header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-03-10 13:17 House intervention / intervention en chambre

Access to information, Classified documents, Committee members, Federal institutions, Five Eyes, Foreign countries, Government bills, Inquiries and public inquiries, International cooperation, National security,

Coopération internationale, Documents classifiés, Enquêtes et enquêtes publiques, Étape du rapport, Groupe des cinq, Institutions fédérales, Mécanisme de surveillance, Membres des comités,

Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-22 as reported to the House of Commons by the Standing Committee on Public Safety and National Security.

We have been discussing the need for such a committee of parliamentarians for more than a decade, so this is an idea whose time has come. We lost 10 years. In fact, Canada has some catching up to do with our closest allies.

We, along with Australia, New Zealand, the United Kingdom, and the United States, have an intelligence-sharing arrangement that dates back to the early days of the Cold War. Our alliance is known as the “Five Eyes”.

Every other member of the “Five Eyes” alliance has a body of legislators with special access to classified information relating to national security and intelligence matters. Further, I submit that the broad scope of the Canadian committee’s mandate will make it an even stronger body than many equivalents elsewhere.

I would like to explain to the House how the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians, or NSICOP, as proposed in Bill C-22, will compare to frameworks that our allies have established to provide parliamentary oversight of security and intelligence activities.

I will limit my comparison to models in the other Westminster parliamentary tradition in the Five Eyes, namely Australia’s Parliamentary Joint Committee on Intelligence and Security, or PJCIS, and the U.K. and New Zealand, which have each established an Intelligence and Security Committee, known respectively as ISC-UK and ISC-NZ.

There are several similarities between the proposed Canadian committee, called NSICOP, and the parliamentary review committees of those three countries.

The membership of these three committees ranges from 5 to 11 members, appointed by the Prime Minister in consultation with opposition parties. We currently have before us a motion from the Leader of the Government in the House of Commons to increase the size of the NSICOP under Bill C-22 from 9 to 11, which will allow for one additional member from each House of Parliament.

I support this amendment, as it provides the additional flexibility to ensure that the NSICOP’s membership reflects a diversity of views within Parliament. Canada’s NSICOP will be similar to our allies' committees in that committee members will be bound to secrecy.

The mandates of our allies’ committees include the authority to examine matters related to the administration, policy, legislation, and expenditures of national security departments and agencies, but they differ markedly in the examination of operations. I will come back to that shortly.

Each country imposes similar restrictions on the public reports of their committees to ensure that no classified information is disclosed.

In the other Westminster systems, as in Canada, the work of the committee is supported by staff that is required to have the appropriate security clearances.

When it comes to access to classified information, the other Westminster democracies also define the scope of that power by legislation. Generally, there are limits on the power to access certain information.

For example, details about sources, methods, and operations, or whether the information was provided by a foreign government may not be disclosed to the committees.

Each of the Westminster countries authorizes the executive branch, namely the minister responsible for the department or agency under review, with powers to withhold sensitive information to ensure that the national interest and security are not harmed.

The standing committee has made some significant changes to this area of Bill C-22. In particular, it deleted almost all of the provisions in clauses 14 and 16 of the bill. This includes provisions that protect important types of information such as the identities of sources and persons in the witness protection program.

I am pleased to see that the government has carefully considered the spirit and intent of the standing committee's changes, and is suggesting a compromise approach. We have before us a motion by the Leader of the Government in the House of Commons to restore clause 16 and partially restore clause 14.

Under this approach, the national security intelligence committee of parliamentarians would be provided with access to as much information relevant to its mandate as possible, with restrictions applied only where necessary to prevent harm to individuals, ongoing police investigations, or national security.

I believe this is a responsible, balanced approach, and I urge all members to join me in supporting these amendments.

I have, until now, described similarities between what is proposed in Bill C-22 and what is already in place among our Five Eyes allies, but the proposed national security and intelligence committee of parliamentarians will be different from parliamentary review elsewhere in some significant ways.

The differences among the Five Eyes allies relate to the scope of the committees’ mandates, that is to say, the extent to which each committee can examine various institutions involved in national security. The other three Westminster models limit the jurisdiction of their committee to the main national security agencies. The UK and New Zealand allow for additional agencies or programs to be added, but only if the government agrees.

Bill C-22 will give Canada’s committee of parliamentarians a broader mandate. Committee members will be able to examine any national security and intelligence activity conducted by the Government of Canada, regardless of which department or agency is conducting this activity. This will include the main security and intelligence agencies, that is to say, the Canadian Security Intelligence Service, the Communications Security Establishment, and the Royal Canadian Mounted Police, as well as the other 17 or so other federal organizations that have national security responsibilities, such as the Canadian Border Services Agency.

One of the amendments reported to us by the Standing Committee will make it clear that the committee of parliamentarians' mandate and access to information includes crown corporations. I support this amendment, which is entirely consistent with the committee’s government-wide mandate.

As mentioned earlier, when it comes to the mandate that the committees have over operations, the Five Eyes countries differ considerably in their approaches. The committees in Australia and New Zealand have no mandate to consider operational matters. In the U.K., the committee may review operations, but only if it meets certain conditions, namely, that the Prime Minister has agreed that it is not part of an ongoing operation and that the matter is of significant national interest.

The U.K. committee may only review an ongoing operation if the matter is referred by the British government. Under the bill before us, the Canadian committee would have a broader mandate to review national security and intelligence activities. It would, for example, be able to examine ongoing operations on its own initiative, with the proviso that the minister could stop a review for reasons of national security.

I am pleased to see that the standing committee has strengthened this aspect of the bill by clarifying that operational reviews may only be stopped for national security reasons during the period that the operation in question is ongoing, and that once the operation is complete the parliamentary committee may resume its review. Furthermore, the instances in which this authority is used will be part of the committee’s annual reporting to Parliament, ensuring government accountability in this area.

Another unique feature of this bill is the ability of the committee to engage with the three existing Canadian review bodies that are dedicated to reviewing particular agencies, that is to say, the Civilian Review and Complaints Commission for the RCMP, the Security Intelligence Review Committee for CSIS, and the Commissioner of the Communications Security Establishment. This ensures that the committee’s work can be informed by the work of these highly focused and expert review bodies.

I have outlined the similarities and differences between what is included in Bill C-22 and how our allies among the Five Eyes implement similar oversight and review of security and intelligence matters. We have taken some of the best practices from our allies and gone further to establish a strong, accountable, and transparent review of Canada’s security and intelligence community’s activities.

This is truly a made-in-Canada approach to parliamentary review of security and intelligence. Our country may be late in creating a parliamentary review committee, but Canadians will now have a bold and forward-looking framework for this committee of parliamentarians. Establishing the committee underscores our commitment to be more open and transparent and keep our country safe.

I commend the government for engaging with the standing committee in a constructive and thoughtful manner to improve Bill C-22. I urge honourable members to join me in supporting the amendments proposed by the Leader of the Government in the House of Commons and the passage of this important bill.

Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour parler du projet de loi C-22 dans sa forme présentée à la Chambre des communes par le Comité permanent de la sécurité publique et nationale.

Cela fait maintenant plus de 10 ans que nous discutons de la nécessité d'établir ce comité des parlementaires, et le temps est venu d'agir. Ces 10 années ont vraiment été perdues. De fait, le Canada a du rattrapage à faire par rapport à nos plus proches alliés.

Connus sous le nom de « Groupe des cinq », le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis ont une entente de partage de renseignements datant du début de la guerre froide.

Tous les membres du Groupe des cinq, sauf le Canada, possèdent un organisme de parlementaires ayant un accès privilégié à des renseignements classifiés en matière de sécurité nationale et de renseignement. De plus, j'estime que la portée étendue du mandat du comité canadien en fera un organisme encore plus robuste que ses équivalents à l'étranger.

J'aimerais prendre le temps d'expliquer à la Chambre des communes où se situerait le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, ou le CPSNR tel que proposé par le projet de loi C-22, par rapport aux cadres qu'ont établis nos alliés pour permettre aux parlementaires de surveiller des activités de sécurité et de renseignement.

Je me limiterai au modèle des pays s'inscrivant dans la tradition parlementaire de Westminster au sein du Groupe des cinq, plus précisément le Parliamentary Joint Committee on Intelligence and Security, le PJCIS d'Australie, ainsi que les Intelligence and Security Committee du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande, soit le ISC-UK et le ISC-NZ.

On remarque plusieurs similarités entre le comité canadien proposé, le CPSNR, et les organismes d'examen parlementaire de ces trois pays.

La taille de ces trois comités varie de 5 à 11 membres, qui sont nommés par le premier ministre en consultation avec les partis de l'opposition. À l'heure actuelle, la leader du gouvernement à la Chambre des communes a déposé une motion visant à faire passer de 9 à 11 le nombre de membres du CPSNR au titre du projet de loi C-22, ce qui permettrait l'ajout d'un membre de chaque Chambre du Parlement.

J'appuie cet amendement, car il apportera la flexibilité nécessaire pour veiller à ce que les membres du comité soient représentatifs de la diversité des opinions au Parlement. Le CPSNR du Canada sera comparable à celui de nos alliés, c'est-à-dire que ses membres seront astreints au secret.

Les mandats des comités de nos alliés prévoient l'autorité d'examiner les questions liées à l'administration, aux politiques, à la législation et aux dépenses relatives aux ministères et aux agences chargées de la sécurité nationale. Ils diffèrent toutefois substantiellement en ce qui a trait à l'évaluation des opérations. Je me pencherai sur cette question sous peu.

Chaque pays impose des restrictions similaires relativement à la divulgation publique des activités de son comité, et ce, en vue de veiller à ce qu'aucun renseignement classifié ne soit divulgué.

Dans les autres gouvernements fondés sur le régime de Westminster, comme celui du Canada, le personnel qui appuie les travaux des comités se doit d'obtenir les attestations de sécurité appropriées.

En ce qui concerne l'accès aux renseignements classifiés, les autres démocraties fondées sur le régime britannique définissent également de façon législative l'étendue de ce pouvoir. Généralement, les autorisations d'accès à certaines informations sont limitées.

À titre d'exemple, les comités ne peuvent pas divulguer des détails concernant les sources, les méthodes et les opérations, ou encore des détails indiquant si les renseignements ont été fournis par un gouvernement étranger.

Chacun des pays dont le système est fondé sur le modèle de Westminster confère au département du pouvoir exécutif, plus précisément au ministre responsable du ministère ou de l'agence faisant l'objet d'un examen, le pouvoir de ne pas divulguer des renseignements sensibles en vue de s'assurer qu'on ne porte pas atteinte aux intérêts nationaux ni à la sécurité de l'État.

Le comité permanent a apporté certains changements importants à cet égard dans le projet de loi C-22. Plus précisément, ce comité a supprimé presque toutes les dispositions des articles 14 et 16 du projet de loi, ce qui inclut les dispositions qui protègent des types d'informations importantes, comme l'identité des sources et des personnes dans le Programme de la protection des témoins.

Je me réjouis de constater que le gouvernement a soigneusement considéré l'esprit et l'intention des changements du comité permanent et qu'il propose un compromis. Nous avons devant nous une motion de la leader du gouvernement à la Chambre des communes visant à rétablir l'article 16 et une partie de l'article 14.

En vertu de cette approche, le comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement aura accès à tous les renseignements pertinents qui lui permettront de mener à bien son mandat, sous réserve de certaines restrictions applicables seulement lorsque cela sera nécessaire, notamment pour protéger des tiers, pour éviter de nuire à des enquêtes policières actives ou pour ne pas nuire à la sécurité nationale.

Je considère qu'il s'agit là d'une approche responsable et équilibrée, et je recommande avec insistance à tous les députés de se joindre à moi et d'appuyer ces amendements.

Jusqu'ici, j'ai décrit les similarités entre ce qui est proposé dans le projet de loi C-22 et ce qui est déjà en place chez nos alliés du Groupe des cinq. Toutefois, le comité dont nous proposons la création différera grandement, à certains égards, des autres comités d'examen parlementaire.

Les différences entre les comités du Groupe des cinq concernent la portée de leurs mandats respectifs, c'est-à-dire la mesure dans laquelle chacun d'entre eux peut mener des examens portant sur diverses organisations participant à la sécurité nationale. Les trois autres régimes de Westminster limitent les domaines de compétence de leurs comités aux principaux organismes de sécurité nationale. Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande permettent d'ajouter des organismes ou des programmes nationaux aux domaines de compétence de leurs comités, mais seulement si le gouvernement y consent.

Le projet de loi C-22 accordera un mandat plus étendu au comité des parlementaires. Ainsi, ses membres pourront examiner toutes les opérations ayant trait à la sécurité nationale et au renseignement qui sont menées par le gouvernement du Canada, peu importe le ministère ou l'organisme responsable de celles-ci. Cela comprendra les principaux organismes de sécurité et de renseignement, c'est-à-dire le Service canadien du renseignement de sécurité, le Centre de la sécurité des télécommunications et la Gendarmerie royale du Canada, ainsi que les quelque 17 autres organisations fédérales dont les responsabilités concernent la sécurité nationale, comme l'Agence des services frontaliers du Canada.

L'un des amendements présentés par le comité permanent fera en sorte que le mandat du comité des parlementaires et les pouvoirs de celui-ci en matière d'accès à l'information incluront les sociétés de la Couronne. J'appuie cet amendement, qui est entièrement conforme au mandat pangouvernemental du comité.

Comme je l'ai mentionné plus tôt, les pays du Groupe des cinq ont des approches très différentes en ce qui concerne les mandats d'examen de leurs comités respectifs. En effet, les mandats des comités de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande ne leur permettent pas d'examiner des questions opérationnelles. Au Royaume-Uni, le comité peut examiner des opérations, mais uniquement si cet examen répond à certaines conditions, à savoir que le premier ministre est d'accord sur le fait qu'il n'est pas réalisé dans le cadre d'une opération courante et que la question est d'un grand intérêt pour le pays.

De plus, le comité du Royaume-Uni peut uniquement examiner une opération courante si la question a été soumise par le gouvernement britannique. En vertu du projet de loi qui est devant nous, le comité canadien disposerait d'un mandat plus étendu et permettant d'examiner des opérations ayant trait à la sécurité nationale et au renseignement. Il serait, par exemple, habilité à effectuer les examens des opérations courantes de son propre chef, mais un ministre pourrait mettre un terme à un tel examen pour des raisons de sécurité nationale.

Je me réjouis de constater que le comité permanent a renforcé cet aspect du projet de loi, en précisant que les examens des opérations peuvent seulement être interrompus pour des raisons de sécurité nationale durant le déroulement de l'opération en question, et qu'une fois l'opération terminée, le comité des parlementaires peut poursuivre son examen. De plus, les cas où ce pouvoir sera utilisé seront consignés dans le rapport que le comité présentera chaque année au Parlement afin de veiller à la responsabilité gouvernementale.

Une autre caractéristique unique de ce projet de loi est la capacité du comité à collaborer avec les trois organismes d'examen qui se penchent sur les activités de certaines organisations et de certains organismes, à savoir la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC, le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du SCRS et le Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications. Cela permettra au comité de s'inspirer des travaux réalisés par ces organismes d'examen hautement spécialisés.

J'ai souligné certaines ressemblances et différences entre le contenu du projet de loi C-22 et les caractéristiques des organismes d'examen et de surveillance des activités liées à la sécurité et au renseignement qui ont été mis sur pied par nos alliés du Groupe des cinq. Nous nous sommes inspirés de certaines pratiques exemplaires de nos alliés et sommes allés plus loin afin d'établir un organisme solide, responsable et transparent chargé d'examiner les opérations de la communauté canadienne de la sécurité et du renseignement.

Il s'agit donc d'une approche purement canadienne en matière d'examen parlementaire de la sécurité et du renseignement. Notre pays a peut-être agi tardivement pour établir ce comité, mais les Canadiennes et les Canadiens disposeront dorénavant d'une structure d'examen robuste et progressiste. La création de ce comité témoigne de notre volonté de faire preuve d'une plus grande ouverture et d'une plus grande transparence et de protéger notre pays.

Je remercie le gouvernement d'avoir collaboré avec le comité permanent de façon constructive et rigoureuse, afin d'améliorer le projet de loi C-22. Je recommande avec insistance à Mmes et MM. les députés de se joindre à moi pour appuyer les amendements proposés par la leader du gouvernement à la Chambre des communes, ainsi que l'adoption de ce projet de loi.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on March 10, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.