header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-11-03 12:37 House intervention / intervention en chambre

Accountability, Cabinet Ministers, Canada Elections Act, Code of ethics, Commissioner of Lobbying, Companies, Compliance, Conflict of interest, Conflict of Interest Act, Conflict of Interest and Ethics Commissioner, Conservative Party of Canada

Cadeaux, Code de déontologie, Code de déontologie des lobbyistes, Commissaire au lobbying, Compagnies, Conformité, Consultation du public, Démocratie,

Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Moncton—Riverview—Dieppe.

I welcome this opportunity to rise in the House to discuss this motion.

The motion, at its heart, speaks to issues of integrity and accountability. I think we can all agree that engagement with Canadians is a key part of the democratic process. The unfortunate reality is that under the previous government, Canadians were not engaged, their concerns were not heard, and that is why Canadians chose a new government to represent them.

In short, as much as my opposition colleagues would like us all to believe, fundraising is not a dirty word. Fundraising is one component of every party's engagement in outreach work. I am proud to say that Canadians have a government that is not only following the rules, but believes in hearing the concerns of all Canadians from all walks of life and making their concerns a major priority.

All parties fundraise. It is a way citizens can express their views in a free and fair democracy. That said, we need to ensure we preserve the level playing field that is the foundation of our democratic culture.

Fundraising and election spending need to be regulated, and they are. The federal fundraising rules are some of the strictest in the country, and donations and contributions are made open and transparent. For instance, in some provinces, individuals can donate in the tens of thousands of dollars, and others do not have any limits on contributions whatsoever. Additionally, it is important to note that some provinces accept donations from unions, trade associations, and corporations. This is not the case in the federal system

While members on that side of the House are trying to create a narrative that our government is not being open and transparent, I can say with full confidence that this is not the case here. Canadians know that, federally, we have some of the strictest rules governing political fundraising, and our members follow these rules in every case. Canadians have trust in our system, because they know we have measures in place to ensure our public institutions operate in a transparent fashion and that decision-makers are held to account for their actions.

One of the central pillars of our integrity regime is the Conflict of Interest Act. It is important that members of the House understand how the extremely rigorous regime set out by the statute works.

First, the act has broad coverage. When it talks about public office holders, the net is cast widely to include ministers, parliamentary secretaries, Governor in Council appointees, and even exempt staff. Compliance with the Conflict of Interest Act is not something that is taken lightly. It is not a suggestion. It is a term and condition of appointment for all public office holders.

At its core, the act requires public office holders to avoid conflict between private interests and their official duties. This means that ministers, staffers, and others may not take part in any decision-making that could further their own private interests or that of their friends or relatives.

We all know that this is not a universal principle embraced around the world. There are countries where people seek high office as a means to obtain wealth and prosperity. Fortunately, in Canada, we view things differently. Public service is exactly that: serving the public and not oneself.

The rules are some of the strictest in the country regarding donations, and contributions must be made openly and transparently. Some provinces allow individuals to make donations of tens of thousands of dollars, while others have no limits on donations, and some of them also allow donations from unions, business associations and corporations. None of that is permitted under the federal regime, which requires donations of more than $200 to be reported online. That being said, there is no question that the current government is obeying the rules and the laws on political fundraising campaigns in Canada.

I will now turn to a few concrete examples of activities and practices that are not permitted under our current regime. Federal public office holders are not permitted to participate in making decisions that will affect the value of their children’s business or would increase the value of their own stock portfolios. They may not issue a permit that would increase the value of their property holdings. They are not permitted to accept extravagant gifts, either.

The definition of these gifts includes a wide variety of items. It can include a gift bag from a business, a low-interest mortgage or anything in between. The law also contains provisions concerning the post-employment period. For example, federal public office holders cannot resign and immediately use the confidential information to which they had access for their own purposes. They cannot suddenly resign and join the other side in a transaction or negotiation with the government.

Overseeing this regime is the Conflict of Interest and Ethics Commissioner. She interprets and administers the act. This includes providing public office holders with confidential advice, investigating and reporting on alleged breaches, and levying penalties for public office holders who have failed to report as required. It is tough.

I know that everyone in the House can agree that the current commissioner is doing an admirable job and has earned our collective respect and appreciation. When I say it is a tough job, I mean it. Things are rarely entirely black and white. Context matters and perception matters. That is why there are mechanisms to ensure public reporting and mechanisms to allow ministers, staffers, and others covered by the act to check in with the commissioner when questions arise.

Canadians expect governments and ministers to act to the highest ethical standards. That is exactly what every minister of this government has done, and continues to do. The commissioner is the authoritative source for interpreting the act. She has issued a number of guidelines and information notices to assist public office holders, which are available on her website. In short, when in doubt, she is the fount of wisdom.

Another pillar of the federal ethics regime is the Lobbying Act. This act is based on the principle that it is legitimate and necessary for the government to communicate with interest groups. Canadians have the right to know who is involved in paid lobbying for the purpose of influencing the government’s decisions.

Under the act, all paid lobbyists are required to register with the Lobbying Commissioner before they can communicate with ministers, exempt staff, government officers and parliamentarians. That includes consultants working for law firms and lobbying companies, as well as employees of corporations, unions, industrial associations and interest groups.

Lobbyists are required to enter information about their clients, their lobbying activities and the departments and officers with whom they meet in a public data bank. They also have to make public the details of any meetings or telephone calls with government decision-makers, which includes ministers, exempt staff and even senior public servants. Any member of the public may consult the data bank online to obtain that information.

In addition, all lobbyists must respect the lobbyists' code of conduct issued by the Commissioner of Lobbying. Like the Conflict of Interest and Ethics Commissioner, the Commissioner of Lobbying is an independent officer who reports directly to Parliament, not the government. Under their code of conduct, lobbyists must act honestly and with integrity, and they must not do anything that places a designated public office holder in a conflict of interest.

The Ethics Commissioner has the power to investigate any alleged breaches of both the Lobbying Act and the lobbyists’ code of conduct. The commissioner must also report all violations to Parliament. If the commissioner believes that a violation has occurred, he can also refer the matter to the RCMP for criminal investigation and, where appropriate, prosecution.

The Lobbying Act ensures that senior government officials cannot leave their position and immediately begin lobbying their former government colleagues. It is prohibited for ministers, exempt staff, and senior officials to be a paid lobbyist of the federal government for a period of five years after they leave their position.

Taken together, the Conflict of Interest Act and the Lobbying Act represent one of the most rigorous statutory transparency and ethics regimes in the world. I am proud that our government has set the bar so high. Providing open and accountable government for Canadians is all about that.

Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Moncton—Riverview—Dieppe.

Je suis content de pouvoir parler de la motion d'aujourd'hui.

Il y est d'abord et avant tout question d'intégrité et de responsabilité. Nous nous entendons tous, je crois bien, pour dire que les échanges avec les Canadiens constituent un pan essentiel du processus démocratique. Hélas, lorsque les conservateurs étaient aux commandes, les Canadiens n'étaient jamais sollicités, et leurs doléances ne se rendaient jamais jusqu'aux oreilles de leurs dirigeants. C'est pour cette raison qu'ils ont choisi un autre gouvernement pour les représenter.

Bref, quoi qu'en disent mes collègues de l'opposition, les activités de financement n'ont rien de tabou. Elles font au contraire partie des moyens mis à la disposition de chacun des partis pour échanger avec la population. Je suis fier de dire aux Canadiens de tous les horizons qu'ils peuvent avoir l'assurance non seulement que leur gouvernement suit les règles, mais qu'il juge primordial de solliciter leur opinion et de faire de leurs priorités sa priorité.

Tous les partis recueillent des fonds. Il s'agit en fait d'un moyen, pour les citoyens, d'exprimer leur point de vue dans un contexte démocratique juste et libre. Cela étant dit, nous devons tout faire pour préserver les règles du jeu équitables qui sont à la base de notre culture démocratique.

Les collectes de fonds et les dépenses électorales doivent être réglementées, et elles le sont. Les règles de financement fédérales sont parmi les plus strictes au pays et veillent à la transparence des dons et des contributions. Par exemple, dans certaines provinces, les particuliers peuvent faire des dons de dizaines de milliers de dollars et, dans d'autres, il n'y a aucune limite. Il est aussi important de noter que, dans certaines provinces, il est permis d'accepter les dons provenant de syndicats, d'associations professionnelles et d'entreprises. Au niveau fédéral, il n'est pas permis d'accepter de tels dons.

Les députés d'en face essaient de faire croire que notre gouvernement ne fait pas preuve d'ouverture et de transparence, mais je peux dire en toute confiance qu'ils ont tort. Les Canadiens savent que les règles fédérales régissant le financement politique figurent parmi les plus strictes au pays, et que nos députés les respectent à la lettre. Les Canadiens ont confiance dans notre système parce qu'ils savent que des mesures sont en place pour assurer la transparence des institutions publiques et exiger que les décideurs rendent des comptes.

La Loi sur les conflits d'intérêts constitue l'un des fondements de notre régime d'intégrité. Il est important que les députés comprennent le fonctionnement du régime extrêmement rigoureux énoncé dans cette loi.

Tout d'abord, cette loi a une vaste portée. Lorsqu'elle parle des titulaires de charge publique, elle inclut les ministres, les secrétaires parlementaires, les personnes nommées par le gouverneur en conseil et même le personnel exonéré. Le respect de la Loi sur les conflits d'intérêts n'est pas quelque chose que nous prenons à la légère. Il ne s'agit pas d'une suggestion, mais d'une condition de nomination à laquelle tous titulaires de charge publique sont assujettis.

Essentiellement, la loi exige que les titulaires de charge publique évitent tout conflit entre leurs intérêts privés et leurs attributions officielles. Cela signifie que les ministres, les membres de leur personnel et les autres intervenants doivent s'abstenir de prendre part à toute décision pouvant favoriser leurs intérêts personnels ou ceux de leurs parents ou amis.

Nous savons tous que ce principe n'est pas reconnu partout dans le monde. Dans certains pays, des gens briguent de hautes charges publiques pour s'enrichir. Heureusement, au Canada, nous voyons les choses différemment. La fonction publique a pour objet de servir le public, non les intérêts personnels.

Les règles sont parmi les plus strictes au pays en ce qui concerne les dons, et les contributions doivent être effectuées de manière ouverte et transparente. Certaines provinces acceptent que des individus fassent des dons de plusieurs dizaines de milliers de dollars, tandis que d'autres n'ont même pas de limite en ce sens, et certaines d'entre elles acceptent aussi des dons de syndicats, d'associations commerciales et de sociétés. Tout cela n'est pas admissible selon le régime fédéral, en vertu duquel un don de plus de 200 $ doit être indiqué en ligne. Cela dit, il est indéniable que le gouvernement actuel suit les règles et les lois sur les campagnes de financement des partis politiques au pays.

Parlons maintenant de quelques exemples concrets d'activités et de pratiques qui ne sont pas admises selon le régime que nous suivons. Le titulaire d'une charge publique fédérale ne peut prendre part à des décisions qui affecteront la valeur de l'entreprise de ses enfants ou qui causeraient une hausse de la valeur de son portefeuille d'actions. Il ne peut délivrer un permis qui hausserait la valeur foncière entourant ses propriétés. Il ne peut non plus accepter de cadeaux extravagants.

La définition de ces cadeaux inclut un éventail large et varié d'items. Cela peut inclure un sac de cadeaux d'une entreprise, une hypothèque à faible taux d'intérêt et tout ce qu'on peut trouver entre les deux. Des dispositions de la loi prévoient aussi la période suivant la fin de l'emploi. Le titulaire d'une charge publique fédérale ne peut, par exemple, démissionner et utiliser immédiatement l'information confidentielle à laquelle il a eu accès à ses propres fins. Il ne peut pas démissionner subitement et changer d'équipe dans une transaction ou une négociation avec le gouvernement.

La commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique surveille ce régime. Elle interprète et applique la loi. Son travail consiste à offrir des conseils confidentiels aux titulaires de charge publique, à enquêter et à faire rapport sur les manquements présumés, et à imposer des pénalités aux titulaires de charge publique qui omettent de déclarer un conflit d'intérêts. C'est un travail difficile.

Je sais que tous les députés sont d'accord pour dire que la commissaire actuelle fait un travail admirable et mérite notre respect et notre reconnaissance collectifs. Quand je dis que c'est un travail difficile, je suis sérieux. Tout est rarement noir ou blanc. Le contexte est important et la perception est importante. Voilà pourquoi il existe des mécanismes de reddition de comptes et des mécanismes permettant aux ministres, aux membres du personnel et aux autres personnes régies par la loi de vérifier auprès de la commissaire lorsque des doutes surviennent.

Les Canadiens s'attendent à ce que les gouvernements et les ministres agissent selon les normes éthiques les plus élevées. C'est exactement ce que tous les ministres du gouvernement actuel font et continuent de faire. La commissaire est l'autorité qui interprète la loi. Elle publie sur son site Web des lignes directrices et des avis d'information pour aider les titulaires de charge publique. Bref, dans le doute, elle est la source de la sagesse.

La Loi sur le lobbying est un autre pilier du régime d'éthique fédéral. Cette loi est basée sur le principe selon lequel il est légitime et nécessaire pour le gouvernement de communiquer avec les groupes d'intérêts. Les Canadiens ont le droit de savoir qui s'implique dans le lobbying rémunéré ayant pour but d'influencer les décisions du gouvernement.

La loi prévoit que tout lobbyiste rémunéré doit s'enregistrer auprès du commissaire au lobbying pour pouvoir communiquer avec les ministres, le personnel exonéré, les agents du gouvernement et les parlementaires. Cela inclut les consultants qui travaillent pour les cabinets d'avocats ou de lobbying, de même que les employés de sociétés, de syndicats, d'associations industrielles et de groupes de défense d'intérêts.

Les lobbyistes doivent entrer l'information à propos de leurs clients, du sujet de leur lobbying et des ministères et agents qu'ils rencontrent dans une banque de données publique. Ils doivent aussi rendre publics les détails de toute rencontre ou de tout appel téléphonique avec des décideurs gouvernementaux, qu'ils soient des ministres, du personnel exonéré, ou même des fonctionnaires supérieurs. Tous les membres du public peuvent consulter la banque de données en ligne pour y trouver ces informations.

De plus, tous les lobbyistes doivent respecter le Code de déontologie des lobbyistes émis par le commissaire au lobbying. Comme le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, le commissaire au lobbying est un agent indépendant qui se rapporte directement au Parlement et non au gouvernement. En vertu de leur code de déontologie, les lobbyistes doivent agir avec honnêteté, intégrité et ils ne doivent pas agir de manière à ce qu'un titulaire d'une charge publique soit placé en situation de conflit d'intérêts.

Le commissaire à l'éthique a le pouvoir d'enquêter sur toute possible violation de la Loi sur le lobbying et du code de déontologie. Il doit aussi en rapporter toutes les violations au Parlement. Il peut aussi, lorsqu'il croit qu'une violation de la loi a pu être commise, transmettre le dossier à la GRC pour enquête criminelle et, le cas échéant, pour poursuite.

La Loi sur le lobbying fait en sorte que les agents de haut niveau du gouvernement ne puissent pas quitter leur poste et immédiatement faire du lobbying auprès de leurs anciens collègues au gouvernement. Il est prohibé pour les ministres, le personnel exonéré et les fonctionnaires supérieurs d'être un lobbyiste rémunéré auprès du gouvernement fédéral au cours des cinq ans suivant la fin de leurs fonctions.

Ensemble, la Loi sur les conflits d'intérêts et la Loi sur le lobbying représentent l'un des régimes de transparence et d'éthique les plus rigoureux au monde. Je suis fier que le gouvernement place la barre aussi haut. C'est ça, offrir aux Canadiens un gouvernement ouvert et responsable.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on November 03, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.