header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-12-05 17:09 House intervention / intervention en chambre

Benefits for children, Broadband Internet services, Computer software, Government bills, Innovation, Report stage, Rural communities, Scientific research and scientists, Senior citizens

Communautés rurales, Étape du rapport, Innovations, Logiciels, Personnes âgées, Prestations pour enfants, Services Internet à large bande

Mr. Speaker, I once again have the great pleasure of rising to talk about how successful the Liberal 2016 budget has been, along with Bill C-29 to implement it. It is a budget that plans for the future, invests where investments are needed, helps our seniors, returns science and innovation to its rightful place, lays the groundwork for our youth, and addresses the priorities of our regions.

At 19,694 square kilometres, my riding, Laurentides—Labelle, is the 46th largest riding in Canada. Our smallest municipality has 41 permanent residents; our largest has about 13,000. My home town of Sainte-Lucie-des-Laurentides, where I still live, is the median of our 43 municipalities with 1,024 residents.

Our communities are aging. In 2011, the average age was 49.5. This year's census data will be released shortly, and I can only imagine that the average age will be over 50, so this budget and the initiatives that will affect our region are important.

In this bill, we are making it easy for senior couples no longer able to live together to receive greater old age security benefits. We are helping seniors in the short term, and we are planning for future issues involving seniors through the changes we have already rolled out for a significant 10% increase to the guaranteed income supplement for single seniors; through lowering the eligibility age for old age security from 67 to 65; and also through Bill C-26 on the future of the CPP.

We have been here for only a year and we did all that. The three budgets remaining in this mandate can only be even better.

Speaking of the future, I want to take this opportunity to talk about our innovation agenda. Our budget puts billions of dollars into social, transport, and green infrastructure. Our investments in scientific research are finally back on, after years of having a creationist minister of science. We understand the importance of research, of science, and of being truly progressive. Progressive comes from progress. Progress is a forward or onward movement. Moving forward is what we do.

While the official opposition objects to even the most basic progress, when even the notion of switching to digital clocks in this chamber was pooh-poohed by the Conservatives when we had a debate on Standing Order 51, the rest of society moves ever forward.

Mr. Speaker, 2016 marks the 25th anniversary of Linux, the open source operating system started by Linus Torvalds and developed into a world powerhouse by tens if not hundreds of thousands of contributors from all walks of life and all corners of the globe.

I have been involved in the Linux and open source community for most of that time, mainly through the open and free technology community SourceForge and its predecessor organizations, Software in the Public Interest and the Debian community. It symbolizes to me what a community can do when it works together. Indeed, DebConf17 will take place next year in Montreal, and it is an excellent and concrete example of what that looks like.

We in rural Canada are still trying to figure out how to reduce packet loss on our TCP-over-smoke signal Internet connectivity and our UDP-over-carrier pigeon cell phone service. The rest of the world is not waiting.

Amazon, Google, and Facebook built their empires on Linux. Linux now runs 498 of the world's 500 fastest supercomputers, only one of which is in Canada. Even Microsoft recently finally joined the Linux Foundation this fall.

I believe it is very important to understand the lessons of the open source community.

In 25 years, Linux went from a university student's hobby to the software backbone of the Internet. Many people became very wealthy because of it, with it, and through it, yet all the while, the software, the product, was free for anyone and everyone to use, to modify, to take apart, and to understand.

While some people refuse to use a web browser other than Internet Explorer because its proprietary nature is seen as the only possible avenue to being secure, I see it as the other way around. Open source software, with its peer-reviewed scientific approach to development, tends to be the most secure option available. Getting open source logic into government can only see innovation improve.

With our innovation agenda, the options are there, but to get there, we need communications infrastructure. That we only have one of the world's top 500 supercomputers, and that it is 196 on the list, speaks to the need for infrastructure and investment in innovation. After a decade of the previous government dismissing science as an inconvenience, unhelpful facts in the way of an ideological agenda, the government we have today clearly believes in researching and preparing our way into the future.

In rural Canada, as I mentioned, Internet is our big file. Of the 43 municipalities I mentioned earlier, all 43 see the lack of proper, competitive, high speed Internet as among the top priorities. Without it, our average age will continue heading north. When our average age reaches retirement age, the social structure of our region will necessarily change.

To address this, we need to address the issues that are keeping youth away.

When I asked high school seniors who among them will stay in the region after they graduate, it was rare to hear one of them say yes.

When I ask them why they leave, the answers are always the same. They say that there is no post-secondary education, that there is not a lot of public transit, that the regional service covers 35 municipalities with a couple of retired school buses, and that there is substandard Internet and cellular service. Without these, not much is going on. When newcomers see that their cellphones do not work, they do not think about buying a house in our region, moving there or making their lives there.

Internet access is only through slow and unreliable satellite service or by telephone. Surely members can remember that noise old modems used to make. Unfortunately, it is still the case for many of our residents. For the luckiest, it is a blurry image at the end of a Skype call with their grandchildren.

Our budget is beginning to tackle these problems. We are investing $500 million in digital infrastructure to help bridge this technical gap. The lack of internet means fewer young people, less immigration and fewer opportunities for those who stay.

In investing a half a billion dollars in digital infrastructure to begin with, we are creating opportunities for those who stay and some appeal for newcomers. We are also helping to keep young people in the region.

The bill also aims to improve the lives of our seniors and to even out the average age of our regions over the long term. It is a budget that plans for the future, that invests where investment is needed, that helps our seniors, that reinstates science and innovation to their rightful place, that paves the way for our young people, and that examines the priorities of our regions. I am proud to support it.

What I am most proud of in this budget is the Canada child benefit. It helps thousands of people in the country. Over 300,000 people will find more money in their pockets.

When I tour my riding, people will often stop me and say they have never been interested in politics, but they really appreciate what we have done for families.

Last Friday evening, someone told me that she became a single parent just before the change in policy, and that it has helped her directly. It also provides concrete assistance to the region’s youth and families. I am proud of everything we have done. We have be proud of this budget. I am proud to support it.

Monsieur le Président, j'ai encore une fois le très grand plaisir de me lever pour parler de la grande réussite qu'est le budget libéral de 2016, ainsi que le projet de loi C-29 pour le mettre en oeuvre. C'est un budget qui planifie l'avenir, qui investit là où on a besoin de le faire, qui aide nos aînés, qui remet en place la science et l'innovation, qui prépare le terrain pour nos jeunes et qui s'occupe des priorités de nos régions.

À 19 694 kilomètres carrés, ma circonscription, Laurentides—Labelle, est la 46e plus grande circonscription au Canada. Notre plus petite municipalité a une population de 41 résidants permanents; notre plus grande, environ 13 000. Mon village natal de Sainte-Lucie-des-Laurentides, où je demeure toujours, est la médiane de nos 43 municipalités, avec 1 024 habitants.

Nos communautés sont vieillissantes. En 2011, l'âge moyen était de 49,5 ans. Le recensement de cette année sortira bientôt, et je ne peux qu'imaginer que l'âge moyen va dépasser les 50 ans. Alors ce budget et les projets associés à notre région sont importants.

Dans ce projet de loi, nous facilitons la possibilité pour les couples aînés, qui ne peuvent plus vivre ensemble, d'avoir de meilleures prestations de la Sécurité de la vieillesse. Nous aidons les aînés à court terme, et nous planifions les enjeux futurs par rapport aux aînés grâce aux changements que nous avons déjà mis en place pour une augmentation importante de 10 % du Supplément de revenu garanti pour les aînés vivant seuls; grâce à la diminution de l'âge d'admissibilité à la Sécurité de la vieillesse, la faisant passer de 67 ans à 65 ans; et grâce aussi au projet de loi C-26 sur l'avenir RPC.

Nous sommes en poste depuis seulement un an et nous avons fait tout cela. Les trois budgets qui restent dans ce mandat ne peuvent être que meilleurs encore.

Puisqu'il est question de l'avenir, je profite de l'occasion pour parler de notre programme d'innovation. Le budget prévoit d'investir des milliards de dollars dans les infrastructures sociales, les infrastructures de transport et les infrastructures vertes. Les investissements dans la recherche scientifique sont enfin rétablis après des années passées sous un gouvernement qui avait un créationniste comme ministre des Sciences. Nous comprenons l'importance de la recherche, de la science et des véritables mesures progressistes. Être progressiste, c'est être pour le progrès. Le progrès, c'est avancer, et c'est ce que nous faisons.

Tandis que l'opposition officielle s'oppose au moindre progrès — puisque même l'idée de remplacer l'horloge de la Chambre par des horloges numériques a été dénigrée par les conservateurs lors d'un débat prévu par l'article 51 du Règlement —, le reste de la société continue d'avancer.

Monsieur le Président, l'année 2016 marque le 25e anniversaire de Linux, le système d'exploitation à code source ouvert qui a été lancé par Linus Torvalds et qui est devenu un puissant outil utilisé dans le monde entier grâce au travail de dizaines — voire de centaines — de milliers de contributeurs provenant de tous les milieux et de toutes les régions du monde.

J'ai fait partie des contributeurs de Linux et du milieu des codes sources ouverts pendant la majeure partie de cette période, principalement en tant que membre de SourceForge, une communauté axée sur la technologie ouverte et gratuite, et des organisations qui l'ont précédée, y compris la communauté Software in the Public Interest et la communauté Debian. À mon avis, c'est là un exemple de ce que les membres d'une communauté peuvent faire en unissant leurs forces. D'ailleurs, la conférence DebConf17, qui se tiendra à Montréal l'an prochain, sera une excellente occasion de montrer ce que j'avance de façon concrète.

Nous, qui habitons en région rurale, nous demandons encore comment éviter de perdre trop de paquets de données avec nos connexions Internet par signaux de fumée et nos services de téléphonie cellulaire par pigeons voyageurs. Or, le reste du monde n'attend pas, lui.

Amazon, Google et Facebook ont bâti leur empire grâce à Linux. Ce système d'exploitation permet aujourd'hui de faire fonctionner 498 des 500 superordinateurs les plus puissants du monde, dont 1 seul est au Canada. Même Microsoft a fini par voir la lumière et se joindre, l'automne dernier, à la fondation Linux.

Il faut absolument, selon moi, tirer des leçons de l'expérience du code source libre.

En 25 ans, Linux est passé d'un simple passe-temps pour un étudiant d'université au logiciel sur lequel repose la structure même d'Internet. Bien des gens sont devenus riches grâce à ce système d'exploitation — ou à cause de lui —, mais il est toujours demeuré gratuit et libre d'accès pour quiconque souhaitait l'utiliser, le modifier, le décortiquer ou en comprendre le fonctionnement.

Même si certaines personnes refusent encore d'utiliser autre chose qu'Internet Explorer comme navigateur Web parce qu'elles considèrent que les droits de propriété par lesquels il est visé constituent la seule garantie de sécurité valable, je vois les choses tout autrement. Linux étant un graticiel, son développement est scruté à la loupe par une pléthore d'informaticiens, ce qui tend à en faire la plus sûre de toutes les options imaginables. Si on réussissait à faire entrer le code source libre au gouvernement, l'innovation ferait des bonds de géant.

Grâce à notre programme d'innovation, toutes les options sont sur la table, mais pour arriver à destination, nous avons besoin d'infrastructures de communication. Que le Canada n'ait qu'un seul des 500 superordinateurs les plus puissants du monde et que l'ordinateur en question n'arrive qu'au 196e rang sur 500 en dit long sur les besoins du pays en matière d'infrastructures et d'investissements. Durant 10 ans, le gouvernement précédent a considéré les sciences comme une nuisance et balayé du revers de la main tous les faits susceptibles de nuire à son programme idéologique; le gouvernement actuel, lui, croit profondément aux vertus de la recherche et il est convaincu que nous devons nous préparer aux défis de demain.

Comme je le disais, pour les régions rurales du Canada, Internet demeure le dossier de l'heure. La totalité des 43 municipalités dont je parlais tout à l'heure considèrent l'accès à une connexion Internet haute vitesse adéquate et à prix concurrentiel comme une de leurs principales priorités. Autrement, l'âge moyen dans ma circonscription continuera de grimper. Quand il correspondra à l'âge de la retraite, c'est la structure sociale même de notre région qui se transformera; c'est inévitable.

Pour éviter d'en arriver là, nous devons nous attaquer aux problèmes qui empêchent les jeunes de revenir.

Quand j'ai demandé aux étudiants de cinquième secondaire lesquels parmi eux resteront dans la région après l'obtention de leur diplôme, les réponses positives étaient rares.

Quand je leur demande pourquoi ils partent, les réponses sont toujours les mêmes. Ils disent qu'il n'y a pas d'éducation postsecondaire, qu'il y a peu de transport en commun, que le service régional dessert 35 municipalités avec quelques autobus scolaires à la retraite, qu'il n'y a pas de service Internet ni de service cellulaire adéquats. Sans ces derniers, peu de choses avancent. Quand les nouveaux arrivants s'aperçoivent que leur cellulaire ne fonctionne pas, ils ne songent pas à acheter une maison dans notre région, à y déménager ou à s'y établir.

L'accès Internet ne se fait que par un service satellite lent qui n'est pas fiable ou par ligne téléphonique. On se souvient sûrement du son particulier que produisaient les anciens modems. Malheureusement, c'est toujours le cas pour beaucoup de nos résidants. Pour les plus chanceux, c'est une image brouillée à la fin d'une session Skype avec leurs petits-enfants.

Notre budget commence à aborder ces problèmes. Nous investissons 500 millions de dollars dans l'infrastructure numérique pour contribuer à combler cette lacune technique. En raison du manque d'Internet, il y a moins de jeunes, moins d'immigration et moins de possibilités pour ceux qui restent.

En investissant un demi-milliard de dollars dans l'infrastructure numérique pour commencer, nous créons des possibilités pour ceux qui restent et de l'attrait pour les nouveaux arrivants. De même, nous améliorons ainsi la rétention des jeunes dans la région.

Le projet de loi vise aussi à améliorer la vie de nos aînés et à équilibrer l'âge moyen de nos régions à long terme. C'est un budget qui planifie pour l'avenir, qui investit là où on en a besoin, qui aide nos aînés, qui remet en place la science et l'innovation, qui prépare le terrain pour nos jeunes, et qui examine les priorités de nos régions. Je suis fier de l'appuyer.

L'Allocation canadienne pour enfants est ce dont je suis le plus fier dans ce budget. Elle aide des milliers de personnes dans le pays. Plus de 300 000 personnes vont avoir plus d'argent dans leur poche.

Quand je fais le tour de ma circonscription, il m'arrive souvent que quelqu'un m'arrête et me dise qu'il ne s'est jamais intéressé à la politique, mais qu'il apprécie beaucoup ce que nous avons fait pour les familles.

Vendredi soir dernier, une personne m'a dit qu'elle était devenue mère monoparentale juste avant le changement de la politique et que cela l'aide directement. C'est une aide concrète pour les jeunes et pour les familles de la région. Je suis fier de tout ce que nous avons fait. Nous devons être fiers de ce budget. Je suis fier de l'appuyer.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on December 05, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.