header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2018-05-11 12:53 House intervention / intervention en chambre

Accountability, Allegations of fraud and fraud, Chief Electoral Officer, Elections Canada, Electoral system, Fair Elections Act, Government bills, Information dissemination, Second reading, Splitting speaking time,

Allégations de fraude et fraudes, Deuxième lecture, Directeur général des élections, Élections Canada, Jeunes gens, Obligation de rendre compte, Partage du temps de parole

Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Don Valley East.

I am pleased to rise today to speak to Bill C-76, the Elections Modernization Act. I have had the privilege of being a member of the Standing Committee on Procedure and House Affairs since I first came to this place. One of the most interesting studies we have conducted so far was the one pertaining to the recommendations of the chief electoral officer.

In the previous Parliament, I was the parliamentary assistant to the critic for democratic reform, namely, the current member for Coast of Bays—Central—Notre Dame. I was a member of the Standing Committee on Procedure and House Affairs during its study of Bill C-23, Fair Elections Act. Under the circumstances, it was an odd name, given that the Conservatives worked harder than any other party to destroy the integrity of our elections.

Under Stephen Harper's leadership, the Conservatives won three consecutive election campaigns, specifically in 2006, 2008, and 2011. The Conservatives were found guilty of electoral fraud in the 2006, 2008, and 2011 elections. Clearly, the Conservative Party of Canada has never won an election without cheating, so when the Conservatives introduced a bill on electoral integrity, they knew exactly where the gaps were.

After letting their parliamentary secretary to the prime minister be led out in handcuffs for bypassing election laws, after pleading guilty to the illegal in and out scandal, and after sacrificing a young 22-year-old scapegoat for election crimes committed by the Conservative Party to try to steal several ridings, as part of the robocall scandal, one of the first targets of the Conservative Party was the elections commissioner. They made sure that he would never have the tools he needed to conduct a real investigation.

Bill C-76 changes all that. The elections commissioner will return to the Office of the Chief Electoral Officer, who is an officer of Parliament, instead of reporting to the Public Prosecution Service of Canada, where there is no officer of Parliament. Once enacted, the act will give the commissioner the power to require testimony or a written return, a power that was eliminated by the Conservatives. Why did Stephen Harper's Conservatives not want the elections commissioner to have that kind of authority, especially since he was responsible for the integrity of our elections?

Integrity is clearly not what the Conservatives were looking for, and given their reaction to this bill, their position has obviously not changed. In the debate on this bill, we keep hearing that the Conservatives have concerns about the creation of a pre-election list of young people, which could be given to political parties. They know that this list is meant for the Chief Electoral Officer and that these names will not be provided to political parties before the individuals turn 18. However, the Conservatives do not want a tool that would help inform young future voters and help them prepare to become citizens and informed voters in our democracy.

The Conservatives are afraid that young people will not vote Conservative. Instead of modernizing their old-school values, or reassessing their attitude towards women, immigrants, minorities, indigenous peoples, the environment, and science, the Conservatives would rather do everything they can to make sure that the younger generation does not have the tools it needs to participate in the democratic process. They refuse to evolve to where society is now.

During the 2011 election campaign, advance polling stations were set up on university campuses. In Guelph, the Conservatives opposed a polling station at the student centre and a young campaign volunteer, who was also a ministerial assistant on Parliament Hill was accused of attempting to steal the ballot box. Those accusations were never proven, but the incident shows how afraid the Conservatives are that young people will get involved.

The Conservatives think that giving young people the opportunity to get involved in elections, as Bill-76 proposes, is an existential threat. For the first time, millennials will outnumber baby boomers.

The Conservatives are not adapting to the new reality. They prefer to shout out “it is not a right” here in the House when we are talking about women making their own decisions about their bodies. That is shameful. Millennials, those of my generation, have had enough of this paternalistic attitude. We find that the member for Regina—Qu'Appelle and his Conservatives have the same attitude.

Again in the 2011 federal election and again in the riding of Guelph, robocalls were made. These calls were bilingual and claimed to be on behalf of Elections Canada. The calls told thousands of voters that the location of their polling station had changed. The goal was to keep people from voting. The federal elections commissioner and his investigators did not have the authority to compel witnesses to testify, so the commissioner had to make agreements with those involved in this subterfuge. As a result, a young man who is unilingual and has no particular technical skills was put in jail for electoral fraud. He was the scapegoat that I mentioned earlier.

Because the investigators lacked authority, the legal process resulted in a completely ridiculous outcome. First of all, they overlooked the campaign's political adviser, who had all the necessary political and technical access and who had created software called “Move My Vote” to determine what to dispute in the 2013 electoral redistribution. This is not to mention the fact that the assistant campaign organizer worked at the store where the burner phone was sold, or the fact that the Conservative Party lawyer was present when the witness statements were taken, rather than the lawyer of the accused or the witness. That is the kind of situation the Fair Elections Act was designed to ensure by undermining the integrity of the investigation process.

However, that was not the only problem the Conservatives wanted to create or even exacerbate. One of Elections Canada's main tasks is to educate voters across Canada on the electoral system and their role in it, and those information campaigns should be entirely impartial to ensure fair elections. The Conservatives, however, had no interest in conducting public information campaigns in schools or newspapers. Voter participation is not in the Conservatives' partisan interest. They did everything they could to undermine it. In the end, voter participation was high, but that was because Canadians were fed up with the lack of integrity.

Because of that, the Conservatives used their integrity bill to change the law and take away Elections Canada's educational role. Going forward, its only role would be to say where, when, and how to vote. That is it. Things were even worse than we thought. On top of taking power away from the Chief Electoral Officer, the Conservatives wanted to muzzle him, just like they muzzled scientists to keep facts from interfering with their agenda.

In addition to dealing with the elections commissioner's workplace and power structure, Bill C-76 will resolve this ridiculous situation created by a government that had no interest at all in protecting democracy. To the Conservatives, electoral integrity meant staying in power.

Going forward, the Chief Electoral Officer will have the right to speak and to perform his rightful educational role. That is why the Conservatives are so afraid of this bill passing and will do everything they can to block it. Much like women's rights, the integrity of our elections is not something the Conservatives care about. Shame on them.

Speaking of shame, let me remind the House that the Conservatives use the Fair Elections Act to take away voters' right to use their voter information card as a piece of ID. That had an immediate and significant impact. An estimated 170,000 people lost the right to vote in 2015 because of that anti-democratic change.

The vast majority of approved pieces of ID are used to confirm a voter's home address and to confirm whether this person has the right to vote and is voting in the correct riding. The voter information card does both of those things. When voters receive their card, it means that they are obviously on the voter's list. This also means that the address is correct, or else they would not have received their card. However, this card is never enough on its own, and it must be used with another piece of ID. Anyone can vote with a health card, for example. Without this card, someone who does not pay the household bills and who does not have a credit card or driver's license has nothing else to confirm his or her address. Once again, this was the objective of Stephen Harper's Conservatives.

If people were not going to vote Conservative, why let them vote at all? That would not help the integrity of a Conservative victory. No one wants that, so the Conservatives prevented Canadian voters from using the best piece of ID available to a large number of them. Integrity, my foot. These people do not have much integrity at all.

I am particularly proud of Bill C-76, since it will allow mail from the Chief Electoral Officer to be used as a valid piece of ID to vote. This makes sense.

The process we embarked on was long and complex. The Standing Committee on Procedure and House Affairs worked hard to study each recommendation made by the former chief electoral officer. Of the 130 specific changes in Bill C-76, 109 stem directly from the recommendations in the Chief Electoral Officer's report on the 42nd general election. Furthermore, the Standing Committee on Procedure and House Affairs studied most of the recommendations. The others were mostly technical changes requested by the Chief Electoral Officer.

I am proud to support this bill and to support a government whose vision extends beyond the next election to secure the long-term success of our country and our democracy.

Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Don Valley-Est.

J'ai le plaisir de prendre la parole aujourd'hui sur le projet de loi C-76, Loi sur la modernisation des élections. J'ai le privilège de siéger au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre depuis mon arrivée à la Chambre. Une des études les plus intéressantes que nous avons réalisées à ce jour est celle sur les recommandations du directeur général des élections.

Durant la dernière législature, j'étais adjoint parlementaire au porte-parole en matière de la réforme démocratique, soit le député actuel de Coast of Bays—Central—Notre Dame. J'étais au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre pendant l'étude sur le projet de loi C-23, Loi sur l'intégrité des élections. Dans les circonstances, c'était un drôle de nom, car les conservateurs ont travaillé plus fort que tout autre parti pour détruire l'intégrité de nos élections.

Les conservateurs, sous la direction de Stephen Harper, ont gagné trois élections consécutives, soit celles de 2006, de 2008 et de 2011. Les conservateurs ont été reconnus coupables de fraude électorale dans les élections de 2006, de 2008 et de 2011. De toute évidence, le Parti conservateur du Canada n'a jamais gagné une élection sans tricher. Ainsi, quand les conservateurs ont déposé un projet de loi sur l'intégrité des élections, ils savaient exactement où se trouvaient les lacunes.

Après avoir laissé emmener la secrétaire parlementaire du premier ministre, menottes aux poignets, pour avoir contourné les lois électorales, après avoir plaidé coupable dans le scandale des transferts illégaux in and out, et après avoir sacrifié un jeune bouc émissaire de 22 ans pour des crimes électoraux commis par le Parti conservateur, afin d'essayer de voler plusieurs circonscriptions dans le cadre du scandale des appels automatisés, les robocalls, une des premières cibles du Parti conservateur a été de dégriffer le commissaire aux élections et de s'assurer qu'il n'aurait jamais les outils pour faire une véritable enquête.

Le projet de loi C-76 change tout cela. Le commissaire aux élections retournera au cabinet du directeur général des élections, un agent du Parlement, au lieu d'être au service des poursuites pénales du Canada, où il n'y a pas d'agents du Parlement. Une fois promulguée, la loi lui donnera le pouvoir de contraindre à témoigner et de présenter des accusations directement, pouvoirs que les conservateurs lui avaient retirés. Pourquoi les conservateurs de Stephen Harper ne voulaient-ils pas que le commissaire aux élections détienne ces pouvoirs, car après tout il était responsable de l'intégrité des élections?

C'est très clair que les conservateurs ne voulaient pas d'intégrité, et, compte tenu de leur réaction à ce projet de loi, il est clair que rien n'a changé. On entend constamment dire, dans le débat sur ce projet de loi que les conservateurs sont inquiets de la création d'une liste préélectorale contenant le nom de jeunes personnes, qui pourrait être remise aux partis politiques. Ils savent cependant que cette liste est destinée au bureau du directeur général des élections et que les noms ne seront pas remis aux formations politiques avant que ces personnes atteignent l'âge de 18e ans. Toutefois, les conservateurs ne veulent pas un outil qui contribuerait à informer les futurs jeunes électeurs et à les préparer à devenir des citoyens et des électeurs informés dans notre démocratie.

Les conservateurs ont peur que les jeunes ne votent pas conservateur. Au lieu de moderniser leurs valeurs d'un autre siècle, de réévaluer leur attitude envers les femmes, les immigrants, les minorités, les peuples autochtones, l'environnement et les sciences, les conservateurs préfèrent faire tout leur possible pour que la jeune génération n'ait pas les outils nécessaires pour participer à la démocratie. Ils refusent de progresser au niveau de la société actuelle.

En 2011, pendant la campagne électorale, les bureaux de vote par anticipation ont été installés sur le campus des universités. À Guelph, un bureau de vote au centre des étudiants a été contesté par les conservateurs, et un jeune bénévole de la campagne, qui était aussi un adjoint ministériel sur la Colline du Parlement, a été accusé de tentative de vol de la boîte de scrutin, ce qui n'a jamais été prouvé. Toutefois, l'incident a mis l'accent sur le fait que les conservateurs ont peur que les jeunes s'impliquent.

Offrir aux jeunes la possibilité de s'impliquer dans les élections, comme le propose le projet de loi C-76, est considéré comme une menace existentielle par les conservateurs. Pour la première fois, la génération du millénaire va dépasser en nombre celle des baby-boomers.

Les conservateurs ne s'adaptent pas à la nouvelle réalité. Ils préfèrent crier, ici à la Chambre, que ce n'est pas un droit, lorsqu'on parle du droit des femmes de prendre leurs propres décisions en ce qui concerne leur corps. C'est honteux. Les personnes de la génération du millénaire, soit ceux de ma génération, en ont assez de cette attitude paternaliste. On constate que les conservateurs du député de Regina—Qu'Appelle ont la même attitude.

Dans cette même élection fédérale de 2011, toujours dans la circonscription de Guelph, des appels téléphoniques automatisés ont été faits. Ces appels étaient bilingues et on prétendait parler au nom d'Élections Canada. Les appels ont annoncé à des milliers d'électeurs que leur bureau de vote avait changé d'endroit. L'objectif était d'empêcher les électeurs de voter. Le commissaire aux élections fédérales et ses enquêteurs n'avaient pas le pouvoir de contraindre à à quiconque témoigner. Le commissaire a dû faire des ententes avec des personnes impliquées dans ce subterfuge. Résultat: on a mis en prison pour fraude électorale un jeune homme unilingue et sans compétences techniques. Il a été le bouc émissaire dont je parlais tout à l'heure.

En raison du manque de pouvoir des enquêteurs, le processus juridique conduisait à un résultat carrément farfelu. Tout d'abord, on ignorait le conseiller politique de la campagne, qui avait tous les accès politiques et techniques nécessaires et qui a créé un logiciel du nom de « Move My Vote » pour déterminer les contestations à faire dans le redécoupage électoral de 2013. C'est sans parler du fait que l'organisateur adjoint de la campagne travaillait au magasin où avait été vendu le téléphone jetable, ou du fait que l'avocat du Parti conservateur était présent lors des déclarations des témoins plutôt que celui de l'accusé ou du témoin. C'était une situation que la Loi sur l'intégrité des élections visait à assurer, c'est-à-dire qu'elle visait à enlever toute intégrité aux enquêtes.

Toutefois, ce n'était pas le seul problème que les conservateurs voulaient créer, voire empirer. Une des tâches importantes d'Élections Canada consiste à informer les électeurs d'un bout à l'autre du Canada au sujet du système électoral et de leur rôle, et ces campagnes d'information doivent être entièrement impartiales pour assurer des élections justes. Toutefois, les conservateurs ne voulaient rien savoir de ces campagnes d'information publiques dans les écoles et dans les journaux. La participation citoyenne n'est pas dans l'intérêt partisan des conservateurs; ils ont tout fait pour l'affaiblir. En fin de compte, le taux de participation s'est avéré élevé, mais c'était parce que les Canadiens en avaient assez de ce manque d'intégrité.

Dans ce contexte, les conservateurs ont changé la loi par l'entremise de leur projet de loi sur l'intégrité afin de retirer à Élections Canada son rôle éducatif. Ce bureau n'avait plus qu'à dire où, quand et comment voter, rien de plus. C'était encore pire qu'on le croyait: les conservateurs ont voulu non seulement retirer les pouvoirs du directeur général des élections, mais aussi museler celui-ci, tout comme ils ont muselé les scientifiques pour s'assurer que des faits ne se retrouvent pas dans leur programme.

Comme pour ce qui est du lieu de travail et de la structure du pouvoir du commissaire aux élections, le projet de loi C-76 va régler cette situation ridicule créée par un gouvernement qui n'avait aucunement la protection de la démocratie en tête. Pour les conservateurs, l'intégrité des élections ne signifiait que l'intégrité du pouvoir.

Dorénavant, le directeur général des élections aura le droit de parole ainsi que le rôle éducatif qui lui revient. Voilà pourquoi les conservateurs ont si peur que ce projet de loi soit adopté et ils feront tout ce qu'ils peuvent pour le bloquer. Comme les droits des femmes, l'intégrité des élections ne fait pas partie des valeurs des conservateurs. Ils devraient avoir honte.

À propos de honte, rappelons que, dans la Loi sur l'intégrité des élections, les conservateurs ont enlevé le droit des électeurs d'utiliser la carte d'information de l'électeur comme pièce d'identité. L'effet a été direct et conséquent. On estime que 170 000 personnes ont directement perdu le droit de vote en 2015 à cause de ce changement antidémocratique.

L'objectif de la grande majorité des pièces d'identité permises est de corroborer l'adresse résidentielle d'un électeur et de confirmer qu'il a le droit de vote et qu'il vote dans la bonne circonscription. La carte d'information de l'électeur fait les deux. Si un électeur la reçoit, c'est assez clair qu'il est sur la liste des électeurs. Cela signifie aussi que l'adresse est la bonne. Sinon, il ne l'aurait pas eue. Cependant, employée seule, cette carte n'est jamais suffisante. Cela prend une autre pièce d'identité. Avec une carte d'assurance-maladie, par exemple, tout électeur peut voter. Sans cette carte, quelqu'un qui n'est pas celui qui paie les factures de la maison et qui n'a pas de carte de crédit ni de permis de conduire n'a rien d'autre pour corroborer son adresse. Encore une fois, c'était l'objectif des conservateurs de Stephen Harper.

Pourquoi alors permettre à ceux qui pourraient ne pas voter pour le Parti conservateur de voter? Cela n'aiderait pas l'intégrité d'une victoire conservatrice. Qui voudrait cela? Les conservateurs ont donc banni l'utilisation de la meilleure pièce d'identité pour un grand nombre d'électeurs canadiens. L'intégrité, mon oeil! Ils n'ont pas beaucoup d'intégrité, ces gens-là.

Je suis particulièrement fier du projet de loi C-76, puisqu'il permettra l'utilisation du courrier du directeur général des élections comme pièce d'identité valide pour voter. Cela a du sens.

Le processus que nous avons amorcé était long et complexe. Nous avons travaillé fort pour étudier chaque recommandation de l'ancien directeur général des élections au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Sur les 130 changements spécifiques du projet de loi C-76, 109 proviennent directement des recommandations fournies par le directeur général des élections dans son rapport sur la 42e élection générale. De plus, nous avons étudié la majorité de ceux-ci au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Pour ce qui est des autres, il s'agissait pour la plupart de changements techniques demandés par le directeur général des élections.

Je suis fier d'appuyer ce projet de loi et un gouvernement dont la vision va au-delà de la prochaine élection pour assurer le succès de notre pays et de notre démocratie à long terme.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on May 11, 2018

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.