header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-04-19 PROC 16

Standing Committee on Procedure and House Affairs

(1100)

[English]

The Chair (Hon. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)):

Good morning. This is meeting number 16 of the Standing Committee on Procedure and House Affairs of the first session of the 42nd Parliament.

We welcome the long awaited return of Kady O'Malley. It's good to see you again, Kady. We know you've been resting.

Today, we have the following witnesses: Gary Levy; from Equal Voice, we have Nancy Peckford, executive director; and to answer any questions from Equal Voice is Grace Lore, senior researcher and Ph.D. candidate at UBC, who is joining us by teleconference from Vancouver.

By video conference from the Inter-Parliamentary Union in Geneva, Switzerland, we have Kareen Jabre, director, division of programmes.

We're going to have each person make their opening statement of five minutes. We'll start with Kareen and we'll be going for at least an hour, but those who can stay longer, we'll keep you as long as the committee members have questions because there are four of you.

Ms. Jabre, the floor is yours.

Ms. Kareen Jabre (Director, Division of Programmes, Inter-Parliamentary Union):

Thank you for this opportunity. It's really a pleasure to contribute to this important debate. We really welcome this chance, so thanks again for inviting us.

As many of you might know, the IPU has been working for many years now to promote stronger parliaments and more inclusive parliaments. One of the major angles of our work has been to focus on gender equality in parliaments, ensuring that women have more access in parliaments, but also have the opportunity to really influence policy-making in parliaments.

Within the context of that work, over many years now, we focused more and more on how parliaments functioned. We developed the concept of gender-sensitive parliaments, which was the result of a two-year survey of MPs and more than 70 parliaments from around the world. We looked at how they functioned and how they actually both embodied and delivered on gender equality issues.

In 2011, we developed this concept of gender-sensitive parliaments. We adopted an action plan to assist parliaments in becoming much more gender sensitive in their work. This is an important element for us because we really acknowledged for the first time that parliament was a workplace like any other, and that this workplace needed to be conducive to the equal participation of men and women.

Therefore, parliaments needed to look at how they functioned, how they facilitated the participation of men and women on an equal basis, and how they catered to the needs of young men and women who are the target for many of us in terms of renewing parliaments and making them, again, always in tune with society. This concept was really developed to respond to one of the first challenges identified by women themselves in running for politics, which is how can they balance family responsibilities and politics at the same time?

This is an issue. This is the first challenge identified by women. Most recently, the IPU has also been focusing on enhancing youth participation in parliaments. This, too, is an issue identified by young men and women in terms of going into politics and addressing how they are going to balance family and work responsibilities. I think it is very important to place this within the context of not just a gender issue, but also an issue that concerns both men and women, and especially young men and women.

We really look forward to Canada taking the lead in this respect. There are very few parliaments that have actually questioned and analyzed themselves to see how they were functioning and how they were actually catering to gender equality needs. It's difficult to engage in reform, so we really welcome that.

Ultimately for us, engaging in such reform makes for better and more effective parliaments. This is the message that we are also trying to promote when we work with parliaments in looking at how they function.

You have listed a series of questions of how parliaments have taken initiatives and some questions addressing the work-life balance of MPs. The important point for us, if we are to engage in this initiative is to, first of all, place the issue as a political one. This is an objective that we all want to achieve. It's important to make it a common objective for everyone. It's not just a gender issue or other issue. By placing it as a political issue, it's a very good and first way to approach it.

The second thing is for parliaments to acknowledge that this implies reform. It implies working at how parliaments function in a general way, and reviewing their work methods and their culture as well within parliaments. This is also very important in terms of mindsets that will facilitate or not, meeting this balance, and being a more family-friendly environment.

The third point for us is to look at the capacities and the needs that are required both at the level of parliaments but for MPs as well to address these issues.

(1105)



If you were to engage on this question, for us you would need to look at how parliament works, what the needs are for MPs, and how to develop a more gender-sensitive or family-friendly culture in parliament.

Several parliaments have taken initiatives at different levels. In terms of how parliaments work, several have focused on sitting hours and days, of course, with some stopping work at 6 p.m. and others not voting on Mondays or Fridays and only focusing on votes Tuesday through Thursday. Other parliaments have fixed voting times and fixed days for votes, as I've said. This way of working and organizing work allows for better planning and, therefore, for freeing up time to meet both the family requirements and the constituency needs.

Other parliaments have tried to cater to the needs of young women who are breastfeeding or who have to cater to the needs of young children, so some parliaments have adopted a system of proxy votes for women who are breastfeeding. That's the case in Australia, for instance. Others have actually developed a system of e-voting, allowing MPs to vote from a distance. That's the case in Spain, for instance. This is for women who are either pregnant or breastfeeding and have to meet their children's needs. This is a recent formula that was adopted in 2012.

In many other parliaments, some of the initiatives taken have been aimed at looking at how IT can alleviate the work of parliaments and have parliaments function differently, and how IT can be used either to enhance the efficiency of meetings and the work of parliament or to enhance the link with constituents, which is of course one of the priorities for MPs: how can they also be present at the constituency level?

The second big point that I wanted to just quickly flag, because I know we'll speak about it, is that some parliaments have looked at the support required technically and physically in parliaments for women and men with children. This has of course been a case of developing child care facilities, which we've seen in many parliaments, whether that's a crèche, a nursing room, or a playroom, so many parliaments have experienced that, with more or less success in the challenges. I'll be happy to come back to those in our discussion.

Other parliaments have also tried to support parental leave. This is of course a very tricky issue, but some parliaments do allow for parental leave for MPs. This is the case in Sweden and many northern countries. This is of course intrinsically linked to the electoral system and the way parliamentarians are elected and also to the possibility of having substitutes. I'm happy to also go into that if it's of interest.

The last point I wanted to mention as we engage in reform for a more family-friendly parliament is there is a lot of work to do at the level of culture and changing mindsets and the ways people address this issue. In the research we've done, we've often seen that many MPs do not feel that they should claim their rights in terms of parents, because that presents as an MP who is weak or not focused on his/her work. I think there's a question of changing mentalities and acknowledging that this is important, that it makes for MPs who are maybe more engaged and also more effective, and that MPs are human, and by addressing those needs in a constructive way we will make for more effective parliaments. I think that changing the mindset and making this less of an taboo issue is an important thing.

Also, in terms of communicating with the public, the second point in terms of culture is that we've seen that we really need to push more for a more gender-sensitive culture in parliaments, and for gender equality to be better understood, both by MPs and staff, in how parliament functions, in order to really create an environment that is conducive to reform and respects the needs of men, women, and their families in parliament. For us, I think the question of culture, communicating, and breaking the taboo around these rights or this situation is a very important point. We'd like more prime ministers to speak up on these issues and say that it's important to address this.

I'll leave it there. I hope I wasn't too confusing. These were just some of the points we've noticed on this issue in terms of recent developments in parliaments.

(1110)

The Chair:

Thank you very much. We really appreciate it.

We'll hear from all the witnesses before we get to the questioning rounds.

Now we'll go to Nancy Peckford, the executive director of Equal Voice.

Thank you for coming.

Ms. Nancy Peckford (Executive Director, Equal Voice):

Thank you so much for being here today. It's a pleasure to see so many of you around the table.

As you likely know, Equal Voice Canada is the only national multipartisan organization dedicated to the election of more women. We communicate with tens of thousands of Canadians on a monthly basis who care deeply about gender equality. While we were extremely pleased, as you might imagine, to see this new government's commitment to gender parity in federal cabinet, Equal Voice remains extremely concerned about the under-representation of women, which is both chronic and historic in our federal institution and in many provincial and territorial parliaments.

We did an analysis during the election that suggested that based upon the last five federal election cycles there would not be parity on the ballot for 45 years, based on the one-third of candidates who presented themselves to the five major parties. Further, based upon the outcome of this past federal election and four previous elections, we are looking at 90 years before we attain gender parity in this institution if we take past performance as an indication of future progress.

It's in this spirit that EV is with you today. We're delighted to see that this conversation is happening. It's one that we've been advocating for on the outside for many years and we want to bring you some proposals in the spirit of recognizing that we're dealing with a 150-year-old institution that was conceived before women had the right to vote or stand for federal office. In our view, just like our colleague from Switzerland, this is not a discussion about women, it is a discussion about working smarter not harder, it is about being effective, efficient, and using resources wisely. I think this Parliament has a tremendous opportunity to do things differently and, equally important, to do them well, so we can inspire confidence among Canadians in this most important institution.

In our view, the House of Commons has not fully leveraged innovations that have been widely adopted elsewhere in both public and private sectors. That includes a better use of technology, maximizing teamwork, and allowing for flexibility at critical periods of caregiving.

On average, as you know, MPs are representing approximately 103,000 constituents per riding—I realize this is an average—and you are expected to fulfill many roles: community ambassador, ombudsman, champion, liaison, troubleshooter, legislator, event convenor, spokesperson, party activist, fundraiser, and, increasingly, parent and caregiver among many other roles.

Finally, the average age of the MP is slowly declining, something we are excited about. Before 2011, you may be surprised to know, there were only five women under the age of 40 serving in the House of Commons as compared to 25 male colleagues under the age of 40, which already suggests some inequality. Fortunately, in 2011, 19 women aged 40 and under were elected and then in this Parliament we believe it is the same, though there is no disclosure of birth dates of MPs anymore, so we can't be totally accurate with those statistics.

In our view, to be optimizing their performance MPs should be guided by three principles of work-life balance: sustainability, predictability, and flexibility. With this in mind, we're here today to make five major recommendations.

First, we believe it is necessary to reduce the weekly commute. Canada's federal Parliament sits approximately 125 days per year in a non-election year. That is one-third of the year, the longest of any federal, provincial, or territorial legislature. Despite bringing people here from coast to coast to coast, the average commuting time for an MP outside of the Ottawa, GTA, Montreal corridor is approximately 12 hours driving or flying time, depending on what you do, approximately six hours per one-way trip.

To address this significant commuting burden, EV would urge this committee to consider the following: more consecutive weeks in constituencies. I was here last week when one of the spouses' groups noted the importance of having MPs in their home riding for more than one week to do very important riding work in addition to reconnecting with their family.

We are also interested in the possibility of compressing the parliamentary week by starting earlier on Tuesdays through Thursdays to allow for the possibility of longer but fewer days in Ottawa. This would maximize the time of MPs while they are here, but would not compromise the hours devoted to House business. I don't believe anybody wants that. A compressed Parliament as our IPU colleague just mentioned is now undertaken by several parliaments quite successfully.

(1115)



In doing so, we think the Hill calendar could potentially be modified so that Mondays and/or Fridays could be treated with more flexibility, given the long commutes from west to east.

Second, we believe there should be an increase to the resources available for staffing among MPs. In our view, in the face of the constant demands on MPs, we believe you are thinly staffed given the high expectations for your engagement as legislators, committee members, ombudsmen, community leaders, troubleshooters, etc. We are asking all of you to bear a considerable burden without what we believe is the necessary support to ensure you have the team around you to be the most effective and responsive you need to be.

Our calculations suggest that most MPs have on average two Hill staff and two riding staff, which equals one staff for every 25,000 constituents if an MP represents a riding of approximately 100,000 people. We would recommend, then, in the life of this Parliament, that you consider devoting additional resources to an MP's office budget to allow for the hiring of one additional staff on the Hill and one in the riding.

Third, we believe this House of Commons needs to end the punitive treatment of new parents and mothers who are MPs. I was greatly disturbed by some of the experiences Christine Moore related here last week in terms of 14-hour drives back to the riding so she could have access to her car, and the challenges she's had navigating the Hill. In our view, it is not appropriate that there is no formal accommodation for women in the later stages of pregnancy, new mothers or parents, and the primary caregivers of a terminally ill parent or child. I believe this needs to end.

EV, as a consequence, supports the call for a minimum of three months of riding-based activity representation for MPs who face these circumstances. As a consequence, it would mean introducing the prospect of proxy or electronic voting for a small cohort of MPs who are in legitimate need of it. As we've heard from our IPU colleagues, it is something that other parliaments have undertaken with some success.

If Canada's Parliament were to go down this road, MPs would have to be given the opportunity to teleconference and provide written comments on bills or debates, among other things. It is an ambitious task, but we believe it can be done.

Upon returning to Parliament, we want to echo our concerns on the lack of access among MPs to child care services on the Hill. As the chair of a day care board in the Ottawa area, I do believe child care spaces and centres can grow and be flexible if they are given the resources to do so. We believe, in anticipation of the fact that there may be more than one or two young infants on the Hill, Centre Block or another close building should be looked at to potentially care for young children six months and older.

Further, we do believe the provision of occasional on-site care in the House for infants under the age of 12 is also required, and attainable, to provide care for a baby during unexpected votes, a committee meeting that goes late, or other unusual circumstances. Again, I don't see this as an impossibility. Equal Voice provides child care at evening events. There is a roster of highly qualified day care providers in this area who I believe could be on call for occasional child care services.

These measures, of course, are not about reducing the amount an MP works but about facilitating, recognizing, and valuing the other work MPs are doing.

I'd like to wrap up by saying clearly, however, that this is not just about the structure of Parliament. It is also about the tone and language of politics. We have heard from many women and men that they are turned off by the kind of leadership they see on display in the House from time to time, particularly during question period. Other legislatures in Canada have eliminated the banging on tables and significantly reduced the heckling MPs dish out to their opponents. While theatrical, we think it is time to revisit these behaviours once and for all to address what we think is a reputational crisis in the federal political arena.

In conclusion, apart from this study, it is our view that a regular five-year review by this committee of House practices to assess them for their flexibility and reasonability is imperative. We think you can come up with predefined criteria based upon the literature of work-life balance.

(1120)



We know this has been done before and that other modifications have been made in the past that have made the lives of MPs significantly easier. In the fall, you joined one of five countries that have gender parity in cabinet. We are regarded as a leader, and it is now time to lead on gender-sensitive Parliaments.

Thank you.

The Chair:

Thank you.

Now we'll move on to Dr. Gary Levy. Thank you for joining us.

Dr. Gary Levy (As an Individual):

Thank you for the invitation to appear. I suspect I was invited because of an interview I gave questioning the idea of changing the parliamentary calendar to a four-day week. In fact, I think a good argument can be made for that change, but I have not heard it so far in your deliberations.

You don't lose much by not sitting on Fridays. There are no votes in the House. Committees normally do not meet, few ministers are in question period, and many members are on their way to the airport before the House rises. But the idea has not been well received in the coverage I've seen in the media. Perhaps my presentation can help to explain why.

In 1982 I worked for the committee that brought in the first parliamentary calendar. It was 160 days, which replaced an average of 175 days when Parliament operated without a fixed calendar. The present version provides for a maximum of 135 days, but in the last decade the House has only sat as many as 129 days on one occasion, and in many years it sat less than 100 days. Put another way, you have a calendar which at best provides for six months on and six months off. If you came back earlier after Labour Day and after the new year and eliminated all but two break weeks, one in November and one at Easter, you could have a calendar of about 160 days with no Fridays.

I know members are unhappy when journalists or academics refer to break weeks as holidays, and I know all of you work hard during these constituency weeks, but they are holidays from Parliament. They are holidays from holding the government to account, and they're holidays basically from committee hearings.

The break weeks may be much loved, particularly by ministers who don't have to face question period, but I suggest there are three things wrong with our very generous approach to break weeks, aside from creating the erroneous impression that you're on holidays. First, I think break weeks encourage obstruction, because if the opposition can delay a bill until the Thursday before a break week, they have effectively stopped it for 10 days, and sometimes more. The result has been a dramatic increase in the use of time allocation motions. Even the dreaded omnibus bills are partly due to the limited time that Parliament is sitting. If nothing changes, I suspect the government, despite its promises, will have to result to both extensive time allocation and, perhaps, even omnibus bills before this Parliament is over.

Second, I think break weeks are really part of the permanent election campaign and a huge advantage to incumbents. They are essentially the importation of an American practice instituted because congressmen are always looking for money for the next election, and they use break weeks for constant rounds of fundraising. We have a different system and different election laws. I believe if constituency events and fundraising were focused on Fridays and the House met with fewer interruptions, the result would be a more functional as well as a more family-friendly Parliament.

A third point, which is perhaps a bit theoretical, is that break weeks reflect a view of the member's role as a delegate who primarily represents the view of his or her constituents. This is perhaps obvious, but there is a more traditional view of the role of an MP, first articulated by Edmund Burke. He thought the role of a parliamentarian was to exercise his or her independent judgment on the public issues of the day. Of course, that judgment is informed by views of constituents, but in this age of communication and social media, is it necessary to be in the riding in order to know the views of one's constituents?

A final point regarding the calendar is that I think a good bit of family friendliness could be injected simply by using pairing, which seems to have fallen into disuse. This was mentioned briefly by the clerk at your last meeting, but I think it bears repeating. A member on either the government or the opposition side advises his or her whip about an unavoidable conflict. The whip calls his counterpart on the other side, and an agreement is struck whereby one member from the other party will absent himself or herself from the vote and this will be indicated in the journals as being paired. As I said, that could be used a lot more than it is, or has been in the last decade.

(1125)



I don't have any great knowledge of dual chambers, but I looked at the British Standing Orders, and they appear to be used partly for what we call private members' business and partly for questioning ministers. In the Canadian context, I could see a dual chamber used for specific debates. For example, the budget debate could be split and take half the time. The same could apply to the throne speech. Parts of private members' business, excluding the vote, could be moved to the parallel chamber.

However, my real question is, what are you trying to accomplish? If you're looking for ways for members to get their views on record, you could accomplish this by allowing members to append their speeches to Hansard. However, if the purpose is to free up more House time for discussion of legislation, I think there are better approaches.

Why not limit second reading debate to one day? This sounds draconian, but that is the practice in Britain. After the minister introduces and gives reasons for supporting a bill and the opposition party critics give reasons for opposing it, I think you only need a few more speeches by interested members, and then the bill should go to committee. Of course, there could be and should be exceptions to a one-day rule when bills are matters of conscience and members have a legitimate interest in putting forth personal views that differ from those of the party leaders.

Finally, let me conclude with a couple of general observations. In the last decade, Parliament became the subject of many criticisms, “dysfunctional” being perhaps the adjective used most frequently to describe our most important democratic institution. I hope this new Parliament will address some of the issues that led to those criticisms.

One such area is question period. I'm not sure if a British-style Prime Minister's question period is part of your mandate, but I hope you can push that forward.

Another problem is non-confidence motions, because the timing is largely controlled by the government. This led directly to two unfortunate Parliamentary incidents in the last decade. This problem could easily be corrected by changes to the Standing Orders.

I'm getting away from purely family-friendly issues, so I will stop here. I look forward to your questions.

Thank you.

(1130)

The Chair:

Thank you very much to all the witnesses.

Just to remind people, it's not just a study on a family-friendly Parliament but also a study on a more efficient, inclusive type of Parliament. It's for a lot more things than just families.

Nancy will be happy to know that two weeks ago, we opened an Equal Voice chapter in the Yukon in my riding. My commute is 28 hours a week.

Gary will know that Edmund Burke lost a number of elections with that philosophy.

We'll start the questioning with Ms. Vandenbeld.

Ms. Anita Vandenbeld (Ottawa West—Nepean, Lib.):

Thank you very much.

This question is for Ms. Peckford and Ms. Jabre. Kareen, it's good to see you again after all the work I did in a previous life with IPU, especially on these issues.

I know that both your organizations have done a lot of work when it comes to the barriers to women running for office. Some of those include the self-selection of women choosing not to enter politics and also the problem with the retention of women, in the sense that a number of people will say they don't want to continue. A lot of that goes to the impact political life has on families and the added caregiving responsibilities that women often have.

I was wondering if you could talk a little bit about the deterrent effect on running for office that the hours and the impact on families could have on women and other demographic groups, as well as the impact that has on the representativeness of a Parliament and the number of voices that are reflected in Parliament.

Ms. Kareen Jabre:

Thank you.

First, it's great to see you again. It's really nice to be in contact and working together again.

In general, at the IPU all the surveys we've carried out over the past 15 years have really highlighted the challenges for women running. We've also surveyed candidates and within groups of civil society, etc. The first thing that comes up as the first challenge or cause for the hesitation of women is the anticipated difficulty in managing family and work responsibilities.

You'll be interested to know that we asked the same question to men and to men MPs, and this issue, sadly enough, did not come up as one of their major challenges.

This is why I come back to the change in culture. For us, whatever we're going to do and whatever reform is carried out, you're going to have to have reform in the public space, but there's going to have to be reform in the private space as well. It's going to be linked to redefining gender roles in families as well. If this part of the reform does not take place, then you're going to have a limitation in terms of the impact of whatever policy you take at the public level.

However, it is definitely one of the biggest deterrents. This is why we are so happy to see this debate, and not only for women: it's becoming a deterrent as well for young MPs and younger people who are interested in running. You have an eager younger population, but they are also realizing that they have lots of other objectives that they want to carry out in their thirties, or whatever it is, whether it's studies or families, etc. and they wonder how they are going to do that all together.

I think this is definitely a key issue in terms of participation and having more inclusive parliaments.

Ms. Nancy Peckford:

Maybe I'll ask Grace, who's on the line. She's just finished a 15-country study, where she interviewed 90 female elected representatives from countries the world over. She could speak to some of the insights that elected representatives gave her in terms of the deterrent effect and the sustainability of parliamentary life.

Ms. Grace Lore (Senior Researcher, Equal Voice):

Yes, certainly. Balancing family and caregiving with being a representative was something that came up in all of the seven countries that I was conducting interviews in.

To the questions of deterrence and retention, a number of women reported that if they could, if they had the opportunity, they would not do it again, both because of the difficulties in balancing family and being a representative, but also because of the points of tone, language, and aggressiveness. There was a lot of concern about their children watching them participate in this or fall victim to some of the more aggressive styles of politics. Again, it's both the structure but also the culture of politics.

There is an interesting point to be made about deterrence and retention and dealing with these issues. For example, a lot of women in my study reported that being asked about this all the time—and this being a question about women in politics—to some extent recreated the problem as their problem rather than a broader problem, as was said, for younger MPs, or men who are also navigating having families and being representatives. At the same time, it is fundamentally a gender issue. It is deterring, primarily, women, as the IPU study in particular finds the difference in reporting that as a deterrent.

(1135)

Ms. Anita Vandenbeld:

I'm interested that both of you talked about the tone or the culture, and particularly decorum in question period and the heckling as one thing that is deterring women and affecting retention. Do you think that an effort to minimize the heckling and to minimize the aggressive tone of politics would actually lead to more women running for Parliament?

Ms. Nancy Peckford:

There was an interesting study commissioned by the Manning conference, in fact, undertaken by André Turcotte, a well-known, widely respected pollster. He interviewed a small subset of leading businesswomen, many of whom said they were less concerned about work-life balance issues in terms of contemplating a run for federal office, and much more concerned about the culture of politics and whether or not they could thrive in that environment, and whether or not they could recreate the success they were having as leading businesswomen.

I think very ambitious women, in some respects, have made the adjustments required to accommodate family and other personal obligations, but they come up against a political institution that they think may not be receptive to their leadership styles, which I think often are more collaborative, do leverage better teamwork, espouse a kind of innovation that I don't think we always see associated with our federal Parliament. I think that is certainly something to keep in mind.

To answer your question, Ms. Vandenbeld, I believe, and certainly our organization believes that to reduce the visual...that most Canadians see, which is banging on tables, would in fact be a highly symbolic gesture to showing Canadians that in fact we're a serious body and that we take the issues of Canadians very seriously. We see it nowhere else. We don't see it in corporate Canada, we don't see it in schools, we only see it in Parliament.

The Chair:

Thank you.

Now we'll go to Mr. Reid, who's sharing his time with Mr. Richards, for a seven-minute round.

Mr. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Kingston, CPC):

Thank you. I'd like to address a couple of questions to Mr. Levy, if I could.

You didn't say this, but I got the impression, when you were talking about a four-day week and a larger number of weeks, that effectively you're suggesting we ought to have the same number of sitting days, but if our weeks are 20% shorter, we would have 20% more sitting weeks. Is that a correct characterization of what you're saying, or are you saying something different?

Dr. Gary Levy:

What I'm saying is that at present you don't sit long enough, and that the proposal to take out Fridays and simply add those hours onto Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday, leaving you the same number of hours, doesn't resolve that issue. I'm saying that I think we'd have a better Parliament if you sat longer, more continuously.

Mr. Scott Reid:

Now I am completely uncertain as to what you are saying.

Are you supportive or not supportive of terminating the Fridays?

Dr. Gary Levy:

Yes, I am, if it is accompanied by a longer overall sitting period.

Now, I just pulled 160 out because that was a previous standard, but if it was 150 or more.... We are in the low 120s now, I think, in a normal year.

Mr. Scott Reid:

I think of it as being, essentially, that we sit 26 weeks of the year, exactly half of the year, and then we have 26 weeks of something other than sitting—work for some people, and maybe play for others.

Essentially, there would be more days of actually sitting in the House of Commons, whatever that works out to.

Am I right, then, that you think the fact that our Fridays are structured as they are means that they are not fully functional days, and that effectively we should either make them into normal days like a Thursday or a Wednesday, or eliminate the Fridays and add more Mondays, Tuesdays, and Wednesdays?

(1140)

Dr. Gary Levy:

I don't think there is much you can do about Fridays, given the country that we have and given that you have to be in your constituency. Some people have these horrific commutes, as has been mentioned. I would hope that by having a four-day week you wouldn't turn Thursdays now into Fridays, in other words with no votes, no committees, and so on. You would have to see how that works.

If Thursday was a normal day, as it is now, and Friday was off, I don't think you would be losing that much.

Mr. Scott Reid:

There is something I have to say that nobody has brought up before; it is just my observation. People say that they are constantly in demand back in their riding. I have a rural riding with many small communities—the classic place that makes many demands on your time—but in my experience, when I say that I can't be at someone's event because the House is sitting, I have never once in 16 years up here had someone say to me that this is not good enough. Everybody accepts that this is my first job. Of course, there were times when people came from all over the country by train and could not get back.

It strikes me that more availability inevitably means more demands on you, and if you aren't available simply because you have to stay in Ottawa for the job, there would be a reasonable accommodation on the part of constituents. Maybe I just got nicer constituents than most people. I actually do think that, but others will disagree.

I have one last thing. You mentioned the idea of one day for second reading, except for special bills. We all understand that Bill C-14, the assisted suicide bill, is a matter of conscience. They are not always so clearly distinguished this way. Do you have any tests that would be applied to allow us to tell when a bill is of the ordinary run and when it is not of the ordinary run?

Dr. Gary Levy:

I think it's more about whether it is a free vote. Something that is a free vote is usually a free vote because it is a matter of conscience. I think that is the case with that bill. Most bills are not, so I don't think it would come up very often.

However, I do see that as a big problem with your schedule. You have two break weeks between now and the time when that bill is supposed to be passed, according to the Supreme Court. The number of members who will be able to speak is going to be limited by that, and maybe further limited by time allocation.

Mr. Scott Reid:

In all fairness, if we take this seriously enough we could say we are sitting here. This is a matter that overrides the need for me to go home and attend maple fest in my riding, in my case, and that sort of thing. Alternatively, it supercedes my need to go home and get a good night's sleep every single night during this period. I could stay here and give my speech to the House of Commons at one in the morning or two in the morning, if need be.

Those are reasonable things that could be done. You wouldn't want to do them for every bill, but it could be done here.

Dr. Gary Levy:

Yes, I remember the capital punishment debate, which was before we had a calendar. Almost everybody wanted to speak. I think well over a hundred members spoke on that. I don't think anybody thought of imposing a time allocation or limiting that in any way. It was a very important debate. Many people felt very passionately about it, and the proper thing to do was to let everybody speak. I don't think you can do that anymore, the way we are set up.

The Chair:

Thank you.

Mr. Richards.

Mr. Blake Richards (Banff—Airdrie, CPC):

I think I'll just request a future round, Mr. Chair. A minute is not really enough time to get in the questions that I would like.

The Chair:

Mr. Christopherson.

Mr. David Christopherson (Hamilton Centre, NDP):

Very good, thank you, Chair.

Thank you all very much for your presentations. It's helpful when witnesses disagree because it gives us an opportunity to get into some back and forth, which I'm going to try and prompt in a moment.

At the risk of regretting saying this, but in defence of heckling—

Some hon. members: Oh, oh!

Mr. David Christopherson: Obviously anything that is intended to drown out someone who's speaking, regardless of who it is, that's not even heckling. That's just plain obscene, rude, and unacceptable behaviour. I have to tell you, Chair, my experience is—and I've been doing this for a long time now, in all three orders of government—I'm always mindful of the fact that whenever I'm in session, whether it's city council, or a legislative chamber, or the House of Commons, that the debates we're having, the procedures that we have, and all of that replaced the way we used to decide who has power and who gets to decide things, and that used to be on the battlefield. You can't argue there aren't a lot of emotions going on when you're on the battlefield. To me, a good heckle is like a good political cartoon. It causes you to laugh, but it underscores the issue you're trying to amplify.

I just want to throw that out there. I think it has a role. I think of things that matter. If someone was giving a speech, and I was in the House, and they're going on and on about how the steel industry is yesterday's history, and because of the environmental issues we ought not to be even looking at the steel industry, I have to tell you that my constituents expect me to do more than just sit there at that moment. There has to be an acknowledgement there's a certain amount of reaction that's said, and it's part of it.

I understand the point that's being made, that it becomes such a hostile place, but to me it's only like that when it's in the extreme. Anyone who doubts my commitment to that can ask Sandra Pupatello, who was a former high-profile Ontario cabinet minister when I was deputy speaker, and what I did in that House when the opposition, males, late at night, drowned her out. Ask her. I'm there on that part of it, big-time.

I guess this idea we would always, without exception, sit very quietly, like we were in church, to me that doesn't reflect the reality of the place and what it's for. I just throw that out there because I'm a glutton for punishment.

I want to go on about the eight months, because of course it seems to be at odds with where Madam Peckford was in terms of more back-to-back in the riding. I'm not sure the two are marriageable, if you will—there's probably a better word. Madam Peckford, if you wouldn't mind, I'll give you an opportunity to respond because maybe I'm misinterpreting. Maybe you're seeing something that Mr. Levy's proposing that isn't that far, but it seemed to me they're two different concepts. One was the focus on the consistency here in the House, and the other one was a little more consistency in the riding, which common sense might suggest would be a hard balance to achieve.

Your thoughts, Nancy, please.

(1145)

Ms. Nancy Peckford:

I think you're very capable parliamentarians, and I think with some work you could marry the two, if you will. I think it's the toll of 28-hour commutes that is particularly objectionable. If there's a way to cluster more riding time, apart from summers, obviously an extended period in the riding around the winter holiday, Christmas, as it's known by many. I think if you could look at other periods for which, in fact, maybe you do more two-week periods in the riding so you get a chance to situate, adapt, acclimatize, and meet the needs of your constituents, but also meet the needs of your family and potentially cluster more time back here on the Hill, I think it's possible.

I think it takes some creativity. It means House leaders and others have to sit down and look differently at the schedule. I think it may be doable, but I defer to Mr. Levy for further comment.

If you don't mind, I wouldn't mind saying a little about heckling.

Mr. David Christopherson:

Sure. That's all right.

Ms. Nancy Peckford:

I come from a very emotional and animated Newfoundland family of the Peckford ilk. I know all about emotion in debates and I appreciate some of your sentiments.

Where I think it's problematic for us—and I know you know this, but just to have it on the record—is when it looks like bullying, when it feels like bullying, when there's humiliation, denigration, and a diminishment of one's voice. I think that for women who come into a House of Commons that's predominantly male—we have 250 men, 88 women—I think some of that heckling takes on a tenor that's not necessarily gendered, but has a gendered effect.

I also think there are introverted male MPs who don't in fact enjoy that to and fro in the same way that you might.

I think you can strive for better. Obviously, the Speaker is constantly seeking a balance between letting people respond and giving people a chance to say what they need to say. I think you can set a higher standard and, more to your point, I believe it would be impactful and that it would make a difference.

(1150)

Mr. David Christopherson:

Fair enough. Before I go to Mr. Levy I want to put this out.

In my experience, two things happen when you're away from home and family. You come home on the weekend, and rather than life becoming normal for your family, quite frankly, you're the interruption to “normal”.

I know it sounds funny, but after enough years, that becomes a problem in terms of how you're perceived by your family. When you have an apartment in Toronto, or Ottawa as is the case now, the risk is that that becomes home, that you start thinking about your apartment away from home as your home.

I even catch myself saying to my assistant Tyler, “Well, I'm going to go to this meeting. I'm going to drop in to those two receptions and then I'm going to head home.” I try and catch myself. That's not home. That's my apartment. My home is in Hamilton with my wife.

The ability to stay in one place is important from a constituency perspective, but if you're in Ottawa for too long at a time, even with weekend breaks, that becomes your “normal” rather than your real home, which should be your “normal”. I know I'm out of time. Thanks, Chair.

The Chair:

Thank you, David.

Because there are not a lot of westerners on this committee, I'm glad you raised the point, Nancy, about the three-hour time difference. It takes an hour every day, so by the time you readjust it's time to go home again.

We'll go to Mr. Graham who's sharing with Ms. Sahota for a seven-minute round.

Mr. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Thank you, Chair.

I was trying to imagine what military role Mr. Christopherson would have had in the war scenario that would have existed prior to legislative bodies and I think it would have been the regimental bagpiper, but I digress.

Mr. Levy, I have a few questions for you. If, thanks to technology, it is not necessary to be in the riding to know the views of constituents, then doesn't it follow that it's not necessary to be in Ottawa to share those views?

Dr. Gary Levy:

Yes, but you're in Ottawa for other reasons, for question period, to hold the government to account, and to have committee meetings.

Mr. David de Burgh Graham:

Right, but if we can use technology to have less time in the riding so we can have more time in Ottawa, then we can also use technology to have more time in the riding and less time in Ottawa. The argument doesn't necessarily flow and that's the point I'm trying to get at.

You can't overstate the role of social media. In a riding like mine, the biggest issue we have is a lack of Internet access. I live in a rural riding. It's not very far from here. My riding is big enough that it takes as long to get between the constituency offices as it does to get to my riding from Ottawa.

What would you say to rural regions that don't have the benefits of these modern technologies that would allow us to spend less time there? I have 43 municipalities. I have to spend every minute that I possibly can there. The idea of spending less time in the riding is an anathema to me. I need that time there. I'm not spending enough as it is.

Dr. Gary Levy:

It goes back to the old debate about the role of members of Parliament. Some are primarily constituency people; that's what they're interested in. Others are more interested in the policy debates that go on in Ottawa.

I'm not sure if we can resolve that, but I think, in looking at things like the calendar and the use of time, we have to come up with a compromise. I'm not sure that six months on versus six months off is the best compromise.

I'm suggesting more like eight months on and four months in the constituency, but people will disagree upon this depending on how they see the role of the member of Parliament. I don't think there is a hard and fast answer to this.

Related to that, on the whole issue of family friendliness, I think there are 338 members of Parliament, and I expect there are 338 different approaches to what is family friendly for them. I'm not sure we should be constructing things like the calendar to deal with an issue of family friendliness.

Mr. David de Burgh Graham:

If we don't, we'll have fewer and fewer families who are here.

I think the debate needs to take place on Ms. Peckford's points on these things. The calendar is one of the most important avenues for how we control our lives here. The fact is, I was late for this meeting because I still had to be in the House. I had to rush here. If we compress that even further, my life is going to be rather chaotic, as if it isn't sufficiently already.

I'm simply trying to get to the bottom of why you'd want us to sit an additional 25 or 30 days, because you're saying you want it to get back up to 160 which seems like a lot.

(1155)

Dr. Gary Levy:

As I say, that was reduced from 175 before there was a calendar, but I think it has to do with the time available. I don't think all the time allocation helps the atmosphere in Parliament. In fact, coming back to what Mr. Christopherson was saying about heckling, I don't see heckling as a problem but rather as a symptom that the place is not working the way it should, and there are many reasons in the Standing Orders why it's not working. The one I'm focusing on is the lack of time available to have a proper balance between the government's ability to govern and the opposition's ability to oppose.

Looking back on changes in the 1990s, when we went to this 125-day year, we lost that proper balance. As a result, we have a much more combative aggressive Parliament because there's not enough time to get things done that should be done properly, maybe without as much time allocation and as much pressure for the limited time available.

Mr. David de Burgh Graham:

One final question before I pass over to Ms. Sahota.

You're suggesting that we reduce second reading debate to a much shorter period of time. If we do that, do you still see a need to have more sitting days? It seems like you're getting it from both ends.

Dr. Gary Levy:

The idea I'd like to leave you with is that the use of time is a whole package. Obviously, one thing is tied to another. If you limit second reading debate, that implies you want to have more time in committee and maybe this is going to need reforms to the way our committees work. So you kind of have to look at the whole thing together. I'd agree with that.

But as a general point, having so many speeches saying the same thing over and over again, often written by departmental officials on the same bill, I don't think adds a lot to the atmosphere in Parliament. That time could be used more productively and in a better way, and this would lead to a better atmosphere, and a better atmosphere would lead to less heckling, although maybe not no heckling.

The same can be said for the change to question period that I mentioned. If we had a Prime Minister's question period, a lot of the focus, the heckling, would be on that day, and the other days, where you'd have a rotation of ministers, I think would be much calmer with much less heckling and much less attention from the media, and would be better overall for the public interest.

Ms. Ruby Sahota (Brampton North, Lib.):

Thank you all for being here. It has been quite enlightening to hear all the different ideas that you have. When I first decided to run for this position, I had a very prominent female political figure ask me why I would do this to my family. I was quite shocked, because I thought she was also doing it to hers. She said that if I was interested in politics, I should stick to municipal or provincial politics, that federal politics may not be best for somebody with a young family, that I would really destroy my family.

I thought about this for quite some time and that idea is definitely out there. It is why we see fewer women participating in federal politics, I believe. We keep asking the question, why aren't women more involved? Why aren't they getting into federal politics? I think it's quite clear. It is quite demanding, the role you have, although it's constantly changing, and each family is trying to adapt and change the role of what each partner does in terms of family care.

As we stated before, a lot of demands were traditionally placed on the woman and it's quite interesting.... Nancy, you mentioned that we are the longest sitting federal parliament, one of the longest, and definitely the longest sitting legislature compared with provincial legislatures. However, Mr. Levy, you think that we should go back to 150 years ago when we sat even longer, when this institution was created by males who, perhaps, didn't have that same kind of demand on their lives when it came to families.

Which is it? I'm really confused. Should we be sitting longer? Are we already the longest sitting as it is? Should we be sitting less? I'm quite perplexed by the presentations today.

The Chair:

Let us have very short answers, because the time is up for the round.

(1200)

Ms. Nancy Peckford:

I compared the data for the number of sitting days federally with data for the number of sitting days provincially and territorially on average. The data I looked at clearly suggested that the federal Parliament sat the longest of any of the provincial, territorial, or federal legislatures.

Dr. Gary Levy:

We're a Parliament of a G7 country. I think that's slightly different from a provincial or a territorial legislature.

Comparisons are difficult, but in the U.K. they don't have a calendar. One year they sat for 142 days, and the newspapers called it a zombie Parliament because they thought it was not long enough. It depends, then, what year you look at.

If you look at the IPU statistics, you'll see that we're in the mid-range, at 125 days. There are many that sit less, but quite a few sit more.

Ms. Nancy Peckford:

I would just say, to Mr. Levy's point, that we are also one of the largest countries geographically anywhere in the world, and that, I think, necessitates a rethink of how we get our MPs here and what kind of physical time they need to spend in this House.

The Chair:

How about having fast rail?

Ms. Nancy Peckford:

I would agree with that.

The Chair:

Thank you.

Next is Mr. Richards, for six minutes.

Mr. Blake Richards:

Thank you. I appreciate your being here as well.

I want to ask you a question, a similar question for both of you. What I'm going to do is characterize what I think I understand your proposals to be for changing the sitting days and sitting weeks. You both come at it from very different approaches and have very different suggestions, but both of you are advocating for some change.

I'm going to characterize what I think I've heard your suggested changes to be and then ask you a couple of questions around that. I'll then let each of you answer.

Ms. Peckford, you can go first, and then Mr. Levy, but I'll throw the thoughts out first, and you can correct me, if I'm mistaken.

It's based on something Mr. Levy said. He said there are 338 members of Parliament and that he expected each of us would have a different approach to family-friendly. I think that's an important point. Almost every member of Parliament has a different situation, and every change that can be contemplated could affect each of those members of Parliament differently. It could be family-friendly for some and maybe not so friendly for others.

Ms. Peckford, I think what I was hearing was that you're suggesting sittings Tuesday through Thursday, with longer days on those Tuesdays through Thursdays. We wouldn't be sitting, then, on Monday or Friday. Then you would suggest more consecutive break weeks or constituency weeks.

I didn't know whether you were suggesting that the number of days currently is about right. You can comment on this when you're answering. Would this mean more weeks, or are you suggesting that the number of weeks would remain as is, with the sitting days just being longer so that there is the same number of sitting hours? That's what I wanted to ask you.

I guess the question around that is, say for example, for a member of Parliament who has their family here.... Some members probably make the choice to move their families to Ottawa so that during the week, when they're here, they can be home with their family in the evenings, and when they go home to the constituency, they can focus on their constituents and really work hard to get around to a lot of events. The question is about the effect this might have—both the fact of longer sitting days and obviously more consecutive weeks—on a family like that, for example.

Another question is this. I don't want to put words in her mouth, but when Christine Moore was here, I think this is what she was indicating; I hope I'm characterizing it correctly. She mentioned that she didn't feel that getting rid of Fridays was something that would be helpful for her, particularly. I think this centred around the fact that being here through the week, she can have a focused week here, and the same thing back in her constituency. The question, then, is about the effect this might have on someone in that situation.

Then Mr. Levy, you felt that maybe getting rid of the Fridays would be okay, but that we'd need more sitting weeks, and not only more sitting weeks to accommodate the Fridays we're losing, but you think there should be even more days than we currently sit.

I guess I wondered a little bit. Obviously, many members of Parliament go back to their ridings for the weekends or whatever. Does the travel time involved in that then become...because there are more sitting weeks and you're losing more time both serving your constituents and being able to spend with your family?

The same thing goes, I guess, for those with young children. If we're going to have more sitting weeks, does that become...? I think it speaks to what Mr. Christopherson was saying: it almost becomes that you throw your family's routine out by being home. What effect would this have on that type of family?

I'll let you both comment on those comments.

Ms. Peckford, do you want to go first?

(1205)

Ms. Nancy Peckford:

Right. I think what we are saying—we've seen it in other countries and Ms. Jabre did speak to it—is there is this idea of a compressed week, which doesn't necessarily eliminate Fridays, but does give parliamentarians the opportunity to start the day earlier so that you maximize the time you have here in Ottawa by starting the day at 8:00 or 8:30 a.m. I know sometimes committees do meet a bit earlier than the House starts its sitting time, but, obviously, it's compressing and maximizing the time that you have here so that there may be more flexibility on a Monday or Friday.

We understand that some west coast MPs are taking red-eye flights to come to Ottawa to be at QP on Monday afternoon. I don't know about you, but my sense is, if you've been on a red-eye all night, how effective are you as a legislator? I think we have to balance the toll it takes for people to be physically present with the quality of work they're doing.

To that degree, we noted that the federal Parliament sits for the longest number of days of any provincial, territorial, or federal legislature. Is that enough or too little? I think that's for you to decide, but I think what's more important is how those days and weeks are organized so that people are at their best and that the toll that it takes personally on their families is not so egregious.

Obviously, the divorce rate and separation rate among MPs is extremely high, disturbingly high. This is an institution that's supposed to reflect Canada. If your working conditions are such that you are no longer reflective of the average Canadian, it's troubling. This is an institution that remains one that has women chronically and significantly under-represented. So talking about calibre of outcome, if women remain a minority voice for the next 100 years, can we really confidently assert that we're doing justice to women and men both?

Those are considerations that are primary, in my mind, to answer your question.

Mr. Blake Richards:

Mr. Levy, before you respond, could I just add one thing to what I'm asking you?

I understand that you're proposing more sitting, and there certainly can be merits made of that in terms of holding the government accountable on more weeks of the year, but I think what we're hearing from the Liberal Party is the suggestion that we would remove the Fridays. They don't want to sit here on Fridays, but they're not looking to increase the number of weeks. I want to hear your thoughts on that as well.

There's the fact that they'd be removing Fridays, talking about longer days, but it wouldn't be adding any sitting weeks. Does that then mean that maybe there would be fewer days or fewer weeks of the year that the government would be held accountable under that scenario that the Liberal Party is suggesting?

Dr. Gary Levy:

That is exactly what led me to give the original interview opposing Fridays off, because I understood that there would not be any change in the number of break weeks. I think if you look at some of the newspaper coverage, the editorials, they've generally been opposed to taking Fridays off because it's seen as less work, even though the hours are the same.

If that were the case, then I would certainly be opposed to that because I don't think it's the right approach. Even if you have the same number of hours and even if you make some technical tricks to call a certain day two days in order to get your notice for motions, I think people would see that as a kind of gimmick, and a day is a day. I don't think you can fool people on that and I don't think it would help the image of Parliament to go to a four-day week and keep all of the break weeks.

I'd just like to make a couple of other smaller points. I found myself agreeing with what Sheila Copps said to you last week, I think it was, that Parliament is a relatively family-friendly place if you compare it to working in a steel mill in Hamilton. I think this is something to be kept in mind, that you may not want to go too far in pushing this. You have a lot of freedom. If pairing comes back, and you have a family birthday on a Wednesday or a Thursday and you want to be at that birthday or graduation, and there's a vote that day, you can arrange with the whip to be paired. I think this goes a long way to solving some of the problems of people with families.

About the commuting, I really don't have an answer to solve that. It's something everybody knows before they go into it. I think the calendar, being six months on and six months off, encourages members to keep their families in the ridings. This is a very personal decision, and I wouldn't presume to tell anybody what's right or wrong on that, but I think if it were the other way, you might have more members bringing their families to Ottawa, and it would be interesting to perhaps look at some studies that were done earlier and see how many did bring families to Ottawa compared to now. That's just an impression that I have.

(1210)

The Chair:

Before we go on to Mr. Lightbound—and welcome to the committee—Grace Lore, you haven't had a chance to speak much. Is there anything you wanted to add?

Ms. Grace Lore:

No, I'm okay for now. I'll answer any specific questions directed to me, but I think Nancy has had the chance to answer from Equal Voice's perspective.

The Chair:

And Kareen, I thought you might have wanted to comment on some of the questions.

Ms. Kareen Jabre:

Yes, thank you for that.

I want to support what Nancy was saying.

I think it's a question of how you reorganize the time if you were to shorten and compress the week, take the opportunity of IT to enhance opportunities, and being more inclusive in one way or the other. Spain has been looking at e-voting to allow women and men who have family obligations to take part in votes but now they're also looking at ways of taking part in debates and committee debates through electronic means. It's not just the question of voting, but also having more participation through electronic means.

I think this is something to consider in terms of how you organize and take advantage of the IT facilities out there. More and more I think it responds to what Mr. Graham was saying, how you can use IT not only to reach out to constituencies but to allow MPs to stay in their constituencies and also take part in the work of Parliament. I think you are the best to know how to organize this stuff, but maybe it's just to be creative.

The tendency in the other parliaments around the the world has been to go for more compressed weeks. I was looking at Australia, a big country with different time zones. They sit from Tuesday to Thursday. It's a smaller parliament.

The Chair:

Do you happen to know what Italy does with their diaspora when they allow members of parliament to live all over the world. How do they do their voting?

Ms. Kareen Jabre:

No, I can check for you and get back to you on that.

The Chair:

Thank you. And France too; our researcher could look at those too.

Mr. Lightbound, you're in a five-minute round.

Mr. Joël Lightbound (Louis-Hébert, Lib.):

Thank you all for being here. It's very interesting.

We've talked a lot about making Parliament more family-friendly. I think that's a worthwhile discussion. I have no family yet, but I still find the job very demanding, so I can only imagine those of us who have families.

However, I was very interested in what you mentioned, Madam Peckford, in your opening statement about having parity at the ballot box. In the last election, I became one of the youngest MPs in Parliament, and I tried to recruit very capable young women to run. What I witnessed is that even not really knowing the demands of this job, there was different thinking. They would first see if they had the means to run, if they had the support, and then take the decision. Whereas my decision-making was more that I'm running and then I'll find a way. I was wondering if you and Madam Jabre had any recommendations in how we could make the process more attractive to young women before they get here, so they get here.

Ms. Nancy Peckford:

I certainly think role models are incredibly important. I think it's true that some of the trail-blazing women believe the sacrifice has been so tremendous for them that they don't always seek out and encourage. Many other women and men do, as you say.

I think demystifying the nomination process is hugely important. It is the first barrier and the first opportunity. It's the only way you get on the ballot. I don't think enough Canadians understand what it means to run for nomination because there is a lack of regulation. It's up to every riding association in terms of timing, in terms of the rules around when you can sell a membership and when you can't. We certainly think that the system, and women in particular, would benefit from much more clarity around the nomination roles.

But I would also say that women need to see that they can make an impact so it justifies what they believe is a sacrifice. I think women are motivated by impact, they're motivated by what they can get done. In the absence of truly understanding that, I think some women tend to be more hesitant if they're not familiar with the parliamentary process. As you may know, Equal Voice is launching a very ambitious initiative, Daughters of the Vote, to bring 338 young women to Parliament next March 7 and 8 to do just that, to connect them to the institution in a way that will hopefully motivate them in years to come.

(1215)

The Chair:

Ms. Jabre.

Ms. Kareen Jabre:

I fully support that. I think, first of all, the image of politics needs to change. Again, I come back to heckling or the way politics or Parliament is presented. That is really a great deterrent for young women who are asking, why am I going to get myself into this? What's the point? They often seem much more interested in local politics, where maybe they have more direct contact with citizens. I think, to change that image and the usefulness of being in Parliament, that's key.

Role models and mentorship need to be promoted more in order to encourage young women to run. And I think there is a challenge in political parties, if I can say so, because they remain a bottleneck in terms of supporting women to run, and the rules are not necessarily always clear, as Nancy mentioned. They need more incentives from political parties, proactive measures, in order to say, we will support you. So before thinking of the means, if you're interested, then say it and we will support you, if I can simplify it. I think we need to change the culture in political parties as well and have much more proactive approaches to supporting women.

Ms. Nancy Peckford:

Can I just ask Grace if she wants to comment on this?

Ms. Grace Lore:

I think with regard to the nomination process, some of the structural changes that we've talked about also work in that direction in that they signal to women that it is a space for them, that they can see that there is an opportunity for them to be there to balance these things. I think that at the stage of deciding to opt in, when others are encouraging women to opt into politics, some of those structural things being present signals the opportunity for them. So I do think that helps not just once people are elected but in who we get deciding to run for politics. Everybody might have their own personal way of balancing family and their responsibilities as an MP, but there is something that does deter women more than men, and some of those structural changes I think will have more women opting in.

The Chair:

Thank you.

Mr. Schmale for five minutes.

Mr. Jamie Schmale (Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, CPC):

Thank you very much. I appreciate all of your comments so far. This is a very interesting debate. As you know, I have a young family myself, so I'm very interested in what's going on here. I appreciate those comments.

I just have a few things. Actually, I wasn't even going to go in this direction, but I just want to touch on the heckling part too. I don't think it's just parliamentarians; I think it's everyone. If you throw 338 lawyers into a room or real estate agents, or what have you, and say, discuss this very hot-button issue, I think you're going to have disagreements and rising temperatures. But I agree with your point about saying that you can heckle, but you shouldn't stifle someone's voice. I do get that point, but I do think heckling has its place, especially if you're not getting an answer you think should be coming your way.

I want to go back to a few things that you mentioned.

I do appreciate, Ms. Peckford, what you were saying about hiring staff. We all like to do that. Unfortunately, we just got a 20% increase in our budget, so I'm not going to go and ask for more money. I do appreciate that.

Ms. Nancy Peckford:

We're not saying that you have to ask. We're asking.

Mr. Jamie Schmale:

Okay. I think we're already borrowing on it to pay our bills.

Ms. Nancy Peckford:

That's the value of external voices. Yes, we understand that you have an increase, but after many years of a freeze. I think you can appreciate the merit of our point, understanding that not everyone would see it as politically tenable to agree with us.

Mr. Jamie Schmale:

Okay. Perfect.

Having said all of that, as we went through the process, and you say people need to learn how Parliament works, I think one takes it upon oneself, as an individual, male or female, if you want to get involved, to learn more about it. If you want to know how the nomination part works, get involved in your local EDA, whatever the political stripe, whatever party you feel best represents you, and learn how that works. I think that's how many of us did that.

(1220)

Ms. Nancy Peckford:

Yes, of course, that's absolutely how you do it, but you might recall the Samara study that came out about three years ago and said that less than 15% of riding associations had websites. I think riding associations actually fly well below the radar of many busy women and men in our communities. Unless you're naturally connected to political brokers, you're not always sure about what's happening, or it's not always as transparent as it needs to be.

As a consequence, I think there's great merit in being clearer about the process from the get-go, so that women understand where the opportunity is. You can appreciate that most riding associations meet in the evening, as they would; they're volunteer-driven organizations. We all understand that, but I think information is power.

The studies out of the U.S., where they have far more resources to do this in a very intense way, show that women really value being asked and approached to run. You can't do it three months before an election; you have to do it two years out. Because women plan, right? Often, that's because they are primary caregivers, or because they care significantly about their spouse and they want to ensure that it works for everybody. As a consequence, I do think better information, as well as outreach to key groups, would make a significant difference.

What we've seen through the NDP—and this is specific to their party and their culture, but it matters—is that they fielded 43% women. They have a policy that they go out to under-represented groups. It's systematic, it's thorough, and it has worked for that party. Is that the solution for every party? We don't know, but that shows it can be done. You can achieve better success.

Unfortunately, the Conservatives were the one party in this past election that dropped in terms of the percentage of women fielded. I think we do have to look systematically at where we can do better. But overall, clearly, with only 33% women on the ballot, I think this is a collective challenge and an opportunity to recruit more women.

Mr. Jamie Schmale:

We all went through this process. We all are legislators, and we know that the majority of our work is here in this place. That's what we do. You did rhyme off a bunch of things that we are. We're fundraisers. We're advocates. That's all true.

I agree with what Mr. Reid said. I was a political staffer for 11 years before this and when I said that my previous boss couldn't attend an event because he was in Ottawa, nobody said, “Oh, well, that's it, this is ridiculous.” I think they recognize that the job is here. You're a legislator. You need to be in that place doing your job.

I do agree with Mr. Christopherson. You can't be “Ottawashed”, if you will. You do have to get back to your riding—

Voices: Oh, oh!

Mr. Jamie Schmale: —but I think there's a delicate balance.

Also, I think that taking Fridays off or removing that sitting, with all that's going on around the country—job losses—just sends the wrong message. I think there are other ways to do this in terms of structuring votes after QP. We're all there anyway, and I think that's an easy way to rearrange your schedule.

Also, when we make changes, we have to recognize the flip side. There are a lot of people who already have moved their families here, and if we change something, that might affect the lives of those who have made that decision to bring them here to work. I agree that no solution is the best, that they all kind of suck, if you will, but “ya take the best ya got” and make a decision based on that.

I will also say, as a man, that family life did come in. That was the one thing that was thought of first. Before I ran for the nomination, before I ran for the election, and after I got elected, it was all factored in. I know there were a couple of men on our side—James Moore, Peter MacKay, and my predecessor, Barry Devolin—who made the decision not to run again because of their families. I think this is an issue. As times change, more men are getting involved in family life.

Ms. Nancy Peckford:

Just to be clear, we think that what's key is flexibility. Whether it's Fridays, or Mondays, or some combination, I think it's the flexibility that matters. I would also suggest that I think Parliament has an obligation to structure it, and to not leave it to the subjective discretion of a whip that somebody gets a Wednesday off if they need it. I actually think it's incumbent upon you to create structures that are tenable for all 338 of you. As for what that comes down to, that is really your purview. Friday is one way to potentially accomplish that, but it's not the only day. I think it's the flexibility that's important.

The Chair:

Thank you.

Ms. Petitpas Taylor, for five minutes.

Hon. Ginette Petitpas Taylor (Moncton—Riverview—Dieppe, Lib.):

First of all, thanks to all of you for your presentations today. It's certainly food for thought, and even though perhaps it's not all one-sided—it's a mix of information—it's really good for debate.

First and foremost, the government right now is not looking at eliminating Fridays as the absolute option, or having Fridays off. I really have a problem when I hear “Fridays off” because, again, it's going home and working in our ridings. But rather, our goal is really to achieve gender parity in the House, number one; and number two, to make sure that our Parliament is more inclusive. To achieve that is to have more family-friendly policies put in place.

I have no children, but six years ago I was asked to run for office and the reason I didn't was that I was taking care of my elderly mother who suffers from dementia. At the time when I calculated everything I just didn't think I could do it.

This time around I was asked again and I still had to shuffle things around, but I was encouraged that our party was looking at going towards these more family-friendly policies.

I just wonder if perhaps you could elaborate on the positive impacts that a compressed workweek or more family-friendly policies would have on recruiting more women in politics, having a more inclusive Parliament. How would it also benefit a work-life balance for the present parliamentarians who are here?

(1225)

Ms. Nancy Peckford:

I think anyone who is running doesn't want to shirk caregiving responsibilities, whether it's with a young family.... I have three small children, now four, six, and eight, and of course have the luxury of living outside Ottawa, but I still do a commute. Obviously I think we're trying to balance women being seen as professional women, as well as caregivers.

Obviously the work women do in this House is moving that stick forward because women are able to take up that professional and occupational space and show other generations of women that it's possible.

In our view, a compressed week that has been undertaken in other parliaments, combined with some technological innovation, allow you to be effective and engaged in your riding and could potentially allow some of the work that's happening in the House, be it at committees like this, where we're hearing from Ms. Jabre from across the world.... I think there are ways to lever technology so you don't always have to do the commute on a week where, in fact, your intensive caregiving responsibilities are amplified for some reason or another.

I think it goes back to flexibility and ensuring that MPs are able to achieve a very difficult balance. Nobody believes this is a utopia. Everybody understands that you all stood for election of your own volition. But that doesn't mean that we punish people who are here because of particular life circumstances that allow them to be human, that allow them to be the reasons they're here, which is as parents, community activists, caregivers, good neighbours—all of those things.

That's why the compressed week is interesting to us. It's been undertaken in other parliaments. It seems to have some use and effect. It's not deteriorating debate in any significant way. But it's one option of several.

We want you to be the best you can be as both a member of Parliament and as the person you are in the lives you lead with families and in your communities.

The Chair:

Ms. Jabre, do you want to comment on that question?

Ms. Kareen Jabre:

No, I don't have much to add. I think you've said it all.

Again, I come back to the compressed week issue. It's how you organize it, how much you allow for flexibility, and how much you use potentials that are out there. It's to strike a balance between being present in Parliament, being present in your constituencies, and being present in your families.

There is no miracle solution, that's for sure, and there are always going to be some people who will benefit more or not from any system you adopt. But I think the question is to offer opportunities and use tools that are out there. As Ms. Peckford said at the beginning, it is an opportunity today to reform the way you do your work, and maybe by organizing the debates differently, by fixing things in a different way, by allowing MPs to be visible in a different way by not necessarily being in the room, that will allow us this communication and this presence both in the media and in the constituencies. There are many ways to creatively meet the same objectives, but in a different way.

I don't have the right solution for you, but I do think there are ways of using the advantages of our time today to better meet your needs.

(1230)

Ms. Grace Lore:

Perhaps I could just briefly add something.

In addition to thinking about compressed workweeks or flexibility, Nancy mentioned in her opening presentation the accommodation during critical care periods, whether caring for newborns or for terminally ill family members. This does disproportionately fall to women. Having some accommodation over a set period of time, for specific small groups that need it, can leverage that technology, can use creative solutions to enable that and make it possible.

I'm actually eight months pregnant, so I couldn't be there in person, but I am able to call in today, right? There are options, in addition to the compressed workweek, that I think would be beneficial at critical periods.

The Chair:

Thank you.

Mr. Christopherson, three minutes.

Mr. David Christopherson:

I'll give just a few thoughts, then, and if there's time for some comments, fine. We see the end coming fairly soon.

First of all, I think one of the best things we've done is a simple matter: having more votes right after question period. What a difference it is not having to come back or to break where you are for 6:00 or 6:30, which just takes the guts out of the evening when you still have receptions. That was a great move, and it didn't cost anything. The surprising thing is that we didn't do it a long time ago. It just makes so much sense.

Next, I appreciate the shout-out on the NDP procedure. I was trying to figure out a way to do that without looking like I was bragging.

There are two things on that. One is that there is also a reporting obligation on the part of the riding back to the party where they haven't gone, where they don't have candidates from under-represented groups, showing what the search procedure was, just to ensure that it actually was done.

The second thing I'll say, just to put the human angle in here, is that not all the ridings are real happy about that. It's not an easy one. There are a lot of ridings where they know who their candidate is, or they have an idea, and they look at this thing and go, “What's this nonsense they're sending us now? We have to do all this kind of stuff.” You will get that kind of push-back, and it's no different in the NDP.

It comes down to leadership. It takes the top-of-the-house to lead it at a conference or convention, to get it as part of the fabric of the party, and then it's baked into the way you do things. My understanding is that there are fewer and fewer complaints now as we've gone on. It's just become part of the culture. But I'll tell you, in the beginning, holy smokes; you'd thought you'd ask them to give up their firstborn.

Next is the flexibility. I just wanted to mention that I was talking to our whip's assistant, and one of the advantages of having Friday the way we do it—I just put this out there to chew on—is that in and of itself it provides some flexibility. Because we don't hold voting that day, it's the same as every other day, but it does allow people different opportunities to come in and make speeches they otherwise wouldn't, or to trade off days so they can go back into their ridings. We never have enough time in our ridings. You can set up a meeting. You can maybe set it up for a Friday and get a switch, even if you're scheduled to be on House duty. There is some flexibility that the Friday being in there provides us, which we would lose if we took it out.

The other thing on that is, look, colleagues from all parties are workaholics. You know what? It's really geographically disadvantaged no matter how you do it. I can work late, late, late, staying in with family members at a barbeque or something, or hitting a backyard thing, or a 50th anniversary on my way out of town. I can massage it, because relatively I'm not that far, compared with some.

There will always be those who are coming in on the red-eye. My heart bleeds for my colleagues from B.C. when I see them on a Monday morning. Without saying a word, I can tell which ones went home and which ones stayed, just by looking at their faces.

So a lot of this is really the disadvantage of being further away from the capital, in that you'll always have more of these problems than we will.

Ms. Nancy Peckford:

Let's come to terms with that. We're the second largest country in the world. Maybe that does mean that you condense and cluster your Hill weeks to maximize time and to ensure that everybody gets their turn to debate. I think we come to terms with it. I don't think we need to passively accept that one of the largest countries in the world has to fling their MPs from coast to coast to coast on such a regular basis. That may not have a meaningful impact on sitting days, but I think you can do it differently.

I would beg everybody in this room, please do not be partisan on this Friday issue. I know it's turning partisan, and we are not taking a hard and fast line on whether it's Fridays or Mondays but for the women and men who are in this Parliament and in future parliaments, do the right thing, whatever it is, and find a way to make the commute tenable. I think that is the ask from the outside as the organization that sees and is saddened by a very slow and incremental rise in the percentage of women in this House. Ten years ago it was 22%, and now it's 26%. That is not huge movement. That's a slow movement.

I don't mean to intervene, I respect you greatly, but I think we have to deal with it. The human cost is, in our view, on all MPs. It's not fair, and the price is extremely high.

(1235)

Mr. David Christopherson:

Thank you. You ended my remarks. I appreciate you jumping in.

Thank you, Mr. Chair.

The Chair:

That's a good way to end.

Before we ask the witnesses if they have any last quick closing comment on something they missed, does anyone have a pressing question on the committee they didn't get in?

Ms. Anita Vandenbeld:

I want to go back to this idea of spending time in the constituency versus on the Hill and ask about the fact that the modern era, particularly the era of social media and participation... I mean, internationally, IPU now talks about participatory politics.

The expectations on the part of the population of citizens to be engaged, to have a voice, and to have a say, have gone up significantly in the past decade or two. Not being in the constituency today, as opposed to 20 years ago, has far more implications because people do expect that kind of engagement. When you can talk a bit about the trends over time, I remember Ms. Jabre said that internationally the trend is that more time is being spent in constituencies and engaging populations because of this change toward more participatory politics and the involvement of citizens in politics.

Ms. Kareen Jabre:

The trend has been to acknowledge there has been a gap and a weakness in politics. The way it is done is that you need to be much more inclusive and bring in the voice of your constituencies in your work.

That's been more present as you say, but what parliaments are doing more and more is using IT to get this participation in. That's where even Twitter is used in a constructive way to listen to people and to get their feedback and their input in whatever work is being carried out in Parliament. This is a way to respond to this need for a more inclusive political process, both in terms of being more present, but also compensated by a better use of IT and new tools of communication in order to bridge this gap.

This is definitely the next challenge for MPs. In part it's to remain relevant to their constituents and to not be completely an elite that is up there on the Hill and not present. That's definitely a challenge that you're going to have to constantly address. That's why transforming the way you work, the way you communicate, and how you reach out using tools is considered very crucial in making work more effective and more relevant.

Dr. Gary Levy:

I think Ms. Vandenbeld may well be right in her analysis of the impact of social media and the need to be in the constituencies, but I'm not sure that is going to lead to better Parliament or better public policy.

Since we're nearly at the end of the meeting, let me toss out a controversial idea and say that I'm heartened by what's going on in the Senate. Maybe we'll have a Senate with people who will have expertise and who will have the time to spend studying public policy issues and doing it in a less partisan way. This may devolve more to the Senate and less to the House.

That's an ongoing issue, and I'm sure that will set Mr. Christopherson off.

Some hon. members: Oh, oh!

Ms. Nancy Peckford:

I know Grace wanted to add something to this.

Ms. Grace Lore:

Someone mentioned that some MPs have their families move to Ottawa. My research suggests this is more common among men, both in Canada and in the U.K. It's easier for them to move their families than it is for women, so I think there again the flexibility and thinking more broadly about ways to combine families does matter for a number of women in politics.

I think we also talked a lot about compressed workweeks and hours and Fridays, but I think there is still the critical question about critical caregiving time, either at the start or the end of life. Because this disproportionately falls on women, it should be addressed to make a more inclusive parliament. It can be done using technology and by recognizing the work that's also going on in the constituency at the time.

(1240)

Ms. Nancy Peckford:

To add to this very briefly, Sheila Copps is on our national advisory board; she's one of the reasons I'm in politics. She was one of my role models when I was growing up in Newfoundland; I have tremendous respect for her. I believe her experience of a family-friendly legislature is unique to her because at the time, she was the only woman in the House with a baby. Obviously, people were very personable and human and compassionate about her need to juggle in an age where you couldn't even bring an infant into the House of Commons.

It was said last week with one baby maybe you can make something relatively family-friendly, but try five babies in the House; it's not going to work. You need to anticipate the very real possibility that women will give birth during this Parliament; men will become new dads, and there is a need to be in close proximity to your small child in those very early months. It is about the children too, and having had three children, I can tell you that access to primary caregivers in those very early weeks and months is critical. Having to go back and forth from the Hill to your riding, especially when it's very far away, has as much of a toll on a small child, on a baby, as it does on the MP.

It's not ideal; I don't believe it's ethical to be requiring women, postpartum, to be doing that kind of commute. I think it's incumbent upon you to come up with the solution that won't only meet the need of NDP Christine Moore; her kid will age out and she'll be able to manage what she's been doing now. Upon the birth of any other child to an MP in this House, I think you're going to have to deal with it, and I would hope that this committee has the courage to anticipate and put structures into play that make sense for mother, dad, and child.

The Chair:

Do any of the witnesses have any closing remarks or something that hasn't been covered already?

Thank you, everyone, for being here. It's been very enlightening with a lot of diverse opinions. We really appreciate it, and if you forgot something feel free to send it in writing to the committee.

We will excuse the witnesses.

I've raised this a couple of times and we've all had the chance to look at it, but I'm wondering if it's possible to deal with, as the Speaker suggested, giving him the ability, in a very short time, I think it's within a week, to set the hours that make sense when there's an emergency in Parliament. We could have an emergency any day.

Mr. Scott Reid:

I was supposed to talk to Andrew Scheer and I forgot.

The Chair:

Okay. Let me ask you another question.

We got a letter this morning—it seems fairly administrative to me—from the Standing Committee on Aboriginal Affairs and Northern Development, who would like to reflect the change in wording that's used with the department to change to the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs. Basically changing the word “aboriginal” to “indigenous”, which is a standing order change, so we have to recommend it.

Mr. David Christopherson:

To the unanimous recommendation of the committee. It kind of matters.

(1245)

The Chair:

Yes, we have a copy of the letter. We'll pass it around. I'm just seeing if it says what the vote was.

Ms. Ruby Sahota:

I believe it's unanimous, from what I heard from colleagues and staff, but it's something we should look up.

The Chair:

Is there anyone in the room from whips' offices or anyone who knows this?

Ms. Ruby Sahota:

It was unanimous. That's what I heard and that's what we're also hearing from other colleagues right now.

Ms. Anita Vandenbeld:

Our staff was in the room and said that it was unanimous.

The Chair:

Okay, we had a member who was at the committee, and it was unanimous.

Mr. Reid, are you going to move that?

Mr. Scott Reid:

Sure.

The Chair:

We'll do a report that basically recommends to the House that the committee name be changed to the Standing Committee on Indigenous and Northern Affairs in Standing Order 104(2)(a).

(Motion agreed to [See Minutes of Proceedings])

The Chair: We have 15 minutes left.

One of the outstanding things we're working on is another way of dealing with conflict of interest. Did you want to speak to that, Ms. Taylor?

Hon. Ginette Petitpas Taylor:

I believe that we've reached a date that we all can meet and just have an informal meeting per Mr. Reid's good suggestion last week. We've come up with, I believe, May 3. We could meet for supper and have a discussion about the policy. I can make reservations in the Parliamentary Restaurant, if that's okay with everyone.

The Chair:

Just as far as structure goes, this would be an informal meeting, would it?

Mr. David Christopherson:

It would be illegal.

The Chair:

Not at committee.

We'll bring the recommendations back here.

Mr. David Christopherson: Bring your chequebook.

The Chair: It's a no-host dinner, so everyone bring money for dinner.

Some hon. members: Oh, oh!

Mr. Blake Richards: Come on, Mr. Chair.

The Chair: No, the clerk won't let me, you know. I would love to.

Mr. Blake Richards:

If one of us paid for it and there was an expectation that we would act differently, we would all turn down the invitation.

The Chair:

Yes, but if we go, it would be a conflict of interest.

Great. So, we'll do that. Seven o'clock, Parliamentary Restaurant, Tuesday May 3, and bring your documents.

The next meeting is Thursday, and we have some more witnesses in the first half and and then Elections Canada on the main estimates in the second hour.

Mr. Scott Reid:

I don't want to move it today, I just want to draw to your attention a notice of motion that the committee invite the Minister of Democratic Institutions as well as her officials to appear before the committee to discuss the main estimates for 2016-17 sometime before the end of May. I can give that to the clerk.

The Chair:

Can I just let the clerk speak to that?

The Clerk of the Committee (Ms. Joann Garbig):

This committee has been referred estimates for the office of the Chief Electoral Officer for the House of Commons and for the parliamentary protective service.

Mr. Scott Reid:

Have you been given anything with relation to the conduct of the department, including the $10 million that is going to be allocated?

The Clerk:

No, I believe it's been referred elsewhere to a different committee.

Mr. Scott Reid:

Do you mind finding out where it has been referred?

The Clerk:

I can check.

The Chair:

We'll let you know on Thursday.

Does anyone want to do anything else today?

(1250)

Mr. Arnold Chan (Scarborough—Agincourt, Lib.):

Yes. The Speaker's...

Mr. David Christopherson:

We had to bump it to Friday.

Mr. Scott Reid:

Arnold, this is my fault. I took it to our former Speaker, Mr. Scheer, and gave it to him to give him your comments. I meant to get it back yesterday and I simply forgot, so I'll try to get him today at the House after this meeting.

The Chair:

Is everyone all right? There is nothing else for today.

The meeting is adjourned.

Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre

(1100)

[Traduction]

Le président (L'hon. Larry Bagnell (Yukon, Lib.)):

Bonjour. Je déclare ouverte cette 16e réunion du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Nous sommes dans la première session de la 42e législature.

Nous nous félicitons du retour longtemps attendu de Kady O'Malley. Nous sommes heureux de vous revoir, Kady. Nous savons que vous étiez au repos.

Nous entendrons aujourd'hui les témoins suivants: Gary Levy, à titre personnel, et d'À voix égales, Nancy Peckford, directrice exécutive. Mme Grace Lore, recherchiste en chef et candidate au doctorat à l'Université de la Colombie-Britannique, qui se joindra à nous par téléconférence de Vancouver, répondra aussi aux questions au nom d'À voix égales.

Nous entendrons aussi par vidéoconférence, de Genève, Mme Kareen Jabre, directrice de la Division des programmes de l'Union interparlementaire.

Chaque témoin présentera un exposé préliminaire de cinq minutes. Nous commencerons par Kareen. La réunion durera au moins une heure, mais, comme vous êtes quatre, nous garderons ceux d'entre vous qui peuvent rester plus longtemps pour répondre aux questions des membres du comité.

Madame Jabre, la parole est à vous.

Mme Kareen Jabre (directrice, Division de programmes, Union interparlementaire):

Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de m'adresser au comité. C'est vraiment un plaisir de contribuer à cet important débat. Nous sommes très heureux d'avoir cette possibilité. Je vous remercie donc encore de nous avoir invités.

Comme beaucoup d'entre vous le savent, l'UIP s'efforce depuis des années de favoriser des parlements plus forts et plus inclusifs. L'un des principaux aspects de notre travail a consisté à étudier l'égalité des sexes au sein des parlements, à assurer aux femmes un meilleur accès aux institutions parlementaires et à veiller à ce qu'elles aient la possibilité d'exercer une influence réelle sur l'élaboration des politiques au sein des parlements.

Dans le cadre de ce travail, nous nous sommes concentrés de plus en plus depuis des années sur le fonctionnement des parlements. Nous avons élaboré le concept des parlements sensibles au genre, après avoir mené une enquête de deux ans auprès des députés de plus de 70 parlements du monde. Nous avons examiné leur façon de fonctionner, d'intégrer dans leurs statuts les questions liées à l'égalité des sexes et de mettre en oeuvre les politiques établies à cet égard.

En 2011, nous avons développé ce concept des parlements sensibles au genre. Nous avons adopté un plan d'action destiné à aider les parlements à tenir davantage compte de l'égalité des sexes dans leurs travaux. Pour nous, c'est un élément important parce que nous avons vraiment reconnu pour la première fois que les parlements sont des lieux de travail comme les autres, qui doivent être propices à une participation égale des hommes et des femmes.

Par conséquent, les parlements avaient besoin de réfléchir à leur façon de fonctionner, de faciliter la participation des hommes et des femmes sur une base d'égalité et de répondre aux besoins des jeunes des deux sexes, que beaucoup d'entre nous ciblent tout particulièrement dans le contexte d'un renouveau qui remettrait les parlements au diapason de la société. En réalité, ce concept a été élaboré afin de s'attaquer à l'un des premiers problèmes, signalés par les femmes elles-mêmes, qui font obstacle à leur entrée en politique, à savoir le moyen de réaliser l'équilibre entre les responsabilités familiales et les exigences de la politique.

C'est un problème très réel, le premier que les femmes aient signalé. Récemment, l'UIP s'est également intéressée à l'encouragement des jeunes à participer aux parlements. C'est encore là un problème signalé par les jeunes des deux sexes, à titre d'obstacle à l'entrée en politique, à cause de la nécessité de trouver un équilibre entre les responsabilités familiales et professionnelles. Je crois qu'il est très important de situer cela dans le contexte non seulement de l'égalité des sexes, mais aussi du fait que ce problème concerne tant les hommes que les femmes, et surtout les jeunes des deux sexes.

Nous espérons vraiment que le Canada assumera un rôle de leadership à cet égard. En effet, bien peu de parlements se sont interrogés et ont analysé leur fonctionnement dans une optique d'égalité des sexes. Il est difficile d'entreprendre des réformes. Nous nous félicitons donc de cette évolution.

Nous croyons qu'en fin de compte, le fait de réaliser de telles réformes favorise l'amélioration des parlements et l'accroissement de leur efficacité. C'est là le message que nous essayons de promouvoir lorsque nous collaborons avec les parlements dans l'examen de leur fonctionnement.

Nous avons établi une série de questions concernant les initiatives des parlements et une série d'autres portant sur l'équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle des députés. Pour participer à cette initiative, il est important pour nous de se rendre compte en premier lieu que la question est de nature politique. C'est là un objectif que nous voulons tous atteindre. Il est important qu'il soit commun à tout le monde. Ce n'est pas seulement une question concernant l'égalité des sexes ou un autre sujet. Le fait de la définir comme question politique est un excellent premier pas sur la bonne voie.

Deuxièmement, les parlements doivent se rendre compte que cela implique des réformes. Ils doivent examiner leur façon de fonctionner d'une manière générale et revoir leurs méthodes de travail et leur culture organisationnelle. Cela est également très important dans le contexte de l'état d'esprit, qui peut faciliter ou non cette évolution visant à créer un environnement plus propice à la vie de famille.

Troisièmement, il faut examiner les capacités nécessaires tant aux parlements qu'aux députés eux-mêmes pour s'attaquer à ces problèmes ainsi que les besoins correspondants.

(1105)



Si vous deviez vous attaquer à cette question, nous croyons que vous auriez à examiner la façon dont votre parlement fonctionne ainsi que les besoins des députés et les moyens d'établir une culture plus sensible au genre ou plus propice à la vie familiale.

Plusieurs parlements ont pris des initiatives à différents niveaux. En ce qui concerne le fonctionnement, ils se sont surtout intéressés aux heures et aux jours de séance: certains ont décidé d'arrêter les travaux à 18 heures et d'autres ont cherché à éviter les votes le lundi et le vendredi, en les tenant surtout entre le mardi et le jeudi. D'autres parlements ont adopté des heures fixes ou des jours fixes de vote, comme je l'ai déjà dit. Cette façon de travailler et d'organiser les activités permet de faire une meilleure planification et, partant, de garder du temps libre pour s'occuper tant des responsabilités familiales que des besoins des circonscriptions.

Certains parlements ont essayé de répondre aux besoins des jeunes femmes qui allaitent ou qui doivent s'occuper de jeunes enfants, en adoptant par exemple à leur intention un système de vote par procuration. C'est le cas en Australie. D'autres encore ont établi un système de vote électronique qui permet aux députés de voter à distance. C'est le cas de l'Espagne, par exemple. Le système est réservé aux femmes enceintes et aux femmes qui allaitent ou doivent s'occuper de jeunes enfants. C'est une formule récente qui remonte à 2012.

Beaucoup d'autres parlements ont pris des initiatives visant à déterminer de quelle façon l'informatique peut alléger la charge de travail des parlementaires, permettre des modes de fonctionnement différents, augmenter l'efficacité des réunions et du travail du Parlement ou encore resserrer les liens avec les électeurs. Ce dernier point est bien sûr prioritaire pour les députés qui souhaitent être également plus présents au niveau de leur circonscription.

L'autre point que je voulais juste signaler, car je sais que nous allons en parler, concerne le soutien technique et matériel à assurer aux femmes et aux hommes ayant des enfants. Il s'agissait d'établir des installations pour prendre soin des enfants, comme nous en avons vu dans de nombreux parlements: crèches, salles d'allaitement, salles de jeux, etc. Beaucoup de parlements ont fait des expériences dans ce domaine avec plus ou moins de succès. Je serai heureuse de donner plus de détails au cours de la discussion qui suivra.

D'autres parlements ont également essayé d'appuyer le congé parental. C'est évidemment une question assez épineuse, mais quelques parlements permettent à leurs députés de prendre un congé parental. C'est le cas en Suède et dans d'autres pays nordiques. Bien sûr, cela est intrinsèquement lié au système électoral et à la façon dont les parlementaires sont élus ainsi qu'à la possibilité d'avoir des suppléants. Encore une fois, je serai heureuse de donner plus de détails si la question intéresse le comité.

Le dernier point que je voudrais aborder dans le contexte d'une réforme visant un parlement plus propice à la vie de famille, c'est qu'il y a encore beaucoup à faire pour changer la culture, les attitudes et la façon dont les gens considèrent cette question. Les recherches que nous avons faites nous ont révélé que beaucoup de députés croient ne pas devoir réclamer leurs droits en tant que parents, parce que cela risque de les faire passer pour des faibles ou pour des personnes qui ne s'intéressent pas suffisamment à leur travail. Il sera nécessaire de changer les mentalités pour faire admettre que ce facteur est important et qu'il encourage probablement les députés à s'engager davantage et à être plus efficaces dans leur travail. Les députés sont humains: en répondant à leurs besoins d'une manière constructive, nous aboutirons à des parlements plus efficaces. Je crois donc qu'il est important de changer les mentalités et de lever les tabous qui entourent cette question.

Pour ce qui est de la communication avec le public, il y a un autre aspect lié à la culture qui nous a permis de constater qu'il est vraiment nécessaire de faire des efforts en vue de créer une culture plus sensible au genre dans les parlements et de faire en sorte que l'égalité des sexes soit mieux comprise tant des députés que du personnel dans le cadre du fonctionnement des parlements. Cela permettrait de créer un environnement qui soit favorable à la réforme et qui respecte les besoins des hommes, des femmes et de leur famille au parlement. Pour nous, il est vraiment très important de s'occuper de la culture, de la communication et de la levée des tabous entourant ces droits. Nous aimerions qu'un plus grand nombre de premiers ministres abordent ces questions et en soulignent l'importance.

Je vais m'arrêter là. J'espère que cela n'a pas été trop déroutant. Je vous ai juste présenté quelques points que nous avons récemment notés dans nos parlements.

(1110)

Le président:

Merci beaucoup. Nous avons beaucoup apprécié votre exposé.

Nous allons commencer par entendre tous les témoins avant de passer aux questions et réponses.

Je vais maintenant donner la parole à Nancy Peckford, directrice exécutive d'À voix égales.

Madame Peckford, nous vous remercions de votre présence au comité.

Mme Nancy Peckford (directrice exécutive, À voix égales):

Merci beaucoup de nous avoir donné l'occasion de nous adresser au comité. C'est un plaisir de voir que vous êtes nombreux autour de la table.

Comme vous le savez sans doute, À voix égales est la seule organisation nationale multipartite qui consacre ses efforts à l'élection d'un plus grand nombre de femmes. Nous communiquons tous les mois avec des dizaines de milliers de Canadiens qui se soucient sincèrement de l'égalité des sexes. Même si nous avons été extrêmement heureux, comme vous pouvez l'imaginer, de voir le nouveau gouvernement réaliser la parité au sein du Cabinet fédéral, nous continuons à nous inquiéter de la sous-représentation des femmes, qui est à la fois chronique et historique à la Chambre des communes comme dans de nombreuses assemblées provinciales et territoriales.

Lors des dernières élections, nous avons fait une analyse d'après laquelle il ressort des cinq derniers cycles électoraux fédéraux que nous n'aurons pas de parité au niveau des candidatures avant 45 ans, puisque les femmes ne formaient qu'un tiers des candidats qui se sont présentés au nom des cinq grands partis. De plus, compte tenu des résultats des dernières élections fédérales et des quatre précédentes, nous devrons attendre 90 ans avant d'atteindre la parité à la Chambre des communes, si les tendances du passé se maintiennent à l'avenir.

C'est dans cet esprit qu'À voix égales se présente devant vous aujourd'hui. Nous sommes enchantés de voir que ce dialogue est engagé. Nous le préconisions de l'extérieur depuis des années. Nous souhaitons donc vous présenter quelques propositions en espérant que vous voudrez bien reconnaître que notre organisation existe depuis un siècle et demi et qu'elle a été créée avant que les femmes n'aient le droit de vote ou ne soient autorisées à poser leur candidature à une charge publique fédérale. Nous croyons, comme notre collègue de Suisse, que cette discussion porte non sur les femmes, mais sur une façon de travailler plus intelligente sans être plus ardue, plus efficace et efficiente et qui permet d'utiliser les ressources à bon escient. Je pense que votre Parlement a une occasion extraordinaire de faire les choses différemment et, ce qui est tout aussi important, de les faire assez bien pour inspirer de la confiance aux Canadiens.

À notre avis, la Chambre des communes n'a pas pleinement profité d'innovations qui sont largement répandues ailleurs, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Cela implique de mieux utiliser la technologie, de maximiser le travail d'équipe et de favoriser la flexibilité dans les périodes critiques que connaissent les familles.

Comme vous le savez, chaque député représente en moyenne quelque 103 000 électeurs. Il est censé s'acquitter de nombreux rôles: ambassadeur de la communauté, ombudsman, champion, agent de liaison, dépanneur, législateur, organisateur de rencontres, porte-parole, militant du parti, collecteur de fonds et, de plus en plus, parent et aidant naturel, etc.

Enfin, l'âge moyen des députés baisse petit à petit. C'est un phénomène dont nous nous réjouissons. Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'avant 2011, il n'y avait à la Chambre des communes que 5 femmes de moins de 40 ans, à comparer à 25 hommes du même groupe d'âge, ce qui témoignait déjà d'une certaine inégalité. Heureusement, en 2011, 19 femmes de 40 ans ou moins ont été élues, et c'est la même chose dans le Parlement actuel, bien qu'on ne puisse pas le savoir avec certitude puisque les députés n'ont plus à donner leur date de naissance.

À notre avis, les députés devraient, pour optimiser leur rendement, être guidés par trois principes liés à l'équilibre entre le travail et la vie personnelle: durabilité, prévisibilité et flexibilité. En gardant cela l'esprit, nous voulons vous présenter aujourd'hui cinq grandes recommandations.

Premièrement, nous croyons qu'il est nécessaire de réduire la durée hebdomadaire des déplacements entre Ottawa et la circonscription. Le Parlement fédéral canadien siège environ 125 jours par an dans les années où il n'y a pas d'élections. Cela représente un tiers de l'année, soit plus que toute autre assemblée fédérale, provinciale ou territoriale. Même si les déplacements des députés couvrent tout le pays, d'un océan à l'autre, le temps moyen de déplacement d'un député en dehors d'Ottawa, de la région métropolitaine de Toronto et du corridor de Montréal est d'environ 12 heures en voiture ou en avion, soit près de six heures dans chaque sens.

Face à un tel fardeau de déplacements, À voix égales exhorte le comité à envisager d'augmenter le nombre de semaines consécutives passées dans les circonscriptions. J'étais ici la semaine dernière lorsqu'un groupe de conjoints a noté qu'il est important pour les députés d'être dans leur circonscription plus d'une semaine à la fois afin de s'acquitter des très importantes responsabilités locales qu'ils ont et, en même temps, de rétablir le contact avec leur famille.

Nous nous intéressons également à la possibilité de comprimer la semaine parlementaire en commençant plus tôt du mardi au jeudi pour faire des journées de séance plus longues mais moins nombreuses. Ainsi, les députés passeraient un maximum de temps à Ottawa et ne consacreraient pas moins d'heures aux travaux de la Chambre. Je crois que personne ne souhaite réduire ces heures. Comme l'a mentionné notre collègue de l'UIP, plusieurs autres parlements ont adopté avec beaucoup de succès une semaine comprimée.

(1115)



Ainsi, le calendrier parlementaire pourrait être modifié de façon à assurer plus de flexibilité les lundis et/ou les vendredis afin de faciliter les déplacements entre l'Ouest et l'Est.

Deuxièmement, nous croyons qu'il faudrait augmenter les ressources affectées au personnel des députés. Compte tenu des pressions constantes auxquelles ils sont soumis, nous croyons que les députés disposent de trop peu de collaborateurs pour s'acquitter de leurs fonctions de législateurs, de membres de comité, d'ombudsmans, de leaders communautaires, de dépanneurs, etc. Vous devez tous assumer un fardeau considérable sans avoir le soutien nécessaire d'une équipe vous permettant d'être aussi efficaces et dynamiques que vous devez l'être.

D'après nos calculs, la plupart des députés disposent en moyenne de deux employés sur la Colline et de deux autres dans leur circonscription, ce qui représente globalement un employé pour 25 000 électeurs dans le cas d'un député ayant une circonscription d'environ 100 000 habitants. Par conséquent, nous vous recommandons d'envisager, durant la présente législature, d'augmenter le budget de chaque député pour lui permettre d'engager un employé de plus sur la Colline et un autre dans la circonscription.

Troisièmement, nous croyons que la Chambre des communes doit mettre fin au traitement punitif réservé aux mères et aux députés qui viennent d'avoir un enfant. J'ai été très troublée par ce que Christine Moore a dit la semaine dernière des trajets de 14 heures qu'elle doit faire pour aller dans sa circonscription et avoir accès à une voiture ainsi que des problèmes qu'elle connaît sur la Colline. À notre avis, il est difficile d'accepter qu'aucune mesure officielle ne soit prévue pour faciliter la vie des femmes aux derniers stades de leur grossesse, des nouvelles mères ou des nouveaux parents ou encore des aidants naturels d'un enfant ou d'un proche atteint d'une maladie mortelle. Je crois qu'il est temps d'agir à cet égard.

À voix égales appuie donc le principe d'une période minimale de trois mois d'activité en circonscription pour les députés qui se trouvent dans de telles situations. Cela implique d'envisager des moyens de vote par procuration ou de vote électronique pour le petit nombre de députés qui en ont besoin. Comme nous l'a dit notre collègue de l'UIP, c'est une initiative que d'autres parlements ont prise avec un certain succès.

Si le Parlement canadien empruntait cette voie, les députés devraient avoir, entre autres, la possibilité de recourir aux téléconférences et de présenter des observations écrites sur les projets de loi ou d'autres questions. C'est une tâche difficile, mais nous croyons qu'elle est réalisable.

Nous souhaitons également réitérer nos préoccupations au sujet du manque d'accès à des services de garderie sur la Colline parlementaire lors du retour des députées au Parlement. À titre de présidente du conseil d'administration d'une garderie de la région d'Ottawa, je soutiens qu'il est possible d'augmenter le nombre de garderies et de places en garderie à condition de disposer des ressources nécessaires. En prévision de l'arrivée sur la Colline d'un ou de plusieurs nourrissons, il faudrait envisager d'établir dans l'édifice du Centre ou dans un autre bâtiment proche une garderie pouvant accueillir des enfants de six mois et plus.

Nous croyons en outre qu'il faut prévoir des services occasionnels de garde pour des nourrissons de moins de 12 mois afin de leur donner les soins nécessaires en cas de votes imprévus, de réunions de comités qui se prolongent ou d'autres circonstances inhabituelles. Encore une fois, je ne crois pas que cela soit impossible. À voix égales offre des services de garde lorsqu'il y a des réunions le soir. Nous avons une liste de fournisseurs de services de garde hautement qualifiés dans cette région, qui pourraient répondre à des besoins occasionnels.

Bien sûr, ces mesures visent non pas à réduire la charge de travail des députés, mais à leur faciliter la vie et à reconnaître et valoriser leurs autres activités.

Je voudrais dire, en conclusion, que ces réflexions ne concernent pas seulement la structure du Parlement. Elles touchent aussi au ton et au langage de la politique. Beaucoup de femmes et d'hommes nous ont dit qu'ils ont été découragés en observant le genre de leadership qui se manifeste de temps en temps à la Chambre, surtout pendant la période des questions. D'autres assemblées législatives canadiennes ont éliminé les coups violents frappés sur la table et considérablement réduit le chahut dirigé contre les adversaires. Même si certains les trouvent impressionnants, nous croyons qu'il est temps de mettre fin une fois pour toutes à ces comportements qui ternissent la réputation des institutions politiques fédérales.

Nous croyons enfin qu'à part cette étude, il est impératif que le comité procède à un examen quinquennal des pratiques de la Chambre pour en évaluer la souplesse et la rationalité. Nous pensons que vous pouvez ainsi établir des critères prédéfinis fondés sur la documentation qui existe dans le domaine de l'équilibre entre le travail et la vie personnelle.

(1120)



Nous savons que cela a été fait dans le passé et que des modifications ont été apportées pour faciliter sensiblement la vie des députés. L'automne dernier, vous vous êtes joints au groupe des cinq pays qui ont réalisé la parité de genre au sein de leur Cabinet. Le Canada compte déjà parmi les chefs de file. Il est donc temps d'agir dans le dossier des parlements sensibles au genre.

Je vous remercie.

Le président:

Merci à vous.

Nous allons maintenant entendre M. Gary Levy. Je vous remercie de votre présence au comité.

M. Gary Levy (à titre personnel):

Je vous remercie de m'avoir invité à comparaître aujourd'hui. J'imagine que j'ai été invité à cause d'une interview que j'ai donnée et dans laquelle je m'interrogeais sur l'idée de changer le calendrier parlementaire pour prévoir des semaines de quatre jours. En fait, je crois qu'il y a de bons arguments en faveur d'un tel changement, mais je ne pense pas que vous en ayez discuté jusqu'ici dans vos délibérations.

Vous ne perdriez pas grand-chose en ne siégeant pas les vendredis. À l'heure actuelle, il n'y a ni votes à la Chambre ni réunions des comités ce jour-là. Seuls quelques ministres assistent à la période des questions, et la plupart des députés sont en route pour l'aéroport avant l'ajournement de la Chambre. Toutefois, l'idée n'a pas été bien accueillie d'après ce que j'ai vu dans les médias. Mon exposé en expliquera peut-être les raisons.

En 1982, je travaillais pour le comité qui a introduit le premier calendrier parlementaire. Il comptait alors 160 jours, au lieu des 175 jours par année en moyenne à l'époque où le Parlement ne suivait pas de calendrier fixe. Le calendrier actuel prévoit un maximum de 135 jours. Or, au cours des 10 dernières années, la Chambre a siégé au plus 129 jours, et ce n'est qu'à une seule occasion. Les années où elle a siégé moins de 100 jours ne sont pas rares. Autrement dit, le calendrier prévoit au plus six mois de travail et six mots de relâche. Si la Chambre reprenait ses travaux plus tôt après la fête du Travail et après le Nouvel An et éliminait toutes les semaines de relâche sauf deux — une en novembre et une à Pâques —, elle pourrait avoir un calendrier d'environ 160 jours sans siéger le vendredi.

Je sais que les députés sont mécontents lorsque les journalistes et les universitaires qualifient les semaines de relâche de vacances. Je sais aussi que vous travaillez tous fort durant ces semaines en circonscription. C'est néanmoins un congé du Parlement, où personne ne demande des comptes au gouvernement et où, le plus souvent, les comités ne siègent pas.

Ces semaines de relâche sont sans doute fort prisées, en particulier des ministres qui n'ont pas à affronter la période des questions. Toutefois, je me permets de signaler que cet horaire très généreux en semaines de relâche comporte trois écueils, en plus du fait qu'il donne faussement l'impression que vous êtes en vacances. Premièrement, les semaines de relâche encouragent l'obstruction, car si l'opposition parvient à retarder un projet de loi jusqu'au jeudi qui précède une semaine de relâche, elle a réussi à le stopper pendant 10 jours ou plus. Cette situation a eu pour résultat d'augmenter considérablement le nombre de motions d'attribution de temps. Je dirais même que les projets de loi omnibus tant redoutés s'expliquent en partie par le nombre limité de jours de séance. Si le statu quo est maintenu, je crains que le gouvernement actuel, en dépit de ses promesses, ne soit contraint de recourir souvent aux attributions de temps, voire aux projets de loi omnibus, avant la fin de la législature.

Deuxièmement, je pense que les semaines de relâche font en fait partie d'une campagne électorale permanente et représentent un énorme avantage pour les députés en place. Elles sont essentiellement empruntées à une pratique américaine établie parce que les membres du Congrès sont toujours à la recherche de fonds en prévision des prochaines élections. Ils se servent de ces semaines pour organiser des activités de financement. Notre système est différent, tout comme nos lois sur le financement électoral. À mon avis, l'intérêt public serait mieux servi et la Chambre des communes serait plus propice à la vie de famille si les activités de circonscription et de financement se tenaient principalement les vendredis et si la Chambre avait moins d'interruption qu'à l'heure actuelle.

Le troisième point, qui est probablement un peu théorique, c'est que les semaines de relâche semblent présenter le parlementaire comme un délégué dont le principal rôle est de présenter le point de vue de ses électeurs. Cela peut sembler évident, mais il existe une vision plus traditionnelle du rôle du député, énoncée pour la première fois par Edmund Burke. Selon lui, le rôle d'un parlementaire consiste à porter un jugement indépendant sur les questions d'intérêt public du moment. Bien sûr, ce jugement repose sur le point de vue des électeurs, mais en cette ère de communications et de médias sociaux, est-il vraiment nécessaire d'être dans sa circonscription pour connaître l'opinion de ses électeurs?

Enfin, au sujet du calendrier, il serait possible à mon avis de favoriser la vie familiale en recourant simplement au pairage, vieille pratique qui semble être tombée en désuétude. Le greffier en a brièvement parlé à votre dernière réunion. Cette pratique permet à un député du gouvernement ou de l'opposition d'avertir son whip d'un conflit d'horaire qui lui impose de s'absenter. Le whip communique alors avec son homologue de l'autre parti, et tous deux s'entendent pour qu'un député de l'autre parti s'abstienne lui aussi de voter. Le pairage est consigné dans les Journaux. Comme je l'ai dit, cette pratique pourrait servir beaucoup plus qu'à l'heure actuelle ou qu'au cours de la dernière décennie.

(1125)



Je ne suis pas un spécialiste des chambres parallèles, mais j'ai examiné le règlement des Communes britanniques, qui semblent y recourir notamment pour ce que nous appelons les initiatives parlementaires et pour interroger les ministres. Dans le contexte canadien, il me semble envisageable de créer une chambre parallèle qui servirait à des débats particuliers. Par exemple, le débat sur le budget pourrait être divisé de façon à ne durer que la moitié du temps actuel. Il en irait de même pour le débat sur le discours du Trône. On pourrait de plus y débattre une partie des initiatives parlementaires, à l'exclusion du vote.

Toutefois, ma vraie question est la suivante: que cherchez-vous à accomplir? Si vous cherchez un moyen pour les députés de faire connaître leur point de vue, il suffirait de leur permettre de faire paraître leurs discours dans une annexe du hansard. Par ailleurs, si vous cherchez à libérer davantage de temps pour que la Chambre puisse discuter des projets de loi, je crois qu'il existe de meilleurs moyens de le faire.

Pourquoi ne pas limiter le débat de deuxième lecture à une journée? Cette mesure peut sembler draconienne, mais elle est courante au Royaume-Uni: le ministre présente le projet de loi et donne les raisons pour lesquelles il mérite d'être appuyé. Le porte-parole de l'opposition expose les raisons qu'il y a de s'y opposer. Ensuite, il suffit que quelques députés intéressés interviennent avant que le projet de loi ne soit renvoyé au comité. Bien sûr, il y aurait des exceptions à cette règle lorsque des mesures législatives posent des questions de conscience et que les députés ont un intérêt légitime à faire connaître un point de vue personnel différent de celui des leurs chefs.

En conclusion, je voudrais présenter quelques observations générales. Ces 10 dernières années, le Parlement a fait l'objet de bien des critiques. « Dysfonctionnel » est peut-être le qualificatif le plus souvent utilisé pour décrire notre plus importante institution démocratique. J'espère que la nouvelle législature s'attaquera à quelques-uns des problèmes qui ont donné lieu à ces critiques.

Je parle notamment de la période des questions. J'ignore si le modèle britannique de la période des questions du premier ministre fait partie de votre mandat, mais j'espère que vous pourrez l'examiner.

Il y a aussi le problème des motions de défiance. Le moment de les présenter dépend dans une grande mesure du gouvernement. Cela a occasionné directement deux fâcheux incidents dans la dernière décennie. Il serait facile de remédier à ce problème en modifiant le Règlement.

Je constate que je m'écarte du thème d'une Chambre des communes plus propice à la vie de famille. Je vais donc m'arrêter là. J'attends avec intérêt vos questions.

Je vous remercie.

(1130)

Le président:

Merci beaucoup à tous les témoins.

Je voudrais rappeler que notre étude porte non seulement sur une Chambre des communes plus propice à la vie de famille, mais aussi sur un Parlement plus efficace et plus inclusif. Cela va bien au-delà de la vie de famille.

Nancy sera heureuse d'apprendre qu'il y a deux semaines, nous avons ouvert une section locale d'À voix égales dans ma circonscription, au Yukon. J'ajoute que mon temps de déplacement entre la Chambre et ma circonscription est de 28 heures par semaine.

Gary, vous savez sans doute qu'Edmund Burke a perdu plusieurs élections avec cette philosophie.

Nous allons commencer la période de questions avec Mme Vandenbeld.

Mme Anita Vandenbeld (Ottawa-Ouest—Nepean, Lib.):

Merci beaucoup.

Ma question s'adresse à Mme Peckford et Mme Jabre. Kareen, je suis heureuse de vous revoir après tout le travail réalisé dans une vie précédente auprès de l'Union interparlementaire, surtout sur ces questions.

Je sais que vos deux organisations se sont énergiquement attaquées aux obstacles qui empêchent les femmes de poser leur candidature aux élections. Parmi ces obstacles, il y a le choix personnel que font beaucoup de femmes de ne pas entrer en politique et le fait que, parmi celles qui le font, un certain nombre ne veulent plus continuer après un certain temps. Cette situation tient dans une grande mesure aux répercussions que la vie politique a sur les familles et aux responsabilités supplémentaires que beaucoup de femmes doivent assumer.

Je me demande si vous pouvez nous en dire un peu plus sur l'effet dissuasif, pour les femmes et d'autres groupes démographiques, que peuvent avoir les heures de travail et les répercussions sur les familles. De plus, quel est l'effet de cette situation sur la représentativité du Parlement?

Mme Kareen Jabre:

Je vous remercie.

C'est un grand plaisir de vous revoir. Je suis vraiment très heureuse que nous ayons gardé le contact et que nous ayons l'occasion de collaborer encore.

D'une façon générale, les enquêtes réalisées par l'UIP dans les 15 dernières années ont mis en évidence les problèmes qui empêchent les femmes de poser leur candidature. Nous avons également fait des enquêtes auprès de candidats, de différents groupes de la société civile, etc. Ces enquêtes révèlent que le premier problème qui fait hésiter les femmes, c'est la difficulté de concilier les exigences familiales et professionnelles.

Vous serez sans doute intéressée d'apprendre que, lorsque nous avons posé la même question à des hommes et à des députés de sexe masculin, nous avons malheureusement constaté que ce facteur ne compte pas parmi les principaux problèmes qu'ils connaissent.

C'est la raison pour laquelle je reviens à la question du changement de culture. Pour nous, quels que soient nos efforts et quelles que soient les réformes réalisées, il faudra faire des changements aussi bien dans l'espace public que dans l'espace privé. Il sera également nécessaire de redéfinir les rôles des deux sexes au sein de la famille. En l'absence de cet élément de réforme, toute politique adoptée au niveau public aura des résultats assez limités.

Toutefois, c'est certainement l'un des principaux facteurs de dissuasion. Nous sommes donc très heureux que ce débat ait lieu, et ce n'est pas seulement pour les femmes, car le facteur de dissuasion joue également dans le cas des jeunes députés et des jeunes gens qui pourraient s'intéresser à la vie politique. Nous avons une population de jeunes qui, tout en étant très enthousiaste, se rend compte qu'il y a beaucoup d'autres objectifs à poursuivre dans la trentaine, qu'il s'agisse d'études, de vie familiale ou d'autre chose. Ces jeunes se demandent comment ils peuvent faire tout cela simultanément.

Je crois vraiment que c'est un élément clé au chapitre de la participation et de ce qu'il convient de faire pour avoir des parlements plus inclusifs.

Mme Nancy Peckford:

Je vais peut-être demander à Grace, qui est en ligne, d'intervenir. Elle vient de terminer une étude portant sur 15 pays, dans le cadre de laquelle elle s'est entretenue avec 90 représentantes élues de différents pays du monde. Elle pourrait parler de la façon dont ces femmes supportent la vie parlementaire et de l'effet dissuasif qu'elle peut avoir.

Mme Grace Lore (recherchiste en chef, À voix égales):

Oui, certainement. Réaliser l'équilibre entre les exigences familiales et les responsabilités de la représentation est un aspect qui est ressorti dans la totalité des sept pays où j'ai eu des entrevues.

En ce qui concerne l'effet dissuasif et la volonté de continuer à exercer les fonctions de députée, plusieurs femmes ont dit que si c'était à refaire, elles ne poseraient pas leur candidature tant à cause des difficultés qu'il y a à concilier les responsabilités familiales et professionnelles qu'en raison du ton, des propos et de l'agressivité auxquels elles doivent faire face. Il y en a qui s'inquiétaient du fait que leurs enfants pouvaient les voir participer à des débats ou être victimes de tactiques politiques très agressives. Encore une fois, c'est autant la structure que la culture politique.

Il y a un aspect intéressant à mettre en évidence au sujet de l'effet dissuasif et de la volonté de continuer. Par exemple, beaucoup de femmes qui ont participé à mon étude ont déclaré qu'elles ont très souvent à répondre à des questions concernant le rôle des femmes en politique et que cela semblait suggérer que les difficultés rencontrées étaient spécifiquement des problèmes de femmes plutôt que des problèmes généraux que connaissent également, comme on l'a dit, des jeunes députés ou des hommes qui doivent concilier les exigences familiales et les responsabilités d'un représentant élu. En même temps, c'est fondamentalement une question de genre. L'effet dissuasif s'exerce essentiellement sur les femmes, comme le révèle en particulier l'étude de l'UIP.

(1135)

Mme Anita Vandenbeld:

J'ai constaté avec intérêt que vous avez parlé toutes les deux de ton ou de culture et particulièrement de l'atmosphère et du chahut qui règnent pendant la période des questions, comme élément qui dissuade les femmes de poser leur candidature ou de rester en politique. Croyez-vous qu'un effort visant à réduire le chahut et le ton agressif qui caractérisent la politique peut amener un plus grand nombre de femmes à entrer en politique?

Mme Nancy Peckford:

Le Centre Manning a fait faire une étude intéressante, qui a été réalisée en fait par le spécialiste bien connu des sondages, André Turcotte. Il a interrogé un petit sous-groupe d'importantes femmes d'affaires: beaucoup d'entre elles ont dit que, si elles devaient envisager de poser leur candidature à des élections fédérales, elles s'inquiéteraient moins de l'équilibre entre le travail et la vie personnelle que de la culture politique et de la possibilité pour elles de s'épanouir dans un tel environnement et d'y avoir le même succès que dans le monde des affaires.

Je crois qu'à certains égards, des femmes très ambitieuses ont réussi à s'adapter suffisamment pour concilier le travail et les obligations familiales et personnelles, mais ont buté contre la culture d'une institution politique qui, pour elles, n'est pas sensible à leur style de leadership souvent fondé sur la collaboration, l'esprit d'équipe et une recherche de l'innovation qui ne caractérise pas souvent notre Parlement fédéral. Je crois que c'est un aspect qu'il ne faut pas perdre de vue.

Pour répondre à votre question, madame Vandenbeld, je crois, de même que mon organisation, qu'une réduction des comportements que la plupart des Canadiens peuvent voir — comme les grands coups assénés sur les tables — constituerait un grand geste symbolique qui montrerait aux gens que le Parlement est une institution sérieuse qui se soucie vraiment des problèmes que connaissent les Canadiens. Nous ne voyons ces comportements nulle part ailleurs. Nous ne les voyons pas dans le monde des affaires. Nous ne les voyons pas dans les écoles. Nous les voyons uniquement au Parlement.

Le président:

Je vous remercie.

La parole est maintenant à M. Reid, qui partagera ses sept minutes avec M. Richards.

M. Scott Reid (Lanark—Frontenac—Kingston, PCC):

Je vous remercie. J'aimerais, si possible, poser quelques questions à M. Levy.

Vous ne l'avez pas dit explicitement, mais j'ai eu l'impression, quand vous avez parlé d'une semaine de quatre jours et d'un plus grand nombre de semaines, que vous pensiez à maintenir le nombre de jours de séance. Comme nos semaines seraient de 20 % plus courtes, vous envisageriez donc d'augmenter de 20 % le nombre de semaines de séance. Est-ce bien là votre idée ou bien pensiez-vous à quelque chose de différent?

M. Gary Levy:

Ce que j'ai dit, c'est qu'à l'heure actuelle, la Chambre ne siège pas assez longtemps. L'idée de supprimer les vendredis et d'ajouter simplement les heures aux lundis, mardis, mercredis et jeudis, pour avoir autant d'heures de séance, ne règle pas le problème. À mon avis, nous aurions un meilleur Parlement si la Chambre siégeait plus longtemps et d'une façon plus continue.

M. Scott Reid:

Maintenant, je ne suis plus sûr du tout de ce que vous avez dit.

Êtes-vous, oui ou non, en faveur de la suppression des séances du vendredi?

M. Gary Levy:

Je suis en faveur, pourvu que la Chambre siège plus longtemps dans l'ensemble.

J'ai parlé de 160 jours parce que c'était une norme dans le passé, mais que ce soit 150 ou plus… Nous en sommes actuellement à moins de 125 jours dans une année normale.

M. Scott Reid:

Pour moi, cela revient à siéger 26 semaines par an, c'est-à-dire exactement la moitié de l'année, puis à consacrer les 26 semaines qui restent à autre chose: au travail pour certains ou à des divertissements pour d'autres.

Il y aurait essentiellement plus de jours de séance qu'à l'heure actuelle aux Communes, de quelque façon qu'on organise cela.

Par conséquent, ai-je raison de croire qu'à votre avis, les vendredis sont organisés de telle façon que ce ne sont pas vraiment de pleines journées de séance et qu'il vaudrait mieux soit en faire des journées normales semblables aux mercredis et aux jeudis soit les éliminer complètement et ajouter davantage de lundis, de mardis et de mercredis?

(1140)

M. Gary Levy:

Je ne crois pas qu'il soit possible de faire grand-chose dans le cas du vendredi, compte tenu du pays que nous avons et du fait que les députés doivent rentrer dans leur circonscription. Certains doivent pour cela faire des déplacements d'une durée excessive, comme on l'a mentionné. J'ose espérer qu'avec une semaine de quatre jours, on n'aboutirait pas à des jeudis semblables aux vendredis actuels, c'est-à-dire sans votes, sans comités, etc. Il faudrait voir comment cela marcherait.

Si le jeudi est un jour normal, comme c'est le cas aujourd'hui, et que les séances du vendredi sont supprimées, je n'ai pas l'impression que vous y perdriez beaucoup.

M. Scott Reid:

Il y a une question que personne n'a abordée jusqu'ici. C'est juste un commentaire personnel. Les gens disent qu'on les demande constamment dans leur circonscription. J'ai une circonscription rurale comptant un grand nombre de petites collectivités. C'est l'endroit classique où on est sollicité de partout. Toutefois, dans mon expérience, quand je dis que je ne peux pas assister à une rencontre parce que la Chambre siège, jamais, dans les 16 ans que j'ai passés ici, personne ne m'a fait des reproches. Tout le monde accepte que la Chambre prenne le pas sur tout le reste. Bien sûr, il fut un temps où les gens devaient venir de partout par train. Certains ne pouvaient pas rentrer chez eux.

J'ai l'impression qu'avec une plus grande disponibilité, on serait inévitablement beaucoup plus sollicité. Si on n'est pas disponible simplement parce qu'on doit rester à Ottawa pour faire son travail, les électeurs le comprennent assez bien. J'ai peut-être des électeurs beaucoup plus gentils que les autres… Je pense en fait que c'est le cas, mais d'autres ne seront pas d'accord.

Un dernier point. Vous avez lancé l'idée d'un débat de deuxième lecture d'une seule journée, sauf dans le cas des projets de loi spéciaux. Nous comprenons tous que le projet de loi C-14 concernant l'aide à mourir est une affaire de conscience. Il n'en reste pas moins que la distinction n'est pas toujours facile à faire. Avez-vous pensé à des critères qui permettraient de dire qu'un projet de loi est ordinaire et qu'un autre ne l'est pas?

M. Gary Levy:

Le critère auquel je pensais, c'est un vote libre. Si un projet de loi fait l'objet d'un vote libre, il s'agit en général d'une affaire de conscience. Je pense que c'est le cas de ce projet de loi. La plupart des mesures législatives ne font pas l'objet d'un vote libre, de sorte que je ne crois pas que le cas se présente très souvent.

Toutefois, j'ai bien l'impression que votre programme actuel occasionnera un grand problème. La Chambre aura deux semaines de relâche d'ici le moment où le projet de loi doit être adopté, conformément à la décision rendue par la Cour suprême. Le nombre de députés qui pourront prendre la parole sera limité et pourrait l'être encore plus s'il y a une motion d'attribution de temps.

M. Scott Reid:

En toute franchise, si nous prenions cela suffisamment au sérieux, nous pourrions dire que nous siégeons ici. Voilà une affaire qui prend le pas sur l'obligation que j'ai d'aller dans ma circonscription pour assister au festival de l'érable ou faire autre chose. Elle prend également le pas sur l'envie que j'ai de rentrer chez moi chaque soir pour avoir une bonne nuit de sommeil pendant cette période. Je pourrais rester à Ottawa et prononcer un discours à la Chambre à une ou deux heures du matin, si c'est nécessaire.

Ce sont là des choses raisonnables que nous pouvons faire. Nous ne voudrions pas avoir à les faire pour chaque projet de loi, mais c'est tout à fait envisageable dans ce cas.

M. Gary Levy:

Oui, je me souviens du débat sur la peine capitale, qui avait eu lieu avant l'adoption du calendrier parlementaire. Presque tous les députés voulaient prendre la parole. Je crois que plus d'une centaine ont participé au débat. Personne n'avait alors songé à imposer l'attribution de temps ou à limiter les discussions d'une façon quelconque. C'était un très important débat qui suscitait de fortes émotions. Il était parfaitement raisonnable de laisser parler tous ceux qui le souhaitaient. Je ne pense pas qu'il soit possible de le faire aujourd'hui, les choses étant organisées comme elles le sont.

Le président:

Je vous remercie.

À vous, monsieur Richards.

M. Blake Richards (Banff—Airdrie, PCC):

Je crois que je vais vous demander de me laisser prendre la parole au prochain tour, monsieur le président. Une minute ne suffit pas vraiment pour poser les questions que j'ai.

Le président:

Monsieur Christopherson.

M. David Christopherson (Hamilton-Centre, NPD):

Très bien. Merci, monsieur le président.

Je remercie tous les témoins de leurs exposés. Je trouve utile que les témoins ne soient pas d'accord entre eux parce que cela permet des échanges intéressants. Je compte bien en profiter dans quelques instants.

Je vais peut-être regretter de l'avoir dit, mais j'ai quelque chose à dire en faveur du chahut…

Des voix: Oh, oh!

M. David Christopherson: De toute évidence, quand on cherche à noyer les propos d'un député qui parle, qui qu'il soit, ce n'est pas du chahut, c'est un comportement indécent, grossier et inacceptable. Je dois vous dire, monsieur le président, en fonction de ma longue expérience dans les trois ordres de gouvernement, que je reste toujours conscient du fait qu'au cours d'une réunion du conseil municipal, d'une assemblée législative ou de la Chambre des communes, les débats que nous avons et les procédures que nous appliquons ont remplacé le mode de décision du passé qui permettait à la personne qui avait le pouvoir d'agir à son gré, comme cela se faisait sur un champ de bataille. Il n'y a pas de doute que beaucoup d'émotions se manifestent sur un champ de bataille. Pour moi, un bon chahut, c'est un peu comme une bonne bande dessinée politique. Il vous fait rire et met en évidence la question sur laquelle vous cherchez à attirer l'attention.

Je voudrais juste vous faire part de ma réflexion. Le chahut a un rôle. Je pense à des choses qui ont de l'importance. Si quelqu'un est en train de prononcer un discours pendant que je suis à la Chambre et qu'il n'arrête pas de dire que l'industrie sidérurgique est un secteur dépassé qu'il faut complètement écarter pour protéger l'environnement, mes électeurs s'attendraient à ce que je fasse plus qu'écouter en silence. Il faut qu'il y ait une certaine réaction à ce qui est dit, et le chahut en fait partie.

Je comprends l'argument qui est avancé, selon lequel le chahut transforme l'assemblée en un endroit hostile, mais j'estime que cela ne se produit que dans des cas extrêmes. Si quelqu'un doute de mes intentions à cet égard, il peut interroger Sandra Pupatello, qui occupait un poste important dans le Cabinet ontarien lorsque j'étais président adjoint à Queens Park. Il saurait alors ce que j'ai fait lorsque des députés de sexe masculin de l'opposition ont cherché, assez tard dans la soirée, à noyer son discours. Interrogez-la. Je n'ai pas manqué à mes responsabilités.

L'idée que nous sommes censés garder toujours le silence, comme si nous étions à l'église, ne reflète pas la réalité de la situation à la Chambre et l'objet des débats. Je lance simplement l'idée, peut-être parce que je suis un peu masochiste.

J'aimerais maintenant revenir à la proposition préconisant huit mois de séance parce qu'elle semble contredire ce qu'a dit Mme Peckford de l'opportunité de prolonger les périodes que les députés passent dans leur circonscription. Je ne suis pas sûr que les deux points de vue soient conciliables. Madame Peckford, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je vous donnerai l'occasion de répondre parce que j'ai peut-être mal interprété ce que j'ai entendu. Peut-être votre point de vue ne s'écarte pas trop de celui de M. Levy, mais il m'a semblé qu'il s'agissait de concepts distincts, insistant l'un sur la cohérence à la Chambre et l'autre, sur la cohérence dans la circonscription. Le simple bon sens nous dit que c'est un équilibre difficile à réaliser.

Qu'en pensez-vous, Nancy?

(1145)

Mme Nancy Peckford:

Je pense que vous êtes des parlementaires très compétents et qu'avec un certain travail, vous seriez en mesure de concilier les deux si vous le vouliez. Je crois en même temps que c'est le fardeau des déplacements de 28 heures qui est particulièrement difficile. Il devrait y avoir un moyen de regrouper davantage le temps passé dans les circonscriptions en dehors de l'été, en tenant compte évidemment de la période prolongée correspondant au congé d'hiver, que beaucoup appellent le congé de Noël. Je pense que vous pouvez envisager d'autres périodes dans lesquelles il vous serait possible de passer deux semaines dans la circonscription afin d'avoir la possibilité de vous situer, de vous adapter, de vous acclimater, de répondre aux besoins de vos électeurs et aussi de voir un peu plus votre famille. Il faudrait en même temps essayer de regrouper le temps passé sur la Colline. Je crois que c'est possible.

Il faudra faire preuve d'une certaine créativité. Les leaders à la Chambre et d'autres auraient à se réunir et à regarder différemment le programme. Cela devrait être réalisable, mais je laisse M. Levy donner plus de détails à ce sujet.

Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, j'aimerais aussi dire quelques mots du chahut.

M. David Christopherson:

Bien sûr. Allez-y.

Mme Nancy Peckford:

Je viens d'une famille terre-neuvienne très émotive et très animée. Je sais quelles émotions peuvent animer les gens au cours d'un débat, et je comprends un peu les sentiments que vous avez exprimés.

Toutefois, le chahut devient problématique pour nous — je sais que vous vous en rendez compte, mais je veux quand même le dire pour que ce soit clair pour tous — quand il prend des allures d'intimidation, quand il tend à humilier, à dénigrer et à réduire au silence. Pour des femmes qui arrivent dans une Chambre des communes dominée par des hommes — nous avons 250 hommes pour 88 femmes —, je crois que certaines formes de chahut prennent une forme pas nécessairement sexiste, mais certainement liée au genre.

Je pense aussi qu'il y a des députés de sexe masculin qui ont une nature introvertie et qui n'aiment donc pas le genre d'échanges dont vous avez parlé.

Je crois que nous pouvons nous efforcer de faire mieux. Bien entendu, le Président cherche constamment à réaliser l'équilibre pour permettre aux gens de répondre et leur donner la possibilité de dire ce qu'ils ont à dire. Je pense qu'il est possible de définir une norme plus élevée. Pour moi, cela peut faire une différence.

(1150)

M. David Christopherson:

Je veux bien. Avant de passer à M. Levy, je voudrais dire ceci.

D'après mon expérience, deux choses se produisent lorsqu'on est loin de la maison et de la famille. On rentre chez soi le week-end et on constate que la famille ne retrouve pas nécessairement sa vie normale. En toute franchise, on a l'impression de venir soi-même interrompre la vie normale de la famille.

Je sais que cela semble drôle, mais, après un certain nombre d'années, il y a un problème lié à la façon dont on est perçu par sa famille. Si on a un appartement à Toronto ou à Ottawa, comme c'est le cas maintenant, on court le risque de voir cet appartement devenir le foyer où l'on rentre chez soi.

Il m'arrive de dire à mon assistant Tyler: « Je compte assister à cette réunion. Ensuite, je ferai une apparition à ces deux réceptions, puis je vais rentrer chez moi. » Parfois, je me reprends. Cet appartement, ce n'est pas chez moi. Mon chez-moi se trouve à Hamilton, avec ma femme.

La possibilité de rester à un seul endroit est importante du point de vue de la circonscription, mais si on passe trop de temps à Ottawa, même avec des interruptions le week-end, c'est le logement d'Ottawa qui devient la normale plutôt que le domicile permanent. Je sais que mon temps de parole est épuisé. Merci, monsieur le président.

Le président:

Merci, David.

Comme l'Ouest n'est pas fortement représenté au comité, je suis heureux, Nancy, que vous ayez soulevé la question des trois heures de différence. Il faut une heure par jour pour se réadapter, de sorte qu'une fois qu'on a repris le rythme, il est temps de rentrer chez soi de nouveau.

Je vais maintenant donner la parole à M. Graham qui partagera ses sept minutes avec Mme Sahota.

M. David de Burgh Graham (Laurentides—Labelle, Lib.):

Merci, monsieur le président.

J'essayais d'imaginer quel rôle militaire M. Christopherson aurait pu remplir dans le scénario de guerre qui est censé avoir existé avant la formation de nos organes législatifs. Je l'imagine bien comme cornemuseur du régiment, mais je m'écarte du sujet.

Monsieur Levy, j'ai quelques questions à vous poser. Si, grâce à la technologie, il n'est plus nécessaire d'être dans sa circonscription pour connaître le point de vue des électeurs, ne pouvons-nous pas en déduire qu'il ne sera plus nécessaire d'être Ottawa pour faire connaître son propre point de vue?

M. Gary Levy:

Oui, mais vous êtes à Ottawa pour d'autres raisons: la période des questions, l'obligation de demander des comptes au gouvernement, la participation aux réunions des comités.

M. David de Burgh Graham:

D'accord, mais il nous est possible d'utiliser la technologie pour réduire le temps qu'il est nécessaire de passer dans la circonscription et augmenter le temps passé à Ottawa. Nous pouvons aussi nous en servir pour avoir plus de temps dans la circonscription et rester moins longtemps à Ottawa. L'argument ne tient pas nécessairement la route, mais c'est à cela que je veux en venir.

Nous ne saurions pas surestimer le rôle des médias sociaux. Dans une circonscription comme la mienne, le plus grand problème est le manque d'accès à Internet. Je représente une circonscription rurale, pas trop loin d'ici. La circonscription est assez étendue pour que le trajet entre les bureaux de circonscription soit aussi long que le trajet pour aller à Ottawa.

Que diriez-vous aux régions rurales qui n'ont pas l'avantage d'avoir ces technologies modernes pouvant nous permettre de passer moins de temps dans la circonscription? La mienne compte 43 municipalités. Je dois passer là chaque minute que je peux trouver. L'idée de consacrer moins de temps à la circonscription est absolument horrible pour moi. J'ai besoin de rester là le plus longtemps possible. En fait, le temps que j'y passe actuellement n'est pas suffisant.

M. Gary Levy:

Cela nous ramène à l'ancien débat sur le rôle des députés. Certains s'intéressent surtout à leur circonscription, tandis que d'autres se soucient davantage des débats de politique qui se déroulent à Ottawa.

Je ne suis pas sûr qu'il soit possible de régler ce problème, mais je pense, en examinant des choses telles que le calendrier et l'utilisation du temps, que nous avons réussi à trouver un compromis. Je ne suis cependant pas sûr qu'une organisation du travail prévoyant six mois de séance et six mois de relâche constitue le meilleur compromis possible.

Je propose plutôt huit mois de séance et quatre mois dans la circonscription, mais certains ne seront pas d'accord selon leur conception du rôle du député. Je ne crois pas qu'il existe une solution facile.

Par ailleurs, au sujet de l'environnement propice à la vie de famille, il faut se rendre compte que la Chambre compte 338 députés qui ont probablement 338 interprétations différentes de ce qu'un environnement propice à la vie de famille représente pour eux. Je ne suis pas sûr non plus qu'il convienne d'établir un calendrier fondé sur ce critère.

M. David de Burgh Graham:

Si nous ne le faisons pas, nous aurons de moins en moins de familles ici.

Je crois que le débat devrait porter sur les arguments présentés par Mme Peckford à ce sujet. Le calendrier parlementaire est l'un des moyens les plus importants de contrôler notre vie ici. Je suis arrivé en retard à cette réunion parce que je devais rester à la Chambre. J'ai dû me presser pour arriver. Si nous comprimons davantage, ma vie risque d'être encore plus chaotique, comme si elle ne l'était pas déjà assez.

J'essaie simplement de comprendre pourquoi vous voulez que nous siégions 25 ou 30 jours plus, puisque vous dites qu'il serait préférable de revenir à 160 jours. Cela me paraît excessif.

(1155)

M. Gary Levy:

Comme je l'ai dit, nous avions 175 jours de séance avant d'établir le calendrier parlementaire, mais je pense que le plus important, c'est le temps disponible. Je ne crois pas que toutes ces motions d'attribution de temps favorisent une bonne atmosphère au Parlement. En fait, pour revenir à ce qu'a dit M. Christopherson, je considère le chahut non comme un problème, mais comme un symptôme indiquant que la Chambre ne fonctionne pas comme il faut. On peut trouver dans le Règlement de nombreuses raisons de ce mauvais fonctionnement. Je me suis intéressé surtout au manque de temps: les heures de séance ne suffisent pas pour réaliser un bon équilibre entre la capacité de gouverner du gouvernement et la capacité de s'opposer de l'opposition.

Considérons les changements survenus dans les années 1990. Lorsque nous sommes passés à une année ne comptant que 125 jours de séance, nous avons rompu l'équilibre. C'est la raison pour laquelle nous avons un Parlement beaucoup plus agressif. Il ne reste plus assez de temps pour faire les choses convenablement, peut-être sans recourir autant à l'attribution de temps et sans exercer autant de pressions compte tenu du temps disponible.

M. David de Burgh Graham:

J'ai une dernière question avant de céder la parole à Mme Sahota.

Vous proposez de réduire considérablement le débat de deuxième lecture. Si nous le faisions, aurions-nous encore besoin d'un plus grand nombre de jours de séance? J'ai l'impression que vous cherchez à faire des gains sur les deux tableaux.

M. Gary Levy:

J'essayais de vous persuader que l'utilisation du temps a de nombreux aspects qu'il importe d'examiner d'une façon globale. Bien sûr, chaque élément est lié à d'autres. La réduction de la durée du débat de deuxième lecture implique une prolongation du temps consacré à l'étude au comité. Cela pourrait nécessiter de modifier le mode de fonctionnement des comités. Il y a donc lieu d'avoir une vue globale de la situation. Je suis bien d'accord avec vous sur ce point.

D'une façon générale, cependant, je n'ai pas l'impression qu'au cours du débat sur un projet de loi, de nombreux discours ayant le même contenu, souvent rédigé par des fonctionnaires, favorisent beaucoup une bonne atmosphère au Parlement. Le temps qui leur est consacré pourrait être utilisé d'une manière plus productive pouvant aboutir à une amélioration de l'environnement parlementaire, ce qui serait susceptible de réduire le chahut, sans nécessairement y mettre fin.

On peut dire la même chose du changement de la période des questions que j'ai mentionné. Si nous avions une période de questions du premier ministre, elle retiendrait beaucoup plus l'attention et concentrerait peut-être le chahut sur une seule journée. Les autres jours, les ministres se succéderaient pour donner des réponses. Je suppose que l'atmosphère serait alors plus calme et qu'il y aurait moins de chahut et moins d'attention de la part des médias. Dans l'ensemble, cela servirait mieux l'intérêt public.

Mme Ruby Sahota (Brampton-Nord, Lib.):

Je remercie tous les témoins de leur présence. J'ai trouvé très instructif d'écouter les différentes idées que vous avez exposées. La première fois que j'ai posé ma candidature aux élections législatives fédérales, une femme politique bien connue m'a demandé pourquoi je voulais faire cela à ma famille. La question m'a choquée: n'en faisait-elle pas autant elle-même pour sa propre famille? Elle avait ajouté que si je m'intéressais à la politique, j'aurais dû me limiter aux affaires municipales ou provinciales, que la politique fédérale convient mal à une femme ayant une jeune famille et que je risquais vraiment de détruire ma famille.

J'avais réfléchi à cela pendant un certain temps. Il n'y a pas de doute que beaucoup de gens croient à cet argument. À mon avis, c'est la raison pour laquelle il y a moins de femmes que d'hommes en politique fédérale. Les gens se demandent continuellement pourquoi les femmes ne participent pas davantage. Pourquoi n'entrent-elles pas en politique fédérale? Je crois que la réponse est assez claire. C'est un travail exigeant, même si le rôle à jouer évolue constamment. Chaque famille cherche à s'adapter en modifiant le rôle que chaque partenaire assume dans la famille.

Comme nous l'avons dit auparavant, les femmes ont toujours eu beaucoup d'obligations. C'est très intéressant… Nancy, vous avez mentionné que le Parlement fédéral siège plus longtemps que les autres ou compte parmi les assemblées qui siègent le plus longuement, surtout par rapport aux assemblées provinciales. Toutefois, vous pensez, monsieur Levy, que nous devrions reculer de 150 ans pour revenir à l'époque où nous siégions encore plus longtemps, à l'époque où les membres de cette institution créée par des hommes n'avaient peut-être pas les mêmes responsabilités familiales.

Dans quelle direction faut-il aller? Je suis vraiment confuse. Devrions-nous siéger plus longtemps? Siégeons-nous déjà beaucoup trop? Faudrait-il siéger moins? Les exposés que j'ai entendus aujourd'hui me laissent assez perplexe.

Le président:

Je vous prie de répondre brièvement parce que le temps de parole est déjà écoulé.

(1200)

Mme Nancy Peckford:

J'ai comparé les données concernant le nombre moyen de jours de séance aux niveaux fédéral, provincial et territorial. Les résultats indiquent clairement que le Parlement fédéral est celui qui siège le plus longtemps parmi les assemblées provinciales, territoriales ou fédérales.

M. Gary Levy:

Nous sommes un Parlement d'un pays du G7. Je crois que c'est un peu différent d'une assemblée législative provinciale ou territoriale.

Les comparaisons sont difficiles. Au Royaume-Uni, les Communes n'ont pas de calendrier. Il y a une année où elles ont siégé 142 jours. Les journaux avaient alors parlé d'un Parlement « zombie » estimant que c'était insuffisant. Par conséquent, cela dépend de l'année considérée.

Si on regarde les statistiques de l'UIP, on constate que nous nous situons dans la bonne moyenne à 125 jours. Beaucoup d'autres parlements siègent moins, et beaucoup d'autres siègent davantage.

Mme Nancy Peckford:

Pour répondre à M. Levy, je dirais que, géographiquement, nous comptons parmi les plus grands pays du monde. Cela étant, nous devons repenser les déplacements des députés et le temps qu'ils doivent passer à la Chambre.

Le président:

Il faudrait peut-être envisager un TGV.

Mme Nancy Peckford:

Je suis bien d'accord.

Le président:

Je vous remercie.

Monsieur Richards, vous avez six minutes.

M. Blake Richards:

Merci. Je voudrais aussi remercier les témoins de leur présence au comité.

Je voudrais poser une question, à laquelle je vous demanderais de répondre tous les deux. Je vais essayer de résumer ce que j'ai compris de vos propositions visant à changer les jours et les semaines de séance. Chacun de vous a abordé la question sous un angle différent, aboutissant à des suggestions différentes, mais vous préconisez tous les deux d'apporter des changements.

Je vais d'abord résumer ce que je vous ai entendu dire, puis je vous poserai quelques questions. Ensuite, je vous laisserai le temps de répondre.

Madame Peckford, vous pouvez répondre en premier. M. Levy suivra. Je vais cependant commencer par faire une synthèse de ce que vous avez dit. Vous pouvez me corriger si je me trompe.

Cela se base sur une chose que M. Levy a dite. D'après lui, nous avons 338 députés qui auront chacun une conception différente de ce que représente un Parlement propice à la vie de famille. Je crois que c'est un point important. Presque chaque député a une situation différente et chaque changement envisagé peut avoir des effets différents sur chacun. Il pourrait être favorable à la vie de famille pour certains et ne pas l'être pour d'autres.

Madame Peckford, je crois que vous avez proposé de siéger plus longtemps du mardi au jeudi. Ainsi, la Chambre ne siégerait plus le lundi et le vendredi. Vous avez également proposé davantage de semaines de relâche consécutives à consacrer aux circonscriptions.

Je ne sais pas si vous considérez que le nombre actuel de jours de séance est adéquat. Vous pourrez nous en dire davantage à ce sujet lorsque vous répondrez. Est-ce que cela se traduirait par un plus grand nombre de semaines, ou bien croyez-vous que le nombre actuel devrait être maintenu en prolongeant simplement les jours de séance pour que le nombre total d'heures reste le même? Voilà ce que je voulais vous demander.

La question que je me pose à ce sujet concerne la situation qu'aurait par exemple un député dont la famille vivrait ici… Certains députés jugent bon d'emménager à Ottawa avec leur famille. Ainsi, ils peuvent rentrer chez eux tous les soirs pendant qu'ils sont à Ottawa. Ensuite, lorsqu'ils vont dans leur circonscription, ils peuvent consacrer tout leur temps à leurs électeurs et assister au plus grand nombre possible de rencontres. Je me demande quels seraient les effets de journées de séance plus longues et d'un plus grand nombre de semaines de relâche consécutives sur une famille de ce genre.

J'ai aussi une autre question. Je ne voudrais pas lui attribuer des propos qu'elle n'a pas tenus, mais lorsque Christine Moore était ici, je crois que c'est cela qu'elle a dit. J'espère que je ne me trompe pas à ce sujet. Elle a précisé que l'élimination des séances du vendredi ne serait pas particulièrement utile pour elle. Je crois que c'est à cause du fait qu'étant ici, elle peut se concentrer sur les tâches à accomplir à Ottawa, et c'est la même chose lorsqu'elle va dans sa circonscription. Ma question porte donc sur les effets de vos propositions sur un député qui serait dans cette situation.

Monsieur Levy, vous avez dit qu'il serait bon d'éliminer les séances du vendredi, mais qu'il faudrait alors siéger un plus grand nombre de semaines, non seulement pour compenser la perte du vendredi, mais aussi pour avoir globalement un plus grand nombre de jours de séance.

Je me suis posé des questions. Il est évident que beaucoup de députés rentrent dans leur circonscription le week-end. Qu'advient-il du temps de déplacement? En effet, il y aurait un plus grand nombre de semaines de séance et on perdrait plus de temps tant pour servir les électeurs que pour être avec sa famille.

Il en va de même, j'imagine, pour les députés qui ont de jeunes enfants. S'il y a plus de semaines de séance, est-ce que cela devient… Je crois que cela nous ramène à ce qu'a dit M. Christopherson: votre présence chez vous dérange la routine de la famille. Quels effets auraient donc les changements sur une famille de ce genre?

Je vous invite maintenant à répondre tous les deux à ces observations.

Madame Peckford, voulez-vous commencer?

(1205)

Mme Nancy Peckford:

D'accord. Ce que nous disons — nous l'avons vu dans d'autres pays et Mme Jabre en a parlé —, c'est que la semaine comprimée, qui n'élimine pas forcément le vendredi, donne aux parlementaires la possibilité d'entamer leur journée plus tôt, en se mettant au travail à 8 heures ou à 8 h 30, de façon à utiliser au maximum le temps passé à Ottawa. Il arrive que des comités commencent à siéger un peu plus tôt que la Chambre. De toute évidence, on comprime le travail et utilise au maximum le temps passé ici, de sorte qu'il puisse y avoir plus de latitude le lundi ou le vendredi.

Nous comprenons que certains députés de la côte Ouest prennent un vol de nuit pour venir à Ottawa et assister à la période des questions le lundi après-midi. J'ignore ce que vous en pensez, mais je me demande pour ma part comment on peut être efficace comme législateur après un vol de nuit. Il faut concilier présence physique et qualité du travail.

À ce propos, nous avons remarqué que le Parlement fédéral siégeait pendant le plus grand nombre de jours parmi toutes les assemblées législatives provinciales, territoriales ou fédérale. La décision vous appartient, mais ce qui importe le plus, à mon avis, c'est l'organisation de ces journées, de ces semaines pour que les parlementaires soient à leur mieux et que le poids ne soit pas énorme pour les familles.

De toute évidence, les taux de divorce et de séparation sont extrêmement élevés et même inquiétants chez les députés. Notre institution est censée être un reflet du Canada. Si les conditions de travail sont telles qu'elle ne puisse plus être à l'image du Canadien moyen, cela devient inquiétant. Et les femmes y sont, de façon chronique, largement sous-représentées. Sur le plan de la qualité des résultats, si les femmes demeurent minoritaires pendant les 100 prochaines années, pouvons-nous affirmer avec confiance que nous faisons justice aux femmes et aux hommes?

Selon moi, ce sont là les facteurs prioritaires à prendre en compte pour répondre à votre question.

M. Blake Richards:

Monsieur Levy, avant que vous ne répondiez, pourrais-je ajouter une précision à ce que je vous demande?

Sauf erreur, vous proposez une augmentation du nombre de séances, ce qui présente certainement des avantages, puisque nous pourrions exiger des comptes du gouvernement pendant un plus grand nombre de semaines. Mais le Parti libéral voudrait supprimer les séances du vendredi. Les libéraux ne veulent pas siéger le vendredi, mais ils n'envisagent pas d'augmenter le nombre de semaines. Quelle est votre opinion à ce sujet également?

Les libéraux voudraient faire disparaître les séances du vendredi, allonger les journées, mais sans ajouter des semaines de travail. Cela veut-il dire que, peut-être, il y aurait moins de jours ou de semaines où le gouvernement aurait des comptes à rendre, dans le scénario que le Parti libéral propose?

M. Gary Levy:

C'est exactement ce qui m'a incité à donner l'interview initiale dans laquelle je me suis opposé à la suppression des séances du vendredi, puisque le nombre de semaines de relâche n'allait pas changer. Considérez la couverture journalistique, les éditoriaux. On est généralement contre cette suppression parce cela semble un allégement de la charge de travail, même si le nombre d'heures est le même.

Si tel était le cas, je serais certainement contre. Je n'ai pas l'impression que ce soit la bonne approche. Même s'il y a autant d'heures, même si on recourt à des stratagèmes de procédure pour que telle journée soit considérée comme deux journées pour les avis de motion, les gens y verront une combine. Une journée, c'est une journée. On ne peut leurrer les gens, et je ne pense pas que cela puisse redorer l'image du Parlement s'il a une semaine de quatre jours et si toutes les semaines de relâche sont maintenues.

Quelques mots sur des points mineurs. J'ai été d'accord avec Sheila Copps quand elle vous a dit, la semaine dernière, je crois, que le Parlement est relativement favorable à la famille si on compare ce milieu de travail à celui d'une aciérie de Hamilton. Il ne faut pas perdre cela de vue. Il ne faudrait peut-être pas aller trop loin. Vous avez beaucoup de liberté. Si on revient au jumelage, cela permettra d'assister à une fête d'anniversaire dans la famille le mercredi ou le jeudi même s'il y a un vote. Il suffira de s'entendre avec le whip pour être jumelé avec quelqu'un d'autre. Cela fera beaucoup pour résoudre certains problèmes pour les familles.

Quant aux déplacements, je n'ai pas vraiment de solution. Tous s'engagent en pleine connaissance de cause. Le calendrier, avec ses six mois de session et six mois de relâche, encourage les députés à laisser leur famille dans leur circonscription. C'est une décision très personnelle et je n'entends pas dire à qui que ce soit ce qui est bien ou non, mais s'il en était autrement, un plus grand nombre de députés amèneraient peut-être leur famille à Ottawa. Il serait intéressant de consulter des études antérieures pour voir combien d'entre eux amenaient leur famille à Ottawa et de faire la comparaison avec la situation actuelle. C'est une simple impression que j'ai.

(1210)

Le président:

Avant de donner à la parole à M. Lightbound, à qui je souhaite la bienvenue au comité, je m'adresse à Grace Lore. Vous n'avez pas eu l'occasion de beaucoup parler. Voulez-vous ajouter quelque chose?

Mme Grace Lore:

Non, tout va bien pour l'instant. Je répondrai aux questions qui me sont directement adressées, mais Nancy a pu répondre pour À voix égales.

Le président:

Et Kareen, vous auriez peut-être voulu dire quelque chose à propos de certaines questions.

Mme Kareen Jabre:

Oui, merci.

J'appuie le point de vue de Nancy.

C'est une question d'organisation du temps, si vous voulez abréger et comprimer la semaine, profiter des TI pour offrir davantage de possibilités et être plus inclusifs d'une façon ou d'une autre. L'Espagne a songé au vote par voie électronique pour que les femmes et les hommes qui ont des obligations familiales puissent voter, mais elle examine en ce moment des moyens électroniques de participer aux débats de la chambre et des comités. Ce n'est pas qu'une question de vote, mais plutôt de participation par des moyens électroniques.

C'est là une chose à considérer dans les modalités d'organisation et l'exploitation des dispositifs de TI qui existent déjà. De plus en plus, cette technologie répond à ce dont M. Graham a parlé: comment utiliser les TI non seulement pour communiquer avec les circonscriptions, mais aussi pour permettre aux députés de rester dans leur circonscription tout en participant aux travaux du Parlement. Vous êtes les mieux placés pour savoir comment organiser tout cela, mais il faut peut-être faire preuve de créativité.

La tendance, dans les autres parlements du monde, est d'avoir des semaines plus comprimées. J'ai étudié le cas de l'Australie, un vaste pays qui a plusieurs fuseaux horaires. Son parlement, qui est plus petit que le nôtre, siège du mardi au jeudi.

Le président:

Savez-vous ce que fait l'Italie, avec sa diaspora, puisqu'elle permet aux députés d'habiter aux quatre coins du monde. Comment votent-ils?

Mme Kareen Jabre:

Non, mais je peux vérifier et vous communiquer la réponse.

Le président:

Merci. Et la France, aussi. Notre attachée de recherche peut également vérifier.

Monsieur Lightbound, vous avez cinq minutes.

M. Joël Lightbound (Louis-Hébert, Lib.):

Merci à vous tous de votre présence. Le débat est passionnant.

Nous avons beaucoup parlé de rendre le Parlement plus favorable à la vie de famille. C'est une discussion qui en vaut la peine. Je n'ai pas encore de famille, mais je trouve le travail de député très exigeant. J'imagine la situation des députés qui ont une famille.

Toutefois, j'ai été très intéressé par ce que vous avez dit dans votre déclaration liminaire, madame Peckford, au sujet de la parité chez les candidats aux élections. Aux dernières élections, j'ai été l'un des plus jeunes députés, et j'ai essayé de recruter comme candidates des jeunes femmes très compétentes. J'ai constaté que, même sans connaître les exigences du travail, elles avaient une attitude différente. Elles voulaient d'abord savoir si elles avaient les moyens de se présenter et des appuis pour le faire, avant de prendre la décision. Pour ma part, j'ai d'abord décidé de me lancer, après quoi j'ai cherché les moyens de le faire. Vous et Mme Jabre, avez-vous des recommandations à formuler pour rendre le processus plus attrayant pour les jeunes femmes, avant même qu'elles ne soient élues, pour qu'elles puissent l'être.

Mme Nancy Peckford:

Les modèles sont incroyablement importants. Il est vrai que certaines pionnières pensent que le sacrifice a été si lourd qu'elles ne cherchent pas toujours à encourager d'autres femmes. Bien d'autres femmes et d'autres hommes le font, comme vous le dites.

Je crois que la démystification du processus d'investiture est très importante. C'est le premier obstacle et la première occasion. C'est la seule façon de se faire inscrire sur le bulletin. Il n'y a pas assez de Canadiens qui comprennent ce que cela veut dire, tenter d'obtenir l'investiture, parce que ce n'est pas assez réglementé. Il appartient à chaque association de circonscription de décider des délais et des règles sur la vente de cartes de membre. Nous pensons sûrement que le système, et les femmes en particulier, auraient tout à gagner si les rôles étaient beaucoup plus clairs dans le processus d'investiture.

J'ajouterais que les femmes ont besoin de constater qu'elles peuvent avoir une influence, ce qui justifierait ce qu'elles considèrent comme un sacrifice. Elles sont motivées par l'impact qu'elles peuvent avoir, par les résultats qu'elles peuvent obtenir. En l'absence d'une vraie compréhension, certaines femmes tendent à hésiter, si le processus parlementaire ne leur est pas familier. Comme vous le savez, À voix égales lance une initiative très ambitieuse, Héritières du suffrage. Il s'agit d'amener 338 jeunes femmes au Parlement les 7 et 8 mars pour établir un lien entre elles et l'institution de façon à les motiver, peut-on espérer, dans les années à venir.

(1215)

Le président:

Madame Jabre.

Mme Kareen Jabre:

Je suis tout à fait d'accord. Avant tout, il faut que l'image de la politique change. J'en reviens encore au chahut ou à la façon dont la politique ou le Parlement sont présentés. C'est un élément dissuasif important pour les jeunes femmes, qui se demandent pourquoi elles se lanceraient dans ce genre de chose. À quoi bon? Elles semblent souvent beaucoup plus intéressées par la politique locale, où elles peuvent peut-être avoir un contact plus direct avec les administrés. La solution, c'est changer l'image, c'est montrer qu'il est utile d'être au Parlement.

Il faut promouvoir davantage les modèles et le mentorat pour encourager les jeunes femmes à se présenter. Il y a un défi à relever dans les partis politiques, si je peux me permettre, parce qu'ils demeurent un goulot d'étranglement pour ce qui est de l'appui à la candidature des femmes, et les règles ne sont pas toujours nécessairement claires, comme Nancy l'a dit. Les femmes ont besoin de plus d'encouragements de la part des partis politiques, de mesures proactives, d'appuis à leur candidature. Avant de penser aux moyens, si la vie politique vous intéresse, dites-le et nous vous appuierons, si je peux schématiser. Nous devons changer la culture des partis politiques également et avoir des approches beaucoup plus proactives de l'appui aux femmes.

Mme Nancy Peckford:

Grace a-t-elle des observations à faire à ce sujet?

Mme Grace Lore:

En ce qui concerne le processus d'investiture, certaines des modifications structurelles dont nous avons parlé vont dans le même sens, car elles font comprendre aux femmes qu'il y a de la place pour elles, qu'elles ont la possibilité d'instaurer un équilibre. Au stade de la décision de faire le saut, alors que certains éléments les encouragent à le faire, la présence d'autres éléments structurels leur font comprendre qu'il y a là une possibilité pour elles. Je pense donc que cela est utile non seulement après l'élection, mais aussi auprès de celles que nous amenons à décider de se présenter en politique. Chacun a sa façon de concilier les obligations familiales et les responsabilités de député, mais il y a quelque chose qui décourage les femmes plus que les hommes, et certaines de ces modifications structurelles feront en sorte qu'un plus grand nombre de femmes s'engageront.

Le président:

Merci.

Monsieur Schmale, vous avez cinq minutes.

M. Jamie Schmale (Haliburton—Kawartha Lakes—Brock, PCC):

Merci beaucoup, je vous sais gré de toutes les recommandations que vous avez faites jusqu'ici. Le débat est passionnant. Comme vous le savez, j'ai moi aussi une jeune famille. Je suis donc très intéressé par ce qui se passe ici et je vous remercie de ces observations.

Je voudrais aborder quelques points. Je n'allais pas intervenir dans ce sens, mais je voudrais revenir sur la question du chahut. Cela ne touche pas seulement les parlementaires, mais tout le monde. Placez 338 avocats dans une salle ou autant de courtiers immobiliers, par exemple, et invitez-les à discuter d'un enjeu très délicat, et je suis sûr que vous aurez les mêmes désaccords et que le ton montera. Mais je suis d'accord avec vous pour dire qu'on peut chahuter, mais pas au point d'empêcher quelqu'un de s'exprimer. Je comprends ce que vous dites, mais je crois aussi que le chahut a sa place, surtout lorsqu'on ne reçoit pas une réponse qui devrait venir.

Je voudrais revenir sur quelques points que vous avez abordés.

Je comprends, madame Peckford, ce que vous avez dit de l'embauche du personnel. Cela nous plairait à tous. Malheureusement, nous venons d'obtenir une augmentation de 20 % de notre budget. Je ne vais donc pas demander encore de l'argent. Mais je comprends

Mme Nancy Peckford:

Nous ne disons pas que vous devez demander plus. C'est nous qui le demandons.

M. Jamie Schmale:

Très bien. Je crois que nous empruntons déjà pour payer nos factures.

Mme Nancy Peckford:

Voilà l'intérêt des voix indépendantes. Oui, nous comprenons que vous avez eu une augmentation, mais après de longues années de blocage. Je crois que vous pouvez comprendre la valeur de notre point de vue, étant entendu que tout le monde ne juge pas politiquement défendable de se rallier à notre opinion.

M. Jamie Schmale:

D'accord. C'est parfait.

Cela dit, au cours du processus, vous dites que les gens doivent apprendre comment le Parlement fonctionne. Il appartient à chacun, homme ou femme, de se renseigner, s'il veut s'engager. Si vous voulez savoir comment se déroule l'investiture, entrez dans l'association de circonscription de chez vous, quelle que soit son allégeance, quel que soit le parti qui correspond le mieux à vos idées, et apprenez comment cela fonctionne. C'est un parcours que nous sommes nombreux à avoir suivi.

(1220)

Mme Nancy Peckford:

Bien sûr, c'est comme cela qu'il faut s'y prendre, mais vous vous souviendrez peut-être de l'étude Samara, publiée il y a environ trois ans. Elle disait que moins de 15 % des associations de circonscription avaient un site Web. Ces associations passent inaperçues pour bien des femmes et des hommes très occupés dans leur milieu. À moins d'être naturellement lié à des agents politiques, on ne sait pas toujours très bien ce qui se passe ou les choses ne sont pas toujours aussi transparentes qu'elles ne le devraient.

Par conséquent, il y a un grand avantage à ce que les choses soient plus claires dès le début, de façon que les femmes sachent où l'occasion se présente. Il faut savoir que la plupart des associations de circonscription se réunissent le soir, ce qui est normal, car les doivent compter sur des bénévoles. Nous le comprenons tous, mais savoir, c'est pouvoir.

Les études effectuées aux États-Unis, où on a beaucoup plus de ressources pour les mener de façon très intense, montrent que les femmes attachent une très grande valeur au fait de se faire pressentir, de se faire demander de se présenter. Cela ne peut pas se faire trois mois avant les élections. Il faut plutôt compter deux ans. C'est que les femmes planifient, n'est-ce pas? Souvent, c'est parce qu'elles sont les premières responsables des soins ou parce qu'elles se soucient beaucoup de leur conjoint et veulent que leur choix convienne à tous. Je pense donc qu'une meilleure information et un effort de communication avec des groupes clés auraient un effet marquant.

Nous avons constaté que le NPD — c'est propre à ce parti, à sa culture, mais cela compte — avait présenté 43 % de candidates. Il a pour politique de s'adresser aux groupes sous-représentés. C'est systématique, sérieux, et cela a donné des résultats. Est-ce la solution pour tous les partis? Nous l'ignorons, mais ces résultats montrent que c'est possible. On peut réussir mieux.

Malheureusement, aux dernières élections, le Parti conservateur est le seul dont le pourcentage de candidates a diminué. Il faut faire un examen systématique pour savoir comment nous pouvons mieux réussir. Dans l'ensemble, il est clair que, avec seulement 33 % de femmes inscrites sur les bulletins, c'est un défi collectif à relever, une occasion de recruter plus de femmes.

M. Jamie Schmale:

Nous avons tous suivi ce parcours. Nous sommes tous législateurs et nous savons que la majorité de notre travail se fait ici. Vous avez énuméré une foule de choses que nous faisons. Nous recueillons des fonds. Nous défendons des causes. Tout cela est vrai.

Je suis d'accord avec M. Reid. J'ai fait partie d'un personnel politique pendant 11 ans avant de me présenter. Lorsque je disais que mon patron ne pouvait assister à une manifestation parce qu'il se trouvait à Ottawa, personne ne disait que c'était ridicule. Le député est un législateur et il doit être ici pour faire son travail.

Je suis d'accord avec M. Christopherson. On ne peut pas se laisser immerger dans la réalité d'Ottawa. Il faut retourner dans sa circonscription...

Des voix: Oh, oh!

M. Jamie Schmale: ... mais il faut ménager un équilibre délicat.

Je crois qu'éliminer les séances du vendredi, ce serait lancer un mauvais message, avec tout ce qui se passe au Canada et avec les pertes d'emplois. Il y a d'autres façons de s'y prendre, par exemple en tenant les votes après la période des questions. Nous sommes tous présents, de toute façon et je crois que c'est un moyen facile de réorganiser son programme.

Lorsque nous apportons des changements, il faut être conscient des inconvénients. Bien des députés ont amené leur famille à Ottawa. Si nous modifions quelque chose, cela peut avoir des conséquences dans la vie de ceux qui ont pris cette décision. Je conviens qu'il n'y a pas de solution idéale, que toutes les propositions ont des inconvénients, mais il faut choisir la meilleure possible et prendre une décision à partir de là.

J'ajouterai que, pour l'homme que je suis, la vie de famille est un facteur qui a joué. C'est à cela que j'ai d'abord pensé. Avant de me présenter à l'investiture, puis à l'élection, et après mon élection, j'en ai tenu compte. Quelques hommes de mon parti, comme James Moore, Peter MacKay et mon prédécesseur, Barry Devolin, ont décidé de ne pas se présenter de nouveau à cause de leur famille. C'est un problème. Au gré de l'évolution des mentalités, un plus grand nombre d'hommes s'engagent dans la vie de famille.

Mme Nancy Peckford:

Soyons clairs. Selon nous, la clé, c'est la souplesse. Qu'on apporte des modifications pour le vendredi ou le lundi ou pour les deux, c'est la souplesse qui compte. J'ajouterais que le Parlement a l'obligation d'établir une structure au lieu de s'en remettre aux décisions subjectives d'un whip pour savoir si un député peut s'absenter un mercredi parce qu'il en a besoin. Il vous incombe d'établir des structures valables pour les 338 députés. Quant à savoir ce que ces structures doivent être, cela est de votre ressort. La suppression du vendredi est peut-être une solution, mais ce n'est pas la seule. C'est la souplesse qui compte.

Le président:

Merci.

Madame Petitpas Taylor, vous avez cinq minutes.

L’hon. Ginette Petitpas Taylor (Moncton—Riverview—Dieppe, Lib.):

D'abord, merci à vous tous de vos exposés. Il y a certainement matière à réflexion, même si tout ne converge pas. Il y a des éléments d'information variés, ce qui est excellent pour le débat.

Disons avant tout que, en ce moment, le gouvernement n'envisage pas l'élimination des séances du vendredi comme la solution absolue ni d'en faire une journée de congé. J'ai bien du mal à accepter cette idée de congé, puisqu'il s'agirait de rendre chez soi pour travailler dans la circonscription. Notre objectif, au fond, est d'abord d'atteindre la parité entre hommes et femmes à la Chambre, et ensuite de faire en sorte que le Parlement soit plus représentatif. Pour atteindre l'objectif, il nous faut ici des politiques plus favorables à la vie de famille.

Je n'ai pas d'enfants, mais il y a six ans, j'ai été invitée à me présenter. Je ne l'ai pas fait parce que je m'occupais de ma mère âgée et atteinte de démence. J'ai réfléchi à tous les éléments, et je me suis dit que je ne pourrais pas y arriver.

Cette fois-ci, j'ai été invitée de nouveau et j'ai dû encore réfléchir, mais j'ai trouvé rassurant que mon parti songe à des politiques plus favorables aux familles.

Pourriez-vous expliquer plus longuement les impacts constructifs d'une semaine de travail comprimée ou de politiques plus favorables à la vie de famille sur le recrutement des femmes en politique et la représentativité du Parlement? Comment cela serait-il avantageux pour la conciliation travail-famille pour les parlementaires déjà en poste?

(1225)

Mme Nancy Peckford:

Ceux qui se présentent ne veulent pas abandonner leurs responsabilités à l'égard de leurs proches, qu'il s'agisse d'une jeune famille... J'ai trois jeunes enfants maintenant âgés de quatre, six et huit ans et j'ai la chance d'habiter près d'Ottawa, mais j'ai tout de même des déplacements à faire. Évidemment, nous essayons de concilier les responsabilités professionnelles et familiales des femmes.

Le travail des femmes à la Chambre consiste à accélérer le mouvement parce qu'elles peuvent prendre leur place sur le plan professionnel et montrer aux générations montantes que c'est possible.

À notre avis, la semaine comprimée, qui a été adoptée par d'autres parlements, alliée à des innovations technologiques, permet d'être efficace et engagé dans sa circonscription, et il est possible qu'une partie du travail qui se fait à la Chambre ou dans des comités comme celui-ci, où nous entendons Mme Jabre parler de ce qui se passe ailleurs dans le monde... Il y a des moyens d'exploiter la technologie de façon à ne pas toujours devoir se déplacer, par exemple pendant une semaine où, pour quelque raison, les responsabilités familiales sont plus lourdes.

On en revient à la souplesse. Il faut faire en sorte que les députés puissent parvenir à un équilibre très difficile à atteindre. Personne ne croit que ce soit une utopie. Tout le monde comprend que les députés se sont tous présentés de leur propre gré. Mais cela ne veut pas dire que nous devons punir les gens qui sont ici à cause d'une situation propre à leur existence, comme parents, militants au niveau local, aidants naturels, bons voisins, etc.

C'est pourquoi la semaine comprimée nous intéresse. Elle a été adoptée dans d'autres parlements. Elle est en usage et elle a certains effets. Le débat ne perd pas notablement de sa qualité. Mais c'est une solution parmi bien d'autres.

Nous voulons que les députés excellent, tant comme députés que comme personnes dans la vie qu'ils mènent avec leur famille et dans leur milieu.

Le président:

Madame Jabre, vous voulez répondre à la question?

Mme Kareen Jabre:

Non, je n'ai pas grand-chose à ajouter. Je crois que vous avez tout dit.

J'en reviens à la question de la semaine comprimée. Il faut voir comment vous l'organisez, quelle souplesse vous permettez, à quel point vous utilisez les possibilités qui s'offrent à vous. Il faut trouver un équilibre entre la présence au Parlement, la présence dans la circonscription et la présence dans la famille.

Il n'y a pas de solution miracle, c'est certain, et il y aura toujours des gens qui profiteront plus que d'autres de tout système que vous adopterez. Mais il s'agit d'offrir des possibilités et d'utiliser les outils disponibles. Comme Mme Peckford l'a dit au début, vous avez aujourd'hui l'occasion de réformer votre mode de fonctionnement, peut-être, en organisant les débats différemment, en vous y prenant autrement, en permettant aux députés d'être visibles différemment, sans être nécessairement présents dans la salle, en utilisant les communications et cette présence dans les médias et dans les circonscriptions. Il y a bien des moyens créatifs d'atteindre les mêmes objectifs différemment.

Je n'ai pas la bonne solution pour vous, mais je crois qu'il y a des façons d'utiliser les techniques d'aujourd'hui pour mieux répondre à vos besoins.

(1230)

Mme Grace Lore:

Peut-être une petite chose à ajouter, brièvement.

En dehors des semaines comprimées ou de la souplesse, Nancy a parlé dans son exposé liminaire des accommodements nécessaires pendant des périodes où il faut s'occuper de proches d'une façon plus intense, qu'il s'agisse de nouveau-nés ou de membres de la famille en phase terminale. Pour accorder des assouplissements pendant une certaine période à des petits groupes précis qui en ont besoin, on peut utiliser la technologie, recourir à des solutions originales qui rendent cela possible.

Je suis enceinte de huit mois. Je ne pourrais donc pas être ici en personne, mais je peux appeler, n'est-ce pas? Il y a des solutions, en plus de la semaine comprimée, qui peuvent être avantageuses pendant des périodes critiques.

Le président:

Merci.

Monsieur Christopherson, vous avez trois minutes.

M. David Christopherson:

Je vais vous livrer quelques réflexions, et s'il y a du temps pour faire des observations, tant mieux. La fin de la séance approche.

D'abord, l'une des meilleures choses que nous ayons faites est fort simple: tenir davantage de votes après la période des questions. C'est toute une amélioration de ne pas avoir à revenir ou à interrompre ce qu'on fait à 18 heures ou 18 h 30, ce qui sabote la soirée lorsqu'on a encore des réceptions après. Ce fut une bonne mesure, et elle n'a rien coûté. Le plus étonnant, ce que l'avons prise il n'y a pas longtemps. C'est pourtant tellement sensé.

Je dirai ensuite que je suis heureux qu'on ait signalé la démarche du NPD. J'essayais de trouver une façon d'en parler sans paraître vantard.

Il y a deux choses. D'abord, les circonscriptions doivent faire des rapports au parti, disant ce qui ne s'est pas fait, où il n'y a pas de candidats des groupes sous-représentés et précisant les moyens employés pour chercher des candidats. Il s'agit de s'assurer qu'on a fait des efforts.

Deuxièmement, je dirai, simplement pour faire ressortir la dimension humaine, que toutes les circonscriptions ne sont pas vraiment contentes. Ce n'est pas facile. Dans beaucoup de circonscriptions où on sait qui est le candidat ou bien où on en a une bonne idée, on réagit difficilement à ce qui est demandé: « Qu'est-ce que c'est cette absurdité qu'on nous envoie maintenant? Nous devons faire toutes ces choses-là. » Il y a toujours ce genre de réaction, et ce n'est pas différent au NPD.

C'est une question de leadership. Il faut que les plus haut placés jouent un rôle de premier plan dans une conférence ou un congrès, il faut intégrer cette idée à la culture du parti et l'implanter dans la pratique. Sauf erreur, il y a de moins en moins de récriminations, puisque le temps a passé. Mais je peux vous dire qu'au début, mon Dieu, on aurait dit qu'on leur demandait de sacrifier leur premier-né.

Et il y a la souplesse. Je veux dire simplement que j'ai discuté avec l'adjoint de notre whip. L'un des avantages du vendredi, tel qu'il est, et je dis cela pour susciter la réflexion, c'est qu'il donne une certaine latitude. Comme il n'y a pas de vote, le vendredi est une journée comme les autres, mais il donne différentes occasions de venir faire des discours qui, autrement, ne seraient pas donnés, ou de faire un échange avec un autre député pour aller dans sa circonscription. Nous ne passons jamais assez de temps dans nos circonscriptions. On peut prévoir une réunion le vendredi et faire un échange avec quelqu'un d'autre si on est de service à la Chambre. Le vendredi nous donne une certaine latitude que nous perdrions si nous supprimions les séances ce jour-là.

Il y a une autre chose. Les collègues de tous les partis sont des bourreaux de travail. Vous savez quoi? Il y a vraiment un désavantage sur le plan géographique, peu importe comment on s'y prend. Je peux travailler extrêmement tard, rester avec des membres de la famille à un barbecue, par exemple, ou participer à une fête ou à un 50e anniversaire en quittant la ville. Je peux caser cela parce que je n'habite pas si loin, si je me compare à d'autres.

Il y en a toujours qui doivent prendre des vols de nuit. Je sympathise avec mes collègues de la Colombie-Britannique quand je les vois le lundi matin. Pas besoin de dire un mot. Je peux dire lesquels sont rentrés chez eux ou sont restés en ville. Leur visage dit tout.

Une grande partie du problème, c'est l'inconvénient de l'éloignement. Les députés qui viennent de loin auront toujours plus de problèmes que les autres.

Mme Nancy Peckford:

Il faut faire face à la situation. Le Canada est au deuxième rang des pays les plus vastes. Cela veut peut-être dire qu'il faut comprimer et regrouper les semaines sur la colline du Parlement pour utiliser le temps au maximum et veiller à ce que tous puissent participer au débat. Il faut trouver une solution. Nous n'avons pas à accepter passivement qu'un des plus grands pays du monde doive faire voyager régulièrement ses députés d'un bout à l'autre du pays. Cela peut ne pas avoir un impact significatif sur les jours de séance, mais vous pouvez vous y prendre différemment.

Je demande à tous les députés présents de ne pas faire de cette question du vendredi une affaire partisane. Je sais que l'esprit de parti commence à se manifester. Pour notre part, nous n'avons pas de position arrêtée au sujet du vendredi ou du lundi, mais pour les députés, hommes et femmes, en poste et à venir, il faut faire la bonne chose, quelle qu'elle soit, pour que les déplacements deviennent supportables. C'est ce que demande, de l'extérieur, une organisation qui constate avec tristesse que le pourcentage de femmes à la Chambre augmente très lentement. Il y a 10 ans, il était de 22 %. Il est aujourd'hui de 26 %. La différence n'est pas énorme. L'évolution est lente.

Je ne veux pas m'ingérer, car je vous respecte beaucoup, mais il faut affronter le problème. À notre avis, le coût humain pèse sur tous les députés. Ce n'est pas juste, et le prix est extrêmement élevé.

(1235)

M. David Christopherson:

Merci. Vous avez conclu mes observations. Je vous remercie de votre intervention.

Merci, monsieur le président.

Le président:

C'est une belle façon de terminer.

Avant que nous ne demandions aux témoins s'ils ont une dernière observation rapide à faire sur un point qui a été omis, y a-t-il un député qui a une question pressante qu'il tient à poser?

Mme Anita Vandenbeld:

Je reviens sur l'idée de passer plus de temps dans la circonscription plutôt que sur la colline du Parlement et je m'interroge sur le fait que, à l'ère moderne, et plus particulièrement à l'ère des médias sociaux et de la participation... Au niveau international, l'UIP parle maintenant de politique participative.

Les attentes à l'égard de l'engagement des citoyens, qui veulent se faire entendre et avoir voix au chapitre, augmentent nettement depuis 10 ou 20 ans. Aujourd'hui, le fait d'être absent de sa circonscription a beaucoup plus de conséquences qu'il y a 20 ans, car les gens attendent ce type d'engagement. À propos des tendances qui évoluent dans le temps, Mme Jabre a dit que la tendance, dans le monde, voulait qu'on passe plus de temps dans les circonscriptions et qu'on ait plus de contacts avec la population à cause de cette évolution vers une politique plus participative et vers l'engagement citoyen en politique.

Mme Kareen Jabre:

On tend à reconnaître qu'il y avait une lacune, une faiblesse en politique. La solution est d'être plus inclusif et de tenir compte dans son travail du point de vue de la circonscription.

Comme vous le dites, cette tendance est davantage présente, mais les parlements utilisent de plus en plus la TI pour assurer cette participation. On en est au point où même Twitter est utilisé de façon constructive pour écouter les gens, recueillir leurs réactions à tout le travail qui se fait au Parlement. C'est une façon de répondre à ce besoin d'un processus politique plus inclusif, tant par une présence plus grande que par une meilleure utilisation de la TI et de nouveaux outils de communication pour combler cette lacune.

C'est assurément là le prochain défi des députés. Il s'agit en partie de rester en contact avec les électeurs au lieu de s'intégrer entièrement à une élite, sur la colline du Parlement, sans être présent dans la circonscription. Vous allez devoir constamment chercher à relever ce défi. C'est pourquoi la transformation de votre façon de travailler, de communiquer, de rejoindre les électeurs au moyen de divers outils est considérée comme indispensable, si vous voulez rendre votre travail plus efficace et pertinent.

M. Gary Levy:

Il se peut fort bien que Mme Vandenbeld ait raison dans son analyse de l'impact des médias sociaux et au sujet de la nécessité d'être présent dans les circonscriptions, mais je ne suis pas sûr que cela nous donnera un meilleur Parlement ou une meilleure politique d'intérêt public.

Comme la fin de la séance approche, permettez-moi de lancer une idée sujette à controverse en disant que je suis réconforté par ce qui se passe au Sénat. Peut-être aurons-nous un Sénat dont les membres auront les compétences voulues et le temps nécessaire pour étudier les enjeux d'intérêt public et pour le faire de façon moins partisane. Cela incombera plus au Sénat et moins à la Chambre.

C'est là un enjeu qui est toujours d'actualité, et je suis persuadé que M. Christopherson sera contrarié.

Des voix: Oh, oh!

Mme Nancy Peckford:

Je sais que Grace veut ajouter quelque chose à ce propos.

Mme Grace Lore:

Quelqu'un a dit que certains députés faisaient déménager leur famille à Ottawa. Selon mes recherches, ce comportement est plus courant chez les hommes, tant au Canada qu'au Royaume-Uni. C'est plus facile pour eux que ce ne l'est pour les femmes. Ici encore, la souplesse et une conception plus large de la façon de s'occuper des familles sont des éléments qui comptent pour un certain nombre de femmes en politique.

Nous avons aussi beaucoup parlé des semaines comprimées, du nombre d'heures et du vendredi, mais il demeure une question essentielle au sujet des soins à dispenser à des proches en des moments critiques, comme à la naissance ou en fin de vie. Comme ce travail retombe de façon disproportionnée sur les femmes, il faudrait en tenir compte si on souhaite un parlement plus représentatif. On peut le faire en ayant recours à la technologie et en tenant compte du travail qui se fait dans la circonscription.

(1240)

Mme Nancy Peckford:

J'ai un mot à ajouter très brièvement. Sheila Copps siège à notre conseil consultatif national. Elle a contribué à m'amener en politique. Elle a été un de mes modèles lorsque je grandissais, à Terre-Neuve. J'ai pour elle un énorme respect. Son expérience d'une assemblée législative favorable à la vie de famille lui est propre, car à l'époque, elle était à la Chambre la seule femme qui avait un bébé. Les gens ont été très prévenants, humains et compatissants parce qu'elle devait se débrouiller tant bien que mal à une époque où on ne pouvait même pas amener un bébé à la Chambre des communes.

Il a été dit la semaine dernière que, avec un bébé, on pouvait faire quelque chose de relativement bien pour la famille, mais que cinq bébés à la Chambre, cela ne pouvait pas marcher. Vous devez prévoir la possibilité très réelle que des femmes donnent naissance au cours de la législature, que des hommes deviennent papas, et il faut être très près de son enfant, pendant les tout premiers mois. Cela compte pour les enfants aussi. J'en ai eu trois, et je peux vous dire que le contact avec les parents est essentiel pendant les premières semaines et les premiers mois. Les déplacements constants entre le Parlement et la circonscription, surtout si les parents sont loin, ont de lourdes conséquences pour le jeune enfant, le bébé et le député.

Ce n'est pas idéal. Je ne crois pas qu'il soit éthique d'exiger que des femmes fassent ce genre de déplacement après un accouchement. Il vous revient de trouver la solution susceptible de répondre aux besoins de la néo-démocrate Christine Moore, mais pas seulement. Son enfant grandira, et elle pourra s'acquitter de son travail. À la naissance de l'enfant d'un autre membre de la Chambre, vous devrez gérer la situation, et j'espère que le comité aura le courage de prévoir en conséquence et de mettre en place des structures qui auront du sens pour la mère, le père et l'enfant.

Le président:

L'un ou l'autre des témoins veut-il intervenir en guise de conclusion ou aborder une question que nous n'avons pas encore vue?

Merci à tous d'avoir comparu. La multiplicité des opinions a été très éclairante. Nous vous en sommes très reconnaissants, et si vous avez oublié quelque chose, n'hésitez pas à écrire au comité.

Les témoins peuvent disposer.

J'ai soulevé la question une ou deux fois et nous avons tous pu y réfléchir, mais serait-il possible d'étudier la possibilité de donner au Président le pouvoir, dans très peu de temps, de fixer des heures logiques lorsqu'il y a urgence au Parlement. Nous pourrions avoir une urgence à tout moment.

M. Scott Reid:

J'étais censé parler à Andrew Scheer, et j'ai oublié.

Le président:

Très bien. Permettez-moi de vous poser une autre question.

Nous avons reçu ce matin une lettre, qui me semble avoir une teneur plutôt administrative, du Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord, qui voudrait tenir compte du changement de nom du ministère et donc modifier le titre du comité, qui deviendrait « Comité permanent des affaires autochtones et du Nord ». Essentiellement, il s'agit de remplacer, dans la version anglaise, « aboriginal » par « indigenous ». Comme il s'agit d'une modification du Règlement, nous devons la recommander.

M. David Christopherson:

Selon la recommandation unanime du comité. Cela a une certaine importance.

(1245)

Le président:

Oui, nous avons une copie de la lettre et nous allons la faire circuler. J'essaie de voir si elle précise le résultat du vote.

Mme Ruby Sahota:

Je crois que la décision a été unanime, d'après ce qu'ont dit des collègues et des membres du personnel, mais nous devrions vérifier.

Le président:

Y a-t-il dans la salle quelqu'un des bureaux des whips ou quelqu'un qui soit au courant?

Mme Ruby Sahota:

La décision a été unanime. C'est ce que j'ai appris, et c'est ce que confirment d'autres collègues en ce moment.

Mme Anita Vandenbeld:

Notre personnel était dans la salle et dit qu'il y a eu unanimité.

Le président:

Très bien. Nous avions un membre qui était au comité, et nous pouvons dire que la décision a été unanime.

Monsieur Ried, allez-vous proposer la motion?

M. Scott Reid:

Bien sûr.

Le président:

Nous allons rédiger un rapport qui, essentiellement, recommandera à la Chambre que le nom du comité soit modifié pour devenir « Comité permanent des affaires autochtones et du Nord », à l'alinéa 104(2)a) du Règlement

(La motion est adoptée. [Voir le Procès-verbal])

Le président: Il nous reste 15 minutes.

L'un des dossiers qui restent sur notre table de travail porte sur la recherche d'une autre façon de traiter les conflits d'intérêts. Voulez-vous en parler, madame Taylor?

L’hon. Ginette Petitpas Taylor:

Nous avons trouvé une date où nous pourrions tous nous rencontrer pour une réunion officieuse, conformément à la bonne idée que M. Reid a proposée la semaine dernière. Nous nous sommes entendus sur le 3 mai. Nous pourrions nous rencontrer pour dîner et discuter de la politique. Je peux réserver des places au restaurant parlementaire, si cela convient à tout le monde.

Le président:

Sur le plan de la forme, il s'agirait d'une réunion officieuse, n'est-ce pas?

M. David Christopherson:

Ce serait illégal.

Le président:

Pas au comité.

Nous ramènerons les recommandations ici.

M. David Christopherson: Apportez votre chéquier.

Le président: Personne n'invite. Chacun doit avoir de quoi payer son dîner.

Des voix: Oh, oh!

M. Blake Richards: Allons donc, monsieur le président.

Le président: Non, la greffière ne m'autoriserait pas, vous le savez. Je voudrais bien vous inviter.

M. Blake Richards:

Si l'un de nous payait et si on attendait de nous un comportement différent, nous refuserions tous l'invitation.

Le président:

Oui, mais si nous y allions, ce serait un conflit d'intérêts.

Très bien. C'est donc ce que nous ferons. À 19 heures, au restaurant parlementaire, le mardi 3 mai. Apportez vos documents.

La prochaine séance a lieu jeudi et nous entendrons d'autres témoins pendant la première heure. Pendant la deuxième, Élections Canada témoignera au sujet du Budget principal des dépenses.

M. Scott Reid:

Je ne veux pas proposer de motion aujourd'hui, mais simplement attirer votre attention sur un avis de motion portant que le comité invite la ministre des Institutions démocratiques et ses collaborateurs à comparaître pour discuter du Budget principal des dépenses de 2016-2017 avant la fin de mai. Je peux remettre l'avis à la greffière.

Le président:

Puis-je demander l'opinion de la greffière?

La greffière du Comité (Mme Joann Garbig):

Les prévisions budgétaires du bureau du directeur général des élections, de la Chambre des communes et du Service de protection parlementaire ont été renvoyées au comité.

M. Scott Reid:

Vous a-t-on remis quoi que ce soit au sujet de la conduite du ministère et notamment au sujet des 10 millions de dollars qui seront affectés?

La greffière:

Non, je crois que la question a été renvoyée à un autre comité.

M. Scott Reid:

Voudriez-vous essayer de voir à quel comité elle a été renvoyée?

La greffière:

Je peux vérifier.

Le président:

Nous vous le dirons jeudi.

Quelqu'un aurait autre chose à ajouter?

(1250)

M. Arnold Chan (Scarborough—Agincourt, Lib.):

Oui. La demande du Président...

M. David Christopherson:

Nous avons dû renvoyer cela à vendredi.

M. Scott Reid:

Arnold, c'est ma faute. J'ai remis cela à l'ancien Président, M. Scheer, pour qu'il ait vos observations. Je devais récupérer le document hier, et j'ai oublié. Je vais essayer de le rencontrer aujourd'hui à la Chambre, après la séance.

Le président:

Tout va bien pour tout le monde? Il n'y a rien d'autre pour aujourd'hui.

La séance est levée.

Hansard Hansard

Posted at 17:43 on April 19, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.