header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-06-13 13:13 House intervention / intervention en chambre

Accountability, Conflict of Interest and Ethics Commissioner, Establishment of a committee, Officers of Parliament, Opposition motions, Political appointments, Selection process, Splitting speaking time, Standing Orders of the House of Commons, Subcommittees, Veto rights

Droit de veto, Hauts fonctionnaires du Parlement, Nominations politiques, Obligation de rendre compte, Partage du temps de parole, Processus de sélection, Règlement de la Chambre des communes

Mr. Speaker, I will be splitting my time with my colleague from Sudbury.

I am pleased to participate in this debate today on a motion to change the rules of the House introduced by a political party that recently fought tooth and nail in defence of the position that the rules of the House should not be amended by way of a motion.

Even though this motion is fundamentally flawed, it gives the House an opportunity to address the question of the role played by officers of Parliament in our system. These individuals must perform crucial and important functions. I want to point out to the House that the expression “officer of Parliament” is also used to refer to the people who report to parliamentarians, which means that they are responsible for the work of Parliament, and that this is what distinguishes them from other senior public servants and officials of Parliament in particular.

In addition, it is useful to ensure that everyone here clearly understands certain fundamental concepts that underlie our discussions today. We must make sure that everyone has the same understanding of the essential facts. For that purpose, I want to put this debate in the relevant broader context it deserves. I want to focus on one very specific aspect, that is, the place held by officers of Parliament in our system of government.

Let me use one example with the conflict of interest and ethics commissioner. It is important to take this big-picture-view because the conflict of interest and ethics commissioner does not operate in a unique legal or procedural environment, nor does the commissioner operate in a vacuum.

The conflict of interest and ethics commissioner is appointed and then performs his or her important role under many of the same conditions as the other agents of Parliament. While each agent of Parliament has a unique mandate, every one of them plays an important role in our democracy. Every one of them has some elements in common that are worth keeping in mind today. They have become important vehicles in support of Parliament's accountability and oversight function. These roles have been established to oversee the exercise of authority by the executive, in other words the Prime Minister, cabinet, and government institutions. It is very clear that they all do precisely that.

For the longest time, there was only one such agent of Parliament, that is, the auditor general, which was established just after Confederation, in 1868. In 1920, Parliament put in place the role of chief electoral officer to ensure an independent body was in place to oversee our elections. It was not until 1970 that the third agent of Parliament was created when the commissioner of official languages was established under the terms of the Official Languages Act of 1969.

To recognize the changing role of information in the government and among citizens, the positions of Privacy Commissioner and Information Commissioner were created in 1983. In 2007, we witnessed the creation of two other positions, that of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner and the Public Sector Integrity Commissioner. The Commissioner of Lobbying is the most recent addition to the list of officers of Parliament, having been established in 2008.

While each has a unique set of responsibilities, I have heard this entire group described as “guardians of values.” Each of them is independent from the government of the day. Each of them is mandated to carry out duties assigned by legislation and report to one or both of the Senate and the House of Commons.

Our government recognizes the importance of the work that agents of Parliament do. We recognize the need that they reflect the high standards that Canadians rightly expect.

One key way that our government has demonstrated that recognition is by bringing in a new and rigorous selection process for these positions. We have taken the same approach as we have across other Governor in Council appointments. These appointments are being made through open, transparent, and merit-based approaches.

What does this mean in real terms for officers of Parliament? First of all, there is the application process itself. Notices are posted on the Governor in Council appointments website. The government also publishes a link to that notice in the Canada Gazette while the application period is open. Under the new process, everyone who feels qualified to fill the responsibilities of positions, whether for the Conflict of Interest and Ethics Commissioner or any other vacant appointed position, can let their names stand by registering online.

The government is very mindful that we want the best people possible for these important roles. This is why each selection process has its own recruitment strategy. Sometimes an executive search firm may get a contract to help identify a strong pool of potential candidates.

We also sometimes announce the vacancy of a given position to the target communities, such as professional and stakeholder associations, or establish a dialogue with them.

That process eventually helps find a highly competent candidate. However, for the position of Conflict of Interest and Ethics Commissioner, after finding a candidate, the government is required to consult with the leader of each recognized party in the house, and the appointment must clearly be approved by a resolution of the House.

We know that, in practice, the person appointed is invited to appear before the appropriate committee, which reviews that person’s qualifications. Parliamentarians therefore have public opportunities to have a say on these important roles.

Only after that, after the appointment is approved by the House of Commons and the Senate, is the officer of Parliament officially appointed by decree.

The government's appointment process for officers of Parliament is open, transparent and merit-based, and the same is true for other Governor in Council appointees.

The Prime Minister personally committed to bringing a new style of leadership and a new tone to Ottawa. He committed to raising the standards of openness and transparency within the government. He committed to adopting a new style of leadership.

Those commitments are very clear in the new processes. They aim to give the most qualified Canadians the opportunity to serve their country by being appointed by the Governor in Council or otherwise.

Those commitments are proof that strict rules increase the trust Canadians have in elected officials and appointees and in the integrity of policies and decisions made in the public interest.

Officers of Parliament are pillars of our democracy. Their role is essential, as they help us, as parliamentarians, to hold the government to account. I think that we have a system that works well, and I think that Canadians can see that it works well.

That is one of the reasons why I feel that this motion is not needed. The proof is there. Public institutions that are more solid, more open, more transparent, and more accountable help the government remain focused on the people that it should be serving. That means better government for Canadians. That is something that I am very proud to defend and to pass on to future generations.

There is something else as well, and I referred to it at the very beginning. We recently proposed an open discussion on modernizing the rules of the House in the Standing Committee on Procedures and House Affairs. We were blocked for more than 80 hours over several weeks, because the opposition was not interested in having that discussion. Now they present a change to the rules through a motion requiring a majority vote, when they said very loudly and clearly that this was not admissible.

What exactly is the purpose of the motion before us? It begins by replacing Standing Order 111.1. I will quickly read Standing Order 111.1 to show what we would lose:

111.1

Officers of Parliament. Referral of the name of the proposed appointee to committee.

(1) Where the government intends to appoint an Officer of Parliament, the Clerk of the House, the Parliamentary Librarian or the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, the name of the proposed appointee shall be deemed referred to the appropriate standing committee, which may consider the appointment during a period of not more than thirty days following the tabling of a document concerning the proposed appointment.

Ratification motion.

(2) Not later than the expiry of the thirty-day period provided for in the present Standing Order, a notice of motion to ratify the appointment shall be put under Routine Proceedings, to be decided without debate or amendment.

The opposition members want to scrap a system in which candidates are referred to appropriate committees with the expertise to assess each candidate as part of their duties and in favour of referral to a small subcommittee made up of just four members, which is itself a subcommittee of the Standing Committee on Procedure and House Affairs. This subcommittee will not have the expertise to deal with issues involved in appointing officers, but it will have a veto, which will be undemocratic, unlike Parliament's veto power. It will also deprive the other 334 MPs of the right and opportunity to have their say about a particular candidate.

It is easy to see that this motion was not thought through, that it is contrary to the values the NDP champions with respect to the role of this kind of motion, and that it will not improve our appointment system.

Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec mon collègue de Sudbury.

Il me fait plaisir de participer à ce débat aujourd'hui sur une motion visant à changer les règles de la Chambre provenant d'une formation politique qui est récemment entrée en guerre en argumentant que nous ne pouvons pas changer les règles de la Chambre par une motion.

Même si, fondamentalement, cette motion comporte des lacunes, elle donne à la Chambre la possibilité d'aborder l'importante question du rôle joué par les agents du Parlement dans notre système. Ces personnes doivent s'acquitter de fonctions cruciales importantes. Je veux faire remarquer à la Chambre que l'expression « agent du Parlement » sert aussi à désigner des personnes qui relèvent des parlementaires, ce qui signifie qu'elles sont chargées des travaux du Parlement et que c'est ce qui les distingue notamment des autres hauts fonctionnaires et officiels du Parlement.

Par ailleurs, il est utile de s'assurer que tous ici comprennent bien certains éléments fondamentaux qui sous-tendent nos discussions aujourd'hui. il faut s'assurer que tous ont la même compréhension des faits essentiels. À cette fin, je veux situer ce débat dans le contexte élargi pertinent qu'il mérite. Je veux me concentrer sur un aspect bien précis, c'est-à-dire, la place qu'occupent les agents du Parlement dans notre système de gouvernement.

Je vais donner un exemple, soit celui du poste de commissaire aux conflits d'intérêt et à l'éthique. Il est important d'avoir un portrait global de la question parce que le commissaire aux conflits d'intérêt et à l'éthique ne travaille pas dans un environnement juridique ou de procédures uniques et ne travaille pas en vase clos non plus.

Le ou la commissaire est nommé, puis s'acquitte de son rôle important dans des conditions en grande partie semblables à celles des autres agents du Parlement. Même si le mandat de chaque agent du Parlement est unique, chacun joue un rôle important dans notre système démocratique. Ils partagent tous certains points qu'il ne faudrait pas oublier aujourd'hui. Ces postes sont devenus des éléments importants du processus de responsabilisation et de surveillance du Parlement. Ils ont été créés pour superviser l'exercice du pouvoir par l'exécutif, c'est-à-dire, le premier ministre, le Cabinet et les institutions gouvernementales. Il est très clair que c'est exactement ce qu'ils font.

Pendant bien longtemps, il n'y a eu qu'un seul agent du Parlement, soit le vérificateur général, dont la création du poste remonte à 1868, juste après la Confédération. Puis, en 1920, le Parlement a créé le poste de directeur général des élections afin qu'une entité indépendante supervise les élections. Il a fallu attendre jusqu'à 1970 pour l'arrivée du troisième poste d'agent du Parlement, soit celui de commissaire aux langues officielles, créé par la Loi sur les langues officielles de 1969.

Pour reconnaître le rôle en constante évolution de l'information au sein du gouvernement et dans la population, les postes de commissaire à la protection de la vie privée et de commissaire à l'information ont tous les deux été créés en 1983. En 2007, nous a avons été témoins de la création de deux autres postes, soit celui de commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique et celui de commissaire à l'intégrité du secteur public. Établi en 2008, le poste de commissaire au lobbying est le plus récent à avoir été ajouté à ceux d'agents du Parlement.

Bien que chacune de ces personnes ait des responsabilités très précises, le groupe qu'elles forment a déjà été qualifié de « gardiens de nos valeurs ». Chacune de ces personnes est indépendante du gouvernement au pouvoir. Chacune a pour mandat de réaliser les tâches que la loi lui a assignées et de rendre compte au Sénat, à la Chambre des communes ou au deux.

Notre gouvernement actuel reconnaît l'importance des travaux que les agents du Parlement accomplissent. Nous sommes conscients du fait qu'ils doivent tenir compte des normes élevées que les Canadiens s'attendent qu'ils respectent, et ce, avec raison.

L'une des mesures très importantes que notre gouvernement a prises pour démontrer cette reconnaissance a été d'établir un nouveau processus de sélection rigoureux pour ces postes. Nous avons adopté la même approche que lors de toutes les autres nominations par le gouverneur en conseil. Ces nominations s'appuient sur des démarches ouvertes, transparentes et fondées sur le mérite.

Qu'est-ce que cela signifie concrètement pour les agents du Parlement? D'abord, il y a le processus de demande lui-même. L'avis est affiché sur le site Web du gouverneur en conseil, et le gouvernement publie un lien vers cet avis dans la Gazette du Canada pendant toute la période de présentation des demandes. Dans le cadre du nouveau processus, toute personne qui se sent capable d'assumer des responsabilités associées à un poste, que ce soit celui de commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique ou tout autre poste ouvert et devant faire l'objet d'une nomination peut poser sa candidature en ligne.

Le gouvernement est très conscient qu'il veut que ce soit les meilleurs candidats possible qui assument ces rôles importants. C'est pourquoi chaque processus de sélection a sa propre stratégie de recrutement. Ainsi, il arrive parfois qu'il retienne les services d'une agence de recrutement pour qu'elle l'aide à établir un bassin d'excellents candidats potentiels.

Il arrive aussi que nous annoncions la vacance d'un poste donné à des collectivités ciblées, comme des associations professionnelles et des intervenants, ou que nous établissions un dialogue avec celles-ci.

Ce processus permet éventuellement de trouver un candidat très compétent. Toutefois, en ce qui concerne le poste de commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, le gouvernement est tenu, après voir trouvé un candidat, de consulter le chef de chaque parti reconnu à la Chambre des communes, et il est évident que la nomination doit être approuvée par une résolution de la Chambre.

Nous savons que, dans la pratique des choses, la personne nommée est invitée à comparaître devant le comité approprié qui examine ses compétences. Les parlementaires ont donc des occasions publiques de se prononcer sur ces rôles importants.

Ce n'est qu'après cela, après l'approbation de la nomination par la Chambre des communes et le Sénat, que l'agent du Parlement est officiellement nommé par décret.

Ce processus de nomination des agents du Parlement par le gouvernement est ouvert, transparent et fondé sur le mérite, et il en est de même pour les autres personnes nommées par le gouverneur en conseil.

Le premier ministre s'est engagé personnellement à amener un nouveau style de leadership et un nouveau ton à Ottawa. Il a pris l'engagement de rehausser les normes d'ouverture et de transparence au gouvernement. Il a pris l'engagement d'adopter un nouveau style de leadership.

Ces engagements sont tout à fait clairs dans les nouveaux processus. Ils visent à ce que les Canadiens les plus compétents aient la possibilité de servir leur pays en étant nommés par le gouverneur en conseil ou autrement.

Ces engagements sont la preuve que des règles rigoureuses accroissent la confiance des Canadiens envers les élus et les personnes nommées, et envers l'intégrité des politiques et des décisions prises dans l'intérêt public.

Les agents du Parlement jouent un rôle de pilier dans notre démocratie. Leur rôle est essentiel, car ils nous aident, nous les parlementaires, à tenir le gouvernement responsable. Je pense que nous avons un système qui fonctionne bien, et je pense que les Canadiens voient qu'il fonctionne bien.

C'est l'une des raisons pour lesquelles je pense que cette motion est inutile. La preuve en est faite. Des institutions publiques plus solides, plus ouvertes, plus transparentes et plus responsables aident le gouvernement à rester concentré sur les personnes qu'il est censé servir. Cela veut dire un meilleur gouvernement pour les Canadiens. Voilà une chose que je suis très fier de défendre et de transmettre aux générations futures.

Il y a encore autre chose, et j'y ai fait référence au tout début. Nous venons de proposer une discussion ouverte sur la modernisation des règles de la Chambre au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Nous avons fait face à une obstruction qui a duré plus de 80 heures sur plusieurs semaines, parce que l'opposition n'était pas intéressée à tenir cette discussion. Or voilà qu'elle présente un changement aux règles au moyen d'une motion devant faire l'objet d'un vote majoritaire, alors qu'elle disait haut et fort que cela n'était pas admissible.

Que fait donc exactement la motion qui est devant nous? Elle commence par le remplacement de l'article 111.1 du Règlement. Je vais lire rapidement l'article 111.1 pour montrer ce que nous perdrions:

111.1

Hauts fonctionnaires du Parlement. Renvoi du nom du candidat à un comité.

(1) Lorsque le gouvernement a l’intention de nommer un haut fonctionnaire du Parlement, le Greffier de la Chambre, le Bibliothécaire parlementaire ou le Commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique, le nom du candidat est réputé avoir été renvoyé au comité permanent compétent qui peut examiner la nomination pendant au plus trente jours après le dépôt d’un document concernant la nomination du candidat.

Motion de ratification.

(2) Au plus tard à l’expiration du délai de trente jours prévu par le présent article, un avis de motion ratifiant la nomination est porté à l’ordre des Affaires courantes pour mise aux voix sans débat ni amendement.

Les députés de l'opposition veulent remplacer un système où les candidats sont référés aux comités appropriés qui ont l'expertise de juger chaque candidat dans le cadre de leurs fonctions, par une référence à un petit sous-comité composé de quatre membres seulement, qui est lui-même un sous-comité du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Ce sous-comité n'aurait pas l'expertise nécessaire pour traiter les sujets concernant ces hauts fonctionnaires, mais il aurait un veto, qui serait non démocratique contrairement à celui de la Chambre au complet. De plus, cela enlèverait aux 334 autres députés le droit et la possibilité de se prononcer sur le ou la candidate.

On peut facilement voir que cette motion n'a pas été bien pensée, qu'elle va à l'encontre des valeurs défendues par le NPD sur le rôle de ce genre de motion et qu'elle n'ajoutera pas de valeur à notre système de nomination.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on June 13, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.