to account. The difference is”, he concluded, “I have confidence in the government.”

This critical bit of political philosophy has stuck with me since that day. Our role as backbenchers is indeed to keep government to account whether we are on the government or opposition benches. One of the most critical tools to achieve that is committees, and when this government talks about restoring independence to committees, it is not a meaningless catchphrase or sound bite; it is legitimate. I have seen the transition on committee function from last Parliament to this Parliament and it is truly something. Keeping parliamentary secretaries in a participatory, but not controlling, role on committees is a critical element of this.

The last change, section 7 of the motion, is particularly interesting. The one place where the opposition has immense power, even in a majority government, is in the power of the filibuster at committee. An opposition member determined to prevent a vote from taking place or a report from being written at a committee has the absolute power to do so, as long as he or she is willing to talk out the clock and stay reasonably on point. Our colleague from Hamilton Centre is an expert at this task, often joking that after half an hour of talking he has not yet finished clearing his throat.

When we had the debate on reforming the Standing Orders that went sideways at PROC a few weeks ago, we were accused of trying to kill the filibuster. This could not be further from the truth.

In that debate, we sought to have a conversation about how to change the Standing Orders. The government House Leader had written a letter with her ideas of what changes she hoped we would discuss on top of the numerous ideas already before us on account of the Standing Order 51 debate from last fall. However, but if we refer back to the previous elements of this speech, where we landed was up to us as a committee. An idea floated was that members at committee be limited to an unlimited number of 10-minute speaking slots rather than a single slot with no end.

The way I understand this would work in practice is that any member can speak for as long as he or she wishes at committee, but when another member signals his or her interest in speaking, the member would have 10 minutes to cede the floor before the other member would take over, before giving it back again if the first member so chose. The effect of this would be to ensure that every member on a committee would have an opportunity to speak in any debate, but would not limit anyone from tying up committee and would not kill the filibuster either in the instance or in principle. It certainly would make it easier to negotiate our way out of one by giving others a chance to get a word in edgewise.

However, the change proposed here is not about that. It is about getting rid of one of the most absurd abuses of committee procedure we saw in previous parliaments: that a member of the committee majority would take the floor, even on a point of order, and say to the chair something like, “I move that we call the question.” The chair would correctly say that it was out of order and reject the request for the vote. The member would then move to challenge the chair, the majority would vote that the chair was wrong and the question could be called, and the motion to debate, study, report draft, or whatever was happening, would come to an abrupt, unceremonious, and totally acrimonious end. That was the only effective, if not exactly legitimate, way of ending a filibuster.

In Motion No. 18, we are defending the right to filibuster.

As I said, Motion No. 18 is about defending the rights of the opposition, informed by our experience in the third party. Not one line of this motion benefits a majority government. All, however, benefit the improved functioning of this place. I look forward to its passage.

Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de Scarborough—Agincourt d’avoir partagé son temps de parole avec moi. C’est représentatif des fonctions que nous avons partagées au cours de l’année écoulée tandis que je l'assistais dans ses fonctions de leader parlementaire adjoint.

Malgré le fait que mon rêve de voir remplacer les horloges ici par des montres numériques ne se soit pas concrétisé, il y a un certain nombre de questions plus graves se rapportant au Règlement qui doivent être réglées. Bien que l’opposition accuse souvent les députés libéraux de vouloir changer le Règlement pour avantager le gouvernement, j’affirme que c’est tout à fait le contraire.

Beaucoup d’entre nous, de ce côté-ci de la Chambre, étaient ici quand le Parti libéral faisait partie de l’opposition. Quelques-uns ont survécu à l'époque où le Parti libéral a été relégué au rôle de tiers parti. Pour ma part, j'ai commencé mon parcours comme employé au bureau de circonscription de Frank Valeriote, l’ancien député de Guelph, au début de la 40e législature. J’ai fini par travailler ici pour le député d’Ottawa-Sud; c'est à cette époque qu'il a fallu tenir des élections parce que le gouvernement avait été reconnu coupable d’outrage au Parlement, au début de 2011. Par la suite, pendant une courte période, j’ai travaillé à la fois pour ces deux députés et pour les députés actuels d'Halifax-Ouest, que je suis très fier d’appeler monsieur le Président aujourd’hui, et de Coast of Bays—Central—Notre Dame, tous en même temps.

En travaillant avec quatre excellents députés, aux personnalités et centres d’intérêt différents, j’ai acquis une vaste expérience et élargi mes horizons, ce qui est essentiel quand on apprend les rouages de ce travail. Cela m’a aussi permis de voir de près les abus de pouvoir, au quotidien, du gouvernement précédent. C’est de cette perspective, celle du troisième parti, que cette motion a été rédigée. Pour que ce soit bien clair, j’aimerais parcourir la motion no 18 point par point.

La plupart d’entre nous se rappellent que, en 2008, les libéraux, le NPD et le Bloc se sont réunis afin de faire tomber le gouvernement Harper fraîchement réélu. Quoi qu’on pense des détails de cette entente, une majorité de députés comptaient ne pas accorder leur confiance à un gouvernement minoritaire au pouvoir. Pour éviter cela, M. Harper s’est rendu chez la gouverneure générale de l’époque, Michaëlle Jean, pour lui demander de proroger le Parlement, ce qu’elle lui a accordé après quelques heures de réflexion.

Il y a souvent prorogation du Parlement entre des dissolutions. Sur les sept dernières législatures, seule une n’a pas connu au moins une prorogation, et il s’agit de la 38e législature. Paul Martin dirigeait un gouvernement minoritaire. Proroger est en soi tout à fait légitime. Dans le cas de 2008, cependant, on y a recouru pour éviter un vote de défiance. Nous savons tous ce qui est arrivé ensuite; le premier ministre a remporté une victoire tactique.

Le premier point de la motion no 18 n’empêcherait pas un premier ministre de proroger, mais l’exécutif devrait expliquer pourquoi il juge la mesure nécessaire et le comité de la procédure et des affaires de la Chambre devrait revoir la question. Cela n’éviterait pas des abus, mais la barre serait placée plus haut pour qui veut recourir à la prorogation.

Je trouve un peu étonnant, personnellement, que personne n’ait essayé de déposer un projet de loi massif d’initiative parlementaire qui repense le rôle du gouvernement de bout en bout. Nous aurions deux heures de débat très intéressant et si cela n’arrive pas à l’heure actuelle, c’est seulement par convention, pas parce que le Règlement l’empêche.

Pendant la dernière législature, le gouvernement a présenté des projets de loi omnibus très éparpillés. La norme, en l’espèce, n’est pas le nombre de lois qu’un projet de loi modifie, mais si ces changements divers et variés servent tous l’objectif général du projet de loi. Ainsi, le projet de loi C-49, adopté hier à l'étape de la deuxième lecture à la Chambre, a été qualifié par beaucoup dans l’opposition de projet de loi omnibus parce qu’il vise à modifier 13 lois en vigueur. Or, c’est fallacieux, car tous les changements relèvent légitimement et clairement du concept du nom de la loi, la Loi sur la modernisation des transports, et certains des changements apportés à ces 13 lois existantes sont à la fois pertinents et minuscules.

Par exemple, l’article 91 du projet de loi C-49 modifie la Loi d’exécution du budget de 2009. Cette modification est ainsi libellée, dans son intégralité: « Les parties 14 et 15 de la Loi d’exécution du budget de 2009 sont abrogées. » Une vérification rapide révélera que la partie 14 modifie la Loi sur les transports au Canada et la partie 15, la Loi sur la participation publique au capital d'Air Canada, deux lois que le ministre des Transports est tout à fait habilité, de par son mandat, à moderniser. Les deux séries de modifications qui découlent de la Loi d’exécution du budget de 2009, qui s’appelait projet de loi C-10 à la deuxième session de la 40e législature, s’accompagnaient d’une disposition d’entrée en vigueur ainsi libellée, en partie: « entrent en vigueur à la date fixée par décret pris sur la recommandation du ministre. » Le plus remarquable à propos de cette loi vieille de huit ans, c’est qu’aucun décret n’a jamais été pris pour que ces modifications entrent en vigueur.

Se débarrasser d’aspects des lois relatives au transport qui sont dépassés et qui n’ont jamais servi fait assurément partie de la modernisation des transports.

En 2012, le gouvernement conservateur a présenté un vaste projet de loi d’exécution du budget qui mettait en œuvre la majeure partie de ce qu’il appelait le Plan d’action économique du Canada, mais il s’attaquait aussi à des dispositions environnementales qui n’avaient rien à voir avec le budget. Entre autres choses, il annulait la protection juridique de millions de lacs et de cours d’eau de ce pays. L'adoption de ces mesures a été ralentie, mais pas arrêtée, par plus d'un millier d'amendements au projet de loi déposés au comité des finances, ce qui a entraîné une manœuvre d’obstruction par un vote article par article, 24 heures sur 24. J’ai assisté en tant que collaborateur à la dernière partie de ce vote marathon.

Le deuxième point de la motion no 18 vise à régler ces problèmes. Tout projet de loi présenté à la Chambre qui ne porte pas sur un thème unique ou un objet général pourrait être scindé par le Président de la Chambre. Les budgets feraient exception, mais le libellé de cet article, qui serait le paragraphe 69.1(2) du Règlement, viserait uniquement à préciser que les objectifs exposés dans le budget définiraient à eux seuls l’objet. Si on cherchait à modifier le droit de l’environnement dans une loi d’exécution du budget, sans qu’il en soit question dans le budget lui-même, par exemple, il serait possible d’invoquer le Règlement, et le Président de la Chambre pourrait accepter de retirer cet article de la loi d’exécution du budget. Ce changement est important, et nous nous étions engagés à l’apporter.

Le troisième changement est un peu plus obscur.

J’ai fait partie brièvement des collaborateurs du comité des comptes publics, pendant la 41e législature, et j'ai siégé au comité des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires au début de la 42e législature pendant peu de temps aussi. Je ne prétends pas comprendre les menus détails du processus budgétaire et je m’en remets à ceux qui les connaissent. C’est très important en l’occurrence. Je me réjouis de tout ce qui peut aider à clarifier le processus budgétaire.

Le quatrième changement au Règlement proposé dans cette motion est particulièrement intéressant. Il s’agit des points 4 à 6 de la motion no 18.

Je pense que la plupart de ceux qui étaient là à la dernière législature ont vécu la même chose. Les comités étaient dirigés par les secrétaires parlementaires. Ils prenaient place près du président, proposaient des motions, votaient et contrôlaient par ailleurs les comités. Cela va totalement à l’encontre du but recherché en ce qui concerne les comités parlementaires. Le secrétaire parlementaire est, par définition, le représentant du ministre. À ce titre, les secrétaires parlementaires jouent un rôle essentiel en assurant la liaison entre le comité et le ministère qu’il surveille.

Pouvoir répondre rapidement aux questions du comité sur les intentions et les plans ou soumettre à l’étude des préoccupations ou des questions sur lesquelles les ministres souhaitent avoir des commentaires dans l’exercice de leurs fonctions est tout à fait approprié. Cependant, lorsque des secrétaires parlementaires dirigent les comités, ces organes de surveillance cessent de surveiller pratiquement quoi que ce soit et deviennent tout simplement des prolongements de l’exécutif. Si c’est ce que nous devons avoir, les comités ne servent pas à grand-chose. Le bon équilibre consiste à inclure les secrétaires parlementaires dans les comités en qualité d’agents de liaison avec leur ministère, au lieu de planificateurs et d’exécuteurs du travail des comités.

C’est très important. Au cours du débat au sujet de la Loi sur la réforme, lors de la dernière législature, le député de Wellington—Halton Hills, pour qui j’ai beaucoup de respect depuis bien des années, m’a dit qu’en qualité de député d’arrière-ban, il ne faisait pas partie du gouvernement. « Comme vous, m’a-t-il dit, mon rôle est de demander des comptes au gouvernement, la différence étant que j’ai confiance dans le gouvernement. »

Cet important exemple de philosophie politique m’est resté en tête depuis ce jour. Notre rôle, en qualité de députés d’arrière-ban, est en effet de demander des comptes au gouvernement, que nous soyons du côté des banquettes ministérielles ou du côté de l’opposition. Les comités sont un des outils les plus importants, et quand le gouvernement propose de rétablir l’indépendance des comités, il ne s’agit pas de paroles en l’air ou d'un vague slogan; c’est légitime. J’ai vu le changement dans la façon dont fonctionnent les comités, entre la dernière législature et celle-ci, et c’est très impressionnant. Maintenir les secrétaires parlementaires dans un rôle de participation, mais non de contrôle, au sein des comités est un élément essentiel de cette évolution.

La dernière modification, à l’article 7 de la motion, est particulièrement intéressante. Le seul moment où l’opposition a un immense pouvoir, même dans le cas d’un gouvernement majoritaire, c’est quand elle fait de l’obstruction systématique dans un comité. Un député de l’opposition déterminé à empêcher un vote ou la rédaction d’un rapport au comité peut le faire de façon absolue, pourvu qu’il soit prêt à prolonger le débat et à demeurer raisonnablement pertinent. Notre collègue d'Hamilton-Centre est un expert en la matière, plaisantant souvent sur le fait qu’après avoir eu la parole pendant une demi-heure, il n’a pas encore terminé de s’éclaircir la voix.

Quand notre débat concernant la réforme du Règlement de la Chambre des communes a dérapé au comité de la procédure il y a quelques semaines, on nous a accusés d’avoir tenté d’éliminer l’obstruction systématique. Rien n’est plus faux.

Au cours de ce débat, nous avons tenté d’avoir une discussion sur la façon dont nous pourrions modifier le Règlement. La leader du gouvernement a écrit une lettre dans laquelle elle nous a fait part de ses idées au sujet des modifications dont elle espérait nous voir discuter, en plus des nombreuses idées qui nous avaient déjà été présentées à la suite du débat de l’automne dernier au sujet de l’article 51 du Règlement. Cependant, si l’on se réfère aux éléments précédents de ce discours, la conclusion ne dépendait que de nous, en comité. Une des idées envisagées était que les membres d’un comité bénéficieraient d’un nombre illimité de périodes d'intervention de 10 minutes, plutôt que d’un seul temps de parole sans limite.

Si je comprends bien, en pratique, n’importe quel député peut parler aussi longtemps qu’il le désire au comité, mais, dès qu'un autre député signale qu’il souhaite prendre la parole, il a 10 minutes pour la lui céder; le second député doit ensuite la lui rendre si le premier le désire. Ainsi, tous les membres d'un comité auraient l’occasion d'intervenir dans un débat, mais cela n’empêcherait personne de paralyser le comité ni de faire de l’obstruction systématique, en l'espèce ou en principe. Ainsi, il deviendrait assurément plus facile de négocier la fin de telles manoeuvres tout en donnant aux autres la possibilité de placer un mot.

Cependant, le changement proposé ici ne concerne pas cela. Il vise à mettre fin à une des façons les plus absurdes d’exploiter la procédure des comité que l'on ait pu voir lors des législatures précédentes: un membre du comité appartenant à la majorité prend la parole, parfois même en invoquant le Règlement, et dit au président quelque chose comme: « Je propose que nous mettions la question aux voix. » Le président répond, à juste titre, que la motion n’est pas recevable et il la rejette. Le député conteste alors la décision du président, la majorité vote contre la décision du président, la question est mise aux voix, puis la motion demandant le débat, l’étude, la rédaction du rapport, peu importe ce qui était en cause, se conclut de façon brusque, cavalière et on ne peut plus acrimonieuse. C'est le seul moyen efficace, quoique peut-être pas tout à fait légitime, de mettre fin aux manoeuvres d'obstruction systématique.

Dans la motion no 18, nous défendons le droit d'employer des manoeuvres d’obstruction systématique.

Comme je l’ai dit, la motion no 18 vise à défendre les droits de l’opposition, à la lumière de notre expérience à l'époque ou nous formions le tiers parti. Pas une ligne de cette motion n’est à l’avantage d’un gouvernement majoritaire. Tout le monde, cependant, bénéficie d’un fonctionnement amélioré ici. J’appuie l'adoption de la motion.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on June 20, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.