header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2019-02-20 19:28 House intervention / intervention en chambre

Digital divide, Rural communities, Rural development, Safety, Small communities

Communautés rurales, Développement rural, Fossé numérique, Motions émanant des députés, Petites collectivités, Sécurité publique,

Mr. Speaker, in 1983, my parents had an Osborne laptop with a detachable keyboard, a four-inch screen and dual five-and-a-quarter-inch floppy disk drives that could read 90-kilobyte disks.

In 1987, their company, Immeubles Doncaster in Saint-Agathe-des-Monts, got one of the first fax machines in the region. Since Bell Canada did not know quite what to do with this new technology, it gave every company nearly identical fax numbers. One company's fax number was 326-8819, ours was 326-8829, and another company's was 326-8839. I do not know what we would have done if there had been more fax machines.

Around 1988, my father had a Cantel car phone installed in his 1985 Chevette. The phone cost almost as much as the car. It had to be installed semi-permanently in the trunk with an antenna attached to the rear window. We always had the latest technology at home. We got email when it was first introduced to the market by CompuServe in the 1990s. We were able to communicate with other users through a dial-up connection. We had to make a long-distance call to Montreal to get it to work, but it worked. I still have our first family email address memorized. It was 76171.1725@compuserve.com.

Analog cell service was good enough to meet our needs. The signal dropped from time to time, but we could make calls. With our antenna, we could listen to CBC and Radio-Canada radio stations fairly well and watch a few television channels. To change the channel, my father would climb the ladder and turn the antenna with pliers, and we would use two-way radios to tell him when the signal came in.

We lived in a rural area, in Sainte-Lucie-des-Laurentides. That is where I grew up and where I still live today. My family was fully connected to the latest technology. Life was good. At the end of 1994, the digital divide had not yet affected the regions entirely.

Fast forward to 2000, the Internet was still on dial-up. The first satellite services had not yet arrived. I moved to Ontario to study computer science at the University of Guelph. I had learned Linux in high school and was involved in the freeware community. I found Rogers cable high-speed Internet readily available. Bell DSL followed a few years later, and at that time I switched over to a small reseller named Magma Communications. In 2004, I was living in a city where high-speed Internet was available, while Xplornet satellite service was starting up in the regions. My parents subscribed to the service after a year of suffering with Internet through ExpressVu, which used dial-up to send and satellite to receive. The digital divide was huge.

In 2001, my family and I visited my grandfather's childhood home in Turkey. When we arrived at Atatürk Airport, I heard cellphones around me going: dot-dot-dot-dash-dash-dot-dot-dot. I knew Morse code, so I wondered what an SMS was and why we did not have them back home. When we returned, my grandfather gave me my first cellphone, a digital analog Qualcomm through Telus.

As I am involved in the world of freeware, as an administrator of IRC networks and a journalist in the sector, I need the power to communicate with colleagues around the world. While everyone was texting internationally, my Telus phone could not send a text outside its own network. When I called customer service, I was told to use the web browser on my phone, which barely worked, and to go the website of the company that provided service to the person to whom I wanted to send a text message, and to use their form.

I did not remain a Telus customer for long. I quickly switched to Microcell, a cell company on the GSM worldwide network, which operated under the name Fido and offered the ability to send and receive texts internationally, except with its competitors in Canada. The problem with Fido was that the service was only available in cities. It was not profitable to install towers in rural areas. When I travelled, I could only communicate in the Toronto and Montreal metropolitan areas.

The digital divide also affected telephone service. In 2003, I purchased a PCMCIA card for my laptop. For $50 a month, I had unlimited Internet access on something called the GPRS platform. It was not quick, but it worked. That service also worked in the U.S. at no additional cost. With that technology, I wrote a little program connecting the maritime GPS in my server in order to create a web page tracking my movements with just a few seconds' delay.

In November 2004, Rogers bought Fido and, for an additional fee, provided service in the regions served by Rogers. After that, the Rogers-Fido GPRS system began cutting out after being connected for precisely 12 minutes, except in the Ottawa area, where it did not cut out. Was that so that the legislators in the capital would not notice? Thus began my mistrust in large telecommunications companies.

In 2006 I attended my brother Jonah and sister-in-law Tracy's wedding in Nairobi. After the wedding, our whole family went on safari. In the middle of the Maasai Mara, cellphones worked properly. That was an “a-ha” moment for me.

By 2006, after the digital shift, the cellular service we had in the Laurentians in the 1980s had almost completely disappeared. We were regressing as the digital divide grew wider.

Today, in 2019, I have boosters on both of my cars. At home, we have a booster on the roof to help us get by. What is more, our wireless Internet is expensive, slow and unreliable.

Many communities in my riding of Laurentides—Labelle still do not have any cell service. Telecommunications companies plan to do away with long-standing pager services, which will no longer exist in Canada by next summer. Dial-up, satellite and wireless Internet is available in the region, but it is slow and unreliable.

There is no obvious solution. As a result of spectrum auctions and spectrum management, small companies and local co-operatives cannot access the cell market to fill in those gaps. What is more, the large corporations do not want to see new stakeholders enter the market, even though they are not interested in resolving the issue themselves.

That is causing major problems. Our economic growth is suffering, young people are leaving and businesses and self-employed workers are reluctant to set up shop in the region. Emergency services have to find creative ways of communicating with first responders, volunteer firefighters.

The situation is critical. The study we are talking about in Motion No. 208 is so urgent that I would ask the Standing Committee on Industry, Science and Technology, of which I am a member, not to wait for this motion moved by my colleague from Pontiac to be adopted before beginning its study.

In closing, I would like to read the resolution that I received last week from one of the fire departments in my riding, which urged me to do something about the cell service in the region. They used the example of the Vendée community. Bell Canada is a company that was initially largely funded by the Crown. However, it has completely lost its social conscience. Bell offered to help the community only if the municipality covered 100% of the cost to install a telecommunication tower even though the Bell Canada Act states:

The works of the Company are hereby declared to be works for the general advantage of Canada.

Here is resolution 2019-01-256 in its entirety:

WHEREAS the Northwest Laurentians Fire Department, composed of the territories of the municipalities of the townships of Amherst, Arundel, Huberdeau, La Conception, Lac-Supérieur, La Minerve, Montcalm and Saint-Faustin-Lac—Carré, was created following the signing of an intermunicipal agreement for the organization, operation and administration of a fire service;

WHEREAS the municipality of Amherst, Vendée sector, has been experiencing various problems and deficiencies with cellphone coverage for more than two (2) years;

WHEREAS the pager technology used by firefighters and first responders will no longer be supported as of June;

WHEREAS the only technology that is supported and used by the Fire Department is cellphone technology;

WHEREAS the Vendée sector has close to 1,000 permanent and/or seasonal residents who are being deprived of adequate public safety services;

WHEREAS 80% of the population of Vendée consists of retirees and this demographic is more likely to need emergency services;

WHEREAS the Fire Department has approached Bell Canada and the federal member of Parliament [for Laurentides—Labelle] on this matter;

WHEREAS in 2017 and 2018, the municipality of Amherst approached the federal MP [for Laurentides—Labelle], the then MNA Sylvain Pagé, the department of public safety, the Sûreté du Québec, Bell Canada and the RCM of Laurentides on this matter;

WHEREAS the situation has reached a critical point for public safety for these residents;

THEREFORE it is moved by Steve Perreault, seconded by Richard Pépin, and unanimously resolved by the members present;

THAT the board of directors of the Fire Department support the actions of the municipality of Amherst.

THAT the board of directors call on the federal government, via the member for Laurentides—Labelle...to intercede with the authorities responsible for the public telephone network to require the implementation of cellular service in the Vendée sector by companies operating in this field.

ADOPTED at the meeting of January 17, 2019

We have work to do, and we cannot wait any longer. Companies are putting the lives of my constituents and rural Canadians at risk. That is unacceptable. 5G is not a magic bullet that will fix everything.

We need to take serious action, starting with this study.

Monsieur le Président, en 1983, mes parents avaient un ordinateur portatif de type Osborne, avec un clavier détachable, donnant accès à un écran de quatre pouces et à deux lecteurs de disquettes de cinq pouces et quart capables de lire des disquettes de 90 kilo-octets chacune.

En 1987, leur entreprise, les Immeubles Doncaster de Saint-Agathe-des-Monts, a eu un des premiers télécopieurs de la région. Bell Canada, ne sachant pas entièrement quoi faire avec cette nouvelle technologie, a donné à chaque entreprise un numéro de télécopieur presque identique. Une entreprise avait le numéro de télécopieur 326-8819. Nous avions le 326-8829. Le numéro de télécopieur suivant était le 326-8839. On ne sait pas ce qu'on aurait fait s'il y en avait eu plus.

Vers 1988, mon père a fait installer un téléphone cellulaire de Cantel dans sa Chevette 1985. Le téléphone avait coûté presque autant que l'automobile. Il devait être installé presque en permanence dans le coffre et une antenne était collée à la fenêtre arrière. Chez nous, nous étions toujours à l'avant-garde de la technologie. Nous avons commencé quand le premier service de courriel a été offert au grand marché, par CompuServe, dans les années 1990. Nous étions capables de communiquer avec les autres usagers par accès commuté. On devait faire un appel interurbain à Montréal pour que cela fonctionne, mais cela fonctionnait. Notre première adresse de courriel familiale demeure profondément inscrite dans ma tête. C'était 76171.1725@compuserve.com.

Le service cellulaire en mode analogique fonctionnait assez bien pour répondre à nos besoins. Il coupait de temps en temps, mais nous pouvions faire des appels. CBC et Radio-Canada entraient plus ou moins bien sur nos antennes de radios, mais nous étions capables d'écouter quelques postes de télévision. Pour changer de poste, mon père montait sur l'échelle et tournait l'antenne avec des pinces pendant qu'on lui disait par radio portable quand le signal entrait.

Nous vivions dans une région rurale, à Sainte-Lucie-des-Laurentides. C'est là où j'ai grandi et c'est là que je demeure aujourd'hui. Ma famille était pleinement branchée aux technologies du jour. La vie était belle. À la fin de 1994, la fracture numérique n'avait pas encore complètement touché les régions.

Avançons à l'an 2000. En région, Internet entrait toujours par accès commuté. Les premiers services de satellite n'étaient pas encore arrivés. Moi, j'étais parti en Ontario pour poursuivre mes études en informatique à l'Université de Guelph. J'avais appris le système d'opération Linux au secondaire et j'étais pleinement dans la communauté des logiciels libres. J'avais trouvé Internet haute vitesse par câble de Rogers facilement disponible. Le DSL de Bell a suivi quelques années plus tard et, à son arrivée, j'ai changé pour un petit revendeur qui s'appelait Magma Communications. En 2004, j'étais en ville, là où Internet haute vitesse illimité était disponible, pendant que le service de satellite Xplornet commençait en région. Mes parents s'y sont abonnés après un an de misère sur Internet par ExpressVu, qui fasait les envois par accès commuté alors que la réception se faisait par satellite. La fracture numérique frappait de plein fouet.

Revenons en 2001, quand ma famille en moi avons visité les lieux d'enfance de mon grand-père en Turquie. En arrivant à l'Aéroport Atatürk, j'ai vu que les cellulaires autour de moi émettaient ce qui suit: point-point-point-tiret-tiret-point-point-point. Connaissant déjà le code morse, je me suis demandé ce qu'était un SMS et pourquoi cela n'existait pas chez nous. À notre retour, mon grand-père m'a offert mon premier téléphone cellulaire, un Qualcomm numérique analogique, relié à Telus.

Vu mon implication dans le monde du logiciel libre, comme administrateur de réseaux IRC et journaliste dans le secteur, j'avais besoin de pouvoir communiquer avec des collègues de partout au monde. Pendant que le monde entier échangeait des textos entre les pays, mon téléphone de Telus n'était pas capable d'envoyer un texto à l'extérieur de son propre réseau. Quand j'ai appelé le service à la clientèle, on m'a dit d'utiliser le navigateur Web sur le téléphone, qui marchait à peine, pour aller sur le site Web de la compagnie à laquelle celui à qui je voulais envoyer un message texte était abonné, pour utiliser son formulaire.

Je ne suis pas resté longtemps avec Telus. J'ai vite changé pour Microcell, une compagnie cellulaire sur le réseau mondial GSM, qui opérait sous le nom de Fido et qui offrait la capacité d'échanger des textos avec le reste du monde, sauf ses concurrents au Canada. Sauf qu'avec Fido, le service fonctionnait seulement dans les villes. Installer des tours en région n'était pas rentable. Quand je voyageais, je pouvais donc seulement communiquer dans les grandes régions de Toronto et de Montréal.

La fracture numérique n'avait pas oublié la téléphonie. En 2003, j'ai acheté une carte PCMCIA pour mon ordinateur portable. Cela me donnait accès, pour 50 $ par mois, à Internet illimité sur le protocole qu'on appelait GPRS. Ce n'était pas vite, mais cela fonctionnait. Ce service fonctionnait également aux États-Unis, sans frais supplémentaires. Avec cette technologie, j'ai écrit un petit programme pour brancher le GPS maritime dans mon serveur afin de créer une page Web de mes déplacements avec un délai de quelques secondes.

En novembre 2004, Rogers a acheté Fido et nous a permis, pour des frais supplémentaires, d'avoir le service dans les régions desservies par Rogers. Ensuite, le système de GPRS de Rogers-Fido a commencé à couper après exactement 12 minutes de connexion, sauf dans la région d'Ottawa, où il n'arrêtait pas. Est-ce que c'était pour passer inaperçu auprès des législateurs de la capitale? Ma méfiance envers les grandes compagnies de télécommunications commença.

En 2006, j'ai assisté au mariage de mon frère Jonah et de sa femme Tracy à Nairobi. Après le mariage, nous avons fait un safari en famille. En plein milieu du Masai Mara, les téléphones cellulaires fonctionnaient comme il le faut. Cela a été pour moi un moment révélateur.

À la suite du virage numérique, le service cellulaire que nous avions dans les Laurentides pendant les années 1980 avait presque complètement disparu, en 2006. Nous reculions, la fracture numérique s'accélérant à toute vitesse.

Aujourd'hui, en 2019, mes deux automobiles ont des suramplificateurs. À la maison, nous avons un suramplificateur sur le toit pour nous dépanner. De plus, notre service Internet est sans fil, lent, peu fiable et cher.

Dans ma circonscription, Laurentides—Labelle, plusieurs communautés demeurent sans aucun service cellulaire. Les compagnies de télécommunications annulent et ferment les services de téléavertisseurs et, d'ici l'été prochain, ce service de longue date n'existera plus au Canada. On accède à l'Internet par accès commuté, par satellite ou par sans-fil. Il est lent et peu fiable pour la majorité de mes concitoyens.

Les solutions ne sont pas évidentes. Les encans de spectre et la gestion des ondes font en sorte que les petites compagnies et les coopératives locales ne peuvent pas accéder au marché cellulaire pour combler ces lacunes. De plus, les grandes compagnies ne sont pas enthousiastes à l'idée de voir de nouveaux acteurs, même si elles ne sont pas intéressées à régler le problème.

Cela cause des problèmes majeurs: notre croissance économique est attaquée; les jeunes sont incités à partir; et les entreprises et les travailleurs autonomes ne sont pas enclins à s'installer en région. Les services d'urgence doivent trouver des manières créatives de communiquer avec les premiers répondants, les pompiers volontaires.

La situation est critique. L'étude que nous abordons dans la motion M-208 est tellement urgente que je demanderais au Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie, auquel je siège, de ne pas attendre que cette motion de mon collègue de Pontiac soit adoptée pour commencer son étude.

En terminant, j'aimerais lire la résolution que j'ai reçue la semaine dernière d'une des régies d'incendie de ma circonscription, qui m'implorait de régler la question du service cellulaire en région. Ils ont utilisé l'exemple de la communauté de Vendée. Bell Canada est une compagnie initialement largement financée par la Couronne. Cependant, elle a complètement perdu sa conscience sociale. Bell a offert d'aider la communauté seulement si la municipalité assumait 100 % des coûts d'installation d'une tour de télécommunication, et ce, malgré cette phrase dans la Loi sur Bell Canada:

Les ouvrages de la Compagnie sont déclarés à l’avantage général du Canada.

Voici la résolution intégrale 2019-01-256:

CONSIDERANT la création de la Régie incendie Nord-Ouest Laurentides, composée des territoires des municipalités du canton d'Amherst, du canton d'Arundel, d'Huberdeau, de La Conception, de Lac-Supérieur, de La Minerve, de Montcalm et de Saint-Faustin-Lac—Carré, et ce, suite à la signature d'une entente inter municipale ayant pour objet l'organisation, l'opération et l'administration d'un service de protection contre les incendies;

CONSIDERANT QUE depuis plus de deux (2) ans, la municipalité d'Amherst secteur Vendée manifeste différentes problématiques et manquement au niveau de la téléphonie cellulaire;

CONSIDERANT QUE la technologie des téléavertisseurs utilisée par les pompiers et premiers répondants ne sera plus supportée à compter du mois de juin prochain;

CONSIDERANT QUE la seule technologie supportée et utilisée par la Régie incendie est la téléphonie cellulaire;

CONSIDERANT QUE le secteur de Vendée comporte près de 1 000 résidents et/ou villégiateurs qui sont privés de service adéquat quant à la sécurité publique;

CONSIDERANT QUE 80 % de la clientèle de Vendée sont des retraités et que ceux-ci représentent une clientèle plus à risque de devoir utiliser les services d'urgences;

CONSIDERANT QUE la Régie a fait des représentations auprès de la compagnie Bell Canada et du député fédéral [de Laurentides—Labelle];

CONSIDERANT QUE la municipalité d'Amherst a fait des représentations en 2017 et 2018 auprès du député fédéral [de Laurentides—Labelle], le député provincial de l'époque Monsieur Sylvain Pagé, le ministère de la sécurité publique, la sureté du Québec, la compagnie Bell Canada et la MRC des Laurentides;

CONSIDERANT QUE la situation est alarmante pour la sécurité publique de ces citoyens;

POUR CES MOTIFS, il est proposé par monsieur Steve Perreault, appuyé par monsieur Richard Pépin, et résolu unanimement des membres présents;

QUE le conseil d'administration de la Régie incendie appuie la municipalité d'Amherst dans ses démarches.

QUE le conseil d'administration demande au gouvernement fédéral via son député Laurentides—Labelle [...] d'intervenir auprès des responsables du réseau public de téléphonie afin d'exiger l'implantation de la téléphonie cellulaire dans le secteur de Vendée auprès des entreprises œuvrant dans le domaine.

ADOPTÉE à la séance du 17 janvier 2019

Nous avons du travail à faire et nous ne pouvons plus attendre. Ce sont les vies de mes concitoyens et celles des Canadiens des régions que les compagnies mettent en jeu. C'est inacceptable. Le 5G n'est pas une pilule magique qui va tout régler.

Nous devons agir sérieusement, et cela commence avec cette étude.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on February 20, 2019

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.