header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2017-02-09 15:27 House intervention / intervention en chambre

Australia, Belgium, Compulsory voting, Electoral boundaries, Electoral reform, Fair Elections Act, Foreign countries, France, Ireland

Australie, Belgique, Comité spécial sur la réforme électorale, Communautés rurales, Comportement politique, Consultation du public, France, Irlande, Limites des circonscriptions électorales

Mr. Speaker, I will be sharing my time with my colleague from Hull—Aylmer.

I strongly believe that every Liberal MP came to the House in 2015 believing that that year's election results really would be the last time first past the post would be used in a general election. We believed, naively perhaps, that we could have an honest conversation across the country about an incremental change that everyone would accept, knowing that the system we have has significant failings.

In a spirit of compromise and to see what the electoral reform would look like, we agreed to strike a committee along proportional rather than representative lines, giving the majority to the combined opposition, a committee mandated to talk to the country’s population and propose a real path forward. The solution that the committee finally arrived at consisted in bartering a referendum that would be contrary to proportional representation.

I am first and foremost a rural member of Parliament. I grew up in a rural community and I live in a rural community. My family largely lives off the bounty of the land. Anyone looking for my house on Google Maps—which cannot really be done from my house because we don’t have much in terms of Internet connection—has to zoom far out to find any roads. It goes without saying that, over my lifetime, not a lot of politicians have come knocking at my door, although we are only two hours from here.

My riding is large, but not the largest. There are 45 ridings larger than mine, and even under the most elementary proportional models, my riding would have to be partially or totally merged with the neighbouring ridings. There are many communities of 400 or even only 40 people in my riding, and they are already having trouble getting adequate representation. I visit all of them as often as I can. It is a lot of work, representing over 60,000 kilometres a year in travel for my wife and me, not to mention for my staff in the riding.

To merge my riding with an adjacent riding, will we be merging with the one that is a suburb of Montréal, will we be going north to Rouyn-Noranda, or maybe east to Trois-Rivières or west to Gatineau? If the bordering ridings are merged and I am asked to share representation with four MPs, where do you think the MPs are going to go? To the towns with populations of 400 or 40, or to the big urban centres?

Proportional representation is inevitably bad for rural Canada, whether we are talking about merged ridings, lists or additional seats. One sometimes sees a drawing of three persons of different heights trying to look over a fence, and there are three boxes. That which is equal is not equitable. Let us ask ourselves: do we want equal representation or equitable representation?

Everywhere in the world electoral reform is a fight between those who tend to win and those who tend not to. It is not a left-versus-right issue, it is not a progressive issue. In this country, progressives would be more likely to be upset. In another country having a similar debate, it may be the conservatives. In proportional countries, the parties that perform poorly want single member plurality; in single member plurality countries, the parties that perform poorly want proportional. The demand for reform the world over has less to do with democratic principles than it does pursuing an advantage on the path to power.

Princeton political scientist Carles Boix has shown that, historically, political parties, whether of the left or the right, almost always support the electoral system that most benefits them. That the NDP has governed six provinces and a territory under single member plurality and never once brought forward electoral reform is proof positive of this paradox.

We hear sometimes that first past the post resulted in the current situation south of the border and, therefore, we must switch to proportional. We can look at France, that has had two-round elections since the 1950s, except for a single election in 1986, where the socialists thought they would benefit from a proportional system. Those who benefited most were the Holocaust-denying Front National, that went from zero seats to 35 and gained the credibility it needed to become a real contender for power.

The point is that every system can be manipulated. Mixed member proportional is a very rare system, and for good reason. Albania, Italy, Venezuela, Lesotho, and Romania have all experimented with it and then abandoned it because it is the easiest system of all electoral systems to manipulate.

By using two votes, one for the candidate and one for the party, particularly manipulative parties split into two registered parties. Sub-party A focuses its efforts on the candidate ballot and sub-party B focuses its efforts on the list ballot. The two parties, respectively, win, say, 40% of the constituency seats, with 30% of the popular vote, and because the list party in the partnership did not win any constituency seats, it is granted 30% of the seats through the top-up system. The two together now have around 60% of the seats, with only 30% of the vote. Of all of the systems available, mixed member proportional takes all that is bad about the two leading electoral systems and combines them.

We are often directed to other countries for examples, so let us take a quick look at a few more of them. Australia is the only country to use both mandatory voting and a preferential ballot, but nobody can tell me with a straight face that this has resulted in a permanent, stable, centrist government. It has a government that alternates between a left-wing party and a right-wing coalition, with no centrist party ever doing well. Finland and Israel use very similar pure proportional systems and these produce very different outcomes. The political culture is more important than the electoral system.

Belgium is credited with creating proportional and is principally known in this respect for its inability to get anything done, setting a world record of 589 days without a government just a few years ago as the parties could not reach a compromise to even form a government.

Ireland uses multi-member STV similar to what was proposed in B.C., but its reality is vastly different from Canada's. The whole country is only three times the size of my riding.

If our problem is that our local representatives are too often elected on the basis of a strategic or split vote, then let us tackle that problem. If voting for a candidate who has our tepid support in order to prevent a candidate we cannot accept at the expense of the candidate who best reflects our actual views is the normal situation in Canada today, then let us solve that issue.

A preferential vote would do that. It would give us the option to vote for who we legitimately want, without benefiting the candidate we cannot accept to see as our representative. It would empower voters to empower their MPs, because they would have a genuine representative. Giving voters the right to specify second, third and fourth choices takes away the horse race narrative and makes the conversation about who will actually represent us as electors.

It is also most ironic that a movement to change the electoral system should arise from a belief that votes cast for everyone but the winner do not really count. As soon as a threshold is established beneath which no seat is awarded, the same fallacious argument suggests that those votes are wasted. Consider how hypocritical that is. Why should his vote count but not mine?

At the national level, according to MyDemocracy.ca, two thirds of Canadians are satisfied with our democracy, and of all the priorities presented, increasing the presence of small parties in Parliament garnered the least votes by far.

Out of the 70,000 or so surveys sent to all the households in my riding, we received about 100 responses to the question on electoral reform: 46.5% of respondents preferred the current system or a preferential system, 37.9% of them wanted a partially or totally proportional system, and 43% of respondents would like voting to be made compulsory.

Clearly, there is no more of a consensus in my riding than there is anywhere else, and the low response rate is a clear indication that this is simply not a priority for the people in my constituency. They are faced with far more important issues, and they are certainly making me aware of that fact.

In their daily lives, Internet access, lake management and related environmental concerns, and the infrastructure investment rate are much more important to them than checking a box on their ballot.

I personally believe that voting should be nominally mandatory; that is, a symbolic enforcement mechanism such as a $20 tax credit for voting or tax penalty for not doing so. Our campaign strategies now, across party lines, are to identify our voters and ensure they go out and vote. Low turnout advantages one candidate and high turnout advantages another.

Elections should be concerned with choosing among philosophies, ideas and the planning of our future, rather than with tactics and strategy. It is said that politics is war using different weapons, and that is true.

When political parties spend money defining and attacking other parties' leaders instead of debating the direction of our country, that is when the system moves away from democracy and enters a state of conflict, a war waged with different weapons.

When I was very young, I read an article which said that, if Wendy's announced that McDonald's hamburgers are made of mouse meat and if McDonald's responded that Wendy’s hamburgers are made of worms, in the end, people just would stop eating hamburgers. That is an excellent metaphor, and one that accurately represents our current political process.

In a post-truth, strategy-driven era rather than one guided by facts and philosophy, those whose ideas are the least saleable are working hard to suppress the vote. This is not a uniquely Canadian phenomenon, in spite of the unmitigated attack on our democracy that was deliberately and ironically called the “fair elections act”.

Making voting mandatory puts the onus on the state to ensure every citizen has the ability to do so. It is one of Canada's great democratic ironies that, of all the pieces of identification available for Canadian citizens to identify themselves at a voting booth in a federal election, it is virtually impossible to use only documentation issued, without charge, by the federal government in order to vote.

That there is no consensus on electoral reform is clear for all to see and I will strongly and unequivocally defend the decision of our government to abandon it unless and until all parties put their narrow partisan interests aside and figure out what is genuinely best for the voters rather than the party leaders of our country.

Indeed, there is tremendous irony to telling Canadians that we need to change our electoral system because some votes cast do not, in some ways of measuring, count, and that we therefore need to change the electoral system to accommodate these votes without the consent of the near unanimity of Canadians. Why would an election reform advocate's vote count more than one who is satisfied with the status quo?

If the problem is that some voters' opinions are seen not to count, it must be the case that any change not leave anyone's opinions out. That is the very essence of consensus.

Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec mon collègue de Hull—Aylmer.

Je suis convaincu que tous les députés libéraux sont arrivés à la Chambre en 2015 en croyant que cette année-là serait réellement la dernière où le système majoritaire uninominal à un tour serait employé dans le cadre d'une élection générale. Nous croyions, naïvement peut-être, que nous pourrions avoir une conversation honnête dans l'ensemble du pays en vue d’un changement graduel que tout le monde accepterait en sachant que le système actuel a des défauts non négligeables.

Dans un esprit de compromis et afin de voir à quoi ressemblerait la réforme électorale, nous avons accepté de constituer un comité selon des lignes proportionnelles plutôt que représentatives, donnant la majorité à l'opposition réunie, un comité ayant pour mandat de parler à la population du pays et de proposer un véritable chemin à parcourir. La solution que le comité a fini par trouver consistait au troc d'un référendum qui allait contre la représentation proportionnelle.

Je suis d'abord et avant tout un député rural. J'ai grandi en milieu rural et je vis dans un milieu rural. Ma famille se nourrit largement des produits de la terre. Si on regarde ma maison sur Google Maps — ce qu'on ne peut pas vraiment faire à partir de chez-moi parce que nous n'avons pas beaucoup de connexions Internet —, on doit faire un gros plan pour trouver des routes. Il va sans dire qu'il n'y a pas beaucoup de politiciens qui sont venus frapper à ma porte au cours de ma vie. Nous sommes pourtant à seulement deux heures d'ici.

Ma circonscription est grande, mais ce n'est pas la plus grande. Il y a 45 circonscriptions plus grandes que la mienne, et même sous les modèles proportionnels les plus élémentaires, ma circonscription devrait être partiellement ou totalement fusionnée avec les circonscriptions voisines. Dans ma circonscription, il y a beaucoup de collectivités de 400 personnes ou même de seulement 40 personnes, et elles ont déjà du mal à se faire représenter correctement. Je les visite toutes aussi souvent que possible. C'est beaucoup de travail et cela représente plus de 60 000 kilomètres par an en déplacements pour ma femme et moi, sans compter les déplacements de mon personnel dans la circonscription.

Pour fusionner ma circonscription avec une circonscription voisine, est-ce que nous fusionnerons avec celle qui est une banlieue de Montréal, irons-nous au nord jusqu'à Rouyn-Noranda, ou peut-être à l'est vers Trois-Rivières, ou à l'ouest jusqu'à Gatineau? Si on fusionne les circonscriptions limitrophes et qu'on me demande de partager la représentation avec quatre députés, vers qui pense-t-on que les députés vont se diriger? Vers les villes de 400 ou de 40 personnes ou vers les grands centres urbains?

La représentation proportionnelle est nécessairement mauvaise pour le Canada rural, qu'il s'agisse de circonscriptions fusionnées, de listes ou de sièges complémentaires. On voit parfois une dessin où trois personnes de tailles différentes veulent regarder par-dessus une clôture et il y a trois caisses. Ce qui est égal n'est pas équitable. Posons la question: veut-on une représentation égale ou une représentation équitable?

Partout dans le monde, la réforme électorale est une lutte entre ceux qui ont tendance à gagner et ceux qui ont tendance à ne pas gagner. Ce n’est pas une question inhérente au clivage entre la gauche et la droite; ce n’est pas un enjeu propre aux progressistes. Au Canada, les progressistes auraient davantage tendance à être contrariés. Si un débat similaire devait se tenir dans un autre pays, cela pourrait être les conservateurs. Dans les pays qui appliquent la représentation proportionnelle, les partis qui obtiennent peu de votes veulent un système majoritaire uninominal à un tour; dans les pays où le système majoritaire uninominal à un tour est d’application, les partis qui obtiennent peu de votes veulent la représentation proportionnelle. Les appels à la réforme dans le monde entier ont moins à voir avec les principes démocratiques qu’avec la recherche d’un avantage sur le chemin qui mène au pouvoir.

Carles Boix, un politologue de Princeton, a montré que, dans l’histoire, les partis politiques, qu’ils soient de gauche ou de droite, sont presque toujours partisans du système électoral le plus avantageux pour eux. Le fait que le NPD a été porté à la tête de six provinces et d’un territoire par un système majoritaire uninominal à un tour et n’a jamais introduit de réforme électorale est la preuve s’il en est de ce paradoxe.

On entend parfois dire que le scrutin majoritaire uninominal à un tour est à l’origine de la situation actuelle au sud de la frontière et que, donc, nous devons passer à la proportionnelle. On peut se tourner vers la France, qui a des élections à deux tours depuis les années 1950, sauf une fois, en 1986, quand les socialistes ont cru qu’un système proportionnel les avantagerait. Ceux qui en ont le plus tiré profit, ce sont les négationnistes du Front national, qui sont passés de 0 à 35 sièges et ont gagné la crédibilité dont ils avaient besoin pour devenir de véritables candidats au pouvoir.

Le fait est que tous les systèmes peuvent être manipulés. La représentation proportionnelle mixte est un système très rare, et pour cause. L’Albanie, l’Italie, le Venezuela, le Lesotho et la Roumanie l’ont mis à l’essai puis abandonné, parce que, de tous les systèmes électoraux, c’est celui qui est le plus facile à manipuler.

Les deux votes exprimés, un pour le candidat et un pour le parti, permettent aux partis particulièrement enclins à la manipulation de se scinder en deux partis enregistrés. Le sous-parti A concentre ses efforts sur le scrutin des candidats et le sous-parti B concentre les siens sur le scrutin de liste. Les deux partis, respectivement, remportent, disons, 40 % des sièges de circonscription et 30 % du vote populaire et, puisque le parti qui cherche à remporter le scrutin de liste dans le partenariat n’a remporté aucun siège de circonscription, le système de compensation lui attribue 30 % des sièges. Les deux, ensemble, ont maintenant environ 60 % des sièges, avec seulement 30 % des votes. De tous les systèmes qui existent, la représentation proportionnelle mixte est celui qui rassemble et combine tous les défauts des deux principaux systèmes électoraux.

On nous invite souvent à nous tourner vers d’autres pays pour y trouver des exemples. Passons-en rapidement quelques autres en revue. L’Australie est le seul qui a à la fois le vote obligatoire et le scrutin préférentiel, mais personne ne me dira sans rire que ce système lui a donné un gouvernement permanent, stable et centriste. Le gouvernement de l’Australie passe d’un parti de gauche à une coalition de droite, sans qu’aucun parti au centre n’obtienne jamais de bons résultats. La Finlande et Israël ont des systèmes purement proportionnels très similaires et qui donnent des résultats très dissemblables. La culture politique compte plus que le système électoral.

La création de la proportionnelle est attribuée à la Belgique, un pays surtout connu dans ce domaine pour son incapacité à faire quoi que ce soit et qui a établi il y a quelques années un record mondial en restant 589 jours sans gouvernement, les partis ne parvenant pas à trouver un compromis pour en former un.

L’Irlande a un système de vote unique transférable dans des circonscriptions plurinominales, comme celui qui a été proposé en Colombie-Britannique, mais la réalité de l’Irlande est bien différente de celle du Canada. Le pays dans son ensemble fait seulement trois fois la taille de ma circonscription.

Si notre problème est que nos représentants locaux sont trop souvent élus sur la base d’un vote stratégique ou d’un partage des suffrages, attaquons-nous à ce problème. Si la situation normale au Canada aujourd’hui est qu’on vote pour un candidat qu’on approuve tièdement pour barrer la route à un candidat qu’on ne peut pas accepter au détriment du candidat qui reflète le mieux nos véritables opinions, réglons ce problème.

Un scrutin préférentiel le réglerait. Il donnerait la possibilité de voter pour la personne qu’on veut vraiment sans donner d’avantage au candidat qu’on ne peut pas accepter comme représentant. Il donnerait aux électeurs des moyens de donner des moyens à leurs députés, parce qu’ils auraient un véritable représentant. Donner aux électeurs le droit d’indiquer un deuxième, un troisième et un quatrième choix tire un trait sur l’image de la course de chevaux et fait porter la conversation sur la personne qui va réellement représenter les électeurs.

Il est également très ironique qu'il y ait un mouvement pour modifier le système électoral parce que certains votes sont considérés comme ne comptant pas, puisqu'ils ne choisissent pas de gagnant. Du moment où on établit un seuil au-dessous duquel aucun siège n'est attribué, le même argument fallacieux suggère que les votes sont gaspillés. Voilà l'ampleur de l'hypocrisie. Pourquoi son vote compterait mais pas le mien?

Au niveau national, selon MaDémocratie.ca, les deux tiers des Canadiens sont satisfaits de notre démocratie, et de toutes les priorités présentées, l'augmentation de la présence des petits partis au Parlement était de loin la moins élevée.

Sur quelque 70 000 sondages envoyés à tous les ménages de ma circonscription, nous avons reçu environ une centaine de réponses à la question de la réforme électorale; 46,5 % des répondants préféraient le système actuel ou un mode préférentiel, tandis que 37,9 % d'entre eux souhaitaient un système partiellement ou entièrement proportionnel et que 43 % des répondants aimeraient que le vote devienne obligatoire.

Il est évident qu'il n'y a pas plus de consensus dans ma circonscription que partout ailleurs et que le faible taux de réponse est une indication claire, nette et précise que ce n'est tout simplement pas une priorité pour les gens de ma circonscription. Ils font face à des questions beaucoup plus importantes et ils me le font certainement savoir.

Dans leur vie quotidienne, l'accès à Internet, la gestion des lacs et les préoccupations environnementales connexes ainsi que le taux d'investissement dans les infrastructures sont bien plus importants que le fait de cocher une case sur leur bulletin de vote.

Je crois personnellement que voter devrait, en principe, être obligatoire. On pourrait créer un mécanisme d’exécution symbolique comme le versement d’un crédit d’impôt de 20 $ à ceux qui ont voté ou l’imposition d’une pénalité fiscale à ceux qui ne l'ont pas fait. Nos stratégies de campagne consistent maintenant, dans tous les partis, à identifier nos électeurs et à s’assurer qu’ils se rendent aux urnes. Un faible taux de participation avantage un candidat et un taux élevé en avantage un autre.

Les élections doivent viser à choisir des philosophies, des idées et la planification de notre avenir plutôt que la tactique et la stratégie. On dit que la politique est une guerre par d'autres moyens, et c'est vrai.

Ainsi, lorsque les partis politiques dépensent des sommes d'argent à s'attaquer et à définir les dirigeants des uns et des autres au lieu de débattre de la direction de notre pays, c'est que le système a laissé un état de démocratie et est entré dans un état de conflit qui est vraiment une guerre par d'autres moyens.

Quand j'étais tout jeune, j'avais lu un article qui disait que, si Wendy's annonçait que McDonald's vend vraiment de la viande de souris et si McDonald's répondait que les hamburgers de Wendy's sont fabriqués à partir de vers de terre, le résultat en serait que, finalement, les gens cesseraient de manger des hamburgers. Cette métaphore est excellente et représente exactement notre processus politique actuel.

En cette ère d'après-vérité axée sur la stratégie plutôt que sur les faits et l'idéologie, ceux dont les idées sont le moins vendables travaillent fort pour supprimer le vote. Ce phénomène n’est pas uniquement canadien, malgré l’attaque parfaite perpétrée sur notre démocratie qui a été délibérément et ironiquement appelée Loi sur l'intégrité des élections.

Le fait de rendre le vote obligatoire impose une responsabilité à l’État; celle de s’assurer de la capacité de chaque citoyen à voter. C’est d’ailleurs l’une des plus grandes ironies de la démocratie canadienne: malgré tout l'éventail de pièces d’identité qu'un Canadien peut présenter pour s’identifier avant de voter, il lui est pratiquement impossible d’utiliser seulement la documentation émise, sans frais, par le gouvernement fédéral.

Il n’y a pas de consensus sur la réforme électorale, cela est clair aux yeux de tous et je vais défendre, becs et ongles, la décision de notre gouvernement de l’abandonner, et ce, tant et aussi longtemps que tous les partis n’auront pas mis de côté leurs intérêts partisans étroits afin de trouver ce qui est véritablement le mieux pour les électeurs plutôt que pour les chefs de parti de notre pays.

Par ailleurs, il est drôlement paradoxal de dire aux Canadiens que nous devons changer notre système électoral parce que, dans un sens, certains des suffrages exprimés ne comptent pas, et que nous devons donc changer le système électoral même si ce changement ne fait pas consensus au sein de la population. Pourquoi est-ce que le vote d'un défenseur de la réforme électorale compterait plus que celui d'un électeur satisfait de la situation actuelle?

Si le problème réside dans le fait que l’opinion de certains électeurs est perçue comme ne comptant pas, alors aucun changement ne devrait faire fi de l'opinion d'une partie de l'électorat. Voilà la véritable essence du consensus.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on February 09, 2017

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.