header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-09-28 19:19 House intervention / intervention en chambre

Animal rights and welfare, Criminal Code, Cruelty to animals, Farming and farmers, Hunting and sport fishing, Second reading,

Agriculture et agriculteurs, Chasse et pêche de loisir, Code criminel, Cruauté envers les animaux, Deuxième lecture, Projets de loi émanant des députés, Protection des animaux

Mr. Speaker, I take no pleasure in rising today on Bill C-246.

I am, first and foremost, a rural MP. I was born in Sainte-Agathe-des-Monts. I grew up in Sainte-Lucie-des-Laurentides. At home, we grow and produce most of our own food, including vegetables and meats. Our farm participates in WWOOF, a worldwide program that matches volunteers with organic farms.

I have a fishing licence in my pocket. My father has a hunting licence. We raise chickens, ducks, and geese. We also eat a lot of game. In October, much of my riding empties out because people go deer and moose hunting. People think of the year as a succession of open seasons.

All year, farmers prepare their animals for slaughter so they can sell the meat and feed cities. That is normal, everyday life for people in the regions.

All over the world, there are legitimate reasons to raise and slaughter domestic animals or to hunt, trap, and fish wild animals. The world population of chickens, as an example, exceeds the world population of humans by a factor of about 7:1.

While there are legitimate reasons to work with animals, there are people who have abused them. For example, worldwide problems, such as puppy mills, the wonton waste of shark finning without using the rest of the animal, poaching of elephants and rhinoceroses for their ivory, allowing animals to fight, killing animals purely for sport, or slaughtering them in torturous and unethical ways are all places where the great majority of us would agree improvements must be made.

However, that is not, despite the appearance of social media pressure, the goal of Bill C-246.

The bill, as written, and as is before us here at second reading, is not a moderate bill looking to tangibly and positively improve animal welfare. It is an overreaching bill by a passionate advocate whose incredible work on this file I deeply respect, even if I do not agree. There are few members of this place ever to have put their heart and soul into a cause they believe in as completely and selflessly as the member for Beaches-East York, and I think we all respect and appreciate that .

However, that is not what is before us. What is before is a bill, not a person, and the effect of the bill is to risk criminalizing currently legal animal activity.

I do not believe my family belongs in prison for sustainably feeding ourselves. I do not believe tens of thousands of my constituents should risk prison for feeding their families, either.

We are reassured in supporting statements that the bill has no effect on currently legal activity. However, the only reassurance we have is the statements of those supporting the bill. The language of the bill itself is not so ambiguous.

Section 182.1(1)(b) reads, for example:

Everyone commits an offence who, wilfully or recklessly,...

...kills an animal or, being the owner, permits an animal to be killed, brutally or viciously, regardless of whether the animal dies immediately;

It is easy to argue that because killing an animal necessarily results in its death, the act is inherently brutal or vicious. Bringing a legal case against anyone who kills any animal in any circumstance is therefore enabled by this act. There is no exception for aquaculture, agriculture, hunting, fishing, or even accidents, and the instantaneous death of the animal is explicitly removed as a factor for consideration.

To add insult to injury, the Criminal Code, section 429(2) currently reads:

No person shall be convicted of an offence under sections 430 to 446 where he proves that he acted with legal justification or excuse and with colour of right.

While Bill C-246 would fix the gender-specific references to be gender neutral, it would also remove the justification defence from sections 444 to 446 of the Criminal Code, which are the sections that currently deal with animal welfare.

The penalty is set at up to $10,000 or five years in a federal penitentiary, and regardless of the probability of conviction, the case needed to bring some of these situations to trial would be established by this open-ended bill.

A federal penitentiary is no laughing matter. There is one in my riding at the former cold war missile base at La Macaza. I toured that facility this summer, and I do not wish to return there as a result of our fall harvest.

We are assured by proponents of the bill that the legal system would not tie itself up in these legal cases. This letter I received in my office, for example, reads, in part:

The Canadian Sportfishing Industry Association's claims about how Bill C-246 would impact fishing are ludicrous. They state that “Even the act of baiting a hook with a worm would be considered an act of cruelty according to the Bill.” [The MP for Beaches—East York] and law professor Peter Sankoff contend that such claims about the effects Bill C-246 would have are preposterous. Can anyone imagine Canada's criminal justice system wasting time and resources to attempt to prosecute someone over such a ridiculous allegation?

Yes, I can imagine that. Because, were C-246 to receive royal assent as it is written, a law telling police and prosecutors to do exactly that would be on the books, having been placed there, after thorough examination, by a majority of parliamentarians, and remaining there until one or several judges, being faced with such a ridiculous allegation in their court room, struck down that law.

Moreover, the bill contradicts its proponents on this very point. It creates section 182.5 which states:

For greater certainty, nothing in this Part shall be construed so as to abrogate or derogate from the protection provided for existing aboriginal or treaty rights of the aboriginal peoples of Canada by the recognition and affirmation of those rights in section 35 of the Constitution Act, 1982.

If the bill does not risk a creative new application, why would it need an exemption? It begs the question, what purpose is a law whose authors do not wish it to be enforced? Why go through the trouble of authoring and presenting a bill if the hope is that the justice system would ultimately ignore or reinterpret it? If the desire of the drafters of this legislation is to ensure that existing, accepted, or common practice not be affected by this bill, why does it not state that?

The proponents tell us that it would have no such effect. However, in the case of a disagreement between speeches in Parliament and the text of the resulting act, it is the text of the act that would form the basis of the criminal case.

No one here is against stopping the genuine abuse or mistreatment of animals under any circumstances. However, my job here is also to protect the people who work with animals, live with them, take care of them, live by them, and feed the rest of us.

I want to highlight the good work of the National Farm Animal Care Council, which consists of farmers, processors, the Canadian Veterinary Medical Association, national animal welfare associations, provincial farm animal care councils, and so on. They work on a collaborative basis to enhance codes or practices on our farms. They also adhere to core values, such as accepting the use of farm animals in agriculture, believing that animals should be treated humanely, and supporting projects that are scientifically informed. That is the way we work to improve animal welfare in Canada. Unfortunately, Bill C-246 could undo the good work of those organizations by unfairly targeting them through the legal system.

We have been told that this bill will be modified at committee to address the many concerns that have been raised, which I have only barely scratched the surface of here today. This presupposes the outcome of the committee hearing. As members know, committees are their own masters. To modify the substance of the bill, the unanimous consent of the chamber is required. We have seen that this is not achievable.

Procedurally, a bill at committee cannot simply be redrawn. Amendments may be proposed by members, but it is up to the committee to adopt or reject them. Significant changes are not in order, and the chair of the committee and the Speaker of the House have a responsibility, a duty deeply established in parliamentary convention, to rule as out of order any changes that are beyond the scope of a bill.

To get a bill to committee, the House must agree with it in principle. To change it, the committee must keep it within that principle.

For me to vote for this bill at second reading, I must agree with the text as it is written in principle. I do not believe that hunters, fishermen, trappers, farmers, homesteaders, and others working with animals belong in prison. I do not agree with the bill in principle. I hope that my colleagues will have the wisdom and the foresight to reject the bill, to kill it without further pain or suffering.

Monsieur le Président, je ne suis pas du tout heureux de prendre la parole aujourd'hui à propos du projet de loi C-246.

Je suis d'abord et avant tout un député rural. Je suis né à Sainte-Agathe-des-Monts. J'ai grandi à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Chez moi, nous cultivons et produisons la grande majorité de notre propre nourriture, y compris nos légumes et nos viandes. Nous sommes une ferme participant au programme WWOOF, un programme mondial de travailleurs bénévoles sur les fermes biologiques.

J'ai dans ma poche un permis de pêche. Mon père a un permis de chasse. Nous élevons des poulets, des canards et des oies. Nous mangeons aussi beaucoup de gibier. Au mois d'octobre, une grande partie de ma circonscription se vide pour la chasse au chevreuil et à l'orignal. Effectivement, l'année est divisée par les saisons de chasse pour chaque animal.

En tout temps, les producteurs agricoles préparent leurs animaux pour l'abattoir, pour vendre leur viande afin de nourrir les villes. Pour nous, dans les régions, c'est la vie quotidienne.

Partout dans le monde, il y a des raisons légitimes d'élever et d'abattre des animaux domestiques ou de chasser, de piéger et de pêcher des animaux sauvages. La population mondiale de poules, par exemple, excède la population mondiale d'êtres humains dans un ratio d'environ 7:1.

Même s'il existe des raisons légitimes de travailler avec les animaux, certains les maltraitent. À preuve, les problèmes mondiaux tels que les usines à chiots, le gaspillage du prélèvement des nageoires de requins sans utiliser le reste de l'animal, le braconnage d'éléphants et de rhinocéros pour leur ivoire, les combats d'animaux, où on laisse ceux-ci s'entretuer à des fins purement récréatives, ou l'abattage d'animaux de manière atroce et contraire à l'éthique. Ce sont là tous des domaines où la grande majorité d'entre nous sommes d'accord pour dire que des améliorations s'imposent.

Toutefois, malgré l'apparence de pression exercée par l'entremise des médias sociaux, ce n'est pas l'objectif du projet de loi C-246.

Tel que rédigé, et tel qu'il nous est présenté à l'étape de la deuxième lecture, le projet de loi n'est pas une mesure modérée visant à améliorer tangiblement le bien-être des animaux. C'est un projet de loi qui va trop loin, présenté par un ardent défenseur dont je respecte profondément le travail incroyable dans ce dossier, même si je suis en désaccord. Peu de députés se consacrent corps et âme à une cause de manière aussi complète et aussi désintéressée que le député de Beaches-East York, et je crois que cela nous inspire à tous du respect.

Toutefois, ce n'est pas de cela qu'il s'agit aujourd'hui. Nous sommes saisis d'un projet de loi — il ne s'agit pas d'une personne — qui pourrait avoir comme conséquence de criminaliser des activités actuellement légales qui mettent en cause des animaux.

Je ne pense pas que les membres de ma famille devraient être emprisonnés parce qu'ils se nourrissent en utilisant des moyens durables. Je ne pense pas non plus que des dizaines de milliers de résidants de ma circonscription devraient risquer la prison parce qu'ils nourrissent leur famille.

Certains affirment que le projet de loi n'aurait aucun effet sur des activités actuellement légales. Cependant, la seule assurance que nous avons à ce sujet provient des personnes qui appuient le projet de loi. Le libellé du projet de loi n'est pas du tout ambigu.

Par exemple, l'alinéa 182.1(1)b) se lit comme suit:

Commet une infraction quiconque, volontairement ou sans se soucier des conséquences de son acte [...]

[...] tue sauvagement ou cruellement un animal — que la mort soit immédiate ou non — ou, s’il en est le propriétaire, permet qu’il soit tué ainsi;

Il est facile de prétendre que, en soi, le fait de tuer un animal est un acte sauvage ou cruel. Par conséquent, ce projet de loi donnerait la possibilité d'intenter des poursuites contre quiconque tue un animal, et ce, peu importe les circonstances. Il n'existe aucune exception visant l'aquaculture, l'agriculture, la chasse, la pêche, voire les accidents, et le projet de loi prévoit explicitement que la mort immédiate de l'animal ne constitue pas un facteur à prendre en considération.

Le comble, c'est que le paragraphe 429(2) du Code criminel se lit actuellement comme suit:

Nul ne peut être déclaré coupable d’une infraction visée aux articles 430 à 446 s’il prouve qu’il a agi avec une justification ou une excuse légale et avec apparence de droit.

En anglais, la troisième personne neutre est rendue par un « he », ce à quoi remédierait le projet de loi C-246. Ce dernier supprimerait également la notion de justification des articles 444 à 446 du Code criminel, qui portent actuellement sur le bien-être des animaux.

La sanction prévue pourrait atteindre 10 000 $ ou cinq ans d'emprisonnement dans un pénitencier fédéral, et quel que soit le degré de probabilité d'une déclaration de culpabilité, les critères à remplir pour qu'il y ait un procès seraient inscrits dans le texte de ce projet de loi non limitatif.

Les pénitenciers fédéraux n'ont rien de drôle. Il y en a un dans ma circonscription, à La Macaza, qui est situé sur une ancienne base de lancement de missiles de la guerre froide. J'en ai visité les installations cet été, et je ne voudrais surtout pas qu'on m'y renvoie à cause de la manière dont je me suis comporté pendant la saison de la chasse.

Les promoteurs du projet de loi nous assurent que les tribunaux ne s'embarrasseraient pas inutilement de causes comme celles-là. Voici un passage d'une lettre qui a été envoyée à mon bureau:

Les allégations de l'Association canadienne de l'industrie de la pêche sportive au sujet du projet de loi C-246 sont ridicules. Selon cette association, le simple fait d'accrocher un ver à un hameçon serait considéré comme un acte de cruauté en vertu du projet de loi. Selon [le député de Beaches—East York] et le professeur de droit Peter Sankoff, ces allégations concernant les effets du projet de loi C-246 sont grotesques. Qui pourrait croire que le système de justice pénale du Canada gaspillerait du temps et des ressources à tenter de poursuivre une personne en vertu d'allégations aussi ridicules?

En effet. Si le projet de loi C-246 devait recevoir la sanction royale tel qu'il est rédigé actuellement, c'est exactement ce que la loi prescrirait aux policiers et aux procureurs. Après avoir été adoptée à la suite d'un examen minutieux par une majorité de parlementaires, cette loi resterait en vigueur jusqu'à ce qu'au moins un juge, aux prises avec des allégations aussi ridicules dans son tribunal, décide de l'annuler.

En outre, le projet de loi contredit ses partisans à ce sujet. Voici ce qu'on peut lire au nouveau paragraphe 182.5:

Il est entendu que la présente partie ne porte pas atteinte à la protection des droits existants — ancestraux ou issus de traités — des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Si le projet de loi ne risque pas d'entraîner une nouvelle application créative de la loi, alors pourquoi a-t-on besoin d'une exemption? C'est à se demander à quoi sert une loi si les législateurs ne veulent pas qu'elle soit appliquée. Pourquoi se donner la peine d'élaborer et de présenter un projet de loi tout en espérant que le système judiciaire finira par ne pas en tenir compte ou par le réinterpréter? Si l'objectif des législateurs est de faire en sorte que les pratiques existantes, acceptées ou habituelles ne soient pas touchées par ce projet de loi, pourquoi n'est-ce pas précisé dans le projet de loi?

Ceux qui défendent le projet de loi nous disent qu'il n'aurait pas ce genre d'effet. Or, même s'il y a un écart entre les discours du Parlement et le texte de la loi, c'est sur ce dernier que le système de justice pénale se fondera.

Personne à la Chambre n'est contre le fait de lutter contre toute forme véritable de cruauté envers les animaux. Cependant, mon travail consiste également à protéger les gens qui travaillent avec des animaux, qui vivent avec eux, qui en prennent soin, qui les côtoient et qui nous nourrissent.

Je veux souligner le bon travail du Conseil national pour les soins aux animaux d'élevage, qui comprend des éleveurs, des entreprises de transformation alimentaire, l'Association canadienne des médecins vétérinaires, les associations nationales oeuvrant pour le bien-être des animaux, les conseils provinciaux pour les soins des animaux d'élevage, et ainsi de suite. Ils collaborent pour améliorer les codes ou les pratiques en vigueur dans nos fermes. Ils adhèrent à des valeurs fondamentales consistant à accepter l'utilisation des animaux d'élevage dans le monde agricole, à considérer que les animaux doivent être traités humainement et à appuyer les projets axés sur les données scientifiques. C'est ainsi que nous oeuvrons à améliorer le bien-être des animaux au Canada. Malheureusement, le projet de loi C-246 pourrait annuler le bon travail de ces organismes en les menaçant de poursuites judiciaires.

On nous dit que le projet de loi sera modifié par le comité pour résoudre les nombreux problèmes qui ont été soulevés et que je n'ai fait qu'effleurer dans cette enceinte aujourd'hui. On présume ainsi de l'issue des audiences du comité. Or, comme les députés le savent, les comités sont maîtres de leurs travaux. Pour modifier la substance du projet de loi, il faudrait obtenir le consentement unanime de la Chambre. Nous voyons que c'est impossible.

Les règles de procédure ne permettent pas à un comité de refondre un projet de loi. Des amendements peuvent être proposés par les membres du comité, mais il revient au comité dans son ensemble de les adopter ou de les rejeter. Les changements importants ne sont pas permis, et les présidents de comité ainsi que le Président de la Chambre des communes ont une obligation profondément ancrée dans les conventions parlementaires: ils doivent déclarer irrecevable tout changement dépassant la portée d'un projet de loi.

Pour qu'un projet de loi puisse être renvoyé à un comité, la Chambre doit y souscrire en principe. Et si un comité modifie un projet de loi, il doit en respecter le principe.

Je ne saurais voter pour ce projet de loi, à l'étape de la deuxième lecture, à moins de souscrire en principe au texte du projet de loi. Je ne crois pas que les chasseurs, les pêcheurs, les trappeurs, les éleveurs, les occupants des propriétés rurales et les autres personnes qui travaillent avec des animaux devraient aller en prison. Je ne souscris pas au principe du projet de loi. J'espère que mes collègues auront la sagesse et la prévoyance de rejeter le projet de loi, pour qu'il meure de sa belle mort en lui épargnant des souffrances.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on September 28, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.