header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-10-31 16:28 House intervention / intervention en chambre

Aging population, Benefits for children, Canada Pension Plan, Child tax benefit, Cost of living, Demographics, Government assistance, Government bills,

Aide gouvernementale, Conditions de mise à la retraite, Coût de la vie, Deuxième lecture, Données démographiques, Faible revenu, Femmes, Indice de pauvreté,

Madam Speaker, I will be sharing my time with the member for Mount Royal.

I am pleased to have the opportunity to speak to two aspects of budget implementation act, 2016, No. 2. This bill makes significant amendments to the Canada Disability Savings Act and the old age security program.

At first glance, these two programs seem to be different. However, they have the same goal, namely to ensure that the most vulnerable Canadians enjoy a good quality of life and live with the dignity they deserve.

First of all, I would like to remind the House that the Canada Disability Savings Act governs how the grants and bonds provided by the government are paid into registered disability savings plans, or RDSPs.

RDSPs were created in 2008 in order to help people with disabilities and their families save in order to provide long-term financial security. Canadian residents who are entitled to the disability tax credit can open an RDSP until the end of the year in which the recipient turns 59. Parents or guardians can open an RDSP on behalf of a minor. There is no annual contribution limit, but the lifetime limit is $200,000.

The gains accumulated are tax-free until withdrawn from the RDSP. The government contributes to the RDSPs of eligible recipients by providing grants or bonds, or both, up to a maximum amount.

The bill being debated today would amend the Canada Disability Savings Act. These changes are required because the act refers to the Canada child tax benefit. As all members know, that benefit was replaced by the new Canada child benefit last June. Every year, the amount of the grant or bond that the recipient is entitled to is calculated on the basis of adjusted family income.

With regard to RDSP benefits for youth under the age of 18, this adjusted income, the amount used to determine the government's contribution in the form of a grant or bond, was also used by the government to calculate the amount of the Canada child tax benefit. Since that benefit no longer exists, we need to amend the provisions of the Canada Disability Savings Act that mention that benefit. We also need to amend the provisions that mention “phase-out income”.

As members know, the amount of the bonds decrease for those with higher incomes. The threshold at which the bonds start to decrease is called the “phase-out income”. It is important to understand this concept because the formula used to calculate the phase-out income includes the Canada child tax benefit.

As a result, the following three consequential amendments will be made to the Canada Disability Savings Act. First, the references to the Canada child tax benefit in five provisions of the Canada Disability Savings Act will be replaced by references to the new Canada child benefit. Second, the definition of “phase-out income” will be changed to include the Canada child benefit income threshold in the formula. Third, the definition of “child tax benefit” in the definitions section of the Canada Disability Savings Act will be removed since it will no longer be necessary.

Thanks to these amendments, the income thresholds for eligibility for the Canada child benefit and the Canada disability savings bond will be harmonized. The increase in the income threshold will produce a slight increase in total payments made for the bond in the RDSP of persons with disabilities. Persons with disabilities are not the only group that needs additional government assistance. The income security of our country’s seniors is another government priority.

That is why we will be formulating provisions to help Canada’s seniors enjoy a good quality of life. Seniors are important members of our society, who contribute actively to the well-being of their families and of our community, as well as to the growth of our economy. We have one of the lowest rates of senior poverty in the world.

In 2013-14, the most recent year for which data were collected, the Government of Canada paid Canadians over $79 billion under the Canada pension plan and old age security. These programs have contributed greatly to reducing the low-income rate for seniors over the last 30 years. However there still remains a great deal of work to do.

In 2014, the most recent year for which data were collected, 3.9% of the country’s seniors were living below the low-income cut-off established by Statistics Canada, representing some 200,000 people. Nearly 80% of these low-income seniors, or the vast majority, are single, and most of them are women.

That is why we have also increased by $947 per year the amount paid as the guaranteed income supplement to low-income single seniors. This measure will support the most vulnerable seniors who depend almost exclusively on their old age security pension and guaranteed income supplement, and who are thus at risk of experiencing financial difficulties.

Similarly, this measure will improve the financial security of some 900,000 seniors all across Canada, and we estimate that it will help lift nearly 13,000 of the most vulnerable seniors in Canada out of poverty.

We already support senior couples, in cases where the two members of the couple are receiving the guaranteed income supplement, have high living expenses, and are at high risk of poverty due to the necessity of living apart, for example, when one of the spouses is forced to live in a nursing home.

In some senior couples, one partner receives the guaranteed income supplement and the other the spousal allowance, but they have to live apart for reasons beyond their control, such as one of them needing long-term care. We are in the process of amending the Old Age Security Act to ensure that such couples receive higher benefits based on each individual's income.

I would like to point out that the allowance is paid to people 60 to 64 years of age with low income whose spouse or common-law partner receives the guaranteed income supplement.

Our government also reversed the decision to increase the age of eligibility for old age security from 65 to 67, which should come into effect in 2023. That change will give low-income seniors up to $17,000 per year. With these key measures, we will provide essential support to the most vulnerable Canadians.

The Government of Canada cares about seniors. Canadians work tirelessly their whole lives. We should all have a chance to live into old age without worrying about making ends meet. That is why our minister was given a mandate to improve income security for low-income seniors. These measures are how we are keeping that promise.

We promised to help more Canadians escape poverty. To me it is unimaginable that in a country like Canada there are still people who are unable to meet their basic needs. This is unacceptable and we are doing something tangible to correct this situation.

I believe we all agree that no one should grow old in poverty or isolation. I cannot emphasize enough how important this issue is to our government.

I would also like to take a moment to discuss the Canada pension plan, another important pillar in our retirement income system. Retirement income security has to start with solid and stable public retirement plans such as the Canada pension plan.

We are also working with the provinces and territories to strengthen the plan. Earlier in October, we introduced a bill to amend the plan in order to help middle-class Canadians achieve their goal of living a dignified life in retirement with guaranteed income security.

We are making a considerable investment in the well-being of seniors. Canadians who work hard contribute to our society throughout their lives and our government believes that every Canadian deserves to grow old with respect and dignity.

Laurentides-Labelle has more of an aging population than most other ridings. The 2011 census found that the average age in the riding was 49.5. I look forward to the results of the 2016 census, but I would be surprised if the average age had not risen considerably.

Seniors' issues are crucial; we must improve their quality of life without delay. We can always do more, but I think we are on the right track with this bill and with this budget. Canada has always been a leader when it comes to delivering services to seniors. Our retirement income system is considered one of the best in the world.

I strongly urge my colleagues to help make sure it stays that way by supporting this bill.

Madame la Présidente, je vais partager mon temps de parole avec le député de Mont-Royal.

Je suis heureux d'avoir l'occasion de parler aujourd'hui de deux aspects de la Loi no 2 d'exécution du budget de 2016. Ce projet de loi apporte de modifications importantes à la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité et au programme de la Sécurité de la vieillesse.

À première vue, ces deux programmes semblent différents. Cependant, ils ont un objectif commun, celui de veiller à ce que les Canadiens les plus vulnérables puissent jouir d'une bonne qualité de vie et vivre dans la dignité qu'ils méritent.

Avant tout, je voudrais rappeler à la Chambre des communes que la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité réglemente la manière dont les subventions et les bons offerts par le gouvernement sont versés dans les Régimes enregistrés d'épargne-invalidité, les REEI.

Les REEI ont été mis en place en 2008 dans le but d'aider les personnes handicapées et leur famille à épargner en vue d'assurer leur sécurité financière à long terme. Les résidants canadiens qui ont droit au crédit d'impôt pour les personnes handicapées peuvent ouvrir un REEI jusqu'à la fin de l'année civile où elles atteignent l'âge de 59 ans. Les parents ou les tuteurs peuvent ouvrir un REEI au nom d'un mineur. Il n'y a pas de limite annuelle de cotisation, mais la limite cumulative de cotisation est de 200 000 $.

Par ailleurs, les gains accumulés sont libres d'impôt jusqu'au retrait des fonds du REEI. Le gouvernement cotise au REEI des bénéficiaires admissibles en y versant des subventions ou des bons, ou les deux, jusqu'à concurrence d'un montant maximal.

Le projet de loi faisant l'objet de notre discussion aujourd'hui comprend l'apport des modifications à la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité. Ces modifications sont nécessaires parce que la loi fait référence à la Prestation fiscale canadienne pour enfants. Or, comme tous les députés le savent, cette prestation a été remplacée par la nouvelle Allocation canadienne pour enfants en juin dernier. Chaque année, le montant de la subvention ou du bon auquel le bénéficiaire a droit est déterminé en fonction du revenu familial rajusté.

En ce qui concerne les prestations du REEI des moins de 18 ans, ce revenu rajusté — le montant utilisé pour déterminer la cotisation du gouvernement sous forme de subvention ou de bon — était également utilisé par le gouvernement pour calculer le montant de la prestation fiscale canadienne pour enfants. Vu que cette prestation a été éliminée, nous devons modifier les articles à la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité où il est fait mention de cette prestation. Nous devons également modifier les articles où il est fait mention de revenu de transition.

Comme on le sait, le montant des bons diminue pour ceux qui ont un revenu plus élevé. Le seuil auquel les montants des bons commencent à diminuer est appelé « revenu de transition ». Il est important de connaître cette notion, puisque la formule utilisée pour calculer le revenu de transition comprend la Prestation fiscale canadienne pour enfants.

Par conséquent, les trois modifications corrélatives suivantes seront apportées à la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité: d'abord, les mentions de la Prestation fiscale canadienne pour enfants dans cinq articles de la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité seront remplacées par des mentions de la nouvelle Allocation canadienne pour enfants; ensuite, la définition de « revenu de transition » sera redéfinie pour inclure le seuil de revenu de l'Allocation canadienne pour enfants dans la formule de calcul; enfin, la définition de « prestation fiscale pour enfants » de la section « Définitions » de la Loi canadienne sur l'épargne-invalidité sera supprimée, puisqu'elle ne sera plus nécessaire.

Grâce à ces modifications, les seuils de revenu pour l'admissibilité à l'Allocation canadienne pour enfants et au Bon canadien pour l'épargne-invalidité seront harmonisés. L'augmentation du seuil de revenu entraînera une faible augmentation des paiements totaux versés au titre du bon dans le REEI des personnes handicapées. Les personnes handicapées ne sont pas le seul groupe de personnes ayant besoin d'une aide supplémentaire de la part du gouvernement. La sécurité du revenu des aînés de notre pays est également une des priorités du gouvernement.

C'est pourquoi nous élaborons des dispositions visant à aider les aînés du Canada à jouir d'une bonne qualité de vie. Les aînés sont des membres importants de notre société, et ils contribuent activement au bien-être de leur famille et de notre collectivité, ainsi qu'à la croissance de notre économie. Nous détenons l'un des plus faibles taux de pauvreté des aînés du monde.

En 2013-2014, soit l'année la plus récente pour laquelle des données ont été recueillies, le gouvernement du Canada a versé aux Canadiens plus de 79 milliards de dollars au titre du Régime de pensions du Canada et de la Sécurité de la vieillesse. Ces programmes ont grandement contribué à réduire le taux de faible revenu chez les aînés au cours des 30 dernières années. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire.

En 2014, soit l'année la plus récente pour laquelle des données ont été recueillies, 3,9 % des aînés du pays vivaient sous le seuil de faible revenu établi par Statistique Canada, ce qui représente environ 200 000 aînés. Près de 80 % de ces aînés à faible revenu, soit la grande majorité, sont célibataires, et la plupart sont des femmes.

C'est pourquoi nous avons également augmenté de 947 $ par année le montant versé au titre du Supplément de revenu garanti aux aînés célibataires à faible revenu. Cette mesure soutiendra les aînés les plus vulnérables qui dépendent presque exclusivement de la pension de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti et qui risquent donc de connaître des difficultés financières.

De même, cette mesure améliorera la sécurité financière d'environ 900 000 aînés de partout au Canada, et l'on estime qu'elle permettra de sortir de la pauvreté près de 13 000 aînés parmi les plus vulnérables au Canada.

Nous soutenons déjà les aînés en couple, dans les cas où les deux membres du couple reçoivent le Supplément de revenu garanti, qui ont des frais de subsistance élevés et qui ont un risque élevé de pauvreté du fait qu'ils doivent vivre séparément, par exemple, lorsque l'un des époux doit vivre dans un centre de soins infirmiers.

Nous sommes en voie de modifier la Loi sur la sécurité de la vieillesse pour faire en sorte que les autres couples d'aînés, ceux dont l'un des conjoints reçoit le Supplément de revenu garanti et l'autre l'allocation, et dont les deux conjoints doivent vivre séparément pour des raisons échappant à leur volonté — par exemple, quand l'un d'entre eux doit recevoir des soins de longue durée —, reçoivent des prestations plus élevées en fonction du revenu individuel des membres du couple.

J'aimerais d'ailleurs mentionner que l'allocation est versée aux personnes à faible revenu âgées de 60 à 64 ans et dont l'époux ou le conjoint de fait reçoit le Supplément de revenu garanti.

Notre gouvernement a également annulé la décision de faire passer de 65 à 67 ans l'âge d'admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse, ce qui devrait être mis en oeuvre en 2023. Cette modification mettra chaque année jusqu'à 17 000 $ dans les poches des aînés à faible revenu. Ces mesures clés nous permettront d'offrir un soutien essentiel aux Canadiens les plus vulnérables.

Le gouvernement du Canada se soucie des aînés. Les Canadiens travaillent sans relâche toute leur vie. Nous devrions tous avoir l'occasion de vivre jusqu'à un âge avancé sans nous soucier de pouvoir joindre les deux bouts. C'est pourquoi notre ministre a été chargé d'améliorer la sécurité du revenu pour les aînés à faible revenu. Grâce à ces mesures, nous réalisons cet engagement.

Nous avons fait la promesse d'aider un plus grand nombre de Canadiens à se sortir de la pauvreté. J'estime qu'il est inconcevable que, dans un pays comme le Canada, il y ait encore des personnes qui ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins les plus essentiels. Cette situation est inacceptable et nous prenons des mesures concrètes pour y remédier.

Je crois que nous sommes tous d'accord pour dire que personne ne devrait vieillir dans la pauvreté ou l'isolement. Je ne peux insister suffisamment sur l'importance de cette question pour notre gouvernement.

J'aimerais également prendre un moment pour discuter du Régime de pensions du Canada, un autre pilier important de notre système de revenu de retraite. La sécurité du revenu de retraite doit commencer par des régimes de retraite publics solides et stables, dont le Régime de pensions du Canada.

Nous collaborons donc également avec les provinces et les territoires pour renforcer le régime. Plus tôt en octobre, nous avons déposé un projet de loi visant à modifier le régime afin d'aider les Canadiens de la classe moyenne à atteindre leur objectif d'une retraite dans la dignité dont la sécurité du revenu est garantie.

Nous réalisons un investissement considérable dans le bien-être des aînés. Les Canadiens qui travaillent sans relâche contribuent à notre société tout au long de leur vie, et notre gouvernement croit que chaque Canadien mérite de vivre jusqu'à un âge avancé dans le respect et la dignité.

La circonscription de Laurentides—Labelle a une population vieillissante comme peu d'autres. En 2011, le recensement a établi l'âge moyen de notre comté à 49,5 ans. J'attends avec impatience les résultats du recensement de 2016, mais je serais étonné que l'âge moyen n'ait pas augmenté considérablement.

Les enjeux des aînés sont critiques et l'amélioration de leur qualité de vie ne peut plus tarder. Il y en a toujours plus que nous pourrions faire, et à mon avis, nous sommes sur la bonne piste avec ce projet de loi et ce budget. Ce pays a toujours été un chef de file en ce qui a trait à la prestation de services aux aînés. Notre système de revenu de retraite est considéré comme étant l'un des meilleurs du monde.

Je recommande vivement à mes collègues de s'assurer qu'il le demeure et d'appuyer ce projet de loi.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on October 31, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.