header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-04-19 10:35 House intervention / intervention en chambre

Cabinet Ministers, Conflict of interest, Conservative Party of Canada, Election expenses, Fundraising and fundraisers, Government accountability, Lobbying and lobbyists, Minister of Justice, New Democratic Party, Opposition motions,

Allusions aux députés, Bureaux régionaux, Dépenses électorales, Imputabilité du gouvernement, Lobbying et lobbyistes, Membres du cabinet, Ministre de la Justice

Madam Speaker, I am pleased to stand before you today to speak on this baseless motion put forward by the member for St. Albert—Edmonton. While this motion has no merit, I am excited that after 10 long years of being in the dark, of dealing with one of the most opaque and secretive governments in our history, Canadians finally have a government that they can trust and depend on.

I am proud to rise today to talk about a government that is committed to accountability and transparency, a government that espouses a simple but powerful idea: open government is good government.

Before I get into what our current government has been doing to advance accountability and transparency, I want to take a moment to remind my colleagues across the way of what the former Conservative government was responsible for, in case they have forgotten.

It was the former Conservative government that was behind the in-and-out scheme in 2006 that had them pleading guilty for exceeding election spending limits and submitting fraudulent election records.

The Conservatives transferred money between different levels of their party to obfuscate their election spending and circumvent Elections Canada rules in order to exceed spending limits.

In total, $1.3 million was transferred to 67 riding offices to pay for national advertising for the Conservative Party during the 2006 federal election. These offices included those of several cabinet ministers of the day, such as foreign affairs minister Lawrence Cannon, Treasury Board president Stockwell Day, natural resources minister Christian Paradis, and intergovernmental affairs minister Josée Verner, as well as the former foreign affairs minister, the current member for Beauce.

It is clear that unethical behaviour is deeply entrenched on that side of the House. Unfortunately, in the end it is Canadians who have to pay. Over a five-year period, investigations to uncover this Conservative scheme cost taxpayers $2.3 million.

The Conservative tactics that hinder our democratic system do not end there.

Let us recall the robocall scandal during the 2011 federal election, when individuals from the Conservative Party sought to suppress voter turnout through misleading calls in Guelph and elsewhere. In that case, a former Conservative staffer was found guilty of using misleading calls to send voters to the wrong polling station on the day of the election.

In ridings across the country, hundreds of voters had reported receiving calls purporting to be from Elections Canada that gave erroneous information on the location of polling stations.

It is also that party whose former minister of human resources was found to have violated the Conflict of Interest Act when in 2011 she awarded federal money to an infrastructure project that was backed by an individual with close ties to the former prime minister.

It was the former Conservative government that believed it could hide unethical behaviour with a $90,000 payout.

Also, how can we forget Dean Del Mastro, who was a Conservative parliamentary secretary to the former prime minister and who has been found guilty for violating the Canada Elections Act during the 2008 election? Now we have corruption in all three elections. Mr. Del Mastro has been convicted of three electoral offences, including failing to report a personal contribution of $21,000 that he made to his own campaign and filing a false report.

However, unethical behaviour is not limited to just the Conservatives. The NDP misappropriated millions of taxpayer dollars when it used its parliamentary office budgets to pay for satellite party offices across the country.

In that case, 68 NDP MPs improperly pooled their House of Commons office budgets to pay for the salaries of 28 staffers to work in satellite offices in Montreal, Quebec City, and Toronto. In total, the NDP misappropriated $2.75 million of taxpayer money. The NDP has still not repaid this amount.

This is unacceptable behaviour. Canadians deserve better.

Unfortunately, the list goes on for both parties across the floor. This is just a small window into the type of behaviour from that side of the aisle that Canadians have grown tired of.

Our government knows that Canadians deserve and expect more from their members of Parliament. That is why our government is committed to full accountability to Canadians. We expect ministers and parliamentary secretaries to uphold the highest ethical standards so that public confidence and trust in the integrity and impartiality of government are maintained and enhanced.

We believe in integrity, honesty, and transparency—all values that are exemplified by our Minister of Justice.

In fact, while the member for St. Albert—Edmonton tries to make claims against the Minister of Justiceabout her conduct, it was the minister who proactively sought the advice of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner. She attended a fundraising event—something that all members here have done before and no doubt continue to do—as an MP and engaged with Canadians.

In my opening remarks, I said that this motion was baseless. Let me tell members why.

The member for St. Albert—Edmonton wrote to the Conflict of Interest and Ethics Commissioner and received a response indicating that the Minister of Justice was not in contravention of the act— yet here we are, debating a motion from the member for St. Albert—Edmonton trying to suggest otherwise.

I would ask that the member from across the way again review the response he received from the commissioner. It might, on a second reading, provide him with the answer he is seeking.

To be clear, in case the member for St. Albert—Edmonton and members across the way are not aware, with regard to the specific activity, pursuant to Elections Canada regulations, the Liberal Party will be entirely responsible for all costs associated with the event.

As I said, our government is committed to accountability and transparency. Even before forming government, the Liberal Party has always been raising the bar on transparency.

In 2013 the Liberal Party was the only party to require members to proactively disclose expenses. We believe Canadians deserve to know how their dollars are being spent.

The Liberal Party also introduced motions to advance transparency and accountability in the House. Unfortunately, the NDP did not support this effort to increase transparency and the motions did not pass.

Finally, in 2014, a Liberal motion that called upon the Board of Internal Economy to adopt a more comprehensive disclosure mechanism received all-party support. We are proud to have led the way on this front.

In November 2015, as part of this commitment, the Prime Minister published a ministerial code of conduct entitled “Open and Accountable Government”. This guide is available on the Prime Minister's website for all Canadians to read. It is an important and fundamental document for the government.

I would like to draw the House's attention to some of the main ideas in this document.

Today our government continues to work toward increased transparency and accountability. As part of this commitment, in November the Prime Minister issued “Open and Accountable Government”, a guide for the conduct of his ministry. This is an important and foundational document for the government, and I would like to draw the attention of the House to some of its key themes and topics.

As the Prime Minister states in his message to ministers at the start of “Open and Accountable Government”:

For Canadians to trust our government we must trust Canadians, and we will only be successful in implementing our agenda to the extent that we earn and keep this trust.

I would like to take this moment to again highlight the conduct of the minister, who proactively sought advice from the commissioner. She is someone Canadians can depend on as an individual with utmost integrity. She is someone Canadians can trust to protect our rights and ensure that our legislation continues to meet the highest standards of equity, fairness, and respect for the rule of law.

I am proud to be working in this House alongside such an exemplary individual. I am also proud to be part of a government that understands the importance of integrity and honesty. This importance is highlighted in “Open and Accountable Government”. As the Prime Minister states:

To be worthy of Canadians’ trust, we must always act with integrity. This is not merely a matter of adopting the right rules, or of ensuring technical compliance with those rules. As Ministers, you and your staff must uphold the highest standards of honesty and impartiality, and both the performance of your official duties and the arrangement of your private affairs should bear the closest public scrutiny. This is an obligation that is not fully discharged by simply acting within the law.

To assist members in meeting these duties, “Open and Accountable Government” sets out the Prime Minister's expectations for their personal conduct, which includes compliance with statutory obligations under the Conflict of Interest Act and the Lobbying Act, with the ethical guidelines set out in annex A of the guide, and with the guidelines on fundraising set out in annex B.

While I am on the topic of the Lobbying Act, I would like to take this opportunity to highlight some key features of this act.

The Lobbying Act requires anyone who lobbies federal public office holders to register as a lobbyist with the Commissioner of Lobbying of Canada. All lobbyists are obligated under the act to report on lobbying activities, including communication with designated public office holders, on a monthly basis. This information is published on the Internet on the public registry maintained by the Commissioner of Lobbying.

Who is a lobbyist? The Lobbying Act identifies two types of lobbyists.

A consultant lobbyist is an individual who, for payment, communicates with public office holders on behalf of any person or organization. This individual may be a professional lobbyist but can also be any individual who, in the course of his or her work for a client, communicates with or arranges meetings with a public office holder.

An in-house lobbyist is an individual who is an employee of an organization and whose duties are to communicate with public office holders on behalf of his or her employer.

If the employer is a corporation, there are two other ways in which a person can be identified as an in-house lobbyist. The first is if that individual's duties are to communicate with public office holders on behalf of any subsidiary of the employer. The second is if that individual's duties are to communicate with public office holders on behalf of any corporation of which the employer is a subsidiary.

As I said earlier, all lobbyists are obligated under the act to report on lobbying activities, including communications with designated public office holders, on a monthly basis.

What are these activities? The Lobbying Act defines activities that, when carried out for compensation, are considered to be lobbying. Generally speaking, they include communicating with public office holders about changing federal laws, regulations, policies, or programs, obtaining a financial benefit, such as a grant or a contribution, and in certain cases, obtaining a government contract. As well, in the case of the consultant lobbyist, it would include arranging a meeting between a public office holder and another person qualified as lobbying.

The commissioner has provided additional interpretation on what must be reported. In-house and consultant lobbyists must report all oral and arranged communications relating to financial benefits, even when initiated by a public office holder. Likewise, consultant lobbyists must report oral and arranged communications relating to a contract regardless of who initiated the communication.

What are these communications the act refers to? For the purposes of the Lobbying Act, communications include both verbal and written. Examples of verbal communications with a public office holder are arranged meetings, phone calls, informal communication, and grassroots communications. Examples of written communications with a public office holder include hard copy or electronic formats.

Some types of communication do not require registration. These include, for example, inquiries about publicly available information and general inquiries about the terms and conditions of programs and application processes.

Registration is also not required for participation in government initiated activities, such as consultations, hearings, round tables, or like activities where transparency is comparable to that of a parliamentary committee where participants, proceedings, and decisions are readily made public. The same goes for preparation and presentation of briefings to parliamentary committees.

As I mentioned, the Lobbying Act requires anyone who lobbies federal public office holders to register as a lobbyist to the Commissioner of Lobbying of Canada. Who are these public office holders? Public office holders as defined under the act are any employee or officer of Her Majesty in right of Canada. This includes virtually all persons occupying an elected or appointed position in the federal government, including members of the House of Commons and the other place and their staff.

Now, on a broader level, “Open and Accountable Government” also lays out the fundamental principles of our system of responsible government, including the core tenets of individual and collective ministerial responsibility.

All this to say that the minister did not break any rules. She is completely in compliance with the law. Her actions were consistent with the actions of other members of this place and I defend her actions very strongly. I challenge any member to not fundraise and see how the next election goes.

More important, there has been no violations of any ethics codes by members of the government since October 19, 2015. Prior to that is entirely another story. When will the member for Calgary Heritage, for example, release his donor list from his leadership run of the Canadian Conservative Reform Alliance Party? Members will remember that party. Its first official name was C-CRAP. When will the member for Calgary Heritage release his donor list for his leadership run for the Conservative Party? What does he have to hide? How many members have been taken away in leg irons and from which parties were they?

The Conservatives talk about ethics as if they have some basis for doing so, as if they do not have the longest history of unethical practices.

There are a couple of books I would refer them to. One is called On The Take. Another one is called Blue Trust. These are fascinating books by author Stevie Cameron on the long and colourful history of Conservative ethical standards.

I am looking forward to having this conversation go a little further and hearing more about how the Conservatives believe they understand what ethics are and how they believe they have any moral basis to bring it up.

Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui pour parler de la motion sans fondement présentée par le député de St. Albert—Edmonton. Il va sans dire que cette motion n'a aucun mérite, mais je suis tout de même vraiment content qu'après les 10 longues années d'obscurantisme de l'un des gouvernements les plus opaques et les plus cachotiers de notre histoire, les Canadiens aient enfin un gouvernement digne de confiance et sur lequel ils peuvent compter.

Je suis fier de me lever aujourd'hui et de parler d'un gouvernement qui s'engage à être imputable et transparent, un gouvernement avec une idée simple, mais puissante, soit celle qu'un gouvernement ouvert est un bon gouvernement.

Avant de parler de ce que le gouvernement actuel fait pour favoriser la responsabilité et la transparence, je veux prendre quelques instants pour rappeler à mes collègues d'en face ce dont est responsable l'ancien gouvernement conservateur, au cas où ils l'auraient oublié.

C'est l'ancien gouvernement conservateur qui était l'instigateur des manoeuvres de transfert de fonds, en 2006, pour lesquelles il a reconnu sa culpabilité pour avoir dépassé les limites des dépenses électorales et soumis des registres d'élection frauduleux.

Les conservateurs ont fait circuler des fonds entre diverses instances du parti dans le but de camoufler leurs dépenses électorales et de contourner les règles d'Élections Canada afin de dépasser les limites des dépenses.

Au total, 1,3 million de dollars ont été transférés dans 67 bureaux de circonscription pour payer la publicité nationale du Parti conservateur lors des élections fédérales de 2006. Parmi ces bureaux, il y avait ceux de plusieurs ministres du Cabinet d'alors, comme le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, le président du Conseil du Trésor, Stockwell Day, le ministre des Ressources naturelles, Christian Paradis, la ministre des Affaires intergouvernementales, Josée Verner, ainsi que l'ancien ministre des Affaires étrangères, l'actuel député de Beauce.

Il est clair que les comportements contraires à l'éthique sont profondément enracinés chez les députés d'en face. Malheureusement, au bout du compte, ce sont les Canadiens qui en paient le prix. En cinq ans, les enquêtes qui ont permis de mettre au jour cette machination des conservateurs ont coûté 2,3 millions de dollars aux contribuables.

Les tactiques des conservateurs qui vont à l'encontre de notre système démocratique ne s'arrêtent pas là.

Souvenons-nous du scandale des appels automatisés lors des élections fédérales de 2011. Des personnes associées au Parti conservateur ont tenté d'empêcher des électeurs de voter en faisant des appels trompeurs à Guelph et à d'autres endroits. Dans cette affaire, un ancien employé du Parti conservateur a été déclaré coupable d'avoir eu recours à des appels automatisés pour envoyer des électeurs aux mauvais bureaux de scrutin le jour des élections.

Dans plusieurs circonscriptions du pays, des centaines d'électeurs ont dit avoir reçu des appels semblant provenir d'Élections Canada qui leur ont donné de faux renseignements sur l'emplacement des bureaux de scrutin.

On a aussi déterminé qu'une ancienne ministre des Ressources humaines appartenant à ce parti a enfreint, en 2011, la Loi sur les conflits d’intérêts lorsqu'elle a accordé un financement fédéral à un projet d'infrastructure dont le promoteur était un proche de l'ancien premier ministre.

C'est également l'ancien gouvernement conservateur qui a cru pouvoir dissimuler un manque d'éthique avec un chèque de 90 000 $.

N'oublions pas Dean Del Mastro, qui était le secrétaire parlementaire de l'ancien premier ministre conservateur. Il a été déclaré coupable d'avoir enfreint la Loi électorale du Canada lors des élections de 2008. Nous savons maintenant que les trois élections ont été marquées par la corruption. M. Del Mastro a été déclaré coupable de trois infractions de nature électorale, y compris d'avoir omis de déclarer une contribution personnelle de 21 000 $ à sa propre campagne, et d'avoir soumis un document falsifié.

Cependant, le manque d'éthique ne se limite pas aux conservateurs. Le NPD a détourné des millions de dollars en fonds publics en se servant des budgets de ses bureaux parlementaires pour financer des bureaux satellites du parti dans l'ensemble du pays.

Dans cette affaire, 68 députés du NPD ont mis en commun leurs budgets de la Chambre des communes, alors qu'ils n'avaient pas le droit de le faire, pour payer les salaires de 28 employés dans des bureaux satellites à Montréal, Québec et Toronto. Au total, le NPD a détourné 2,75 millions de dollars provenant des poches des contribuables. Il n'a toujours pas remboursé cet argent.

C'est un comportement inacceptable. Les Canadiens méritent mieux.

Malheureusement, la liste est encore longue concernant les deux partis d'en face. Ce n'est qu'un petit aperçu du comportement que l'on observe de leur part et dont les Canadiens sont fatigués.

Le gouvernement sait que les Canadiens méritent et attendent mieux de la part de leurs députés. Voilà pourquoi notre gouvernement a la ferme intention de rendre des comptes pleinement aux Canadiens. Nous nous attendons à ce que les ministres et les secrétaires parlementaires respectent les normes d'éthique les plus élevées, de manière à ce que le public puisse faire confiance au gouvernement et être convaincu de son intégrité et de son impartialité.

Nous croyons en l'intégrité, l'honnêteté et la transparence, des valeurs qu'incarne à merveille la ministre de la Justice.

D'ailleurs, le député de St. Albert—Edmonton a beau essayer de fabriquer des allégations au sujet de la conduite de la ministre de la Justice, mais celle-ci avait pris l'initiative de demander l'avis de la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique. En tant que députée souhaitant dialoguer avec les Canadiens, elle a assisté à une activité de financement comme tous les députés le font et continueront de le faire.

Au début de mon intervention, j'ai dit que cette motion était sans fondement. Permettez-moi d'indiquer aux députés pourquoi.

Le député de St. Albert—Edmonton a écrit à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique et a reçu une réponse lui indiquant que la ministre de la Justice n'avait pas violé la loi. Pourtant, nous voici en train de débattre d'une motion du député de St. Albert—Edmonton qui essaie de nous faire croire le contraire.

Je demanderais au député d'en face de relire la lettre que la commissaire lui a envoyée. Il trouvera peut-être la réponse qu'il cherche dans cette deuxième lecture.

En somme, au cas où ce ne serait pas clair dans l'esprit du député de St. Albert—Edmonton et de ses collègues d'en face, le Parti libéral sera entièrement responsable de payer tous les frais associés à cette activité, conformément à la réglementation d'Élections Canada.

Comme je l'ai dit, le gouvernement tient fermement aux principes de la responsabilité et de la transparence. Même avant de former le gouvernement, le Parti libéral a toujours su être particulièrement exigeant en matière de transparence.

En 2013, le Parti libéral a été le seul à exiger que ses députés divulguent leurs dépenses de façon proactive. Nous croyons que les Canadiens ont le droit de savoir à quoi servent les fonds publics.

Le Parti libéral a également présenté des motions visant à promouvoir la transparence et la responsabilité à la Chambre. Elles ont malheureusement été rejetées, parce que le NPD ne les a pas appuyées.

Enfin, une motion présentée en 2014 par le Parti libéral, demandant au Bureau de régie interne d'adopter un mécanisme de divulgation plus exhaustif, a reçu l'appui de tous les partis. Nous sommes fiers d'être des chefs de file dans ce domaine.

Dans le cadre de cet engagement, le premier ministre a publié en novembre dernier un guide pour la conduite de son Cabinet, intitulé « Pour un gouvernement ouvert et responsable ». Ce guide est accessible sur le site Web du premier ministre, pour que tous les Canadiens puissent le consulter. Il s'agit d'un document important et fondamental pour le gouvernement.

Je tiens à attirer l'attention de la Chambre sur certains de ses principaux thèmes et sujets.

Aujourd'hui, le gouvernement libéral s'emploie toujours à accroître la transparence et la responsabilité. Dans le cadre de cet engagement, le premier ministre a publié, en novembre, le guide « Pour un gouvernement ouvert et responsable », qui énonce les normes de conduite attendues des ministres. C'est un document d'une importance capitale pour le gouvernement. J'aimerais attirer l'attention de la Chambre sur quelques-uns des thèmes et des sujets clés qui y sont abordés.

Comme le premier ministre l'indique au début de « Pour un gouvernement ouvert et responsable », dans son message à l'intention des ministres:

Si l’on veut que les Canadiens fassent confiance à notre gouvernement, nous devons faire confiance aux Canadiens. Et nous ne pourrons réussir à mettre en œuvre notre plan que si nous gagnons et maintenons cette confiance.

Je tiens à prendre un moment pour rappeler que la ministre s'est adressée à la commissaire afin d'obtenir son avis. Les Canadiens peuvent avoir confiance en l'intégrité de la ministre. Ils peuvent lui faire confiance pour protéger nos droits et veiller à ce que les lois canadiennes continuent de satisfaire aux critères les plus élevés en matière d'équité, de justice et de respect de la primauté du droit.

Je suis fier de siéger à la Chambre aux côtés d'une personne aussi exemplaire. Je suis aussi fier de faire partie d'un gouvernement qui comprend l'importance de l'intégrité et de l'honnêteté, et qui la souligne dans le document « Pour un gouvernement ouvert et responsable ». Comme l'affirme le premier ministre:

Pour mériter la confiance des Canadiens, nous devons toujours faire preuve d’intégrité. Il ne s’agit pas simplement d’adopter les règles adéquates, ou de voir à ce que l’on observe les exigences techniques de ces règles. En tant que ministres, vous devez, ainsi que votre personnel, respecter les normes les plus élevées d’honnêteté et d’impartialité. En outre, la façon dont vous menez vos devoirs officiels et vos affaires personnelles doit pouvoir résister à l’examen public le plus minutieux. Il s’agit là d’une obligation dont on ne s’acquitte pas simplement en respectant la loi.

Afin d'aider les députés à honorer ces obligations, « Pour un gouvernement ouvert et responsable » énonce les attentes du premier ministre en ce qui a trait à leur conduite personnelle. Ils doivent notamment se conformer aux obligations législatives prévues dans la Loi sur les conflits d’intérêts et la Loi sur le lobbying, aux lignes directrices déontologiques définies à l'annexe A du guide, ainsi qu'aux lignes directrices sur la collecte de fonds décrites à l'annexe B.

Puisqu'il est question de la Loi sur le lobbying, j'aimerais profiter de l'occasion pour en souligner quelques-unes des caractéristiques.

La Loi sur le lobbying exige de quiconque fait du lobbying auprès du titulaire d'une charge publique qu'il s'enregistre comme lobbyiste auprès du Commissariat au lobbying du Canada. Tous les lobbyistes sont tenus par la Loi de faire rapport, une fois par mois, de leurs activités de lobbying, y compris la communication avec des titulaires d'une charge publique désignée. Cette information est publiée sur Internet dans le registre public du Commissariat.

Qui est lobbyiste? La Loi sur le lobbying en identifie deux types.

Un lobbyiste-conseil est une personne qui, moyennant paiement, communique avec le titulaire d'une charge publique au nom d'une personne morale ou d'une organisation. Il peut s'agir d'un lobbyiste professionnel, mais aussi d'une personne qui, dans le cadre de son travail pour le compte d'un client, communique avec le titulaire d'une charge publique ou organise des réunions avec ce dernier.

Un lobbyiste salarié est une personne employée par un organisme qui a pour tâche de communiquer avec les titulaires d'une charge publique au nom de son employeur.

Lorsque l'employeur est une personne morale, il y a deux cas où une personne peut être considérée comme un lobbyiste salarié. Dans le premier cas, les fonctions de la personne visée comportent la communication avec le titulaire d'une charge publique au nom d'une des filiales de son employeur. Dans le second cas, ses fonctions comportent plutôt la communication avec le titulaire d'une charge publique au nom d'une personne morale dont son employeur est une filiale.

Comme je le disais à l'instant, tous les lobbyistes sont tenus par la Loi de déclarer chaque mois leurs activités de lobbying, y compris les communications avec les titulaires de charges publiques.

Quelles sont ces activités? La Loi sur le lobbying définit justement les activités qui, lorsqu'elles sont rémunérées, constituent du lobbying. Grosso modo, il s'agit de toute communication avec un titulaire d'une charge publique dans le but de faire modifier les lois, règlements, politiques et programmes fédéraux, d'obtenir des avantages financiers — comme une subvention ou une contribution — ou, dans certains cas, de se voir octroyer un marché public. Dans le cas des lobbyistes-conseils, il peut aussi s'agir de communications visant à ménager pour un tiers une entrevue avec le titulaire d'une charge publique.

La commissaire a en outre raffiné l'interprétation de ce qui doit être déclaré. Les lobbyistes-conseils et les lobbyistes salariés doivent déclarer toute communication orale ou organisée ayant pour but l'obtention d'avantages financiers, même lorsque c'est un titulaire d'une charge publique qui en prend l'initiative. Il en va de même pour les communications se rapportant à l'octroi d'un contrat, peu importe qui en prend l'initiative.

En quoi consistent les communications en question? Aux termes de la Loi, il s'agit de communications autant orales qu'écrites. Les entrevues ménagées, les appels téléphoniques, les communications informelles et les communications faisant appel au grand public sont autant d'exemples de communications orales. De son côté, la transmission de documents écrits, que ce soit en version papier ou électronique, est considérée comme une communication écrite.

Certains types de communications ne nécessitent pas d'enregistrement, comme des questions concernant des informations de nature publique ou des renseignements généraux sur les modalités de programmes ou de processus de demande.

Il en va de même pour la participation à des activités lancées par le gouvernement, comme des consultations, des audiences, des tables rondes ou d'autres activités comparables à celles de comités parlementaires sur le plan de la transparence, c'est-à-dire que la liste des participants, les délibérations et les décisions sont disponibles d'emblée. C'est le cas également de la préparation et de la présentation de documents d'information à l'intention des comités parlementaires.

Comme je l'ai mentionné, la Loi sur le lobbying exige que toute personne qui fait du lobbying auprès du titulaire d'une charge publique fédérale s'enregistre à titre de lobbyiste auprès du Commissariat au lobbying du Canada. Qui sont ces titulaires d'une charge publique? Selon la Loi, il s'agit de tout employé ou agent de Sa Majesté du chef du Canada, ce qui inclut toute personne élue ou nommée à un poste dans le gouvernement fédéral, y compris les membres de la Chambre des communes et de l'autre endroit ainsi que leur personnel.

Dans une perspective plus large, le document « Pour un gouvernement ouvert et responsable » établit également les éléments fondamentaux de notre système de gouvernement responsable, notamment de la responsabilité ministérielle individuelle et collective.

Bref, la ministre n'a enfreint aucune règle. Au contraire, elle a tout à fait respecté la loi. Je défends vigoureusement ses actions, qui sont d'ailleurs conformes à celles d'autres députés. Je mets au défi les députés de s'abstenir de mener des activités de financement — on verra bien ce qu'il adviendra aux prochaines élections.

Mais surtout, aucun membre du gouvernement n'a enfreint le code d'éthique depuis le 19 octobre 2015. Avant, c'était une tout autre affaire. Quand le député de Calgary Heritage, par exemple, publiera-t-il la liste des donateurs qui ont contribué à sa course à la direction de l'Alliance réformiste conservatrice canadienne? Les députés se souviennent de ce parti. L'acronyme de son nom officiel en anglais était, à l'origine, C-CRAP. Quand le député de Calgary Heritage publiera-t-il la liste des donateurs à la course à la direction du Parti conservateur? Qu'a-t-il donc à cacher? Combien de députés sont sortis les fers aux pieds, et à quel parti appartenaient-ils?

Les conservateurs parlent d'éthique comme s'ils étaient bien placés pour en parler, comme s'ils n'étaient pas ceux dont les pratiques ont été le plus souvent contraires à l'éthique.

J'aimerais leur recommander quelques livres. Le premier s'intitule On The Take. L'autre, Blue Trust. Ces oeuvres fascinantes de l'auteure Stevie Cameron racontent la longue histoire colorée des normes éthiques des conservateurs.

J'ai bien hâte que nous puissions approfondir encore la question et que les conservateurs nous parlent encore davantage de ce que représente l'éthique à leurs yeux et des raisons pour lesquelles ils pensent être bien placés pour ramener la question sur le tapis.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on April 19, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.