header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-10-27 17:55 House intervention / intervention en chambre

Meat, National Seal Products Day, Prejudice, Seal hunt, Seal products, Senate bills,

Chasse au phoque, Journée nationale des produits du phoque, Préjugé, Produits du phoque, Projets de loi du Sénat, Projets de loi émanant des députés, Viande

Madam Speaker, it gives me a great deal of pleasure to rise today to defend Senate Bill S-208, an act respecting national seal products day.

The issues and the industry have been well explained by the many speakers we have heard, so I will not repeat what they have said. I agree with them. Their speeches were very good.

I seconded this bill sponsored by my friend, colleague, and mentor, the member for Coast of Bays—Central—Notre Dame. When he asked me if I would do it, there was no hesitation on my part, for while the seal population in the Laurentians is decidedly low, it is an important issue close to my heart, one I have been passionate about going all the way back to high school. There is a back story to this that members probably will not hear very often.

I grew up in a political but not partisan family, political in the sense of getting involved in the community, in issues, in nation building in our own little corner of the nation. For reasons of opportunity not germane to this debate, I attended high school at a boarding school in Massachusetts. I received the maximum financial assistance from the school available to foreign students. There, at an institution founded in the latter half of the 19th century, called Northfield Mount Hermon School, I met students from dozens of countries, and as a teenager learned how to swear in many languages. Never did I swear so loudly as I did after the school invited a guest speaker on an issue that to that point I knew nothing about and had not even heard of. Therefore, when Captain Paul Watson of the Sea Shepherd Conservation Society spoke to the entire assembled student body about the need to destroy the sealing industry in Canada, and how he had sunk two ships through his activities, more than the Canadian navy itself had sunk since the Second World War, he said at the time, I twigged to its being a fundamental injustice.

As a 15-year old from rather far inland in rural Quebec, I did not yet know what the seal hunt was. Google did not yet exist, websites were often turned off at the end of the business day, Wikipedia was five years away, people still used the gopher protocol and had RFC 742, or finger, profiles, and so information had to be gleaned in more traditional ways. However, my instinct in listening to this energetic and very well-received speech, according to my fellow students, was that it did not add up. The seal hunt no doubt was an important part of Canadian culture in a part of my country I knew nothing about. It felt like an attack not only on a people or an industry but on my country. I took it as an attack on Canada itself.

I was never shy in school to identify myself as Canadian. Of over 1,100 students from around 75 countries, there were never more than about a dozen of us from here. Most of my classmates referred to me by the nickname they gave me, “Canada'”, and I can say that upon returning to Canada, it was a bit of a disappointment to lose that nickname, though in a similar way, in the years I lived in Ontario, I was just as proud to identify myself as a Quebecker, which I consider to be an integral part of my identity and who I am.

At NMH, we were early adopters of technology. Jonas Reed Klein had graduated in the class of 1993, two years before my arrival. A very promising technologist, he went on to the Massachusetts Institute of Technology that autumn, but was tragically killed in an unusual small plane crash in November of that year, the plane being knocked out of the sky in a collision with a skydiver. I never met Jonas, but my brother Jonah, who attended NMH before me, did know him, and one of my most important mentors in technology, my classmate Seth Schoen, who is now at the Electronic Frontier Foundation, met him, learned from him, and passed on a lot of that knowledge and his passion. As a result of Jonas' very promising career, and strong and, by all accounts, contagious interest in technology, his family set up a memorial fund at my school to promote the use of and education about technology. Had that series of events not happened, I would not be standing in the House today.

The technology fund created two things: one was the technology package needed to create a campus club called GEECS, a recursive acronym for Electrical Engineering and Computer Science, which had a 386 running Slackware Linux on a 1.2 kernel, where I got my first Linux experience, which directly resulted in my first career as a technology journalist and news editor at linux.com, under the mentorship of Robin Miller, known in the technology world simply as Roblimo, and made me probably one of the few people ever to use Lynx, the text-mode web browser, professionally. The other was a system years ahead of its time called SWIS, the School-Wide Information System, based on the first-class collaboration suite. By the end of my ninth grade in 1995, every student in the school had an email address, which we could use on the Mac LC 475s and Mac LC 520s in the Cutler computer lab. Somewhere between a BBS and a social network, the system allowed students and faculty to interact electronically with message groups on arbitrary topics in what was then a very novel way.

One of these groups was on food. Frequently, vegan advocates would argue for veganism, something they are well known to do. Their argument, which was not unfair, was that people should not eat meat without knowing where it came from, that it was not justifiable to eat meat if one was not part of the process of how that meat ended up on one's plate. Being lifelong homesteaders, my parents Joe and Sheila—any nearby Australians may want to take note of their names—were among the runners-up for Mother Earth News' Homesteaders of the Year back in 2012, so I knew a thing or two about where meat came from.

My whole life, we have raised our own meat, vegetables, eggs, and so forth. Today, in our multi-generational household, we produce around 80% of the food we eat, when we are not here in Ottawa, of course.

My argument, therefore, back to these vegan activists was always, “Here's my connection to meat”, and then I would go into detail, “Here's how to raise a chicken. Here's how to slaughter a chicken. Here's how to clean a chicken. Here's how to store a chicken and here's how to prepare a chicken.” Of course, this put the vegan activists in a really awkward spot. The general consensus and response from them on the SWIS message board was, “Nobody should eat meat, except David.”

There is the trouble. When a vegan, an activist, or someone who is against the seal hunt but will happily go eat a hamburger tells me, or you, Madam Speaker, or any of our colleagues here, or our families, or our fellow citizens, what we can and cannot eat, what we can and cannot produce, and what we should or should not do, they are making assumptions about who we are, what our experiences are, and what our realities are.

In my years since, it has been important to me to learn about other people's experiences and realities, to become that much more worldly, and among many other things, to understand what the seal hunt actually is, beyond my baseline high school instincts. I would invite others to do the same.

When people all over the world tell our communities, who for over millennia have become very much part of the ecosystem in our coastal regions, where managing the seal population does not only serve to feed a population directly but also ensures fish stocks can survive the voracious appetites of our fellow predators, that this particular hunt is wrong and must result in a social and economic stigma that has nothing to do with reality, I believe it is important that we use our technology to post on our worldwide information-sharing systems what our reality actually is.

The stigma has made it so that buying seal meat in a grocery store, or through a fishmonger, which should be possible, is not possible. I believe it is incumbent on people like us, parliamentarians, in our position of protecting the interests of our society and of our future, to respond in kind, to say, no, we do not accept that social and economic stigma based on no facts whatsoever but only on a perception and on a quick political whim, where there is no real need to worry about the realities over there in Canada. No, we do not buy the argument that sinking warships in the Canadian navy as a protest against the livelihoods of our people is productive, fair, or justified. We will not put up with these attacks on a Canadian way of life, which goes back far longer than Canada as we know it.

It is very important for us to pass Bill S-208 and make May 20 national seal products day to make a statement that we defend our people and their way of life, that we defend the livelihood of our people, that we will celebrate our culture, and that we want to see our products succeed.

The bill does not make a holiday. It makes a statement. It is a statement I am proud to make, proud to shout from the rooftops, and one I hope my colleagues will be proud to make as well.

Madame la Présidente, je suis très heureux de prendre la parole pour défendre le projet de loi sénatorial S-208, Loi instituant la Journée nationale des produits du phoque.

Les nombreux intervenants ont bien expliqué ce que sont cette industrie et ses difficultés, alors je ne répéterai pas ce qu'ils ont dit. Je suis d'accord eux. Ils ont prononcé de très bons discours.

Lorsque le parrain du projet de loi, mon collègue et ami, mon mentor, le député de Coast of Bays—Central—Notre Dame, m'a demandé d'appuyer le projet de loi, je n'ai pas hésité, car même si la population de phoques dans les Laurentides se fait décidément rare, j'ai cette cause très à coeur, et ce, depuis le secondaire. L'histoire qui entoure tout cela n'a rien de banal.

J'ai grandi dans une famille politique, mais non partisane. Politique, dans le sens qu'elle s'impliquait dans son milieu, dans des causes, dans l'édification de la nation dans notre petit coin de pays. Pour diverses raisons qui n'ont pas rapport avec le présent débat, j'ai eu la chance de faire mes études secondaires dans un pensionnat au Massachusetts. J'ai reçu la bourse maximale que l'école mettait à disposition des étudiants étrangers. Là bas, dans un établissement d'enseignement fondé dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l'École Northfield Mount Hermon, j'ai rencontré des élèves de dizaines de pays et, adolescent, j'ai appris à jurer dans bien des langues. Jamais je n'ai juré aussi fort que lorsque l'école a invité un conférencier sur un sujet dont je ne savais absolument rien et dont je n'avais, jusqu'alors, jamais même entendu parler. Ainsi, lorsque le capitaine Paul Watson, de la Sea Shepherd Conservation Society, est venu parler à tout l'effectif étudiant de la nécessité de détruire l'industrie de la chasse au phoque au Canada, racontant comme il avait fait couler deux navires dans le cadre de ses activités, c'est-à-dire, a-t-il alors dit, plus que la marine canadienne en a elle-même fait couler depuis la Seconde Guerre mondiale, j'ai compris qu'il s'agissait d'une injustice fondamentale.

J'étais un jeune de 15 ans qui avait grandi dans le Québec profond et je ne savais rien de la chasse au phoque. Google n'existait pas à l'époque, les sites Web étaient souvent mis hors service à la fin de la journée de travail, et Wikipédia n'allait voir le jour que cinq ans plus tard; les gens utilisaient encore le protocole Gopher et ils avaient des profils fondés sur le RFC 742, sur le protocole Finger. Il fallait donc s'en remettre à des façons plus traditionnelles d'obtenir de l'information. En écoutant ce discours passionné auquel, d'après ce que je pouvais voir, mes camarades semblaient adhérer, j'avais cependant l'impression que quelque chose clochait. La chasse au phoque était assurément un élément essentiel de la culture canadienne dans une partie du pays que je ne connaissais pas. J'avais l'impression que ce n'étaient pas seulement des gens ou une industrie que l'on attaquait, mais le Canada tout entier. Pour moi, c'était mon pays que l'on attaquait ainsi.

À l'école, je n'ai jamais eu honte de dire que j'étais Canadien. Sur les plus de 1 100 étudiants provenant de quelque 75 pays qui fréquentaient l'établissement, nous n'étions jamais plus d'une dizaine d'origine canadienne. La plupart de mes camarades de classe m'avaient surnommé « Canada », surnom que j'ai été quelque peu déçu de perdre lorsque je suis revenu au pays. De la même façon, au cours des années où j'ai vécu en Ontario, j'étais tout aussi fier de m'identifier comme Québécois, puisqu'il s'agit d'une identité qui fait partie intégrante de qui je suis.

À l'École Northfield Mount Hermon, nous avions adopté la technologie très rapidement. Jonas Reed Klein avait obtenu son diplôme de l'établissement en 1993, soit deux ans avant mon arrivée. Technologue au talent prometteur, il est entré au Massachusetts Institute of Technology cet automne-là, mais il est décédé de façon tragique en novembre de la même année dans un accident d'avion plutôt inusité: le petit appareil à bord duquel il se trouvait est entré en collision avec un parachutiste. Je n'ai jamais rencontré Jonas, mais mon frère Jonah, qui a fréquenté cette école avant moi, le connaissait, et l'un de mes principaux mentors en technologie, mon camarade de classe Seth Schoen, qui travaille maintenant pour la fondation Electronic Frontier, l'avait rencontré et avait appris de lui, puis il avait entrepris de faire rayonner les connaissances et la passion que Jonas lui avait transmises. En l'honneur de la carrière fort prometteuse qui attendait Jonas et de son intérêt marqué et contagieux pour la technologie, sa famille avait décidé de créer un fonds commémoratif pour encourager l'enseignement et l'utilisation de la technologie à l'école où j'étais. N'eût été cette série d'événements, je ne serais pas à la Chambre aujourd'hui.

Le fonds commémoratif en question a permis de créer deux choses: le bloc de technologie qu'il fallait pour donner naissance au GEECS, un club scolaire pour passionnés de génie électronique et d'informatique qui avait accès à un 386 pourvu d'une distribution Slackware avec un noyau Linux 1.2, sur lequel j'ai connu ma première expérience Linux. Celle-ci est directement à l'origine de ma première carrière, comme journaliste spécialiste de la technologie et rédacteur en chef pour le site linux.com, où j'évoluais sous la supervision de Robin Miller, mieux connu sous le nom de Roblimo dans l'univers de la technologie. Tout cela a fait de moi l'une des rares personnes à avoir utilisé Lynx, le navigateur Web en mode texte, à des fins professionnelles. L'autre chose que le fonds commémoratif a permis de créer, c'est un système véritablement précurseur de son époque, le SWIS, ou School-Wide-Information-System, un système d'information Web fondé sur la suite collaborative FirstClass. À la fin de ma 9e année, en 1995, tous les élèves de l'école avaient une adresse courriel, qu'ils pouvaient utiliser sur les Mac LC 475 et LC 520 qui se trouvaient dans le laboratoire informatique Cutler. À mi-chemin entre un panneau d'affichage électronique et un réseau social, le système permettait aux élèves et aux enseignants d'échanger sur divers sujets par voie électronique, au sein de groupes de messagerie, ce qui était très novateur à l'époque.

L'un de ces groupes étudiait les produits alimentaires. Il arrivait fréquemment que des végétaliens plaident en faveur du végétalisme, ce qu'il leur arrive souvent de faire. Leur argument, qui n'était pas inéquitable, c'était que les gens ne devraient pas manger de viande s'ils ne savaient pas d'où provenait cette viande et qu'il n'était pas justifié de manger de la viande si l'on ne faisait pas partie du processus faisant en sorte que cette viande se retrouve dans notre assiette. Étant des exploitants ruraux depuis toujours, mes parents, Joe et Sheila — s'il y a des Australiens dans les parages, ils pourraient vouloir prendre en note leur nom — sont arrivés en deuxième place dans Mother Earth News en 2012 en tant qu'exploitants ruraux, alors j'étais un peu au courant d'où provenait la viande.

Toute ma vie, nous avons produit notre propre viande, nos propres légumes et nos propres oeufs. Aujourd'hui, dans notre ménage plurigénérationnel, nous produisons environ 80 % des aliments que nous mangeons, quand nous ne sommes pas à Ottawa, bien sûr.

Pour revenir aux végétaliens, mon argument était toujours que j'avais un rapport avec la viande, puis je donnais des détails. Voici comment on élève un poulet, comment on l'abat, comment on le vide, comment on l'entrepose et comment on le prépare. Les défenseurs du végétalisme se retrouvaient donc dans une position difficile. Le consensus et la réponse affichée sur le babillard, c'était que personne ne devait manger de viande, sauf David.

Voilà où se trouve la difficulté. Lorsqu'un végétalien, un militant ou quelqu'un qui se dit contre la chasse au phoque, mais qui mange joyeusement un hamburger, me dit ou vous dit, madame la Présidente, ou dit à n'importe lequel de nos collègues, à nos familles et à nos concitoyens ce que l'on peut manger ou pas, ce que l'on peut produire ou pas et ce que l'on devrait faire ou pas, cette personne se permet de présumer certaines choses à notre sujet, notamment qui nous sommes, quelles expériences nous avons vécues et quelle est notre réalité.

Dans les années qui ont suivi, j’ai jugé important de me sensibiliser aux expériences et aux réalités d’autres gens, aux choses de ce monde. J’ai voulu savoir ce que représentait la chasse aux phoques en mettant de côté mes instincts d’adolescent. J’invite les autres à faire de même.

Depuis des millénaires, cette chasse est profondément ancrée dans l’écosystème de nos régions côtières où le contrôle de la population de phoques non seulement sert à nourrir les gens, mais permet aussi d’assurer la survie des poissons victimes de l’appétit féroce de nos compagnons prédateurs. C’est pourquoi lorsque j’entends des gens du monde entier dire à nos communautés que cette chasse est nuisible — ce qui est totalement contraire à la réalité — et doit faire l’objet d’opprobre au plan social et économique, je pense qu’il est important d’utiliser la technologie pour afficher sur les systèmes mondiaux d’échanges d’informations ce qu’est vraiment notre réalité.

Les préjugés sont tels qu’il n’est plus possible d’acheter de la viande de phoque dans une épicerie ou chez un poissonnier. Il incombe donc à des gens comme nous, les parlementaires qui sont là pour protéger les intérêts de la société et garantir notre avenir, de rétorquer. Nous devons dire non. Nous n’acceptons pas ces préjugés sociaux et économiques qui n’ont aucun fondement autre qu’une impression ou un caprice politique passager et qui ne tiennent pas compte des réalités que nous vivons au Canada. Non, nous n’acceptons pas l’argument selon lequel faire couler des navires de guerre de la Marine canadienne pour protester contre le gagne-pain de nos concitoyens est constructif, équitable ou juste. Nous ne tolérerons pas ces attaques contre le mode de vie canadien qui remonte à bien plus longtemps que le Canada que nous connaissons aujourd’hui.

Il est très important pour nous d’adopter le projet de loi S-208 et de faire du 20 mai la Journée nationale des produits du phoque, en affirmant ainsi que nous défendons nos concitoyens et leur mode de vie, que nous défendons le gagne-pain de nos concitoyens, que nous célébrons notre culture et que nous voulons que nos produits soient bien reçus.

Le projet de loi ne fait pas de cette journée un jour férié, c’est un moyen de s’affirmer, de s’affirmer avec fierté et de le crier sur tous les toits, et j’espère que mes collègues en seront également fiers.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on October 27, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.