header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-10-06 15:59 House intervention / intervention en chambre

Absence or presence of members, Altering days and hours of sittings, Behaviour modification, Bills, Bribery, Canada Day, Centre Block, Committee reports, Committee studies and activities, Constituency offices,

Absence ou présence des députés, Activités et études des comités, Administration de la Chambre des communes, Affaires courantes, Affaires émanant des députés, Anglais, Bureaux de circonscription, Calendrier de la Chambre des communes, Chambre de débat parallèle, Chambre de la Chambre des communes,

Mr. Speaker, the curiously introspective S. O. 51 requires us to contemplate the Standing Orders here today. With apologies to interpretation services, I have a lot to say about them.

As a member of PROC, and as a perennial procedure geek who started watching CPAC when I started high school, I am following this debate with even more interest than my normal enthusiastic self.

I want to go over some of the changes that were already proposed by PROC in our recently tabled interim report on moving toward a modern, efficient, inclusive, and family-friendly Parliament and then discuss some other ideas.

A good deal of what we discussed in our report does not affect the Standing Orders directly. I encourage anyone interested in the workings of this place and the impact on their families and personal lives to take the time to read through the report and perhaps provide guidance to their friendly local PROC member on what direction that study should take going forward.

In PROC's 11th report, we made a number of recommendations and had a number of discussion points. Three of those recommendations and three of those discussion points are directly relevant to the Standing Orders. The first two recommendations are related to the standardization of vote times to ensure predictability and efficiency. They state:

That House Leaders continue, whenever possible, the informal practice of holding deferred recorded divisions immediately following Question Period.

That House Leaders, whenever possible, refrain from holding recorded divisions any later on Thursdays than immediately following Question Period.

The third recommendation states:

That the Speaker table the House calendar each year prior to the House's summer adjournment.

That is not always easy, but it is an aspirational goal worth pursuing.

As a committee, we also felt that it was important to look at ways of limiting the number of consecutive sitting weeks. We all know from our pleasant experiences this spring that four-plus sitting weeks in a row really sours the mood around here, especially when we are here until midnight every night. However, there is a lot of work to be done, and we are a remarkable Parliament for our inefficiency in getting through legislation. Those are not the kind of accolades I believe we are looking for on the world stage.

To get there, one of the key items we discussed at length, but did not really get anywhere with, is the concept used in other Westminster parliaments of a parallel chamber, that is, a voteless chamber where items can be pre-debated. Our upcoming move to West Block and our subsequent move back to Centre Block certainly creates an interesting opportunity to retain two fully functional chambers.

The fate of Friday sittings is also a contentious debate, and one I would like to see my colleagues soul-search on as to how we make this place more efficient so that we may spend more time in our constituencies.

The last item, of course, is decorum. While we did not come to any conclusions, I personally find the new tone of question period, with the government side, at least, generally keeping calm and constructive, to be positive, and I would invite the opposition members to follow suit, at least experimentally for a while, to see if it improves the overall tone here. I cannot be the only parliamentary enthusiast who always found question period the least, not most, enjoyable part of the day's proceedings, regardless of who was in power. Decorum is a cultural, not a regulatory, issue that is up to us to fix.

There are few of us who have ever actually read the Standing Orders from cover to cover. I have, on more than one occasion, and I find them fascinating. I may not fully grok them, but I am certainly trying to.

Standing Order 4 does not have a mechanism to deal with the acclamation of a Speaker, for example. When Bill Blaikie was dean of the House, he presided over the unprecedented acclamation of Peter Milliken. I remember watching it on television. He observed that there was no process to deal with this but that the House could do many things with unanimous consent. However, what would have happened if a disgruntled member had denied that consent? For that matter, there are several instances when unanimous consent is required for absolutely routine things that should not need to go to a question.

Standing Order 7(1.1) has some curious wording on the assumed election, but not really, of the Deputy Speaker. Standing Order 7(2) has contorted wording designed to ensure that the Speaker and the Deputy Speaker, between them, speak the two official languages, and 7(3) requires a Deputy Speaker to be elected to replace one who leaves during his or her term but is inconsistent with how that person got there in the first place.

Standing Order 11 permits you, Mr. Speaker, to punt someone from this room. I would encourage you to be unshy to use that power or to become blind to disruptive members, as Speaker Milliken did, regardless of party. Those powers should perhaps be expanded on. What value is there in kicking someone out of this room into a press scrum? What more tangible recourse could perhaps be available?

Standing Order 17 requires us to speak only from our own seats. I would personally like to see, for purely practical reasons, the members of the House leadership team of each recognized party be permitted to be recognized from any seat allocated to their party during regular debate.

Standing Order 23 declares bribery a high crime to be dealt with with the utmost severity, without providing for any type of process to do so.

Standing Order 28(1) says we cannot sit on Dominion Day. Dominion Day was replaced with Canada Day back in 1982, when I was one year old.

Standing Order 37(1) permits a Speaker to punt a question deemed not urgent to the Order Paper. However, in all of my years of watching, I have never seen that actually happen.

Chapter VI of the Standing Orders deals with the process of debate. I think it is worth considering changing the structure of 10- and 20-minute speaking slots, with questions and comments, to 15- or 30-minute speaking slots. Up to 10 or 20 minutes would be used for speaking, and the totality of the unused portion would be left for questions and comments.

For example, if I only speak six minutes out of my 10, which for me happens more often than not, I would have up to nine minutes of questions rather than only five. This will lead to shorter and more candid speeches and better debate afterward.

Standing Order 68(3) has an ironic quirk of old English. It states that bills may not be tabled in “imperfect” form, in English, but that they may not be tabled in “incomplete” form, in French.

Standing Order 71 also has a typo, in English, stating that every bill shall receive “three several readings”, rather than “three separate readings”, or just “three readings”, as it says in French.

Standing 87 deals with private members' bills. When a member of Parliament has been here for several elections and has never had a chance to bring a PMB forward, and another member comes and has a PMB on the Order Paper before figuring out where the washrooms in Centre Block are, the system may be somewhat broken.

I propose for discussion that the PMB lottery be rethought to become fairer. At the start of every Parliament, all re-elected MPs should retain their place on the order of precedence. Those returning MPs not on the list because of being ministers, parliamentary secretaries, or Speaker would come next. New MPs would then be added to the order of precedence in the current manner. MPs from the previous Parliament who had had an opportunity to take their bills through the process would be added to the end of the list, again, in the same process.

Finally, all MPs should be able to trade with all other MPs anywhere on that list. All MPs, then, would have an equal chance to propose a private member's bill, without the peculiar bias against people who just cannot seem to win a lottery and without throwing a new MP into a situation of having to write and table a bill before learning how this place works.

I would also like to revisit the issue of royal recommendations at some point.

Standing Order 128 allows the House to be called back at 1 p.m. on a Wednesday to deal with a report from the Standing Joint Committee on Regulations, to which I say, really?

Standing Orders 129 to 147 deal with private bills. That used to be how to get a divorce in this country. While the Senate still uses them, on the Commons side there has not been a private bill for many Parliaments. Could we not drop this altogether?

Finally, Standing Order 158 permits the Sergeant-at-Arms to detain strangers for their behaviour in the chamber or gallery and may not release them without an order from the House. I do not know if this building contains a jail, but this is certainly an interesting legacy item. What is the real world impact of this?

Getting off Standing Orders, per se, why must bills die in the Senate when the House is dissolved? Could the Senate not continue dealing with bills already before it and simply send the version it has passed back to the new Parliament for concurrence? Private members' bills, especially, would be far less prone to an untimely death.

On other topics, I believe it should be inappropriate for any member to refer to the official language spoken by another member in the House of Commons, in the same way it is inappropriate for a member to refer to the presence or absence of another in this House.

Chapter XIII already guarantees that all members can speak in either official language, but I would go further and make it against the rules to refer to the language another member actually chose.

There are quirks in procedure and practice that are not necessarily in the Standing Orders, such as the entertaining, “When shall this bill be read a second time? At the next sitting of the House”, amid catcalls of, “Now” and “Never”. This is an artifact from a change more than 20 years ago, and there are no doubt several of these bugs where not all consequential changes were properly made.

I suspect the need for the agreement of the House for Order Paper questions to be allowed to stand is another such artifact, and there are surely more.

I would also like to see the clock in this chamber replaced with synchronized digital clocks that can be controlled by the table and that reflect the apparent time in the House as well as the actual time so that when we “see the clock”, the clock agrees.

In fact, until we have integrated information systems in our desks, which is another long-term point we should at least discuss, I might go so far as to suggest four clocks be visible to all members in the chamber. They would show the time, the perceived time, the remaining speaking time for the current speaker, and the actual time the House is expected to rise today.

While we are at it, why do some events prolong the day and others do not? Is there any rhyme or reason to it? Could we perhaps revisit what does and does not make the day end at, say, 6:48 p.m.?

Of course, I would like to see seats in the chamber that do not tear our pockets, which happened to me again last night.

Let me also take this opportunity, as a former staffer, to call for the return of the one-stop shop, which provided for a different kind of Standing Order.

Yesterday a group of around 20 people visited me from their retirement residence in Mont-Laurier. At 3 p.m., security kicked them out of the group visitors gallery above you.

As a fundamental principle, I do not believe that behaving members of the public should ever be asked to leave the gallery during a sitting. If anything, the public should be encouraged to watch our debates, rather than question period, to participate more meaningfully in our legislative process.

Standing Order 51 provides us this wonderful opportunity to get into the weeds on the Standing Orders and to remove relics, artifacts, and cruft that no longer need to be there.

I look forward to continuing to hear the thoughts of my colleagues and to discussing them back at PROC.

Monsieur le Président, l'article 51 du Règlement, curieusement introspectif, oblige la Chambre à étudier le Règlement aujourd'hui. Comme j'ai beaucoup à dire sur le sujet, je m'excuse auprès des services d'interprétation.

À titre de membre du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre, désigné par l'acronyme « PROC », et en tant qu'indéfectible maniaque de la procédure qui a commencé à regarder la chaîne CPAC dès le début de ses études secondaires, je suis ce débat avec encore plus d'enthousiasme que d'habitude.

Je tiens à souligner certains changements que le PROC a déjà proposés dans le rapport provisoire qu'il a soumis récemment au sujet des initiatives visant à rendre le Parlement plus moderne, efficace, inclusif et propice à la vie de famille. J'aimerais ensuite discuter d'autres idées.

Bon nombre des questions abordées dans notre rapport n'ont aucun lien direct avec le Règlement. J'invite tous ceux qui s'intéressent aux procédures de la Chambre et à leurs effets sur leur famille et sur leur vie personnelle à prendre le temps de lire le rapport, et peut-être même à joindre le membre du PROC le plus près afin de lui faire part de leur avis sur la façon dont cette étude devrait être menée à l'avenir.

Dans le onzième rapport du PROC, nous avons présenté un certain nombre de recommandations et de thèmes de discussion. Trois de ces recommandations ainsi que trois de ces thèmes de discussion sont directement liés au Règlement. Les deux premières recommandations visent à uniformiser les pratiques de manière à ce que les votes soient tenus à des périodes plus prévisibles et de façon plus efficace. Je cite les recommandations:

Que les leaders à la Chambre des communes aient recours, autant que faire se peut, à la pratique officieuse voulant que les votes par appel nominal reportés se tiennent immédiatement après la période des questions.

Que, chaque fois que c’est possible, les leaders à la Chambre des communes s’abstiennent de tenir des votes par appel nominal les jeudis, sauf immédiatement après la période des questions.

La troisième recommandation, elle, dit ceci:

Que le Président dépose le calendrier de la Chambre des communes chaque année avant la relâche estivale.

Ce n'est pas toujours facile, mais l'objectif est certainement louable.

Le comité jugeait en outre important de voir s'il serait possible de restreindre le nombre de semaines consécutives de séance. Comme nous en avons eu l'expérience au printemps, les périodes de quatre semaines consécutives et plus de séance jouent beaucoup sur le moral des troupes, surtout quand les séances se prolongent jusqu'à minuit tous les soirs. Cela dit, c'est vrai qu'il y a beaucoup de travail à faire, et le Parlement canadien est reconnu pour la lenteur de son processus législatif. Ce n'est pas, à mon avis, le genre de réputation que le Canada souhaite avoir sur la scène internationale.

Il y a un autre sujet dont nous avons abondamment parlé, sans pour autant en arriver à quoi que ce soit de concluant: c'est la création d'une Chambre parallèle, comme on en voit dans d'autres parlements de type britannique, où il ne se tient aucun vote et où les sujets peuvent faire l'objet d'un débat préalable. Notre déménagement prochain dans l'édifice de l'Ouest serait le moment rêvé, avant notre retour dans l'édifice du Centre, de doter le Parlement de deux Chambres entièrement fonctionnelles.

Le sort des séances du vendredi est également litigieux. C'est pourquoi j'aimerais que mes collègues réfléchissent sur les moyens de rendre la Chambre plus efficace afin que nous puissions passer davantage de temps dans nos circonscriptions.

Le dernier point concerne évidemment le décorum. Si aucune conclusion n'a été tirée à ce sujet, je trouve personnellement que le ton de la période des questions a changé, du moins du côté du gouvernement. Il est généralement plus calme et plus constructif, et j'inviterais les députés de l'opposition à emboîter le pas, au moins de façon expérimentale et pendant un certain temps, pour voir si l'ambiance générale s'améliore. Je ne peux pas être le seul parlementaire enthousiaste à trouver que la période des questions est la partie la moins agréable des délibérations quotidiennes, quel que soit le gouvernement au pouvoir. Le décorum étant une question de culture plutôt que de règlement, c'est à nous de l'améliorer.

Nous sommes très peu nombreux à avoir lu le Règlement dans son intégralité. Je l'ai fait plus d'une fois et je le trouve fascinant. Je n'en saisis peut-être pas tous les arcanes, mais j'essaie de m'y familiariser.

L'article 4 du Règlement, par exemple, ne prévoit pas de mécanisme traitant de l'élection du Président par acclamation. Alors qu'il était doyen de la Chambre, Bill Blaikie avait présidé à l'élection par acclamation sans précédent de Peter Milliken. Je me souviens l'avoir vue à la télévision. Bill Blaikie avait fait remarquer qu'aucune procédure n'était prévue à cet effet, mais que la Chambre pouvait faire bien des choses par consentement unanime. Mais que serait-il arrivé si un député mécontent n'avait pas donné son consentement? À ce sujet, il y a plusieurs circonstances où le consentement unanime est nécessaire pour des choses tout à fait routinières qu'on ne devrait même pas mettre aux voix.

Le paragraphe 7(1.1) du Règlement comporte un libellé plutôt curieux, mais pas vraiment, sur l'élection présumée du vice-président. Le libellé du paragraphe 7(2) est suffisamment alambiqué pour faire en sorte qu'à eux deux, le président et le vice-président parlent les deux langues officielles. Le paragraphe 7(3) prévoit qu'un vice-président doit être élu pour remplacer celui qui s'en va pendant son mandat, mais cela ne cadre pas avec la façon dont cette personne est arrivée là au départ.

L'article 11 du Règlement vous permet, monsieur le Président, de faire expulser une personne de la Chambre. Je vous encourage à exercer ce pouvoir sans hésiter et, à l'instar du Président Milliken, à ne pas ignorer les députés qui perturbent la séance, peu importe leur parti. Il y aurait peut-être lieu d'élargir ces pouvoirs. À quoi bon expulser un député de l'enceinte si c'est pour qu'il se rende à un point de presse? Existe-t-il d'autres recours plus tangibles?

L'article 17 du Règlement nous oblige à intervenir depuis notre place. Pour des raisons d'ordre purement pratique, j'aimerais personnellement que les membres de l'équipe du leader parlementaire puissent, pendant un débat ordinaire, prendre la parole depuis n'importe quel siège attribué à leur parti.

L'article 23 du Règlement indique qu'un pot-de-vin constitue un délit qualifié de « high crime » devant être puni avec la plus grande rigueur, sans toutefois fournir de détails sur un quelconque processus à cet effet.

Selon le paragraphe 28(1) du Règlement, la Chambre ne peut siéger le jour de la fête du Dominion, qui a pourtant laissé place à la fête du Canada en 1982; j'avais alors 1 an.

Selon le paragraphe 37(1) du Règlement, le Président peut ordonner qu'une question soit inscrite au Feuilleton s'il estime qu'elle ne comporte aucune urgence. Cependant, je suis les débats depuis de nombreuses années et je n'ai jamais vu une telle chose se produire.

Le chapitre VI du Règlement porte sur le processus du débat. Je crois qu'il serait utile d'envisager de faire passer les périodes d'intervention de 10 ou 20 minutes suivies des questions et des observations à des périodes de 15 ou 30 minutes. Jusqu'à 10 ou 20 minutes seraient utilisées pour les interventions, et la totalité du temps inutilisé servirait aux questions et aux observations.

Par exemple, si je n'intervenais que pendant six minutes sur les dix qui me sont allouées, ce qui m'arrive assez souvent, j'aurais jusqu'à neuf minutes pour répondre aux questions plutôt que cinq. Cela donnerait lieu à des interventions plus courtes et plus spontanées et à un débat plus riche par la suite.

La version anglaise du paragraphe 68(3) du Règlement comporte une bizarrerie due à un vocabulaire archaïque. On dit qu'un projet de loi ne peut être présenté dans une forme « imparfaite », alors que, en français, il ne peut être présenté dans une forme « incomplète ».

L'article 71 du Règlement comporte aussi une coquille en anglais. On y lit « three several readings » — trois plusieurs lectures — au lieu de « three separate readings », c'est-à-dire trois lectures distinctes, ou « trois lectures » tout court, comme la version française.

L'article 87 du Règlement a trait aux projets de loi d'initiative parlementaire. Lorsqu'un député siège à la Chambre depuis plusieurs législatures et qu'il n'a jamais eu l'occasion de présenter un projet de loi d'initiative parlementaire, alors qu'un autre député fraîchement élu voit le sien inscrit au Feuilleton avant même de savoir où se trouvent les toilettes de l'édifice du Centre, je dirais que le système n'est pas tout à fait au point.

Je propose qu'on repense le système de tirage au sort des initiatives parlementaires pour le rendre plus équitable. Au début de chaque législature, tous les députés réélus conserveraient leur place dans la liste de priorité. Les députés réélus ne figurant pas sur la liste parce qu'ils étaient des ministres, des secrétaires parlementaires ou le Président seraient les prochains sur l'ordre de priorité. Les nouveaux députés seraient ensuite inscrits à la liste de priorité selon la méthode actuelle. Enfin, les députés qui étaient présents lors de la législature précédente et qui ont fait franchir toutes les étapes à leur projet de loi seraient placés au bas de la liste, là aussi en suivant la procédure actuelle.

De plus, tous les députés devraient pouvoir changer de place avec n'importe quel autre député sur la liste. Tous les députés auraient alors des chances égales de proposer un projet de loi d'initiative parlementaire. Il n'y aurait pas de députés défavorisés parce qu'ils ne semblent jamais gagner le tirage au sort. Il n'y aurait pas non plus de députés qui devraient rédiger ou déposer un projet de loi avant d'apprendre à connaître les rouages de la Chambre.

J'aimerais aussi revenir sur la question des recommandations royales à un moment donné.

L'article 128 du Règlement permet de convoquer la Chambre à 13 heures le mercredi afin d'étudier un rapport du Comité mixte permanent d’examen de la réglementation. Je n'ai qu'un mot à dire à ce sujet: « Vraiment? »

Les articles 129 à 147 du Règlement traitent des projets de loi d'intérêt privé. Il fut un temps où c'était ainsi qu'on obtenait un divorce au Canada. Bien que le Sénat les utilise toujours, à la Chambre des communes, cela fait plusieurs législatures que nous n'avons pas eu de projet de loi d'intérêt privé. Pourrions-nous les éliminer tout simplement?

Enfin, l'article 158 autorise le sergent d'armes à détenir des étrangers pour leur comportement à la Chambre ou dans les tribunes et prévoit qu'il ne les libérera pas sans un ordre de la Chambre. Je ne sais pas si le parlement comporte une cellule, mais il s'agit certes là d'une relique intéressante d'une autre époque. Quelle est l'incidence concrète de cet article?

Je mets de côté le Règlement comme tel. Pourquoi les projets de loi meurent-ils au Feuilleton au Sénat lorsqu'il y a dissolution de la Chambre? Le Sénat ne pourrait-il pas poursuivre son étude des projets de loi dont il est déjà saisi et simplement renvoyer la version qu'il adopte à la nouvelle législature pour qu'elle l'adopte? Les projets de loi d'initiative parlementaire, en particulier, risqueraient ainsi beaucoup moins de mourir prématurément au Feuilleton.

Par ailleurs, j'estime qu'il devrait être inapproprié pour tout député de mentionner la langue officielle employée par un autre député à la Chambre des communes au même titre qu'il est inapproprié pour un député de mentionner la présence ou l'absence d'un autre député à la Chambre.

Le chapitre XIII garantit déjà que tous les députés peuvent s'exprimer dans la langue officielle de leur choix, mais j'irais plus loin et je ferais en sorte qu'il soit contraire au Règlement de mentionner la langue qu'un autre député choisit d'employer.

Il existe des bizarreries dans la procédure et la pratique de la Chambre qui ne figurent pas nécessairement dans le Règlement, comme les très enlevantes paroles suivantes: « Quand le projet de loi sera-t-il lu pour la deuxième fois? À la prochaine séance de la Chambre. » On entend alors toutes sortes de railleries, du genre « maintenant » ou « jamais ». Il s'agit d'une relique découlant d'un changement survenu il y a plus de 20 ans. Il va sans dire que plusieurs de ces anomalies sont attribuables au fait que les modifications corrélatives n'ont pas toutes été dûment apportées.

Je suppose que la nécessité de demander l'accord de la Chambre pour que les questions restent au Feuilleton constitue une autre relique, et il en existe certainement d'autres.

J'aimerais aussi qu'on remplace l'horloge de la Chambre par des horloges numériques synchronisées, qui pourraient être contrôlées par le Bureau et qui refléteraient l'heure apparente à la Chambre et l'heure réelle afin que, lorsqu'on décide de tenir compte de l'heure, l'horloge indique la bonne heure.

En fait, d'ici à ce que les députés disposent de systèmes d'information intégrés à leur pupitre — une autre question à long terme dont nous devrions au moins discuter —, je me permettrais de suggérer que tous les députés puissent consulter quatre horloges à la Chambre. Elles indiqueraient l'heure réelle, l'heure perçue, le temps de parole qu'il reste au député qui intervient et l'heure réelle à laquelle la séance est censée être levée ce jour-là.

Tant qu'à y être, pourquoi certaines activités prolongent la journée et d'autres pas? Y a-t-il une raison à cela? Pourrions-nous revoir ce qui fait ou ne fait pas finir la journée, par exemple, à 18 h 48?

J'aimerais évidemment que les sièges de la Chambre ne déchirent pas nos poches, comme cela m'est arrivé hier soir.

J'en profite aussi, en tant qu'ancien attaché politique, pour réclamer le retour du guichet unique, qui changeait beaucoup la manière d'aborder le Règlement.

Hier, un groupe de 20 personnes d'une résidence pour personnes retraitées de Mont-Laurier est venu me voir. À 15 heures, le service de sécurité les a fait sortir de la tribune, au-dessus de vous.

Par principe, je ne crois pas qu'on devrait demander à des gens dont le comportement est irréprochable de quitter la tribune des visiteurs. Au contraire, pour que le public puisse participer plus activement au processus législatif, il faudrait l'inciter à regarder les débats plutôt que la période des questions

L'article 51 du Règlement nous donne l'occasion en or de passer en revue le Règlement et d'en supprimer les vestiges qui ne sont plus nécessaires.

Je vais continuer avec plaisir à écouter les idées de mes collègues et je suis impatient d'en discuter au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on October 06, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.