header image
The world according to cdlu

Topics

acva bili chpc columns committee conferences elections environment essays ethi faae foreign foss guelph hansard highways history indu internet leadership legal military money musings newsletter oggo pacp parlchmbr parlcmte politics presentations proc qp radio reform regs rnnr satire secu smem statements tran transit tributes tv unity

Recent entries

  1. A podcast with Michael Geist on technology and politics
  2. Next steps
  3. On what electoral reform reforms
  4. 2019 Fall campaign newsletter / infolettre campagne d'automne 2019
  5. 2019 Summer newsletter / infolettre été 2019
  6. 2019-07-15 SECU 171
  7. 2019-06-20 RNNR 140
  8. 2019-06-17 14:14 House intervention / intervention en chambre
  9. 2019-06-17 SECU 169
  10. 2019-06-13 PROC 162
  11. 2019-06-10 SECU 167
  12. 2019-06-06 PROC 160
  13. 2019-06-06 INDU 167
  14. 2019-06-05 23:27 House intervention / intervention en chambre
  15. 2019-06-05 15:11 House intervention / intervention en chambre
  16. older entries...

Latest comments

Michael D on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
Steve Host on Keeping Track - Bus system overhaul coming to Guelph while GO station might go to Lafarge after all
G. T. on Abolish the Ontario Municipal Board
Anonymous on The myth of the wasted vote
fellow guelphite on Keeping Track - Rethinking the commute

Links of interest

  1. 2009-03-27: The Mother of All Rejection Letters
  2. 2009-02: Road Worriers
  3. 2008-12-29: Who should go to university?
  4. 2008-12-24: Tory aide tried to scuttle Hanukah event, school says
  5. 2008-11-07: You might not like Obama's promises
  6. 2008-09-19: Harper a threat to democracy: independent
  7. 2008-09-16: Tory dissenters 'idiots, turds'
  8. 2008-09-02: Canadians willing to ride bus, but transit systems are letting them down: survey
  9. 2008-08-19: Guelph transit riders happy with 20-minute bus service changes
  10. 2008=08-06: More people riding Edmonton buses, LRT
  11. 2008-08-01: U.S. border agents given power to seize travellers' laptops, cellphones
  12. 2008-07-14: Planning for new roads with a green blueprint
  13. 2008-07-12: Disappointed by Layton, former MPP likes `pretty solid' Dion
  14. 2008-07-11: Riders on the GO
  15. 2008-07-09: MPs took donations from firm in RCMP deal
  16. older links...

2016-04-13 17:04 House intervention / intervention en chambre

Broadband Internet services, Budget debates, Forest products industry, Forestry, Government assistance, Income security, Infrastructure, Rail line abandonment,

Abandon de voies ferrées, Aide gouvernementale, Communautés rurales, Débats sur le budget, Développement régional, Foresterie, Industrie des produits forestiers, Infrastructure, La Transcanadienne

Madam Speaker, since I was elected to the House six months ago, I have met with hundreds of people from the riding of Laurentides—Labelle, either one-on-one or in small groups. That is the riding where I was born, where I grew up, and where I now live with my family.

It is an exceptional riding. It is four times bigger than Prince Edward Island and 40 times bigger than the Island of Montreal. It has almost as many mayors and municipal councillors as there are members in the House of Commons. I have met with almost all of them in an effort to understand the major challenges facing the riding and the solutions needed. I have also met with representatives of dozens of chambers of commerce, charities, and community organizations for the same reason. Budgets cannot address every issue, such as the management of lakes, but this budget is a major step forward in improving the situation in our region.

The southern part of my riding, namely the Pays-d'en-Haut RCM, which includes the communities of Sainte-Anne-des-Lacs, Saint-Sauveur, Piedmont, Estérel, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, and Sainte-Adèle, is a more populous region that reflects the region's diversity. It is the northernmost suburb of Montreal, a tourist area, and cottage country, where many retirees live. It is also a growing hub of leading-edge technology.

It is an area that is both rich and poor. This RCM is the only one in Quebec that does not have a sports and recreation centre for youth. It is also one of the regions of Quebec with the highest average age. At the time of the last census, the average age of people in Saint-Sauveur was 54.7.

The budget provides for a significant increase in the guaranteed income supplement, which will improve the financial security of 900,000 seniors. It also provides for investments in recreational infrastructure and is therefore an excellent budget for the region.

A little further north, the Laurentides RCM is made up of 20 municipalities: Val-Morin; Val-David; Sainte-Agathe-des-Monts; Ivry-sur-le-Lac; Sainte-Lucie-des-Laurentides, where I grew up; Lanthier; Val-des-Lacs; Lac-Supérieur; Saint-Faustin-Lac-Carré; Arundel; Barkmere; Montcalm; Saint-Rémi d'Amherst; Bréboeuf; Huberdeau; Mont-Tremblant, an area that most MPs are familiar with; Lac-Tremblant-Nord; La Conception; Labelle; and La Minerve.

This regions's economic interests are also diversified and show a certain imbalance. The economy is based primarily on tourism. The region has plenty of activities for people to enjoy: swimming, recreational boating, resort activities in the summer, cross-country or downhill skiing and snowmobiling in the winter, sugar shack activities in the spring, admiring the beautiful colours in the fall, and so on.

Many of the jobs are seasonal. Job prospects for young people can be limited. The changes to the EI system made by the previous Conservative government have hindered economic development. EI eligibility rates for seasonal workers have dropped from about 80% to about 20%.

Due to a lack of good quality high-speed Internet access and a cellular network that does not extend everywhere outside the urban centres, or that often does not even cover the central areas of our villages, it is hard to keep young people in the region and improve our migration numbers.

The budget begins to seriously tackle these issues. The changes we are making to employment insurance will help seasonal workers in my region make ends meet. Since the Laurentian region relies heavily on tourism, the people who live there are especially vulnerable to economic fluctuations.

During times of relative prosperity, the region flourishes. Conversely, the slightest economic downturn has serious effects. The effects of the country's economic situation are amplified in the region, and we need some tools to get through these difficult periods.

In the north, there are 17 municipalities in the RCM of Antoine-Labelle: Rivière-Rouge; Nominingue; La Macaza; L'Ascension; Lac-Saguay; Lac-des-Écorces; Chute-Saint-Philippe; Lac-Saint-Paul; Mont-Saint-Michel; Sainte-Anne-du-Lac; Ferme-Neuve; Mont-Laurier, the largest city in the riding; Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles; Notre-Dame-de-Pontmain; Notre-Dame-du-Laus; Lac-du-Cerf; and Kiamika. The region is also home to thousands of square kilometres of unorganized territory.

This RCM has an area of 10,000 square kilometres and is both the largest and one of the poorest RCMs in Quebec. It is largely made up of wilderness, ZECs, or controlled harvesting zones, nature reserves, and parks. According to various estimates, 80% of the economy relies on the forestry industry.

The forestry crisis dealt a huge blow to this region, which was hit hard. The region is in need of investment, but it has a lot of challenges to overcome.

In 1987, Brian Mulroney's Conservative government, with its glaring lack of vision on transportation, amended the National Transportation Act to make it easier to abandon rail lines. In the following two years, thousands of kilometres of rail lines were dismantled and abandoned.

I was told that at the time, the 200 kilometres of railways that crossed the riding of Laurentides—Labelle, which helped build and develop our region, were sold to a company that cut them and transformed our regional infrastructure into millions of disposable razor blades.

We were lucky, because the rail right-of-way was preserved and this allowed us to build a bicycle path known as P'tit Train du Nord, which is extremely popular. An estimated 1.4 million people use it every year, whether on bicycles, cross-country skiis, or snowmobiles. I am not talking about the number of uses, but rather the number of people. It is one of the main tourist attractions for much of the area.

Still, the demise of the railway was extremely harmful to our heavy industry. The region is directly linked to the south and the west. From Mont-Laurier you can travel to western Canada through Abitibi. You can also travel south, to Ottawa or Montreal.

The region has a complex problem to overcome, and many people from my riding have spoken to me about it. The main highway that goes through the Antoine-Labelle RCM is Highway 117. It is part of the Trans-Canada Highway, which was built by the federal government but is administered by the provinces.

If you want to travel or ship goods from Montreal to western Canada, without going through southern Ontario, you must go through Antoine-Labelle. That section of Highway 117 is quite busy. It is estimated that half a million heavy trucks use it every year. It is an essential piece of infrastructure. Many accidents happen on that highway, and there is often congestion. It is a very important highway. Without a railway, it is the only option. On some sections, if just one lane is blocked, it can cause considerable delays.

Although it is called the Trans-Canada Highway, it falls under provincial jurisdiction. I am delighted that our budget will help the provinces and municipalities invest in their essential infrastructure. I also look forward to seeing the results of these investments, which are long overdue.

In the long term, I hope to one day see the return of the railway to rural regions, so that we can help their economies grow without harming the environment.

There is another problem that aggravates the social, economic, and infrastructure problems in my region: our outdated digital infrastructure. It is not just a few years behind; it is a whole generation behind, and it is exacerbating our problems and preventing us from implementing solutions. Entire towns lack cell phone service. Entire towns have practically no high-speed Internet service. Go anywhere other than downtown, and there is nothing. This is preventing us from keeping young people in the region and preventing businesses from coming to the region. Telework is not an option. This problem hinders economic development and widens the gap between urban and rural regions. This is totally unacceptable.

Nowadays, real, high-speed Internet access should not be exclusive to a privileged few who live in major centres or have more education. No, Internet access is a right for all Canadians. It is an essential service for anyone who wishes to be an active member of society. Our role as parliamentarians is to do what we have to do to make this service as readily available as electricity and running water.

Internet access is no longer an option. It is what a community must rely on to become a society. Beyond all the other reasons, this is why I am pleased that the government included in its budget a $500-million investment in broadband Internet access. This investment will help some 300,000 more homes connect to the Internet.

Our budget addresses the needs of Canada's rural regions. It prompts us to take the first step in eliminating the gap that has been dividing urban and rural regions for generations. In addition to helping the middle class and those trying to join it, our budget will help entire communities to fully participate in today's economy and society.

I commend the Minister of Finance and the government for their extraordinary work in drafting this document. This is a plan that will make our country more inclusive, give hope to millions of Canadians, and restore my region's confidence in the future.

Madame la Présidente, depuis que j'ai été élu à la Chambre il y a six mois, je me suis entretenu, en particulier ou en petits groupes, avec des centaines de personnes de la circonscription de Laurentides—Labelle, où je suis né, où j'ai grandi et où je vis maintenant avec ma famille.

C'est une circonscription exceptionnelle. Elle est quatre fois plus grande que l'Île-du-Prince-Édouard et 40 fois plus grande que l'île de Montréal. Elle compte presque autant de maires et de conseillers municipaux qu'il y a de députés ici, à la Chambre des communes. Pour bien comprendre les grands enjeux de la région et les solutions à y apporter, j'ai eu l'occasion de presque tous les rencontrer, tout comme j'ai pu rencontrer les représentants de dizaines de chambres de commerce, d'organismes de bienfaisance et d'organismes communautaires. Dans le cadre des budgets, on n'aborde pas tous les enjeux, comme la gestion des lacs, mais ce budget constitue un grand pas vers l'avant en vue d'améliorer la situation dans notre région.

Dans le sud du comté, c'est-à-dire dans la MRC des Pays-d'en-Haut, où se trouvent Sainte-Anne-des-Lacs, Saint-Sauveur, Piedmont, Estérel, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et Sainte-Adèle, la population est plus concentrée et témoigne de la diversité de la région. Il s'agit de la dernière banlieue au nord de Montréal, une région touristique et de villégiature qui compte beaucoup de retraités. Il s'agit aussi d'un foyer de technologies de pointe en plein essor.

C'est une région à la fois favorisée et défavorisée. Cette MRC est la seule du Québec qui n'a pas de centre sportif et récréatif pour les jeunes. C'est aussi l'une des régions du Québec où l'âge moyen de la population est le plus élevé. Lors du dernier recensement, la moyenne d'âge à Saint-Sauveur était de 54,7 ans.

Le budget prévoit une importante bonification du Supplément de revenu garanti, qui éloignera 900 000 personnes âgées de la pauvreté. Il prévoit également des investissements dans les infrastructures récréatives. Il s'agit donc d'un excellent budget pour la région.

Un peu plus au nord, la MRC des Laurentides compte 20 municipalités: Val-Morin, Val-David, Sainte-Agathe-des-Monts, Ivry-sur-le-Lac, Sainte-Lucie-des-Laurentides — où j'ai grandi —, Lanthier, Val-des-Lacs, Lac-Supérieur, Saint-Faustin-Lac-Carré, Arundel, Barkmere, Montcalm, Saint-Rémi d'Amherst, Bréboeuf, Huberdeau, Mont-Tremblant — la plupart des députés la connaissent bien —, Lac-Tremblant-Nord, La Conception, Labelle et La Minerve.

Les intérêts économiques de cette région sont également diversifiés et trahissent un certain déséquilibre. L'économie se fonde principalement sur le tourisme. Les activités à faire dans la région ne manquent pas: baignade, navigation de plaisance et activités de villégiature en été, ski de fond ou alpin et motoneige en hiver, cabane à sucre au printemps, paysages colorés des montagnes à admirer en automne, etc.

Une bonne part des emplois y sont saisonniers. Les perspectives d'emploi ne sont pas toujours reluisantes pour les jeunes. Les changements que l'ancien gouvernement conservateur a apportés au Régime d'assurance-emploi ont nui au développement économique. Le taux d'admissibilité des travailleurs saisonniers à l'assurance-emploi est passé d'environ 80 % à environ 20 %.

En raison de l'absence d'un service Internet haute vitesse de qualité et du réseau cellulaire qui ne s'étend pas partout à l'extérieur des centres urbains, et qui ne s'étend souvent même pas dans les centres de nos villages, il est difficile de retenir les jeunes dans la région et d'améliorer le bilan migratoire.

Le budget commence à s'attaquer sérieusement à ces problèmes. Les modifications que nous apportons à l'assurance-emploi aideront les travailleurs saisonniers de ma région à joindre les deux bouts. Comme la région des Laurentides est très touristique, les gens qui y vivent sont particulièrement vulnérables aux fluctuations économiques.

En période de relative prospérité, la région est très florissante. À l'inverse, le moindre ralentissement économique y a d'énormes répercussions. Les répercussions de la conjoncture économique du pays y sont accentuées, et nous avons besoin des outils nécessaires pour traverser les périodes difficiles.

Au nord, la MRC d'Antoine-Labelle compte 17 municipalités: Rivière-Rouge, Nominingue, La Macaza, L'Ascension, Lac-Saguay, Lac-des-Écorces, Chute-Saint-Philippe, Lac-Saint-Paul, Mont-Saint-Michel, Sainte-Anne-du-Lac, Ferme-Neuve, Mont-Laurier — la plus grande ville de la circonscription —, Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles, Notre-Dame-de-Pontmain, Notre-Dame-du-Laus, Lac-du-Cerf et Kiamika. La région comprend aussi des milliers de kilomètres carrés de territoires non organisés.

Cette MRC d'une superficie de 10 000 kilomètres carrés est à la fois la MRC la plus vaste et l'une des plus défavorisées du Québec. Elle est surtout constituée de terres sauvages, de ZEC, de réserves naturelles et de parcs. Selon diverses estimations, l'économie se fonde à 80 % sur la foresterie.

La crise forestière a porté un coup terrible à cette région, qui a été plus que durement touchée. La région a besoin d'investissements, mais elle a beaucoup d'obstacles à surmonter.

En 1987, le gouvernement conservateur de Brian Mulroney, avec son manque flagrant de vision dans le dossier du transport, a modifié la loi nationale sur les transports de manière à faciliter l'abandon des lignes de chemin de fer. Les deux années suivantes, des milliers de kilomètres de chemin de fer ont été abandonnés et démantelés.

À l'époque, on m'a dit que les 200 kilomètres de chemin de fer qui traversaient la circonscription de Laurentides—Labelle, qui ont permis la construction et le développement de notre région, ont été vendus à une entreprise qui les a découpés et qui a transformé notre infrastructure régionale en millions de lames de rasoir jetables.

Nous avons été chanceux, car l'emprise ferroviaire a été conservée, ce qui a permis de créer la piste cyclable extrêmement populaire, Le P'tit Train du Nord. On estime que 1,4 million de personnes y circulent par année à vélo, en ski ou à motoneige. Je ne parle pas du nombre d'utilisations, mais des personnes qui l'ont empruntée. Il s'agit donc d'un attrait touristique phare pour une bonne partie du territoire.

Par contre, la disparition du chemin de fer a terriblement nui à l'industrie lourde. La région est reliée directement avec le Sud et l'Ouest. De Mont-Laurier, on peut aller dans l'Ouest du Canada en passant par l'Abitibi. On peut aussi aller vers le sud, jusqu'à Ottawa ou Montréal.

La région doit toutefois surmonter un problème complexe dont bien de gens de ma circonscription m'ont fait part. La principale route qui traverse la MRC Antoine-Labelle est la route 117. Elle fait partie de la Transcanadienne, une route construite par le gouvernement fédéral, mais administrée par les provinces.

Si on veut se déplacer ou envoyer des marchandises de Montréal jusqu'à l'Ouest du Canada, sans passer par le Sud de l'Ontario, on doit passer par la MRC Antoine-Labelle. Cette section de la route 117 est très fréquentée. En effet, on estime qu'un demi-million de camions lourds l'empruntent chaque année. Il s'agit d'une infrastructure essentielle. Beaucoup d'accidents s'y produisent et il y a souvent des embouteillages. C'est une route très importante. Sans chemin de fer, il n'y a pas d'autres possibilités. Dans certaines sections, l'obstruction d'une seule voie peut entraîner des détours considérables.

Bien qu'on l'appelle la route Transcanadienne, elle relève des provinces. Je me réjouis de constater que notre budget aidera les provinces et les municipalités à investir dans leurs infrastructures essentielles. Je suis d'ailleurs impatient de voir les résultats de ces investissements qui étaient attendus depuis très longtemps.

À long terme, j'espère aussi être un jour témoin du retour du chemin de fer dans les régions rurales, pour que nous puissions faire croître leur économie, sans nuire à l'environnement.

En plus des problèmes sociaux, économiques et d'infrastructures qui touchent ma région, un autre problème les accentue. Il s'agit du grand retard de nos infrastructures numériques. Ce retard n'est pas seulement de quelques années, mais de celui de toute une génération. C'est ce retard qui aggrave nos problèmes et qui nous empêche de mettre des solutions en place. Des villes entières n'ont pas de service de téléphonie cellulaire. Des villes entières n'ont pratiquement pas de service Internet haute vitesse. Aussitôt qu'on s'éloigne du centre-ville, il n'y a plus rien. Cette réalité nous empêche de retenir les jeunes en région. Elle empêche l'arrivée de nouvelles entreprises. Elle ne permet pas le travail à distance. Elle nuit au développement économique. Elle accroît le fossé entre les régions urbaines et les régions rurales. C'est tout à fait inacceptable.

De nos jours, l'accès à Internet — la vraie haute vitesse — ne peut plus être réservé à quelques privilégiés, aux habitants des grands centres ou aux plus instruits d'entre nous. Non, l'accès à Internet est un droit pour tous les Canadiens. C'est un service essentiel pour quiconque souhaite participer à la vie en société. Notre rôle à nous, parlementaires, est de faire le nécessaire pour que ce service soit aussi facilement accessible que l'électricité ou l'eau courante.

L'accès à Internet n'est plus une option. C'est le rite par lequel une communauté devient une société. Au-delà de toutes les autres raisons, c'est ce qui fait que je me réjouis des 500 millions de dollars que le gouvernement investira, dans le cadre de son budget, dans l'accès à Internet à large bande. Cet investissement permettra à quelque 300 000 foyers de plus de se brancher à Internet.

Notre budget tient compte des besoins des régions rurales du Canada. Il nous fait faire un premier pas vers la disparition du fossé qui se creuse entre les régions urbaines et rurales depuis des générations. En plus de venir en aide aux membres de la classe moyenne et à ceux qui veulent en faire partie, notre budget aidera des localités entières à participer pleinement à l'économie et à la société d'aujourd'hui.

Je salue le ministre des Finances et le gouvernement pour le travail extraordinaire qu'ils ont fait en rédigeant ce document. Il s'agit d'un plan qui rendra notre pays plus inclusif, d'un plan qui redonnera de l'espoir à des millions de Canadiens et d'un plan qui redonnera à ma région confiance en son avenir.

Watch | HansardEcoutez | Hansard

Posted at 15:26 on April 13, 2016

This entry has been archived. Comments can no longer be posted.

(RSS) Website generating code and content © 2006-2019 David Graham <cdlu@railfan.ca>, unless otherwise noted. All rights reserved. Comments are © their respective authors.